close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

BEAUVAIS_(2)France

IntégréTéléchargement
France
Volet 2.
Beauvais est une ville française du nord du bassin
parisien, située sur la rive gauche du Thérain, affluent de
l'Oise.
Cette ville a subi les ravages des deux guerres mondiales
qui sévirent au XXe siècle.
« Bonne ville de France, vieille cité de l'Île-de-France, cité
meurtrie, cité mutilée… ». C'est en ces termes que le général
De Gaulle salue Beauvais en août 1945. Il faut en effet
reconstruire sur les 43 hectares de déblais, quadrillés par
des rues désertes. « Les témoins du passé sont morts et
bien morts » disait l'architecte Georges Noël.
Le plan de reconstruction s'efforce de respecter l'équilibre
des anciens quartiers, avec des rues plus larges,
plus régulières. Il faut attendre 1960 pour que les
travaux s’achèvent. Des nouvelles cités sont
édifiées sur les plateaux et des nouvelles
industries redonnent du dynamisme à la ville.
Vue de la ville après la guerre. Au premier plan, la cathédrale Saint-Pierre.
La place Jeanne Hachette
L’Hôtel de Ville.
Ce quartier, bordé de
maisons moyenâgeuses,
situé derrière la cathédrale
Saint-Pierre, a été
miraculeusement épargné
par les guerres.
La fontaine « la naissance de Vénus »
L'église Saint-Étienne de Beauvais est réputée à deux titres distincts : elle est la juxtaposition d'une
nef romane des XIIe et XIIIe siècles et d'un chœur gothique flamboyant du XVIe siècle ; mais elle est
surtout considérée comme un musée de la peinture sur verre au XVIe siècle.
Vue depuis le nord-ouest.
Le portail nord de l'avantdernière travée du bas-côté
nord est d'un intérêt
extraordinaire, notamment pour
la sculpture de son tympan et de
sa quadruple archivolte. Ainsi
que par l'adjonction du porche
en bois du XVIe siècle, le portail
avait été horriblement mutilé
comme l'indiquent les
descriptions de l'époque. Il a
ensuite été profondément
restauré en 1851.
Des fouilles archéologiques effectuées de 1902 à 1905 ont fait connaitre l’existence d’un balnéaire
gallo-romain autour et dessous l’église.
Tourelle d’escalier près du
croisillon sud.
Piéta du XVIe siècle (auteur anonyme)
La Vierge est entourée de saint Jean à sa droite et de saint Étienne à sa gauche.
Celui-ci présente le chanoine
Sur les 49 stalles du XVIe siècle qui étaient placées autrefois dans le chœur, 30 ont été restaurées et
installées dans le chevet.
Piéta, copie en plâtre d'une sculpture de Justin Chrysostome Samson (Grand Prix de Rome en 1861).
L'original en bronze se trouve dans l'église de Nemours.
Retable de la chapelle
Sainte-Marthe, en pierre
polychrome, attribué à
Jean Lepot - 1er quart du
XVIe siècle).
A la droite du Christ aux
liens, sainte Marguerite.
Bras nord du transept. Retable du XVIIIe siècle avec le tableau« Jésus recevant les adorations de
l'univers » de N. Delobel, 1732.
La chapelle Notre-Dame de Lorette présente une Vierge en bois polychrome du XVIIIe siècle.
En arrière-plan, la chapelle du Saint-Sépulcre occupée par le baptistère.
Le baptistère et la statue de sainte Marie-Madeleine.
La chapelle du Saint-Sacrement (ou chapelle axiale de la Vierge) avec ses vitraux des années 1520.
Dans le déambulatoire nord, la porte de la sacristie, de style Renaissance, et une statue en pierre du
XVIe siècle : le « Christ aux liens ».
La chapelle Saint-Claude et ses superbes vitraux du XVIe siècle. A gauche, la vie de saint Claude et, à
droite, l’arbre de Jessé.
Engrand le
Prince, l'auteur de
l'Arbre de Jessé de
cette église, est
considéré comme
le plus grand
maître-verrier de
tous les temps.
Par sa technique
et la qualité de
son art, il a été
comparé à
Raphaël et à
Léonard de Vinci.
« L'Arbre de Jessé »
d'Engrand le
Prince (1522) est le
plus célèbre vitrail
de Saint-Étienne de
Beauvais.
Vitrail, du XVIe
siècle, de la même
facture que celui de
l’arbre de Jessé. Il
retrace la vie de
saint Claude.
Ci-dessus, Jésus aux jardin des
Oliviers, tableau du XVIIIe siècle.
A gauche, «Le baptême du Christ»
par Alexis Ledieu, 1867.
Toutes les clefs de voûte sont de sculptures différentes les unes des autres.
L'orgue de tribune remonte
au milieu du XVIIe siècle.
Il a été restauré à plusieurs
reprises, la dernière fois en
1995.
Vitrail du « Jugement dernier » par Engrand le
Prince, vers 1522.
Vitrail : « La Légende de la Santa Casa »,
XVIe siècle.
Vitrail de la chapelle SaintEustache offert par trois
familles différentes.
Œuvre du XVIe siècle créée
dans l’atelier Le Prince.
« La Transfiguration », de
Mme Weiss-Grüber - XXe s.
« Le martyre de saint
Etienne » de Claude
Courageux - XXe s.
Chapelle Saint-Pierre, ancien autel du chevet (XVIIIe siècle).
Statue de bois du XVIe siècle
dans la nef romane :
Sainte Wilgeforte crucifiée.
La légende de sainte Wilgeforte.
C'est la fille d'un roi du Portugal
qui veut la marier à un païen.
Désespérée, elle prie Dieu de la
rendre laide. Dans la nuit, une
barbe lui pousse. Son père,
furieux, la fait crucifier. Pour
l'anecdote, notez que cette
statue faillit être emportée par
le maréchal Göring, quand il
visita l'église en 1942..
Statue de sainte Angadrème
(XVIe siècle).
Patronne de la ville de
Beauvais.
La plus ancienne maison de Beauvais date du XVe siècle. Elle a été
démontée et remontée à l’identique, derrière la cathédrale Saint-Pierre.
Chasse-marée
« Hommes qui ont assuré le transport rapide du poisson frais depuis le littoral
jusqu’aux villes de l’intérieur à l’aide de chevaux bâtés ou attelés. Ils exercèrent leur
métier depuis le Moyen-âge jusqu’à l’arrivée du chemin de fer. Beauvais se situant au
point de convergence de plusieurs routes du poisson vit affluer en ses murs la
majeure partie du poisson pêché sur les côtes picardes destiné à Paris comme
l’atteste l’existence d’une rue des Chasse-marée qui avait été débaptisée en 1862 …En
ce jour du 24 Septembre 2005, ce fait historique est rétabli. »
Vestiges d’une ancienne
collégiale datant du XIIe
siècle.
Remparts de la ville.
Cette Galerie nationale de la tapisserie abrite également , de façon
ponctuelle, différentes expositions. En ce début de printemps 2009, on
pouvait admirer les superbes peintures de André Maire (1898-1984). Ce
dernier a couru le monde, armé de ses crayons et pinceaux..
André Maire
André Maire
André Maire
André Maire
Toutes les tapisseries exposées
ont été fabriquées du XVIe au
XVIIIe siècle.
Informations prises à l’Office du tourisme de Beauvais.
Photos personnelles.
Musique : Blue dreams par Daniela de Santos.
Conception et réalisation : L. Cavallari.
Date : mars 2009 réactualisé en mai 2015.
Lilymage1@gmail.com
Mes diaporamas sont hébergés sur les sites de :
www.imagileonation.com
www.chezjoeline.com
Le Corbusier
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
4
Taille du fichier
6 470 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler