close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Bruno LÉGER

IntégréTéléchargement
Programme d’Excellence Industrielle et
Scientifique des Territoires
Un Parcours Innovation Industrielle destiné aux enseignants-chercheurs
et aux enseignants du supérieur.
Livret explicatif proposé par
l’AGERA
Pourquoi un tel parcours ?
Les écoles de l’AGERA (Alliance des Grandes Ecoles Rhône-Alpes-Auvergne) souhaitent
proposer à leurs enseignants une formation dédiée aux mécanismes de l’innovation
industrielle et du « cœur de métier » des entreprises, notamment les PME du secteur
manufacturier.
Le renforcement de la proximité entre monde économique et enseignement supérieur est un levier
privilégié pour développer une culture d’innovation et d’entrepreneuriat, et ainsi contribuer à
l’industrialisation durable des territoires. Pour cela, il est indispensable que les acteurs de la
recherche et de l’enseignement supérieur disposent de compétences validées pour comprendre les
ressorts de l’innovation dans les entreprises et dialoguer efficacement avec ses acteurs dans un
équilibre gagnant-gagnant.
Or, les enseignants chercheurs, à commencer par les plus jeunes, privilégient fortement leur
apprentissage scientifique et pédagogique, s’éloignant ainsi d’une connaissance pratique de la
réalité de l’industrie car les enseignants-chercheurs sont reconnus et soutenus au travers
d’indicateurs de performance académique. Une telle situation apparaît paradoxale si l’on considère
par ailleurs les attentes croissantes de la société en termes de retombées pratiques (produits,
emplois) des activités de ces enseignants-chercheurs.
Consciente qu’un déséquilibre pourrait s’installer entre les compétences des enseignants-chercheurs
et les attentes de la société, l’AGERA a conçu pour les enseignants et les enseignants-chercheurs
un parcours en alternance leur permettant d’acquérir des bases de connaissance solides et
pratiques de l’industrie et des mécanismes de l’innovation
L’objectif est de renforcer et/ou développer une culture d’entreprise chez les enseignants et les
chercheurs pour faciliter le dialogue entre le monde économique et l’enseignement supérieur et
soutenir une dynamique d’innovation collaborative
GAGNANT-GAGNANT-GAGNANT
Un parcours triplement gagnant
Pour l’Enseignant :
•
•
•
•
S’imprégner de la culture et du fonctionnement
d’une entreprise
Comprendre les enjeux et les mécanismes de
l’innovation industrielle.
Devenir un acteur plus efficace des processus
d’innovation, y compris des circuits de
financements.
Faciliter le développement de partenariats
industriels.
Pour l’Etablissement d’enseignement
supérieur :
•
•
•
Renforcer les liens avec les entreprises.
Consolider la dynamique des relations
industrielles partenariales en impliquant
directement ses enseignants.
Mettre en place un outil de développement des
ressources humaines et favoriser la formation
continue des enseignants du supérieur.
Pour l’Entreprise :
•
•
•
•
Bénéficier d’un autre regard sur son activité.
Accéder, pendant un temps donné, à un réseau de
professionnels de la recherche.
Mobiliser plus facilement les ressources et
compétences de l’enseignement supérieur.
Entretenir un nouveau type de relations
privilégiées avec l’enseignement supérieur.
3 VOLETS COMPLEMENTAIRES
Parcours en entreprise
•
•
•
•
•
1 période d’immersion initiale de 4 semaines successives
1 mission en entreprise avec la réalisation d’actions concrètes
Une présence totale en entreprise de 10 à 12 semaines à planifier
sur 6 ,12 mois voire 24 mois
La mission est proposée par l’entreprise d’accueil
Un projet conduit autour de l’innovation et de la création de valeur
dans toutes ses dimensions.
Séminaires professionnels
3 ou 4 séminaires de 2 jours pour :
• Donner une vision panoramique des enjeux et du fonctionnement
d’une entreprise (stratégie, pilotage, management, innovation),
• Enraciner l’expérience et faciliter la prise de recul,
• Faciliter les échanges de pratiques entre stagiaires.
Un double tutorat
Un tuteur entreprise et un tuteur institutionnel :
• Des séances de groupe
• Des visites d’entreprises
• Des entretiens individuels avec le tuteur institutionnel
Durée
Un équivalent temps plein de 14 à 16 semaines sur
une durée de 7 à 12 mois (peut se faire sur deux ans)
Profils
Enseignants du supérieur
Cible
10 à 12 personnes par an
Localisation
Parcours en entreprise :
chez un partenaire industriel
Séminaires professionnels : ils auront lieu
dans les établissements de l’AGERA
Frais du programme
Les salaires des candidats restent pris en
charge par les établissements
Frais de missions et frais de séminaires gérés
par l’AGERA
Témoignages d’Enseignants Chercheurs
• Cécile Mattrand, IFMA, immersion chez Aubert&Duval aux
Ancizes
•
La première phase d’observation du de l’expérience d’immersion s’est déroulée
durant 3 semaines en Septembre 2012. Cette période a été extrêmement riche en
découvertes. J’ai réellement apprécié rencontrer l’univers de la production
métallurgique avec lequel je ne suis pas familière et appréhender les méthodes de
travail, d’organisation et de recherche de la performance. J’ai partagé ce temps avec
différents responsables de service, ingénieurs, opérateurs spécialisés et techniciens
qui m’ont rapidement permis de m’imprégner des différents maillons de la chaîne de
fabrication, de l’élaboration de la nuance à la mise en forme du produit en passant
par les différentes opérations de transformation et de contrôle.
•
Durant la deuxième phase j’ai été impliquée dans deux projets portés par le
département Recherche et Développement mais à fort caractère de production. Un
axe de travail a été décliné ensemble autour des méthodes statistiques et
probabilistes pour la description de la population inclusionnaire. Cette problématique
présente un réel intérêt à la fois pour la recherche et la production chez Aubert &
Duval et elle rejoint mes activités de recherche et mes compétences.
Apports
•
L’ expérience m’a permis de réfléchir au fonctionnement de l’entreprise, à ses
attentes et à l’impact sur ma pédagogie et ma recherche. Elle me permet
notamment de sensibiliser les élèves ingénieurs aux problématiques de sécurité, à
l’importance de la réalité de la production et aux liens indissociables entre la
technique et la gestion/management de projets.
•
La phase de participation de projets a permis d’amorcer une découverte mutuelle
entre l’entreprise et l’enseignant-chercheur de l’IFMA et d’ores et déjà d’identifier
un axe de rapprochement autour de la thématique des méthodes statistiques et
probabilistes.
•
Des réunions de rencontres ont été et sont également organisées pour élargir
cette connaissance réciproque et identifier les possibilités de projets communs
entre l’IFMA et Aubert & Duval.
Témoignage Xavier Balandraud, IFMA, immersion Usine des
Gravanches, Michelin
•
La période d'immersion en entreprise a commencé en octobre 2012. Cette
expérience s'est réalisée à l'Usine des Gravanches de la manufacture Michelin à
Clermont-Ferrand, au sein d'un atelier de production. L'objectif de cette immersion
était de placer l'enseignant chercheur dans un environnement industriel nouveau
pour lui, afin de partager la vie et les problématiques d'un site de production.
L'objectif était également de travailler sur une thématique technique liée au gommage
de fils métalliques. L'immersion s'est faite en plusieurs étapes : formation,
connaissance des machines et suivi des activités des équipes de conducteurs
machines, suivi des activités des cadres de l’atelier, discussion dans d'autres ateliers
de l'usine et avec d'autres niveaux de managers, afin d'avoir un regard plus général
sur les problématiques de production et focalisation sur la problématique technique
posée.
•
C'est avec l'aide de M. Gérard Brunel, directeur de l'Usine des Gravanches, que
l'expérience a pu se dérouler avec succès. Xavier Balandraud a ainsi pu échanger
sur plusieurs points d'étonnement de sa découverte d'un site de production. Au delà
des aspects techniques liés à l'activité de l'usine, c'est certainement le management
quotidien de la performance (MQP) qui a été le plus impressionnant. Mais au delà
des "outils" de management et de progrès (Michelin Manufacturing Way), c'est en fait
toute une philosophie du management qui a été découverte : responsabiliser les
personnes, miser sur leur intelligence pour progresser, les faire adhérer aux
démarches... tout en utilisant un management "par objectifs", décliné à tous les
niveaux sous la forme d'indicateurs de performance.
Apports
•
En participant au quotidien des différents acteurs de l'usine, c'est aussi toute une
approche de la démarche de progrès continu qui a pu être découverte : organisation
responsabilisante, formalisation des procédures, indicateurs de performance liés aux
initiatives progrès...
•
Cette immersion ne s'est pas faite sans difficulté. Au delà de la prise de
connaissance du vocabulaire et des sigles propres à l'entreprise, c'est en fait la
compréhension de l'organisation de l'usine qui a pris le plus de temps. Il a fallu
appréhender cette organisation «responsabilisante» dans laquelle les missions sont
données aux équipes plus qu'aux individus.
•
En conclusion, c'est avec un regard complètement nouveau sur l’usine que Xavier
Balandraud sort de cette expérience. C'est évidemment cette sensibilité nouvelle qu'il
utilisera dans son activité auprès des élèves ingénieurs dans le cadre de son
enseignement et de ses encadrements de projets industriels.
Témoignage de Delphine Moinard,ECAM- Lyon, immersion
Vision Systems
•
•
•
•
« Depuis quelques années, je ressentais le besoin de me rapprocher du milieu
industriel pour connaitre la culture entreprise afin de répondre au mieux aux
demandes industrielles que nous recevons. Enseignant chercheur depuis 7 ans au
sein de l’ECAM-Lyon, je suis amenée à travailler très régulièrement avec différentes
entreprise à travers des expertises techniques qui me sont confiées, ou des projets
de recherche et développement auxquels je participe. Ces contacts répétés ont
suscité ma curiosité et mon envie de m’immerger au cœur de l’entreprise pour mieux
connaitre son fonctionnement et comprendre les enjeux et les mécanismes de
l’innovation industrielle.
Grace au projet « parcours innovation industrielle », proposé par l’Agera et en accord
avec l’ECAM, j’ai eu la chance de pouvoir intégrer une entreprise durant plusieurs
mois.
Je suis donc actuellement à mi-temps, jusqu’en mars dans le service R&D de Vision
Systems ou je viens de finir mon premier mois en immersion complète (100% du
temps dans l’entreprise). Cette période, très riche, a été un véritable challenge pour
moi en me permettant de me remettre en cause tout en découvrant un nouvel
environnement. Très chaleureusement accueillie, je participe à des projets
techniques mais aussi à toute la vie et à l’organisation de l’entreprise. Vision
Systems, entreprise très innovante, a fait preuve d’une totale transparence sur ses
savoirs faires et sur l’ensemble de son fonctionnement.
Après ce premier mois, je pense que nous sommes tous satisfaits de cette
collaboration et j’ai déjà hâte d’y retourner ! »
Témoignage J.P Viricelle, Ecole des Mines de Saint-Etienne, immersion
Electricfil Automotive, équipementier automobile, à Beynost
•
Enseignant-chercheur à l’EMSE, mes thématiques de recherches concernent, entre
autre, le développement de capteurs de gaz pour des applications automobiles.
Mais, entre la recherche d’un principe de détection, sa validation au laboratoire par
le développement de prototypes et l’aboutissement à un produit industriel, il y a tout
un monde que le chercheur peut largement sous-estimer par méconnaissance de la
phase d’industrialisation d’un produit.
•
Etre plongé au cœur d’un service de recherche avancée chez un équipementier
automobile, en amont d’équipes de pré-industrialisation permet de prendre toute la
mesure de la problématique industrielle. Avant même les aspects techniques, avoir la
connaissance des marchés, du positionnement des concurrents et de la propriété
industrielle est un point de départ incontournable. Vient ensuite la gestion du projet,
avec prévisions des ressources humaines, matérielles et financières dans le temps,
avec le phasage des différentes étapes et jalons associés. Le développement
technologique pourra ensuite commencer, mais avec prise en compte dès le départ
de toutes les contraintes associées à la production et à la fonctionnalité et vie du
produit, ce qui exige un panel de compétences très large.
Témoignage, Pascal Ray, ex Directeur IFMA
•
Afin de renforcer ses relations avec le monde de l’entreprise, l’IFMA et sa Fondation
regroupant 44 entreprises ont souhaité mettre en place un parcours innovation industrielle
depuis 3 ans. Tout nouvel enseignant et enseignant chercheur recruté effectue ce
parcours. Les personnels en poste peuvent aussi l’effectuer.
•
Des mesures d’accompagnement sont mises en place avec une décharge horaire ou une
prime en fonction du choix de l’enseignant. C’est un investissement financier important de
l’école en masse salariale. La Fondation participe aux frais de déplacement en fonction de
l’éloignement.
•
Cette décision politique a permis aux enseignants de découvrir le monde de l’entreprise et
tisser des liens pour des stages, des projets industriels et des projets de recherche. Nous
sommes donc dans une démarche « gagnant, gagnant, gagnant », pour l’enseignant, pour
l’école et pour l’entreprise. L’école a renforcé ses relations industrielles depuis et les
enseignants ont fait progresser leur pédagogie fort de cette expérience.
•
A encourager fortement dans les écoles d’ingénieur, les relations avec le monde
économique font partie de notre marque de fabrique !
Conclusion
•
Le parcours industriel est donc une chance pour des enseignants-chercheurs
d’appréhender toutes ces problématiques afin d’avoir une meilleure compréhension des
attentes industrielles et de les faire partager à leurs élèves.
•
Il permet aussi à moyen et long termes de redonner de l’appétence pour les métiers de
l’industrie aux jeunes formés dans les écoles du réseau AGERA et d’ainsi participer à la ré
industrialisation des territoires rhônalpin et auvergnat.
•
Contacts : Bruno Léger, Directeur Institut Fayol, EMSE : bruno.leger@emse.fr
Guillemette Laferrère, AGERA : laferrere@agera.asso.fr
Pascale Payan, AGERA : payan@agera.asso.fr
2ème séminaire 19-20 novembre 2014
•
Lieu : campus industriel de Saint Etienne, dans les locaux de l’IRUP
•
Programme : INITIATION A l'EXCELLENCE OPÉRATIONNELLE
Objectifs de la formation:
Initier l’approche globale de la performance industrielle de l’entreprise, et faire
pratiquer l’excellence opérationnelle par l’observation de la valeur ajoutée et la
déclinaison du plan d’actions, en s’appuyant sur la démarche du Lean
Management au travers des 3 dimensions de l’excellence opérationnelle: Système
opérationnel, Système de management (gestion et organisation), Système
comportemental et état d’esprit (culture).
2ème séminaire 19 et 20 novembre 2014
• Contenu de la formation :
Introduction à l’excellence opérationnelle:
• Évolution du contexte industriel
• Notion de Valeur ajoutée
• Gaspillage, variabilité, inflexibilité
• Les 3 dimensions du LEAN Management
Diagnostic
• Cartographie des flux de valeur (VSM)
• Diagnostic du système de pilotage
• Diagnostic de l’état d’esprit (culture)
•
Mise en œuvre:
• Transformation par les A3
o Le pilotage de la performance
o Le processus d’amélioration continue
o Chantier KAIZEN et résolution de problèmes
• Mise en place des standards
o Pilier des flux (JAT, Flux tirés, lissage, équilibrage, mise en ligne, tournées logistique, …)
o Pilier JIDOKA (séquences de détection, ANDON, résolution de problèmes)
o Les outils opérationnels (5S, SMED, TPM, outils qualité, …)
•
Pérennisation:
• Vérification des standards
• Boucle d’audits et confirmation des processus
2ème séminaire 19-20 novembre 2014
• Méthodologie : Mise en pratique des concepts et outils
La formation laisse une très large place à la pratique, au travers d’un atelier
pédagogique échelle 1 implanté sur le Campus Industriel à St Étienne. Cet atelier
produit des porte-clés et des clés USB personnalisables. Le processus manufacturier
(nomenclature à plusieurs niveaux, gamme complexe) est basé sur des opérations
d’achat, de fabrication et d’assemblage de composants standards et/ou personnalisés.
L’atelier est composé d’une ligne de fabrication, assemblage et paramétrage de la clé
et d’une ligne de fabrication des conditionnements (boîtes), le tout portant les valeurs
suivantes :
o Complexité des flux (physiques et d’informations)
o Opérations variées (impression 3D, laminage, transfert d’encre, cuisson,
assemblage, conditionnement, …)
o Eco-conception (sourcing local, matériaux recyclés, …)
o Personnalisation (impression 3D, modularité, boîte personnalisable,…)
Notre pédagogie repose sur un principe fort d’alternance entre apports théoriques et
mise en pratique sur des cas concrets et réels (j’analyse / je cherche des solutions / je
conduis les changements / je pérennise)
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
5
Taille du fichier
1 001 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler