close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

26 et 27 décembre 2015 - Paroisse St Pierre le jeune

IntégréTéléchargement
Homélie du dimanche 27 décembre 2015
Sainte Famille
PAROISSE CATHOLIQUE
SAINT-PIERRE-LE-JEUNE
7 rue Saint-Léon
67000 STRASBOURG
Tél. 03 88 32 43 19
paroisse.cath.stpierre@wanadoo.fr
www.paroisse-catholique-stpierre.com
Frères et sœurs bien-aimés dans le Christ,
1- Il y a deux jours, dans l’actualité de notre monde, nous fêtions Noël, avec au plus profond
de nos cœurs la lumière de la petite flamme espérance, chère à Charles Péguy.
Je vous invitais alors à ne pas vous laisser ravir la joie de fêter cette fête en famille, si possible.
Nous le savons en effet, la famille est le meilleur rempart contre la violence, la meilleure école
d’apprentissage de la foi, de la paix et du respect du prochain.
Les récits évangéliques de l’enfance de Jésus nous rappellent le rôle primordial pour le Christ
de la Sainte Famille que nous fêtons aujourd’hui, alors que sa naissance eut lieu en une
humanité blessée et continuellement déchirée par des tensions et des conflits de toute sorte.
Le roi Hérode, dont il est sera question demain, à l’occasion de la fête des Saints Innocents, en
est l’emblème, qui en sentant son autorité menacée par l’Enfant Jésus, fait tuer tous les
enfants de Bethléem.
La Sainte Famille dut fuir en Egypte
2- Ce n’est qu’après cet exil qu’elle put venir à Nazareth, où Jésus grandit auprès de Marie et
de Joseph en intelligence et en sagesse
« Il descendit avec eux pour se rendre à Nazareth, et il leur était soumis. Sa mère gardait dans son
cœur tous ces événements.
Quant à Jésus, il grandissait en sagesse, en taille et en grâce, devant Dieu et devant les hommes. » (Lc
2,51-52)
C’est là toute la spiritualité de la vie humble et cachée de Jésus à Nazareth qui peut aider nos
familles dans leur vie spirituelle.
Le Bienheureux Charles de Foucauld, baptisé dans notre paroisse et particulièrement vénéré
à Saint Pierre Le Jeune, dont c’ était le dixième anniversaire de la béatification le 15 novembre
dernier, et dont nous célèbrerons le centième anniversaire de la mort le 1 er décembre 2016,
nous conduit sur ce chemin.
« Oui le Bienheureux, peut être comme peu d’autres, a deviné la portée de la spiritualité qui émane de
Nazareth. Ce grand explorateur abandonna en hâte la carrière militaire, fasciné par le mystère de la
Sainte Famille, de la relation quotidienne de Jésus avec ses parents et ses proches, du travail silencieux,
de la prière humble. Regardant la Famille de Nazareth, frère Charles discerna la stérilité du désir de
richesse et de pouvoir ; il se fit tout à tous par l’apostolat de la bonté : attiré par la vie érémitique, il
comprit vite qu’on ne grandit pas dans l’amour de Dieu en évitant les servitudes des relations
humaines. Parce que c’est en aimant les autres qu’on apprend à aimer Dieu ; c’est en se penchant vers
son prochain qu’on s’élève jusqu’à Dieu. A travers la proximité fraternelle et solidaire avec les plus
pauvres et les plus abandonnés, il comprit que, finalement, ce sont eux qui nous évangélisent, en nous
aidant à grandir en humanité.
Pour comprendre aujourd’hui la famille, entrons nous aussi – comme Charles de Foucauld – dans le
mystère de la Famille de Nazareth, dans sa vie cachée, ordinaire et commune, comme celle du plus
grand nombre de nos familles, avec leurs peines et leurs joies simples : vie tissée de patience sereine
dans les contrariétés, de respect pour la condition de chacun, de cette humilité qui libère et fleurit dans
le service ; vie de fraternité qui surgit du fait de se sentir partie d’un unique corps.
La famille est le lieu d’une sainteté évangélique, réalisée dans les conditions les plus ordinaires. Il s’y
respire la mémoire des générations et s’y enfoncent des racines qui permettent d’aller loin. C’est le lieu
du discernement, où on s’éduque à reconnaître le dessein de Dieu sur sa propre vie et à l’embrasser
avec confiance. C’est un lieu de gratuité, de présence discrète, fraternelle et solidaire, qui apprend à
sortir de soi-même pour accueillir l’autre, pour pardonner et se sentir pardonnés. » ( Pape François ,
Homélie pour la veillée de prière en préparation du Synode sur la famille, 3 octobre 2015)
3- Oui, frères et sœurs bien aimés, à la suite du Synode sur la famille, fréquentons l’école de
l’Evangile de Nazareth. En cette fin d’année civile, et au seuil d’une nouvelle année, confions
nos familles et toutes les familles de la terre à l’intercession de la Sainte Famille de Jésus, de
Marie et Joseph.
Je vous invite à le faire régulièrement à l’aide des belles images de prière que vous avez
reçues au mois d’octobre, et dont j’espère qu’elles ont trouvé une place de choix dans votre
coin-prière, dans un missel, ou dans un livret de prières :
Jésus, Marie et Joseph
en vous nous contemplons
la splendeur de l’amour véritable,
à vous nous nous adressons avec confiance.
Sainte Famille de Nazareth,
fais aussi de nos familles
des lieux de communion et des cénacles de prière,
des écoles authentiques de l’Évangile
et des petites Églises domestiques.
Sainte Famille de Nazareth,
que jamais plus dans les familles on ne fasse l’expérience
de la violence, de la fermeture et de la division :
que quiconque a été blessé ou scandalisé
connaisse rapidement consolation et guérison.
Sainte Famille de Nazareth, apprends-nous
le caractère sacré et inviolable de la famille,
sa beauté dans le projet de Dieu.
Jésus, Marie et Joseph
écoutez-nous, exaucez notre prière. Amen
Père Jérôme HESS
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
4
Taille du fichier
182 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler