close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Achetez vos places sur notre site web Avant-première

IntégréTéléchargement
et
Tick
Achetez vos places
sur notre site web
l 243
du 23 décembre 2015 au 2 février 2016
cinéma & culture au cœur de Liège
Lundi 25 janvier à 20 h
Avant-première
+ réalisateur
journal des Grignoux 243 2 du 23 décembre 2015 au 2 février 2016
MERCI !
N
ous vous en avons parlé et reparlé,
dans notre journal, sur nos écrans,
dans les medias, souvenez-vous : notre
fameux appel à obligations ! L’idée était
que nos spectateurs participent au
financement de l’équipement du Caméo
en nous prêtant de l’argent sur 10 ans,
avec un taux d’intérêt modeste pour s’y
retrouver.
Nous y croyions, c’est sûr, mais nous
ne savions pas trop quelle somme totale
nous allions pouvoir lever. La brochette
était donc large : pour que l’appel ait
lieu, il nous fallait entre 100 000 et 650 000
euros (soit la totalité des coûts liés à
l’achat des projecteurs, serveurs et leur
installation). Cet appel, c’était aussi une
porte ouverte au financement alternatif
pour le monde associatif. Loin des crédits-ponts aux taux usuraires, véritables
freins au développement, faire appel
à des citoyen-ne-s qui soutiennent le
travail quotidien d’acteurs associatifs
ancrés dans les réalités locales et porteurs d’alternatives, était aussi un des
objectifs.
Eh bien, grâce à vous, nous avons
récolté l’entièreté de la somme, soit
650 000 euros ! Merci à vous tous, qui
y avez cru avec nous et contribué, que
Un mois de janvier particulièrement fulgurant.
Fidèle au cérémonial des Oscars, le meilleur du
cinéma américain est au rendez-vous.
Quentin Tarantino se frotte à nouveau au western avec ses Huit salopards. Et la nouvelle coqueluche d’Hollywood, Alejandro Iñárritu, se lance également dans
l’aventure avec The Revenant, l’évocation enragée d’un trappeur
abandonné et laissé pour mort par des collègues indélicats.
Si vous appréciez moyennement coups de feu et prouesses
équestres dans les grands espaces, vous pourrez jeter votre dévolu
sur des romances racées telles Carol ou The Danish Girl.
Les cinéastes Todd Haynes (Velvet Goldmine) et Tom Hooper
(Le discours d’un roi) poussent leurs comédiens dans les cordes
de l’excellence et avec une infinie délicatesse nous montrent que
la sexualité et l’état amoureux peuvent prendre des lignes de fuite
peu prévisibles.
Les amateurs d’univers décalés ne rateront pas Joy de David O.
Russell (Happiness Therapy). Cette fois-ci, il nous a concocté un
mélange savoureux entre drame, biopic et comédie improbable.
Tout comme le film de Nanni Moretti (Mia madre), le dernier
film de Jia Zhang-ke, Au-delà des montagnes, a été snobé au
dernier festival de Cannes. Pourtant le réalisateur de A Touch of Sin
signe une œuvre ample et populaire en insufflant une dimension
romanesque jubilatoire à son cinéma toujours enraciné dans les
convulsions de la Chine contemporaine.
Sans nous prendre pour les fins visionnaires du cinéma belge,
nous pouvons vous affirmer que 2016 sera une année particulièrement féconde.
Bouli Lanners sortira le 24 février Les premiers, les derniers, les
frères Dardenne sont en train de monter La fille inconnue, le film
Belgica de Felix Van Groeningen est annoncé pour le 3 mars… Et
c’est Joachim Lafosse qui dégaine le premier avec ses Chevaliers
blancs. Le cinéaste parvient encore à nous surprendre et à dévoiler
une nouvelle facette de son talent. Cette fois-ci, il quitte l’intime, le
nœud familial pour embrasser l’Afrique et sa douleur.
Il signe une œuvre résolument politique qui ne badine pas avec
les relents du colonialisme, les bonnes consciences qui s’embourbent dans une réalité qui les dépasse, la part d’ombre d’un
geste philanthropique « survitaminé ».
Impossible de passer à côté de l’enthousiasme que nous affichons pour le documentaire Demain. Ce film épouse nos convictions profondes concernant la gestion de l’environnement, l’éducation et, surtout, propose des alternatives économiques, des modes
de fonctionnement qui font partie de notre quotidien. Sans vouloir
en remettre une couche, l’implication des spectateurs qui nous ont
Édito
Séance normale
La date d’ouverture n’est pas encore
définitivement fixée, le temps de prendre
possession des lieux, d’installer les équipements… Ce sera sans doute début
mars. Plus d’infos au prochain numéro !
Répartitions géographiques
des obligations souscrites aux Grignoux
Et à l’heure où nous réaffirmons encore et encore toute la
richesse du vivre ensemble, nous vous invitons a découvrir le Trio
Joubran, composé de trois formidables joueurs d’oud palestiniens,
le 22 janvier au cinéma le Parc.
Bonne fin et bon début d’années à toutes
et tous…
LES GRIGNOUX
Demain
CARTE DE MEMBRE
AVEC
SANS
5,30 €
6,50 €
5,00 €
5,30 €
4,80 €
5,00 €
4,20 €
4,20 €
Groupes encadrés sur réservation indispensable au 04 222 27 78.
4,20 €
La carte de membre (achat uniquement à la caisse) donne droit à une réduction
sur le prix d’entrée et à la réception du journal par voie postale.
3,00 €
Abonnement 10 séances non nominatif, non limité dans le temps, séances
de cinéma uniquement.
48,00 €
soit 4,80 €
la place
Article 27 y compris 3D, non valable pour les activités événementielles.
1,20 €
Place cadeau pour séances de cinéma uniquement.
6,50 €
RÉSERVATIONS ET PRÉVENTES
Les séances classiques
Places en prévente pour la « semaine cinéma » en cours, c'est-à-dire de chaque mercredi au
mardi suivant, disponibles à la caisse de n'importe lequel de nos cinémas ou en ligne.
Les événements
Places en prévente dès le premier jour de validité du Journal des Grignoux les annonçant,
disponibles à la caisse de chacun de nos cinémas ou en ligne.
Tickets en ligne ▶ 0,10 € ou 0,20 € de frais de dossier en fonction du type de séance.
Plus de détails sur nos tarifs : www.grignoux.be/prix-entree
Compte tenu de cet engouement, il y a
donc fort à parier que nos estimations de
fréquentation pour le Caméo cinq salles
(100 000 spectateurs par an) soient
rencontrées !
TIC KE TS
EN
LIG NE
anche
ercredi au dim
Ouvert du m
mardi
le
et
i
nd
lu
Fermé le
urs fériés
spéciales et jo
sauf soirées
Visitez
également
notre galerie
d'exposition
©CARO.P
RÉDUCTIONS
– de 21 ans
sur présentation de la carte d’identité.
Avant 18 heures
du lundi au vendredi, jours non fériés
(sauf les films pour enfants).
Séances de midi (sauf dimanche)
du lundi au vendredi, jours non fériés
Si l’écho s’est amplifié de la sorte,
c’est aussi grâce au travail déjà réalisé en terre namuroise avec le lancement du Caméo nomade il y a deux
ans : depuis février 2014, c’est plus de
50 000 spectateurs qui ont assisté aux
différentes séances programmées par
l’équipe, tant par le biais d’une programmation art et essai que par les soirées
spéciales, sans oublier les séances scolaires, pierre angulaire de l’activité de
l’association. Tout ça a permis de faire
connaître notre « marque de fabrique »
concrètement, sur le terrain, avec des
résultats supérieurs à nos estimations.
©TOOLSOFDAD
TARIFS PRINCIPAUX
permis de lever 650 000 euros pour équiper les salles du Caméo à
Namur aurait pu faire bonne figure dans ce documentaire qui nous
annonce sans fioritures qu’un autre monde est en marche… Ce
film, nous allons le diffuser partout en Wallonie et favoriser mille
et une rencontres citoyennes qui, nous l’espérons, instilleront dans
un maximum d’esprits une conscientisation enthousiasmante des
défis à relever pour un « demain » plus juste, plus respectueux, plus
beau, tout simplement.
vous veniez de Liège, de Namur et
même d’un peu plus loin. En effet, nous
avons reçu des souscriptions provenant de toute la Wallonie, de Bruxelles,
mais aussi de la Flandre et même de
l’étranger.
04 220 20 99
Place Xavier
Neujean
4000 Liège
Le journal des Grignoux, programme des cinémas le Parc, Churchill & Sauvenière gérés par le centre culturel « les Grignoux » asbl
9 rue Sœurs de Hasque 4000 Liège · Tél. 04 222 27 78 · Fax 04 222 31 78 \ Programmation et infos : www.grignoux.be Courriel :
contact@grignoux.be \ Journal des Grignoux no 243 du 23 décembre 2015 au 2 février 2016 \ Tirage : 57 000 exemplaires
Équipe de rédaction : Michel Condé · Alicia Del Puppo · Odette Dessart · Vinciane Fonck · Dany Habran · Pierre Heldenbergh
Laurence Hottart · Catherine Lemaire · Lo Maghuin · Adeline Margueron · Anne Vervier · Stéphane Wintgens \ Illustrateur : Pierre Kroll
Graphisme : Sébastien Gillard · Yves Schamp \ Impression : Masset sa
Co nt a c t p u b l i c i t é l e s G r i g n o u x : C h r i s t i n e Le g ro s , c h r i s t i n e .
legros@grignoux.be \ Éditeur responsable : Pierre Heldenbergh,
5 Au Péri 4000 Liège \ Cinéma Churchill 20 rue du Mouton
Blanc Liège \ Cinéma Sauvenière 12 Place Xavier Neujean Liège
Cinéma le Parc 22 rue Carpay Liège-Droixhe \ Avec l’aide de
la Fédération Wallonie-Bruxelles, du Ministère de la Région
Wallonne, de la Ville de Liège et le soutien d’Europa Cinemas
journal des Grignoux 243 3 du 23 décembre 2015 au 2 février 2016
Événements
Lundi 11 janvier à 20 h
Avant-première
en présence de
Philippe DE PIERPONT, réalisateur,
et de Martin NISSEN, acteur
LES SÉANCES EN PRÉSENCE
DES ÉQUIPES DE FILMS
Jeudi 7 janvier à 20 h
Avant-première
en présence de
Jean-Christophe YU, réalisateur
● Cyril Dion, réalisateur
(Demain) + échange sur
les nouvelles formes de
démocratie, mardi 5/01 (p. 20)
● Jean-Christophe Yu,
réalisateur (Sur la piste de Yu
Bin), jeudi 7/01 (ci-contre)
Welcome Home
Variation sur une fugue adolescente qui tourne mal,
le film est transcendé par la prestation incandescente
de ses deux jeunes acteurs en état de grâce
● Philippe de Pierpont,
réalisateur, et Martin Nissen,
acteur (Welcome Home),
lundi 11/01 (ci-contre)
● David Leloup, réalisateur, et
(sous réserve) Denis Robert,
journaliste
(A Leak in Paradise),
mercredi 13/01 (p. 15)
Sur la piste de Yu Bin
● Joachim Lafosse, réalisateur,
+ équipe du film
(Les chevaliers blancs),
lundi 25/01 (p. 20)
● Fabrice Adde, acteur
(The Revenant),
mercredi 27/01 (p. 5)
Un documentaire qui se décline comme une
émouvante et remarquable exploration de
la mémoire familiale et individuelle de son
réalisateur Jean-Christophe Yu. Il y fait
l’éclatante démonstration de l’universalité
des destins humains lorsqu’ils sont racontés
avec talent, poésie et sincérité
LES CLASSIQUES (p. 4)
D
● Le goût du saké
● Bonjour
● Voyage à Tokyo
● Les chaussons rouges
● Honni soit qui mal y pense
CONCERTS (p. 19)
L
ucas (Martin Nissen) se sent étranger au sein de son propre foyer. Sa
mère récemment remariée vient d’avoir
un enfant, et Lucas voit d’un mauvais
œil ce nouveau venu qui vient bousculer
l’équilibre précaire du foyer. Bert (Arthur
Buyssens) veille sur son pote Lucas. Un peu
plus âgé, il a lui aussi la sensation d’étouffer,
et ne supporte plus l’oppression patriarcale
ni son travail d’apprenti dans un garage. À
bout, Lucas et Bert se demandent s’il n’y
aurait pas moyen de s’extraire de la comédie humaine, d’oublier les conventions et
de vivre leur jeunesse en dehors des obligations sociales.
Ils changent de nom, se rebaptisent Bee
et Lucky, se débarrassant ainsi de leurs
oripeaux familiaux, et prennent la route.
Les deux garçons s’introduisent dans des
maisons vides, investissant pour l’occasion
des vies qui ne sont pas les leurs, mangeant
dans la cuisine des autres, dormant dans
leur lit, buvant dans leur cave. Mais cette
échappée libre va finir par se mordre la
queue et accroître les tensions entre les
deux amis.
L’adolescence rebelle et fugueuse est un
sujet de prédilection au cinéma, aussi n’estil pas évident de décliner ce thème vu et
revu, ce qui ne rend la réussite de Philippe
de Pierpont dans Welcome Home que plus
remarquable. On s'attache presque malgré nous aux basques de Lucas et Bert,
notamment grâce à l’interprétation toute
en spontanéité et en intensité des deux
acteurs, toujours justes et singuliers. On
les accompagne sur leur trajectoire chaotique. Dès le départ, il n’est pas question de
craindre le pire – nul sensationnalisme dans
l’approche de de Pierpont – mais plutôt
d’une volonté d’illustrer les atermoiements
des deux ados, de permettre au spectateur
de saisir avec ou avant eux les fluctuations
de leur état d’esprit.
Aurore Engelen, CINEUROPA.ORG
À la vision de Welcome Home, on ne peut
s’empêcher de penser aux Géants de Bouli
Lanners. Bien sûr, chez Philippe de Pierpont,
les ados ont quelques années de plus au
compteur. L’insouciance de l’enfance s’est
envolée depuis belle lurette et leurs frasques
auront une résonance plus grave. Pourtant,
on se laisse entraîner dans cette cavale au
milieu des paysages ruraux. La sinuosité des
chemins qui n’en finissent pas, les nuances de
vert, les villas cossues et bizarrement inoccupées ont un étrange pouvoir de fascination
et réveilleront pour certains d’entre nous des
échappées libres liées à la terre ardennaise.
(Les Grignoux)
de Philippe de Pierpont, Belgique, 2015, 1 h 20.
Avec Arthur Buyssens, Martin Nissen,
Harry Cleven. Sortie le 12 janvier.
CHURCHILL SAUVENIÈRE
● Damien McFly,
samedi 16/01
● Trio Joubran,
vendredi 22/01
ET AUSSI…
● Le goût des merveilles +
rencontre ImagéSanté,
lundi 4/01 (p. 7)
● Carol + Imago,
mercredi 6/01 (p. 13)
● Jazz portrait : Philip
Catherine, mardi 26/01 (p. 19)
● Projection du film
Mediterranea
+ rencontre, jeudi 28/01
(p. 15)
● Demain + rencontre :
« Une autre COP :
elles sauvent la planète ? »,
mardi 2/02 (p. 20)
En
partenariat
avec
ans ce long métrage documentaire,
constitué pour l’essentiel d’images
d’archives et d’un récit en voix off, JeanChristophe Yu nous raconte le destin singulier de son grand-père paternel (Yu Bin)
venu en Europe en 1919, obligé de retourner en Chine en 1927, laissant derrière lui sa
compagne et leur enfant, le père du réalisateur, Georges Yu. À partir de cette histoire
familiale hors du commun, Jean-Christophe
Yu déroule et entrelace ce qu’il connaît (ou
reconstitue) de la vie de ce grand père, de la
longue relation épistolaire qu’il a maintenue
jusqu’à sa mort avec sa famille restée en
Europe, de l’histoire de la Chine vue à travers les yeux, les convictions et les illusions
de la génération de Georges Yu.
Le cinéaste réussit admirablement à
mettre en abyme les récits de chaque génération, à en dévoiler les liens intimes (à
l’image de ce long travelling de la mémoire
dont les images surviennent comme
autant de titres de chapitres). Sans doute
y parvient-il avec autant de sincérité et de
sensibilité parce qu’il est lui-même un des
maillons de cette chaîne générationnelle.
À la recherche d’un père à qui il rend ainsi
un hommage exceptionnel, il témoigne de
l’attachement indéfectible entre les pères et
les fils de cette lignée, attachement préservé
pour la génération de son père et de son
grand-père, par une correspondance épis-
tolaire dont le cinéaste met en évidence la
singularité, la pudeur, les non-dits.
Le spectateur n’oubliera pas de sitôt
l’image qui ouvre le film, séquence en noir
et blanc du garçonnet et de sa petite sœur
dans une rue de Liège, rentrant chez eux
et débutant ainsi ce qui deviendra pour le
garçon, quarante ans plus tard, « la piste de
Yu Bin ». Jean-Christophe Yu a aussi tenu
la gageure, à travers un film intimiste, de
raconter l’histoire de la Chine et des engagements d’une génération dans le rêve
humaniste qui n’était, hélas, qu’un miroir
aux alouettes (mais cela nous pouvons le
dire maintenant, à l’époque l’utopie submergeait les cœurs).
En filigrane, le portrait du réalisateur
et comédien Georges Yu, père de JeanChristophe, nous rappelle qu’il a été l’ami
de Joris Ivens, comédien pour Jean Renoir,
réalisateur à la télévision belge, mais surtout
un père exceptionnel qui a enseigné à son
fils l’art de cultiver ses racines et d’honorer
la mémoire de ceux qui l’ont précédé.
Edmond Morrel, ESPACE-LIVRES.BE
de Jean-Christophe Yu, Belgique, 2015, 1 h 45.
PARC CHURCHILL
journal des Grignoux 243 4 du 23 décembre 2015 au 2 février 2016
Classiques
C Y C L E
OZU
Bonjour
· OHAYÔ
Une comédie atypique de la fin de la carrière d’Ozu, qui
met en scène deux garnements rebelles et pétomanes
Le goût du saké
SAMMA NO AJI
Voyage à Tokyo
B
onjour est un remake de Gosses
de Tokyo (1932), où Ozu renoue,
une fois n’est pas coutume, avec ses
premières amours, la comédie axée
sur le drame. Satire implicite du petit
écran, vecteur de communication et
d’incommunicabilité à la fois, facteur
de dépendance et de discorde dans
la cellule familiale, Bonjour est l’histoire de deux enfants qui, s’insurgeant
contre le refus de leurs parents d’acheter un téléviseur, décident de ne plus
parler.
Ce film sur la rétention de la parole,
où le cinéaste fait un clin d’œil à un
cinéma muet qu’il n’a quitté qu’à regret,
a pour fonction de pointer du doigt les
contraintes imposées aux individus par
la société japonaise : la bienséance,
les bonnes manières, l’hypocrisie et le
non-dit. D’où la provocation suprême
des deux petits héros et leitmotiv burlesque du film : poser un doigt sur le
front de l’autre et émettre simultanément un pet. Grève, rébellion et provocation que les enfants utilisent pour
remettre la société des adultes à sa
place, face à ses faux-semblants et à
son besoin de parler pour ne rien dire.
Il est clair que l’histoire du téléviseur
est un simple prétexte.
Quant au style visuel du film, il
emprunte une apparence farcesque
et acidulée, des couleurs criardes et
une musique festive. De quoi donner
une bonne petite claque aux clichés
habituels attachés à un cinéaste qui
n’était pas l’ascète transcendantal que
l’on croit.
Ozu pose un regard plein d’amour sur
ses personnages et sur son temps, ce
qui ne l’empêche pas de démontrer
la futilité de certaines choses ou de
pointer une modernité qu’il juge belle
(la vie sociétale évolue) mais aussi inutile (les démarcheurs prêts à vendre
n’importe quoi), voire grotesque (l’existence désormais probante de la télévision). Le cinéaste en profite donc pour
égratigner tendrement des tendances
grossières, avec cette télévision clairement identifiée comme « abrutissant
les masses », mais aussi et surtout
cette fameuse parole qui veut tout dire
et rien à l’inverse (…). (Julien Léonard,
DVDClassik)
de Yasujirô Ozu, Japon, 1959, 1 h 34, VO.
Avec Keiji Sada, Yoshiko Kuga, Koji Shidara.
Sortie le 28 janvier. CHURCHILL
· TOKYO MONOGATARI
La quintessence de l’art d’Ozu... Plan après plan, le cinéaste prend
le temps nécessaire pour faire ressentir l’inexorable : la vieillesse,
l’éloignement, l’abandon des mœurs traditionnelles, la mort.
Bouleversant, Voyage à Tokyo reste l’une des œuvres les plus
accessibles, les plus fascinantes et les plus abouties du cinéaste
U
n couple âgé entreprend un voyage
pour rendre visite à ses enfants.
D’abord accueillis avec les égards qui leur
sont dus, les parents s’avèrent bientôt
dérangeants. Seule Noriko, la veuve de
leur fils mort à la guerre, trouve du temps
à leur consacrer. Les enfants, quant à
eux, se cotisent pour leur offrir un séjour
dans la station thermale d’Atami, loin
de Tokyo...
Mélo en sourdine antifamilialiste,
Voyage à Tokyo serait-il un éloge réactionnaire de la vieillesse ? Non, parce
qu’Ozu ne filme pas sur un ton dénonciateur, revendicatif ou définitif. Sa
modernité (ou sa nipponité ?) réside dans
sa délicatesse de style, un mélange de
douceur et d’acuité qui respecte chaque
personnage dans toutes ses raisons.
Ainsi, la génération des quadras
semble froide, matérialiste, mais Ozu
leur accorde aussi du temps pour que
l’on comprenne leur situation. Parmi eux,
la bru, veuve d’un autre fils décédé du
vieux couple, se montre attentionnée,
parce qu’elle a plus de temps disponible :
ce personnage atteste que le cinéaste ne
condamne pas une génération. Plutôt que
l’essence des êtres, Ozu dénonce (à voix
feutrée) le contexte socio-économique
du Japon, qui façonne les gens et déchire
l’ancien modèle familial. Empreint d’un
certain fatalisme, Voyage à Tokyo saisit
avec finesse la solitude de la vieillesse
mais semble l’inclure dans un cycle inhérent à l’existence.
Serge Kaganski, LES INROCKS
Que retenir de ce Voyage à Tokyo ?
D’abord des idées de cadrages magnifiques. On a ainsi des premiers plans très
travaillés, où l’on surprend par exemple
un bébé sous cloche, ou une lampe allumée (construction de plan qu’on retrouve
systématiquement chez Wong Kar-wai).
Ils expriment le travail de cisèlement effectué par Ozu sur le plan fixe. Il faut aussi
admirer ce plan très large où l’on voit le
vieux couple silencieux des parents assis
sur la jetée, en bord de mer. Après avoir
échangé quelques mots en plans serrés,
ils repartent, toujours aussi silencieux et
toujours en plan large. Visuellement et picturalement, l’émotion est à son comble. Le
plan large dit autant la vieillesse solitaire
des parents que la tendresse et l’affection
qui les unit. (Romain Leclerc, critikat.com)
Veuf, Shuhei Hirayama approche de
la retraite et vit toujours avec sa fille
Michiko qui est en âge de se marier.
Le père comme la fille repoussent
l’échéance, l’un craignant la solitude
et l’autre la culpabilité de l’abandon.
Après le travail, Hirayama a l’habitude
de retrouver des amis autour d’un verre.
Un soir, l’un d’eux lui propose un gendre
pour sa fille, mais le père hésite. Quelques
jours plus tard, le groupe d’amis retrouve
un ancien professeur qui, n’ayant pas su
se séparer de sa fille, vit désormais dans
la pauvreté. Hirayama se dit alors qu’il est
temps de songer à l’avenir de Michiko…
Dernier film de la carrière d’Ozu, Le
goût du saké est aussi l’un de ses récits
les plus touchants et les plus personnels.
Reprenant la trame de Printemps tardif, le
cinéaste livre une nouvelle variation sur le
passage du temps, l’évolution des mœurs
et de la famille, qui a valeur d’épilogue
pour l’ensemble de son œuvre. Avec un
regard désabusé, il dresse l’état des lieux
du Japon des années 1960, entre disparition des valeurs traditionnelles et occidentalisation de la nouvelle génération.
de Yasujirô Ozu, Japon, 1962, 1 h 53, VO.
En prolongation. CHURCHILL
de Yasujirô Ozu, Japon, 1953, 2 h 16, VO.
Avec Chishu Ryu, Chieko Higashiyama,
Setsuko Hara. Sortie le 6 janvier.
CHURCHILL
Honni soit qui mal y pense
THE BISHOP’S WIFE
Un ange gardien descend du ciel pour aider
un évêque croulant sous les dettes et séduit
malencontreusement sa femme… Un pur conte de
Noël dans la lignée de La vie est belle de Frank Capra
N
ouvellement nommé
évêque, l'ex-pasteur Henry
Brougham voudrait construire une
cathédrale. Très occupé à chercher des financements pour son
projet, s’épuisant à faire des courbettes aux potentiels investisseurs,
il commence à délaisser sa femme
Julia et sa fille Debby. Puis, éreinté
par l’ampleur des travaux et les
soucis financiers, il finit par implorer l’aide de Dieu… Et Dieu, très à
l’écoute, lui envoie un ange, prénommé Dudley, enthousiaste et
bienveillant, qui peut tout à la fois
jouer les comptables investis et les
assistants compréhensifs. Cette
nouvelle – qui tient tout bonnement du miracle – aurait tout pour
réjouir Henry si cet ange n’avait
les traits de Cary Grant (La mort
aux trousses) et une fâcheuse tendance à séduire toutes les femmes,
dont Julia, visiblement sous le
charme de ce séducteur céleste…
Le film remplit le contrat d’un
classique de Noël : il nous réchauffe
le cœur et nous stimule à la fois. Et
c’est exactement ce que parvient
à faire Henry Koster dans ce film
où l’on rit autant des farces instiguées par l’ange Dudley (des verres
de porto qui se remplissent à vue
d'œil, une chaise qui reste accrochée au postérieur de l'évêque,
des vieilles commères saoulées
aux Stingers…) qu’on s’émeut des
crises existentielles et conjugales de
l’évêque et de sa femme.
Entre fable onirique et comédie
de mœurs, on ne se lassera pas
de suivre les péripéties de ce trio
pétillant !
LES GRIGNOUX
de Henry Koster, États-Unis, 1947,
1 h 45, VO. Avec Cary Grant,
David Niven, Loretta Young.
Sortie le 23 décembre. CHURCHILL
Les chaussons rouges · THE RED SHOES
Vicky, danseuse, et Julian, compositeur, sont engagés dans une
troupe de ballet. Tyrannique, le directeur pousse Vicky à s'identifier à l'héroïne du ballet Les chaussons rouges. Elle y sacrifie
tout, même son amour pour Julian.
« Indéniablement le plus beau film en Technicolor. Une
vision jamais égalée », affirmait encore tout récemment Martin
Scorsese qui est à l'origine de l'extraordinaire restauration
numérique du film en 2009. Comme le disaient Michael Powell
et Emeric Pressburger, Les chaussons rouges était leur première
tentative de réaliser, à partir d'un scénario original, un « spectacle
total » au sein duquel la couleur devait tenir un rôle primordial. Mêlant musique, danse, peinture et cinéma, Les chaussons
rouges pourrait être considéré comme le point culminant de
leur fabuleuse carrière, le spectacle total étant double puisque
le ballet de 17 minutes, sorte de film dans le film, s'avère l'une
des séquences les plus parfaites et les plus éblouissantes jamais
vues sur un écran de cinéma.
Erick Maurel, DVDCLASSIK
de Michael Powell & Emeric Pressburger, Grande-Bretagne, 1948,
2 h 13, VO. CHURCHILL
journal des Grignoux 243 5 du 23 décembre 2015 au 2 février 2016
Joy
A
Les huits
salopards
· THE HATEFUL EIGHT
Un seul nom tinte à nos oreilles et
c’est le cinéma de genre qui tremble :
Tarantino dégaine un nouveau western.
En plus, Morricone signe la bande-son
Q
uelques années après la guerre de Sécession,
le chasseur de primes John Ruth fait route vers
la ville de Red Rock où il doit livrer à la justice sa prisonnière, Daisy Domergue. Ils rencontrent sur la route
le major Marquis Warren, un ancien soldat de l'Union
devenu lui aussi chasseur de primes, et Chris Mannix,
le nouveau shérif de Red Rock. Alors qu'ils sont surpris
par le blizzard, ils trouvent refuge dans un relais de
diligence où se trouvent déjà quatre autres personnes :
Bob, qui s'occupe du relais en l'absence de la propriétaire, Oswaldo Mobray, le bourreau de Red Rock,
le conducteur de troupeaux Joe Gage, et le général
confédéré Sanford Smithers. Coincés par la tempête,
les huit voyageurs vont s'engager dans une série de
tromperies et de trahisons.
On trépigne d’impatience autant que vous a l’idée de
découvrir la nouvelle épopée sanglante de Tarantino
qui revisite cette fois-ci le genre du western (qui vit
décidément un retour en grâce cet hiver, avec également le film d’Iñárritu, The Revenant, qui sortira dans
la foulée, fin janvier).
près Happiness Therapy et American
Bluff, David Russell offre à Jennifer
Lawrence le rôle d’une mère célibataire
déterminée qui retourne le cours des
choses en sa faveur lorsqu’elle invente
une serpillière révolutionnaire. Joy suit le
parcours de cette femme forte devenue
une businesswoman imparable et qui fait
tout pour s’extraire de sa condition et ne
pas trop ressembler à ses parents (avec
Robert de Niro en paternel volubile).
de David O. Russell, États-Unis, 2015,
2 h 15, VO. Avec Jennifer Lawrence, Bradley
Cooper, Robert De Niro, Elisabeth Röhm,
Isabella Rossellini. Sortie le 13 janvier.
PARC CHURCHILL SAUVENIÈRE
The Big Short :
Le casse du siècle
Quand des petits malins de Wall Street anticipent la crise
de 2008 pour s’en mettre plein les fouilles… Une comédie
financière de haut vol au casting impressionnant (Ryan
Gosling, Brad Pitt, Christian Bale et Steve Carell)
de Quentin Tarantino, États-Unis, 2015, 2 h 47, VO.
Avec Samuel L. Jackson, Kurt Russel, Jennifer Jason Leigh,
Tim Roth, Channing Tatum. Sortie le 6 janvier.
PARC SAUVENIÈRE
Mercredi 27 janvier à 20 h 15
Rencontre
avec Fabrice ADDE, acteur
(vu notamment dans Eldorado
de Bouli Lanners)
The Revenant
Après son ébouriffant Birdman, Iñárritu prend une
nouvelle direction en suivant le parcours vengeur de
Leonardo DiCaprio dans une Amérique de westerns
C
’est une Amérique encore sauvage,
densément boisée, mystérieuse, qui
est mise en scène dans The Revenant. Nous
sommes dans les années 1820 et Hugh
Glass (DiCaprio) mène une expédition
dans des terres reculées et franchement
inhospitalières. Attaqué par des Indiens,
les hommes doivent rebrousser chemin et
trouver une autre route dans un territoire
inconnu.
Dans cette nature indomptable, l’explorateur est surpris par un ours qui se jette
littéralement sur lui. Si ses compagnons,
au départ, tentent de le transporter bon
an mal an alors qu’il est très grièvement
blessé, il est finalement trahi par son
équipe qui le laisse pour mort et l’enterre
à la va-vite.
Mais Hugh Glass est de l’étoffe des
survivants. Poussé par un instinct de sur-
vie qui doit autant à son désir de revoir
ceux qu’il aime que d’anéantir ceux qui
l’ont abandonné, il tente tant bien que
mal, malgré la rudesse de la nature et le
froid, de retrouver les siens et d’assouvir
sa féroce vengeance.
On se réjouit de voir comment ce génie
d’Iñárritu va s’approprier les codes du
western dans un film qui s’annonce déjà
comme une performance (une de plus !)
de DiCaprio seul dans une nature superbe
mais terriblement hostile.
d’Alejandro Gonzalez Iñárritu, États-Unis,
2015, 2 h 31, VO. Avec Leonardo DiCaprio,
Tom Hardy, Domhnall Gleeson, Will Poulter,
Fabrice Adde. Sortie le 27 janvier.
SAUVENIÈRE
L
a crise financière de 2008 reste un
événement majeur mal compris.
Plusieurs cinéastes ont approché la
problématique sous des angles divers,
comme l’excellent documentaire Inside
Job ou le non moins excellent huis clos
banquier Margin Call. La voie suivie par
The Big Short relève d’un tout autre
genre : transformer une dense leçon
d’économie en farce post-moderne
hyper-caféinée. Un peu comme si le
réalisateur avait pris sur lui de mélanger
le style des clips de hip-hop, des tutoriels de mise à niveau et plein de jeux
d’esbroufe visuelle pour attirer l’attention sur des concepts franchement pas
simples. Quitte à faire lire du Keynes par
un acrobate à moto passant au travers
d’un cerceau enflammé. Enfin, non, pas
ça. Mais presque.
The Big Short raconte l’histoire de
l’effondrement mondial du marché à
travers les yeux de ceux qui l’avaient
vu venir et ont donc trouvé un moyen
de se faire du fric dessus. Le premier a
avoir capté le truc est Michael Burry
(Christian Bale), une sorte de sociopathe
à pieds nus. C’est lui qui, en analysant les
crédits octroyés par milliers à de pauvres
hères sans un kopeck de garantie, se
rend compte qu’ils risquent bien de
n’être pas remboursés. Il décide alors
d’investir contre le marché, en pariant
l’argent de ses investisseurs sur un effondrement de ces fameux crédits.
Sa démarche « insensée » attire l’attention de Jared Vennett, un banquier
grande gueule (et notre narrateur) qui
s’associe à Steve Eisman (Steve Carell),
un type qui le déteste mais n’en est pas
moins spécialiste des hedge funds. La
chute prochaine intéresse aussi deux
petits joueurs qui s’adjoignent les services d’un banquier qui a viré New Age
(Brad Pitt) pour les aider à accéder à la
table des grands.
Joyeuse satire un peu foutraque
qui jongle autant avec les personnages qu’avec le jargon financier (qu’il
explique aux moments importants tout
en laissant aussi à certains dialogues leur
caractère obscur, ésotérique, par effet de
comique absurde), The Big Short se fait
sur la fin plus sérieux, quand l’ampleur
de la catastrophe apparaît enfin à tous
ces gamins inconscients qui ne peuvent
plus donner le change en tant qu’adultes
responsables (ce qu’ils n’ont jamais été).
Car le pire du pire, bien sûr, est que ce
film est inspiré d’une histoire vraie. Et
parfois, l’histoire vraie est tellement peu
crédible que le film s’arrête un moment
pour nous assurer que si, si, si, la scène
qu’on voit, comique de tant de cynismes
accumulés, a bel et bien eu lieu.
D’après VARIETY
d’Adam McKay, États-Unis, 2015, 2 h 10,
VO. Avec Steve Carell, Ryan Gosling,
Christian Bale, Brad Pitt.
Sortie le 30 décembre.
SAUVENIÈRE
journal des Grignoux 243 6 du 23 décembre 2015 au 2 février 2016
Le nouveau
Une immersion totale
dans un collège parisien.
L’affleurement d’une réalité
adolescente évoquée sans
les prismes du stigmate et
de la démesure potache.
L’extrême justesse dans
les rapports humains a une
résonance universelle qui
réveillera bien des souvenirs…
B
enoît (14 ans) va changer de collège.
Son père occupe un nouveau poste
à Paris. Son intrusion dans ce nouvel univers scolaire est loin d’être une sinécure.
Il va mettre un certain temps à trouver
ses repères. D’abord, rien ne se passe
comme il l’aurait espéré. Il est malmené
par la bande de Charles, des garçons populaires, des leaders dont le sport favori est la
franche rigolade, la vanne qui peut blesser,
humilier les plus fragiles (mais ils ne s’en
rendent même pas compte) ; ils prennent
un malin plaisir à observer le nouveau
venu, déceler ses failles et lui tendre un
piège qui le ridiculisera aux yeux de tous.
Pour Benoît, les seuls élèves à l’accueillir avec bienveillance sont des « ringards ».
Il y a Joshua, le plus infréquentable de la
classe. Il assume totalement son rôle de
paria. Jogging troué, clefs autour du cou, il
n’a aucune honte d’être décalé par rapport
aux codes sociaux de ce collège relativement huppé. Quant à Constantin, avec
sa chemise à carreaux rentrée dans son
jean et son appareil dentaire, c’est la tête
à claques de service. Ses bonnes intentions pour créer du relationnel apaisé et
chaleureux dans la classe sont à chaque
fois néantisées par sa maladresse. Le seul
rayon de lumière pour Benoît, c’est la craquante Johanna…
Le réalisateur Rudi Rosenberg a eu
l’intelligence de dépouiller son film de tous
les effets de mode liés à l’adolescence
de 2015. Il va à l’essentiel : les rapports
humains avec les situations de gêne,
les moments de jubilation, la volonté de
se fondre dans un groupe, l’envie d’être
cool… Tous ces comportements restent
intemporels et peuvent interpeller tout
autant l’adulte nostalgique que l’adolescent d’aujourd’hui.
Le film a également eu le soin d’éviter
au maximum la présence des enseignants.
Et quand ceux-ci interviennent, ils sont
globalement bienveillants. L’institution
scolaire n’est pas là pour faire débat. Le
centre de gravité, ce sont les élèves de
quatrième (12-14 ans), une année charnière
où le contraste de maturité entre eux est le
plus flagrant. Ils ont beau avoir le même
âge, ils ne sont pas tous logés à la même
enseigne. Il y a ceux qui n’ont pas encore
quitté l’enfance et les autres qui, entrés
dans l’adolescence, fument, organisent
des soirées et sortent avec des filles. Cette
confrontation offre de bons moments de
comédie et le talent de Rosenberg est d’en
saisir toutes les saveurs.
LES GRIGNOUX
de Rudi Rosenberg, France, 2015, 1 h 21.
Avec Rephael Ghrenassia, Joshua Raccah,
Guillaume Cloud Roussel, Johanna Lindstedt,
Eytan Chiche, Max Boublil.
Sortie le 23 décembre.
CHURCHILL SAUVENIÈRE
Coup de chaud
Raphaël Jacoulot décrit avec habileté
la cristallisation de la colère d’un
village contre un jeune homme ambigu,
aussi désarmant qu’inquiétant
C
'est un petit village charmant. Qualité de vie,
maisons de pierres et petite communauté
humaine avec les problèmes assortis qui n'ont, a priori, rien d’insoluble : querelles pour la terre, pour l'eau,
méfiance vis-à-vis des nouveaux venus… Autant de
menus conflits qui semblent faciles à contenir par
un maire sympa – il a ici le charisme chaleureux de
Jean-Pierre Darroussin – débonnaire médiateur qui
fédère autour de lui les quelques conseillers qui se
concertent pour prendre les grandes décisions. Un
petit village avec une poignée d'humains ni pires ni
meilleurs que bien d'autres. Tranquille.
L'été est très chaud. Trop chaud. Les rues sont
désertes comme dans un western. La canicule tape,
assoiffe les récoltes, exacerbe une tendance larvée à
la rumination. Puis, il y a Joseph.
Pas qu'il soit méchant, Joseph. Il serait même plutôt gentil avec ses trente ans, ses airs de brun pataud,
sa dégaine de grand couillon débile qui lui vaut d'être
l'objet de blagues idiotes : les filles le font tourner
en bourrique, on le pousse à picoler, parce qu'il est
drôle quand il danse avec un coup de trop… Pas tout
à fait assez idiot pour ne pas se rendre compte qu'il
a droit à un traitement spécial pas très bienveillant,
alors qu'il ne demande qu'à avoir sa dose d'amour
comme tout le monde, qu'à faire partie de la petite
communauté qu'il agace de plus en plus avec ses
interventions d'autant plus intempestives qu'il sent
bien qu'il fait un peu peur.
Circonstance aggravante : il est le rejeton difficile
à contenir d'une famille de gens du voyage qui a pris
Les saisons
racine dans le bled il y a quelques années, débarquée
là avec ses différences et jamais vraiment acceptée.
Aussi, quand la pompe à eau disparaît, les tensions
s'intensifient… La méfiance s'installe et Joseph fait
un bouc émissaire parfait.
Comment se construit la rumeur, comment
grimpe-t-elle en intensité ? Comment s'emballe
l'engrenage infernal au point que plus personne ne
peut le bloquer ? C'est toute l'histoire de ce Coup de
chaud. L'irréparable ayant eu lieu, les gendarmes
mènent leur enquête et tous dans le village se
retrouvent confrontés au regard de celui qui les met
face à eux-même, les ramène à la réalité des faits,
sans l'emballement passionnel qui les a fait dérailler. Ce qu'ils découvrent est à pleurer de banalité.
Juste des gens ordinaires qui ont perdu leur bon sens
poussé par l’air du temps qui n’est pas tendre avec
ceux qui ne marchent pas dans les clous. C’est un fait
divers qui a été le point de départ du film. Rien de tel
qu'un fait divers pour donner le pouls d'une société
atteinte même dans les coins qui semblent à l'abri des
effluves du monde.
LA GAZETTE UTOPIA
de Raphaël Jacoulot, France, 2015, 1 h 42.
Avec Jean-Pierre Darroussin, Grégory Gadebois,
Karim Leklou. Sortie le 23 décembre.
CHURCHILL
Après Le peuple migrateur et Océans, voici le troisième volet de la grande épopée naturelle
signée et produite par Jacques Perrin. Cette fois-ci, il propose une chronique poétique de
l'Europe depuis 15 000 ans filmée exclusivement du point de vue des animaux
A
près avoir parcouru le globe à tire-d’ailes avec
les oiseaux migrateurs et surfé dans tous les
océans en compagnie des baleines et des raies manta,
Jacques Perrin et Jacques Cluzaud reviennent pour
ce nouvel opus sur des terres plus familières. Ils nous
convient à un formidable voyage à travers le temps
pour redécouvrir ces territoires européens que nous
partageons avec les animaux sauvages depuis la
dernière ère glaciaire jusqu’à nos jours.
L’hiver durait depuis 80 000 ans lorsque, en un
temps très bref, une forêt immense a recouvert tout
le continent. Une nouvelle configuration planétaire
et tout fut bouleversé. Le cycle des saisons s’est mis
en place, le paysage s’est métamorphosé, la faune
et la flore ont évolué. L’histoire commence… À un
interminable âge de glace succède une forêt profonde et riche puis, sous l’impulsion d’hommes nouveaux, une campagne riante.
Les saisons est une épopée sensible et inédite qui
relate la longue et tumultueuse histoire commune qui
lie l’homme aux animaux.
Dix-huit mois auront été nécessaires au tournage
de ce film qui a voyagé un peu partout en Europe :
l’abbaye de Daoulas en Bretagne, la côte de l’Heute
dans le Jura, une forêt primaire en Pologne… Pour
faire face au caractère imprévisible de la nature (les
intempéries et les animaux eux-mêmes qui font ce
qu’ils veulent), Jacques Perrin et Jacques Cluzaud
se sont entourés de techniciens hors pair, capables
de s’adapter aux mouvements rapides des animaux.
Ces derniers ayant eu pour consigne de ne pas
utiliser de téléobjectif ni de zoom, il leur a donc fallu
faire preuve de grande ingéniosité pour inventer des
engins porteurs de caméras. C’est ainsi que la caméra
fait de l’accrobranche à grande vitesse pour suivre les
bonds de l’écureuil d’arbre en arbre. Le plus difficile
sans doute est de conserver le naturel, de côtoyer les
animaux sans modifier leur comportement. Il faut
donc s’armer de patience, observer et ne pas rater le
coche. Pour cela, les réalisateurs ont collaboré avec
des imprégnateurs dont le métier consiste à suivre
des animaux dès leur naissance et à les habituer à
l’homme.
Ainsi, pendant le tournage d’une séquence dans
le Jura, des grues cendrées sont filmées en plein vol
dans le sillage d’un ULM. Ces grues cendrées avaient
été placées près de l’ULM dès leur naissance pour
qu’elles se familiarisent avec le bruit de la machine
et avec le pilote.
d’après ECOLOPOP.INFO
de Jacques Perrin & Jacques Cluzaud, France, 2015,
1 h 36. Sortie le 27 janvier.
PARC SAUVENIÈRE
journal des Grignoux 243 7 du 23 décembre 2015 au 2 février 2016
21 nuits avec Pattie
Fidèles à leur approche cinématographique profondément enracinée dans le terroir
français, les frères Larrieu signent un film réjouissant et drôle, qui mêle habilement
les genres, interprété par les excellentes Isabelle Carré et Karin Viard
L
e film se développe dans le sillage d'une
femme et sur la classique dualité Eros/
Thanatos. Caroline (Isabelle Carré), a quitté
précipitamment sa famille en vacances aux
Baléares pour rallier un petit village isolé
du sud de la France où sa mère Isabelle
est morte soudainement. Son programme ?
Enterrer dès le lendemain cette génitrice qui l'avait totalement délaissée dès
l'enfance et qu'elle connaissait très mal,
mettre la propriété en vente et repartir le
plus vite possible. C'est la mi-août, il fait
très chaud, quelques locaux se baignent à
poil dans la piscine de la maison d'Isabelle
où ils faisaient des travaux, les téléphones
mobiles captent très mal et surtout, il y a
Pattie (Karin Viard) qui était chargée du
ménage des lieux.
Pattie et ses anecdotes sexuelles torrides
(« j'suis très pudique avec les filles ; c'est
bizarre, avec les hommes, j'suis très porno,
je baise dès le premier soir et si possible
lumière allumée, j'veux tout voir et tout de
suite »). Une Pattie symbole d'un retour
à la nature que Caroline l'éteinte (« moi,
je n'ai plus de désir depuis des années »)
va progressivement effectuer contre son
gré car un fait incroyable se produit : le
corps de la morte disparaît. Enquête de
gendarmerie, hypothèses (amant éploré ?
nécrophile ? nécrophage ?), irruption d'un
homme étrange (André Dussollier) qui
excite l'attention de la police et l'appétit de
Pattie, promenades sur les chemins et au
cœur de la forêt, baignades dans le torrent,
festivités nocturnes au village, superstition
Lundi 4 janvier à 20 h
Rencontre
« l’autisme chez les adultes »
Avec Steve VAN WAEYENBERGE,
directeur de la résidence du Fort de
Louveignée, et un résident du Fort
dans le cadre
du ciné-club
Le goût des merveilles
Une romance entre une femme enracinée dans un combat
pour préserver ses proches, son « terroir» et un être sensible,
mystérieux et légèrement décalé. Une manière rare et subtile
de traiter la différence avec douceur, lumière et sensualité
L
locale (« la Vierge du 15 août dérange
tout ou arrange tout »)… « C'est quoi ce
pays de fous ? » s'exclamera très vite
Caroline dont les barrières s'abaisseront
peu à peu…
Très amusant et porté par deux
actrices remarquables très bien entourées (mention à Laurent Poitrenaux,
Denis Lavant et Philippe Rebbot), 21 nuits
avec Pattie mélange astucieusement
les genres (comédie de mœurs, drame
« freudien », fil rouge policier, incursions
dans le fantastique, portrait de la campagne, etc.), les bons vivants et le présent côtoyant allègrement les fantômes
et le passé, la crudité passant exclusivement par le verbal, la mise en scène
très réfléchie misant sur une élégante
discrétion. Un contraste réussi et néanmoins sans prétention entre une grande
audace et une forme de minimalisme qui
est la marque de fabrique des Larrieu,
amateurs éclairés de fables / farces
naturalistes.
Fabien Lemercier, CINEUROPA.ORG
de Jean-Marie & Arnaud Larrieu, France,
2015, 1 h 55. Avec Isabelle Carré, Karin Viard,
André Dussollier, Sergi López, Laurent
Poitrenaux, Denis Lavant, Philippe Rebbot.
Sortie le 23 décembre.
PARC CHURCHILL SAUVENIÈRE
ouise élève seule ses deux enfants
et tente de préserver l’exploitation
familiale (des arbres fruitiers). Un soir,
elle manque d’écraser un inconnu au
comportement singulier. Cet homme
se révèle vite différent de la plupart
des gens. En fait, il paraît évident qu’il
souffre d’autisme léger… mais sa capacité
d’émerveillement, son extrême sincérité
qui le conduit à s’exprimer frontalement
pourraient bien changer la vie de Louise
et de sa famille.
Pour la plupart des personnes atteintes
d’autisme, cela rime avec souffrance.
Enfermement sur soi. Mon personnage
souffre du syndrome d’Asperger. C’est
déjà différent. Et j’aurais tendance à dire
qu’il n’y a que des cas particuliers. Mais ce
qui me semble essentiel c’est de combattre
l’idée que les autistes seraient insensibles.
Au contraire, ce sont des hypersensibles
qui échafaudent des systèmes de survie
pour rendre le réel supportable. Et cela
peut les conduire jusqu’à un complet repli
sur eux-mêmes. Nous avons tendance à
ne plus voir la réalité telle qu’elle est, mais
il faut admettre que nous vivons dans un
monde très agressif. C’est ce que le film
essaye aussi de dire. La sensibilité n’est pas
une tare. Et plus vos sens sont développés
plus ce monde peut vous sembler magnifique… et violent. (Éric Besnard)
d’Éric Besnard, France, 2015, 1 h 40.
Avec Virginie Efira, Benjamin Lavernhe.
Sortie le 23 décembre.
PARC CHURCHILL SAUVENIÈRE
Nous trois ou rien
D’un petit village du sud de l’Iran aux cités parisiennes, Kheiron nous raconte le destin hors du
commun de ses parents Hibat et Fereshteh, éternels optimistes, dans une comédie aux airs de
conte universel qui évoque l’amour familial, le don de soi et surtout l’idéal d’un vivre ensemble
R
évélé par le Jamel Comedy Club et par
la mini-série Bref de Canal+, Kheiron
Tabib est d’abord connu pour ses talents
d’humoriste et de rappeur. Avec Nous trois
ou rien, le jeune artiste français d’origine
iranienne étend encore sa palette artistique
pour notre plus grand plaisir. Car si ce premier long métrage est une telle réussite,
c’est grâce à la richesse, l’originalité et l’efficacité de son scénario.
Tout commence dans une prison iranienne, où Hibat (interprété par Kheiron
lui-même) est incarcéré depuis sept ans
pour avoir osé contester l’action du Shah.
Malgré les cellules vétustes, les gardiens violents et tyranniques et les grillages de barbelés qui entourent le centre de détention,
Kheiron parvient à nous faire oublier l’enfer
carcéral grâce à des situations cocasses, des
personnages hauts en couleur et des dialogues extra-croustillants, dignes de Michel
Audiard.
S’inspirant de l’histoire de ses parents,
l’humoriste se moque ouvertement du
régime de Mohammad Reza Pahlavi – dont
le personnage apparaît sous les traits d’un
vieil enfant gâté et capricieux – et filme
avec beaucoup d’entrain les prémices de
la révolution populaire, qui aboutira à la
nouvelle constitution de 1979.
Au milieu des manifestations, dans une
société de propagande et de terreur militaire, Hibat rencontre la jeune et belle
Fereshteh (Leïla Bekhti), dont il tombe
éperdument amoureux. Après de longues
heures de négociations avec les parents de
Bang Gang
(une histoire d’amour moderne)
Sexe, adolescence et réseaux sociaux, le premier long métrage
d’Eva Husson est un teen-movie sensuel et onirique…
L
cette dernière – un père attaché aux
traditions et une mère plus progressiste,
campés par Gérard Darmon et Zabou
Breitman – les tourtereaux finissent par
se marier et par donner naissance à un
enfant prénommé… Kheiron.
Soucieux de l’avenir de leur fils, Hibat
et Fereshteh parviennent, au moyen
de combines aussi improbables qu’hilarantes, à fuir l’Iran et à rejoindre la
France. La seconde partie du film prend
alors des allures de chronique sociale,
tendre, juste, drôle et émouvante.
Le couple de protagonistes, qui a pris
ses quartiers en plein cœur de la banlieue parisienne, s’attache à aider ses
concitoyens à s’insérer dans la société
et le monde du travail. Hibat devient
L’ASSOCIATION DES ÉCOLES
DE DEVOIRS
EN PROVINCE DE LIÈGE
Recherche, pour toute la province,
des volontaires pour accompagner
des enfants et/ou des adolescents dans leur parcours scolaire.
INTÉRESSÉ(E) ?
Rejoignez-nous en téléphonant au 04 223 69 07
AEDL 8 Place Saint-Christophe (3e étage) 4000 Liège
info@aedl.be – www.aedl.be
éducateur social, tandis que Fereshteh
travaille auprès de femmes cherchant
à s’émanciper du machisme et de la
misogynie des hommes. Transcendant
la démagogie lourdingue de certains
films, Kheiron fait voir, en douceur et
en humour, l’utopie de l’intégration et
du vivre ensemble, tout en gardant le
sens des réalités, passant habilement
de la drôlerie à la gravité, sans jamais
tomber dans la surenchère vulgaire ou
larmoyante.
Arthur Champilou, AVOIR-ALIRE.COM
de Tabib Kheiron, France, 2015, 1 h 42.
Avec Kheiron, Leïla Bekhti, Gérard Darmon,
Zabou Breitman, Alexandre Astier.
Sortie le 30 décembre.
PARC CHURCHILL SAUVENIÈRE
es faubourgs aisés d’une ville sur la
côte atlantique. George, jolie jeune
fille de 16 ans, tombe amoureuse d’Alex.
Pour attirer son attention, elle lance un
jeu collectif où sa bande d’amis va découvrir, tester et repousser les limites de leur
sexualité. Au milieu des scandales et de
l’effondrement de leur système de valeurs,
chacun gère cette période intense de
manière radicalement différente.
Recalé du Festival de Cannes, où la
rumeur l’avait longtemps annoncé en
objet de buzz potentiel, ce teen-movie
raconte les quelques semaines folles
d’une bande de lycéens, filles et garçons
qui se réunissent la nuit pour baiser tous
ensemble dans des partouzes clandestines et joyeuses. Un peu à la manière de
17 filles des sœurs Coulin (qui était lui
aussi inspiré d’un fait divers américain),
Eva Husson met en scène une sorte de
fantasmagorie à la frontière du conte
et du naturalisme, abordant la sexualité
telle une fièvre mystérieuse qui s’empare
d’ados submergés par un désir aussi beau
qu’inquiétant, aussi vitaliste que mortifère.
La qualité du film, outre sa photographie hyper sensuelle et son climat hallucinogène, est de ne jamais produire de
discours sur cette sexualité hors normes,
de ne pas en faire le résultat d’un trauma
ou d’un délire né d’une consommation
abusive de porno. Ici, pas de psychologie
qui vaille : Bang Gang est juste une affaire
de corps qui se frottent, se lèchent, se
pénètrent et s’absorbent au rythme suave
des palpitations électro de Brodinski.
C’est un chant exalté pour la furie adolescente, et l’un des plus désirables films
issus du jeune cinéma français époque
2015.
d’après Romain Blondeau, LES INROCKS
d’Eva Husson, France, 2015, 1 h 38. Avec
Finnegan Oldfield, Marilyn Lima, Daisy
Broom, Lorenzo Lefebvre. Sortie le 27 janvier.
SAUVENIÈRE
journal des Grignoux 243 8 du 23 décembre 2015 au 2 février 2016
L’hermine
Les cowboys
Margherita est une réalisatrice en plein tournage d’un
film dont le rôle principal est
tenu par un célèbre acteur
américain. À ses questionnements d’artiste engagée,
se mêlent des angoisses
d’ordre privé : sa mère est
à l’hôpital, sa fille en pleine
crise d’adolescence. Et son
frère, quant à lui, se montre
comme toujours irréprochable... Nanni Moretti signe
une œuvre plurielle où les
moments de pure comédie
font bon ménage avec la tension dramatique. Des larmes
fécondes et essentielles, un
rire racé et bon enfant, le
triomphe feutré d’un art de
vivre, un appel vivifiant à la
sagacité…
Michel Racine est un président de cour d'assises
redouté. Aussi dur avec lui
qu'avec les autres, on l'appelle le magistrat « à deux
chiffres » : avec lui, on en
prend toujours pour plus de
dix ans. Tout bascule le jour
où Racine retrouve Ditte
Lorensen-Coteret. Elle fait
partie du jury qui va devoir
juger un homme accusé
d'homicide. Six ans auparavant, Racine a aimé cette
femme. Presque en secret.
Peut-être la seule femme
qu'il ait jamais aimée...
Primé au dernier festival
de Venise, L’hermine est une
perle du cinéma hexagonal. Et Fabrice Luchini nous
émerveille en distillant de
nouvelles nuances de son
talent...
1994, dans une petite ville
de France. Alain et sa famille
se rendent à un rassemblement country. C’est la passion de « l’Americana » qui
regroupe cette quasi-communauté. Au moment de
rentrer, il cherche Kelly, sa
fille de 16 ans, qui est introuvable. Bouffé par l’angoisse,
Alain rudoie ses copines et
apprend rapidement que
Kelly fréquente Ahmed
en secret, qui a disparu
lui aussi... Pis, en fouillant
dans les affaires de Kelly, il
trouve des tracts de propagande islamiste. La police
étant peu réactive, Alain
choisit de mener l’enquête
à sa place, inlassablement,
à n'en plus vivre, élargissant sa recherche au monde
entier…
de Nanni Moretti, Italie, 2015,
1 h 47, VO. PARC
CHURCHILL SAUVENIÈRE
de Christian Vincent, France,
2015, 1 h 38. PARC
CHURCHILL
de Thomas Bidegain, France,
2015, 1 h 45.
CHURCHILL SAUVENIÈRE
Mia madre
Béliers
Dans une vallée isolée d’Islande, deux frères qui ne se
parlent plus depuis quarante
ans vont devoir s’unir pour
sauver ce qu’ils ont de plus
précieux : leurs béliers, frappés d’une étrange maladie
mortelle et contagieuse.
Béliers commence comme
un film burlesque. Les deux
frères ont des allures de
vieux gnomes et des comportements qui prêtent à
sourire. Mais derrière cette
histoire de maladie ovine se
cache aussi tout un drame lié
à l’exode rural. Les enfants
de l’Islande tournent le dos à
cette vie rude. Ils quittent les
vallées, abandonnent fermes,
terres et troupeaux. Et c’est
tout un mode de vie qui disparaît…
de Grímur Hákonarson,
Islande, 2015, 1 h 33, VO.
CHURCHILL SAUVENIÈRE
La vie très
privée de
monsieur Sim
Monsieur Sim n’a aucun
intérêt. C’est du moins ce
qu’il pense de lui-même.
Sa femme l’a quitté, son
patron l’a viré et lorsqu’il
part voir son père au fin
fond de l’Italie, celui-ci ne
prend même pas le temps
de déjeuner avec lui. C'est
alors qu'il reçoit une proposition inattendue : traverser
la France pour vendre des
brosses à dents qui vont
« révolutionner l'hygiène
bucco-dentaire ». Il en profite pour revoir les visages
de son enfance, son premier
amour, ainsi que sa fille et
faire d’étonnantes découvertes qui vont le révéler à
lui-même.
de Michel Leclerc, France,
2015, 1 h 46. PARC
CHURCHILL SAUVENIÈRE
2D
3D
Le fils de Saul
Fin 1944, AuschwitzBirkenau. Saul Ausländer
est membre du Sonderkommando, ce groupe de
prisonniers juifs isolés du
reste du camp et forcés
d’assister les nazis dans leur
plan d’extermination. Il travaille dans l’un des crématoriums quand il découvre
le cadavre d’un garçon dans
les traits duquel il reconnaît son fils. Alors que le
Sonderkommando prépare une révolte, il décide
d’accomplir l’impossible :
sauver le corps de l’enfant
des flammes et lui offrir une
véritable sépulture.
Un film comme le siècle
en a peu vu, précisément
documenté, dignement mis
en scène, à regarder les yeux
grands ouverts, sans ciller.
de László Nemes, Hongrie,
2015, 1 h 47, VO. CHURCHILL
Je suis à vous
tout de suite
Hanna a 30 ans, beaucoup
de charme et ne sait pas dire
non : elle est atteinte de la
névrose de la gentillesse. Ce
drôle de syndrome familial
touche aussi son père, Omar,
« épicier social » et sa mère,
Simone, « psy à domicile ».
Avec son frère Hakim,
focalisé sur ses racines algériennes et sa religion, le courant ne passe plus vraiment.
Mais un événement imprévu
oblige Hanna et Hakim à se
retrouver...
Pour son premier film,
Baya Kasmi joue les acrobates. Elle n’esquive rien,
aborde les sujets qui fâchent
(intégrisme religieux, choc
des cultures, sexualité en
goguette) mais elle aère le
débat afin de le dédramatiser.
de Baya Kasmi, France, 2015,
1 h 40. CHURCHILL
Prolongations
Une histoire
de fou
Berlin, 1921. Talaat Pacha,
principal responsable du
génocide Arménien, est
exécuté dans la rue par
Soghomon Thelirian.
Soixante ans plus tard,
Aram, jeune Marseillais
d’origine arménienne,
rejoint l’armée de libération
de l’Arménie à Beyrouth.
Avec ses camarades, il pense
qu’il faut recourir à la lutte
armée pour que le génocide
soit reconnu et que la terre
de leurs grands-parents leur
soit rendue…
Un Guédiguian comme on
les aime : engagé, politique,
passionné et passionnant...
L’histoire au long cours de
la reconnaissance du génocide arménien, des limites de
l’engagement et de la lutte
armée.
de Robert Guédiguian, France,
2015, 2 h 14, VO français/
allemand/arménien.
CHURCHILL SAUVENIÈRE
He Named
Me Malala
Star Wars VII
À vif !
James Donovan, un avocat
de Brooklyn, se retrouve
plongé au cœur de la guerre
froide lorsque la CIA l’envoie accomplir une mission
presque impossible : négocier la libération du pilote
d’un avion espion américain
U-2 qui a été capturé.
Pour la quatrième fois,
Steven Spielberg retrouve
Tom Hanks, dans un drame
inspiré de faits réels.
Après Lincoln en 2012, le
réalisateur excelle de nouveau dans la mise en images
d’une époque et dans la
compréhension claire du
conflit qui séparait alors les
deux plus grandes nations
du monde.
Dans une gala xie lointaine, très lointaine, un
nouvel épisode de la saga
Star Wars… Plus de 30 ans
après la bataille d’Endor, la
galaxie n'en a pas fini avec
la tyrannie et l’oppression. Les membres de l'Alliance rebelle, devenus la
« Résistance », combattent
les vestiges de l'Empire
réunis sous la bannière du
« Premier Ordre ». Un mystérieux guerrier, Kylo Ren,
semble vouer un culte à
Dark Vador et pourchasse
les ennemis du Premier
Ordre. Au même moment,
une jeune femme nommée
Rey va faire la rencontre
de Finn, un Stormtrooper
en fuite, une rencontre qui
bouleversera sa vie.
Plus qu’un grand chef, Adam
Jones est une rock star de la
cuisine, couronnée par deux
étoiles au guide Michelin.
Grisé par le succès, arrogant
et capricieux, l’enfant terrible de la scène gastronomique parisienne a sombré
dans l’alcool et la drogue.
Des années plus tard, après
avoir retrouvé la voie de la
sobriété, il revient à Londres,
sa ville d’origine, déterminé à
obtenir le Graal de la gastronomie : une troisième étoile.
Entouré de jeunes commis et
chefs de partie, il relance un
restaurant. Mais le chemin
de la rédemption s’annonce
plus âpre que prévu...
U n fe e l g o o d m ov i e
qui vous mettra l’eau à la
bouche !
Po r t r a i t v i b r a n t d e l a
jeune Pakistanaise Malala
Yousafzai, porte-parole du
droit des femmes à l’éducation et récent prix Nobel de
la paix.
Elle n’avait pas 10 ans
qu’elle bloggait déjà pour
la BBC depuis la vallée de
Swat, au Pakistan. Malala
s’opposait – et s’oppose
toujours d’ailleurs – à la loi
des talibans qui interdit aux
filles l’accès à l’école. Ce qui
lui a valu, en 2012, d’être
prise pour cible, les talibans
montant dans son bus et lui
tirant une balle dans la tête,
dont elle a réchappé extraordinairement.
Mais cet épisode, loin
de la réduire au silence,
ne fera qu’augmenter son
militantisme.
de Steven Spielberg,
États-Unis, 2015, 2 h 12, VO.
CHURCHILL SAUVENIÈRE
de J.J. Abrams, États-Unis,
2015, 2 h 16, VO.
SAUVENIÈRE
de John Wells, États-Unis,
2015, 1 h 40, VO.
CHURCHILL SAUVENIÈRE
de Davis Guggenheim, ÉtatsUnis, 2015, 1 h 28, VO.
CHURCHILL SAUVENIÈRE
Le pont
des espions
Ixcanul
Maria, jeune Maya de 17 ans,
vit avec ses parents dans une
plantation de café sur les
flancs d’un volcan. Elle voudrait échapper au mariage
arrangé qui l’attend et émigrer aux États-Unis avec
Pepe, son prétendant secret.
Et son histoire de se décliner
au travers d’une série d’événements majeurs racontés
sur un mode modeste.
Soulignons simplement
l’importance des liens familiaux, l’amour inconditionnel de la mère pour sa fille,
la décence absolue de cette
famille qui, même démunie
culturellement, fait front
face à ce qui va s’abattre sur
elle…
de Jayro Bustamante,
Guatemala, 2015, 1 h 31,
VO maya.
CHURCHILL
L’humour
à mort
Certainement une lettre
d’amour à l’équipe de
Charlie Hebdo... Et le bonheur pour le spectateur de
retrouver leur conviction,
leur art de vivre qui s’inscrivait dans le sourire, l’intelligence et une générosité sans
limites.
Le film démarre le 11 janvier, jour de résistance où
des millions de personnes
envahissent les rues parisiennes pour dire non aux
attentats et à la violation
de la liberté d’expression.
S’opère ensuite un ballet de
va-et-vient entre 2006 et ces
événements où l’on profite
surtout des images des dessinateurs disparus qui, certes,
nous émeuvent mais qu’il fait
bon voir revivre.
de Daniel & Emmanuel
Leconte, France, 2015, 1 h 30.
CHURCHILL
journal des Grignoux 243 9 du 23 décembre 2015 au 2 février 2016
Pour les fêtes… idées cadeaux !
PLACE CADEAU : 6,50 €
ABONNEMENT : 48 € (valable pour 10 séances,
non nominatif, validité illimitée)
N
SPECIME
Les places sont en vente aux caisses
des cinémas. Le livre de Kroll est disponible
dans toutes les bonnes librairies.
Demain
Mémo
Le détail des séances
film par film est
disponible sur le site :
www.grignoux.be
sur la page d'accueil
(Tous les films).
▶ Carol
PARC du 6/1 au 24/1
SAUVENIÈRE du 13/1 au 26/1
CHURCHILL du 27/1 au 2/2
p. 7
CHURCHILL du 23/12 au 2/2
SAUVENIÈRE du 24/12 au 22/1
PARC du 27/12 au 26/1
▶ A Leak in Paradise
1 h 55
p. 15
PARC le 13/1
1 h 12
▶ À vif !
p. 8
SAUVENIÈRE du 23/12 au 12/1
CHURCHILL du 30/12 au 11/1
1 h 41
▶ Au-delà des montagnes
p. 14
CHURCHILL du 23/12 au 2/2
2 h 11
▶ Bang Gang
p. 7
SAUVENIÈRE du 27/1 au 2/2
1 h 38
▶ Béliers
p. 8
CHURCHILL du 23/12 au 26/1
SAUVENIÈRE du 20/1 au 26/1
1 h 33
▶ Belle et Sébastien :
p. 16
l’aventure continue
SAUVENIÈRE du 23/12 au 31/1
PARC du 30/12 au 24/1
CHURCHILL le 20/1 et le 24/1
▶ Coup de chaud
p. 17
CHURCHILL du 20/1 au 31/1
SAUVENIÈRE le 24/1
55 mn
p. 4
CHURCHILL du 28/1 au 2/2
23
décembre
JEUDI
24
décembre
VENDREDI
25
décembre
SAMEDI
26
décembre
DIMANCHE
27
décembre
LUNDI
28
décembre
MARDI
29
décembre
CHURCHILL du 8/1 au 26/1
p. 14
CHURCHILL du 27/1 au 2/2
▶ Elser
CHURCHILL du 20/1 au 2/2
1 h 54
▶ Le goût des merveilles
p. 7
1 h 34
SAUVENIÈRE du 23/12 au 18/1
PARC du 23/12 au 29/12
CHURCHILL du 25/12 au 2/2
1 h 28
▶ Honni soit qui mal y pense
p. 4
▶ Le goût du saké
1 h 49
▶ Hôtel Transylvanie 2
SAUVENIÈRE le 27/12 et le 28/12
▶ Le nouveau
1 h 29
▶ Ixcanul
CHURCHILL du 23/12 au 29/12
1 h 31
▶ Je suis à vous tout de suite
▶ Le pont des espions
p. 8
p. 5
SAUVENIÈRE du 13/1 au 26/1
PARC du 14/1 au 25/1
CHURCHILL du 27/1 au 2/2
▶ Le voyage d’Arlo
▶ L’hermine
p. 8
CHURCHILL du 23/12 au 12/1
PARC du 4/1 au 12/1
SAUVENIÈRE du 7/1 au 11/1
▶ Les chaussons rouges
CHURCHILL du 24/12 au 4/1
1 h 37
p. 5
2 h 47
p. 16
SAUVENIÈRE du 27/1 au 2/2
PARC du 27/1 au 2/2
▶ Mediterranea
1 h 52
SAUVENIÈRE le 28/1
50 mn
p. 6
1 h 36
p. 15
1 h 50
▶ Mia madre
1 h 21
SAUVENIÈRE du 23/12 au 2/2
PARC du 24/12 au 17/1
CHURCHILL du 13/1 au 26/1
2 h 22
p. 8
1 h 47
▶ Nous trois ou rien
SAUVENIÈRE du 30/12 au 5/1
PARC du 30/12 au 16/1
CHURCHILL du 6/1 au 2/2
1 h 40
▶ Snoopy et les Peanuts
p. 4
SAUVENIÈRE du 23/12 au 31/1
PARC du 23/12 au 10/1
2 h 16
Snoopy et les Peanuts
Les merveilleux contes de la neige
1 salle
3 salles
Le voyage d’Arlo
Snoopy et les Peanuts
La vie très privée de M. Sim
Le goût des merveilles
12:00
14:15
16:30
18:30
20:30
21 nuits avec Pattie
Le voyage d’Arlo
Je suis à vous tout de suite
L’hermine
21 nuits avec Pattie
12:05
14:15
16:15
18:30
20:30
Snoopy et les Peanuts
Le voyage d’Arlo
Mia madre
La vie très privée de M. Sim
Béliers
Le voyage d’Arlo
Béliers
21 nuits avec Pattie
L’hermine
12:05 Une histoire de fou
14:00
16:00
18:00
20:15
12:10
14:00
16:00
18:00
20:15
14:00
16:15
18:15
20:30
Le voyage d’Arlo
Snoopy et les Peanuts
Mia madre
Le goût des merveilles
14:15
16:30
18:20
20:30
22:15
Le voyage d’Arlo
He Named Me Malala
Le goût des merveilles
L’humour à mort
21 nuits avec Pattie
14:00
16:00
18:15
20:30
14:00
16:00
18:00
20:15
Snoopy et les Peanuts
Le voyage d’Arlo
Le goût des merveilles
Mia madre
14:15
16:30
18:30
20:30
22:30
Le voyage d’Arlo
Je suis à vous tout de suite
L’humour à mort
L’hermine
L’hermine
14:00 Les chaussons rouges
14:00
16:15
18:15
20:15
Le voyage d’Arlo
Snoopy et les Peanuts
Le goût des merveilles
21 nuits avec Pattie
14:15
16:15
18:15
20:15
14:00
16:15
18:15
20:30
14:00
16:00
18:00
20:15
14:00
16:15
18:30
20:30
Séances à 10 h au Sauvenière
les 23, 24, 28 et 29 décembre
Heure de la séance = début du film
Tarif réduit : 4,20 €
Le goût du saké
Coup de chaud
Le fils de Saul
Béliers
Honni soit qui mal y pense
15:00 Au-delà des montagnes
17:45 Les chaussons rouges
20:30 Le nouveau
12:10
14:00
16:00
17:15
20:00
Ixcanul
L’humour à mort
Les merveilleux contes de…
Une histoire de fou
17:00 A vif !
Au-delà des montagnes
19:30 Le pont des espions
22:15 A vif !
12:00
14:00
16:00
18:15
20:30
Honni soit qui mal y pense
Ixcanul
Le goût du saké
Coup de chaud
Béliers
10:05
12:00
14:00
15:30
18:00
20:15
22:20
Le voyage d’Arlo
Mia madre
Les merveilleux contes de…
La vie très privée de M. Sim
Mia madre
Mia madre
La vie très privée de M. Sim
10:05
12:10
15:00
16:30
Belle et Sébastien…
10:00 Le voyage d’Arlo
Le pont des espions
12:05 Mia madre
Les merveilleux contes de… 14:30 Belle et Sébastien…
Le pont des espions
17:00 Mia madre
20:00 A vif !
20:00 Mia madre
SAUVENIÈRE le 26/12 et le 29/12 2 h 16
▶ Sur la piste de Yu Bin
p. 3
PARC le 7/1
CHURCHILL du 13/1 au 26/1
1 h 44
▶ The Big Short :
p. 5
Le casse du siècle
SAUVENIÈRE du 30/12 au 2/2
p. 7
SAUVENIÈRE du 20/1 au 26/1
PARC du 20/1 au 31/1
CHURCHILL du 27/1 au 2/2
2 h 10
p. 13
2 h 00
▶ The Revenant
p. 5
SAUVENIÈRE du 27/1 au 2/2
2 h 31
▶ Trio Joubran
p. 19
PARC le 22/1
▶ Une histoire de fou
CHURCHILL du 23/12 au 25/1
SAUVENIÈRE du 24/12 au 21/1
p. 8
2 h 20
▶ Voyage à Tokyo
CHURCHILL du 6/1 au 26/1
p. 4
2 h 16
▶ Welcome Home
1 h 42
SAUVENIÈRE le 11/1
CHURCHILL du 13/1 au 1/2
e
Sorties de la semain
p. 17
1 h 28
p. 3
1 h 25
Pour le confort de tous,
les salles ne sont plus accessibles
dix minutes après le début du film.
Sorties de la semaine
S
TI CK ET
EN
LI GN E
Snoopy et les Peanuts
21 nuits avec Pattie Le nouveau
Le goût des merveilles
Au-delà des montagnes
Honni soit qui mal y pense
10:10 Snoopy et les Peanuts
12:10 Le goût des merveilles
14:30 Star Wars : Episode VII
17:30 Star Wars : Episode VII
20:30 Star Wars : Episode VII
10:10
12:00
14:15
16:30
Snoopy et les Peanuts
21 nuits avec Pattie
Snoopy et les Peanuts
Star Wars : Episode VII
19:30 Star Wars : Episode VII
10:15
12:05
14:15
16:30
Les merveilleux contes de…
Les cowboys
Le nouveau
Les cowboys
19:45 Les cowboys
22:00 Les cowboys
10:15 Les merveilleux contes de…
12:15 Le nouveau
14:00 Les cowboys
17:00 Les cowboys
19:45 Une histoire de fou
14:00
15:30
18:00
20:15
22:30
Les merveilleux contes de…
La vie très privée de M. Sim
Mia madre
La vie très privée de M. Sim
Le nouveau
14:00 Snoopy et les Peanuts
16:15 Star Wars : Episode VII
Les merveilleux contes de…
Mia madre
Le nouveau
La vie très privée de M. Sim
Mia madre
14:15 Snoopy et les Peanuts
16:30 Star Wars : Episode VII
17:00 A vif !
19:30 Le pont des espions
22:15 A vif !
14:00
15:30
17:45
19:45
22:00
11:05 Belle et Sébastien…
14:00 Snoopy et les Peanuts
16:00 Le pont des espions
11:15 Les merveilleux contes de… 11:00 Snoopy et les Peanuts
13:30 Une histoire de fou
13:30 Star Wars : Episode VII
16:30 Mia madre
16:30 Star Wars : Episode VII
11:10 Hôtel Transylvanie 2
14:00 Belle et Sébastien…
16:15 Les cowboys
19:15 A vif !
21:15 Mia madre
19:00 Mia madre
21:15 La vie très privée de M. Sim
20:00 Star Wars : Episode VII
19:00 Le nouveau
21:00 Les cowboys
10:00
12:05
14:30
16:30
10:15
12:10
14:00
16:00
18:00
20:00
22:15
14:15 Belle et Sébastien…
16:30 Le pont des espions
19:30 Au-delà des montagnes
22:15 Coup de chaud
19:30 A vif !
21:45 Star Wars : Episode VII
L’hermine
Ixcanul
Béliers
Ixcanul
21 nuits avec Pattie
14:15 Belle et Sébastien…
17:00 Le fils de Saul
19:30 21 nuits avec Pattie
21:45 Au-delà des montagnes
14:00
16:00
18:00
20:00
22:00
Le voyage d’Arlo
Béliers
L’hermine
L’hermine
14:00
16:00
18:15
20:30
Ixcanul
21 nuits avec Pattie
La vie très privée de M. Sim
L’humour à mort
14:00
16:15
18:00
20:30
Honni soit qui mal y pense
He Named Me Malala
Au-delà des montagnes
Béliers
Snoopy et les Peanuts
Le voyage d’Arlo
La vie très privée de M. Sim
Le goût des merveilles
12:00
14:00
16:15
18:15
20:30
Le goût des merveilles
Le voyage d’Arlo
L’hermine
21 nuits avec Pattie
21 nuits avec Pattie
12:05
14:15
16:00
18:15
20:15
Le fils de Saul
L’humour à mort
Le fils de Saul
L’hermine
Le goût du saké
12:10
14:00
16:00
18:00
20:00
Béliers
Ixcanul
Coup de chaud
Béliers
Au-delà des montagnes
Le voyage d’Arlo
Le goût des merveilles
Snoopy et les Peanuts
La vie très privée de M. Sim
12:00
14:00
16:00
18:15
20:15
Je suis à vous tout de suite
Le voyage d’Arlo
21 nuits avec Pattie
Ixcanul
Le fils de Saul
12:05 L’hermine
14:15 Les chaussons rouges
12:10
14:00
16:00
18:00
20:00
Ixcanul
Béliers
L’humour à mort
L’hermine
Coup de chaud
17:00 Une histoire de fou
19:45 Une histoire de fou
p.8
2D
SAUVENIÈRE du 23/12 au 31/1
3D
4 salles
10:00 Belle et Sébastien…
12:15 A vif !
14:30 Belle et Sébastien…
14:00 Le fils de Saul
16:15 21 nuits avec Pattie
Béliers
L’hermine
Honni soit qui mal y pense
Une histoire de fou
▶ Star Wars : Episode VII
▶ The Danish Girl
▶ Les saisons
1 h 41
p. 16
SAUVENIÈRE du 23/12 au 17/1
PARC du 23/12 au 31/1
CHURCHILL du 23/12 au 10/1
2 h 10
SAUVENIÈRE du 23/12 au 24/1
CHURCHILL du 23/12 au 17/1
p. 8
SAUVENIÈRE du 23/12 au 19/1
CHURCHILL du 14/1 au 26/1
1 h 40
1 h 54
de la neige
p. 6
SAUVENIÈRE du 23/12 au 25/1
CHURCHILL du 24/12 au 31/1
p. 8
▶ Les merveilleux contes
p. 4
CHURCHILL du 23/12 au 5/1
p. 16
PARC le 6/1 et le 11/1
SAUVENIÈRE du 6/1 au 2/2
p. 8
1 h 47
p. 8
▶ Les huit salopards
1 h 22
CHURCHILL du 23/12 au 29/12
p. 8
CHURCHILL du 23/12 au 18/1
1 h 46
p. 14
▶ He Named Me Malala
CHURCHILL du 25/12 au 12/1
SAUVENIÈRE le 28/12 et le 29/12
SAUVENIÈRE du 23/12 au 31/12
CHURCHILL du 30/12 au 23/1
p. 15
▶ Le fils de Saul
1 h 37
1 h 52
Vacances de Noël
à l’affiche
MERCREDI
▶ Le bouton de nacre
▶ El Club
p. 20
▶ Les cowboys
2 h 00
▶ Joy
▶ Bon voyage, Dimitri !
▶ Bonjour
p. 20
PARC du 5/1 au 19/1
SAUVENIÈRE du 6/1 au 2/2
p. 8
SAUVENIÈRE du 23/12 au 2/2
PARC du 23/12 au 3/1
CHURCHILL du 27/12 au 26/1
1 h 42
▶ Demain
SAUVENIÈRE du 25/1 au 2/2
PARC du 27/1 au 2/2
1 h 30
de Monsieur Sim
p. 6
CHURCHILL du 23/12 au 29/12
1 h 39
▶ La vie très privée
1 h 58
▶ Les chevaliers blancs
p. 8
CHURCHILL du 23/12 au 19/1
CHURCHILL du 23/12 au 11/1
▶ 21 nuits avec Pattie
▶ L’humour à mort
p. 13
10:05
12:15
15:00
16:30
Belle et Sébastien…
10:10 Les merveilleux contes de…
Le pont des espions
12:00 La vie très privée de M. Sim
Les merveilleux contes de… 14:15 Belle et Sébastien…
Une histoire de fou
17:00 Mia madre
19:30 Le pont des espions
19:45 La vie très privée de M. Sim
22:15 A vif !
22:00 Star Wars : Episode VII
10:00
12:10
14:15
16:30
Belle et Sébastien…
A vif !
Belle et Sébastien…
Le pont des espions
19:45 A vif !
22:00 Le nouveau
10:05
12:15
14:30
16:30
19:30 Star Wars : Episode VII
22:15 Les cowboys
19:30 Star Wars : Episode VII 3D
22:15 Les cowboys
Snoopy et les Peanuts
Mia madre
Snoopy et les Peanuts
Star Wars : Episode VII
19:30 Star Wars : Episode VII
22:15 Mia madre
Le voyage d’Arlo
10:10 Snoopy et les Peanuts
Mia madre
12:05 21 nuits avec Pattie
Les merveilleux contes de… 14:30 Snoopy et les Peanuts
La vie très privée de M. Sim
17:00 Star Wars : Episode VII
19:30 Mia madre
20:15 Star Wars : Episode VII 3D
21:45 Star Wars : Episode VII
14:15 Les cowboys
17:00 Le nouveau
19:45 Les cowboys
22:00 Le goût des merveilles
14:00
16:00
18:00
20:15
22:30
Le nouveau
Le nouveau
Mia madre
Les cowboys
La vie très privée de M. Sim
Hôtel Transylvanie 2
Le nouveau
He Named Me Malala
Le nouveau
Le nouveau
Les cowboys
Les cowboys
10:15 Les merveilleux contes de…
12:00 Le nouveau
14:00 He Named Me Malala
17:00 Les cowboys
20:00 Les cowboys
22:15 La vie très privée de M. Sim
e
Sorties de la semain
journal des Grignoux 243 10 du 23 décembre 2015 au 2 février 2016
à l’affiche
MERCREDI
30
décembre
JEUDI
31
décembre
VENDREDI
1
er
janvier
SAMEDI
2
janvier
Belle et Sébastien :
l’aventure continue
Séances à 10 h au Sauvenière
Mercredi 30 et jeudi 31 décembre
Heure de la séance = début du film
Tarif réduit : 4,20 €
???
Au-delà des montagnes
1 salle
3 salles
Snoopy et les Peanuts
Belle et Sébastien…
Mia madre
Nous trois ou rien
12:10
14:00
16:00
18:15
20:30
L’hermine
Le voyage d’Arlo
Les cowboys
A vif !
21 nuits avec Pattie
12:00
14:30
16:15
18:30
20:30
Une histoire de fou
L’humour à mort
Le goût des merveilles
L’hermine
Le goût des merveilles
12:05
14:15
16:15
18:15
20:15
14:00
16:00
18:00
20:15
Snoopy et les Peanuts
Belle et Sébastien…
Nous trois ou rien
La vie très privée de M. Sim
12:00
14:30
16:30
17:45
20:15
Une histoire de fou
Le voyage d’Arlo
Les merveilleux contes de…
21 nuits avec Pattie
A vif !
12:10
14:15
16:15
18:15
20:30
Les cowboys
L’hermine
He Named Me Malala
Le goût des merveilles
Béliers
12:05 Au-delà des montagnes
14:30 Honni soit qui mal y pense
10:00 Le voyage d’Arlo
12:10 La vie très privée de M. Sim
14:30 Belle et Sébastien…
17:00 Le goût du saké
19:45 Les chaussons rouges
17:00 La vie très privée de M. Sim
20:00 The Big Short
14:00
16:00
18:00
20:15
Snoopy et les Peanuts
14:15 Le voyage d’Arlo
Belle et Sébastien…
16:30 Une histoire de fou
La vie très privée de M. Sim
Nous trois ou rien
19:45 L’hermine
21:45 21 nuits avec Pattie
14:00
16:00
18:00
20:15
22:05
Béliers
He Named Me Malala
Le goût des merveilles
Béliers
Coup de chaud
14:00
16:15
17:45
20:15
22:30
14:00
16:00
18:00
20:15
Snoopy et les Peanuts
Belle et Sébastien…
Nous trois ou rien
Mia madre
14:00
16:00
17:15
19:30
22:00
Béliers
Les merveilleux contes de…
Honni soit qui mal y pense
Au-delà des montagnes
21 nuits avec Pattie
14:00 Belle et Sébastien…
16:30 The Big Short
14:00
16:00
18:00
20:15
14:00
16:00
17:45
20:00
22:15
Le voyage d’Arlo
L’humour à mort
L’hermine
Les cowboys
Béliers
14:00 Les chaussons rouges
17:00 Les cowboys
19:30 Au-delà des montagnes
22:00 L’hermine
14:15 21 nuits avec Pattie
16:30 Une histoire de fou
19:30 Le goût des merveilles
21:45 Les cowboys
3
janvier
14:00
16:00
18:00
20:15
Snoopy et les Peanuts
Belle et Sébastien…
La vie très privée de M. Sim
Nous trois ou rien
LUNDI
4
janvier
16:00 Mia madre
18:15 Nous trois ou rien
20:30 L’hermine
janvier
12:05
14:00
16:00
18:15
20:30
Le voyage d’Arlo
21 nuits avec Pattie
A vif !
21 nuits avec Pattie
Le goût des merveilles
L’hermine
A vif !
21 nuits avec Pattie
L’humour à mort
12:00 A vif !
14:15 21 nuits avec Pattie
MARDI
5
14:00
16:00
18:15
20:15
15:30 L’hermine
17:30 Nous trois ou rien
20:00 Demain
17:15 A vif !
p.20 19:45 Une histoire de fou
+ réalisateur & rencontre
14:00
16:00
18:15
20:15
L’hermine
Le goût des merveilles
L’hermine
Les cowboys
12:10 21 nuits avec Pattie
14:15 Les chaussons rouges
14:15
16:15
18:00
20:00
The Big Short :
Le casse du siècle
S
TI CK ET
EN
LI GN E
Nous trois ou rien
4 salles
10:05 Le voyage d’Arlo
12:10 Mia madre
14:15 Belle et Sébastien…
Le goût du saké
Coup de chaud
He Named Me Malala
Béliers
Au-delà des montagnes
17:00 Mia madre
19:30 La vie très privée de M. Sim
21:45 Le pont des espions
Belle et Sébastien…
Les merveilleux contes de…
The Big Short
La vie très privée de M. Sim
Mia madre
19:45 La vie très privée de M. Sim
22:00 Star Wars : Episode VII
11:10 Belle et Sébastien…
DIMANCHE
Sorties de la semaine
Vacances de Noël
Béliers
He Named Me Malala
Béliers
Au-delà des montagnes
14:00 Belle et Sébastien…
16:30 La vie très privée de M. Sim
19:00 Mia madre
21:15 La vie très privée de M. Sim
10:20
12:05
14:30
16:30
Les merveilleux contes de…
The Big Short
Les merveilleux contes de…
The Big Short
10:15
12:00
14:00
16:30
Snoopy et les Peanuts
Nous trois ou rien
Snoopy et les Peanuts
Star Wars : Episode VII
19:30 The Big Short
22:00 Star Wars : Episode VII
19:45 Star Wars : Episode VII
22:30 La vie très privée de M. Sim
10:20
12:00
14:30
16:30
10:05
12:05
14:15
16:15
Les merveilleux contes de…
The Big Short
Les merveilleux contes de…
The Big Short
Snoopy et les Peanuts
Nous trois ou rien
Snoopy et les Peanuts
Star Wars : Episode VII
20:00 Mia madre
19:45 Star Wars : Episode VII
14:00 Mia madre
16:30 Le pont des espions
14:15 Snoopy et les Peanuts
16:30 Star Wars : Episode VII
19:30 The Big Short
22:00 Star Wars : Episode VII
19:30 Star Wars : Episode VII
22:15 The Big Short
14:00 Le pont des espions
14:15 Snoopy et les Peanuts
16:15 Star Wars : Episode VII
17:00 Mia madre
19:45 The Big Short
22:15 Mia madre
11:00
12:05
14:15
15:30
18:15
20:45
Les merveilleux contes de…
Mia madre
Les merveilleux contes de…
The Big Short
The Big Short
Le pont des espions
10:00 Belle et Sébastien…
12:15 Le nouveau
14:00 Le nouveau
17:00 Le nouveau
19:30 Le pont des espions
22:15 The Big Short
10:00 Belle et Sébastien…
12:15 Le nouveau
14:00 Le pont des espions
17:30 Le nouveau
20:15 Les cowboys
14:15
15:45
17:45
19:45
22:30
Les merveilleux contes de…
Le nouveau
Le nouveau
Le pont des espions
Le nouveau
19:30 Star Wars : Episode VII
22:05 The Big Short
14:15
15:45
17:30
19:30
22:15
Les merveilleux contes de…
Le nouveau
Le nouveau
Le pont des espions
Nous trois ou rien
11:15 Snoopy et les Peanuts
11:05 Le voyage d’Arlo
14:00 Nous trois ou rien
16:15 Snoopy et les Peanuts
18:15 Star Wars : Episode VII
14:15 Le nouveau
16:15 Le pont des espions
21:00 Star Wars : Episode VII
19:15 Le nouveau
21:00 The Big Short
12:05 Nous trois ou rien
14:15 Star Wars : Episode VII
12:15 Le nouveau
14:00 Le pont des espions
Au-delà des montagnes
Béliers
He Named Me Malala
Béliers
He Named Me Malala
12:00 La vie très privée de M. Sim
14:15 Mia madre
16:30 Star Wars : Episode VII
17:15 Les cowboys
20:00 A vif !
12:00
14:30
16:30
18:15
20:15
19:30 Mia madre
21:45 Star Wars : Episode VII
17:00 La vie très privée de M. Sim
17:15 The Big Short
20:00 Le goût des merveilles p.7 19:30 Star Wars : Episode VII
+ rencontre
22:15 La vie très privée de M. Sim
17:15 Le nouveau
19:45 Le pont des espions
22:30 Mia madre
12:10
14:00
16:00
18:15
20:30
12:05
14:00
15:45
17:45
20:30
Béliers
He Named Me Malala
Béliers
Au-delà des montagnes
Coup de chaud
12:00 Mia madre
14:15 La vie très privée de M. Sim
12:10 The Big Short
14:30 The Big Short
12:05 Nous trois ou rien
14:00 Star Wars : Episode VII
12:15 Le nouveau
14:15 Le pont des espions
17:00 The Big Short
19:45 La vie très privée de M. Sim
22:00 Star Wars : Episode VII
17:15 Mia madre
19:30 The Big Short
22:00 The Big Short
17:00 Star Wars : Episode VII
19:45 Star Wars : Episode VII
22:30 Mia madre
17:30 Le nouveau
20:00 Le nouveau
21:45 Le pont des espions
L’humour à mort
Le goût des merveilles
Les cowboys
Le goût des merveilles
Le goût du saké
12:10 The Big Short
14:30 The Big Short
e
Sorties de la semain
journal des Grignoux 243 11 du 23 décembre 2015 au 2 février 2016
à l’affiche
Sorties de la semaine
MERCREDI
6
janvier
Carol
21 nuits avec Pattie
1 salle
14:30 Snoopy et les Peanuts
16:30 Les huit salopards
20:00 Carol
3 salles
7
janvier
15:30 L’hermine
17:30 Demain
20:00 Sur la piste de Yu Bin
12:00
14:30
16:30
18:30
p.13 20:30
Une histoire de fou
Le voyage d’Arlo
L’hermine
Béliers
21 nuits avec Pattie
12:05
14:00
15:45
17:45
20:30
A vif !
Le nouveau
Nous trois ou rien
Voyage à Tokyo
Nous trois ou rien
12:10
14:15
16:00
18:00
20:15
12:00
14:00
16:00
18:15
p.3 20:15
Nous trois ou rien
Béliers
21 nuits avec Pattie
L’hermine
Nous trois ou rien
12:05
14:00
16:00
18:15
20:30
Le goût des merveilles
A vif !
Les cowboys
Le goût des merveilles
Béliers
12:10 Au-delà des montagnes
14:30 Une histoire de fou
12:00 The Big Short
14:30 The Big Short
17:30 L’humour à mort
20:00 Honni soit qui mal y pense
17:15 Mia madre
19:45 The Big Short
22:15 Demain
12:10 Nous trois ou rien
14:15 Une histoire de fou
12:05
14:00
16:15
18:30
20:30
22:30
El Club
Le goût des merveilles
Les cowboys
Béliers
Nous trois ou rien
A vif !
12:00
14:00
16:15
18:15
20:30
22:30
Béliers
Honni soit qui mal y pense
L’hermine
Le goût des merveilles
El Club
Coup de chaud
12:10 The Big Short
14:30 The Big Short
14:00
15:45
18:00
20:15
22:15
Le nouveau
Honni soit qui mal y pense
A vif !
Le goût des merveilles
Les cowboys
14:00
16:00
18:30
20:30
22:30
L’humour à mort
Au-delà des montagnes
Béliers
Nous trois ou rien
El Club
14:15 Belle et Sébastien…
16:30 Le pont des espions
Les cowboys
L’humour à mort
He Named Me Malala
Honni soit qui mal y pense
Au-delà des montagnes
+ réalisateur
VENDREDI
8
janvier
SAMEDI
9
janvier
15:15 21 nuits avec Pattie
17:30 Carol
20:00 Demain
14:00
16:00
18:15
20:30
Snoopy et les Peanuts
Demain
Carol
Demain
17:00 Au-delà des montagnes
20:00 21 nuits avec Pattie
22:15 21 nuits avec Pattie
14:15 Le voyage d’Arlo
16:30 Une histoire de fou
19:30 Au-delà des montagnes
22:00 21 nuits avec Pattie
12:10 The Big Short
14:30 Belle et Sébastien…
16:30 Le pont des espions
19:30 The Big Short
22:00 The Big Short
17:00 The Big Short
19:45 Le pont des espions
22:30 Mia madre
19:30 The Big Short
22:00 The Big Short
11:10 Belle et Sébastien…
DIMANCHE
10
janvier
14:00
16:00
18:15
20:30
Snoopy et les Peanuts
Carol
Demain
Carol
14:15
16:15
18:20
20:15
Béliers
Nous trois ou rien
L’hermine
21 nuits avec Pattie
14:00
16:00
18:15
20:30
Le voyage d’Arlo
Les cowboys
A vif !
Le goût des merveilles
14:00
15:45
18:00
20:00
S
TI CK ET
EN
LI GN E
4 salles
ciné club
JEUDI
Demain
Le nouveau
Honni soit qui mal y pense
Béliers
Au-delà des montagnes
13:45 Belle et Sébastien…
16:00 The Big Short
18:45 The Big Short
12:00 21 nuits avec Pattie
12:05 Demain
14:30 Les merveilleux contes de… 14:15 Snoopy et les Peanuts
16:00 Star Wars : Episode VII
17:00 Les huit salopards
19:45 Star Wars : Episode VII
20:15 Les huit salopards
22:30 La vie très privée de M. Sim
12:15 La vie très privée de M. Sim
14:15 Mia madre
12:10 L’hermine
14:00 Star Wars : Episode VII
16:45 Star Wars : Episode VII
12:15 Mia madre
14:15 La vie très privée de M. Sim
16:30 Les huit salopards
19:30 Star Wars : Episode VII
22:15 Mia madre
12:00 A vif !
14:00 La vie très privée de M. Sim
16:30 Star Wars : Episode VII
19:30 Star Wars : Episode VII
22:15 La vie très privée de M. Sim
14:00 Star Wars : Episode VII
17:00 Star Wars : Episode VII
19:45 Star Wars : Episode VII
22:30 Mia madre
11:00
12:05
14:15
15:45
17:45
20:30
Les merveilleux contes de…
Mia madre
Les merveilleux contes de…
Snoopy et les Peanuts
Star Wars : Episode VII
Star Wars : Episode VII
12:05 Demain
14:15 Les huit salopards
17:30 The Big Short
20:15 Les huit salopards
12:10 21 nuits avec Pattie
14:15 Nous trois ou rien
11
janvier
15:00 Carol
17:15 Demain
19:30 Les huit salopards
17:00 Une histoire de fou
20:00 Voyage à Tokyo
12:05
14:15
16:00
18:15
20:30
Les cowboys
Le nouveau
Le goût des merveilles
Honni soit qui mal y pense
A vif !
12:00
14:30
16:15
18:15
20:30
Au-delà des montagnes
He Named Me Malala
El Club
Coup de chaud
Béliers
17:00 La vie très privée de M. Sim
19:45 Mia madre
22:00 Star Wars : Episode VII
19:45 La vie très privée de M. Sim
22:00 Star Wars : Episode VII
12:05 Demain
14:15 Star Wars : Episode VII
12:15 La vie très privée de M. Sim
14:15 Les huit salopards
17:00 Les huit salopards
20:15 Les huit salopards
17:30 Mia madre
19:45 Mia madre
22:00 Star Wars : Episode VII
14:00
15:15
17:15
20:30
Les merveilleux contes de… 14:15 La vie très privée de M. Sim
Snoopy et les Peanuts
16:30 Mia madre
Les huit salopards
Les huit salopards
19:30 La vie très privée de M. Sim
21:45 Le pont des espions
11:15 Snoopy et les Peanuts
11:00 Les huit salopards
14:00 Star Wars : Episode VII
14:00 Mia madre
16:30 La vie très privée de M. Sim
17:00 Les huit salopards
20:15 Les huit salopards
21:15 L’hermine
LUNDI
Demain
Les huit salopards
Carol
El Club
Voyage à Tokyo
12:10 The Big Short
14:30 The Big Short
12:00 L’hermine
14:00 Star Wars : Episode VII
12:05 Demain
14:15 Les huit salopards
17:15 Mia madre
19:45 Les huit salopards
17:30 The Big Short
17:00 Star Wars : Episode VII
20:00 Welcome Home
p.3 20:15 La vie très privée de M. Sim
19:00 Mia madre
21:15 La vie très privée de M. Sim
12:15 Mia madre
14:15 La vie très privée de M. Sim
16:30 Les huit salopards
20:00 Le pont des espions
+ réalisateur & acteur
12:10 Nous trois ou rien
14:15 Une histoire de fou
MARDI
12
janvier
15:30 L’hermine
17:30 Carol
20:00 Demain
17:15 Voyage à Tokyo
20:15 21 nuits avec Pattie
12:00
14:00
16:15
18:15
20:30
Le nouveau
21 nuits avec Pattie
Nous trois ou rien
Les cowboys
Le goût des merveilles
12:05
14:00
16:30
18:30
20:30
L’hermine
Au-delà des montagnes
Béliers
El Club
He Named Me Malala
12:00 The Big Short
14:30 The Big Short
12:10 A vif !
14:15 Star Wars : Episode VII
12:05 Demain
14:30 Les huit salopards
17:00 Le pont des espions
20:00 The Big Short
22:30 A vif !
17:00 Star Wars : Episode VII
19:45 Star Wars : Episode VII
22:30 Mia madre
17:45 La vie très privée de M. Sim
20:15 Les huit salopards
12:15 La vie très privée de M. Sim
14:15 Mia madre
16:30 Les huit salopards
20:00 Mia madre
22:15 La vie très privée de M. Sim
e
Sorties de la semain
journal des Grignoux 243 12 du 23 décembre 2015 au 2 février 2016
à l’affiche
Sorties de la semaine
MERCREDI
13
janvier
Joy
Welcome Home
Joy
Le goût des merveilles
1 salle
15:00 Belle et Sébastien…
17:15 Demain
20:00 A Leak in Paradise
3 salles
12:00
14:30
15:45
17:45
p.15 20:00
14
12:10
14:00
15:45
18:00
20:15
Welcome Home
Le nouveau
Les cowboys
Le goût des merveilles
21 nuits avec Pattie
12:05
14:00
16:30
18:30
20:30
Sur la piste de Yu Bin
Au-delà des montagnes
L’humour à mort
Béliers
La vie très privée de M. Sim
12:05 Carol
14:30 Le voyage d’Arlo
16:45 Le pont des espions
12:00 La vie très privée de M. Sim
14:00 Star Wars : Episode VII
16:45 Star Wars : Episode VII
12:15 Le goût des merveilles
14:15 Snoopy et les Peanuts
16:30 Les huit salopards
19:45 Carol
22:00 Joy
19:30 The Big Short
22:00 The Big Short
20:00 Les huit salopards
12:00
14:00
16:00
18:15
20:30
La vie très privée de M. Sim
Le goût des merveilles
La vie très privée de M. Sim
Mia madre
Les cowboys
12:10
14:00
15:45
18:00
20:00
L’humour à mort
Welcome Home
21 nuits avec Pattie
Béliers
Au-delà des montagnes
12:05 Carol
14:15 Star Wars : Episode VII
12:10 21 nuits avec Pattie
14:15 Les huit salopards
12:00 Joy
14:30 Carol
17:00 Joy
19:45 Joy
22:10 Joy
17:30 The Big Short
20:15 Star Wars : Episode VII
17:00 Les huit salopards
20:30 Les huit salopards
15:00
17:30
20:00
22:15
Les cowboys
El Club
Le goût des merveilles
Nous trois ou rien
Le goût des merveilles
Nous trois ou rien
12:10
14:00
16:00
18:15
20:30
22:15
Béliers
Sur la piste de Yu Bin
21 nuits avec Pattie
La vie très privée de M. Sim
Welcome Home
21 nuits avec Pattie
12:15 Carol
14:30 Carol
12:00 La vie très privée de M. Sim
14:00 Star Wars : Episode VII
16:45 Les huit salopards
12:10 Le goût des merveilles
14:15 Les huit salopards
12:05 Demain
14:15 Joy
17:00 Le pont des espions
20:00 Mia madre
22:15 La vie très privée de M. Sim
12:00
14:00
16:00
18:15
20:30
22:30
17:30 Star Wars : Episode VII
20:30 Les huit salopards
17:00 Joy
19:45 Demain
22:00 Star Wars : Episode VII
14:00
15:15
17:15
20:00
22:05
Les merveilleux contes de…
L’humour à mort
Le pont des espions
Mia madre
21 nuits avec Pattie
14:00
15:45
18:00
20:15
22:20
Le nouveau
La vie très privée de M. Sim
Le goût des merveilles
La vie très privée de M. Sim
El Club
14:15 Joy
14:00
15:15
17:30
20:30
Les merveilleux contes de…
Mia madre
Le pont des espions
Nous trois ou rien
14:00
15:45
18:00
20:15
Le nouveau
Le goût des merveilles
La vie très privée de M. Sim
Les cowboys
14:15
16:30
18:15
20:15
Voyage à Tokyo
Les merveilleux contes de…
Nous trois ou rien
La vie très privée de M. Sim
Mia madre
12:05 Nous trois ou rien
14:15 Une histoire de fou
janvier
15:00 Joy
17:30 Carol
20:00 Demain
17:00 Voyage à Tokyo
19:45 Le pont des espions
12:05 Mia madre
14:15 Une histoire de fou
VENDREDI
15
janvier
SAMEDI
16
janvier
DIMANCHE
17
janvier
15:15 Carol
17:30 Demain
20:00 Joy
Café le Parc – DAMIEN McFLY
en concert à 20 h 30 ▶ p.19
14:00 Belle et Sébastien…
16:00 Nous trois ou rien
18:00 Demain
20:30 Carol
14:00
16:00
18:20
20:30
Belle et Sébastien…
Demain
Mia madre
Joy
12:10 Mia madre
14:15 Une histoire de fou
LUNDI
18
janvier
15:00 Joy
17:30 Carol
20:00 Demain
17:00 Voyage à Tokyo
20:00 Au-delà des montagnes
12:05 La vie très privée de M. Sim
14:15 Au-delà des montagnes
MARDI
19
MERCREDI
20
janvier
17:00 Une histoire de fou
19:45 Le pont des espions
janvier
janvier
23
janvier
DIMANCHE
24
janvier
14:00 Star Wars : Episode VII
16:45 Star Wars : Episode VII
14:15 Snoopy et les Peanuts
16:30 Les huit salopards
19:30 Béliers
21:30 Le pont des espions
19:30 Carol
21:45 Star Wars : Episode VII
19:45 The Big Short
22:15 Carol
20:15 Les huit salopards
11:10 Belle et Sébastien…
14:00 Star Wars : Episode VII
11:15 Snoopy et les Peanuts
14:00 Snoopy et les Peanuts
16:15 Les huit salopards
12:00
14:00
16:15
18:15
20:30
Honni soit qui mal y pense
Les cowboys
Nous trois ou rien
Le goût des merveilles
La vie très privée de M. Sim
12:05
14:15
16:15
18:30
20:15
21 nuits avec Pattie
Béliers
Sur la piste de Yu Bin
Welcome Home
Mia madre
12:00 Carol
14:15 Carol
16:45 Le pont des espions
12:00
14:00
16:15
18:30
20:30
Nous trois ou rien
Les cowboys
La vie très privée de M. Sim
L’humour à mort
La vie très privée de M. Sim
12:10
14:00
16:15
18:20
20:30
Welcome Home
21 nuits avec Pattie
Mia madre
Le goût des merveilles
Béliers
The Danish Girl
14:00
16:00
18:00
20:15
Le voyage d’Arlo
Belle et Sébastien…
21 nuits avec Pattie
The Danish Girl
15:15 The Danish Girl
17:30 Carol
20:00 The Danish Girl
20:30 TRIO JOUBRAN
14:00
16:00
18:00
20:30
14:00
16:00
18:00
20:30
Le voyage d’Arlo
Belle et Sébastien…
Joy
The Danish Girl
Le voyage d’Arlo
Belle et Sébastien…
Carol
The Danish Girl
LUNDI
janvier
17:30 Joy
20:00 The Danish Girl
janvier
Demain
Demain
Joy
Joy
20:00 Les huit salopards
12:05 Le goût des merveilles
14:00 Les huit salopards
12:10 Joy
14:30 Demain
17:00 Les huit salopards
20:30 The Big Short
17:15 Star Wars : Episode VII
20:15 Les huit salopards
17:00 Demain
19:30 Joy
22:00 Star Wars : Episode VII
12:05 Carol
14:15 Le pont des espions
12:15 21 nuits avec Pattie
14:15 Les huit salopards
12:00 Une histoire de fou
14:30 The Big Short
12:10 Joy
14:30 Demain
17:30 Carol
20:00 Carol
17:30 Star Wars : Episode VII
20:30 Star Wars : Episode VII
17:15 Joy
20:00 Les huit salopards
20:00 Carol
22:15 Carol
Bon voyage, Dimitri !
3 salles
12:05
14:00
16:00
18:00
20:15
Nous trois ou rien
Belle et Sébastien…
Sur la piste de Yu Bin
Mia madre
Nous trois ou rien
12:00
14:30
15:45
17:45
20:00
12:10
14:00
16:00
18:15
20:30
Nous trois ou rien
Béliers
Elser
Nous trois ou rien
Mia madre
12:00 Le goût des merveilles
14:15 Le pont des espions
12:00
14:00
15:45
18:00
20:15
22:15
Mia madre
Le nouveau
Mia madre
Nous trois ou rien
Béliers
Nous trois ou rien
14:15
15:30
17:45
20:00
22:00
Bon voyage, Dimitri !
Sur la piste de Yu Bin
Mia madre
Nous trois ou rien
Nous trois ou rien
14:00
16:00
18:15
20:15
Belle et Sébastien…
Mia madre
Nous trois ou rien
21 nuits avec Pattie
12:00
14:00
16:00
18:00
20:15
Mia madre
Béliers
Le goût des merveilles
Nous trois ou rien
Elser
12:10 Nous trois ou rien
14:15 Le pont des espions
MARDI
26
11:00
13:45
16:15
18:45
21:15 Carol
17:00 Les huit salopards
20:30
seJoymaine
la
e
d
Sorties
15:30 The Danish Girl
18:00 21 nuits avec Pattie
20:15 The Danish Girl
17:15 Mia madre
19:45 Voyage à Tokyo
S
TI CK ET
EN
LI GN E
Bon voyage, Dimitri !
4 salles
12:10
14:00
16:00
18:15
20:00
Le nouveau
Béliers
21 nuits avec Pattie
Welcome Home
Au-delà des montagnes
12:10 Joy
14:30 Joy
12:15 The Danish Girl
14:30 Demain
17:15 Béliers
19:30 Joy
22:00 Joy
17:00 The Big Short
19:45 The Big Short
22:15 Carol
El Club
Welcome Home
Béliers
Les cowboys
21 nuits avec Pattie
12:10 Béliers
14:00 Joy
16:45 Joy
12:00 Une histoire de fou
14:30 Carol
12:15 The Danish Girl
14:30 Star Wars : Episode VII
12:05 Demain
14:15 Les huit salopards
17:15 Au-delà des montagnes
20:00 La vie très privée de M. Sim
12:05
14:00
15:45
17:45
20:00
19:30 Joy
22:00 Joy
17:00 Star Wars : Episode VII
19:45 The Big Short
22:15 The Big Short
17:15 Les huit salopards
20:30 Les huit salopards
17:30 Demain
20:00 Carol
22:20 Carol
12:10 La vie très privée de M. Sim
14:15 Elser
12:05 Au-delà des montagnes
14:30 Welcome Home
12:10 Joy
14:30 Joy
12:05 21 nuits avec Pattie
14:15 Carol
12:15 Le nouveau
14:00 Les huit salopards
12:00 Demain
14:15 Star Wars : Episode VII
17:00 La vie très privée de M. Sim
20:00 Elser
22:15 Les cowboys
17:00 21 nuits avec Pattie
19:30 Une histoire de fou
22:15 21 nuits avec Pattie
17:00 The Danish Girl
19:30 The Big Short
22:00 The Big Short
17:00 Star Wars : Episode VII
20:00 Demain
22:15 Demain
17:15 Les huit salopards
20:30 Les huit salopards
17:15 Carol
20:00 Carol
22:15 Carol
14:00
15:45
18:00
20:15
22:20
14:00 Au-delà des montagnes
16:45 Une histoire de fou
14:00 Joy
16:30 Joy
14:15 Demain
16:45 Star Wars : Episode VII
19:30 21 nuits avec Pattie
21:45 Le pont des espions
19:30 Joy
22:00 Joy
19:30 Star Wars : Episode VII
22:15 The Big Short
14:00
16:00
17:15
20:30
11:05 Belle et Sébastien…
11:00 Bon voyage, Dimitri !
12:00 Demain
14:15 Star Wars : Episode VII
14:15
16:00
18:15
20:20
Voyage à Tokyo
Bon voyage, Dimitri !
Le goût des merveilles
La vie très privée de M. Sim
Elser
Le nouveau
Elser
Le goût des merveilles
La vie très privée de M. Sim
Les cowboys
Le nouveau
Le goût des merveilles
La vie très privée de M. Sim
Elser
14:00
15:15
18:00
20:00
Bon voyage, Dimitri !
Au-delà des montagnes
Béliers
Une histoire de fou
13:30 Joy
16:00 Demain
18:30 Joy
17:15 Star Wars : Episode VII
20:00 The Big Short
21:00 Joy
25
17:00 21 nuits avec Pattie
19:30 Joy
22:00 Joy
12:15 La vie très privée de M. Sim
14:15 Star Wars : Episode VII
Welcome Home
1 salle
en concert
SAMEDI
14:00 Le voyage d’Arlo
16:30 Carol
Elser
VENDREDI
22
14:15 Honni soit qui mal y pense
16:30 Au-delà des montagnes
Demain
Carol
Carol
Carol
The Danish Girl
JEUDI
21
20:00 The Big Short
22:30 Mia madre
17:00 Star Wars : Episode VII
20:00 The Big Short
17:00 Joy
19:45 Joy
22:15 Carol
12:15 Une histoire de fou
17:15 The Big Short
20:00 Carol
22:15 Carol
11:05 Le voyage d’Arlo
La vie très privée de M. Sim 13:45 Le voyage d’Arlo
Welcome Home
16:00 Carol
Béliers
18:30 Carol
21 nuits avec Pattie
21:00 The Big Short
12:10 Joy
14:30 Demain
Sorties de la semaine
à l’affiche
janvier
15:00 Joy
17:30 Demain
20:00 Carol
Sur la piste de Yu Bin
4 salles
+ réalisateur
JEUDI
Les huit salopards
S
TI CK ET
EN
LI GN E
12:10 Elser
14:15 Une histoire de fou
21 nuits avec Pattie
Sur la piste de Yu Bin
La vie très privée de M. Sim
El Club
Mia madre
12:00 Joy
14:30 Joy
12:10 Le nouveau
14:00 Demain
17:15 Mia madre
19:45 Au-delà des montagnes
12:05
14:15
16:15
18:30
20:30
17:00 Carol
19:30 Joy
22:00 Joy
17:15 Star Wars : Episode VII
20:30 Les huit salopards
12:00
14:00
16:15
18:15
20:20
12:05
14:30
16:15
18:15
20:30
Au-delà des montagnes
Welcome Home
Béliers
Sur la piste de Yu Bin
El Club
12:10 Joy
14:30 Joy
La vie très privée de M. Sim
Elser
Le goût des merveilles
Nous trois ou rien
Elser
17:00 Demain
19:30 Joy
22:00 Joy
12:00
14:00
16:00
17:15
20:30
Béliers
Snoopy et les Peanuts
Les merveilleux contes de…
Les huit salopards
Les huit salopards
17:00 Carol
19:45 Demain
22:00 Star Wars : Episode VII
Snoopy et les Peanuts
14:15 Star Wars : Episode VII
Les merveilleux contes de…
Les huit salopards
17:00 Carol
Les huit salopards
19:45 Carol
22:15 Carol
11:10 Snoopy et les Peanuts
14:00
16:00
17:15
20:30
12:05 Carol
14:15 Star Wars : Episode VII
11:15 Carol
Snoopy et les Peanuts
14:00 Carol
Les merveilleux contes de… 16:30 The Danish Girl
Les huit salopards
Les huit salopards
19:00 Carol
21:15 Carol
12:15 Les huit salopards
12:05 Carol
14:15 Star Wars : Episode VII
15:15 The Danish Girl
17:45 Béliers
17:00 Demain
20:00 Les chevaliers blancs p.20 19:30 Carol
+ réalisateur & équipe
22:00 Carol
Jazz Portrait : Philip Catherine ▶ Brasserie Sauvenière à 20 h 15 ▶ p.19
12:15 Béliers
12:05 The Danish Girl
12:00 Carol
14:00 Star Wars : Episode VII
14:30 Demain
14:15 Les huit salopards
17:00 The Big Short
19:30 Star Wars : Episode VII
22:15 The Big Short
17:15 Les huit salopards
20:30 Les huit salopards
17:30 Carol
20:00 Demain
22:15 Carol
journal des Grignoux 243 13 du 23 décembre 2015 au 2 février 2016
Mercredi 6 janvier à 20 h
Avant-première
dans le cadre
du ciné-club Imago
Carol
The Danish Girl
Mélodrame exquis aux accents
fifties, Carol est une histoire
d’amour touchée par la grâce qui
développe un art subtil du trouble,
du désir et de l’affirmation de soi.
Si Rooney Mara a remporté le prix
d’interprétation à Cannes, c’est Cate
Blanchett qui signe là un des rôles
les plus magnétiques de sa carrière
L’histoire vraie de Lili Elbe, née Einar Wegener, première transgenre à s’être fait opérer.
Devant la caméra de Tom Hooper (Le discours d’un roi), Eddie Redmayne
(Une merveilleuse histoire du temps) incarne avec majesté la « naissance à elle-même »
de cette femme née homme
T
hérèse, la petite vingtaine, voudrait être photographe, voyager à l’étranger. Par manque d’ambition, par inexpérience, elle est fiancée à un type
d’un quelconque achevé et travaille dans un grand
magasin, au rayon jouets. À la veille de Noël, affublée
d’un ridicule bonnet rouge, elle conseille les clients,
dont Carol, une femme à la superbe impressionnante :
fourrure négligemment jetée sur les épaules, allure
impeccable, airs de bourgeoise assurée, elle déambule, impériale, à la recherche d’un cadeau pour
ses enfants. Carol, avec un naturel confondant, flirte
délicieusement avec Thérèse, lui donnant un prétexte
pour se revoir.
De lunchs prolongés en visites, les deux femmes
se rapprochent. Thérèse ne se départ pas de cet
étonnement si mignon que quelqu’un comme Carol
puisse manifester pour elle un intérêt non feint, sans
comprendre ou vouloir comprendre ce qui se dessine. Naïve, oui, mais sans être bête pour autant.
Carol, bien plus au fait de ce qu’elle veut, joue les
séductrices (quasiment les prédatrices) avec une
douceur infinie, prenant soin de laisser s’installer le
trouble et la complicité avant de proposer une « fatidique » virée en voiture émaillée de nuits en motels.
Mais Carol sait aussi les risques qu’elle prend. Sa
vie est en équilibre précaire et derrière la façade
bourgeoise, elle est aux prises avec son quasi exmari possessif, bien trop au fait de ses inclinations
profondes, et d’ailleurs toujours jaloux de cette
27
janvier
janvier
Catherine Lemaire, LES GRIGNOUX
de Todd Haynes, États-Unis, 2015, 1 h 58, VO.
Avec Cate Blanchett, Rooney Mara. Sortie le 6 janvier.
PARC CHURCHILL SAUVENIÈRE
Les chevaliers blancs
Elser
1 salle
14:00
16:00
18:00
20:30
Le voyage d’Arlo
Les saisons
The Danish Girl
Les chevaliers blancs
JEUDI
28
ancienne maîtresse à laquelle Carol confie ses nouveaux émois.
Il n’est pas simple d’être gay dans cette société
corsetée des années 50, et la posture, ferme et digne,
de Carol, est à ce titre tout à fait remarquable. Qui
plus est, à petites touches, le film de Todd Haynes (I’m
Not There, Velvet Goldmine) construit plus qu’une
fine étude de mœurs : il est l’affirmation feutrée que
l’amour peut se jouer des différences d’âge et de
classe avec aisance.
Cate Blanchett trouve dans cette femme un rôle
exceptionnel : un personnage dense et complexe,
aux multiples facettes, lucide sur la difficulté d’être
ce qu’elle est, mais qui en même temps refuse de
céder à la honte ou la culpabilité.
Carol est un film qui préfère jouer la carte du
sous-texte, du feutré, à la militance un peu criarde à
laquelle il pourrait facilement céder, vu la teneur de
ses enjeux. Il se construit plutôt comme une œuvre
sensuelle qui rend l’époque avec un œil pour les
moindres détails : les vêtements, coiffures, voitures,
trains, rouges à lèvres ou cigarettes (faisant songer
en cela à la série Mad Men). Sophistiqué et accessible à la fois, d’une intelligence subtile, Carol est
magnifié par l’exquise délicatesse de la mise en
scène ainsi que par un érotisme diffus mais tout à
fait palpable.
erda et Einar Wegener sont mari et femme, tous
les deux artistes dans le Danemark des années
1920, très amoureux l’un de l’autre – et cela n’est
pas anecdotique.
Un matin, Gerda demande à son mari de remplacer au pied levé une danseuse, pour une session de
pose pour un tableau. En riant, Einar enfile une paire
de collants et des ballerines. L’expérience ne provoque pas quelque chose de nouveau, mais réveille
en quelque sorte des sentiments, des sensations qui
étaient déjà là sans qu’Einar s’en aperçoive véritablement.
L’aventureuse Gerda trouve ça plutôt émoustillant
et tous deux décident d’aller à un bal où se montre
la bonne société avec Einar habillé en femme. Elle
l’aide à se procurer perruque, robe et maquillage
et ensemble, ils construisent le personnage de Lili.
L’expérience les rend confus, en particulier quand
Gerda découvre l’attirance de certains hommes fascinés par la beauté trouble d’Einar quand il incarne Lili.
Assez vite, ils se rendent compte que cette Lili fait
partie de leur mariage, qu’il leur faudra dorénavant
la prendre en compte : endosser ce personnage de Lili
relève pour un Einar en plein trouble identitaire d’une
forme de « retour à soi », bien loin d’un penchant
pour le travestissement.
La grande intelligence du film est de ne pas s’être
contenté de suivre le parcours d’Einar/Lili mais
d’avoir mis au centre du tableau les turbulences
d’un couple qui parvient à rester soudé. Ainsi l’acceptation progressive de Gerda est-elle un ressort
important pour la transition d’Einar vers Lili, lorsqu’il
prend le chemin de celle qu’il a toujours été : une
femme. Quant à Einar, il opère un profond travail
15:30 The Danish Girl
18:00 Les chevaliers blancs
20:15 Les saisons
VENDREDI
janvier
SAMEDI
30
janvier
DIMANCHE
31
janvier
LES GRIGNOUX
e
Sorties de la semain
de Tom Hooper, États-Unis, 2015, 2 h, VO.
Avec Eddie Redmayne, Alicia Vikander, Amber Heard,
Matthias Schoenaerts. Sortie le 20 janvier.
PARC CHURCHILL SAUVENIÈRE
3 salles
12:00
14:00
15:15
17:30
20:15
12:00
14:15
16:15
18:00
20:15
21 nuits avec Pattie
Bon voyage, Dimitri !
Carol
Joy
Carol
The Danish Girl
Le goût des merveilles
Welcome Home
Nous trois ou rien
Elser
12:05
14:00
16:15
18:15
20:30
Nous trois ou rien
Elser
Nous trois ou rien
Le goût des merveilles
Le bouton de nacre
12:05 Joy
14:30 Carol
17:15 Carol
20:00 Joy
16:00 Les chevaliers blancs
18:15 Les saisons
20:15 Les chevaliers blancs
12:10 Au-delà des montagnes
14:30 Joy
12:05 The Danish Girl
14:30 Elser
17:15 Au-delà des montagnes
20:00 The Danish Girl
17:15 Carol
19:45 Carol
22:00 Joy
17:15 21 nuits avec Pattie
20:00 21 nuits avec Pattie
22:15 The Danish Girl
12:00
14:15
16:15
18:00
20:15
22:30
Les chevaliers blancs
The Revenant
Les saisons Bang Gang
Le bouton de nacre Bonjour
4 salles
12:10 Carol
14:30 The Danish Girl
12:10
14:00
16:15
18:00
20:15
S
TI CK ET
EN
LI GN E
The Revenant
Bonjour
Elser
Le bouton de nacre
21 nuits avec Pattie
The Danish Girl
12:00 La vie très privée de M. Sim
14:00 Belle et Sébastien…
16:30 Star Wars : Episode VII
12:15 Les chevaliers blancs
14:30 Les saisons
Carol
Le goût des merveilles
Le bouton de nacre
Nous trois ou rien
The Danish Girl
Le bouton de nacre
14:00
16:15
18:15
20:30
Le voyage d’Arlo
Les saisons
Les chevaliers blancs
Les saisons
14:00
15:15
18:00
20:15
Bon voyage, Dimitri !
Joy
Nous trois ou rien
Joy
14:15
16:00
18:00
19:45
22:00
Le nouveau
Bonjour
Le bouton de nacre
The Danish Girl
Elser
14:00 21 nuits avec Pattie
16:30 The Danish Girl
14:00
16:00
18:00
20:20
Le voyage d’Arlo
Les saisons
The Danish Girl
Les chevaliers blancs
14:15
15:30
18:00
20:30
Bon voyage, Dimitri !
Carol
Joy
Nous trois ou rien
14:00
15:45
18:15
20:30
Le nouveau
The Danish Girl
Elser
Carol
14:00
15:45
18:15
20:20
19:30 Carol
22:00 21 nuits avec Pattie
Le bouton de nacre
21 nuits avec Pattie
Le goût des merveilles
The Danish Girl
12:05 Mia madre
14:15 Snoopy et les Peanuts
16:30 The Revenant
17:00 La vie très privée de M. Sim
19:30 Les saisons
21:30 Les huit salopards
20:15 The Revenant
12:00 La vie très privée de M. Sim
14:00 Les huit salopards
12:10 Les chevaliers blancs
14:15 The Revenant
12:05 Mia madre
14:15 Les saisons
17:15 The Revenant
20:30 The Revenant
17:30 Mia madre
20:00 Mediterranea
20:00 Les huit salopards
+ rencontre
29
sur lui-même, son identité et son rapport à celle-ci,
qui ira jusqu’à la volonté de transformer ce corps
qui ne lui correspond pas, devenant ainsi le premier
transgenre à recourir à une chirurgie de réattribution
sexuelle, en 1930.
Il était plus que temps que le cinéma nous offre
un grand rôle de transgenre, et Tom Hooper pose
un regard plein d’empathie sur son personnage et
ses tourments.
Eddie Redmayne (qui a reçu l’Oscar l’année
dernière pour sa prestation en tant que Stephen
Hawking dans Une merveilleuse histoire du temps)
s’empare de son rôle avec crédibilité et délicatesse
grâce à une performance particulièrement émouvante.
Lorsqu’enfin un médecin pionnier prête une oreille
attentive aux demandes de Einar/Lili qui exprime
« être une femme », Gerda aura ses mots, simples et
pourtant bouleversants : « je le crois aussi ».
Sorties de la semaine
à l’affiche
MERCREDI
G
12:00 La vie très privée de M. Sim
14:00 Les huit salopards
12:05 Les saisons
14:00 Les chevaliers blancs
16:15 The Revenant
20:30 Les huit salopards
19:30 Les saisons
21:30 Les huit salopards
14:15 Belle et Sébastien…
14:30 Les saisons
17:00 Star Wars : Episode VII
20:00 Les huit salopards
17:00 Mia madre
19:30 Les chevaliers blancs
21:45 The Revenant
11:00 Belle et Sébastien…
14:00 Belle et Sébastien…
16:30 Star Wars : Episode VII
11:15
13:45
16:00
18:30
20:30
19:45 Les huit salopards
Les saisons
Les saisons
Les chevaliers blancs
Les saisons
Star Wars : Episode VII
+ acteur
17:00 Bang Gang
p.15 19:45 Les chevaliers blancs
22:00 Les chevaliers blancs
12:15 Mia madre
14:15 Les saisons
12:10 Bang Gang
14:00 Demain
17:00 Bang Gang
p.5 20:00 Bang Gang
22:00 The Big Short
12:15 Demain
14:30 Bang Gang
16:30 Les huit salopards
19:45 The Big Short
22:15 Bang Gang
12:10 Bang Gang
14:15 Bang Gang
16:30 Les huit salopards
17:00 Demain
19:30 The Revenant
22:20 The Big Short
19:45 Bang Gang
21:45 The Revenant
14:00 Snoopy et les Peanuts
16:15 The Big Short
14:15 Bang Gang
16:45 Demain
19:30 The Revenant
22:20 Les chevaliers blancs
19:45 Bang Gang
21:45 Les huit salopards
11:15 Snoopy et les Peanuts
14:15 Snoopy et les Peanuts
16:30 The Revenant
11:00
14:00
16:15
18:45
Demain
Bang Gang
Demain
The Big Short
20:00 The Revenant
21:15 Bang Gang
12:10 Joy
14:30 21 nuits avec Pattie
LUNDI
1er
février
16:00 Les saisons
18:00 Les chevaliers blancs
20:15 Les saisons
12:05 Carol
14:15 The Danish Girl
MARDI
2
février
17:00 Carol
19:45 Joy
15:30 Les chevaliers blancs
17:45 Les saisons
20:00 Les chevaliers blancs
17:00 Carol
19:45 Joy
12:05
14:00
15:45
18:00
20:15
Nous trois ou rien
Welcome Home
Le goût des merveilles
Nous trois ou rien
Bonjour
12:00 Au-delà des montagnes
14:30 The Danish Girl
12:00 La vie très privée de M. Sim
14:00 Les huit salopards
12:05 Les chevaliers blancs
14:15 Les saisons
12:15 Mia madre
14:15 The Revenant
12:10 Bang Gang
14:00 The Big Short
17:15 Elser
20:00 The Danish Girl
17:15 Les huit salopards
20:30 Les huit salopards
17:00 Mia madre
20:00 Les chevaliers blancs
17:15 The Revenant
20:30 The Revenant
17:00 Bang Gang
20:00 La vie très privée de M. Sim
12:00
14:00
16:00
17:45
20:00
Bonjour
Le goût des merveilles
Le bouton de nacre
Nous trois ou rien
Elser
12:10 The Danish Girl
14:30 Au-delà des montagnes
12:15 The Big Short
14:30 Les huit salopards
12:00 Mia madre
14:00 The Revenant
12:05 Les chevaliers blancs
14:15 Les saisons
16:30 Les huit salopards
12:10 La vie très privée de M. Sim
14:15 Bang Gang
16:15 The Revenant
17:15 21 nuits avec Pattie
20:00 The Danish Girl
17:45 La vie très privée de M. Sim
20:15 Les huit salopards
17:00 Demain
19:30 The Revenant
22:20 Bang Gang
20:00 Demain
+ rencontre
p.20 19:30 Les saisons
21:30 The Revenant
journal des Grignoux 243 14 du 23 décembre 2015 au 2 février 2016
Au-delà des
montagnes
MOUNTAINS MAY DEPART
Après le cinglant Touch of
Sin, Jia Zhang-ke travaille
davantage une matière
romanesque qui embrasse
la Chine contemporaine en
mutation. Et de nous servir un
cinéma vivant, surprenant,
libre, drôle et finalement
terriblement bouleversant
L
Elser
C'est un film formidable qui exalte l'esprit de résistance, qui
nous captive avec un personnage et un fait historique oubliés :
la tentative d’assassinat d’Hitler par un civil isolé, Georg Elser
À
la fin des années 1930, alors que le
régime nazi a déjà bien assis son
pouvoir, Georg Elser est un modeste
menuisier de la Souabe, la partie occidentale de la Bavière. Une région aussi rurale
qu'industrielle, marquée à la fois par un
fort catholicisme et une conscience
ouvrière et syndicale très puissante. Et ce
Georg Elser ordinaire, entré presque par
hasard et surtout par amitié dans le Rote
Frontkämpferbund (l'unité combattante
du parti communiste), ce garçon bien plus
intéressé par le jazz et les filles – qui le
lui rendent bien – que par la politique et
le militantisme, a failli changer le cours
de l'histoire, un certain 8 novembre 1939.
Seul, sans aucun appui, sans aucune
« formation » aux techniques de l'action
secrète ou de commando, et au bout de
plusieurs mois de préparation minutieuse,
l'homme discret va fabriquer une bombe,
à partir de mécanismes d'horlogerie et
d'explosifs volés dans la carrière la plus
proche, et la placer, après des nuits de
planque assidue, dans un des piliers
du Bürgerbraükeller, la brasserie munichoise où Hitler a prévu de prononcer
un discours pour commémorer son coup
d'État raté de 1923. On connaît malheureusement la suite : Hitler, préoccupé par
les préparatifs de la guerre, écourte son
discours et part plus tôt que prévu vers
Berlin avec sa garde rapprochée, si bien
que l'attentat ne va tuer que quelques
seconds couteaux.
Le cœur du film tourne autour du fascinant triangle que forment Elser, rapidement arrêté alors qu'il essayait de
passer en Suisse, et ses interrogateurs
et bourreaux, Heinrich Müller, chef de la
Gestapo, et Arthur Nebe, chef de la police
judiciaire. Les deux nazis ne peuvent pas
croire que le jeune homme a agi seul et
ils veulent lui faire avouer le nom de ses
complices ou commanditaires. Agents
étrangers ? Cellule communiste ? Mais
malgré leurs efforts zélés, qui vont évidemment jusqu'au recours à la torture,
il faut se rendre à l'évidence, même si le
Führer la refuse obstinément : Elser est
un simple citoyen porté par la conviction
profonde de devoir « agir ainsi pour éviter
que plus de sang ne soit versé »…
Le film est passionnant parce que, audelà du huis clos carcéral qui va durer
de longues années au cours desquelles
Elser affrontera les mêmes protagonistes,
le film revient en flashbacks sur son
parcours, sur tout ce qui l'a fait évoluer
depuis le début des années 30. Années
encore heureuses où le jeune Elser et
ses amis profitent de la nature splendide,
aiment librement tout en ne dédaignant
pas la tradition catholique, font la fête
au rythme de la musique traditionnelle
bavaroise tout en découvrant le jazz.
Puis peu à peu le nazisme s'installe et
la progression de l'épidémie est magnifiquement décrite : le maire un peu crétin,
dont on se moquait volontiers, se rallie
aux idées simples du national socialisme,
les chrétiens pratiquants sont ridiculisés
par les adeptes du paganisme, les croix
gammées recouvrent tout et l'asservissement de chacun est inéluctable. C'est tout
cela que refuse Georg Elser, c'est pour
combattre tout cela qu'il va accomplir son
acte hors du commun.
La Gazette Utopia
d’Oliver Hirschbiegel, Allemagne, 2015,
1 h 54, VO. Avec Christian Friedel,
Katharina Schüttler, Burghart Klaussner.
Sortie le 20 janvier.
CHURCHILL
e cinéaste suit les destinées de ses
personnages sur une longue période
de temps qui s’articule sur trois époques
(1999, 2014, 2025) filmées dans trois
formats d’images différents.
Les premiers plans du film épousent la
chorégraphie endiablée de jeunes Chinois
qui fêtent le nouveau millénaire au son du
« Go West » des Pet Shop Boys, une rengaine qui se décline comme une fringale
de vivre, de s’ouvrir vers de nouveaux
horizons.
Dans ce climat festif, on suit le manège
d’un étonnant triangle amoureux. Il y a la
sémillante Tao qui doit choisir entre deux
prétendants : d’un côté Zhang Jinsheng,
arrogant et cupide propriétaire d’une station-service ; de l’autre Liangzi, humble
ouvrier dans une mine de charbon. La
belle sera finalement séduite par le clinquant de Zhang, avec balade échevelée en
Chevrolet rouge décapotable. Cet homme
d’affaires avisé et sans scrupule va faire
fortune et il appellera son fils Dollar.
En 2014, Tao est séparée de son mari
qui vit avec son fils à Shanghai. La mère
ne voit presque plus l’enfant mais elle
exige que celui-ci revienne auprès d’elle
pour assister aux obsèques de son grand-
père. Elle devra constater que le gamin
est devenu un étranger dépourvu de
toute forme de sentiment filial, éloigné
de la langue et de la culture chinoises.
En jouant la carte du mélodrame
habilement charpenté autour de personnages hauts en couleur, Jia Zhang-ke fait
le bilan des changements qu’a connus
la Chine et imagine les contours d’un
futur proche. Si la croissance profite à
certains – l’enrichissement fulgurant de
Zhang Jinsheng –, elle en laisse d’autres
sur le carreau – Liangzi dévasté par la
maladie et dans l’incapacité matérielle
de se soigner.
Le personnage de Dollar (pauvre
gamin !) qu’on accompagne plus particulièrement dans le dernier segment du
film, l’Australie en 2025, est devenu le
symbole inquiétant de la mondialisation :
un être déraciné, sans repères, en quête
d’identité.
Mais le cinéaste ne se contente pas
d’installer le spectateur face à un diagnostic fataliste et déprimant. Il signe une
fable bouleversante qui se distingue par
un récit en liberté qui sait aller à l’essentiel et une incroyable maîtrise de l’image.
Sans dévoiler l’enchantement que procure la dernière séquence, on peut vous
dire que vous quitterez le film le cœur
serré et emporté par la musique des Pet
Shop Boys.
LES GRIGNOUX
de Jia Zhang-ke, Chine, 2015, 2 h 06, VO.
Avec Tao Zhao, Sylvia Chang, Zijian Dong,
Yi Zhang. Sortie le 23 décembre.
CHURCHILL
El Club
Après le vivifiant No sur la
résistance chilienne via la
télévision, Pablo Larraín
triture à nouveau les plaies
du Chili, s’attaquant cette
fois à l’impunité des prêtres
pédophiles qui furent « cachés »
par l’Église catholique. Glaçant.
Ours d’argent à Berlin
D
ans cette petite maison isolée près de
la mer vit une étrange communauté
dont l’occupation principale semble être
l’élevage de chiens de course. Un nouveau venu s’installe parmi ces hommes
et cette femme, introduit par un jeune
prêtre qui le dépose et repart presque
aussi sec. Même si, sans doute, il leur faudra du temps pour mieux se connaître,
tous sont unis par un poids que certains
prennent avec désinvolture, d’autres avec
plus de componction ou de culpabilité :
prêtres ou religieux, ils ont commis des
actes pédophiles. L’église catholique
chilienne, plutôt que de s’embarrasser
d’un scandale sur sa propre incurie, a préféré prolonger son aveuglement coupable
et camoufler ses moutons noirs en les
disséminant dans des maisons communautaires aux quatre coins du Chili.
À peine arrivé, le nouveau venu est pris
à partie par un jeune homme à l’apparence désaxée, qui l’a traqué jusque-là
pour lui asséner le détail des violences
sexuelles commises sur lui. Depuis le jardinet, le jeune homme hurle et n’en finit
pas d’énumérer les atrocités coupables
dans une litanie morbide qui a le don
d’irriter la petite communauté.
Qu’à cela ne tienne, on donne au
« nouveau » prêtre un flingue, qu’il fasse
taire ce fou, cet énergumène. Mais le
prêtre utilise l’arme pour se tuer devant
sa victime.
C’est le début des ennuis pour ce petit
club : il va y avoir une enquête (interne à
l’Église, naturellement), et ils seront mis
sur la sellette. Pas sûr que la maisonnée
puisse se perpétuer encore bien longtemps… Pour protéger les immondes
vies de ses membres, la communauté se
soudera autour du mensonge et de son
abjection coutumière.
Pendant ce temps, le jeune homme erre
dans cette ville balnéaire éteinte et froide,
à la dérive de lui-même et des autres,
tentant de s’accrocher à l’un ou l’autre
humain qui voudra bien lui montrer un
peu de compassion. Peu de monde, à vrai
dire, l’obligeant à traîner pitoyablement
solitude, traumas multiples et sexualité
forcément perturbée.
Un film glaçant sur la laideur des
hommes et l’absence de rédemption,
dont on sort nauséeux.
Catherine Lemaire, LES GRIGNOUX
de Pablo Larraín, Chili, 2015, 1 h 37, VO.
Avec Alfredo Castro, Roberto Farías,
Antonia Zegers. Sortie le 8 janvier.
CHURCHILL
Prix LUX 2015
journal des Grignoux 243 15 du 23 décembre 2015 au 2 février 2016
Le prix Lux, décerné chaque année depuis 2007 par le Parlement européen,
met en exergue le cinéma d’auteur européen et la diversité culturelle et
favorise le débat sur les valeurs fondamentales de l’Union européenne.
Cette année, les trois nommés étaient Mustang, Urok (La leçon) et
Mediterranea. Mustang a gagné le prix Lux mais, comme nous l’avons
beaucoup montré, nous avons préféré vous faire découvrir un autre film, non-distribué en
Belgique, à l’occasion de cette journée dédiée au prix Lux : Mediterranea.
Les trois nommés font également l’objet d’une séance en matinée scolaire.
Jeudi 28 janvier
Une initiative du Bureau
d’information du Parlement
européen, en collaboration
avec le bureau des Relations
extérieures Europe Direct
de la Province de Liège
Matinées scolaires
9 h 30 : Mediterranea
9 h 45 : Urok
10 h : Mustang
Entrée gratuite pour les groupes et les écoles
uniquement sur inscription au 04 222 27 78
Le bouton de nacre
· EL BOTÓN DE NÁCAR
Un documentaire vibrant qui traque, au travers des saisissants
paysages de Patagonie, la mémoire blessée du Chili
Q
uel rapport entre l’eau, des tribus
indiennes, Pinochet et un bouton
de chemise en nacre ? Pour le savoir, il
faut voir ce documentaire historique,
politique et surtout poétique de Patricio
Guzmán. Sans déflorer le film, on peut
quand même donner un élément de
réponse : la Patagonie chilienne, ce vaste
archipel à la pointe australe du continent
sud-américain qui se termine au Cap
Horn, soit, pour nous, le bout du monde.
Jeudi 28 janvier à 20 h
Projection unique
suivie d’une rencontre avec Marie ARENA, députée
européenne, et Hassan BOUSETTA, chercheur au CEDEM
(Centre d’Etudes de l’Ethnicité et des Migrations)
Entrée gratuite dans la limite des places disponibles. Uniquement
sur réservation auprès de M. Van Keerberghen, au 04 237 24 88
ou par mail europedirect@provincedeliege.be
Mediterranea
Toujours dramatiquement d’actualité, Mediterranea
suit le parcours de deux jeunes Burkinabés sanspapiers dans une Italie pas forcément hospitalière…
P
artis du Burkina Faso, Ayiva et son
cousin Abas retrouvent en Calabre
des membres de leur village et vont
bénéficier de leur aide : pour trouver
un logement, un travail, pour apprendre
les codes de la vie du clandestin. Mais
tout est compliqué quand on n’a pas les
papiers qui attestent du droit à vivre sur
tel ou tel bout de terre. Dans un premier
temps, chacun fait avec ce qu’il a et le
logement n’est qu’une tente dressée sur
un terrain vague au sein d’un campement
illicite.
Les petits boulots qu’on peut décrocher sont durs, la cueillette de fruits
n’est pas réputée comme étant une
bonne planque. Et si le patron est plutôt cool, s’il prend Ayiva en sympathie,
cela n’en reste pas moins de l’esclavage
moderne. Et puis l’argent gagné a vocation à aider la famille demeurée au pays.
Reste donc le strict minimum, rien de
Mustang
C
inq sœurs vives et effrontées, liées par une
intimité complice, voient leur liberté s’amenuiser sous le poids d’une pseudo-respectabilité
à restaurer. Drôle et vivifiante, voici une chronique adolescente tour à tour acerbe et tendre.
de Deniz Gamze Ergüven, Turquie, 2015, 1 h 34, VO.
SAUVENIÈRE
plus. Heureusement qu’il y a les copains
retrouvés, arrivés depuis un peu plus
longtemps. Puis il leur faut tenir malgré
le racisme latent des Calabrais.
La force du film tient à l’intelligence, à
la précision du scénario et à la mise en
scène attentive, tout en retenue, de Jonas
Carpignano. Mais il doit beaucoup également à la qualité de l’interprétation des
deux acteurs principaux, en particulier
Koudous Seihon : nous sommes à chaque
seconde avec Ayiva.
Après avoir filmé le désert d’Atacama dans l’extrême nord de son pays
(Nostalgie de la lumière, 2010), Guzmán
explore ici l’extrême sud, où l’eau remplace le sable. Il part du principe que
comme la terre, l’eau a une mémoire.
Celle, par exemple, des indigènes qui
vivaient là depuis dix mille ans et furent
quasiment exterminés par les colons.
Ils sont aujourd’hui une vingtaine de
survivants de ces peuplades, dont deux
figurent dans ce film.
Il y a aussi la mémoire des victimes de
Pinochet, tous ces disparus, ces crimes
non jugés et non punis, ces cadavres de
torturés lestés d’un rail qui furent jetés
à la mer par hélicoptère. Guzmán filme
l’exhumation d’un de ces rails couvert de
rouille et de coquillages, près duquel on a
retrouvé un bouton de nacre – peut-être
celui d’un supplicié.
Le réalisateur alterne le prosaïsme
(entretiens avec l’historien Gabriel
Salazar ou le poète Raúl Zurita, tous
deux torturés) et la poésie pure (extraordinaires vues aériennes de la Patagonie,
plans rapprochés sur l’eau, les glaciers, les
cristaux de quartz…), le quotidien d’icibas et l’éternité du cosmos, la fragilité
humaine et la permanence des éléments.
Il fait coexister la logique humaniste du
citoyen et l’intuition aléatoire du rêveur,
les vitesses asynchrones de l’horloge biologique et de l’horloge géologique, relie
ces éléments hétérogènes par l’histoire et
la topographie de son pays et par la ferme
douceur de sa voix, aboutissant à un film
d’une beauté et d’une liberté souveraines.
Avec Guzmán, il faut oublier toutes les
idées reçues sur le documentaire. Entre
Nostalgie de la lumière et ce Bouton de
nacre, il a l’art d’emmener ce genre dans
des détours singuliers, surprenants, inédits, nous embarquant dans une fragile
et pourtant puissante aventure des sens,
de la mémoire et de la pensée.
Serge Kaganski, LES INROCKS
de Patricio Guzmán, Chili, 2015, 1 h 22, VO.
Sortie le 27 janvier.
CHURCHILL
LA GAZETTE UTOPIA
de Jonas Carpignano, Italie, 2015, 1 h 47, VO.
Avec Koudous Seihon, Alassane Sy, Pio
Amato. SAUVENIÈRE
Urok (La leçon)
Mercredi 13 janvier à 20 h
N
adia, professeur d’anglais, vit avec son mari, sans emploi, et leur petite
fille. Un huissier l’attend un jour chez elle : les traites n’ont pas été
payées. Nadia a trois jours pour rembourser l’argent à la banque ; à défaut,
sa maison sera mise en vente. Commence alors un compte à rebours où les
obstacles vont s’accumuler, et l’intégrité de Nadia, jusque-là exemplaire,
être mise à l’épreuve.
de Kristina Grozeva & Petar Valchanov, Bulgarie/Grèce, 2015, 1 h 45, VO.
Avec Margita Gosheva, Ivan Barnev, Stefan Denolyubov. SAUVENIÈRE
Projection unique
en présence de David LELOUP, réalisateur
et Denis ROBERT, journaliste (sous réserve)
A Leak in Paradise
Le journaliste d’investigation David Leloup a suivi
pendant des années la vie mouvementée de Rudolf Elmer,
un lanceur d’alerte qui a divulgué des secrets bancaires
de paradis fiscaux. Un documentaire d’exception
N
otre visite dans l’opacité des paradis
fiscaux commencera par… SaintTropez, lieu de villégiature privilégiée
des super-riches, ceux qu’on appelle les
1 %. Les yachts arborent généralement
« pavillon Caïmans », cette petite île aux
100 000 boîtes aux lettres d’entreprise et
aux 200 banques.
Parmi celles-ci, Julius Baer, une banque
suisse dans laquelle Rudolf Elmer a bossé
pendant 15 ans, allant jusqu’à devenir vice-directeur de la filiale des îles
Caïmans.
Autant dire que les paradis fiscaux, ça
le connaît. Et lorsqu’il se fait remercier par
la boîte, il bifurque et prend le chemin des
lanceurs d’alerte.
Il sera l’un des seuls à parler ouvertement de son ancien métier. Ce qui lui
vaudra les pires ennuis : harcèlement,
filatures, intimidation, sans compter
une campagne visant à le décrédibiliser
complètement, allant jusqu’à remettre en
cause sa santé mentale.
Ce sont pourtant ses révélations données à Wikileaks qui seront à la source
d’un scandale financier majeur, dévoilant
les noms de milliers d’individus de tous
pays pratiquant l’évasion fiscale à grande
échelle.
En s’intéressant autant à l’homme à
l’origine des fuites qu’au scandale que
ses informations ont créé, David Leloup
nous montre comment la vie d’un homme
se retrouve bouleversée jusqu’à la limite
du supportable (lui faisant parfois faire
n’importe quoi). Car c’est une machinerie
implacable qui se met en marche pour
tenter de briser un homme : procès en
cascades pour violation du secret bancaire, prison, menaces envers sa famille…
Ce travail patient d’investigation,
remarquable en tous points (s’il suit son
personnage avec empathie, il ne cache
pas certains comportements moins glorieux du lanceur d’alerte) est une bien
trop rare plongée dans le monde trouble
de l’industrie bancaire offshore qui souligne, preuves à l’appui, la bienveillance
générale de notre système (économique
naturellement, mais aussi politique) à son
égard.
de David Leloup & Jean-Philippe Rouxel,
Belgique, 2015, 1 h 12. PARC
journal des Grignoux 243 16 du 23 décembre 2015 au 2 février 2016
Prochainement
Enfants
à LIÈGE
du 6-14 février
Tous les films de cette
page sont proposés
en version française
Le voyage d’Arlo
Arlo, jeune Apatosaure au grand cœur, maladroit
et craintif décide de faire un voyage extraordinaire
dans des terres sauvages, hostiles et mystérieuses.
Il y fera la rencontre d’un étonnant compagnon
qu’il prendra sous son aile : un petit garçon sauvage, très dégourdi, prénommé Spot.
Le caractère grandiose des paysages et de la
nature constitue un défi de réalisation relevé avec
brio par les studios et le réalisateur. Celui-ci nous
révèle d’ailleurs que les décors du film Le voyage
d'Arlo sont inspirés de recherches sur le Wyoming
et l’Idaho où l'équipe de production a découvert des territoires aussi sublimes qu'hostiles. Il
explique : « Faire de la nature un personnage à
part entière a été un grand challenge. Tout ce que
va subir Arlo, nous voulions que ce soit visible
de façon externe mais aussi interne. Il y a un réel
parallèle entre la nature et Le voyage d’Arlo ». Arlo
est un dinosaure qui a peur de tout et qui, comme
durant notre enfance, a des frayeurs. Pendant ce
long voyage, il trouvera la force de se battre et
apprendra à combattre ses peurs.
de Peter Sohn, États-Unis, 2015, 1 h 40.
À partir de 6 ans. En prolongation.
PARC CHURCHILL SAUVENIÈRE
Les merveilleux contes
de la neige
Deux films composent ce charmant programme
qui n’est autre que la suite du Bonhomme de neige,
un incontournable de Noël.
Dans L’Ours, une fillette en visite au zoo avec
ses parents laisse tomber son doudou dans l’enclos
de l’ours polaire. Inconsolable, elle finit pourtant
par s’endormir. Et là, surprise : pendant la nuit,
l’ours vient lui rendre sa peluche et s’installe auprès
d’elle. C’est, pour eux, le début d’une belle amitié
qui donnera à l’ours le courage de retourner chez
lui, dans le Grand Nord, guidé par la Grande Ourse
et accompagné, bien sûr, de sa nouvelle amie...
Dans Le bonhomme de neige et le petit chien,
un petit garçon découvre la maison où il vient
d’emménager avec sa maman. Il trouve sous une
latte du plancher la photo d’un bonhomme de
neige, une écharpe et un chapeau. À son tour, il
s’empresse de confectionner un bonhomme semblable, qu’il flanque d’un chiot de neige à l’image
de son chien tout récemment disparu. Pendant la
nuit, les deux créatures s’animent magiquement et
le trio s’envole vers le Grand Nord, pays du père
Noël où il fait si bon vivre…
Les merveilleux contes de la neige s’inscrit dans le
prolongement esthétique et narratif du Bonhomme
de neige. Également inspirées de l’œuvre de
Raymond Briggs, ces histoires sans paroles sont
accompagnées d’une bande musicale adaptée à
la féerie du film.
de Hilary Audus, Grande-Bretagne, 2014, 50 mn,
sans paroles. À partir de 3 ans. En prolongation.
CHURCHILL SAUVENIÈRE
Belle et Sébastien :
l’aventure continue
Septembre 1945. Au village, on vient de fêter la
fin de la guerre. Sébastien a grandi, il a maintenant
10 ans. Belle et lui attendent impatiemment le
retour d’Angelina... Mais Angelina ne revient pas.
Elle a disparu dans un accident d’avion au cœur
des forêts transalpines. Tout le village a perdu
espoir. Tout le village sauf César : le grand-père
de Sébastien connaît un homme, Pierre, qui pourrait les aider à retrouver Angelina. Mais avant
de sauver la jeune femme, l’enfant et son chien
vont devoir braver mille dangers, traverser mille
épreuves et affronter un secret. Un secret qui
va changer la vie de Belle et de Sébastien à tout
jamais. L’aventure continue...
de Christian Duguay, France, 2015, 1 h 35.
À partir de 6 ans. En prolongation.
PARC CHURCHILL SAUVENIÈRE
Hôtel Transylvanie 2
Dracula et sa bande de monstres déjantés sont de
retour ! À l’hôtel Transylvanie, beaucoup de choses
ont évolué : Dracula a enfin accepté d’ouvrir la
porte aux humains. Mais il se fait du souci pour
son petit-fils, Dennis : mi-humain mi-monstre, ce
gamin est bien trop adorable à son goût, et il risque
de faire un piètre vampire ! Qu’à cela ne tienne,
être vampire ça s’apprend ! Profitant de l’absence
des jeunes parents, Dracula va réunir ses amis les
plus effrayants pour l’aider à faire l’éducation du
moutard...
de Genndy Tartakovsky, États-unis, 2015, 1 h 29.
À partir de 6 ans. En prolongation. SAUVENIÈRE
journal des Grignoux 243 17 du 23 décembre 2015 au 2 février 2016
Enfants
Tous les films de cette
page sont proposés
en version française
Bon voyage, Dimitri !
Un éléphant qui voudrait faire du vélo, un enfant africain qui rêve de la neige,
un pêcheur qui capture une drôle de créature, un petit oiseau qui s’envole
pour sa première migration : voilà ce que nous promet Bon voyage, Dimitri !
C
e programme de trois courts et un moyen
métrages est idéal pour les petits à partir de
3 ans.
C’est l’histoire la plus longue, Dimitri à Ubuyu,
qui lui donne son titre : Dimitri est un oisillon tout
mignon qui va s’envoler pour la première fois avec
ses parents vers l’Afrique pour la migration ! Mais
voilà qu’un orage se présente, qu’il faut traverser.
Et quand enfin Dimitri s’échappe de la tourmente,
il ne trouve plus ses parents ! Il se réfugie alors
dans la savane où il va rencontrer plein d’animaux
très gentils qui l’aideront à retrouver son papa et
sa maman.
L’Afrique est aussi le cadre d’une histoire plus
courte, celle d’un enfant qui se demande à quoi
ressemble la neige, qui ne tombe jamais sur son village : un récit très poétique avec un brin de magie,
au graphisme merveilleux.
C’est l’humour et la tendresse qui imprègnent
Le vélo de l’éléphant, un film réalisé en papiers
découpés, qui met en scène un pachyderme a
priori bien trop gros pour tenir sur une bicyclette !
L’histoire du pêcheur qui capture dans son filet
une sorte de gros bonhomme plein d’eau est pleine
de mystère.
Ce programme présente une belle diversité de
techniques d’animation, des esthétiques très différentes, et les quatre histoires sont parfaitement
adaptées au très jeune public. Particulièrement,
Dimitri à Ubuyu prend pour point de départ une
peur partagée par tous les enfants – celle de
perdre ses parents – pour élaborer une histoire
rassurante, où l’amitié et la solidarité jouent un
grand rôle. Son graphisme est aussi très séduisant, avec des personnages simples, rigolos et
très attachants.
Anne Vervier, LES GRIGNOUX
Un programme réalisé par O. Shchukina,
N. Chernysheva, M. Fadera, S. Guellaï, F. Drouet & A.
Lecreux, Russie/France, 2014, 55 mn. À partir de 3 ans.
Sortie le 20 janvier. CHURCHILL SAUVENIÈRE
Snoopy et les Peanuts – Le film
Née de l’imagination de Charles M. Schultz et des créateurs de L’âge de glace,
voici l’incroyable histoire d’un garçon à la vie de chien… et de son chien !
S
noopy, Charlie Brown, Lucy, Linus et
le reste du gang bien-aimé des Peanuts
reviennent sur grand écran après 35 ans
d’absence. Charlie Brown, le loser le plus
adorable qui soit, se lance dans une aventure
héroïque, tandis que son plus fidèle compagnon, Snoopy, se précipite dans les airs à la
poursuite de son ennemi juré le Baron Rouge.
Afin de reproduire au plus près le trait du
dessin original, l’équipe du film a effectué de
méticuleuses recherches au musée de Charles
M. Schulz – l’auteur original de Snoopy –
localisé en Californie. Ensuite, chaque animateur a dessiné durant trois semaines intensives
les personnages de la version originale de
Charlie Brown et a visionné de nombreuses
fois les anciens dessins animés de la série. Un
guide a même été constitué, contenant tous
les détails graphiques, de la forme du nez au
dessin de l’œil.
Une des difficultés rencontrées par l’équipe
fut de respecter les proportions singulières
des personnages (comme l’image d’une tête
grossie pour un corps longiligne) au sein d’une
animation mouvante. Par exemple, sur le seul
personnage de Charlie Brown, deux ans de
développement ont été nécessaires.
Les dessins de Charles M. Schulz présentent
des lignes de crayon légèrement ondulées et
imparfaites. Au lieu de nettoyer ces hésitations, l’équipe de Snoopy et les Peanuts s'est
efforcée de reproduire cette impression de
trouble. On peut notamment observer sur les
contours de la niche de Snoopy des imperfections identiques à celles de la bande dessinée
d’origine.
de Steve Martino, États-Unis, 1 h 28.
À partir de 3 ans. Sortie le 23 décembre.
PARC SAUVENIÈRE
journal des Grignoux 243 18 du 23 décembre 2015 au 2 février 2016
Agenda
▶ La Balade de Babouchka
SAUVENIÈRE lundi 25 janvier à 10 h 15
SAUVENIÈRE mardi 26 janvier à 10 h 15
▶ Belle et Sébastien : l’aventure continue
SAUVENIÈRE lundi 4 janvier à 10 h 00
Répondre à l’État panique…
Fatima
E
n ces temps troublés où la panique semble
saisir aussi bien les hommes politiques
que beaucoup de nos concitoyens, il nous
semble important de rappeler que l’école ne
se sauvera pas en se barricadant et qu’elle
doit rester un lieu d’ouverture, ouverture à
tous et ouverture au monde. Ainsi, nous avons
constaté avec effarement que, sur les conseils
précipités de la ministre en charge de l’enseignement, des écoles ont brutalement supprimé
des centaines et bientôt des milliers de réservations aux séances d’Écran large sur tableau
noir. Non, nos enfants ne seront pas en danger
en allant au cinéma…
Fatima
C’est là au contraire qu’ils découvriront un
monde réellement humain, tel que le décrit
Lilla Anna
Pour le maternel
Lilla Anna
en particulier Philippe Faucon, le réalisateur
de Fatima. Dans ce film, il brosse le portrait
touchant d’une immigrée, mère courage, qui
ne parle pas le français mais qui accompagne
l’adolescence de ses deux filles… Tout ce
film est un hymne contre l’exclusion, contre la
haine, pour la construction d’une société où
vivre ensemble est possible malgré les difficultés et les incompréhensions.
Nous défendons chaleureusement ce film qui
est pour nous la meilleure réponse à la crainte
de l’autre dominante aujourd’hui, et qui sera vu
avec plaisir et intérêt par tous les adolescents
et adolescentes à partir de quinze ans.
D’autres films du programme d’Écran large sur
tableau noir comme Les Héritiers, Pride ou Le
Labyrinthe du silence doivent également être vus
dans la perspective d’un mieux vivre ensemble.
ANIMATION
Plusieurs films pour le maternel et le primaire sont
proposés aux enseignants avec une animation par
notre équipe (titres de films en fuchsia).
Petite Anna est une toute toute petite fille qui, à la campagne, vit de multiples aventures avec son
Grand Oncle, un homme vraiment très très grand… Cette série de petits dessins animés (six en tout)
séduira sans aucun doute les jeunes enfants de maternelle qui retrouveront dans ces historiettes les
jeux et les aventures de leur âge. Et le graphisme simple et épuré leur plaira particulièrement.
Mais aussi
Phantom Boy
● Capelito et ses amis , qui pourrait résister à l’humour de ce charmant champignon au chapeau
magique ?
● Loulou et autres loups , ou l’amitié du plus déluré des lapins avec le plus sympa des loups.
● La Balade de Babouchka , quatre jolis contes inspirés du folklore russe.
● Bon voyage, Dimitri ! , quatre courts métrages d’animation destinés aux plus petits.
● Le Petit Monde de Leo , cinq contes animaliers inspirés de l’œuvre graphique de Leo Lionni.
● Les Merveilleux Contes de la neige , car l’hiver n’est pas fini, et les bonhommes de neige sont
toujours là !
● La Sorcière dans les airs , les aventures d’une gentille sorcière aux prises avec un méchant dragon.
Pour le primaire
Phantom Boy
Ce dessin animé est un mélange d’histoire policière et d’aventures de super-héros ! Pourtant il met en
scène un jeune garçon très malade, obligé de se soigner à l’hôpital. Mais il a le pouvoir extraordinaire
de sortir de son corps et de partir ainsi à la recherche de dangereux gangsters. Ce très beau dessin
animé, très coloré et plein d’allant, devrait plaire particulièrement aux enfants entre sept et onze ans.
Shaun le mouton
Shaun le mouton
Qui imaginerait que les moutons s’ennuient à la campagne et qu’ils sont prêts à tout pour vivre des
aventures citadines trépidantes ? Pourtant, Shaun aimerait dans sa vie trop monotone, prendre au
moins un jour de vacances. Un projet qui va l’entraîner dans des aventures échevelées et cocasses.
On retrouve dans ce film d’animation toute la folie joyeuse des Studios Aardman (Wallace et Gromit),
servie par des techniques d’animation d’une extraordinaire qualité.
Mais aussi
● Le Chant de la mer , une très belle mise en images d’une légende irlandaise.
● Kerity, la maison des contes , où un jeune garçon apprend à lire en découvrant l’univers des
contes.
● Le Petit Prince , une très belle mise à jour du célèbre conte de Saint-Exupéry.
● Le Vent se lève, une œuvre magistrale de Miyazaki sur un ingénieur féru d’avions.
● Rouge comme le ciel , une jeune enfant ayant perdu la vue découvre les techniques multiples de
l’enregistrement sonore.
Pour le primaire et le secondaire
La Glace et le Ciel
La Glace et le Ciel
Voilà un film essentiel pour comprendre le réchauffement climatique, sujet de grandes conférences
internationales. C’est un glaciologue, Claude Lorius, aujourd’hui octogénaire, qui un des premiers a pu
mesurer par des carottages dans l’Antarctique l’évolution du climat de la terre depuis des millénaires
et l’impact récent des activités humaines sur cette évolution. Avec des mots simples, Claude Lorius
explique ce qu’il a découvert, et comment et pourquoi ces découvertes prouvent le réchauffement
indubitable de la planète. Mais le film, qui mêle films d’archives sur les expéditions polaires et images
contemporaines d’un continent vierge et magnifique, retrace également de façon vivante les aventures des premiers explorateurs de ce continent inhospitalier.
Pour le secondaire
Les Chevalier blancs
Les Chevaliers blancs
En pratique
• PRIX D’ENTRÉE :
Enseignement fondamental : 3,20 €.
Enseignement secondaire et supérieur : 3,70 €.
Gratuit pour les professeurs accompagnants.
• Une RÉSERVATION téléphonique est indispensable.
• Les demandes d’ANIMATION en classe (uniquement
pour les films signalés comme accompagnés
d’animation) peuvent être faites aux Grignoux
(Laurence Gales ou Noémie Theunissen).
• Pour D’AUTRES FILMS OU D’AUTRES SÉANCES,
contactez-nous par téléphone.
Infos et réservation ▶ 04 222 27 78
Joachim Lafosse, un des cinéastes belges les plus talentueux, revient avec une évocation de « l’Arche
de Zoé », cette association à vocation humanitaire qui s’est retrouvée au cœur d’un scandale d’enfants
africains enlevés illégalement en vue de leur adoption en France. Le film joue sur toute l’ambivalence
de cette action a priori généreuse mais qui se révèle rapidement traversée par les mensonges et les
compromissions. Il pointe en particulier l’engrenage dans lequel les responsables se sont eux-mêmes
enfoncés, plongeant toujours plus profondément dans l’ignominie. Une réflexion essentielle sur
l’action humanitaire même si ce dévoiement n’est évidemment pas le fait de toutes les associations
qui œuvrent sur le terrain.
Mais aussi
●
●
●
●
Comment j’ai détesté les maths, un regard plein de sympathie sur un univers ésotérique.
Deux jours, une nuit, le combat d’une travailleuse pour retrouver son emploi et sa dignité.
En quête de sens, un documentaire attachant sur la recherche existentielle de deux jeunes amis.
Les Héritiers, Ariane Ascaride met tout son talent pédagogique au service de cette évocation de
l’univers concentrationnaire nazi.
● Le Labyrinthe du silence, comment l’Allemagne des années 60 a découvert la réalité d’Auschwitz.
● Pride, ou le combat d’un groupe de gays et lesbiennes en faveur des mineurs en grève contre
Margaret Thatcher.
● La Voleuse de livres, une adolescente doit apprendre à vivre dans le quotidien de l’Allemagne
nazie.
Autre proposition (sans dossier pédagogique)
● Suffragette, l’histoire nécessaire des luttes féministes.
▶ Bon voyage, Dimitri !
SAUVENIÈRE lundi 4 janvier à 10 h 15
▶ Capelito et ses amis
SAUVENIÈRE vendredi 15 janvier à 10 h 15
SAUVENIÈRE mardi 19 janvier à 10 h 15
SAUVENIÈRE mercredi 27 janvier à 10 h 15
CHURCHILL vendredi 29 janvier à 10 h 15
▶ Le Chant de la mer
SAUVENIÈRE lundi 4 janvier à 10 h 00
SAUVENIÈRE mardi 5 janvier à 10 h 00
SAUVENIÈRE jeudi 7 janvier à 10 h 00
▶ Les Chevaliers blancs
SAUVENIÈRE vendredi 15 janvier à 9 h 30
SAUVENIÈRE lundi 25 janvier à 9 h 30
▶ Comme un lion
SAUVENIÈRE mardi 12 janvier à 9 h 30
▶ Deux jours, une nuit
SAUVENIÈRE mardi 26 janvier à 9 h 30
SAUVENIÈRE mardi 2 février à 9 h 30
▶ En quête de sens
SAUVENIÈRE mercredi 27 janvier à 9 h 30
▶ Fatima
SAUVENIÈRE mercredi 13 janvier à 9 h 45
▶ La Glace et le Ciel
SAUVENIÈRE mardi 5 janvier à 9 h 45
SAUVENIÈRE mercredi 6 janvier à 9 h 45
SAUVENIÈRE vendredi 8 janvier à 9 h 45
LEPARC vendredi 8 janvier à 13 h 30
SAUVENIÈRE lundi 11 janvier à 9 h 45
SAUVENIÈRE mardi 12 janvier à 9 h 45
SAUVENIÈRE jeudi 21 janvier à 9 h 45
SAUVENIÈRE mardi 26 janvier à 9 h 45
▶ Les Héritiers
SAUVENIÈRE jeudi 14 janvier à 9 h 45
SAUVENIÈRE lundi 18 janvier à 9 h 30
SAUVENIÈRE mardi 19 janvier à 9 h 30
SAUVENIÈRE mercredi 20 janvier à 9 h 30
SAUVENIÈRE mercredi 27 janvier à 9 h 45
CHURCHILL jeudi 28 janvier à 9 h 45
▶ Kerity, la maison des contes
SAUVENIÈRE mardi 19 janvier à 9 h 30
▶ Le Labyrinthe du silence
SAUVENIÈRE lundi 1 février à 9 h 15
▶ Lilla Anna
SAUVENIÈRE lundi 4 janvier à 10 h 15
LEPARC mardi 5 janvier à 10 h 15
SAUVENIÈRE mardi 5 janvier à 10 h 15
SAUVENIÈRE jeudi 7 janvier à 10 h 15
SAUVENIÈRE vendredi 8 janvier à 10 h 15
SAUVENIÈRE mercredi 13 janvier à 10 h 15
SAUVENIÈRE vendredi 29 janvier à 10 h 00
▶ Loulou et autres loups
SAUVENIÈRE vendredi 29 janvier à 10 h 00
▶ Les Merveilleux Contes de la neige
SAUVENIÈRE mardi 5 janvier à 10 h 30
▶ Le Petit Monde de Leo
SAUVENIÈRE mercredi 13 janvier à 10 h 00
SAUVENIÈRE lundi 1er février à 10 h 15
SAUVENIÈRE mardi 2 février à 10 h 00
▶ Le Petit Prince
SAUVENIÈRE mardi 12 janvier à 9 h 45
SAUVENIÈRE vendredi 22 janvier à 9 h 30
▶ Phantom Boy
SAUVENIÈRE vendredi 8 janvier à 10 h 00
SAUVENIÈRE lundi 11 janvier à 10 h 00
SAUVENIÈRE mardi 12 janvier à 10 h 00
SAUVENIÈRE jeudi 14 janvier à 10 h 00
SAUVENIÈRE lundi 18 janvier à 9 h 45
SAUVENIÈRE mercredi 20 janvier à 9 h 45
SAUVENIÈRE vendredi 22 janvier à 9 h 45
▶ Pride
SAUVENIÈRE jeudi 7 janvier à 9 h 15
▶ Rouge comme le ciel
SAUVENIÈRE jeudi 21 janvier à 9 h 30
SAUVENIÈRE lundi 25 janvier à 9 h 45
▶ Shaun le mouton
SAUVENIÈRE mercredi 20 janvier à 10 h 00
SAUVENIÈRE vendredi 22 janvier à 10 h 00
SAUVENIÈRE lundi 25 janvier à 10 h 00
SAUVENIÈRE mercredi 27 janvier à 10 h 00
CHURCHILL jeudi 28 janvier à 10 h 15
SAUVENIÈRE lundi 1 février à 9 h 45
SAUVENIÈRE mardi 2 février à 9 h 45
▶ La Sorcière dans les airs
SAUVENIÈRE mercredi 6 janvier à 10 h 15
SAUVENIÈRE lundi 11 janvier à 10 h 15
SAUVENIÈRE jeudi 14 janvier à 10 h 15
▶ Suffragette
SAUVENIÈRE jeudi 7 janvier à 8 h 15
SAUVENIÈRE jeudi 14 janvier à 8 h 30
▶ Le Vent se lève
SAUVENIÈRE mercredi 13 janvier à 9 h 30
SAUVENIÈRE jeudi 28 janvier à 9 h 30
▶ La Voleuse de livres
SAUVENIÈRE mardi 19 janvier à 9 h 30
SAUVENIÈRE jeudi 21 janvier à 9 h 15
SAUVENIÈRE mardi 26 janvier à 9 h 15
SAUVENIÈRE lundi 1er février à 9 h 30
SAUVENIÈRE mardi 2 février à 9 h 15
Agenda actualisé sur http://grignoux.be/
ecran-large-programmedeliege
journal des Grignoux 243 19 du 23 décembre 2015 au 2 février 2016
Avec l’aide des Affaires culturelles de la Province de Liège
SAMEDI 16 JANVIER à 20 h 30
DAMIEN MCFLY
ITALIE – DUO FOLK
Originaire d’Italie, Damien McFly fait partie
de ces nouveaux artistes qui se sont fait
connaître via YouTube. Auteur de nombreuses
reprises de tubes internationaux, ses vidéos
l u i o n t p e rm i s d e c o m p t a b i l i s e r d e u x
millions de vues. Fort de cette expérience,
il s’est mis à l’écriture de son premier album,
Parallel Mirrors. Ce chanteur folk charismatique et
passionné aime à réconcilier l’ancien et le nouveau
entre country folk et mélodies pop accrocheuses…
Pour notre plus grand plaisir.
©MARC GINOT
ENTRÉE : 8 €
Nos galeries
VENDREDI 22 JANVIER à 20 h 30
TRIO JOUBRAN
PALESTINE
Le Trio Joubran, composé des frères Samir, Wissam et Adnan, est l’héritier de quatre générations de
luthiers de Palestine. Son répertoire est constitué de magnifiques improvisations et de mélodies riches
et subtiles. Il repose sur une grande connaissance de l’imposante culture du l’oud, ce luth à l’univers si
vaste. Le Trio Joubran s’est imposé sur l’échiquier des musiques du monde et jouit aujourd’hui d’une
reconnaissance universelle, il joue à guichets fermés dans les plus grandes salles du monde. Le trio
symbolise la riche culture de Palestine et représente une valeur incontournable de grand compositeur.
Plus que jamais, sa musique laisse transparaître intensité, vitalité et profondeur.
SAMIR, WISSAM & ADNAN – oud
YOUSSEF HBEISCH – percussions
L'ASBL WÉGIMONT CULTURE
présente au cinéma Churchill
PRÉVENTE : 24 € – LE JOUR MÊME : 28 € – Demandeur d’emploi : 15 €
Avec l’aide des Affaires culturelles de la Province de Liège et du WBI
JUSQU'AU 31.01 2016
SOPHIE LEGROS
INSTALLATIONS
Informations 0477 38 98 35
EXPOSITION à la galerie le Parc
JUSQU'AU 31.12 2015
NURI NOUR
LUMIÈRES
Informations 0496 42 89 96
EXPOSITION à la brasserie Sauvenière
et au cinéma Churchill
MARDI 26 JANVIER à 20 h 15
Jazz Portrait
PHILIP CATHERINE
CYCLE DE CONFÉRENCES VIDÉO
de janvier à avril 2016
Quatre Jazz Portraits qui nous feront
parcourir l’histoire et l’actualité du jazz.
Présenté par Jean-Pol SCHROEDER
de la Maison du Jazz
Cette première conférence de l’année sera l’occasion de retrouver
la figure de Philip Catherine, sa sonorité et son attaque uniques
dans les contextes les plus divers, de ses débuts dans l’orbite de Django Reinhardt à son quartet actuel en
passant par sa période jazz-rock dans les années 70, son travail de sideman aux côtés de Lou Bennett, Chet
Baker, Charles Mingus, Stéphane Grappelli, Michael Brecker ou Jean-Luc Ponty, ses collaborations avec Toots
Thielemans, Larry Coryell, Biréli Lagrène ou le Brussels Jazz Orchestra, et évidemment ses propres formations,
où se révèlent en outre ses talents de compositeur. Comme à chaque fois, les documents rares ou inédits
projetés sur les écrans de la brasserie seront accompagnés d’explications, de mises en situation historique
et d’anecdotes qui nous permettront d’approcher au plus près cette figure centrale du jazz européen.
ENTRÉE GRATUITE AVEC POSSIBILITÉ DE RESTAURATION
Une collaboration
les Grignoux, Maison du Jazz
23/2 : Duke Ellington – 30/3 : Dee Dee Bridgewater – 19/4 : John Coltrane
JUSQU’AU 31.01 2016
Bientôt
DJAMEL MERBAH
PEINTURES
Avec l’aide des Affaires culturelles
de la Province de Liège
VENDREDI 4 FÉVRIER à 20 h 30
Niall Connolly
Informations 0496 42 89 96
ÉTATS-UNIS – POP FOLK
Niall Connolly est un des songwriter irlandais
les plus intéressants du moment. Auteurcompositeur passionné et engagé comme
il en existe peu, dans la veine des débuts de
Dylan, tant dans la force de sa voix que dans la
puissance de ses mots. Conteur plein d’esprit,
poignant et désarmant, il est un des artistes indé
folk des plus dynamiques de New York, et est
tout simplement trop doué pour être manqué.
À L’AFFICHE EN JANVIER
Les lundis, mardis, mercredis de 17 h 30 à 19 h
Tables de conversation
en langues étrangères sur le cinéma
ENTRÉE : 8 €
AU PROGRAMME : allemand, anglais, espagnol, italien, néerlandais et russe !
Avec l’aide des Affaires culturelles
de la Province de Liège
À PARTIR DU LUNDI 26 JANVIER – INSCRIPTION À PARTIR DU 8 JANVIER
Maison des Langues de la Province de Liège – 04 237 23 53 – gaelle.toulon@provincedeliege.be
PARKING NEUJEAN
boulevard de la Sauvenière & place Xavier-Neujean
Vendredi & samedi : OUVERT toute la nuit
Du dimanche au jeudi : OUVERT jusqu’à 1 h du matin
Le journal
des Grignoux
est disponible
au Stand Info
de Belle-Île
◀
ENTRÉE VOITURES
+ SORTIE PIÉTON
place Xavier-Neujean
ENTRÉE
▶
CENTRAL PARK
1 h de parking gratuit* OU FORFAIT soirée cinéma
(à partir de 17 h 45) ▶ 6 €* (jusqu’à 1 h du matin)
Le journal
des Grignoux
est disponible
à la Fnac
Gagnez des places de cinéma
avec le magazine SOLIDARIS
ENTRÉE VOITURES
place Xavier-Neujean
* Le ticket de parking est à valider
au cinéma Churchill ou Sauvenière.
Les programmes
du Parc/
Churchill/
Sauvenière
sont diffusés quotidiennement
sur le télétexte de RTC Liège
journal des Grignoux 243 20 du 23 décembre 2015 au 2 février 2016
Lundi 25 janvier à 20 h
Avant-première
en présence de Joachim LAFOSSE,
réalisateur, et de l’équipe du film
Les chevaliers blancs
Mardi 5 janvier à 20 h
Demain
À partir du constat sans fard de nos
problèmes contemporains
(environnement, finance, éducation,
crise de la démocratie…), un film où
l’optimisme se fait incarné, vecteur
de changements réels et concrets,
loin de la niaiserie qu’on voudrait
faire porter aux utopies. Un film
régénérant qui donne l’irrésistible
envie de se bouger
Avant-première
en présence de Cyril DION, réalisateur.
Suivie d’un échange sur les nouvelles formes
de démocraties. Avec Jean FANIEL, directeur
général du CRISP, et Didier GOETGHEBUER,
secrétaire général de l’Union des Scop (Sociétés
à gestion coopérative et participative)
En quittant l’intime pour embrasser nos rapports complexes avec le continent
africain, Joachim Lafosse confirme une fois de plus qu’il est un cinéaste majeur.
Une œuvre fulgurante, résolument politique qui vous dévastera tant par sa
puissance cinématographique que par la pertinence des questions qu’elle soulève
La coopérative Al’Binète offrira l’apéro de bienvenue
dès 19 h.
L
es amis, c’est la merde. Le réchauffement climatique nous mène à une catastrophe écologique tandis que le pétrole reste notre dieu chéri.
Néolibéralisme et financiarisation de l’économie
creusent le fossé entre riches et pauvres, atteignant
les chiffres inquiétants du début du siècle passé.
Nos gosses sont brainwashés à coups de « performances » et de « compétences ». Les élites jouent
leur propre jeu d’autoconservation au prix d’ineffables collusions. L’heure est grave. Pleurons sur la
fin du monde.
Euh… attendez. Il n’y aurait pas un petit moyen de
ne pas sombrer dans le désespoir apocalyptique ? Eh
bien, si, à vrai dire, et même plusieurs. Les exemples
sont nombreux, de plus en plus nombreux.
Des communautés qui réfléchissent à l’usage et
au sens de l’échange monétaire. Des expériences
inédites de démocratie directe qui redonnent sens au
vivre ensemble. Des concepts éducatifs stimulants
qui s’incarnent dans l’école primaire qui pourrait être
celle de vos enfants. Des villes qui s’engagent sur le
recyclage des déchets, l’utilisation de la biomasse,
une place amoindrie des voitures. Des collectifs qui
repensent l’agriculture et mettent la main à la terre.
Des documentaires militants, revendicateurs,
conscientisants, nous vous en montrons presque
toutes les semaines. Demain, s’il s’inscrit dans cette
belle lignée de documentaires « concernés », tire
pourtant son épingle du jeu à plusieurs niveaux.
Sa réussite tient d’abord à sa capacité à faire système (un nouveau système, naturellement) en synthétisant des problématiques existantes, très variées
mais finalement toutes interconnectées dans leurs
conséquences réelles. Ainsi une refonte en profondeur de l’agriculture nous mènera-t-elle, par autant
de ricochets nécessaires, à un questionnement sur
l’apprentissage chez les enfants.
Ensuite, le film est éminemment incarné et s’attache à montrer la multiplicité des engagements, des
pratiques de terrain et à assortir chaque réflexion
d’exemples concrets et lisibles.
Enfin, Demain s’adresse à tous. Aux vétérans militants il apportera en lieu et place d’informations inéEn partenariat avec Acteurs des Temps Présents,
Al’Binète, les Alter’Actifs, les Amis de la Terre Belgique,
ANPF, l’Aquilone, ATTAC-Liège, Barricade, le Beau-Mur,
Belgian Faire Trade Federation asbl, Biocap Namur,
Biowallonie, les Blés, de Bouche à Oreille, la Bourrache,
Bruxelles Laïque, CAL de la Province de Liège, la Ceinture
Aliment-Terre Liégeoise, CEPAG, CIEP, CNCD 11-11-11,
Collectif Roosevelt, COMAC, les Compagnons de la Terre,
CSC Namur-Dinant, la Donnerie de Namur, Ecoconso,
Ecolo J, Enercoop Belgique, Entraide et Fraternité,
l’Epi, Etopia, Factor-X, Fédération Inter-Environnement
Wallonie, FGF, FGTB Wallonne, Financité, FPS, FUCID,
FUGEA, GAC Namur, GAL RoMaNa, Green Track Liège,
U
Mardi 2 février à 20 h
Rencontre
Une autre COP : elles sauvent la planète !
Avec Fanny LAURENT, productrice de semences
bio (Cycles en terre) ; Muriel GERKENS, députée
fédérale, présidente de la commission Santé
– Environnement de la Chambre ; Christelle
VANDECLEE, maraîchère bio au magasin Au
rythme des saisons à Houtain.
Une initiative du Monde selon les Femmes,
des Femmes prévoyantes socialistes,
des Femmes écolo et des Grignoux
dites leur synthèse innovante et l’énergie constructive d’une nouvelle génération de citoyens en train
de changer le cours des choses par leurs actions.
Aux néophytes attristés d’un monde qui ne ressemble pas à ce qu’ils voudraient pour eux-mêmes,
pour leurs proches et pour leurs lointains (il n’y a pas
de raison !), il se pourrait que Demain leur apporte
plus qu’une nécessaire conscientisation sur ce qui
se joue : l’étincelle qui leur mettra le pied à l’étrier.
Mais un titre comme Demain n’est-il pas le signe
de la procrastination qui nous guette ? Au contraire !
Demain est un film qui nous montre l’aujourd’hui,
mais celui qui ne se pense pas dans l’urgence de
solutions court-termistes qui ne veulent que trop
ressembler à hier dans une stérile fuite en avant.
Demain nous montre qu’un autre monde, selon la formule consacrée, n’est pas simplement « possible »,
ni même « nécessaire », mais en marche et en acte.
Putain ça fait du bien !
Toute l’équipe des GRIGNOUX
de Mélanie Laurent & Cyril Dion, France, 2015, 1 h 58.
Sortie le 6 janvier. PARC SAUVENIÈRE
ICEDD, Imagine magazine, les Incroyables Comestibles
Liège, Inter-GAC Liège, le Garage, Jaime-Entreprendre,
Librairie Entre-Temps, Librairie Papyrus, Librairie Point
Virgule, MIG, la Minuto, MOC, le Monde selon les femmes,
Monnaie Locale Complémentaire à Namur, Mouvement
Colibris, Namur en transition, Nature et Progrès Belgique,
New-B, Oxfam Magasins du monde, PAC, Peuple&Culture
Wallonie-Bruxelles, Plateforme EstEnTransition, Politique
revue de débats, ReLocalise, Repair Café, Réseau de
Consommateurs Responsables, Rhizome, le Ropi, SAW-B,
Semer le futur, Semons des possibles, TerreMaCulture,
Tout Autre Chose, Triodos, Université Populaire, urbAgora,
le Valeureux, Vivre Ensemble.
n aéroport de fortune dans le désert. Des véhicules militaires et des camionnettes blanches
appartenant à une association humanitaire. Tout le
monde s’ébroue dans l’organisation méticuleuse d’un
chargement. Les véhicules démarrent avec fracas. On
découvre ce morceau d’Afrique à partir de l’habitacle d’une voiture, à travers un vitrage couvert de
poussière, dans le cahot d’un train d’enfer. Nous voilà
prévenus. Joachim Lafosse ne va pas nous installer
dans une imagerie propre et léchée de l’Afrique. Il y
a un abîme entre ces Occidentaux claquemurés dans
leur bolide et la population autochtone qui s’écarte à
leur passage, dans des rues délabrées où la présence
militaire semble fébrile.
Le petit groupe s’installe dans un camp retranché.
On leur fait comprendre qu’ils n’auront pas le loisir
de circuler en liberté en dehors de cet espace qui leur
est consacré. C’est dans cette chaude effervescence
qu’on découvre progressivement cette escouade
d’humanitaires menée par le charismatique Jacques
Arnault (Vincent Lindon).
Il a préparé une opération coup-de-poing qui
consiste à évacuer vers la France trois cents orphelins
en bas âge victimes de la guerre civile.
À voir la belle détermination de ce groupe formé
d’infirmières, médecins, pompiers, avec une journaliste pour filmer l’opération, tout semble couler de
source et être gravé dans une bonne volonté inébranlable. Mais dans cette région dévastée par les conflits
armés, les déplacements sont loin d’être évidents et
les enfants n’arriveront pas sur un plateau d’argent.
Il faut aller les chercher dans les villages et négocier
avec les chefs de tribu. L’attente devient longue pour
ces humanitaires tendus vers l’action ; et elle n’est pas
forcément bonne conseillère.
Le doute s’installe quant à la légitimité de leur
action : comment peut-on être sûr qu’un enfant est
orphelin dans un pays où l’administration la plus élémentaire fait défaut ? Et le cinéaste de nous installer
dans les tensions qui animent les différents protagonistes. Il a l’intelligence de ne pas prendre parti.
Chacun a ses raisons, la bonne conscience réserve ses
parts d’ombre. Ici, il n’est pas question de charger des
ONG animées des meilleures intentions du monde.
D’ailleurs, le film ménage des moments de respiration
où le personnel soignant vit de belles complicités
avec les enfants. Il va à l’essentiel quand il saisit les
gestes qui sauvent, qui soignent, qui caressent. Mais
notre compatriote ne passe pas à côté du vertige
d’une impuissance, de la faillite d’un dialogue nordsud toujours pétri de paternalisme, de condescendance, de néocolonialisme larvé…
Ceux qui auraient trop hâtivement installé
Joachim Lafosse dans la petite boîte de l’intime en
seront pour leurs frais. Le cinéaste s’empare d’un
paysage africain dévasté par une guerre civile en
évitant les clichés. Les interventions guerrières sont
rares et tendues. Le film nous offre des êtres en
mouvement, une humanité affolée qui ne trouve
plus forcément ni ses repères ni des solutions toutes
faites au sein d’une bonne conscience mise à mal par
l’inexorabilité du réel.
Dany Habran, LES GRIGNOUX
de Joachim Lafosse, Belgique, 2015, 1 h 52. Avec Vincent
Lindon, Louise Bourgoin, Valérie Donzelli, Reda Kateb,
Philippe Rebot, Bintou Rimtobaye, Jean-Henri Compère.
Sortie le 27 janvier. PARC SAUVENIÈRE
Café-Restaurant
Reliure-dorure
Plats à emporter
78 rue sur la Fontaine 4000 Liège
Marie et Etienne PICHAULT
Ouvert à midi du lundi
au vendredi, le soir, le vendredi
www.amourmaracasetsalami.com
04 223 65 86
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
4
Taille du fichier
11 040 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler