close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Aucun titre de diapositive

IntégréTéléchargement
Histoire de
l’Hôpital de La Croix-Rousse
De l’annexe de l’Hôtel-Dieu (1861)
au Centre-Hospitalier-Nord de Lyon
Pierre COEUR
Après la visite du prince-président à Lyon en 1851,
le pouvoir central parisien, soucieux du maintien de l’ordre,
annexe à la ville, en 1852,
comme celles de Vaise et La Guillotière,
la commune de La Croix-Rousse.
La ville de Lyon,
alors sous l’autorité du préfet Vaïsse,
décide de mettre dans la « corbeille de mariage »,
avec des « canuts » très particularistes et
révoltés vingt ans plus tôt,
l’Hôpital de La Croix-Rousse,
rattaché aux Hospices Civils de Lyon
(Hôtel-Dieu, Charité, Perron et Antiquaille)
qui ouvre en 1861 au milieu des jardins et des vignes ;
de plus, l’Hôtel-Dieu était fortement encombré et
l’on avait fermé l’hôpital de la Quarantaine en 1855.
Plan
Introduction
Construction de 1856 à 1861
Les débuts
Les guerres
Entre les deux guerres
L’après-guerre
Fin du XXè siècle
Projets pour le 3è millénaire
CONSTRUCTION de 1856 à 1861
Une commission de 7 administrateurs des Hospices
choisit la propriété Chazal au 72 - 74 rue de Cuire et
fit acheter des lots limitrophes à Bouteille et
surtout à la Veuve Guillot pour ouvrir l’hôpital sur la Grand’Rue
de La Croix-Rousse
entre deux immeubles
... toujours debout en 2 000 ;
on passait de 2,8 à près de 7 hectares,
mais l’enclavement derrière « la paroisse » devait perdurer,
malgré des acquisitions au sud en 1898 et 1900.
En novembre 1855, le Conseil d’Administration des Hospices décida de
la réalisation en pierre du Beaujolais
selon les plans de l’administrateur Saint-Clair Duport et de
l’architecte Christot qui s’inspira de réalisations françaises et belges.
Le 7 décembre 1861, on inaugurait,
sous le vocable éphémère de Saint-Joseph,
cette annexe de l’Hôtel-Dieu qui ne s’autonomisera qu’en 1890.
« Sur le plateau , lieu aéré
avec un air pur qui circulait
librement dans tous les bâtiments »
LES DEBUTS en MEDECINE
On ouvrit 330 lits de médecine générale
(surtout phtisiologie et rhumatologie)
dont 60 payants,
répartis en 8 salles (de 60 malades au plus)
à la disposition des malades de La Croix-Rousse, et
dans la mesure des places disponibles, de Lyon ou Caluire-et-Cuire,
soignés par
4 médecins (Frêne, Drutel, Chatin et Faivre) et
4 internes de l’Hôtel-Dieu,
des frères et 6 sœurs
recrutés dans les quatre autres établissements existants.
En 1871, on ouvrit une consultation gratuite
qui reçut 2 000 personnes dans cette première année.
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
4
Taille du fichier
5 890 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler