close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

communique de presse gadhop

IntégréTéléchargement
GROUPE D’ASSOCIATIONS DE DEFENSE DES DROITS DE L’HOMME ET DE LA PAIX
Web : www.gadhop.org Courriel : secretariat.gadhopbl@gadhop.org
Tél : +243998960864
COMMUNIQUE DE PRESSE SUR LA SITUATION DU TERRITOIRE DE BENI ,PROVINCE
DU NORD KIVU A L’EST DE LA RDC
No Réf : 004/GADHOP / 2015
L’INSECURITE A L EST DE LA RDC ! QUEL SORT POUR SA POPULATION
L’ampleur de l’insécurité dans la zone Beni-Lubero-Rutshuru-Masisi laisse la population dans
l’incertitude du lendemain quant au retour à la paix et la sécurité droits reconnus à tous les
citoyens du monde.
Les services qui ont le mandat de remettre la stabilité dans toute cette partie de la RDC
n’arrivent pas à imposer l’ordre et la sécurité malgré les conditions précaires visibles que ces
guerres à répétions occasionnent.
Malgré les multiples passages des hautes autorités du pays dans le territoire de Beni, théâtre
des massacres continus dont le bilan des personnes tuée est estimé à plus au moins 600 en
l’espace de 14 mois depuis octobre 2014 jusqu’à nos jours , la population du groupement
Bambuba Kisiki souffre et ne sait plus sur quel sein se vouer car vivant dans la crainte continue
de savoir à qui le prochain tour pour être massacré. Chaque soir, les gens sont obligés d’errer
ici et là pour trouver la place où passer la nuit de peur d’être tués même là où ils pensent se
cacher.
Les déplacements massifs des population sans assistance s’accroissent, les écoles ne
fonctionnent plus dans les villages touchés et les enfants restent sans être scolarisés, la
pauvreté s’accentue par le fait d’abandon des champs sources d’économie pour ces paysans
qui produisent la nourriture à écouler dans les grands centres. Cet état de choses, renchérit le
coût de la vie dans toute la partie sinistrée et environs.
La population est découragée par le fait du non changement positif de la situation en dépit des
alertes et mémos formulés envers les autorités responsables de la sécurité et rétablissement
de la paix.
Il ressort de cette insécurité que les principales violations documentées de janvier à décembre
2015 sont les assassinats, les massacres, les enlèvements et kidnapping, les arrestations, les
amandes et détentions illégales, les vols à mains armées, pillages, braquage et incendies, les
tortures et violences sexuelles. Il se dégage que les auteurs majeurs de ces violations sont les
groupes armés actifs et organisés (ADF, FDLR,MaïMaï etc…)
Les acteurs étatiques et forces régulières ne parviennent pas à s’assumer quant à leur
responsabilité comme protecteurs, défenseurs et promoteurs des droits humains pour remettre
la situation à la normale chose qui n’est pas excusable.
Organisations membres du réseau GADHOP
1. ADDF : Association pour la Défense des Droits de la Femme
2. ASADHO : Association Africaine de Défense des Droits de l’Homme
3. ASSODIP : Association pour le Développement des Initiatives Paysannes
4. CFJ : Collectif des Femmes Journalistes
5. FEPSI : Femmes Engagées pour la Promotion de la Sante Intégrale
6. FJDF : Femmes Juristes pour la Défense des Droits de la Femme et de l’enfant
7. GLHRP :Great Lakes Human Rights Program/Congo
8. OCDC: Observatoire pour la Défense de la Constitution
9. Pax Christi International / Butembo
10. SOFEPADI : Solidarité de Femmes pour la Paix et le Développement Intégral
11. SOPROP: Solidarité pour la Promotion Sociale et la Paix
12. SYDIP : Syndicat de Défense des Intérêts Paysans
13. SYFET : Syndicat de Femmes Travailleuses
14. YME/Grands Lacs.
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
4
Taille du fichier
6 623 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler