close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

ARGU_01_2016_FR

IntégréTéléchargement
ALR GROUPE POLICE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CH
OUPE POLICE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOT
CE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGACO
ES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENS
DRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENSE
DICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENSEIGNEM
CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENSEIGNEMENT GR
OTS BELGACOM DÉFENSE ENSEIGNEMENT GROUPE 2 LA
ACOM DÉFENSE ENSEIGNEMENT GROUPE 2 LA POSTE A
ÉFENSE ENSEIGNEMENT GROUPE 2 LA POSTE ALR GRO
SE ENSEIGNEMENT GROUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE P
SEIGNEMENT GROUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE POLICE
EMENT GROUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE POLICE FINA
T GROUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE POLICE FINANCES O
UPE 2 LA POSTE ALR GROUPE POLICE FINANCES ORDR
A POSTE ALR GROUPE POLICE FINANCES ORDRE JUDIC
ALR GROUPE POLICE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CH
OUPE POLICE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOT
CE FINANCESSORDRE
E C T JUDICIAIRE
ECHEMINOTS
U R P UCHEMINOTS
BBELGACOM
L I C BELGACO
ES ORDRE JUDICIAIRE
DÉFENS
DRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENSE
B U R E A U D E D E P OT B R U X E L L E S X · P 4 0 9 8 3 7
België - Belgique
P.B.- P.P
Bruxelles X
BC 9790
argument
www.slfp.eu
www.slfp.eu
MENSUEL DU SYNDICAT LIBRE DE LA FONCTION PUBLIQUE
10E ANNÉE · N°01 ·JANVIER 2016 · EDITION MENSUELLE DU SLFP · SECTEUR PUBLIC DE LA CGSLB
La police vit des temps difficiles.
Attaques à l’encontre du statut, trop
peu de moyens humain et matériel, et
en plus, depuis les attentats de Paris,
un niveau de la menace conséquent.
Vincent Gilles et Vincent Houssin,
président et vice-président du SLFP
Police, considèrent que le temps du
syndicalisme « ancienne manière » est
terminé. Ils plaident, en ces temps
incertains, pour une approche
rationnelle et éclairée. Et une
communication précise et performante
est leur arme la plus affûtée contre un
gouvernement qui, bien que prétendant
que la sécurité n’a pas de prix, travaille
uniquement en « façade ».
LIRE EN PAGES 4 > 5
© SMITS
POLITIE - POLICE
UN SYNDICALISME
ÉCLAIRÉ
PAGES 10 > 11
PAGES 20 > 23
PAGE 18
GROUPE LA POSTE
ENSEIGNEMENT
GROUPE DÉFENSE
LE CONTRAT DE
GESTION ET LA
PRESSION DE LA
CONCURRENCE
REPOSONS-NOUS
SUR LE PASSÉ POUR
MIEUX REBONDIR EN
2016 !
DU RESPECT ET
MERCI À TOUS
NOS MILITAIRES
BELGES
ICE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGAC
CES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFEN
DRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENS
DICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENSEIGNE
E CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENSEIGNEMENT GR
OTS BELGACOM DÉFENSE ENSEIGNEMENT GROUPE 2 L
GACOM DÉFENSE ENSEIGNEMENT GROUPE 2 LA POSTE
DÉFENSE ENSEIGNEMENT GROUPE 2 LA POSTE ALR GRO
NSE ENSEIGNEMENT GROUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE
SEIGNEMENT GROUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE POLIC
NEMENT GROUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE POLICE FINA
T GROUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE POLICE FINANCES
OUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE POLICE FINANCES ORDR
LA POSTE ALR GROUPE POLICE FINANCES ORDRE JUDIC
E ALR GROUPE POLICE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CH
ROUPE POLICE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOT
ICE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGAC
CES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFEN
DRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENS
DICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENSEIGNE
SLFP
2
N O S CO O R D O N N É E S
SECRETARIAT GENERAL
Rue Longue Vie, 27-29 - 1050 BRUXELLES
Tél. : 02/549.52.00 - Fax : 02/514.16.95
E-mail : slfp@slfp.eu
GROUPE CHEMINOTS
Cantersteen 16 - 1000 BRUXELLES
Tél. : 02/213.60.60 - Fax 02/224.66.10
E-mail : secretariat@slfp-rail.be
Président National : Filoteo AFRICANO
AFRC : ADMINISTRATIONS FÉDÉRALES,
RÉGIONALES ET COMMUNAUTAIRES
Boulevard Baudouin 20-21 (2e ét.) - 1000 BRUXELLES
Tél. : 02/201.19.77 – Fax : 02/203.54.10
S.N.C.I. : 145-0526116-47
E-mail : info@slfp-g2.eu
Président National : Jos MERMANS
GROUPE ENSEIGNEMENT
Rue du Commerce, 20 - 1000 BRUXELLES
Tél : 02/548.00.20 - Fax : 02/502.34.44
E-mail : secretariat@slfp-enseignement.be
Présidente : Masanka TSHIMANGA
Vice-Présidente : Muriel VIGNERON
Secrétaires Communautaires :
Corinne CORDY, Stephan SEYNAEVE, Vincent PETIT
GROUPE ADMINISTRATIONS
LOCALES ET REGIONALES
Rue du Progrès, 319 - 1030 BRUXELLES
Tél : 02/201.14.00 - Fax : 02/201.14.34
E-mail : slfpvsoa@skynet.be
Président National : Serge MEEUWS
GROUPE LA POSTE
Galerie du Centre, 244 (3e étage) - 1000 BRUXELLES
Tél : 02/223.00.20 - Fax : 02/223.09.43
C.C.P. : 000-0674537-96
E-mail : poste@slfp.eu
Président National : Marc DE MULDER
GROUPE PROXIMUS
Place Princesse Elisabeth, 12 - 1030 BRUXELLES
Tél. : 02/245.21.20 - 02/245.12.70 - Fax : 02/245.27.94
Banque : BE73 0016 8576 9060
E-mail : slfp.belgacom@skynet.be
Président National : Pierre MOTTOULLE
Sommaire
Page 2 : Secrétariat général
Pages 12 - 13 : Proximus
Pages 4 - 8 : Police
Pages 14 - 18 : Défense
Page 8 : Ordre Judiciaire
Page 19 : Cheminots
Page 9 : AFRC
Pages 20 - 23 : Enseignement
Pages 10 - 11 : La Poste
Page 24 : CGSLB
VOTRE HOBBY DANS ARGUMENT
Pour sa rubrique “Temps Libre”, la rédaction d’Argument est à la recherche de membres ou
lecteurs qui ont un hobby hors du commun. Etes-vous collectionneur de maillots de clubs de
football, jouez-vous du saxophone dans l’un ou l’autre orchestre, l’escalade du Mont Ventoux est
un de vos défis ?
Faites-le-nous savoir et, par nos soins, tous les lecteurs d’Argument pourront aussi
profiter de vos moments de « Temps Libre » !
Les candidats pour la rubrique « Temps Libre » peuvent se faire connaître par e-mail à :
cindy.willem@vsoa.eu
La rédaction
ÉVITEZ UN DOUBLE ABONNEMENT À ARGUMENT!
GROUPE ORDRE JUDICIAIRE
Galerie du Centre - Bloc 2, 4e étage
Rue des Fripiers 15-17 - 1000 BRUXELLES
Tél. : 02/513.05.55 - Fax : 02/503.25.02
E-mail : info@oj-slfp.be
Président National : Guy VAN CAUWENBERGHE
GROUPE DÉFENSE
Lozenberg, 2 - 1932 ZAVENTEM
Tél : 02/223.57.01 - Fax : 02/219.02.15
E-mail : info@slfp-defense.be
Président National : Edwin LAUWEREINS
GROUPE FINANCES
Galerie du Centre - Bloc 2, 4e étage
Rue des Fripiers 15-17 - 1000 BRUXELLES
Tél : 02/226.41.11 - Fax : 02/226.41.10
E-mail : minfin@slfp.eu
Président National : Stefaan SLAGHMUYLDER
GROUPE POLICE
Minervastraat, 8 - 1930 ZAVENTEM
Tél. : 02/ 660.59.11 - Fax : 02/660.50.97
Banque : 310-0543030-13
E-mail : info@slfp-pol.be
Président national : Vincent GILLES
Ce numéro
a été composé
avec la
collaboration des
responsables du
Comité de
rédaction
OUPE POLICE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOT
CE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGACO
CES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENS
DRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENSE
DICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENSEIGNEM
CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENSEIGNEMENT GR
OTS BELGACOM DÉFENSE ENSEIGNEMENT GROUPE 2 LA
ACOM DÉFENSE ENSEIGNEMENT GROUPE 2 LA POSTE A
ÉFENSE ENSEIGNEMENT GROUPE 2 LA POSTE ALR GRO
SE ENSEIGNEMENT GROUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE P
SEIGNEMENT GROUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE POLICE
EMENT GROUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE POLICE FINA
T GROUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE POLICE FINANCES O
UPE 2 LA POSTE ALR GROUPE POLICE FINANCES ORDR
A POSTE ALR GROUPE POLICE FINANCES ORDRE JUDIC
ALR GROUPE POLICE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CH
OUPE POLICE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOT
CE FINANCESSORDRE
E C T JUDICIAIRE
ECHEMINOTS
U R P UCHEMINOTS
BBELGACOM
L I C BELGACO
CES ORDRE JUDICIAIRE
DÉFENS
DRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENSE
DICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENSEIGNEM
Votre conjoint et vous-même recevez chacun Argument dans votre boîte
aux lettres? Un seul exemplaire vous suffit?
Faites-le-nous savoir, comme bien d’autres lecteurs d’Argument, à l’adresse
slfp@slfp.eu Nous veillerons à ce que les deux envois n’en deviennent plus qu’un !
ALR
S. MEEUWS
C. DEMERLIER
PROXIMUS
P. MOTTOULLE
M. DE VLAEMYNCK
CHEMINOTS
F. AFRICANO
R. DE THAEY
DEFENSE
E. LAUWEREINS
P. DEWINTER
ENSEIGNEMENT
M. TSHIMANGA
M. VIGNERON
FINANCES
S. SLAGHMUYLDER
P. BOQUET
POLICE
V. GILLES
L. MAESEN
LA POSTE
M. DE MULDER
H. CLAUWAERT
ORDRE JUDICIAIRE
G. VAN CAUWENBERGHE
A. SERVAIS
AFRC
J. MERMANS
R. TOURLAMAIN
R. WILLEMS
Editeur Responsable
F. FERNANDEZ-CORRALES
Direction et Publicité
H. HERMAN
Communication
C. WILLEM
Rédaction finale
B. CORNELIS
Rédaction Photos
M. SMITS
Prépresse et impression
Creative Plus Production
& Corelio Printing
N E PA R A Î T PA S E N J U I L L E T E T AO Û T
éditorial
A R G U M E N T · JA N V I E R 2 0 1 6
3
SLFP
Le mot du Président
PLUS DE DIALOGUE, MOINS DE CASSE
L’année 2015 s’est terminée comme elle avait commencé : dans la morosité et les incertitudes. Cela est en partie dû aux tragiques évènements
que nous avons connus en début et en fin d’année, ainsi qu’à la prise de
conscience que notre pays n’est pas à l’abri de pareilles agressions.
Le paradoxe, au sein de notre société assez individualiste, est que nous
avons vu des mouvements spontanés de solidarité. Ceci me conforte
dans l’idée que les valeurs que nous défendons, Liberté, Solidarité et
Tolérance, sont plus que jamais d’actualité.
Je tiens à remercier, au nom du SLFP, les hommes et femmes qui durant
ces moments si pénibles, n’ont pas compté leurs heures pour protéger et
défendre notre société démocratique.
Preuve s’il en faut, que la Fonction publique dans son ensemble a permis et permet à notre société de fonctionner, tout en assurant un rôle de
cohésion sociale.
Pourtant, nos dirigeants politiques, pour des raisons purement budgétaires, la mettent à mal.
Et, lorsqu’ils s’en rendent compte, ils lancent des idées, qui en d’autres
temps pourraient faire rire, telles que l’engagement à mi-temps de policiers allochtones sans diplômes.
Ceci est une injure à la fonction de police et aux personnes visées. On
créerait un statut de sous-policier et en plus on stigmatiserait plus
encore ces personnes n’ayant pas fait d’études.
SLFP
« Pour le SLFP, le dialogue est
primordial et la cessation concertée
du travail l’ultime recours »
2015 a également vu un regain d’animosité envers les organisations syndicales et plus particulièrement la remise en question du droit de grève.
Il est vrai que certains de nos collègues ont tendance à dégainer plus vite
que leur ombre. Pour le SLFP, le dialogue est primordial et la cessation
concertée du travail l’ultime recours pour faire entendre notre voix.
Ici aussi, nous nous trouvons devant un paradoxe. Les politiques et les
employeurs reconnaissent unanimement le caractère fondamental du
droit de grève. Mais ils essayent par tous les moyens de le rendre inefficace et ils sont aidés dans ce travail de sape par l’image négative de
l’action de grève que véhiculent beaucoup de médias.
Encore un paradoxe, s’il en est : alors que le ‘groupe des 10’ est occupé
à renégocier le ‘gentlemen agreement’ relatif aux procédures et modalités en cas de conflits sociaux, un projet de loi « sacralisant » le travail
est déposé par le MR. A croire que tout est mis en œuvre pour faire rater
le dialogue entre employeurs et partenaires sociaux.
Nous constatons finalement que l’on ne parle des organisations syndicales que lors de mouvements de contestation et jamais de notre implication quotidienne dans le dialogue social qui permet d’éviter les conflits.
« Plus de dialogue, moins de casse », ce slogan est plus que jamais à
l’ordre du jour. Nous devons mettre en avant le rôle essentiel du SLFP
comme interlocuteur responsable auprès de tous les acteurs de la
Fonction publique. Nous devons expliquer et faire preuve de pédagogie,
pour mieux faire comprendre notre rôle, qui est de défendre les intérêts
de l’ensemble du personnel de la Fonction publique. Et cette défense se
fait par priorité par le dialogue.
Pour conclure, je tiens à vous remercier de votre soutien et votre confiance et au nom du SLFP à vous présenter, à vous et à tous ceux qui vous
sont chers, mes meilleurs vœux pour 2016.
François FERNANDEZ-CORRALES
Président général
police
SLFP
4
A R G U M E N T · JA N V I E R 2 0 1 6
Vincent Gilles et Vincent Houssin reviennent sur cinq années de travail au sein du SLFP Police, mais regardent aussi
l’avenir, même s’il est incertain.
« Consolider mais aussi continuer à croître »
En avril 2010, Vincent Gilles et Vincent Houssin devenaient président et vice-président du SLFP Police avec un
énorme défi : emprunter les pas du « fameux » Jan Schonkeren. Cinq ans plus tard, aussi bien amis
qu’opposants doivent admettre que ces deux-là ont fait du groupe une organisation en constante croissance
avec ce concept unique qu’est leur duo devenu double visage du SLFP Police. Vincent et Vincent ne se
connaissaient pourtant pas avant. Mais leurs idées convergeaient pleinement. Ça a fonctionné dès le début et
encore maintenant, c’est une évidence de tous les jours. « Nous parlons d’une seule voix. C’est essentiel. Même
les externes l’ont bien compris. Si tu vois l’un, tu vois l’autre. C’est devenu un compliment. »
Vincent Houssin: « Nous sommes effectivement devenu un bloc, avec une organisation professionnelle. Nous avons grandi, mais nous devons maintenant aussi grandir
en tant qu’organisation. Il est hors de question de nous arrêter. Malgré de nombreux
départs à la pension, nous avons doublé le nombre de membres depuis 2010. La moitié des membres du personnel du secteur policier est affiliée à notre groupe. C’est un
facteur de succès en négociation et notre représentativité s’en trouve plus crédible
encore. Nous avons mis l’accent sur le bien-être au travail. Nous avons rédigé un plan
global contre la violence à l’encontre des policiers, une de nos fiertés. Nous avons
rédigé un Memorandum. Nous avons convaincu l’autorité de clarifier encore plus les
droits et devoirs dans le cadre de la loi syndicale. En interne, nous avons considérablement amélioré la communication vers les membres, par exemple avec un programme permettant le suivi des dossiers d’assistance. Le soutien aux délégués a été
étendu, tout comme l’offre en formations. La connaissance des réalités du « terrain »
a été affinée grâce à une bien meilleure relation entre siège national et sections. »
Vincent Gilles: “Nous regardons dans la même direction, suivons la même stratégie et formons un groupe uni “
Malgré la réforme des polices, les membres de ce secteur n’ont pas facile et une
solide défense de leurs intérêts n’est pas un luxe : attaques larvées ou directes contre
le statut et le cadre des pensions, discussion au sujet du traitement fonctionnel,
carence en personnel, manque de matériel … Et naturellement, depuis le 13 novembre, jour des attentats de Paris : niveau de la menace au plus haut. Tout d’un coup,
les politiques découvrent que la sécurité est aussi importante, alors que le budget
imparti est réduit drastiquement depuis des années. Pour faire face, il est donc évident qu’il faut une organisation forte. Vincent et Vincent s’y sont attachés dès 2010.
Vincent Gilles: « L’organisation avait développé un questionnement interne. Et de
ses résultats, il apparaissait que les délégués attendaient une plus grande visibilité
de notre syndicat. Ils exigeaient aussi une amélioration de la communication. Je suis
heureux de pouvoir dire qu’à ce sujet, nous avons fortement consolidé le fonctionnement de notre groupe. Ainsi, tous les délégués regardent dans une même direction et
suivent la même stratégie. Nous formons maintenant un véritable groupe qui développe en externe un front uni. Régulièrement, nous sommes interpellés par des
citoyens qui nous ont vus dans les médias. Et très souvent, ils nous font part de leur
adhésion à nos points de vue. C’est important car, en matière de communication
externe et de points de vue publics, le poids de l’adhésion des citoyens ne doit pas
être sous-estimé. Vincent et moi avons donc rempli le contrat et le SLFP Police est
devenu LA référence média en matière de police. »
Vincent Houssin : « Nous avons grandi en termes de membres,
mais nous devons maintenant aussi grandir en tant
qu’organisation. Il est hors de question de nous arrêter. »
Qu’est-ce qui a surtout changé dans le paysage policier depuis que vous avez
pris les commandes du SLFP Police en 2010 ?
Vincent Gilles: « Le manque de moyens financiers en constante aggravation. Les
années grasses sont terminées. L’époque où le politique concédait encore volontiers
un effort pour que la police progresse, pour que la réforme réussisse, est terminée. »
Vous dites que le SLFP Police se situe à un moment-clef de son évolution vers l’avenir. Que voulez-vous dire par là ?
Vincent Gilles: “L’attaque contre le statut de la police, et plus globalement à l’encontre du statut de la Fonction publique, est effectivement lancée. Il s’agit d’une
attaque bien préparée et fortement idéologique visant les droits généraux des travailleurs, et mettant en danger tout le système. La réforme générale du cadre des pensions est un exemple. Ce combat est intersectoriel et les membres du secteur policier y ont un rôle important à jouer. Mais des éléments spécifiques à notre statut font
l’objet de toutes les attentions du monde politique, et pas en bien. Je pense au traitement fonctionnel, la révision du corebusiness des services de police, un nouveau
système d’évaluation, une révision du statut disciplinaire. »
Vincent Gilles : « Le syndicalisme de la « vieille école »
avec des actions « dures » n’impressionne plus. »
Vous estimez donc que votre organisation doit aller vers un nouveau syndicalisme. Qu’entendez-vous par « nouveau syndicalisme » ?
Vincent Gilles: « Nous avons dû constater que les actions dures n’avaient quasiment
pas d’influence sur l’attitude du gouvernement, justement parce qu’il est idéologique.
Le syndicalisme ancien avec des actions dures n’a aucune influence parce que les
politiques en face de nous sont dopés au néolibéralisme et sont conseillés par des
technocrates pour qui seuls les chiffres comptent. En matière de combat sectoriel,
police
A R G U M E N T · JA N V I E R 2 0 1 6
5
SLFP
Vincent Houssin: “Il essaye évidemment de forcer à une autre perception. En impliquant les militaires dans les rues, il veut croire que les citoyens se sentent plus en
sécurité. Mais au contraire, le sentiment d’insécurité va en augmentant. Ces initiatives ne sont pas des solutions pour le long terme.
Que va-t-on faire si la Défense dit demain qu’elle ne dispose plus de forces
vives pour patrouiller en rue ? Ou qu’elle n’a plus de budget ? Il est clair qu’il
manque d’une vision à long terme. »
Vincent Gilles: « Ce gouvernement ne fait que de la façade. »
Vincent Houssin: “Les actions dures sont l’expression de la frustration. Je partage la déception de bon
nombre de policiers, mais nous avons fait le choix d’une approche réfléchie”
nous avons mené campagne avec énergie contre l’émergence d’un traitement fonctionnel, pour une solution au dossier « pension police » clos en mai 2015. Nous avons
manifesté à 15.000 en septembre 2014, nous avons lancé une grève nationale doublement historique puisque suivie par 60% des personnes disponibles malgré les
réquisitions, nous avons lancé des actions de « contrôle pointilleux », des semaines
« sans amendes », et tout cela n’a livré au final qu’un résultat nous laissant un goût
amer en bouche. ».
Qu’envisagez-vous à la place ?
Vincent Houssin: « Les actions dures sont l’expression de la frustration. Et si je partage l’énorme déception de bon nombre de policiers, nous avons fait le choix d’une
approche réfléchie, s’appuyant sur une base rationnelle. Dans cet ordre d’idée, une
bonne communication est un facteur de succès. Les politiques ne se retournent plus
sur une manifestation ou une grève. « Demain est un autre jour. », c’est ainsi qu’ils
réfléchissent. Je suis bien plus pour des actions ponctuelles. Et nous devons aussi
réfléchir profondément à de nouvelles formes d’action. »
Vincent Houssin : « Nous avons affaire à un
« gouvernement de la hache ». Il ne cherche pas des
solutions aux problèmes, il évacue les problèmes. »
Ce comportement insensible des politiques à l’égard du syndicalisme n’estil pas à mettre en corrélation avec l’arrivée d’un nouvel acteur dans ce gouvernement, la N-VA, qui n’est pas vraiment « orientée syndicalisme » ?
Vincent Houssin: « Pour notre part, nous ne faisons pas de politique. Nous soutenons les bonnes propositions tandis que nous flinguons les mauvaises. Et je prends
en exemple notre réaction à la « proposition » idiote de l’Open Vld à propos d’un accès
facilité à la police pour les allochtones sans diplôme afin d’y venir à mi-temps comme
stagiaire. Je constate pourtant que ce genre d’attaques est plus systématique de la
part de la N-VA. Et je renvoie à leur proposition de suppression de la gratuité des soins
médicaux des policiers. S’ils ne l’admettront jamais à la N-VA, il y a clairement une
stratégie derrière cette « proposition ». Il s’agit d’une mentalité visant à semer la discorde dans une approche populiste. Et en plus, nous avons à faire avec un « gouvernement de la hache ». Il ne cherche pas de solutions aux problèmes, il évacue les problèmes. Nous avions des attentes énormes de ce gouvernement en matière d’investissement dans la sécurité. S’il y en a un qui a désinvesti et continue à désinvestir,
c’est bien celui-ci. Il n’y a encore jamais eu aussi peu d’incorporations de nouveaux
policiers. Il y a un véritable problème de mentalité dans ce gouvernement à qui je dis
« Arrêtez de toujours jeter la faute sur vos prédécesseurs. ».
C’est tout de même contradictoire d’avoir un gouvernement qualifiable « de
droite » et donc plus naturellement porteur du principe de ‘law and order’ qui
désinvestit pourtant en matière de sécurité.
Vincent Houssin: « C’est malheureusement bien la réalité. »
Vincent Gilles: « Et il m’apparaît que le côté francophone de ce gouvernement laisse
faire. On peut en conclure que le MR n’est pas non plus désireux d’investir en matière
de sécurité. »
Il nous faut aborder ici le niveau de la menace des dernières semaines. Nous
avions l’impression, après les attentats de Paris, que le gouvernement et en
particulier le ministre de l’Intérieur (NDLR : Jan Jambon, N-VA), avait bien
des critiques sur l’organisation de la police locale et surtout sur Bruxelles.
Comment vos membres ressentent-ils la chose ?
Vincent Gilles: « Après ces attentats, il est enfin apparu que le politique avait exigé
un trop grand effort d’économie en matière de sécurité. À leur étonnement feint, on a
pu voir combien les politiques peuvent être hypocrites. Je crois que la chasse aux responsables, de préférence hors de la classe politique, est maintenant ouverte et il va
y avoir des porteurs de chapeau. »
Vincent Houssin: “Ce serait évidemment une faute que de chercher des responsables en ce moment. Et il faut bien concevoir qu’on ne maitrisera jamais complètement
le terrorisme. Qui dit le contraire ment ! Même les responsables gouvernementaux
admettent que le risque zéro n’existe pas. Ce serait donc facile de chercher ce porteur
de chapeau ailleurs. Il s’agit en fait de la conjonction de circonstances dont il faut
tirer les leçons. Ainsi, il faut faire quelque chose contre la carence en personnel et
matériel. Une chose est certaine : la motivation des policiers est bien là. Vous devez
savoir que certains collègues vont jusqu’à installer un lit de camp dans leur bureau
pour être prêts à l’ouvrage plus vite le lendemain. Et on viendrait montrer du doigt ces
personnes de courage ? Ce serait scandaleux. Cependant, nous enendons que certains
se laissent aller à des déclarations « fortes » mais inutiles du genre « On va nettoyer
Molenbeek » ; « On va faire du porte à porte pour contrôler tout le monde. ». Le ministre de l’Intérieur sait-il seulement où se trouve Molenbeek sur une carte ?
Vincent Gilles:
« Les contrôles alcool sont nécessaires, mais la population
doit savoir que les policiers sont sur les genoux. »
Tandis que toutes les forces encore disponibles sont investies dans la lutte
contre le terrorisme, on annonce une opération BOB d’envergure. Y a-t-il
encore assez de monde à la police pour assurer toutes ces priorités ?
Vincent Gilles: « Vous mettez le doigt sur le problème qui est bien celui du ministre. Il
ne semble pas oser poser des choix et fait des promesses de capacités supplémentaires
à tout le monde. Mais ça concerne toujours les mêmes capacités ! Si les contrôles alcool
sont nécessaires, la population doit savoir que les policiers sont sur les genoux. »
L’autorité a donc un double discours vis-à-vis de la police : d’un côté, elle
félicite les policiers pour leur travail dans la lutte contre le terrorisme ; et de
l’autre côté, elle attaque le statut des membres du personnel de ce secteur.
À un moment donné, elle devra poser un choix. La sécurité n’a pas de prix.
Vincent Gilles: « Hypocrisie politique, c’est un fait une nouvelle fois ! Et cette hypocrisie est partagée par tous les partis de la majorité, c’est un autre fait. C’est vrai :
d’un côté, on nous félicite et de l’autre, on coupe dans notre statut. De ce côté, cela
nous écarte du statut des autres forces de police en Europe, et de l’autre côté, cela
répond à notre revendication de reconnaissance de métier dangereux. Ce que normalement, je pense, nous ne devrions plus avoir à démontrer. »
Un grand merci pour cet éclairage.
Texte : Bert CORNELIS
Photos : Marc SMITS
police
SLFP
6
A R G U M E N T · JA N V I E R 2 0 1 6
EuroCOP : Dublin Congress
Du 16 au 18 novembre 2015 nous avons été accueillis par nos
collègues irlandais pour le « Dublin Congress » d’EuroCOP.
Les journées s’annonçaient remplies puisque les élections d’un nouveau « Executive
Comittee » d’EuroCOP étaient programmées.
Les événements récents survenus à Paris et la menace de terreur qui règne partout
en Europe n’ont pas facilité les choses. On a entamé ce congrès avec une minute de
silence pour toutes les victimes !
Le congrès profitait d’une large attention dans toute la presse irlandaise à cause de
ces derniers incidents. À Dublin Castle, où le congrès a eu lieu, beaucoup d’interviews
ont été sollicitées par la presse. Puisque la Belgique était au cœur de la tempête, on
a demandé aux représentants belges de prendre position dans cette problématique.
Nous n’avions qu’à répéter le mantra depuis des années de notre direction nationale :
des années d’économie et de parcimonie ont généré un déficit qui ne nous permet
plus de gérer adéquatement cette problématique. Le soir, ces témoignages ont été
diffusés à la télévision irlandaise.
Une fois de plus une épreuve qu’EuroCOP gagne de la notoriété générale. Ceci est dû
aux efforts des dernières années. Dirigé par Anna NELLBERG on a gagné du terrain et
du renom au sein de l’Union d’Européenne. Merci !
Après une élection excitante et réfléchie on notait les résultats suivants :
"On ne peut jamais accepter que la terreur règne sur nos vies et anéantit notre culture!
Président : Angels BOSCH / Espagne / Sindicat de Policies de Catalunya
1er Vice-Président : Roger MERCATORIS / Belgique / SLFP police
Vice-Président : Calum STEELE/ Écosse / Scottish Police Federation
Trésorier: Mark NELSON/ Royaume Uni / British Transport Police Federation
Membre du comité : Georgis STAMAKAKIS / Grèce / Panhellenic Federation Pol
Membre du comité : Milan STEPANEK / Tchéquie / NOSP
Auditeur: Henry J. BAUTISTA / Gibraltar / Gibraltar Police Association
C’est l’obligation de tous les gouvernements de prendre soin de la sécurité de leurs
citoyens et la manière la plus simple et efficace est de munir les service de la police
d’assez de moyens pour faire face aux besoins. L’angoisse n’arrêtera pas le danger et
aucun service de renseignement ne peut garantir un monde libre de ces assauts barbares. Seule une police bien équipée et soutenue par toutes les communautés peut
déjouer ces attaques.
Il est important de protéger les pierres angulaires de notre structure libre et démocratique. Les citoyens de l’Europe doivent continuer à réagir fermement contre tous
ceux qui s’avèrent intolérants et qui menacent nos chères libertés.
Des événements à Hannover, Saint-Denis et Molenbeek qui ont mené à l’arrestation de suspects des attentats du 13 novembre à Paris, ont engendré de graves
blessures chez des collègues ainsi que la mort d’un chien de police. Ces incidents
nous rappellent que les policiers se rendent quotidiennement, avec beaucoup de
courage, dans les situations les plus dangereuses afin d’éviter que d’autres ne doivent s’y rendre. Tous les Européens doivent leur être reconnaissants?
Malheureusement, nous n’avons besoin de ces gens courageux. Il faut cependant
veiller à ce que TOUS les services de la police collaborent comme jamais auparavant.
Les évènements récents ont prouvé que la terreur ne connaît pas de frontières. Plus
que jamais nos services de police doivent collaborer pour faire face à cette nouvelle
réalité.
Angels BOSCH
Président EuroCOP
Comme vous pouvez le constater notre Roger MERCATORIS a été élu 1er
Vice-Président d’EuroCOP. C’est une preuve que le dur labeur et la sincérité
sont encore récompensés.
En regard de la gravité de la situation, le nouveau président Angels
BOSCH a diffusé son premier communiqué de presse. Un résumé :
Le SLFP Police continuera plus que jamais le combat pour assurer les droits de nos
collègues même dans les temps difficiles d’aujourd’hui.
Peter SMETS (Délégué SLFP Police-Délégué EuroCOP)
police
A R G U M E N T · JA N V I E R 2 0 1 6
7
SLFP
Régime de fin de carrière du cadre opérationnel
Le 25 novembre 2015, l’Arrêté Royal en matière du
régime de fin de carrière pour les membres du personnel du cadre opérationnel de la police intégrée a été
publié au Moniteur Belge.
Il est impossible de donner une explication sur mesure
de la carrière de chaque policier : vous êtes tous différents. L’AR prévoit tout d’abord une possibilité statutaire de solliciter, à partir de 58 ans, une fonction adaptée. Cette demande doit suivre une procédure nationale
de réaffectation, sous la supervision de commissions
locales.
Une base de données reprenant des fonctions adaptées,
pour lesquelles l’autorité s’est engagée, n’est pas
encore opérationnelle.
Un deuxième volet prévoit un système de non-activité
préalable à la pension (NAPP). Cette possibilité est
ouverte aux membres du personnel du corps opérationnel qui avaient un âge préférentiel de 54, 56 ou 58 ans
AVANT le 10/07/2014. Trois conditions sont arrêtées afin
de pouvoir bénéficier de ce système :
3 Avoir atteint l’âge préférentiel de 54, 56 ou 58 ans
ou avoir une ancienneté auprès de la Fonction
publique de 33,5 ans ;
3 Au début de la non-activité, compter au moins vingt
années de service dans le secteur public admissibles
pour l’ouverture du droit à la pension, à l’exclusion
des bonifications pour études et autres périodes
prises en compte pour la fixation du traitement ;
3 À la fin de la non-activité - ayant une durée maxi-
male de 4 ans - satisfaire aux conditions pour prétendre à la pension anticipée , telles que prévues à
l’article 46 de la loi du 15 mai 1984 portant sur les
mesures d’harmonisation dans les régimes de pensions.
Durant cette période, les bénéficiaires percevraient un
traitement d’attente : 74% si la carrière est complète,
mais qui sera diminué si la carrière n’est pas complète.
Une exception est prévue pour les officiers qui, en date
du 10/07/2014 bénéficiaient d’un âge préférentiel de 58
ans : ils ne peuvent pas bénéficier de la NAPP avant 60
ans.
Cette disposition n’a évidemment rien à voir avec le
fameux article 88/1, qui concerne « ceux qui auraient pu
demander leur pension au moment de l’arrêt mais ne
l’avaient pas encore fait » en restaurant leur droit.
La non activité préalable à la mise à la pension (NAPP)
n’est malheureusement pas une mesure “en régime”.
Dans le rapport au Roi, il est noté que les mesures de fin
de carrière seront maintenues jusque fin 2019 et que,
par après, elles peuvent être prolongées d’année en
année, jusqu’au moment où un régime propre de fin de
carrière sera valable pour tous les régimes des départs
préalables à la pension pour le secteur public fédéral,
conformément à l’accord gouvernemental et après que
des discussions aient eu lieu au sein du Comité National
de Pension au sujet des métiers lourds.
Rappelons par la même occasion l’interview du mois
d’avril avec le Ministre de l’Intérieur, dans l’émission du
‘Zevende Dag’ (VRT).
Le Ministre parlait d’une mesure provisoire, qui en plus
est ramenée à 59 endéans les deux ans: “d’ici là, nous
aurons une vue sur la réforme globale des pensions et
tout le monde saura où il se retrouve dans le régime
définitif”.
Une autre citation prévoit encore de moins bonnes nouvelles: « ce sera à l’âge de 59 ans, mais quelque chose
me dit que dans la réforme globale, cet âge sera augmenté ».
Pour plus d’information au sujet des fonctions adaptées
et le régime de non activité préalable à la pension
(NAPP), nous faisons référence aux Infonouvelles n°
2352 du 25 novembre 2015 et à la publication de
l’Arrêté Royal au Moniteur Belge.
Sur le site internet du secrétariat social (www.ssgpi.be
– votre salaire – simulation de traitement d’attente),
vous pouvez faire un calcul individuel de votre traitement d’attente durant la période de NAPP.
Si vous avez des questions spécifiques au sujet du
régime de non activité préalable à la pension (NAPP) ou
de votre pension, n’hésitez pas à envoyer un mail à
l’adresse suivante : pension@slfp-pol.be.
Vincent GILLES, Président National
Vincent HOUSSIN, Vice-Président National
Dossier « agents de police »
Sur la tantième demande du SLFP Police, l’autorité a
enfin expliqué les procédures actuelles du recrutement externe et de la promotion interne du cadre des
agents de police.
Les statistiques des dernières années montrent que
25 à 30 % des participants à la promotion sociale ont
réussi les épreuves donnant accès au cadre de base.
Les raisons d’échec les plus importantes sont les suivantes : un manque de connaissances professionnelles, une maîtrise insuffisante de la langue maternelle, une mauvaise gestion du stress, l’absence d’une
motivation valable pour la promotion au grade d’inspecteur, une inaptitude à la réalisation de tâches plus
complexes, et le fait que le jury ait basé sa décision
sur les seuls résultats des épreuves passées le jour
même.
L’autorité exprime sa volonté de promouvoir le passage
d’agents au cadre de base. Dans ce but, elle propose
de prendre sept initiatives :
3 le développement d’un trajet de pré-coaching en
collaboration avec l’unité ;
3 l’organisation d’une formation visant à mieux préparer les membres du personnel aux épreuves ;
3 mettre le T-score aux épreuves de cadre au même
3
3
3
3
niveau que le score aux épreuves des autres
cadres ;
la suppression du jury ;
la professionnalisation de l’avis du chef de corps ;
l’élimination d’un concours ;
I’octroi d’un brevet à durée indéterminée à chaque
participant ayant réussi les épreuves, lui permettant de postuler pour la formation de base pour
inspecteur de police.
En ce qui concerne surtout I’octroi d’un brevet à durée
indéterminée, il y a eu beaucoup de débat puisque le
SLFP Police voulait surtout éviter que les membres du
personnel ne puissent pas faire valoir et valoriser leur
brevet. Au final, l’autorité souhaite que tout agent qui
obtient le brevet s’engage ensuite dans la formation de
cadre de base. Le nombre d’agents de police qui pourront suivre une formation annuellement sera inclus
dans le contingent de recrutement calculé chaque
année pour la formation INP.
Les frais de cette formation seront à charge du fédéral.
Les agents de police suivront une formation complète
dès lors que celle-ci a été l’objet d’une refonte totale.
En ce qui concerne le volet “Armement”, l’autorité
considère qu’à l’avenir, tous les nouveaux agents de
police doivent être armés (d’une arme à feu).
Pour les actuels agents de police de la police locale, ce
sera l’autorité locale (bourgmestre ou collège de
police) qui prendra la décision d’armer ou de ne pas
armer. Le membre du personnel peut refuser d’être
porteur d’une arme si cela relève de son choix de carrière d’origine, à savoir une fonction non-armée.
L’autorité s’engage à nous présenter des textes à la
négociation pour la fin janvier 2016.
Il n’y aura dès lors plus de réunion du GT « Agents de
police ».
Le SLFP Police a tenu parole et a amené – seul - le
dossier “Agents de police” à la table de négociation.
Les propositions concernant la promotion sociale et
l’armement solutionnent une grande partie du problème. On attend donc les projets de texte avec un certain enthousiasme car le SLFP Police veut mener ce
dossier à bonne fin ! On vous tient au courant !
Vincent GILLES (Président National)
Vincent HOUSSIN (Vice-Président National)
police
SLFP
8
A R G U M E N T · JA N V I E R 2 0 1 6
Prudemment positif !
Le SLFP Police exigeait 100 millions comme étant le
montant minimum pour rééquilibrer la police intégrée
et particulièrement pour sauver la police fédérale de la
faillite, garantissant ainsi un service policier à la population et la sécurité maximale des citoyens … Le gouvernement semble avoir eu le courage et la lucidité
d’aller encore plus loin.
Le SLFP Police est très content de cette décision mais
reste vigilant, voire prudent ; dans le passé beaucoup
de promesses n’ont pas eu d’exécution ou de contenu
concret. Ainsi le SLFP Police a insisté sur un contact
avec le Ministre de l’Intérieur EN PERSONNE pour
entamer la discussion sur la répartition de ce budget
extraordinaire.
Notre vision à ce sujet est la suivante :
1. Injection urgente auprès de la Police Fédérale
La Police Fédérale est confrontée à un manque de personnel de 12 % (détachés inclus). Si on retire la réserve
générale (1100 FTE), on arrive vite à un manque de 20 %.
Une concertation nous a d’ailleurs appris que même 500
personnes devraient être ‘glissées’ du groupe des détachés, qui sont pourtant plus que nécessaires dans l’opérationnel.
2. L’effectif du personnel de la Police Fédérale
A côté de l’injection urgente dont il était question ci-
dessus, il faut prévoir des moyens qui permettront de
mettre l’effectif du personnel de la Police Fédérale à
niveau – conformément au TO3 après optimalisation. On
parle ici de 12 % ou 1500 FTE.
3. Procédure et achat de moyens
Les moyens nécessaires ne servent pas uniquement à
remettre la logistique de la Police Fédérale tout à fait à
niveau (aussi bien l’équipement spécial et les armes que
de simples pantalons), mais une modification des procédures laborieuses est aussi plus que nécessaire.
La Police doit avoir la possibilité de pouvoir acheter du
matériel de façon bien plus souple par rapport aux procédures actuelles si laborieuses. Pour le moment, certaines procédures de marché durent plus d’un an et
demi, de façon telle que le matériel n’est pas disponible
lorsqu’on en a besoin. En ce qui concerne les achats et
les investissements, le SLFP Police propose de travailler sur un budget pluriannuel permettant de puiser dans
des fonds accumulés lorsque certains achats et investissements urgents doivent être effectués.
4. Statut et armement agents de police
Suite aux incidents de Verviers, le Ministre de l’Intérieur
a créé un groupe de travail au sujet du statut et de l’armement des agents de police (cfr. article). Très satisfaits des premiers résultats de ces discussions le SLFP
Police insiste sur le fait que ces discussions doivent très
rapidement être poursuivies, de façon telle que ce dossier puisse être finalisé, que les décisions politiques
nécessaires puissent être prises et que les moyens
financiers nécessaires pour la formation et l’armement
puissent également être libérés.
5. Recrutement annuel
Afin de pouvoir arrêter l’hémorragie auprès de la Police
Intégrée, le gouvernement précédent a engagé 1450
nouvelles recrues sur la dernière année. Il s’agit du
nombre nécessaire afin de pouvoir compenser les
départs annuels. Le nombre de nouveaux recrutements
doit être ramené à ce niveau.
A côté de cela, un effort complémentaire sera nécessaire afin de pourvoir au manque de personnel de 3000
FTE auprès de la Police Intégrée. Cet effort supplémentaire doit être fourni de façon prioritaire pour la Police
Fédérale (cfr point 2) et les grandes zones de Police qui
ont, ces dernières semaines, aussi régulièrement dû
tirer à la sonnette d’alarme.
Le SLFP Police espère que l’autorité va tenir compte de
ces revendications et que les points repris ci-dessus
feront partie d’une concertation constructive avec le
Ministre de l’Intérieur.
Vincent GILLES (Président National)
Vincent HOUSSIN (Vice-président
ordre judiciaire
Pleins pouvoirs à la magistrature
Après les ‘pots-pourris’ 1 et 2, nous en sommes au numéro 3. Avec les modifications proposées dans cette loi, les
“rêves éveillés” de la magistrature deviendront à l’avenir réalité. Il est en outre regrettable de devoir constater que
certaines organisations du personnel non-représentatives suivent en aveugle la magistrature, uniquement pour
défendre leurs propres intérêts, et non ceux de la totalité du personnel.
En effet: dorénavant, les comités de direction (à
savoir la magistrature) auront tous les pouvoirs. C’est
la porte ouverte à un retour à un temps révolu depuis
une bonne vingtaine d’années, le principe “les amis
de mes amis” était souvent la condition pour occuper
une place vacante.
Mais cela n’est pas tout. Le ‘pot-pourri’ 3 nous
réserve encore bien d’autres surprises:
3 la mutation perd toute sa valeur, car pour l’occupation des places vacantes, celle-ci ne sera plus
prioritaire, et le délai est porté à 3 ans ;
3 la mobilité: on s’occupe de la mobilité des SPF
vers l’OJ et vice versa. Cependant il n’est apparemment pas possible de promulguer les deux
arrêtés en même temps.
3 évaluation: le magistrat pourra intervenir en tant
que supérieur fonctionnel ou hiérarchique;
Quoi qu’il en soit, je peux dire que le SLFP Ordre judiciaire n’accepte pas ces propositions, et a signé un
protocole de non-accord.
A quoi devons-nous encore nous attendre ? A un ‘potpourri’ 4 qui proposera un masterplan pour les bâtiments.
Nous sommes curieux de voir si, au cas où des bâtiments devront être fermés, cela se fera sur une base
objective (état des bâtiments, impact sur la vie
sociale du personnel, etc.) ou si cela se fera par un
marchandage politique.
Le passé nous a appris que c’était la politique qui
décidait, sans tenir compte du Bien-Être du personnel
qui y travaille.
Nous restons attentifs et agissons dans votre intérêt.
Guy VAN CAUWENBERGHE
Président SLFP Ordre judiciaire
afrc
Administrations Fédérales, Régionales et Communautaires
A R G U M E N T · JA N V I E R 2 0 1 6
9
SLFP
SECRÉTAIRE PERMANENT POUR LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE
(M/F – TEMPS PLEIN) – LIEU DE TRAVAIL : BRUXELLES
Conditions de participation :
Membre du personnel statutaire ou contractuel (CDI) de niveau A, B ou C d'un
organisme public de la Région de Bruxelles-Capitale.
Affilié depuis trois ans au moins au 1er décembre 2015 et être en règle de cotisation.
Sont des atouts :
La connaissance des statuts de la Région de Bruxelles-Capitale et d'autres
règlementations (Bien-être au travail, égalité des chances, discrimination …).
La connaissance du français et du néerlandais,
la participation à des réunions de Comité de Concertation de Base (CCB).
L'assertivité, la disponibilité, l'esprit d'équipe, le sens des responsabilités, la
réactivité, l’autonomie, la connaissance des logiciels Word, Excel, Powerpoint,
internet, agenda et messagerie électronique.
Fonction :
Assurer la représentation de notre organisation et la défense des dossiers lors
des réunions de concertation et négociation du secteur XV. Accompagnement
des comités et des affiliés et défense de ceux-ci en cas de litige, etc.
Les candidatures peuvent être adressées avant le 1er février 2016,
accompagnées d’un CV et d’une lettre de motivation à l’attention de
monsieur Jos Mermans, Président national du SLFP-AFRC, Boulevard
Baudouin, 20-21 à 1000 Bruxelles.
Des renseignements complémentaires peuvent être demandés auprès de :
Monsieur Luc BESSEM - Dirigeant responsable - 02/2042135 - 0499/966307 - lbessem@sprb.brussels
Monsieur Yves LATINIE - Mandataire permanent - 02/2042710 - 0475/970481 - yves.latinie@slfp-g2.eu
AU SERVICE DE NOS AFFILIÉS
Les permanents et des détaches du SLFP de la Communauté française couvrent chacun les dossiers généraux liés à la Communauté française au
niveau du Comité de secteur XVII ainsi qu’au niveau du Ministère du Comité Intermédiaire de Concertation et des affaires liées au Secrétariat général
Françoise
REMY
Secrétaire
permanente
francoise.remy@slfp-g2.eu
0472/02.81.82
et plus spécifiquement
Ministère - Culture
ONE - ETNIC - IFC
Daniel
FALISE
Secrétaire
permanent
daniel.falise@slfp-g2.eu
0477/90.09.39
et plus spécifiquement
Ministère - Infrastructure
Ministère – Aide à la jeunesse
Ministère – Maisons de Justice
CSA - ARES
Anita
BONTEMPS
Secrétaire
permanente
anita.bontemps@slfp-g2.eu
0471/34.45.81
et plus spécifiquement
Ministère – Sport
Ministère – Enseignement
Christel
DEVIGNE
Détachée
christel.devigne@slfp-g2.eu
0471/20.96.50
et plus spécifiquement
ONE
JAN HEUKER, DÉPART À LA PENSION LE 1ER DÉCEMBRE 2015
La carrière de Jan Heuker commence en 1976 au Moniteur Belge, auprès du
Ministère de la Justice. En 1980, il travaille au service de la Cour d’Arbitrage
et de la Cour de Cassation et au cours de la période 1981-1983, il est rapporteur pour la Chambre et le Sénat (questions parlementaires).
Jan Heuker devient délégué du SLFP en 1998 et en 1999, il est Président du groupe
Justice comité technique secteur 3. Il a également été membre du comité de Conseil
du service social et membre du Conseil départemental des Recours pour le SLFP.
De 2004 à 2012, Jan a travaillé à l’Administration centrale SPF Justice à Bruxelles, à
la cellule Communication, en tant qu’ assistant aux Services du Président et collaborateur à Just News. Il terminera sa carrière comme collaborateur au greffe de la prison de Gand.
Nous connaissons Jan Heuker comme un délégué
chevronné, intègre et actif auprès du secteur
Justice dont il a été le président jusqu’à l’année
passée.
Les membres du SLFP secteur Justice souhaitent
à Jan beaucoup de succès dans sa nouvelle vie.
Nous lui souhaitons également de continuer à goûter les bons vins, la gastronomie et
les petits voyages-découvertes avec son épouse Michelle.
Merci encore à Jan pour son dévouement fidèle à la défense des intérêts du SLFP, tant
dans les domaines sociaux que dans l’administration de la Justice et cela pendant de
longues années.
la poste
SLFP
10
A R G U M E N T · JA N V I E R 2 0 1 6
Adieu 2015, en route vers 2016
Chaque année à cette époque on tire traditionnellement le bilan de l’année écoulée. 2015 fut une année charnière
au cours de laquelle de nombreux dossiers importants ont été passés en revue. Songez au dossier NRS (new retail
structure) et à l’ouverture prolongée! Alpha, le dossier MSO (mail service organisation), le contrat de distribution
des journaux, le Contrat de Gestion, et enfin l’adaptation de la loi de 1991 relative aux entreprises publiques!
HA
ALP
NRS à la recherche de bon sens
Juste avant la fin de l’année, la direction de la NRS,
après une longue insistance de la part du SLFP et d’autres, a décidé d’adapter le nombre de guichets mis en
ligne avec une ouverture prolongée aux besoins et de
fermer à nouveau plus tôt quelques bureaux pour lesquels il a été démontré que l’ouverture prolongée
n’avait pas de sens. La nécessité d’être plus accessible
pour l’enlèvement des paquets est réelle, mais pas partout dans la même mesure. Une organisation axée sur
la clientèle, pour être fidèle à son nom, doit évidemment tenir compte du flux de clientèle et de ses
besoins. Une mesure linéaire comme celle prise par
bpost n’est généralement pas la meilleure formule.
Nous avions averti l’entreprise dès le début. Un premier
pas a été fait vers une organisation véritablement
adaptée aux besoins.
dant un important bagage d’expérience au sein de l’entreprise et connaissant les sensibilités, ont choisi de
quitter bpost, avant même qu’ils soient soumis à un
screening. Ce n’est pas difficile, il est toujours préférable de quitter son job dans une position de force. Un
nombre inédit de membres du personnel a dû solliciter
à nouveau un emploi au sein de l’entreprise et quelques
centaines de jobs ont disparu, ou disparaissent à
l’Administration Centrale. Une direction réduite tient la
barre et d’autres personnes prennent les choses en
main. Mail et Parcels se sont chacun vu attribuer leur
directeur. Espérons que ce ne soit pas pour les séparer.
Parcels est d’ailleurs l’avenir de Bpost et donc du personnel. Nombreux sont ceux pour qui l’avenir est incertain, pour d’autres ce dossier représentait une opportunité pour mettre fin un peu anticipativement à leur carrière.
Alpha : drame ou opportunité?
Un deuxième dossier qui a fait l’objet d’une préparation pendant de nombreux mois l’année dernière était
Alpha. De nombreux visages connus, des gens possé-
Le contrat de distribution des journaux, pas
gagné d’avance
Le contrat de distribution des journaux est acquis, mais
pas sans peine, même si les concurrents ont lâché prise
l’un après l’autre avant même que la décision définitive
soit prise. Nous ne pouvons toutefois pas crier victoire, car
à certains endroits d’un intérêt stratégique la concurrence
a pu enlever une partie du marché des journaux. D’ailleurs
le contrat ne signifie pas que nous puissions distribuer
TOUS les journaux, mais que nous sommes le “dernier
recours“ pour les éditeurs. Les éditeurs choisissent le
partenaire auquel ils confient la distribution des journaux,
mais là où il n’y a personne pour les distribuer, bpost est
obligée de s’en charger. Bpost bénéficie pour cela d’une
compensation. Pour garder le plus grand nombre possible
de journaux au sein de Bpost il fallait un deuxième pilier,
à savoir rendre meilleur marché la distribution des journaux par les facteurs.
Le dossier MSO, bien plus complexe que
simplement les compensations du samedi.
Voilà pourquoi bpost avait entamé dès 2013 le débat sur
la suppression des compensations du samedi.
C’est devenu du coup le plus grand dossier achevé cette
année. Le débat a été mené non seulement sur la compensation du samedi, mais aussi à propos du dimanche,
la poste
A R G U M E N T · JA N V I E R 2 0 1 6
de la titularisation, d’une solution pour les temporaires et
de l’organisation convertible dans les centres de tri. Tout
cela a débouché sur des discussions enflammées, des
débats difficiles et surtout beaucoup de désinformation,
des demi-vérités et finalement sur des arrêts de travail
(inutiles) dans les centres de tri. Nous avons opté pour la
sauvegarde de l’emploi. Il y a encore toujours quelque
25.000 foyers qui doivent vivre d’un revenu venant de
bpost. La concurrence se base sur d’autres normes, d’autres conditions de mise au travail, mais elles ne sont
certes pas meilleures. Le dossier MSO était bien plus
complexe que simplement la problématique du samedi.
Si on ne retire que cet élément, c’était effectivement un
dossier totalement négatif, mais il y avait bien plus dans
cet ensemble. Les prochains mois indiqueront si nous
avons pris la bonne décision. Il ne s’agit pas d’une victoire
qui doit nous rendre euphoriques, mais d’un choix mûrement réfléchi entre un compromis acceptable ou la perte
de milliers de jobs. Un dernier dossier a encore été ajouté
qui ne touche qu’une population réduite, mais pas rien
qu’un peu: les call centers. Là aussi une centralisation se
prépare. Les distances que certains collaborateurs
devront parcourir s’ils veulent garder leur job au call center sont déraisonnables. Au moment de mettre sous
presse, on était encore en pleine négociation.
Le contrat de gestion et la pression de la
concurrence
Bpost a pu conclure un nouveau contrat de gestion avec
l’Etat et pas seulement pour 3 ans, comme le voulait la
concurrence, mais pour 5 ans. Quelques éléments
importants dans ce contrat sont entre autre le maintien
du nombre de vrais bureaux de poste avec du personnel
de la poste. Pas de démantèlement du réseau. Paiement
des pensions. Rôle social du facteur, etc. Le contrat de
distribution des journaux a été sorti du contrat de ges-
11
SLFP
tion et fait désormais partie d’une convention séparée.
Ceci est aussi valable pour le service universel.
En route vers la privatisation par l’adaptation
de la loi de 1991?
L’adaptation de la loi de 1991 relative aux entreprises
publiques ouvre la porte à la poursuite de la privatisation de ces entreprises, et donc aussi de bpost. Ceci
met un point final au régime de personnel statutaire.
Cela ne signifie pas que demain il n’y aura plus de personnel statutaire au sein de Bpost, mais que la réduction du nombre de statutaires se poursuit inexorablement. Le SLFP veillera à ce que les droits acquis des
membres du personnel ne soient plus diminués. Mais
notre fonctionnement pourrait aussi changer. Election
sociale au lieu du comptage, d’autres structures, d’autres règles de concertation/négociation…Le SLFP s’y
prépare aussi.
MEILLEURS VŒUX POUR 2016!
En conclusion encore un message pour le monde politique.
Les fonctionnaires, et donc aussi les postiers, ont continué d’effectuer consciencieusement leur job dans des circonstances très difficiles. Ils étaient à leur poste
à la POSTE! Ce sentiment du devoir est enraciné chez le personnel de la fonction
publique. Cessez de presser le citron! Veillez à une répartition équitable de la
richesse! Menez la lutte contre l’exploitation! Veillez à ce que chacun puisse
mener une existence dans la dignité! Ce n’est que de cette manière que l’économie pourra à nouveau croître. Pas avec de faux indépendants, pas avec des jobs
du type hamburger, pas avec le dumping social, mais en construisant une société
saine où il fait bon vivre pour chacun.
D’ailleurs :
Uni, libre et social, c’est le coeur d’un libéral!
Marc DE MULDER
Président SLFP groupe Poste
Mais que pouvons-nous attendre de cette année?
L’élaboration du plan 2020 progresse régulièrement. L’une ou l’autre
modification peut encore intervenir en fonction de l’évolution du marché,
mais les grandes lignes sont tirées. Le nouveau centre de tri de Bruxelles
X à Neder-Over-Heembeek prend peu à peu forme et sera progressivement opérationnel à partir de 2017.
Si bpost respecte sa parole, le calme devrait revenir dans les bureaux avec des
organisations stables, une semaine de travail de cinq jours pour tout le monde
avec une compensation pour ceux qui exceptionnellement doivent travailler un
sixième jour. La lutte pour une part de marché plus importante dans le secteur
des paquets restera un défi pour MSO aussi bien que pour MRS.
Une nouvelle CCT doit améliorer le sort du personnel. Les négociations doivent
encore commencer. Les postiers doivent à nouveau avoir envie de travailler, se
sentir bien au travail et chez eux. Ce n’est possible que s’ils sont traités honnêtement, s’ils peuvent gagner leur pain dans des conditions humaines et en respectant leur vie de famille après leur travail. C’est ce que je souhaite avec une bonne
santé à tous nos affiliés et à leurs familles.
COTISATIONS SYNDICALES
MENSUELLES POUR 2016
Les cotisations syndicales mensuelles pour 2016 restent inchangées:
Cotisation complète :
Cotisation temps partiel :
Congé préalable à la pension :
pension (Le Cornet Bleu) :
14,00 €
11,00 €
7,00 €
5,00 €
Les formulaires pour la prime syndicale sont envoyés en début d’année.
Transmettez votre formulaire de demande de prime syndicale dès que
possible à nos services. Plus tôt nous avons votre formulaire, plus tôt
nous pouvons le traiter.
proximus
SLFP
12
A R G U M E N T · JA N V I E R 2 0 1 6
Jours fériés et repos compensatoire en 2016
La période des fêtes passées, il est déjà temps de penser à prendre ses dispositions pour
planifier ses périodes de congé. Pour vous y aider, vous retrouvez ce mois-ci, comme
chaque année, les jours de congés fériés ainsi que les périodes de repos compensatoire.
JOURS FÉRIÉS LÉGAUX ET JOURS FÉRIÉS À COMPENSER
Jour de l’An
Vendredi
Lundi de Pâques
Lundi
Fête du travail
Dimanche
Ascension
Jeudi
Lundi de Pentecôte
Lundi
Fête Nationale
Jeudi
Assomption
Lundi
Toussaint
Mardi
Armistice
Vendredi
Noël
Dimanche
1er janvier
28 mars
1er mai
5 mai
16 mai
21 juillet
15 août
1er novembre
11 novembre
25 décembre
Le 1er mai et Noël tombent un jour d'inactivité. Conformément à la loi du
4 janvier 1974 relative aux jours fériés, ces jours doivent être remplacés par
des jours d'activité. Ces jours de compensation seront ajoutés au congé de
vacances.
LES JOURS FÉRIÉS EXTRA-LÉGAUX
22 juillet (après-midi)
2 novembre
15 novembre
26 décembre
Vendredi
Mercredi
Mardi
Lundi
Les deux jours et demi de compensation pour l'après-midi du 22 juillet, le
2 novembre et le 15 novembre seront ajoutés au congé de vacances.
Le 26 décembre tombe un lundi et sera dès lors attribué le jour même.
Les jours de compensation pour les jours fériés extralégaux sont accordés
selon le choix du membre du personnel dans le respect des exigences du
service et comme le prévoit le règlement des absences.
Repos compensatoire (RC 38), fixation des dates des périodes
Dates de début et de fin pour les périodes dans lesquelles le repos compensatoire obligatoire doit être accordé.
RÉGIME DE 40 H/SEMAINE
DU
0
27/12/2015
1
24/01/2016
2
21/02/2016
3
20/03/2016
4
17/04/2016
5
15/05/2016
6
12/06/2016
7
10/07/2016
8
07/08/2016
9
04/09/2016
10
02/10/2016
11
30/10/2016
12
27/11/2016
13
25/12/2016
AU
23/01/2016
20/02/2016
19/03/2016
16/04/2016
14/05/2016
11/06/2016
09/07/2016
06/08/2016
03/09/2016
01/10/2016
29/10/2016
26/11/2016
24/12/2016
21/01/2017
proximus
A R G U M E N T · JA N V I E R 2 0 1 6
Les membres du personnel qui effectuent des prestations réduites (règlement des absences ou interruption de carrière) et qui prestent des journées complètes dans un régime de travail à 4/5 avec comme horaire de
base la semaine de 40 heures bénéficient d'un jour de repos compensatoire toutes les 5 semaines. Dates de début et de fin pour ces périodes:
DU
27/12/2015
31/01/2016
06/03/2016
10/04/2016
15/05/2016
19/06/2016
24/07/2016
28/08/2016
02/10/2016
06/11/2016
11/12/2016
AU
30/01/2016
05/03/2016
09/04/2016
14/05/2016
18/06/2016
23/07/2016
27/08/2016
01/10/2016
05/11/2016
10/12/2016
14/01/2017
SLFP
REGIME À MI-TEMPS
0
1
2
3
4
5
6
RÉGIME 4/5
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
13
DU
27/12/2015
21/02/2016
17/04/2016
12/06/2016
07/08/2016
02/10/2016
27/11/2016
AU
20/02/2016
16/04/2016
11/06/2016
06/08/2016
01/10/2016
26/11/2016
21/01/2017
Un membre du personnel qui travaille à 4/5 ou à mi-temps sur une base
journalière a droit à un jour de repos compensatoire par période dans son
régime à temps partiel.
Les membres du personnel qui effectuent des prestations réduites (règlement des absences ou interruption de carrière) et qui prestent des journées
complètes dans un régime de travail à mi-temps avec comme horaire de
base la semaine de 40 heures bénéficient d'un jour de repos compensatoire
toutes les 8 semaines. Dates de début et de fin pour ces périodes :
L’équipe du SLFP vous souhaite ses meilleurs voeux pour l’année 2016 !
AVIS IMPORTANT !
L’adresse e-mail du secrétariat national
du SLFP Groupe Proximus est modifiée.
Nouvelle adresse e-mail : slfp.proximus@skynet.be
L’ancienne adresse e-mail slfp.belgacom@skynet.be restera encore
active pendant quelques mois.
Agenda : janvier 2016
Résumé des points qui doivent retenir votre attention : ces différents sujets
traitent directement de matières qui vous concernent.
1) Clôture en ce mois de janvier des demandes d’interruption de carrière à entamer au
1er avril prochain.
a) il peut s’agir de l’interruption de carrière ordinaire pour entamer un mi-temps ou
pour permettre l’accueil d’enfants,
Il importe que le responsable d’équipe et son(sa) collaborateur(trice) définissent
ensemble des orientations tournées vers le futur. Ceci vaut tout autant sur le plan
du développement personnel que pour les matières susceptibles d’amélioration
dans le chef du(de la) collaborateur(trice).
Numéros de téléphone utiles - Site internet « Affinity »
b) ou s’agir de l’interruption de carrière thématique qui porte sur le congé parental.
0800 / 91003: numéro de contact (Ressources Humaines Proximus) pour les
personnes n’exerçant plus d’activité au sein du Groupe (Pensionnés, …)
Contactez pour tous les cas votre service du personnel (0800 ALL HR ou par mail) et
complétez le document A45/1.
1765: numéro de contact pour toute information sur les pensions
2) 01/01 > 29/02 Fixation des objectifs « en cascade » et détermination des objectifs
du personnel de niveau 1
Le chef d’équipe et le(la) collaborateur(trice) doivent s’accorder sur les objectifs
liés à la fonction, au projet, à l’équipe ainsi qu’au développement personnel
3) 01/01 > 29/02 Période d’évaluation du personnel de niveau 1 et Sales
Ayez toujours votre numéro national à portée de la main (année de naissance,
mois de naissance suivi de 5 chiffres).
Le site « Affinity » http://worklife.proximus.be/ reprend, par ailleurs, moult
informations à destination des collaborateurs désormais inactifs (Plan médical,
Facilités de transport, Avantages Telecom, etc …)
L’équipe du SLFP Groupe Proximus
défense
SLFP
14
A R G U M E N T · JA N V I E R 2 0 1 6
NOUVELLES DES
NÉGOCIATIONS (SUITE)
Colonne
Vers une transition juste!
Du respect!
Au cours des derniers mois, la Défense a su montrer à la population civile et au
monde politique ce dont elle est capable. Le déploiement de centaines de militaires en quelques heures dans la nuit du 20 au 21 novembre 2015 témoigne du
sens aigu de l'engagement et de la disponibilité de notre personnel. Aujourd’hui
encore, des centaines de militaires se trouvent dans les rues de Bruxelles et d’autres villes de Belgique, heureux d’exécuter cette mission. Le SLFP Défense ne peut
que leur témoigner le plus grand respect et les remercier pour l’aide qu’ils apportent à sauvegarder la sécurité dans notre propre pays.
Notre respect s’adresse aussi aux centaines de militaires qui en cette période servent leur pays en âme et conscience sur la mer ou à l’étranger et seront privés de
la présence de leurs familles et de leurs amis pendant les fêtes de fin d’année.
Ces activités récentes ont amené notre organisation à analyser plus en profondeur
les problématiques du personnel rappelable et de “mise en condition et mise en
œuvre” des forces armées. Nous les avons soumises à l’attention du cabinet du
ministre et elles ont été retenues comme sujets à discuter prioritairement. Ce
numéro donne encore quelques explications sur des sujets que notre syndicat souhaite aborder très rapidement.
Plan stratégique
Le plan stratégique tant attendu n’est donc pas sorti cette année, à notre grand
désappointement. Cela signifie que le personnel de la Défense entre dans la
période de fin d’année sans certitude quant à son avenir. Qu’attendent les partenaires de la coalition politique pour prendre les bonnes décisions? Ou n’ont-ils pas
encore pris conscience de l’utilité de la Défense pour la sécurité de leurs électeurs? Le SLFP Défense demande une transition juste, dans laquelle les bons choix
seront opérés tant pour le personnel, dans les investissements destinés au bienêtre du personnel de la Défense que pour le matériel et pour les infrastructures du
département. Il est grand temps d’apporter de la clarté et une vision à long terme.
Temps de faire preuve de courage politique!
Il me reste, cher affilié, cher lecteur, au nom de toute l’équipe de collaborateurs
du SLFP Défense du siège principal et de tous les délégués, à vous souhaiter ainsi
qu’à ceux qui vous sont chers un très heureux passage vers l’an nouveau. Nous
espérons de tout cœur que la clarté viendra quant à l’avenir de notre Défense. Je
vous demande aussi d’avoir, avec votre famille et vos amis, une pensée pour les
militaires qui sont disponibles pour aider à notre sécurité et défendre nos valeurs.
Non seulement pour ces militaires, mais aussi pour leurs familles privées de leur
présence.
Edwin LAUWEREINS
Président SLFP Défense
Dans l'argument du mois d'octobre, nous vous informions au
sujet d'un nouveau départ constructif dans la concertation
sociale. Ci-dessous, une rétrospéctive sur le travail accompli
depuis le 18 septembre 2015.
Le 18 septembre 2015, un comité de concertation se trouvait à l’agenda avec
trois dossiers. Un dossier, concernant la prolongation des mesures d’accompagnement du personnel dont l’unité a été frappée par le plan de transformation
de 2009, a pu compter sur l’accord des quatre organisations syndicales représentatives et a été clôturé positivement.
Les deux autres dossiers avaient pour but d’apporter un certain nombre d’adaptations très ponctuelles au statut des militaires négocié en 2013, mieux connu
sous le nom de ‘G1’.
Il a été décidé en front commun syndical de poursuivre la discussion après une
rencontre avec le ministre de la Défense, Steven Vandeput.
Le SLFP-Défense est d’avis que l’autorité ne nous a convoqués au cours des
derniers mois que pour négocier sur des dossiers que l’autorité souhaitait voir
sur la table de négociation. En tant que partenaire social, nous avons à plusieurs reprises évoqué des dossiers qui pour nous sont très importants, mais
sans aucune écoute.
La Défense est confrontée à de grands défis et sans doute à d’importants changements, qui auront des répercussions sur le personnel.
C’est pourquoi le SLFP-Défense veut être impliqué dans tout ce qu’engendrera
le nouveau plan stratégique et souhaite participer à tous les débats qui concernent toutes les affaires du personnel.
Nous continuons la lutte pour une bonne perspective d’avenir de tout le personnel de la Défense, qui doit souvent exécuter ses tâches dans des conditions
très difficiles.
Du geste à la parole
Le cabinet du ministre de la Défense a joint le geste à la parole et le 6 octobre 2015 les quatre organisations syndicales représentatives se sont réunies
avec le MoD.
Le ministre de la Défense, Steven Vandeput, pendant ce premier entretien a
tendu l’oreille pour entendre les préoccupations des quatre organisations syndicales représentatives. Nous avons demandé la création d’un cadre dans
lequel on pourra négocier entre mandataires de l’autorité et des quatre organisations syndicales.
La rencontre a été clôturée par la mise régulière à l’agenda d’une réévaluation
et d’un suivi. Nous avons obtenu la garantie que par la voie du dialogue entre
les organisations syndicales et l’autorité on pourra aboutir à nouveau à une
concertation constructive dans laquelle les préoccupations des organisations
syndicales de même que celles de l’autorité seront abordées.
Le 13 octobre 2015 a été choisi pour définir une méthode concrète de travail
avec le Général Major Claeys. Tous les sujets qu’aussi bien les organisations
syndicales que l’autorité veulent réaliser au cours des prochains mois/années
ont été consignés dans un inventaire.
Réunion bimensuelle
Le mardi 17 novembre 2015, la première des réunions bimensuelles de suivi a
eu lieu entre les quatre organisations syndicales et l’autorité, dans le but de
redonner vie à la collaboration constructive.
Cette réunion constructive a permis de mettre en avant nos préoccupations de
même que celles de l’autorité et d’en discuter.
défense
A R G U M E N T · JA N V I E R 2 0 1 6
15
SLFP
Le principal objectif était la discussion de tous les points prioritaires repris dans
l’inventaire global, avec les délais prévus.
Quel que soit l’aspect du plan stratégique, le SLFP-Défense revendique que
quelques initiatives au niveau des statuts du personnel soient prises et souhaite
entrer en dialogue à court, moyen et long terme à propos d’objectifs spécifiques et
importants.
Dans le cadre du bien-être:
Le rapport social doit être accessible pour le médecin du travail
Le bien-être de tous les membres du personnel de la Défense dans l’exécution de
leur job est une responsabilité de l’autorité. Le médecin du travail occupe une place
importante dans ce contexte et en ayant accès au rapport social il peut être attentif à la charge psychosociale au travail.
En tête de la liste se situent:
Dans le cadre du statut syndical:
L’application correcte de “mise en condition et mise en œuvre” et de la réglementation relatif au personnel rappelable.
L’autorité se retranche trop souvent derrière ces concepts pour refuser la concertation syndicale. Le SLFP-Défense plaide pour que “mise en condition et mise en
œuvre “ soient utilisées simplement dans le contexte exact et uniquement dans les
décisions opérationnelles. Lié à cela, nous demandons à l’autorité de de clarifier la
notion de personnel rappelable.
Dans le nouveau plan de transformation, étendre les mesures d’accompagnement
de temporaires à permanentes
Un certain nombre de mesures à caractère exceptionnel ne peuvent pas être limitées dans le temps. Le personnel concerné par la réforme doit pouvoir y faire appel
et pas uniquement le personnel des unités dissoutes ou relocalisées mais aussi le
personnel d’autres unités concerné par une mutation imposée.
Dans le cadre du statut pécuniaire:
Les droits pécuniaires doivent rester maintenus en cas d’accident, maladie ou blessure pendant une opération ou mission pour toute la durée de la mission.
Obtenir la garantie du maintien de la gratuité des soins médicaux.
Révision de l’indemnité vélo.
Dans le cadre du statut administratif:
Un rythme de travail plus flexible
Un horaire de travail flexible offre la possibilité de varier selon les activités et les
besoins de l’entreprise et offre aussi une certaine protection aux travailleurs.
Considérer la distance comme un facteur important dans la politique de mutation
L’équilibre doit être maintenu entre le professionnel et le privé si la Défense veut
garder du personnel motivé.
Dans le cadre de la discipline:
Révision du DGJM-SPS-ORDEHANDH-001 (chapitre 4)
Le SLFP-Défense souhaite un dialogue en profondeur à propos des mesures d’ordre
intérieur.
Dans le cadre du statut civil:
Un plan 2015-2016 clair pour le personnel
Une structure valable doit être conçue pour les recrutements et les promotions du
personnel civil, avec comme base une revalorisation.
On peut conclure en indiquant que cette liste de points parcourus reflète partiellement les points prioritaires que les SLFP-Défense veut aborder. Notre organisation
syndicale a encore évoqué toute une série d’autres points ayant trait à différents
problèmes et réglementations statutaires et sociaux.
L’autorité avait aussi sa liste de points prioritaires à discuter:
C’est ainsi qu’on veut aborder la mesure transitoire du personnel civil au sein de
l’ACOS/IS, le congé pour soins d'accueil, la reconnaissance de la formation suivie
en milieu civil pour l’ATC, la formation continue des Sous-officiers et Officiers dans
le cadre de la première et deuxième langue nationale.
Le SLFP-Défense a donné son accord pour entamer le dialogue sur ces sujets à
condition que le sujet ”rappelabilité “ soit traité prioritairement.
Il est important de mentionner que les quatre organisations syndicales représentatives sont sur la même longueur d’ondes pour la plupart des points.
L’atmosphère détendue dans laquelle les discussions ont eu lieu était très favorable à un dialogue constructif. Espérons qu’il en sera encore ainsi à l’avenir.
Bien-être psychosocial du personnel
La charge de travail du personnel continue de croître, mettant de plus en plus de
pression sur le bien-être psychosocial.
Comment faut-il agir en tant que dirigeant? Qui porte quelle responsabilité? Quelle
réglementation en matière de bien-être social les autorités locales doivent-elles
prendre en considération?
Nous avons tout intérêt à appuyer solidairement les idées formulées, mais le SLFPDéfense reste attentif à ce que le bien-être (au sens le plus large) soit profitable
au personnel de la Défense.
Suivez le SLFP Défense sur Facebook : VSOA Defensie - SLFP Défense
défense
SLFP
16
A R G U M E N T · JA N V I E R 2 0 1 6
Médaille du mérite
Le 28 septembre, des soldats belges ont quitté l’aérodrome militaire de Melsbroek en direction
de la Lituanie pour y participer à l’exercice Baltic Piranha pendant tout le mois d’octobre.
Geert Moors, 2ème personne à droite sur la photo
Cet exercice offrait une opportunité unique de montrer que
notre capacité de combat peut aussi être engagée en terrain
d’opération étranger, dans le cadre du Readiness Action Plan de
l’OTAN.
Cela implique qu’une force de maintien de la paix de l’OTAN doit
pouvoir réagir rapidement lorsqu’une puissance étrangère
menace un pays-membre.
Par cet exercice, la Composante Terrestre voulait montrer qu’elle
est capable d’envoyer un détachement armé autonome à bref
délai. Pouvant opérer indépendamment à l’étranger ou faire partie d’un détachement international.
En plus des militaires de Bourg-Léopold, des troupes du génie
et des transmissions, de même que du personnel logistique et
médical ont participé à l’exercice Baltic Piranha.
Les activités opérationnelles et militaires mises à part, nous voulons aussi
prêter attention au fait que le délégué du SLFP-Défense Geert Moors et son
collègue Peter Decock ont reçu la “Médaille du Mérite” de la Défense
lituanienne.
Exceptionel
‘National Defence System of the Republic of Lithuania Medal of Merit’ est
une reconnaissance de services exceptionnels rendus pour le développement
et le renforcement de la défense nationale et pour l’engagement en service. Elle est remise dans des cas
exceptionnels à des militaires étrangers.
Geert Moors: « Le 16 octobre 2015 j’étais en
patrouille avec mon collègue l’ADC Peter Decock en
Lituanie pendant la mission ‘BALTIC PIRANHA’. Dans
le village de Zaslia, il y avait un citoyen lituanien sur
le bas-côté du chemin. En passant avec notre véhicule, nous remarquons deux béquilles à côté de
l’homme. Je ramène mon Lynx en arrière tandis que
l’homme nous fait signe qu’il a une douleur à gauche
dans la poitrine, dans la région du cœur. Nous aidons
la personne à se redresser pour diminuer la pression
sur le cœur. Etant donné que l’ADC Peter Decock est
un ‘Aidman’, il prend les choses en main.
Entretemps j’essaie de contacter les services d’urgence de différentes
manières. J’arrête une voiture et demande aux occupants d’appeler le 112
mais en vain, ils partent sans rien dire. Personne ne peut nous confirmer
que les services de secours sont avertis. Je demande l’assistance du
Liaison Officer lituanien par le biais du shift de Baltic Piranha. Ils me renvoient au numéro 112. Vu que personne ne peut me répondre en anglais, je
passe le téléphone à une dame lituanienne qui nous a rejoints entretemps.
défense
A R G U M E N T · JA N V I E R 2 0 1 6
Je ne sais toujours pas si une ambulance est en chemin. Nous avons
entretemps enveloppé la personne dans une couverture, en effet il gèle. Il
demande à boire, mais on ne parvient qu’à humecter ses lèvres. Soudain
la personne s’effondre; supposant qu’il est mourant, mon collègue entame
une RCP. Je prends la trousse médicale d’Aidman et lui passe l’embout respiratoire. Il poursuit la RCP, et 20 minutes plus tard arrive une ambulance.
Après un rapide examen et le placement du moniteur on constate le décès.
La personne était âgée de 59 ans et portait des plaies ouvertes et non soignées aux jambes, probablement la cause d’une thrombose. Nous avons
fait ce que chacun devrait faire” dit Geert pour terminer son récit.
« Nous pouvons être très fiers que des collègues aient fait quelque chose
de concret à un moment où il y avait un besoin d’aide » ajoute Edwin
Lauwereins, président du SLFP-Défense.
Surpris
Geert et son collègue ont été totalement surpris de recevoir cette médaille
excessivement rare et ils n’étaient au courant de rien jusqu’au moment de
la parade. La médaille leur a été épinglée par le LCC de Lituanie au cours
de la parade Farewell le 29 octobre 2015 à RUKLA et le fait a été mentionné au JT de la télévision lituanienne.
Le travail exceptionnel fourni par l’EOD du 11e Génie de Burcht s’est aussi
retrouvé dans l’actualité lituanienne.
Les militaires lituaniens et américains leur avaient demandé, pendant un
exercice de tir, de rechercher un missile TOW non explosé. L’incertitude
régnait quant à savoir si l’engin était tombé dans le domaine militaire ou
en dehors. Avec l’aide de leurs chiens, ces militaires ont retrouvé le missile après une journée.
NOUVELLES DU CONSEIL DES MINISTRES
Travail à distance
Le conseil des ministres a approuvé un avant-projet de loi du ministre de
la Défense Steven Vandeput concernant le travail à distance.
Les militaires belges pourront bientôt travailler à distance sous certaines conditions. L’avant-projet tient compte de la spécificité du métier
militaire et s’efforce de réduire autant que possible les différences entre
les membres des personnels civil et militaire. Il est question de trois
types de télétravail. Un premier type pour lequel la technologie de l’information est nécessaire, le télétravail dans un bureau satellite et le
télétravail pour lequel il n’est pas nécessaire d’avoir recours à une technologie particulière.
Il sera possible à l’armée de pratiquer le télétravail occasionnellement
ou régulièrement, pendant une journée entière ou pendant une demijournée, mais il ne pourra pas occuper plus de trois cinquièmes du
temps de travail. Le télétravail se fait sur une base volontaire et la personne qui travaille à distance garde les mêmes droits et obligations que
les autres militaires.
Lorsque ces personnes participent à une mission, opération ou exercice
pour les forces armées, le travail à distance est suspendu pour la durée
nécessaire. Seuls sont payés par la Défense les frais liés au télétravail
pour lequel la technologie de l’information est utilisée dans un environnement privé.
NOH
ILS NOUS ONT REJOINTS
DAUVILLEE Laurent
Pour défendre les intérêts de nos membres et de les soutenir
encore mieux, de nouveaux délégués ont récemment
renforcé notre structure.
C’est avec plaisir que nous vous les présentons.
FLORENNES
TIELEN
CC MED
GSM: 0471 23 68 33
laurent.dauvillee@slfp-defense.be
laurent.dauvillee@mil.be
NOH
CEULEMANS Jerome
SNOECKX François
DELCROIX Fabrice
2 W TAC
3 Para
Bn HK DefSt
GSM: 0496 24 47 62
jerome.ceulemans@slfp-defense.be
jerome.ceulemans@mil.be
GSM: 0496 87 17 29
francois.snoeckx@vsoa-defensie.be
francois.snoeckx@mil.be
GSM: 0478 57 15 08
fabrice.delcroix@slfp-defense.be
fabrice.delcroix@mil.be
17
SLFP
défense
SLFP
18
A R G U M E N T · JA N V I E R 2 0 1 6
Du respect pour tous nos militaires belges
Le 9 décembre 2015, le SLFP-Défense a offert du café aux
militaires et à leurs collègues de la Police Fédérale
chargés de la sécurité de lieux sensibles en raison de la
menace terroriste. Le personnel sur place a été
agréablement surpris, et nous avons tendu l’oreille aux
militaires pour partager leurs expériences.
La collaboration entre la Défense et la Police Fédérale se déroule de façon
excellente et la population est également satisfaite du contact avec les militaires dans l’opération "Vigilant Guardian" et en terme courant "Homeland".
“Nous sommes vraiment heureux de pouvoir pour une fois opérer
dans notre propre pays et parmi nos concitoyens, la sécurité de
la population reste notre priorité ”.
Une preuve de plus que la Défense est aussi le
partenaire tout indiqué dans l’aide à la nation.
Le Président, les membres
du bureau permanent et
les collaborateurs
du SLFP Défense vous
souhaitent une Bonne
Année 2016
cheminots
A R G U M E N T · JA N V I E R 2 0 1 6
19
SLFP
Actualisation du 4ème Paquet Ferroviaire
Lors de la dernière réunion de l’ETF secteur ferroviaire, un état des lieux sur le 4ème Paquet
ferroviaire a été formulé par le Président de la section Monsieur Guy Greivelding.
Il est bon d’insister auprès de tous nos membres sur
l’importance de ces matières certes très techniques
traitées au niveau européen car ces décisions sont
d’une importance capitale pour notre entreprise et pour
ses travailleurs dès qu’elles seront imposées au niveau
national.
Rappel
Un bref rappel historique des différentes étapes de
l’ouverture du transport ferroviaire à la concurrence ne
paraît pas superflu.
2001 – 1er Paquet ferroviaire : mise en concurrence du
fret international sur les réseaux transeuropéens.
2004 – 2ème Paquet ferroviaire : le service fret est
ouvert dans son ensemble (international effectif en
2006 et le fret national effectif en 2007).
Création d’autorités nationales de sécurité en liaison
avec l’ERA (European Railway Agency).
2007 – 3ème Paquet ferroviaire : mise en concurrence
des services commerciaux internationaux de voyageurs
(effectif en 2010).
Le 4ème Paquet Ferroviaire
Le 4ème Paquet ferroviaire comporte deux piliers : le
premier est technique (sécurité et interopérabilité) et
le second est politique (ouverture des marchés nationaux de voyageurs).
1/ Le pilier technique
Un accord du Parlement européen a été trouvé en juin
2015.
Contenu de l’accord : l’agence ferroviaire européenne
(ERA) va jouer un rôle crucial pour la certification des
EF (entreprises ferroviaires), l’autorisation du matériel
roulant et la mise en œuvre de l’ERTMS. Elle sera sous
le contrôle du Parlement européen.
Un délai de 3 ans lui est accordé pour se préparer à ces
nouvelles attributions (recrutement de personnel).
Auparavant les STI (spécifications techniques d’interopérabilité) étaient discutées au sein du dialogue
social : ce n’est plus le cas aujourd’hui.
Action de l’ETF : intervenir auprès des EF pour
leur donner les moyens nécessaires pour faire
participer les experts ETF dans les groupes de
travail de l’Agence.
2/ Le pilier politique
Le Conseil des Ministres des transports a trouvé un
accord le 8 octobre 2015. Ce compromis n’est pas
encore définitif car il devra encore être ratifié par le
Parlement européen mais semble être sur la bonne
voie.
Succès pour l’ETF : la séparation légale entre entreprise ferroviaire et gestionnaire de l’infrastructure n’est
pas requise.
Conditions néanmoins posées : les comptes doivent
être séparés, les conflits d’intérêt doivent être évités et
les transferts de fonds entre les entités sont strictement défendus.
Les fonctions essentielles (répartition des sillons et la
tarification de l’infrastructure) doivent être effectuées
par une entité indépendante.
La mise en concurrence sera la règle pour l’attribution
des contrats de service public mais des dérogations
seront possibles pour maintenir une attribution directe
(ce sera le cas de la Belgique).
Ces dérogations ont été défendues par la Belgique, le
Grand-Duché de Luxembourg et les Pays-Bas.
Ce compromis est également un succès pour l’ETF.
Dès lors, bien qu’il ait été convenu que l’attribution
publique devait devenir à terme la procédure de référence pour l’adjudication des contrats de service
public, l’attribution directe sera la règle jusqu’à 10 ans
Meilleurs vœux de bonheur !
Au nom du Syndicat Libre de la Fonction Publique, secteur Cheminots,
j’ai le plaisir de vous présenter mes meilleurs vœux de bonheur, de
santé, de prospérité et de progrès social pour l’an nouveau.
Filoteo AFRICANO
Président Fédéral
après l’entrée en vigueur du futur règlement (+/- 2026).
Par la suite, ces contrats pourront néanmoins encore
être attribués directement si un certain nombre de
conditions sont réunies.
Ainsi l’attribution directe restera possible si elle s’accompagne d’une amélioration de la qualité et / ou l’efficacité des coûts des services ferroviaires. Des critères de prestation tels que la ponctualité, le confort,
le service, etc. auront une importance de plus en plus
déterminante dans le cadre d’une telle évaluation.
Si le projet est accepté tel quel, il permettra à 16 pays
européens sur 25 d’attribuer le marché du trafic national intérieur à leur opérateur historique.
Action de l’ETF : assurer un lobbying auprès des
différentes instances pour que le projet aboutisse et que les aspects sociaux en cas de changement d’opérateur y soient intégrés ce qui n’est
pas encore le cas actuellement.
En Belgique ce sera donc tout profit pour la SNCB qui
verra la libéralisation reportée jusqu’en 2026 voire 2034
si le dernier contrat de 10 ans était passé en 2025.
La SNCB profite donc d’un sursis qui devra lui permettre d’augmenter la qualité de ses services pour conserver le marché.
La tâche ne sera pas simple compte tenu des économies supplémentaires importantes qui lui sont imposées.
Le groupe Cheminots restera vigilant pour que les
efforts réclamés par cette transformation soient équitablement répartis et non pas uniquement sur le dos
des travailleurs.
Filoteo AFRICANO
Président fédéral
Membre de l’ETF
enseignement
SLFP
20
A R G U M E N T · JA N V I E R 2 0 1 6
Editorial
Nous voici déjà en janvier 2016 !
Au nom de toute notre équipe, nous vous présentons
nos meilleurs vœux pour l’année nouvelle, qui bien partie sur la lancée de 2015, ne manquera pas d’être chargée en projets et en difficultés.
Nous avions fait le bilan 2015 dans Argument du mois
de décembre dernier, par rapport aux avancées des
négociations, concertations ou encore aux groupes de
travail du Pacte pour un enseignement d’excellence.
Cette fois, nous souhaitions recentrer l’objet de cet édito
sur l’information que notre organisation syndicale veut
mettre à disposition de ses membres. La proximité reste
un atout essentiel de notre organisation syndicale.
Nous avons mis en place des formations mensuelles
depuis cette rentrée scolaire. Elles continueront
jusqu’en mai 2016. Les 15 et 25 janvier, deux formations
seront organisées sur le harcèlement. L’aspect administratif et l’aspect juridique seront abordés. La section du
Brabant wallon informera ses affiliés sur le qualifiant et
sur les mesures d’aménagement de fin de carrière.
La section locale de Mons- Hainaut centre mettra en
place le 4 février une information basée sur les fins de
carrière, plus particulièrement tournée vers les PAPO.
Le 19 février aura lieu une formation destinée à l’enseignement supérieur.
« Vous pourrez bien entendu
compter sur toute l’équipe si
vous avez besoin d’aide »
En mars, place au Bien-être au Travail et aux procédures administratives propres au PAPO.
En avril, focus sur la réforme des titres et fonctions qui
prendra cours à la rentrée 2016 dans l’enseignement
fondamental et en 2017 dans l’enseignement secondaire.
Enfin en mai, une formation sur l’enseignement qualifiant sera dispensée dans la section de Luxembourg.
Bien évidemment, vous pourrez obtenir toutes les informations pratiques sur notre site internet www. slfpenseignement.be ou sur demande à Renaud Garnier,
rg@slfp-enseignement.be
poraires ou de temporaires prioritaires. Des affiches
seront adressées aux délégués pour informer l’ensemble de leurs collègues.
Dans les lignes qui vont suivre, vous découvrirez le
bilan 2015 dans l’enseignement supérieur et la présentation du nouveau secrétaire régional pour la section de
Bruxelles. C’est l’occasion pour notre équipe de remercier chaleureusement le travail accompli par Roland
Zanasi durant ces dernières années et de souhaiter la
bienvenue à Michel Oeyen ! Nous lui souhaitons de pouvoir profiter des bons moments de la vie même s’il
demeure président de la section de Bruxelles. C’est
l’occasion également de remercier Monsieur Gaston
Leclercq, secrétaire régional pour la province du «
Grand Liège », qui cède son poste à Geoffrey
Anthierens. Voici un beau challenge que ces deux
jeunes n’ont pas hésité à relever. Bonne chance à tous
les deux ! Vous pourrez bien entendu compter sur toute
l’équipe si vous avez besoin d’aide.
Bonne année à toutes et tous !
A côté de ces formations, des permanences propres au
réseau Wallonie Bruxelles Enseignement auront lieu à
Namur, Bruxelles, Maisières, … pour aider au mieux nos
membres à remplir leurs appels à candidatures de tem-
Masanka TSHIMANGA, Présidente communautaire
Muriel VIGNERON, Vice-Présidente communautaire
Enseignement supérieur
Reposons-nous sur le passé
pour mieux rebondir en 2016 !
Le dernier quadrimestre de l’année académique 20152016 étant terminé, dressons-en le bilan.
Quelles sont les nouvelles du front ?
Pour les établissements d’enseignement supérieur, la
gageure de cette nouvelle année académique 20152016 consistait en la mise en œuvre de la deuxième
phase du décret "Paysage" : certains avaient prévu de
basculer toutes leurs formations dans la nouvelle version Paysage, alors que d’autres se limiteront à basculer seulement les deuxièmes années de bachelier. De
nombreuses difficultés d’adaptation et de mise en
œuvre des nouvelles dispositions du décret Paysage
s’étant fait jour, le Gouvernement avait décidé en juin
2015 de mettre en place un groupe de travail réunissant les représentants du Cabinet, des Réseaux, de
Félix lors de l’inauguration
de l’exposition.
l’Administration générale, des Commissaires (et
Délégués) du Gouvernement et des Organisations
Syndicales : le Cracos était né. Ce groupe de travail
s’est déjà réuni à deux reprises et l’on a pu résoudre
certaines difficultés. Un décret fourre-tout (le troisième) est en préparation pour apporter des correctifs
au texte initial. Dans l’attente, le vademecum des
Commissaires et Délégués du Gouvernement donne les
enseignement
A R G U M E N T · JA N V I E R 2 0 1 6
directives à suivre. A ce propos, une circulaire des Commissaires/Délégués
relative à l’obligation pour les établissements d’enseignement d’organiser
des programmes académiques personnalisés de 60 crédits pour les étudiants mais dont les horaires des cours à présence obligatoire ne pouvaient
pas se chevaucher, a créé pas mal de remous. Le Conseil d’administration
de l’Ares a dû se positionner à la demande de la Chambre thématique des
Universités, ces dernières relevant l’impossibilité de mettre en œuvre cette
interprétation du décret sensu stricto.
Directive européenne
A l'Ares, on a également abordé d’autres points aussi essentiels que la directive européenne 2005/36/CE modernisée concernant la révision des exigences
minimales de formation pour les 7 professions réglementées (médecins, dentistes, pharmaciens, vétérinaires, architectes, infirmiers et sages-femmes),
l’examen des demandes de nouvelles habilitations, l’état des travaux du GT
sur la formation en alternance, les droits d’inscriptions pour résidents de
longue durée, l’examen de maîtrise de la langue française, etc…
Les universités semblent donner le rythme si l'on se réfère à la dernière
séance de la Chambre thématique des ESA du 26 novembre 2015 : elle a
consisté en de longues discussions sur des demandes d'habilitation de la
part de certaines hautes écoles qui lorgnent sur les compétences des écoles
supérieures artistiques. A remarquer quand même une nouveauté : la tri
diplomation (un Master en « transmedia » (HE Jacquard, Université Namur
et IMEP)) qui a reçu un avis favorable.
On a profité de ce premier quadrimestre de l’année académique (et le dernier
de l’année civile) pour mettre en place des groupes de travail chargés d'établir des règlements de travail pour les Hautes Ecoles et les Ecoles supérieures des Arts organisées par la Fédération Wallonie Bruxelles. Ces établissements finiront un jour par être en règle avec la législation sociale…Last
but not least !
Un autre groupe de travail (GT Dimona) a réuni fin novembre au Cabinet du
Ministre Marcourt, les représentants des pouvoirs organisateurs des ESA et
des HEH, des représentants des organisations syndicales ainsi que des membres de l’administration. Le but ? Faire coïncider le traitement et la désignation pour se mettre en ordre avec les lois fédérales en matière d’Onss et faire
en sorte que les enseignants soient tous rétribués de manière identique selon
leurs fonctions et, ainsi, mettre fin au travail non rémunéré des TDD lors des
secondes sessions. A cette occasion, on y a appris l'existence d’une nouvelle
application informatique dédiée spécifiquement à la transmission des déclarations Dimona et des formulaires électroniques de contrôle de chômage aux
différents secteurs de la Sécurité Sociale concernés (logiciel DDRS =
Dimona – Déclaration des Risques Sociaux). Une circulaire a été mise en
ligne afin d’expliciter la procédure à tous les établissements d’enseignement
de tous les niveaux…La mise en œuvre ne sera pas simple car le responsable de l’administration nous a appris que toutes les demandes de moyens
humains et matériels supplémentaires nécessaires à la formation des établissements d'enseignement (un call center de 3 personnes, engagement de
3 agents pour faire la tournée des établissements, etc…) ont été laissées
sans suite faute de moyens financiers.
Réunion
Une réunion s’est tenue également au Cabinet Marcourt avec les Directeurs
Présidents des Hautes Ecoles du réseau Fédération Wallonie Bruxelles.
Différents points y ont été abordés dont celui d’un projet de nouvelle gouvernance… On conserverait le principe d’éligibilité pour le/la DP et pour les
directeurs mais de nouvelles adaptations sont à l’étude, comme un nombre de directeurs maximum (un pour 500 étudiants), une lettre de mission
d’une équipe (DP et directeurs), un vote pour une équipe, une pondération
des votes : personnel enseignant (60%), PAPO (20%) et étudiants (20%),
la création d’une nouvelle fonction : directeur-adjoint, avec une allocation
de fonction (barème CT). Ce dernier serait désigné pour la durée du mandat
avec une charge divisible, et un organigramme défini par le CA et révisable
après deux ans. Voilà qui révolutionnera les prochaines élections....pour
autant que les textes légaux soient modifiés pour cette date.
Une réunion d’information a eu lieu le 19 novembre à la HEB à propos du
projet de fusion de la HEB et de la HE Spaak. Nos délégués étaient présents. Il s’agit d’une fusion égalitaire et le personnel serait préservé…A surveiller de près !
A la même date, une réunion du Groupe de Travail du secteur s’est tenue à
Jodoigne sur le thème de « la réforme des pensions ». Cette formation a été
assurée avec brio par Vincent Petit, notre permanent syndical spécialisé
dans la matière et cette formation a été très appréciée par les affiliés qui
y ont assisté. Certains souhaitaient même que cette formation puisse être
assurée dans leur établissement…mais cela n’est pas encore prévu au programme. Prochain GT programmé le 26 février 2016 à Namur sur le thème
des fonctions et titres.
Mouvement d’humeur
On a connu en cette fin d'année 2015 quelques mouvements d'humeur de
membres du personnel, notamment pour des problèmes de violences psycho-sociales dans des ESA et plus particulièrement au Conservatoire royal
de Bruxelles : le SLFP E-U a participé à la tenue d’une assemblée générale
du PAPO en front commun avec les deux autres familles syndicales. On va
intervenir auprès du SPMT Arista afin qu'une enquête sur les troubles psycho-sociaux collectifs soit engagée…
Au niveau des Hautes Ecoles, on a également connu des arrêts de travail,
entre autres à la HE Lucia de Brouckère : des interpellations ont eu lieu au
Parlement de la région bruxelloise, notamment par le groupe MR, grâce au
nouveau relais mis en place avec les députés et leurs attachés ... Pourvu
que cela dure ! Le combat est loin d'être fini, d'autant que l'implantation
pédagogique de Jodoigne est dans un état de délabrement avancé, la
Province du Brabant Wallon restant en défaut d'assumer son rôle de partenaire du Pouvoir Organisateur. Nous avons reçu une liste de doléances de
la part de nos représentants, liste édifiante quant à l'état de délabrement
des infrastructures et du matériel didactique....sans compter la discrimination marquée à l'égard du personnel de cette implantation par rapport à
l'accès au service social notamment. Nous jouerons notre rôle de défenseur
des intérêts de nos affiliés auprès du Pouvoir Organisateur afin qu'il soit
mis fin à cette discrimination.
2016
Que nous réserve 2016? Monsieur Pelosato, Chef de Cabinet, a émis le souhait d'inviter les organisations syndicales à participer à une réunion sur la
comptabilisation de la charge de travail et sa mise en œuvre sur une année
académique pour tous les membres du personnel des HE et ESA. Un grand
tournant car depuis la disparition des grilles horaires, les Pouvoirs
Organisateurs ont tendance à calquer les engagements sur une « quadrimestrialisation ». Voilà comment le Gouvernement compte faire des économies… ! Nous resterons extrêmement vigilants pour que cette pratique ne
se développe pas car la qualité de l'enseignement et bien sûr l'encadrement restent une nos priorités.
Décembre était le mois des fêtes et des cadeaux…. ! Il y a longtemps que
l'on ne croit plus en Saint Nicolas... Que nous réserve 2016 ? Rien de bon
à l'horizon...mais heureusement on a le "spirit"...!
Michel POPIJN
Secrétaire syndical
21
enseignement
SLFP
22
A R G U M E N T · JA N V I E R 2 0 1 6
DU NOUVEAU A LA SECTION DE BRUXELLES-CAPITALE
Désignation d’un nouveau
permanent régional
Notre Président, Roland Zanasi, qui depuis 2011 assumait également la fonction de
secrétaire régional (permanent régional) a pris sa DPPR au 1er octobre 2015. Il ne
peut, dès lors, poursuivre cette mission.
Pour notre Section, le rôle du permanent régional doit se poursuivre car il
est un maillon essentiel entre le Groupe Enseignement et sa base. Ses
missions diverses sur le terrain permettent un échange constructif et permanent entre les instances du groupe.
Le Comité de la Section de Bruxelles a considéré que le remplacement de
Roland était indispensable au bon fonctionnement de celle-ci et a dès
lors proposé Monsieur Michel Oeyen pour le remplacer en qualité de permanent régional.
Monsieur Michel Oeyen est actuellement professeur de géographie dans
l’enseignement secondaire spécialisé communal (Uccle) et expert dans
l’enseignement de promotion sociale. Monsieur Oeyen a également suivi
diverses formations complémentaires, notamment dans le domaine juridique.
Notre nouveau permanent régional commencera ses activités à temps
plein à partir du 1er janvier 2016 ce qui permettra à Roland de faire son
écolage.
Nous lui souhaitons la bienvenue et beaucoup de bonheur dans ses nouvelles fonctions.
Roland, très actif et très dynamique, a développé cette mission à un point
tel qu’elle est devenue indispensable pour aider de façon efficace nos
membres.
Nous ne pouvons que remercier vivement Roland pour son engagement et
l’efficacité de son travail et souhaiter qu’il conserve son dynamisme dans
la poursuite de son mandat de Président.
A partir du mois de décembre, Michel Oeyen peut être joint
au 02 549 21 10 – rue Longue Vie 27-29 à 1050 Bruxelles
et à l’adresse mail : permanent-slfp-bxl@gmail.com
Georges GERARD
Pour la Section de Bruxelles
Halte au stress et à la souffrance au travail
Travailler en centre PMS aujourd’hui, c’est faire face à des demandes et des
attentes multiples, à des jeunes qui vivent des problèmes de socialisation et
d’adaptation, à des revendications excessives concernant des aménagements spécifiques, à des problématiques nouvelles telles que le cyber harcèlement, à des
familles qui n’ont plus les ressources nécessaires à l’éducation des enfants, au
turnover important du personnel…
Afin de leur apporter les outils concrets et une réflexion qui vous permettront de
mieux gérer le stress et la surcharge de travail, le secteur PMS du SLFP enseignement offre à ses affiliés une formation au bien-être au travail, dispensée par
madame C. Rivière, formatrice et superviseuse à la Ligue de l’Enseignement et de
l’Éducation permanente.
Cette formation se déroulera de 9 à 16 heures, les 10 et 15 mars 2016, dans les
locaux du SLFP-Enseignement : 20, rue du Commerce, 1000 Bruxelles.
Les frais de transport et les repas vous seront offerts. Vous bénéficierez d’un
congé syndical dès confirmation de votre inscription, par mail, à l’adresse : secteur.cpms@slfp-enseignement.be.
Ne tardez pas, le nombre de places est limité à 20 !
Brigitte BRIERS
Présidente du secteur CPMS enseignement
Wallonie-Bruxelles Enseignement
A R G U M E N T · JA N V I E R 2 0 1 6
23
SLFP
Fiche Info n° 12
ENSEIGNEMENT ORGANISÉ PAR LE RÉSEAU
WALLONIE-BRUXELLES ENSEIGNEMENT
Opérations statutaires de janvier pour les membres du personnel enseignant et assimilé
(personnel auxiliaire d'éducation et personnel paramédical)
1. Appel aux candidats à une désignation à titre temporaire
pour l'année scolaire 2016-2017 pour l’enseignement de
plein exercice
4. Appel aux candidats à une demande de changement
d'affectation pour les fonctions de sélection pour
l’enseignement de plein exercice
Cet appel parait au Moniteur belge dans les premiers jours de janvier et fait l'objet d'une circulaire transmise aux chefs d'établissement. Ces derniers ont l'obligation d'en informer leurs membres
du personnel concernés.
Cet appel fait, également, l'objet d'une circulaire transmise aux
chefs d'établissement qui ont l'obligation d'en informer leurs
membres du personnel concernés.
Comme l'année précédente, cet appel est "couplé" à celui des
candidats à titre temporaire.
Une circulaire, mise à la disposition des membres du personnel via leur chef d'établissement, reprend toutes les instructions relatives à cet appel. Cette circulaire peut être consultée
sur notre site www.slfp-enseignement.be
3. Appel aux candidats à une désignation à titre temporaire
pour l'année scolaire 2016-2017 pour l'enseignement de
promotion sociale
A l’heure où cette fiche est rédigée, nous n’avons pas confirmation
des dates d’appel et de clôture des candidatures. En principe, l’appel au Moniteur devrait paraître après le 20 janvier et la date
limite d’envoi des candidatures fixée dans le courant de février
2016.
Une circulaire sera transmise aux chefs d’établissement qui en
informeront leurs membres du personnel concernés.
5. Appel aux candidats à une demande de changement
d'affectation vers les CDPA
Cet appel concerne tous les membres du personnel enseignant et
assimilé nommés à titre définitif à une fonction de recrutement
dans l'enseignement de plein exercice et qui souhaitent obtenir un
changement d'affectation dans un Centre de Dépaysement et de
Plein Air. Les modalités exactes ne sont pas encore définies à
l'heure où cette fiche est rédigée mais nous ne manquerons pas
de vous tenir informé soit dans le prochain Argument soit via notre
site www.slfp-enseignement.be
Vous trouverez plus de détails afin de compléter correctement ces
différents appels sur notre site www.slfp-enseignement.be
N’oubliez pas de nous faire parvenir une copie de vos documents
afin que nous puissions défendre au mieux vos intérêts.
Des permanences seront organisées dans les différentes sections
durant le mois de janvier afin de vous aider à compléter ces documents. Les dates et lieux de ces rencontres seront communiqués
à votre délégué via une affiche qu’il apposera aux valves de votre
établissement début janvier.
Nous restons à votre disposition pour toutes informations complémentaires.
La cellule WBE
!
2. Appel aux candidats à une désignation en qualité de
temporaire prioritaire pour l’année scolaire 2016-2017
pour l’enseignement de plein exercice
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
6
Taille du fichier
2 322 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler