close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Arlon - Séminaire EURES - Grande Région. Les jeunes

IntégréTéléchargement
Séminaire EURES-Grande Région
Les jeunes et la formation professionnelle au cœur des débats
Ces 3 et 4 décembre avait lieu à Arlon un séminaire EURES-Grande Région. En ouvrant
ce séminaire, la Ministre wallonne de l’Emploi et de la Formation, Eliane Tillieux, a
rappelé toute l’importance des partenariats et synergies mis en place dans le cadre de
la Grande Région ainsi que l’opportunité que constitue la mutualisation des ressources
de la formation. Elle s’est également réjouie du second tour de signature organisé dans
le cadre de l’accord de coopération transfrontalier en matière de formation
professionnelle, qui permet d’élargir encore le cercle de partenaires institutionnels et
opérationnels transfrontaliers, en intégrant, pour la partie wallonne, l’IFAPME.
Globalement, la Grande Région compte un taux de chômage de 8 %, elle se porte donc
relativement bien mais elle pourrait encore se porter mieux, particulièrement au niveau des
jeunes et de la formation professionnelle. Ces thématiques étaient au cœur des débats ces
3 et 4 décembre.
Les jeunes : une priorité !
Le taux de chômage des jeunes présente des situations différenciées selon les régions
d’Europe. Les écarts sont même très importants si l’on considère le taux le moins élevé de
7,7 % en Allemagne au taux le plus élevé de 53,2 % en Espagne. L’Union européenne
présente une moyenne de 22,2 % pour les 28 pays la composant (Belgique : 23,2 %). Il est
bon de préciser que les critères de détermination du chômage des jeunes au sein de la Grande
Région doivent cependant être nuancés. En effet, la participation à la vie active varie
sensiblement selon les composantes régionales, ce qui se reflète dans le calcul statistique du
taux de chômage.
Les jeunes, comme les autres publics, connaissent aujourd’hui un parcours professionnel
moins linéaire. Ils sont également davantage exposés au risque de chômage de longue durée.
Leur principal atout pour l’insertion reste le diplôme, les meilleurs taux d’insertion à 6 mois, en
Wallonie, sont le bac (73 %), l’apprentissage (63 %) et le master (57 %). Et cette constatation
est la même dans les quatre pays dont font partie les composantes de la Grande Région :
plus le degré d’instruction est faible, plus l’insertion dans le monde du travail est difficile. Cela
ne signifie pas qu’une personne peu ou pas qualifiée ne connaîtra pas une transition vers un
emploi durable mais que cette transition passera sans doute par une série d’étapes.
La Garantie jeunesse
Forte de tous ces constats, l’Union Européenne a décidé faire de l’emploi des jeunes une
priorité en proposant des mesures concrètes qui doivent permettre à tous les jeunes de 18 à
25 ans d’accéder à un accompagnement, une offre de stage, un développement de ses
compétences ou un emploi dans les 4 mois qui suivent leur sortie de l’enseignement ou la
perte d’un emploi. Deux types de publics jeunes sont concernés prioritairement par ces
actions « Garantie jeunesse » : les jeunes qui abordent le marché du travail et le public appelé
« NEET » (Not in Employment, Education or Training).
Au sein de la Grande Région, les taux des NEET varient de 6,7 % à 19,2 % : en 2013, le taux
des NEET atteignait 14,4 % dans la Grande Région, celle-ci obtenant ainsi un résultat meilleur
que l’UE-28 (17,0 %). La comparaison interrégionale révèle que le Luxembourg, avec 6,7 %,
et la Rhénanie-Palatinat, avec 9,7 %, enregistrent les taux les plus bas. Dans toutes les autres
composantes régionales, plus d’un jeune sur dix se trouvait en situation de NEET, en Wallonie
même près d’un sur cinq (19,2 %).
La formation professionnelle
L’objectif du séminaire est la mutualisation de ressources en matière de formation
professionnelle : réseau de centres existants, études communes, etc. Les différents pays ont
aussi travaillé sur la flexibilité dans le but de créer un cadre qui règlerait les problèmes
juridiques, administratifs et financiers pour permettre la création de projets transfrontaliers, le
développement de partenariats entre entreprises et Centres de formation, dans le cadre de
stages ou de formations transfrontalières.
L’accord-cadre
Les acteurs de la Grande Région, en partenariat avec d’autres organismes concernés, ont
décidé d’approfondir leur coopération en faveur de la formation professionnelle
transfrontalière. Ainsi ont-ils élaboré un accord-cadre, signé fin 2014 par les pays concernés.
L'accord-cadre relatif à la formation professionnelle transfrontalière dans la Grande Région
est ouvert à d'autres partenaires. L'adhésion de l'IAWM Institut für Aus- und Weiterbildung im
Mittelstand (CG Belgique), de l'Institut wallon de formation en alternance et des indépendants
et petites et moyennes entreprises IFAPME (Wallonie), de la Chambre des Salariés
(Luxembourg) et du réseau EURES Grande Région et l'intérêt d'autres acteurs décisifs
témoignent de l'importance de cet accord-cadre. C'est pourquoi un deuxième cycle de
signatures est prévu ce 4 décembre.
L’accord-cadre définit pour la première fois des objectifs communs en matière de formation
professionnelle transfrontalière pour la Grande Région. Ce faisant, il met en œuvre les
décisions du Sommet de la Grande Région et les recommandations du Conseil parlementaire
interrégional et du Comité économique et social de la Grande Région sur la promotion de la
formation professionnelle et de la mobilité professionnelle dans la Grande Région.
Contact presse
Nathalie Flamant - Chargée de communication - 0497/20 81 02
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
6
Taille du fichier
63 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler