close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Ca vous dit quelque chose

IntégréTéléchargement
• Toutes les femmes de 10 à 98 ans sont
potentiellement enceintes et doivent se voir
piquer des bêta-hCG.
• Corollaire : elles n’ont pas mal au ventre mais
elles présentent une GEU
• Tous les patients sont insuffisants rénaux,
allergiques à l’iode et à tous les
antibiotiques, diabétiques et d’une manière
générale polydaubés.
• Une rhinopharyngite nécessite un bilan
complet (NFP, iono étendu, coag, bilan
hépatique, fonction rénale, VS-CRP, hémoc,
EAL, électrophorèse des protéines sériques et
urinaires, IDR, BK-crachats, BU, ECBU, PL, RP,
TDM-TAP, IRM cérébrale, myélo +/- BOM, et
s’il s’agit d’une femme de 10 à 98 ans, bêtahCG).
• En effet, le plus souvent, il n’y a pas de points
négatifs.
• Les intoxications au CO ou médicamenteuses,
la myélite transverse lupique, les tumeurs
primitives osseuses et cérébrales, l’épilepsie
partielle chez l’enfant, la légionellose, les
transplantations, l’ischémie aiguë du
membre inférieur, la NEM-1 et le CNEMFO
sont des situations très dangereuses car elles
peuvent vous envoyer dans le trou du cul de
la France.
• Ce sont d’ailleurs ces pathologies que vous
verrez le plus souvent en pratique si on se fie
aux bouquins de cas cliniques.
• Toute femme jeune souffre soit d’un lupus,
soit d’une thrombophlébite cérébrale, soit
d’une SEP.
• Tout enfant de 3 ans présentant une LAL
devra aller au CECOS avant d’être traité.
• Avant de décider d’une prise en charge
thérapeutique, il faut effectuer une batterie
de tests diagnostics dont il faudra discuter les
valeurs prédictives positives et négatives, la
sensibilité et la spécificité (et donc le taux de
faux positifs ou faux négatifs).
• Devant une angine, il faut discuter du rapport
bénéfice-risque avec le patient, présenter son
cas en concertation pluridisciplinaire,
éduquer le patient et l’informer sur sa
maladie, proposer un soutien psychologique
à lui et à sa famille avant de le mettre sous
bêta-lactamines comme une pénicilline du
groupe A, de l’amoxicilline par exemple, en
l’absence d’allergie ou d’autres contreindications, si le TDR réalisé préalablement
est positif et n’est pas un faux positif (cf.
supra).
• Tout diagnostic doit être exprimé par une
succession de tous les synonymes possibles
pour la pathologie en cause.
• Et ça c’est pas être paranoïaque, c’est juste
qu’on ne sait pas lequel des synonymes va
coter.
• Toute pathologie est potentiellement
d’origine professionnelle et/ou à déclaration
obligatoire.
• Finalement médecine du travail chez les
vaches c’est pas si mal…
• Toute sarcoïdose se révélera par une uvéite
antérieure aiguë dans le cadre d’un syndrome
d’Heerfordt, toute anémie de Biermer
provoquera une sclérose combinée de la
moelle, tout traitement antipsychotique se
compliquera d’un syndrome malin des
neuroleptiques, tout patient souffrant de LLC
présentera un syndrome de Richter et toute
EI sera diagnostiquée devant un faux panaris
d’Osler et un érythème palmo-plantaire de
Janeway.
• Un compte-rendu d’échographie est
forcément douteux car cet examen est
opérateur-dépendant.
• Tout patient se présentant aux urgences sera
hospitalisé en réa ou en USI, scopé et avec 2
voies veineuses périphériques de bon calibre.
• Cette règle est inapplicable en cas
d’insuffisance rénale, même débutante, car il
faut préserver le capital veineux.
• Et surtout ça peut coter
• Manger un Big Mac® c’est risquer un
syndrome urémique et hémolytique.
• Une femme n’a jamais ses règles, elle n’a que
de potentiels cancers de l’endomètre.
• Tous les parents sont des monstres de
cruauté qui maltraitent leurs enfants ; les
enfants ne peuvent pas se casser l’avant-bras,
ils sont forcément battus
• Corollaire : les enfants ne tombent jamais
accidentellement dans les escaliers, ce sont
les parents qui les ont poussés
• Un cliché de radio c’est facile à interpréter :
on voit ce qu’on a envie de voir parce que la
présentation clinique est typique.
• Et surtout, ça côte.
• Une grossesse normale n’existe pas.
• Vous pleurez en pensant que vous allez jouer
votre avenir en 12h, pour évaluer 4 ans de
deuxième cycle, et sans être assuré de faire
ce que vous voulez, où vous voulez.
• L’ENC est un examen à la con.
• Lire ce diaporama, c’est du temps passé à ne
pas travailler et donc s’éloigner de 50 km de
la ville de son choix.
Ca vous dit quelque chose ?
Alors bon courage…
… et on se revoit à l’amphi de
garnison…
… avec un tube de vaseline,
parce que :
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
4
Taille du fichier
306 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler