close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

5-Le-bilinguisme - Inspection Zone AmSud

IntégréTéléchargement
Le bilinguisme.
Piazza Anne, directrice de l’école primaire de Pereira, EMFE.
Landrin Géraldine, enseignante en GS, Quito.
Qu’est-ce que le bilinguisme ?
 Essai de définition :
 Cf. vidéos Barbara Abdelilah-Bauer
http://www.youtube.com/watch?v=3AoPHPTBgmo
http://www.cndp.fr/crdpreims/ressources/conferences/abdelilah_bauer/abdelilah_bauer.htm
 Il y a près d’un siècle, des linguistes comme L. Bloomfield (1935) avaient
l’habitude de décrire le bilinguisme comme le fait de posséder deux langues
et de parler chacune aussi bien qu’une personne monolingue.
 « C’est une personne qui est capable au quotidien dans la vie de tous les
jours d’utiliser une langue et l’autre langue régulièrement dans des situations
les plus diverses. Ce bilinguisme n’est jamais équilibré. Il est toujours
déséquilibré, il y a toujours une langue qui est davantage développée qui est
plus dominante que l’autre ».
 Les différents types de bilinguisme selon âge et l’environnement.
 Le bilinguisme précoce et simultané :
- les deux langues sont présentes dès la naissance.
 Le bilinguisme précoce et consécutif :
- la langue seconde est introduite dans l’environnement de l’enfant après 3
ans.
 Le bilinguisme tardif :
- le contact avec la langue seconde débute après l’âge de 6 ans. Les
mécanismes d’apprentissage sont différents de ceux impliqués dans
l’acquisition du langage.
Le bilinguisme additif, neutre , soustractif :
- Le niveau de développement de chaque langue détermine la forme du
bilinguisme et son effet sur le développement cognitif. Il sera additif si toutes
les compétences cognitives sont développées dans les 2 langues, neutre ou
soustractif si les compétences se développent de manière inégales.
http://www.cndp.fr/crdp-reims/ressources/conferences/abdelilah_bauer/abdelilah_bauer.htm
L’organisation des langues dans le cerveau.
Ce que nous apprend la science.
 On sait que le langage est traité en grande partie dans l’hémisphère gauche du
cerveau mais que certains comportements linguistiques comme la mémoire des
chansons et poèmes est lié à l’hémisphère droit.
 Chez les bilingues précoces les régions qui traitent le langage sont pratiquement
superposées ce qui signifie que les deux langues sont traitées comme une seule.
 On a découvert récemment que la fixation des langues dans le cerveau diffère
aussi en fonction du degré de bilinguisme. Chez le bilingue incomplet la seconde
langue est traitée dans d’autres régions du cerveau alors que plus une seconde
langue est maitrisée plus elle sera traitée dans les mêmes régions que la langue
maternelle.
 Le rythme des acquisitions de l’enfant est fonction de l’âge au moment où
débute l’apprentissage. Ainsi, il est vain de s’attendre à ce qu’un enfant produise
des phrases dans la nouvelle langue s’il n’a pas encore atteint le stade de
développement correspondant dans sa langue maternelle.
Spécificité d’un Lycée Français de l’étranger.
Enseignement bilingue
=
enseignements de deux langues
+
en deux langues
La langue est à la fois objet et vecteur d’apprentissages.
UN DISPOSITIF SPECIFIQUE : l’accueil bilingue.
Maître de la classe
Référent de
langue français
Maître/ASEM bilingues
Référent de
langue maternelle
Objectif :
Permettre aux élèves d’acquérir ou de consolider le socle de compétences
linguistiques en langue maternelle et, par une immersion progressive construite sur
des entraînements systématiques, les amener aux premières acquisitions en français.
langage = outil et objet d’apprentissage.
ORGANISER un enseignement bilingue.
 Articuler apprentissages linguistiques et acquisitions des savoirs d’après les
spécificités de la zone (80% de nationaux) et de l’environnement non francophone.
 Réserver une place spécifique à chaque langue en fonction des contextes et chercher
l’équilibre judicieux entre micro et macro-alternance.
 Permettre à tous les élèves de s’approprier la langue 1 et la langue 2.
 L’enseignement en langue maternelle est très important tout au long de la
scolarité :
- La réflexion de l’équipe éducative doit donc porter avant tout « sur le
parcours linguistique et scolaire de l’élève, parcours qui pourra, en différents
moments, être étayé par tel ou tel dispositif ».
- L’accueil
« En début de scolarisation, l’accueil quotidien des élèves non francophones sera
systématiquement réalisé en langue maternelle par l’enseignant bilingue. »
- Langage d’évocation et conscience phonique
L’élève doit en effet renforcer la maîtrise du langage d’évocation dans sa langue
maternelle et se familiariser avec la réalité phonologique de sa langue
maternelle.
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
7
Taille du fichier
616 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler