close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Comite de suivi rythmes scolaires 10-03

IntégréTéléchargement
18/10/2015
AMENAGEMENT DES
RYTHMES EDUCATIFS
Comité parisien de suivi et
d’évaluation
10 mars 2015
1
2
SOMMAIRE
1- La rentrée 2014 : bilan
La participation
Les ateliers
Les moyens humains
Les autres temps et le CEJ
2- Un objectif inchangé : celui d’une amélioration permanente
Renforcer l’organisation et les partenariats
La coopération avec l’Education Nationale
Approfondir les contenus
3- Les perspectives
Poursuite de l’effort en matière de ressources humaines
Des rythmes installés dans la durée
Renforcer l’évaluation
18/10/2015
3
18/10/2015
I. La rentrée 2014-2015 : bilan
•
Mise en œuvre dans 662 écoles maternelles et
élémentaires
•
Un taux de fréquentation stable, à 80 % en moyenne,
avec 200 écoles à + de 85 %
•
Une fréquentation quasi équivalente sur les mardis et
vendredis
4
18/10/2015
5
18/10/2015
Les ateliers (1) :15 793 ateliers organisés
chaque semaine

En élémentaire : équilibre 50 %- 50 % entre
partenaires et ateliers animateurs

En maternelle : un atelier partenaire par école

500 partenaires associatifs
6
18/10/2015
La répartition entre animateurs et prestataires
100%
90%
2156
3101
80%
Ateliers autres Directions
70%
Ateliers prestataires
60%
Ateliers animateurs DASCO
50%
40%
10536
30%
20%
10%
0%
2014/2015
7
18/10/2015
Les ateliers (2) : une organisation simplifiée et
adaptée à chaque âge

Des ateliers répartis autour de 8 thèmes de
découverte
en
élémentaire
–
avec
un
renforcement en 2014-2015 des ateliers langue et
culture du monde et découverte des sciences
(près de 6 000 enfants chaque semaine)

Des ateliers centrés pour moitié sur l’éveil artistique
et corporel en maternelle
8
18/10/2015
Nombre d'ateliers élémentaires par thèmes
(toutes sources confondues: animateurs et partenaires*)
Sport et détente
1977
22.08%
Arts plastiques
1394
15.57%
Environnement et
citoyenneté
591
6.60%
Eveil artistique
1
0.01%
Spectacle vivant
1362
15.21%
Jeux de société
986
11.01%
Langues et
civilisations
1184
13.22%
Science et multimédia
794
8.87%
Musique et chants
665
7.43%
9
18/10/2015
Nombre d'ateliers maternels par thèmes
(toutes sources confondues: animateurs et partenaires*)
Spectacle vivant
1
0.01%
Musique et chants
1
0.01%
Langues et civilisations
5
0.07%
Socialisation
1144
16.72%
5 sens
360
5.26%
Découverte de son
environnement
590
8.62%
Education à la santé
65
0.95%
Langage et
expression
822
12.01%
Eveil artistique
2253
32.92%
Eveil musical
440
6.43%
Eveil corporel
1163
16.99%
10
18/10/2015
Les ateliers (3) : des partenariats renforcés
avec les acteurs de la ville






Les conservatoires organisent près de 500 ateliers
par semaine pour 7000 enfants (chorales,
orchestres, danse)
Les centres d’animation organisent plus de 350
ateliers par semaine pour 5 000 enfants
Plus de 1200 ateliers sportifs sont organisés dans
près de 40 disciplines, pour plus de 18 000 enfants
Le CASVP organise des ateliers intergénérationnels
dans les « clubs Emeraude »
Les bibliothèques et les musées de la Ville sont
mobilisés
10
écoles
expérimentales
organisent
des
échanges linguistiques
11
18/10/2015
Les ateliers (4) : des expériences ambitieuses
de dispositifs intégrés qui peuvent servir de
modèle


Sur la durée : 96 ateliers instrumentaux sont construits
autour d’un parcours sur 3 ans, dont l’objectif est d’initier
les enfants à une pratique instrumentale collective en
s’intéressant à tous types de styles musicaux et à de
nombreux instruments prêtés aux enfants.
Autour de réseaux : réseau de 7 théâtres et de 31 écoles,
avec les ateliers « Théâtre de la Ville » qui permettront
notamment à 7000 enfants concernés, sur tout le
territoire parisien, d’assister à une pièce de théâtre cette
année.
12
18/10/2015
Les moyens humains : une très forte
mobilisation




10 000 « encadrants » mobilisés sur les 3 heures
d’ateliers hebdomadaires : plus de 5 000
animateurs, 1 500 ASEM, 360 agents de renfort en
maternelle, 430 accompagnateurs, 3 000
intervenants extérieurs
Un responsable par école, déchargé d’enfants
Avec la volonté de pérenniser les équipes : au
total, le nombre de personnels permanents
d’animation a augmenté de 50 %; le nombre
d’ASEM et ATE des écoles de 25%.
Une priorité donnée à la formation : doublement
des BAFA et BAFD et formations pour chaque
catégorie de personnel (REV, animateurs, ASEM).
13
18/10/2015
Des progrès accomplis sur les autres temps
grâce à la mobilisation ARE, à travers le
Contrat Enfance Jeunesse

Des taux d’encadrement et de qualification des
personnels sur les temps de l’interclasse, de
l’étude et du goûter en progression constante
depuis 2 ans.
Au 1er septembre 2016, il y aura, dans toutes les
écoles parisiennes :
- 1 encadrant pour 18 enfants en
élémentaire sur chacun de ces temps, contre 1 pour
25 à 1 pour 32 (selon les temps) en 2012;
- 1 encadrant pour 14 enfants en
maternelle, contre 1 pour 15 à 1 pour 25 (selon les
temps).
14
18/10/2015
II. Un objectif inchangé : une
amélioration permanente
Prise en compte du retour d’expérience de
l’ensemble des acteurs et mise en œuvre des
orientations des rapports d’évaluation (IG et ICC)
autour de trois axes principaux :
 Renforcer l’organisation (information des
parents et consolidation des relations avec nos
partenaires)
 Approfondir la coopération avec l’Education
nationale
 Approfondir la réflexion sur les contenus et
l’évaluation d’ensemble du dispositif
15
18/10/2015
Renforcer l’organisation et les partenariats (1):
l’information des parents

Des permanences d’accueil des REV à la rentrée
scolaire

La transmission d’un flyer chaque trimestre aux
parents pour les informer de l’atelier suivi par leur
enfant

Un site Internet dédié : « Les rythmes à Paris »

L’organisation
parents
de
réunions
en
direction
des
16
18/10/2015
Renforcer l’organisation et les partenariats (2):
des relations plus étroites et plus exigeantes
avec les partenaires

Pérennisation
satisfaction.

Une meilleure intégration aux équipes de ces
partenaires :

des
partenaires
qui
donnent

participation obligatoire à la réunion de prérentrée
et à des réunions communes

meilleure identification des intervenants (badges et
déclaration DDCS)
Un meilleur pilotage administratif du marché :
amélioration du suivi de l’absentéisme, réunions
avec les prestataires pour expliciter leurs
obligations contractuelles
17
18/10/2015
Renforcer l’organisation et les partenariats (3):
la prise en charge des enfants porteurs de
handicap





Environ 1 500 enfants accueillis sur les temps de
l’ARE (200 de plus qu’en juin 2014) dont 1 050 en
élémentaire et 450 en maternelle
540 postes ouverts pour les accompagner dont 63
pour les CLIS ; le recrutement des AVS est favorisé ;
7 référents handicap qui maillent le territoire
Le principe d’une intégration individuelle – pas
d’ateliers réservés
La DJS a formé 16 éducateurs des activités
physiques et sportives ; ils interviennent dans les
ateliers sportifs pour permettre à des enfants
porteur de handicap d ’ en bénéficier dans les
meilleures conditions. La volonté est de poursuivre
le développement de ce dispositif.
18
18/10/2015
L’indispensable coopération avec l’Education
nationale

Le principe de la journée de prérentrée est acquise pour les personnels
d’animation avec deux heures dédiées au travail avec les directeurs
d’école, sur la base du volontariat des écoles

L’invitation des REV aux conseils d’école se systématise

Les informations au quotidien (listes des enfants, informations
individuelles sur un enfant en particulier…) s’échangent dans la plupart
des cas de façon fluide et évidente

En maternelle, formations conjointes (ASEM, enseignants) sur site sur
demande des équipes d’écoles volontaires (expérimentation en juin
dans 3 écoles maternelles).
19
18/10/2015
Approfondir la réflexion sur les contenus et
l’évaluation : l’exemple des maternelles





Des règles simples qui concourent au respect de
l’enfant et de son rythme :
le réveil échelonné
la mise en place de rituel de passage entre les temps
le maintien du groupe classe
un rythme en 3 temps qui respecte les besoins des enfants : jeu
en autonomie, atelier, temps calme en fin de séance

Des intervenants associatifs (1 par
désormais réservés aux grandes sections
maternelle)

Un travail complémentaire d’analyse et de formation : la
malle cinq sens : recrutement de 2 éducatrices jeunes
enfants et mise en place d’un groupe de travail
rassemblant acteurs de terrain sous pilotage de la sousdirection de l’action éducative
20
18/10/2015
III. Les perspectives (1) : poursuite de l’effort
en matière de ressources humaines

940 ETP crées au budget 2015, pour permettre le recrutement
en 2 ans (2015 et 2016) via plusieurs dispositifs de 2 200
nouveaux animateurs, titulaires et contractuels

Avec l’enjeu de l’intégration et de la formation de l’ensemble
de ces personnels

Le renouvellement du CEJ, en cours de discussion avec la CAF,
permettra d’accompagner cet effort et de mener à bien ces
intégrations, jusqu’en 2018.
21
18/10/2015
Les perspectives (2) : des rythmes installés
dans la durée



Des complémentarités travaillées avec l’Education
nationale : un projet commun de règles
d’encadrement des temps de l’enfant; le principe
d’une demi journée commune de concertation entre
les équipes, pour compléter le dispositif de pré rentrée;
et une volonté commune de laisser toute autonomie
aux acteurs de terrain pour imaginer des
complémentarités.
Avec un dispositif de marché désormais reconduit, les
partenaires deviennent récurrents quand leurs ateliers
ont donné satisfaction.
Mais des innovations restent exigées : un nouvel appel à
projet vient d’être lancé qui inscrit la citoyenneté et les
valeurs républicaines au cœur des propositions
attendues.
22
18/10/2015
Les perspectives (3) : renforcer l’évaluation



La démarche d’évaluation est permanente et permet
d’identifier les axes de progrès (exemple : réflexion
lancée sur l’intérêt de parcours d’ateliers pour les
enfants).
Mais la réflexion doit être conduite en lien avec
l’ensemble des partenaires (DDCS, académie, CAF…),
dans le cadre du PEDT et du nouveau CEJ : elle ne peut
que reposer sur un référentiel commun d’évaluation qui
reste à construire. L’échéance est celle fixée par décret
: la fin du PEDT soit septembre 2016.
Pour disposer d’une première base, la Ville vient de
lancer (janvier 2015) une nouvelle mission de son
Inspection générale.
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
6
Taille du fichier
1 264 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler