close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

cirque-onnaing ( PPT

IntégréTéléchargement
Art du cirque au collège
d’Onnaing
Joëlle COASNE Pierre DUBOIS
et la classe de 5ème Sofia
Complément à la revue Contrepied HS n°3 – C’est quoi ce cirque ? - 2012
J.Coasne P.Dubois
1
CE TRAVAIL EST ISSU D’UNE RÉFLEXION DE LA FORMATION CONTINUE DE L’ACADÉMIE DE
LILLE PILOTÉE PAR JACQUES LEMAIRE ET FRANCIS LEBRUN.
GROUPE DISCIPLINAIRE CIRQUE
SÉBASTIEN CATTEZ
LAURENT LEMAI
ALEXANDRE DEVISSE
JOËLLE COASNE
J.Coasne P.Dubois
2
L’enjeu de l’artistique
Dans les programme de 2008, le cirque
appartient au groupement artistique, il n’est
cependant pas aisé de dépasser une approche
sportive qui juxtapose l’enseignement de
techniques de jonglerie, d’équilibre et
d’acrosport.
L’enjeu de l’artistique est de produire des
combinaisons de formes de corps et d’objets
singulières qui produisent du « sens » pour
l’autre.
J.Coasne P.Dubois
3
Objectif : atteindre le niveau 1
(programme 2008)
Composer et présenter dans un espace orienté un numéro
collectif organisé autour d’un thème incorporant à un jeu
d’acteur des éléments simples issus d’au moins deux des trois
familles.
Maîtriser ses émotions et accepter le regard des autres.
Observer avec attention et apprécier avec respect les
différentes prestations.
J.Coasne P.Dubois
4
Nécessité de maintenir la
complexité de la pratique culturelle
Il faut tout à la fois engager l’élève dans une activité de
type :
* Topocinétique : jongler, s’équilibrer, réaliser des
acrobaties
* Morphocinétique : réaliser des formes esthétiques et
maîtrisées qui aient du sens
*Sémiocinétique s’engager dans une volonté de
communication de sens avec le spectateur.
En tenant compte du temps scolaire et de
l’hétérogénéïté des élèves
J.Coasne P.Dubois
5
Faire accéder à la complexité :
Le meilleur niveau : dans une perspective de prise de risque être capable d’associer jonglerie
et collaborations mettant en jeu l’équilibre tout en gardant l’intensité des personnages et la volonté de
communication.
Associer d’emblée des postures de corps plus ou moins déséquilibrées difficiles et des postures
expressives de personnage.
Corps Artistique
2: Jouer sur le personnage pour
mettre le corps dans tous ses
« états »
(contrastes par la modulation des
tonus, des vitesses)
pendant les manipulations de balle
et les collaborations
Corps technique
1 : Associer la technique (jonglerie
et mains à mains, la forme)
au sens (la machine, les statues
« Léonard de Vinci)
Corps mis en scène
3 : organiser d’emblée la mise en espace scénique orienté
pour communiquer
A chaque séance l’enseignant articule des Contenus
d’enseignement appartenant aux trois dimensions
J.Coasne P.Dubois
6
Techniques : les 4 objets
d’enseignement
retenus et leurs contenus
révélateurs d’une activité d’apprentissage de
création.
choisis pour leur pouvoir de mobilisation de
ressources chez les élèves et d’engagement.




La jonglerie
Les jeux de poids et contrepoids
Les porters statiques et dynamiques
Le « coup de projecteur »
J.Coasne P.Dubois
7
1er Objet : La Jonglerie
J.Coasne P.Dubois
8
Les familles choisies en jonglerie: variété des formes
impliquant des modulations de tonus
Aérien…(1-3-4)
Isolation …
J.Coasne P.Dubois
Flash… Contact…
9
La jonglerie
La jonglerie minimaliste, dont l’un des chefs de file est Jérôme
Thomas, se différencie de la jonglerie maximaliste (manipulation
aérienne de nombreux objets) qui est caractéristique du cirque
traditionnel, avec :

le lancer (avec l’utilisation d’un code sideswap adapté),

le contact (balle posée sur une partie du corps),


l’isolation (la balle placée à un endroit du corps se déplace et
guide le corps)
le flash (un lancer avec une forme de corps associée (tour,
acrobatie, posture expressive, réception au sol etc…
Ces figures vont être au service d’une machine à jongler collective.
La chute de la balle est dédramatisée et est considérée comme une
« ouverture » à l’improvisation créatrice.
La construction de la « machine à jongler »
à partir de postures à la fois expressives et
difficiles…
Statue Léonard de Vinci
J.Coasne P.Dubois
11
Complexifier sa machine à jongler par des
contrastes de vitesse (le film qui déraille…)
J.Coasne P.Dubois
12
« Machine à jongler » et Jonglerie
collective
J.Coasne P.Dubois
13
2ème Objet:
Les circulations
en jeux de poids et
contrepoids…poser
les problèmes de
réajustement
postural pour
amener les porters
J.Coasne P.Dubois
14
2ème objet
Les circulations poids contrepoids…
Les circulations…une partie du corps tirée par un fil.
Les circulations…les collaborations en poids contrepoids…
J.Coasne P.Dubois
15
3ème objet : Les porters statiques et
dynamiques…des porters singuliers
conçus par élèves…
J.Coasne P.Dubois
16
Les porters statiques : principes
complexité, principes sécurité…
J.Coasne P.Dubois
17
4ème objet « le coup de projecteur »:
chacun choisit de démontrer son exploit
mis en valeur par les partenaires
J.Coasne P.Dubois
18
Le « coup de projecteur »
L’élève réalise son meilleur niveau de
maîtrise dans l’une des trois disciplines (jeu
d’acteur, acrobatie ou jonglerie). Il s’agit
pour les autres camarades de mettre en
valeur l’exploit du camarade en adoptant
des postures et des attitudes pouvant mettre
en valeur l’artiste.
Corps artistique
et contenus d’enseignement
1: Postures expressives
2: Jeu et personnage
3 : Les effets : contrastes d’énergie, de
vitesse, de niveau
J.Coasne P.Dubois
20
1: Postures expressives: conçues comme
postures « originales »
J.Coasne P.Dubois
21
1: Postures expressives …Léonard et machine à
jongler
J.Coasne P.Dubois
22
2: Jeu et personnages…
« Jouer ensemble
à être des autres
le temps du spectacle »
J.Coasne P.Dubois
23
2: Discussion autour du
personnage…
J.Coasne P.Dubois
24
3: Les effets : contrastes des états de corps
(fort/ faible –lent/vite, haut/ bas
J.Coasne P.Dubois
25
Le corps mis en scène
et les contenus : une histoire de mises
en relations
1: Un corps qui s’organise dans un espace de scène
ritualisé et déterminé par le scénario des 4
événements.
2 : Un corps qui se « scénarise » début
développement fin.
3 : Un corps qui s’oriente pour communiquer avec
des spectateurs
J.Coasne P.Dubois
26
Espace Présentation
coulisse
tableau
coulisse
bancs
Espace de scène
Espace
S
P
E
C
T
Sono
A
T
E
U
R
s
coulisse
coulisse
J.Coasne P.Dubois
27
Jouer avec les coulisses pour entrer
dans l’espace « magique » de la scène…
J.Coasne P.Dubois
28
Un espace déterminé, ritualisé qui
fixe des repères pour tous
Des zones d’activités identifiées: zone de
présentation, zone de scène, zone de
coulisses, zone de spectateurs.
Un rituel de mise en activité des élèves
J.Coasne P.Dubois
29
Espace Présentation
coulisse
tableau
coulisse
bancs
Espace de scène
Espace
S
P
E
C
T
Sono
A
T
E
U
R
s
coulisse
coulisse
J.Coasne P.Dubois
30
Démarche enseignante- activité des élèves
1 : Associer la technique (jonglerie et mains à mains, la forme)
au sens (la machine, les statues « Léonard de Vinci)
2: Jouer sur le personnage pour mettre le corps dans tous ses « états »
(contrastes par la modulation des tonus, des vitesses)
pendant les manipulations de balle et les collaborations.
3 : organiser d’emblée la mise en espace scénique orienté
pour communiquer
4: Travailler sur la communication spectateur/ acteur pour
faire émerger les contenus enseignés sur les trois
dimension du corps (Technique Artistique et MenS): je
vois mon « alter ego »
J.Coasne P.Dubois
31
Le cycle
S1 : la jonglerie « flash, contact, isolation,
aérien ». Installation des rituels
S2 : la construction de la machine à
plusieurs. Les effets
S3 : machine + complexe (difficile)
S4 : poids contrepoids porter statique
S5: poids contrepoids porter dynamique
S6: « le coup de projecteur individuel»en
jonglerie ou acrobatie ou théâtre
S7 filage : agencement des événements
S8 Evaluation
S9: spectacle
J.Coasne P.Dubois
32
Les rituels de fonctionnement dans
l’espace et le temps qui engagent les
élèves dans des expériences variées
1: Phase d’explication
2: Phase d’improvisation
3: Phase 1er « coup d’œil »
4: Phase remédiation discussion
5: Phase 2ème coup d’oeil
6: Phase discussion
J.Coasne P.Dubois
7: Phase d’écriture
33
1:Espace explications
J.Coasne P.Dubois
34
1: Les explications de début de
séance…
L’enseignant aide à identifier la complexité de
l’activité : être difficile, être expressif, être engagé, être «attentif »
Les différentes phases de la séance sont expliquées chronologiquement.
L’élève : écoute, discute, intervient
J.Coasne P.Dubois
35
2: Phase d’improvisation
L’enseignant observe les conduites,
Les contraintes fixées doivent être
ouvertes et permettre à chacun de s’engager
dans sa singularité
J.Coasne P.Dubois
36
2: exemple Improvisations sur les circulations de corps et
de balle…
L’élève se confronte au problème identifié, expérimente des
solutions, observe, essaye les solutions des autres
J.Coasne P.Dubois
37
3: « 1er coup d’œil »
L’enseignant : fixe les attentes/ Acteurs. Fixe les
critères d’observation pour le spectateur.
L’élève: spectateur attentif à son « alter ego ». Acteur
fixe une première expérimentation après avoir débattu
avec ses pairs
J.Coasne P.Dubois
38
4: Remédiations après le « 1er coup d’œil »…
L’enseignant fait émerger en fonction des critères de séance
les points positifs et négatifs. L’élève est confronté aux
décalages entre effets voulus et effets perçus
J.Coasne P.Dubois
39
5: Discussion- débat dans le groupe
après le débat acteur spectateur…
négocier, choisir, stabiliser un temps
pour préparer un éventuel 2ème coup
d’œil…
J.Coasne P.Dubois
40
6 : « 2ème coup d’œil »: L’enseignant fixe
les critères d’observation.
J.Coasne P.Dubois
41
7: Discussion acteurs spectateurs…
L’enseignant circonscrit le débat autour des contenus
d’enseignement et objets d’étude et aide à la prise de
parole de tous
L’élève spectateur : identification des prestations autour
des critères donnés. Activité de conseil.
J.Coasne P.Dubois
42
7: Discussion acteur spectateur:
une histoire de confrontation effets voulus –
effets perçus
J.Coasne P.Dubois
43
8: Le Carnet de création: un outil
pour fixer et mémoriser…
J.Coasne P.Dubois
44
Carnet de création…
Activité enseignant :
baliser chronologiquement
les commandes par le carnet
Activité d’ élève
Écriture des
Prestations de
chaque séance
J.Coasne P.Dubois
45
Merci de votre attention…et tous
en piste!
Pour en savoir plus, lisez :
« Une recherche collaborative pour bousculer nos pratiques » www.contrepied.net
J.Coasne P.Dubois
46
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
5
Taille du fichier
10 650 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler