close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

C-Effets physiologiques d`un melange sur

IntégréTéléchargement
Effets physiologiques d’un
mélange sur oxygéné sur
l’organisme
Physiologie de l ’O2
 L’O2 est utilisé par les mitochondries dans les
cellules. Elles fournissent, par le biais
d’oxydoréductions, l’énergie nécessaire à la vie.
Il s’agit donc d’un gaz vital dont nous ne
pouvons pas nous passer.
 Cependant, si O2 est respiré sous une pression
partielle trop élevée et/ou trop longtemps, il peut
devenir toxique...
Les radicaux libres oxygène
(ions ou molécules à existence précaire)
 Ils cherchent une stabilité chimique
 Ils arrachent ou cèdent leur(s) électron(s) non
apparié(s) à leur environnement chimique
Lorsque le temps d’exposition et la
PpO² augmentent
 Il se forme plus de radicaux libres
 Il y a débordement du mécanisme de régulation
 Il y a déficit de transmission et de régulation de
l’influx nerveux
 Il y a excitation généralisée du cortex cérébral
Les cibles des radicaux libres





L’ADN
Les enzymes
Les protéines
Les membranes cellulaires
Les alvéoles pulmonaires
Les facteurs aggravants







La nourriture favorise leur production endogène
L’ âge diminue leur neutralisation
La profondeur
L’effort
Le froid
La fatigue, le stress
Le tabac
Les symptômes après la plongée





La fatigue
Des vertiges
Une instabilité
Des crises de convulsions
Des « petits ADD transitoires »
Préventions et conduites à tenir
 Les anti-oxydants n’ont pas fait leur preuve à titre
de prévention
 Ne pas plonger avec un mélange ayant une valeur
limite en PpO² (1.4b si effort?)
 Diminuer la PpO² ambiante en remontant
 Pas de traitement mais un examen médical
Les atteintes hyperoxyques
 En plongée nitrox, les risques hypoxique et fortiori
anoxiques sont improbables.
 Les risques sont donc liés à une exposition à une
pression partielle élevée d ’oxygène… On parle
donc de risques hyperoxiques.
 On distingue deux atteintes, l’une concernant le
système nerveux central l’effet Paul Bert et l’autre
le tissu pulmonaire l’effet Lorrain Smith.
Effet Paul BERT
 L’effet Paul Bert, ou neurotoxicité de l’O2,
correspond à des crises convulsives survenant
lors d’expositions à de fortes pressions
partielles d’O2.
 Cependant, même si la profondeur (la Pp0²)
est primordiale, d’autres facteurs rentrent en
ligne de compte: longue exposition,
essoufflement, fatigue, stress, froid...
Signes annonciateurs de la crise hyperoxique
 accélération de la fréquence cardiaque
 nausées, vertiges
 crampes, contractures des muscles faciaux
 réduction du champ de vision, bourdonnements,
sifflements
 euphorie…
C.A.T.: Diminuer la PpO2 donc remonter !
Effet LORRAIN SMITH
 L ’effet Lorrain Smith de l ’O2 correspond à des
phénomènes irritatifs au niveau du tissu
pulmonaire lors d ’expositions de longues durées
à des Pp0² supérieures à 0,5 b.
 Cette histotoxicité, généralement limitée en
plongée sportive (diminution modérée de la
capacité vitale) peut néanmoins aller jusqu' ’à
l’œdème aigu pulmonaire.
Effets Paul BERT et LORRAIN
SMITH: prise en compte et modélisation
 La toxicité de l ’oxygène doit être prise en compte
pour les plongées au nitrox.
 Les approches classiques ont leurs limites, on ne
peut pas se contenter de limiter la Pp0² max
 Pas de prise en compte de l ’effet cumulatif
 De nouvelles méthodes de modélisation ont mis
au point permettant de suivre et contrôler la
toxicité O2.
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
5
Taille du fichier
252 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler