close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

24 et 25 décembre 2015 - Paroisse St Pierre le jeune

IntégréTéléchargement
Homélie Noël 2015
24 et 25 décembre 2015
PAROISSE CATHOLIQUE
SAINT-PIERRE-LE-JEUNE
7 rue Saint-Léon
67000 STRASBOURG
Tél. 03 88 32 43 19
paroisse.cath.stpierre@wanadoo.fr
www.paroisse-catholique-stpierre.com
Frères et sœurs bien-aimés dans le Christ,
1- Comme chaque année, avec les enfants de la crèche vivante pendant la messe des
familles, ou au cours des autres messes de la Nativité, nous ferons nôtre ce chant
des anges dans la nuit de Noël.
2- Comment peut-il résonner en nous après les terribles attentats meurtriers du 13
novembre dernier à Paris que nous avons tous en mémoire ? Comment pouvons-nous
chanter la gloire de Dieu, et accueillir le don de la Paix, alors que notre monde est
en proie à la guerre, à la violence ?
Lorsque nous fêtions Noël chez nous en France les années passées, la guerre pouvait
nous sembler une réalité lointaine. Mais cette année nous y sommes directement
confrontés.
Fini donc l’angélisme ! Notre pays doit faire face à la menace terroriste. La mort, la
menace lourde et pesante s’installent dans notre quotidien.
Le Pape François ne disait-il pas que nous sommes dans la troisième guerre
mondiale, mais disséminée, en petits morceaux, un peu partout ?
Le prophète Isaïe, dans la première lecture annonçait la venue du Messie comme la
venue du Prince de la Paix.
Les récits de la Nativité eux-mêmes nous montrent le cœur endurci de l’humanité,
qui a du mal à accueillir l’Enfant. Dès le début il est, lui aussi rejeté, laissé dehors
au froid, contraint à naître dans une étable parce qu’il n’y avait pas de place dans la
salle commune (Lc 2,7). Et si le Fils de Dieu a été traité ainsi, combien plus encore
le sont tant de nos frères et sœurs !
A côté de la paix, la crèche dit aussi une réalité dramatique : celle du refus. Dans
certaines représentations iconographiques, tant de l’Occident que de l’Orient - je
pense par exemple à la splendide icône de la Nativité d’Andrei Roublev – l’Enfant
Jésus ne semble pas être étendu dans un berceau, mais déposé dans un tombeau.
L’image, qui veut relier les deux principales fêtes chrétiennes – Noël et Pâques –
montre qu’à côté de l’accueil joyeux d’une nouvelle naissance, il y a tout le drame
dont Jésus est l’objet, méprisé et rejeté jusqu’à la mort sur la croix. (Pape François,
Discours au Corps diplomatique, 12 janvier 2015)
A côté des vies rejetées à cause des guerres ou des maladies, il y a celles de
nombreuses personnes déplacées et refugiées, parce que devant fuir leur pays.
3- Quel tableau morose me direz-vous, en cette fête de Noël !
Mais non, ses traits sont fondés sur une véritable espérance dans le Christ qui est
Lui- même notre Paix. Habités par cette espérance, ne nous laissons pas ravir la joie
de fêter Noël en famille.
Alors que le monde est malheureusement perpétuellement en guerre, le Christ, par
sa naissance en notre monde a brisé le cercle infernal de la violence. Il a désarmé
la haine.
Noël est la fête de la Paix, la fête de la Vie.
« Au commencement était le Verbe. Il était auprès de Dieu. En Lui était la Vie. »
(Jean 1,2)
Il nous a donné la Vie, la Vie plus forte que la mort.
Car lorsque le Christ prend la condition des hommes, la nature humaine en reçoit
une incomparable noblesse. Il devient tellement l’un de nous que nous devenons
éternels (3ème préface de la Nativité)
Joignons notre joie à celle des anges et chantons la gloire de Dieu qui resplendit sur
le visage du Christ et sur le visage de tout homme à accueillir et à respecter comme
un frère.
Comme nous faisons bien de fêter Noël en famille, portés par la douce joie et
l’émerveillement des enfants.
Nos familles sont le lieu de transmission de la vie, d’apprentissage de la vie et de la
paix.
Joyeux Noël à vous tous, frères et sœurs bien aimés,
Que brille dans nos cœurs la petite flamme espérance dont parlait Charles Péguy.
Amen
Père Jérôme HESS
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
4
Taille du fichier
143 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler