close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Acclimatation by Night ! - Jardin d`Acclimatation

IntégréTéléchargement
FONDÉ PAR ISIDORE GEOFFROY SAINT-HILAIRE EN 1860
DÉCEMBRE 2015 – 155è ANNÉE – N° 5 – FRANCE MÉTROPOLITAINE
Editorial
Bouquet final ?
L
a fin d’une concession de service
public est inscrite dans son
commencement. Nul ne doit s’en
étonner. En cela, précisément, réside son
principe. Dès 1995, nous savions que le
terme du contrat qui unissait la Société du
Jardin, notre société qui gère votre parc
pour le compte de la Ville de Paris, arriverait
en 2015. Certes, la Mairie de Paris a ajouté
quelques mois de sursis à notre mandat de
sorte qu’il se terminera à l’automne 2016.
Pour autant, cela ne change pas grand-chose.
Il nous reste désormais moins d’un an pour
vous accueillir. Déjà le futur se met en place.
Un appel à candidatures a été lancé. Un
cahier des charges a été publié. Nous avons
entamé une réflexion pour y répondre et
continuer à vous apporter la qualité, la
proximité, la convivialité que vous appréciez
au Jardin d’Acclimatation. Nous vous en
parlerons bientôt.
Dans l’intervalle, nous voulions finir sur
un feu d’artifices, offrir un coup d’éclat à
tous nos visiteurs. Une idée s’est imposée :
éclairer, illuminer, inonder de lumières nos
18 hectares et les transformer en une grande
vitrine de Noël comme celles que les grands
magasins aménagent pour émerveiller les
enfants. Aussitôt dit, aussitôt fait. Menuisiers,
jardiniers, régisseurs, programmateurs,
éclairagistes, tout le monde s’y est mis. Des
oiseaux scintillants ont grimpé dans les
arbres, des roseaux brillants ont envahi les
allées, des pampilles étincelantes ont fait
briller la nuit. Seule la neige se fait encore
désirer. Il paraîtrait que nous ne sommes pas
les seuls à l'espérer. C’est un extraordinaire
parcours qui surgit désormais le long
de l’allée Alphand noyé sous des flots de
musique où Sinatra l’emprunte à Alagna,
Dean Martin aux Petits Chanteurs à la Croix
de Bois.
Mais cela ne suffisait pas. Nous voulions
faire plus. Le temps d’un hiver, une patinoire,
aussi belle que celle de Central Park, s’est
donc installée sur la pataugeoire. Chacun
peut y virevolter sur la glace siglée Hublot.
Les marques du Groupe LVMH ont tenu à
saluer leur petite sœur du Bois de Boulogne.
Avec générosité, elles ont apporté leur
écot à la fête. Guerlain, Sephora, Le Bon
Marché et Kenzo ont planté sur nos pelouses
de merveilleux sapins décorés. Dior y a
installé la Ford Mustang que conduit sur les
écrans Johnny Depp. Un combi VW a été
transformé en traîneau de Noël californien
par Benefit, tandis que Pucci a offert un
étincelant baptistère florentin au Jardin. Un
marché, pas encore à la taille de Strasbourg,
a posé ses chalets devant les manèges.
Il fallait trouver un nom à cet enchantement.
Nous l’avons appelé « Féerie de Noël ». Elle est
pour vous. Elle est à vous. Venez la découvrir.
Nous vous attendons.
Marc-Antoine JAMET
Président du Jardin d’Acclimatation
Acclimatation by Night !
On le connaît mieux pour ces journées ensoleillées et pourtant, c'est un lieu magique
à Noël. Sous la neige et le froid, il reste le plus merveilleux des endroits. Parce qu'il ne
cesse de se réinventer, le Jardin d'Acclimatation a voulu vous offrir des fêtes de fin d'année
inédites et un Noël magique. Du jamais vu depuis sa création en 1860 !
T
andis que les températures baissent
lentement sur Paris, l'atmosphère devient
de plus en plus chaleureuse et festive au
Jardin d'Acclimatation : ses allées se remplissent de
lumières, ses grands arbres se parent de mille feux,
une pluie d'étoiles scintillantes anime le parc tout
entier. Car c'est ainsi que l'on a préparé l'Avent au
Jardin cette année et que le compte à rebours pour
Noël a été lancé : avec la volonté d'offrir un parc
nouveau, comme vous ne l'avez jamais vu.
un véritable Marché de Noël, une ambiance sonore
authentique, un spectacle pour les enfants en
son Théâtre et même un photo-call pour un selfie
réussi en souvenir d'une journée inoubliable !
Autant de nouveautés auxquelles s'ajoutent la
traditionnelle visite du Père Noël et les incontournables
ateliers pour les enfants, qui ont toujours autant de
succès à l'heure des vacances scolaires.
« Chaque année, nous avons à cœur que Noël fasse
rêver nos visiteurs, qu'il soit généreux, mais cette fois-ci
nous avons voulu le célébrer avec plus de faste encore
et dans la plus pure tradition hivernale des jardins de
grandes capitales, à l'instar de Central Park à New York,
Tivoli à Copenhague ou encore Mohri Garden à Tokyo. »
explique Marc-Antoine Jamet, le Président du Jardin.
Le résultat ? Des installations inédites ! De l'entrée
principale aux Grandes Écuries, en passant par la
Grande Volière, le parc est métamorphosé par un
parcours d'illuminations féeriques, une splendide
patinoire siglée Hublot où l'on glisse en musique,
Lire la suite en page 2
« Jingle bells ! »
Lumière !
À vos patins !
Du Jazz, des ténors, des gospels, des
standards qui ont traversé les années…
La meilleure bande-son de Noël s'écoute
au Jardin et accompagne vos plus beaux
souvenirs et ceux de vos enfants.
C'est un festival d'illuminations que propose
le Jardin pour les fêtes. François Fouilhé,
directeur artistique de l'agence « Tilt »,
nous raconte comment il a participé à la
métamorphose du parc et de ses allées.
De mémoire de Parisiens, on n'avait
jamais vu ça : une patinoire au Jardin
d'Acclimatation ! 400 m2 de glace pour
patiner en plein air et en pleine nature,
à découvrir jusqu'au 3 janvier.
Page 2
Page 3
Page 4
2I
Suite de la page 1
C
ette année, le Jardin a
demandé aux grandes
Maisons du Groupe
LVMH, d'imaginer le sapin de leur
rêve. Il entre ainsi dans l'hiver avec
glamour.
Parmi ces invités de prestige,
Guerlain et son sapin, « L'Abeille
des neiges », offrent aux visiteurs
un clin d'œil à la silhouette
mythique
de
ces
flacons
dits « aux abeilles », réalisés en
1853 par le verrier Pochet & du
Courval pour L’Eau de Cologne
Impériale destinée à l’Impératrice
Eugénie, épouse de Napoléon III.
Un couple qui a voulu
doter Paris de ce parc paysager
en plein Bois de Boulogne, inspiré
des jardins anglais qu'il aimait tant
et qu'il a inauguré un peu plus
tard en 1860.
Un Jardin sur son 31
Plus exotique, le Sapin « Tigres et
Bambous » de Kenzo s'inspire d'un
imprimé classique de la Maison :
taillés pour donner l'apparence
d'un sapin, les bambous forment
un cône de 3 mètres de haut
entièrement décoré de boules
transparentes et lumineuses,
enfermant un tigre miniature.
DÉCEMBRE 2015
Quant au sapin « Aristide »,
c'est un hommage à l'immense
Boucicaut, contemporain du Jardin
et fondateur en 1852 du premier
Grand Magasin de Paris : le « Bon
Marché ». A l'image de la Rive
Gauche, les équipes du « Bon Marché
» ont offert un sapin sobre et chic :
orné de plus de 200 boules dorées
et constellé de lumières, le conifère
majestueux cumule à sept mètres.
Un peu plus loin, on découvre le
très contemporain « Galactic' » de
Sephora. Son cône graphique, garni
de boules blanches ou rayées de
noir, apporte une touche arty à cette
famille de sapins hors du commun.
Pucci, de son côté, a choisi de
rendre hommage à l’héritage
florentin de la mode et au motif
iconique de la Maison, le « Battistero »,
inspiré du monument situé sur la
Piazza San Giovanni de la Capitale
toscane. D'ordinaire imprimé sur
des soies légères, le voici en version
3D sous la forme d'une sublime
structure lumineuse, installée près
de la Fondation Louis Vuitton.
A quelques mètres de là, face aux
Grandes Écuries, Benefit revisite le
traîneau du Père Noël avec un
Van VW californien vintage et
psychédélique, rempli de paquets
cadeaux multicolores, de planches
de surf et tiré par de pimpants
rennes aux harnais roses.
Autre transport, plus discret
mais tout aussi mythique, avec la
présence de la Mustang conduite
par Johnny Depp pour le dernier
clip « Sauvage » des Parfums
Christian Dior… les fans des vieilles
Ford et de l'acteur seront comblés !
Saveurs de fêtes
Autres parenthèses enchantées,
celles que l'on s'accorde dans les
restaurants du Jardin, tous décorés
pour les Fêtes : igloo peuplé d'ours
polaires, traîneau du Père Noël posé
sur le toit, multitude de guirlandes,
sapins et vitrines étincelantes…
Et que dire de l'odorat et des
papilles ! Huîtres, champagne et
plats de fêtes pour « La Terrasse »,
brunch de Noël au « Pavillon des
Oiseaux », bonhommes en pain
d'épices et épais chocolat chaud –
oui, l'authentique, celui dans lequel
la cuillère tient presque toute
seule – chez « Angelina »… Sans
compter les flammekueche, les
bretzels du food-truck alsacien,
« Flammetruck », ou encore les
escales gourmandes au Marché de
Noël, où les promeneurs pourront
emporter parts de tartiflette,
crêpes, croustillants et vin chaud.
Le plus difficile sera de garder raison
devant tant de gourmandises
exposées jusqu'au 3 janvier inclus ! 
Walter, le lapin porte-bonheur
Le sapin Sephora
le Marché de Noël
Le sapin du Bon Marché
Haut les chœurs !
Dernier moment !
Au Jardin, on adore la musique ! Pour les Fêtes, nous avons composé une play-list de
légende : au total, 70 titres à écouter dans les allées pour envelopper vos souvenirs des
plus belles chansons dédiées à Noël et ses merveilleux instants.
Shopping gagnant
à la Boutique du Jardin
Fredonner les standards
de jazz et du music-hall
Comme dans les rues de New
York enneigées, le Jardin retentit
des mélodies, cent fois reprises
depuis, qui furent popularisées
dans les années 40 par la bande des
crooners, ces chanteurs de variété
ou de jazz, souvent accompagnés
de big bands, qui illustrent l’âge
d’or d’Hollywood. Figure tutélaire
du genre, Bing Crosby reprend dans
les années 1940 « White Christmas »,
d'Irving Berlin, une chanson dont
il s'est vendu plus de 100 millions
de copies et que plus de 400
chanteurs populaires interpréteront
à travers le monde après lui (dont
Elvis Presley, Charlie Parker, Louis
Armstrong, Ella Fitzgerald, les Beach
Boys, les Suprêmes, Billy Idol, Taylor
Swift ou encore Lady Gaga !). En
pleine guerre mondiale, en 1942,
elle fut incluse dans le film L'amour
chante et danse (« Holiday Inn »),
et reçut l’Oscar de la meilleure
chanson originale.
C
ourir les magasins deux
semaines avant Noël
reste une épreuve de
force que tous les parents ne
goûtent pas. Une jolie solution ?
Profitez d’une de vos visites au
parc pour faire un tour discret
dans la Boutique du Jardin.
Vous y dénicherez des idées
de cadeaux à tous les prix et
pour toutes les envies. Origamis
colorés, coffrets créatifs, puzzles
décoratifs, livres malins pour
apprendre « l'air de rien »,
mandalas de fêtes, jeux de
sociétés futés pour changer des
jeux vidéos…, plus de 600 jouets
et livres sélectionnés avec soin
vous attendent pour remplir la
hotte du Père Noël !
N
oël ne rime pas qu’avec
« Jingle Bells » et n’est
pas chanté que par la
voix langoureuse de Tino Rossi
qui faisait chavirer nos grandsmères ! A la musique sacrée,
celle du divin Roberto Alagna
chantant « Minuit chrétien,
c’est l’heure solennelle... » ou
« Les anges dans nos campagnes »,
se mêlent les croyances et les
folklores des quatre coins du
monde, les chants de l’enfance,
ou encore le timbre velouté des
crooners hollywoodiens qui
accompagnent
inlassablement
nos déambulations dans les
grands magasins à la recherche des
ultimes décorations et cadeaux.
C’est cette atmosphère multiple
que le Jardin d’Acclimatation
a voulu recréer en sonorisant
ses allées de centaines de minihauts-parleurs.
Pendant
ces
vacances, vous entendrez tous
les chants qui ont bercé votre
enfance et feront un nid douillet de
souvenirs sonores pour vos enfants.
familles » de Paris où la mythique
« Rivière Enchantée » vient de faire
son apparition, ou encore, pour
les plus gourmands, le Thé de Noël
du Jardin ou le pot de Miel bio
récolté cet été dans le rucher. 
N'oubliez pas d'y ajouter
l'adorable Nounours en peluche
du Jardin, le nouveau « Jeu des 7
Bon plan
Frank Sinatra, Nat King Cole
et Dean Martin figurent parmi
ses plus dignes et renommés
successeurs : « Let it snow ! Let it snow!
Let it snow ! » est une chanson
composée en juillet 1945 en
Californie, durant un été caniculaire,
ce qui explique cet appel
empressant à neiger... Elle vient à
point nommée en cet hiver 2015 à
la douceur exceptionnelle !
On trouve aussi, dans notre
play-list, des chanteurs de variété
de l’époque, dont Andy Williams
et Doris Day (interprétant « Here
comes Santa Claus », autre succès
intemporel composé en 1945 et
interprété à de multiples reprises
y compris par Billy Idol, Bob Dylan
ou Mariah Carey) et un clin d’œil
à l’enfance avec Shirley Temple
chantant « That’s what I want for
Christmas », titre tiré de la bande
originale du film « Ching-Ching »,
réalisé en 1936 alors que Shirley
n’était âgée que de 8 ans, avait déjà
joué dans 34 films et été couronnée
de l’Oscar des jeunes acteurs…
Chanter le monde avec
les ténors
Les chanteurs d’opéra nous
ont habitués, depuis quelques
années, à célébrer la Nativité
en proposant au public des
compilations de reprises d’airs
sacrés et de chants traditionnels
du monde entier. Luciano
Pavarotti chante ainsi, au Jardin,
l’« Ave Maria » de Schubert et de
Gounod ou « Douce nuit ».
Partager la joie d’être
ensemble
Qui ne se souvient de
l’allégresse de ses années d’école,
quand, dans les derniers jours de
décembre, étaient présentés aux
parents ces chants patiemment
répétés pour le spectacle choral
de Noël ? Qui n’a jamais vibré
au son puissant des chorales
de gospels (« Sometimes I feel
like a motherless child » ; « Let
my people go ») ? C’est pourquoi
notre playlist fait la part belle aux
chœurs, célébration partagée de
la joie de Noël.
« Nous sommes tous faits de
l’étoffe de nos rêves », faisait dire
Shakespeare à Prospéro dans « La
Tempête ». La diversité de genres,
d’origines et de rythmes de ces
musiques de Noël convoque les
rêves des enfants que nous avons
étés et sommes toujours un peu
restés… Nous vous souhaitons de
belles promenades à leur écoute ! 
Retrouvez les références des
chants de Noël entendus dans nos
allées sur jardindacclimatation.fr et
sur blog. jardindacclimatation.fr
Shirley Temple
Ticket de Noël,
un choix malin
L
e Père Noël n’est pas
encore passé au Jardin
d’Acclimatation ! Mais, pour
que ces journées de fête dans
le parc soient encore plus
réussies, vous trouverez non pas
au pied des sapins, mais à nos
distributeurs automatiques des
« Tickets-Découverte » permettant
3 passages parmi les attractions
historiques et un accès à la
Patinoire pour seulement 10€.
Alors, venez nombreux patiner sur
la glace, montez à bord du « Petit
Train », naviguez sur les barques
de la « Rivière Enchantée » et volez
sur les ailes des « Papillons d’Alice ». 
Ticket Découverte « spécial Noël » - 10€
Disponible aux caisses du Jardin,
à nos distributeurs automatiques
de tickets et sur notre billetterie en ligne
jusqu'au 3 janvier inclus.
MERCREDI 10 FÉVRIER À 14H00,
VENEZ TOUS COSTUMÉS AU JARDIN POUR
LE « GRAND CARNAVAL DES ANIMAUX » !
I3
DÉCEMBRE 2015
Tilt et le Jardin, une lumineuse collaboration
Pas de Noël sans lumières, pas de Jardin d'Acclimatation sans illuminations. Pour réussir le tour de force d'éclairer avec magie et
poésie les 18 hectares du parc, le Jardin a fait appel à l'agence « Tilt » et à son savoir-faire « made in France ». Nous avons rencontré
son directeur artistique, François Fouilhé, pour nous raconter les coulisses de ce projet inédit.
Q : A quand remonte votre passion
pour la lumière ?
Je suis un fou de musique et,
plus jeune, j'étais percussionniste
pour une compagnie de spectacles
et d'arts de la rue, reconnue
aujourd'hui dans le monde
entier : nous avons participé à
la cérémonie d'ouverture des
Jeux Olympiques d'Albertville, au
Festival de Sydney et c'est là que
j'ai commencé à voyager à travers
le monde. Nous nous sommes
produits dans plus de 50 pays.
Nous passions notre temps à
imaginer des décors, bricoler nos
idées, produire des scénographies
incroyables,
des
spectacles
célestes où les artistes jouaient
à 80 mètres de haut, comme
suspendus dans un mobile de
Calder… J'ai appris à concevoir
des mises en scène grand
format que chaque spectateur
pouvait voir, même s'il y avait
10 000 personnes ! C'est à ce
moment que j'ai cultivé mon
appétence pour la technique,
l'architecture et les moyens
d'investir une scène, une rue, une
ville entière...
J'ai posé ensuite mes bagages
avec des idées plein la tête au
Théâtre de Valence, comme
régisseur
lumière,
pendant
cinq ans. La lumière, c'est une
matière incroyable à travailler,
elle est un langage universel…
elle
peut
être
comprise,
aimée, partagée par tous !
Et puis un jour, ça a fait « Tilt » !
(rires)
Q : Comment Tilt s'est imposé
dans l'univers de la scénographie
lumineuse ?
Cette entreprise, je l'ai créée
avec
Jean-Baptiste
Laude,
rencontré à Valence. Nous avons
imaginé, conçu et fabriqué
ensemble des prototypes de
structures lumineuses. C'est le
Festival des Vieilles Charrues
en 2004 qui a été un véritable
tremplin pour nous vers la Fête
des Lumières où nous avons
métamorphosé tout le métro
lyonnais… Les projets se sont très
vite enchaînés ! Les « herbums »
verts fluorescents de nos
débuts, points de ralliement
monumentaux de 9 mètres de
haut, sont encore aujourd'hui
notre signature et font partie
des illuminations du Jardin.
Nous concevons chaque année
un modèle exclusif que nous
proposons et fabriquons ensuite
en série, à la demande. Plus de
250 de nos créations circulent
aujourd'hui dans les lieux publics
du monde entier.
Aujourd'hui, les forces vives
de Tilt sont constituées de
huit personnes et plus de 25
techniciens
et
machinistes
travaillent avec nous pour les
installations.
Nous
sommes
implantés
dans la région Rhône-Alpes,
à Eurre, un petit village de la
Drôme. Notre petite industrie
est volontairement associée
à l'économie locale, nous
Les illuminations du Jardin
Tivoli, notre cousin qui venait
du froid !
Au centre de Copenhague, à deux pas de la Gare Centrale et de la Mairie, s’étend sur 8 hectares
un des plus anciens parcs de loisirs d’Europe et du monde, qui sait célébrer Noël comme nul autre.
T
rès
certainement
la
programmation exceptionnelle de Noël, son
parcours de lumières, ses sapins
insolites, sa patinoire de 400 m2,
notre authentique marché, ont
trouvé leur inspiration chez notre
cousin scandinave.
Né en 1843, situé en bordure
de cette ville alors de 120 000
âmes, il est originellement
nommé « Tivoli Vauxhall », en
hommage, non pas à une verte
campagne italienne, mais d’une
part aux jardins parisiens de
«Tivoli » dans le 9ème arrondissement
de Paris (créés en 1766 et disparus
au moment de la construction de
la Gare Saint-Lazare), d'autre part
au parc londonien de Vauxhall.
Son fondateur, Georg Carstensen,
avait initialement obtenu du roi
Christian VIII une concession de
5 ans. Le parc n’a, depuis, jamais
désempli.
Tivoli a un authentique
air de famille avec le Jardin
d’Acclimatation. Comme lui, il
naît au milieu du XIXème siècle.
A l’instar de notre parc, il est un lieu
de patrimoine. Dans un Théâtre de
Pantomime depuis 1874, Pierrot
et Colombine jouent tous les
soirs un spectacle traditionnel de
« Commedia dell’Arte ». Sa Pagode
est élevée en 1900 dans un élan
de passion orientaliste. Il est aussi
une fête foraine. Le premier roller
coaster de Scandinavie, y est
inauguré en 1914. Il est toujours
en activité aujourd’hui, aux côtés
de 37 autres manèges. C'est
également une promenade. Le
parc est célèbre pour ses riches
parterres de fleurs multicolores.
Enfin, c'est un espace de culture.
Il s’est doté en 1956 d’une salle de
spectacles d’une capacité de 2000
spectateurs qui reçoit toute l’année
les plus grands interprètes.
Glædelig jul !*
Joyeux Noël
*
Tivoli, ouvert d’avril à l’automne,
s’éveille pourtant de la mi-novembre
aux premiers jours de janvier pour
célébrer « Jul » (Noël).
Jul, en danois, signifie « roue », et les
foyers du pays aux 443 îles abritaient
tous autrefois une roue de métal
léger, sur laquelle étaient disposées
des bougies, que l’on allumait à
l’heure où le « char du soleil », célébré
par les anciens vikings, avait terminé
sa course dans le ciel d’hiver. Comme
un écho à cette tradition, Tivoli à Noël
fait la roue de lumière pour la capitale
danoise :
• 800 000 lumières, dont 12 000 sur
le grand sapin, 5500 disposées sur les
564 mètres d’une de ses montagnes
russes « iconiques », le Daemonen,
3000 lumières jalonnant son allée
principale.
• 100 jeunes filles, issues de
différentes chorales de la ville, qui,
le 13 décembre, jour de la SainteLucie, déambulent, une couronne de
(vraies) bougies allumées sur la tête,
en chantant le répertoire traditionnel
de Noël, repris par l’auditoire en joie.
Tivoli devient alors, un lieu
de magie, un écrin où cultiver le
« hygge », un mot si danois qu’il est
difficile à expliquer et qui décrit
une atmosphère belle et intime,
partagée avec les personnes chères :
la lumière chaude d’une bougie, un
chocolat fumant accompagné de
pains d’épice de grand-mère. Le parc
offre ainsi cette année à ses visiteurs
1100 arbres de Noël, 60 000 boules
de Noël, 40 km de guirlandes ;
des spectacles « musicals » où se
produisent lutins, trolls, fées mais
aussi stars pop rock ; un marché de
Noël ; des plats venus des 4 coins
du monde proposés dans les 43
restaurants.
Difficile, dans ces conditions,
de concurrencer Copenhague…
Mais vous aurez noté qu’il est un
élément, de taille, que seul le Jardin
d’Acclimatation vous propose :
il n’est point de patinoire dans le
Jardin célébré par H. C. Andersen ! 
François Zimeray, l'ambassadeur de
France au Danemark, nous en dit plus
Le parc de Tivoli, c'est la vie en pleine ville !
Au cœur de Copenhague, il est aussi au
cœur du Noël danois, comme un îlot
de rires, de musique, d’exclamations.
L’hiver, il fait nuit à 15h00, c’est alors que
s’allument un demi-million de points
lumineux dans tout le parc.
Tivoli, ce n’est pas seulement un
parc d’attraction, c’est un monde :
manèges, bien sûr, spectacles et
même séminaires d’entreprises. C’est
également un miroir de la société
danoise avec une grande ambition
architecturale et urbaine.
Peu de gens, ici, savent que c’est à
Paris qu’il faut chercher l’inspiration
de Tivoli. La France et le Danemark
ont un regard commun sur le monde
et je serais très heureux de soutenir
l’idée d’un partenariat entre le
Jardin d’Acclimatation de Paris et
le parc de Tivoli de Copenhague.
recrutons sur place nos collaborateurs, partenaires commerciaux
et prestataires de service.
Q : Comment avez-vous travaillé
pour le Jardin d'Acclimatation ?
Je
connaissais
le
Jardin
d'Acclimatation pour y être allé étant
petit et ce fut pour moi comme
un doux retour à l'enfance que
de parcourir à nouveau ses allées.
Une grande partie de nos créations
s'inspirent de la nature et les jardins
font partie de nos terrains de jeu
favoris. L'équipe du Jardin a vu
notre travail aux « Kew Gardens »
(Les jardins botaniques royaux à
Londres), il y a un an, et elle nous
a rappelé en avril pour démarrer le
projet.
Nous avons fait nos premiers
repérages au printemps et en été.
Nous avons marché longuement
dans les allées, étudié les moindres
recoins, et photographié les grands
arbres. Le défi était de créer une
nouvelle promenade vers les espaces
moins connus du parc et d'amener
les visiteurs vers la patinoire, face aux
Grandes Écuries Napoléon III.
Plus d'une dizaine de projets
et de circuits ont été imaginés. Le
tunnel de lumière, les herbums, les
étoiles scintillantes, les oiseaux, les
pissenlits ou les roseaux géants…,
chaque emplacement est réfléchi :
une installation doit en appeler une
autre pour une promenade fluide.
Il faut dire que les visiteurs sont
particulièrement gâtés au Jardin :
ils sont à pieds, ils entrent dans
un lieu calme, tranquille, bien
entretenu, loin de la circulation
parisienne et du tumulte de la
ville. Personnellement, j'ai adoré
y travailler, je me sentais à la
campagne. Je trouve que c'est
un lieu reposant, les allées sont
spacieuses, on s'y sent plus libres et
du coup, on est dans de très bonnes
dispositions pour découvrir des
installations lumineuses.
Q : Parlez-nous des artistes invités
dans ce parcours d'illuminations…
Ce que j'aime dans mon métier,
c'est de rencontrer des artistes et les
faire participer à mes aventures.
Le plasticien Cédric Leborgne a
conçu un oiseau de 3,5 mètres de
haut. C'est une sculpture de grillage
lumineux qui sublime le cèdre où
nous l'avons placée. Sur sa branche,
l’oiseau semble attendre sagement
les visiteurs. Quant aux 40 colibris
et palomas du studio de design
lyonnais Pitaya, je trouve que leur
allure d'origamis fonctionne bien
avec l'esthétique épurée du Jardin.
Q : Quelle est votre plus
grande satisfaction dans cette
collaboration ?
Que le Jardin et ses visiteurs soient
heureux du résultat ! Tout comme
les équipes du parc, c'est avant tout
la satisfaction du public qui me
porte. Vous savez, en me promenant
il y a quelques jours, j'ai tendu
l'oreille pour écouter les réactions :
ça fonctionne, ça plaît beaucoup !
Comment je le sais ? Je n'entendais
que des « Wouuuuaaaaaaaa !!! ». 
Portrait
Alain Verniest, le bon génie
électrique du Jardin
A
vec son éternel bonnet vert
vissé sur la tête et sa tenue
assortie, il traverse le Jardin
d'un pas décidé : Alain Verniest
vient d'être appelé en urgence
pour réparer une des voiturettes
électriques du Jardin. Il lui suffira d'un
coup d'œil pour repérer la cause de
la panne, et sur le chemin du retour,
il passera au chalet de la crêperie
régler l'alimentation électrique avant
de s'assurer que la sonorisation
des chants de Noël fonctionne
bien jusqu'à l'orée du Jardin…
Alain court partout, tout le temps,
téléphone et outils à la main, prêt à
dépanner, restaurer, câbler, remédier
à tout problème technique avec les
menuisiers, peintres, mécaniciens
de l'équipe du Service Maintenance
dont il est aujourd'hui le responsable.
Au Jardin depuis vingt ans, il
en connaît les moindres recoins
et peu d'anomalies échappent
à son œil avisé et son esprit vif. Il
connaît aussi chacun de ses 60
collègues des services techniques
qui ne manquent jamais de
l'appeler au secours : une scène de
concert à électrifier ? La peinture
du Petit Train endommagée ?
Un meuble à fabriquer en urgence
pour la Maison des Ateliers ? L'appareil
photo de la Rivière Enchantée est
bloqué ? Alain dépanne, étudie les
devis, les plans techniques, contacte
et coordonne les corps de métier,
veille sur les chantiers, contrôle la
mise en oeuvre et la fiabilité des
réparations effectuées. Avec lui,
chaque problème a sa solution, rien
ne semble impossible.
Habitué des grands événements
organisés au Jardin, il lui a pourtant
fallu mettre les bouchées doubles
pour réussir l'immense projet de
la Féerie de Noël : au cours des
semaines qui ont précédé le lancement
de ce mois magique, les nuits furent
courtes et souvent blanches. De la
patinoire aux illuminations en passant
par le Marché de Noël, ce nouveau
décor qui plaît tant aux visiteurs lui
doit beaucoup. Avec son équipe, il
aura installé 4 kilomètres de câbles, 5
armoires électriques, 45 projecteurs,
6 régies pour la musique, alimenté en
électricité 12 chalets et travaillé main
dans la main avec les techniciens
de la patinoire et des illuminations.
Son défi aujourd'hui ? « Que ce
Noël jamais vu au Jardin fasse plaisir
à tous les visiteurs ! » lance-t-il
avec un large sourire, avant de repartir à
grandes enjambées vers son atelier. 
4I
L'ENTRÉE DU JARDIN SERA GRATUITE LES VENDREDIS 8, 15, 22 ET 29 JANVIER ! BONNE ANNÉE
ET MERCI AUX DEUX MILLIONS DE VISITEURS QUI ONT FRANCHI NOS PORTES EN 2015.
Une patinoire pour tous les champions de la glisse
De Philippe Candeloro, Vice-Champion du monde de patinage artistique, aux futures stars des sports de glace en passant par les
hockeyeurs de l’Équipe de France, tous les médaillés, tous les étoilés du patin se sont donnés rendez-vous sur la patinoire du Jardin.
Des pros pour s'initier
en douceur
La Fédération Française des Sports
de Glace, et ses coaches sont venus eux
aussi rencontrer le public du Jardin pour
proposer des initiations et réaliser des
démonstrations impressionnantes. Que ce
soit du short-track, du curling, du patinage
artistique, de la danse ou du ballet sur
glace, les clubs de l’Ile-de-France se sont
mobilisés pour transmettre aux plus jeunes
leur passion.
Pour sa première édition, la patinoire du
Jardin d’Acclimatation a gagné ses galons
et est en passe de devenir un rendez-vous
incontournable de l’hiver parisien, à l’instar
de celles de Central Park à New-York,
d’Hampton Court Palace à Londres, de
Rathausplatz à Vienne ou encore celle de
Nathan Phillips Square à Toronto ! 
La Grande Patinoire du Jardin d'Acclimatation
jusqu'au 3 janvier 2016 - Tous les jours de 10h00
à 20h00 - 7€ (location des patins incluse)
Démonstrations et initiations avec l'Équipe de
France de Hockey sur Glace - Samedi 2 janvier 2016.
Enfin, pour bien commencer l’année
2016, le Jardin d’Acclimatation a invité le
comité d'organisation du championnat du
monde de hockey sur glace 2017 de l'IIHF et
Luc Tardif, son célèbre président québécois.
« La nouvelle star de la Glace » organisée
au Jardin par « Holiday on Ice ». Tous les
nostalgiques de Surya Bonaly et du défunt
Léon Zitrone dont les commentaires
s’embrumaient d’émotion à la moindre chute
pouvaient se rassembler pour admirer leur
sport, leur art préféré.
En deux heures de figures, entre
virevoltes et doubles flips, sans oublier
une collection de triples axels, la
compétition, présidée et animée par le plus
célèbre des patineurs français, Philippe
Candeloro, blagues et clins d’œil compris,
a permis de désigner les grands finalistes :
la « Team 23 », groupe de jeunes patineurs
freestylers, âgés de 10 à 17 ans, originaires
de Bourges dans le Berry. Après avoir été
applaudis par les spectateurs du Jardin
d’Acclimatation,
étape
indispensable,
ils rejoindront donc bientôt la troupe
d’« Holiday on Ice » sur la scène du Zénith à
Paris du 3 au 16 mars 2016.
200 pensionnaires prennent
leurs quartiers d’hiver
Dans tout le parc, pendant la période hivernale, les animaliers s’affairent pour
contribuer au confort de leurs protégés et se préparent à redoubler d’attention
si les températures devenaient négatives.
E
n concevant la Grande Volière
en 1860 à la création du Jardin
d’Acclimatation, le plus grand
architecte du Second-Empire, Gabriel
Davioud, avait déjà tout prévu pour le bienêtre des oiseaux : ara, perroquet du Gabon
et autres perruches Princesse de Galles sont
en « stabulation » libre c’est-à-dire qu’ils
vont et viennent côté Jardin ou côté galerie
(des loges situées derrière la volière) où
sont installées spécialement pour eux des
lampes chauffantes. Paradoxe, plus il fait
froid, plus les oiseaux se tiennent à l’écart
de la source de chaleur ! Instinctivement,
ils fuient les chocs thermiques et ne
cherchent à gagner auprès de ces chauffants
que quelques degrés supplémentaires
qu’ils dosent eux-mêmes en fonction de la
température extérieure.
Ils préfèrent souvent la méthode pratiquée
par tous leurs congénères qui consiste
à s’ébrouer afin de faire entrer de l’air sous leurs
plumes : connaît-on, en effet, meilleur isolant ?
Les plumes ? Une doudoune
100% naturelle !
De plus, pour leur permettre de lutter
contre les frimas, les équipes d’animaliers
veillent également sur l’alimentation des 80
oiseaux de la volière : afin de leur apporter
des acides gras, des cacahuètes viennent
s’ajouter à leur ration de graines en hiver.
Qu’en est-il de tous les oiseaux qui
évoluent en liberté dans les allées canards,
cygnes,
oies,
paons…?
Ne craignent-ils pas la baisse des
températures ?
Il n’en est rien car ils disposent d’un
isolant thermique hors-pair : les plumes !
Une doudoune 100% naturelle ! Imperméables et renforcées par un duvet
l’hiver, les plumes permettent à tous les
volatiles de maintenir leur température
interne à 41°.
La paille, chauffage écologique
Quant aux mammifères, ils sont une
centaine au Jardin, certains ont déjà leur
couverture sur leur dos à l’instar des 25
moutons qui, la nuit, pas si bêtes, dorment
serrés les uns contre les autres dans la
bergerie pour se tenir encore plus chaud.
Les lamas, originaires de la Cordillère des
Andes, ne renient pas leurs origines puisqu’ils
peuvent résister à des températures allant
jusqu’à 10 degrés en dessous de zéro. C’est
la raison pour laquelle ils ne rechignent pas
à dormir dehors, tout juste s’abritent-ils du
vent de Nord-Est en se couchant derrière
leur abri pour se protéger du courant d’air.
Même si ces espèces sont prédisposées
aux basses températures ou que d’autres
sont résistantes parce que rustiques
comme les ânes, les baudets ou les bœufs,
Vous souhaitez vous rendre au Jardin ?
Bois de Boulogne - 75116 Paris
Le parc est ouvert tous les jours de 10h00 à 20h00
En métro : ligne 1 – Station : Les Sablons
En bus : 43 – 73 – 82 – 93 - PC1 - 174 – 244
Pour le bus 244 uniquement le week-end et les jours fériés
Manier une crosse, diriger un palet et
marquer un but dans les cages ne devraient
plus avoir de secrets pour les débutants
à l’issue de cette journée spéciale.
Peut-être même voudront-ils ensuite
rejoindre les 2 millions de licenciés de ce
sport dans le monde ?
Chiffres
Un Noël qui compte !
12
chalets de bois de chêne
vieilli,
décorés
avec
raffinement, pour une
promenade dans un Village de Noël
plus vrai que nature et faire son marché :
santons, cachemires, tartiflette, pains
d'épices, bijoux, déco et
cadeaux… À chacun sa
spécialité !
14
km de câbles électriques
pour alimenter chalets,
illuminations, patinoire,
régie sonore… Enterrés, ils ne
dénaturent pas le décor du
Jardin.
les animaliers du Jardin n’oublient pas de
les bichonner en hiver. Contrairement à
la saison estivale où la totalité de la paille
est changée tous les jours pour maintenir
leur litière fraîche, en hiver, seule la couche
supérieure est renouvelée. Le fumier qui
se forme sous la paille devient un matelas
et une source de chaleur totalement
écolo ! Quand le froid se fait sentir, les
animaliers
augmentent
également
les rations de nourriture et veillent à
distribuer du fourrage supplémentaire.
A titre d’exemple, sur les 40,5 tonnes
de graines et de granulés commandés
chaque année pour nourrir tous les
animaux du parc, 24 le sont sur la période
hivernale. Aux dires des météorologues
l’hiver 2015 - 2016 s’annonce doux mais
tout est néanmoins prévu pour que, de
la Petite Ferme à la Grande Volière,
tout le monde soit bien au chaud ! 
Gagnez du temps,
achetez vos billets en ligne
sur jardindacclimatation.fr
Vous souhaitez un renseignement ?
L'Équipe de France de Hockey
15
heures d'initiations et
de démonstrations avec
la Fédération
Française des Sports de Glace
et l'Équipe de France de Hockey.
80
heures d'ateliers « Spécial
Noël » pendant les
vacances scolaires :
déco et créations, cuisine ou
théâtre... Six thématiques
proposées pour amuser les
enfants.
300
paires de patins
du 24 au 47 et des
patinettes
à doubles lames pour la stabilité
des plus petits.
400
m2 de véritable
glace, à la place
de la pataugeoire,
pour installer une Patinoire aussi
grande que celle de l'Hôtel de
Ville de Paris naguère.
600
références de
jouets et de
livres proposées
à la Boutique du Jardin et pour
faire plaisir sans se tromper à
partir de 5€.
4000
m2 « in-door » :
Restaurants,
Maison des Ateliers, Espace Gymboree,
Théâtre du Guignol ou théâtre
du Jardin… autant de lieux
pour faire une pause ou
s'amuser au chaud.
8000
lampes à led
installées
dans
les
décors, illuminations et sapins :
économiques et résistantes,
elles sont idéales pour sublimer
les 18 hectares du Jardin
10 000
boules de Noël blanches et or,
500 roses, 300 décors, 120 rennes
aux bois rouges, des kilomètres de
ruban... Partout où les yeux
se posent, la magie de Noël
opère !
12 000
litres de chocolat chaud servis dans les
chalets de « La Terrasse », « La Chaumière
Gourmande » et au salon de thé « Angelina »
pour avoir de l'énergie toute la
journée et se réchauffer avec
délice.
Contactez-nous au 01.40.67.90.85
ou sur infos@jardindacclimatation.fr
Suivez-nous sur Facebook
et sur blog.jardindacclimatation.fr
est éditée par la S.A. Jardin d'Acclimatation
Bois de Boulogne – 75116 PARIS
Directeur de la Publication : Marc-Antoine JAMET
© Tous droits réservés : Maxime Vigato, Frédéric Atlan, Thomas Dupaigne, Jardin d'Acclimatation - Design : FK-Agency
Q
ue de champions se sont
succédés au cours de ces derniers
jours ! Mercredi 2 décembre,
jour anniversaire d'Austerlitz, par le petit
soleil glacial qui convient (avec brouillard
s’il vous plaît) pour commémorer la victoire
de l’Empereur sur les austro-russes, douze
patineurs passionnés, sélectionnés parmi
une centaine de candidatures, ont rivalisé
de performances, de figures et de talents
pour participer à la finale du casting de
À la veille de la finale de la Coupe de
France qui se déroulera à Paris le 3 janvier,
trois athlètes de l’Équipe de France seront
au Jardin samedi 2 janvier pour initier
les enfants - et leurs parents - à ce sport
né au Canada à la fin du XIXème, devenu
discipline olympique en 1920 et qualifié
aujourd'hui de « sport collectif le plus
rapide du monde ».
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
4
Taille du fichier
5 908 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler