close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Adeline EHRET - Enseignons.be

IntégréTéléchargement
BEVE Caroline
COURARD Charlotte
EHRET Adeline
3ème année
Le sacrement de confirmation
Table des matières
1. Qu’apporte la confirmation ?
2. Quelle est la différence entre la profession de foi et la confirmation ?
3. Qui donne le sacrement de confirmation ?
4. Comment se déroule la confirmation ?
5. La confirmation : une nouvelle Pentecôte ?
6. Les critères pris en considération face à une demande du sacrement
de confirmation.
7. En bref…
1. Qu’apporte la confirmation ?
A) Le sacrement de confirmation nous donne les
dons de l’Esprit Saint pour nous fortifier dans la
foi et nous faire vivre pleinement la vie
chrétienne unie au Christ.
Nous recevons l’Esprit Saint à la
fois au baptême et à la confirmation.
 Au baptême, qui est le sacrement de la
naissance à la vie chrétienne, l’Esprit nous
rend enfant de Dieu.
 A la confirmation, qui est le sacrement de la
croissance et de la maturité spirituelle (comme
l’enseigne St Thomas d’Aquin), l’Esprit nous
confère une mission.
La confirmation, comme le baptême,
imprime dans l’âme du chrétien une
marque spirituelle indélébile qu’on appelle
le « caractère »; c’est pourquoi on ne peut
recevoir ce sacrement qu’une seule fois
dans la vie.
Ainsi, la confirmation est l’achèvement
du baptême.
B) La confirmation, qui est donnée par
l’évêque nous incorpore pleinement à
l’Eglise; elle est un appel à un
engagement plus personnel et à une
mission de témoignage de la foi.
2. Quelle est la différence entre la
profession de foi et la confirmation ?
La profession de foi et la confirmation ont
toutes les deux un lien étroit avec le
baptême, mais la relation est différente.
La profession de foi consiste
principalement dans le renouvellement
personnel et libre des promesses du
baptême qui a été fait par les parents
pour un baptême de bébé.
La profession de foi n’est pas un
sacrement.
La confirmation est un sacrement et, comme tout
sacrement, c’est d’abord une action de Dieu. Dieu, par
l’évêque, confirme la grâce du sacrement de baptême.
Il ne faut pas voir principalement dans la confirmation
un engagement qui « confirmerait » personnellement
la foi professée par ses parents lors du baptême.
3. Qui donne le sacrement de
confirmation ?
C’est l’évêque qui donne ordinairement le
sacrement de confirmation ; mais il peut
déléguer ses pouvoirs à des prêtres.
L’évêque est le « ministre ordinaire »
du sacrement de confirmation. Il
représente pleinement l’Eglise. Il est le
successeur des apôtres et ainsi il rend
visible le lien entre l’Eglise
d’aujourd’hui et l’Eglise des apôtres. Le
fait que ce soit l’évêque qui donne la
confirmation manifeste l’intégration des
confirmés à l’Eglise. De plus, le Saint Chrême utilisé pour l’onction est
toujours consacré par l’évêque. Le
célébrant et les prêtres, qui
concélèbrent, portent des ornements
rouges comme pour la fête de la
Pentecôte.
4. Comment se déroule la
confirmation ?
Première étape : l’appel, rappel du baptême
Appel :
Chacun appelé par son prénom, s’avance
librement et marque son désir personnel
de recevoir le sacrement.
Deuxième étape: la profession de foi
Profession de foi :
Tout sacrement est reçu dans la foi de
l’Eglise « Nous croyons », la parole
personnelle des confirmands fait ainsi
écho à celle de l’Eglise.
Troisième étape : l’imposition des mains
Imposition des mains :
 Faite par l’évêque et les prêtres concélébrants
sur ceux qui vont être confirmés.
 Accompagnée d’une prière dite par l’évêque
seul qui mentionne les 7 dons de l’Esprit.
 L’évêque demande à Dieu de donner son
Esprit Saint aux confirmands.
Quatrième étape : La chrismation ou
l’onction du Saint - Chrême
La chrismation :
L’onction rappelle celle du baptême qui fait de chacun
un membre de l’Eglise, un « messie » envoyé dans le
monde.
Elle signifie avec les paroles qui l’accompagnent ce
que réalise ce don de l’Esprit.
Marqué d’huile parfumée par la main de
l’évêque, le baptisé en reçoit un caractère
indélébile, le sceau du Seigneur, en même
temps que le don de l’esprit qui le
confirme plus parfaitement au Christ et qui
lui donne « la grâce de répandre parmi les
hommes la bonne odeur du Christ ».
(2 Co , 13)
5. La confirmation : une nouvelle
Pentecôte
La confirmation est une nouvelle Pentecôte : un don
de l’Esprit en vue du témoignage de la foi. L’Esprit
accomplit dans les confirmands ce qu’il a réalisé
dans les apôtres le jour de la Pentecôte.
Le récit de la Pentecôte (Actes des apôtres 2,1-11)
est, le plus souvent, la lecture qui est faite au cours
de la messe de confirmation.
Ac 2:1- Le jour de la Pentecôte étant arrivé, ils se trouvaient tous ensemble dans un
même lieu,
Ac 2:2- quand, tout à coup, vint du ciel un bruit tel que celui d’un violent coup de vent, qui
remplit toute la maison où ils se tenaient.
Ac 2:3- Ils virent apparaître des langues qu’on eût dites de feu ; elles se partageaient, et
il s’en posa une sur chacun d’eux.
Ac 2:4- Tous furent alors remplis de l’Esprit Saint et commencèrent à parler en d’autres
langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer.
Ac 2:5- Or il y avait, demeurant à Jérusalem, des hommes dévots de toutes les nations
qui sont sous le ciel.
Ac 2:6- Au bruit qui se produisit, la multitude se rassembla et fut confondue : chacun les
entendait parler en son propre idiome.
Ac 2:7- Ils étaient stupéfaits, et, tout étonnés, ils disaient: « Ces hommes qui parlent, ne
sont-ils pas tous Galiléens ? »
Ac 2:8- Comment se fait-il alors que chacun d’entre nous les entend dans son propre
idiome maternel ?
Ac 2:9- Parthes, Mèdes et Elamites, habitants de Mésopotamie, de Judée et de
Cappadoce, du Pont et d’Asie,
Ac 2:10- de Phrygie et de Pamphylie, d’Egypte et de cette partie de la Libye qui est
proche de Cyrène, Romains en résidence,
Ac 2:11- tant Juifs que Prosélytes, Crétois et Arabes, nous les entendons publier dans
notre langue les Merveilles de Dieu ! »
6. Les critères pris en considération
face à une demande du sacrement
de confirmation
a) La conscience en son baptême.
(Retour aux racines de sa vie chrétienne, de sa foi, prise en compte
de son histoire personnelle.)
b) La conscience de sa foi.
(La foi est un don de Dieu confié à l’homme. Celui-ci en ressent de
la joie, mais il éprouve aussi des difficultés à vivre en chrétien. Il a
besoin que Dieu l’affermisse.)
c) La conscience du temps.
(C’est-à-dire la compréhension de l’espérance : combien Dieu est
fidèle et attend l’homme avec patience.)
d) La conscience de l’Eglise.
(Connaître l’Eglise avec réalisme, dans ses diverses manières de
vivre, de se rassembler, de prier. La connaître d’abord comme le
peuple de Dieu, avec les limites dans ses membres, et vouloir
l’aider à être de plus en plus fidèle à l’évangile. Prendre aussi
conscience de l’urgence de la mission du chrétien dans le monde.)
7. Donc...
Confirmer veut dire : affermir, rendre plus fort, fortifier.
On peut donc dire, par mode de comparaison au point
de vue religieux (= en nos relations avec Dieu) que : le
baptisé est un enfant, tandis que le confirmé est un
adulte.
En effet, le jeune baptisé, grâce au sacrement de
confirmation, est devenu spirituellement un adulte.
Cette force spirituelle nouvelle est apportée par les dons
du SAINT ESPRIT.
Ces 7 dons sont : la Sagesse, l’Intelligence (des
choses de Dieu), le Conseil, la Force (d’âme), la
Science (des choses de Dieu), la Piété, et la Crainte de
Dieu.
Si à partir du baptême, on est devenu chrétien, à partir
de la confirmation on se doit d’agir en chrétien.
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
10
Taille du fichier
1 278 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler