close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Cliquez pour télécharger la dernière parution de notre newsletter

IntégréTéléchargement
BULLETIN D’INFORMATION DE LA FILIERE COTONNIERE IVOIRIENNE
Campagne 2015/2016
Organisation
Interprofessionnelle
Agricole de la filière
coton
ABONNEMENT GRATUIT
et téléchargement sur :
www.intercoton.org
Prix du coton graine
1er choix = 250 FCFA / kg
2ème choix = 225 FCFA / kg
N° 38 | Octobre - Novembre 2015
Parution en décembre 2015
Approvisionnement des
tricturateurs locaux en
graine : une convention
cadre pour sécuriser
P. 2
Des producteurs et
acteurs recompensés
P.3
Zoning : un pas de plus
vers la concrétisation de
la disposition
Qualité du coton graine:
les producteurs sensibilisés aux bonnes pratiques
P. 4
Directeur de publication
TUO lacina (PCA)
Chefs de la rédaction
SILUE Siontiamma J-B (SE)
ASSOUGBO O. Yves -Alain (RAF)
Conception & Rédaction
FIHOX Laurent ( RCS)
EDITO
Par TUO Lacina, PCA
Mes vœux pour 2016
J
e voudrais profiter de cette dernière parution de l’année de notre bulletin d’information, pour formuler à l’occasion
de la nouvelle année 2016, mes vœux de
bonne santé, de paix et de prospérité pour
nos gouvernants. Mais aussi pour tous les
agriculteurs de Côte d’Ivoire et acteurs de la
filière cotonnière ivoirienne.
L’ année qui s’achève a été marquée par la
consolidation de nos acquis en termes de production. Tout n’a pour autant pas été rose car
nous avons particulièrement souffert des af-
fres du changement climatique.
En effet, il y a eu trop de
pluies vers la fin de la campagne de commercialisation et peu au moment des semis.
Ce qui ne nous a pas permis d’atteindre nos
objectifs du fait de la qualité de la semence
et de la sécheresse. Mettons donc à présent
un accent particulier sur les bonnes pratiques de récolte et de post-récolte afin d’obtenir un coton de bonne qualité à défaut de
la quantité. Bonne fin d’année à toutes et à
tous et que 2016 soit meilleur!
Cap sur l’amélioration de la productivité
et de la qualité!
P. 2
PSAC : INTERCOTON promet d’améliorer ses performances
Les experts de la Banque Mondiale et de
l’Agence Française de Développement
(AFD) ont effectué la 4ème mission de
supervision du Projet d’appui au Secteur
Agricole en Côte d’Ivoire (PSAC). Des
efforts restent à faire.
l’issue de cette mission
conduite par M. NABIL Chaherli qui s’est déroulée au mois
de novembre 2015 et restituée au cours
d’une réunion tenue le 1er décembre
2015 à l’Immeuble Sciam à Abidjan, le
bilan à mis-parcours du projet a été jugé
« modérément insatisfaisant”. Ce jugement a été basé sur le taux de décaissement et par ricochet de réalisation du
projet, qualifié de très bas ( 17,5%), ce,
après deux ans de mise en œuvre. Cette
situation est due selon les experts, à certains paramètres comme “la lenteur
dans la passation des marchés, la coordination Tutelle-UCP-AEP insuffisante
au niveau de la communication, l’information, la gestion des risques et la prise
de décision. »
Pour ce qui concerne spécifiquement la
composante Coton, en vue d’améliorer
les performances opérationnelles et institutionnelles, rattraper le retard et atteindre
les
objectifs,
les
A
recommandations suivantes ont été formulées
: la signature de la convention FIRCA-INTERCOTON campagne 2015-2016; le diagnostic du système semencier; la tenue d’un
atelier bilan et de programmation de la recherche-développement; l’élaboration d’un
plan stratégique de la filière et d’un contratprogramme.
Feu vert pour l’autonomisation
Toutefois, tout n’est pas pour autant insatisfaisant; c’est le cas par exemple de l’autonomisation de INTERCOTON qui doit lui permettre
de gérer financièrement sa composante. Sur ce
plan, les Experts ont jugé “acceptable” les capacités de notre organisation, estimant que son
équipe de gestion financière est composée de
personnel ayant des qualifications et expériences acceptables. Juste quelques réglages et
des accords à signer pour finaliser le processus d’autonomisation.
Réagissant à l’analyse et aux recommandations des Partenaires Techniques et Financiers, le Secrétaire Exécutif
de
INTERCOTON et Point Focal de la souscomposante Coton, M. SILUE Siontiamma
Jean-Baptiste a promis “qu’à la prochaine
évaluation, INTERCOTON aura de nombreux signaux au vert” surtout si elle acquiert son autonomisation qui devrait rendre
moins lourd, le processus de passation des
marchés et de décaissement , donc aider à
booster les réalisations.
Enfin, sans justifier le retard accusé dans la
mise en œuvre du PSAC, le Représentant du
Ministre de l’Agriculture, M. BLéDOUMy
Kouassi, Directeur Général des Production
et de la Sécurité Alimentaires dudit ministère, présent à la réunion de restitution, a fait
remarquer qu’il convient de prendre en
compte l’approche novatrice et expérimentale du PSAC basée sur une plus grande implication des filières combinée aux
dispositifs de gestion de l’Etat. Néanmoins,
il s’est dit optimiste, tout en promettant que
le MINAGRI s’appropriera les recommandations faites, de façon objective en vue de
procéder aux ajustements nécessaires à l‘atteinte des objectifs.
Une convention-cadre pour sécuriser l’approvisionnement des
triturateurs locaux en graines de coton
l’initiative du Ministère de l’Industrie et des Mines saisi par les
industries locales de trituration
sur le problème d’approvisionnement de
leurs unités en graine de coton, une série
de rencontres a eu lieu au Conseil du
Coton et de l’Anacarde et à Intercoton .
A
Ces rencontres visaient à rechercher des
solutions à cette problématique. Car il est
vrai que comme l’a souligné M. KOMENAN Mougo, Directeur Général des
Activités Industrielles au Ministère de
l’Industrie et des Mines, “la transformation de nos matières premières agricoles
est une priorité nationale parce que le
PND 2016-2020, met un accent tout
particulier sur le développement industriel vu son impact économique et social.”
A l’issue de cette série de concertations auxquelles ont pris part, outre le Ministère de
l’Industrie et des Mines, le Ministère de
l’Agriculture, le Conseil du coton et de
l’Anacarde, INTERCOTON, CIDT,
IVOIRE COTON, COIC, SECO, OLHEOL, COTRAF, APROCOT-CI et FPCCI, a abouti à la nécessité de l’élaboration
d’une convention-cadre afin de soutenir l’industrie nationale de trituration et ce, dans
l’intérêt de toutes les parties.
Ainsi, Pour la campagne 2015/2016, au vu
de la production attendue, ce sont 130 000
tonnes de graines qui seront disponibles
pour la trituration. La totalité de cette quantité devra être livrée essentiellement aux
deux principaux triturateurs locaux ( Olhéol
et COTRAF) à raison de 90 000 tonnes
pour Ohléol et 40 000 tonnes pour CO-
COTRAF, la deuxième grosse usine de trituration de graine
de coton est fonctionnelle depuis 2015 à Korhogo.
TRAF, soit tout juste de quoi à satisfaire à
peine leur point d’équilibre. Et ce, au prix
de vente de 75 F/ kg. En retour, les triturateurs devront tout mettre en œuvre pour
enlever à temps le produit et le payer au
comptant, cash ou par chèque avalisé.
P. 3
2ème Journée de récompense des producteurs de coton et d’anacarde
Une cinquantaine d’agriculteurs et acteurs honorés
orhogo, 8 octobre 2015, Place
de l’Indépendance, au moins
10 milles producteurs de
coton, d’anacarde mais aussi de mangue,
d’oignon et de karité ont assisté à la
2ème édition de la journée de récompense des meilleurs producteurs de
coton et d’anacarde organisée par le
Conseil du Coton et de l’Anacarde. Ces
derniers étaient une cinqantaine, au
nombre desquels, une dizaine de méritants de la filière coton dont des dames.
Chaque lauréat est reparti avec un diplôme, un tricycle et une enveloppe de
100 mille francs.
K
Placée sous le Parrainage de M. Amadou GBON, Secrétaire Général de la
Présidence et Maire de Korhogo, cette
Journée d’hommage aux agriculteurs
était présidée par le ministre de l’Agriculture, M. Mamadou Sangafowa COULIBALy avec à ses cotés ses proches
collaborateurs, plusieurs autorités administratives, politiques et coutumières,
les dirigeants des filières coton et anacarde, parmi lesquels le PCA de INTERCOTON, M. TUO Lacina, mais
A l’issue de la cérémonie de recompense, récipiandaires et autorités ont pausé pour la postérité.
aussi le Président du Comité de réforme de
la Chambre nationale d’Agriculture et d’autres sommités du monde agricole.
Le ministre de l’Agriculture a salué le succès de la réforme des filières coton et anacarde qui a permis une meilleure
valorisation de cette dernière spéculation
dont la production a atteint les 750 mille
tonnes, faisant de la Côte d’Ivoire le 1er
pays producteur mondial, devant l’Inde. Le
premier magistrat du département de
l’Agriculture a annoncé le démarrage très
prochain d’un vaste programme d’installation d’Unités de transformation dans toutes
les zone s productrices; ce qui devrait procurer davantage de plus-value à ce produit. Parlant du coton, il a exhorté la filière à produire
au moins 600 000 tonnes de coton graine d’ici
les deux prochaines années, mieux à occuper
la première place africaine.
Pour leur part, les producteurs, à travers une
motion lue par leur porte-parole, ont rendu
hommage au Président Alassane OUATTARA pour ses actions en leur faveur avant
de lui promettre leur soutien pour la présidentielle du 25 octobre 2015.
Zonage agro-industriel du bassin cotonnier : un pas de plus vers
la concrétisation
e zonage agro-industriel du
bassin cotonnier ivoirien ou
“zoning” est une des importantes dispositions de la réforme des filières coton et anacarde.
L
ll vise à mettre fin à la concurrence
anarchique et à doter chaque société
cotonnière d’une zone d’action spécifique avec un cahier de charges qui renforce sa responsabilité envers ses
producteurs. Les observateurs pensent
que bon nombre des difficultés actuelles de la filière ( problèmes de semences, mauvaise qualité du coton
graine, productivité, conseil agricole,...)
peuvent être solutionnées avec le zoning.
Aussi, pour ne pas faire les choses dans
Un atelier tenu debut décembre a permis des mûrir
la reflexion sur le zonage.
la précipitation, un comité chargé de
conduire le processus a t-il été créé. En
plus de ses propositions, une étude sur le
sujet, notamment, en vue de déterminer
les zones à attribuer à chaque société cotonnière a été confié au Bureau National
d’Etude Technique et de Développement
(BNETD).
C’est la restitution de cette étude qui s’est
faite, à l’occasion d’un atelier regroupant
toutes les parties prenantes, du 30 novembre au 1er décembre 2015 à yamoussoukro, à l’initiative du Conseil du Coton et de
l’Anacarde. Cette rencontre a permis de
faire des recommandations en vue de
l’amélioration du rapport de l’étude dont
la mouture définitive sera remise au ministère de l’Agriculture très prochainement.
Ainsi, il a été, entre autres, recommandé
que la campagne 2016/2017 soit transitoire et que 2017/2018 marque la mise enœuvre effective du zoning afin de laisser le
temps aux opérateurs de se redéployer
progressivement. Par ailleurs, une ouverture de l’actionnariat des sociétés cotonnières aux OPA a été souhaitée.
P. 4
Qualité du coton graine : les producteurs sensibilisés
(FPC-CI) au début du mois de septembre dans le bassin cotonnier,
la Direction Générale du Conseil du Coton et de l’Anacarde , instruite par son Conseil d’Administration, a mené une action similaire
du mardi 17 au samedi 21 novembre 2015. Ont été associées à cette
action, INTERCOTON mais aussi APROCOT-CI et FPC-CI .
Une visite guidée de l’usine SECO à Ouangolo a permis aux producteurs de
mieux appréhender le circuit d’égrenage et les enjeux de la qualité du coton.
i la production de coton graine connait depuis ces dernières
campagnes une progression intéressante, ce n’est pas le cas
de la qualité. En effet, la qualité du coton ivoirien qui faisait
autrefois sa renommée est en baisse. D’où la nécessité pour la filière d’agir pour y remédier. C’est dans ce contexte qu’après la tournée de sensibilisation de la Fédération des Producteurs de Coton
S
Cette tournée fut une occasion de plus pour remercier et
féliciter les acteurs pour les bons résultats de la filière notamment
en termes d’accroissement de la production; attirer leurs attention
sur la dégradation de la qualité du coté ivoirien, leur faire part des
efforts de l’Etat en faveur de la filière coton, rappeler la nécessité
des bonnes pratiques post-récoltes; les informer des disposions
prises au niveau de la filière pour renforcer le contrôle qualité, encourager les bons producteurs mais aussi, écouter les avis et les
préoccupations des producteurs. Ces derniers ont certes reconnu
leur part de responsabilité et ont promis d’œuvrer à y remédier mais
ils n’ont pas manqué d’interpeller les égreneurs sur la leur; à savoir,
la concurrence anarchique, l’enlèvement tardif de leur coton graine,
l’insuffisance d’encadrement, la mauvaise qualité des semences et
parfois des engrais et produits phytosanitaires qui leurs sont fournis, etc.
La Côte d’Ivoire était aux rendez-vous annuels du CCIC et de Géocoton
qu’il affecte la production du coton. Plusieurs pays indiquent que le
climat devient de plus en plus instable. Les membres se sont félicités
du fait que le Secrétariat a commandé une étude spéciale sur le changement climatique et la production de coton dans les systèmes agricoles modernes. La 75ème réunion plénière se tiendra à Islamabad,
au Pakistan, du 31 octobre au 4 novembre 2016.
La délégation ivoirienne à la 74 ème réunion plénière du CCIC en Inde
a 74ème réunion plénière du Comité Consultatif International du Coton (CCIC) s’est tenue à Mumbai, en Inde,
du 7 au 11 décembre 2015 . Plus de 380 personnes y ont
participé, y compris les représentants de 28 pays membres, de 9
organisations internationales et de 13 pays non membres. « De l’exploitation agricole à l’étoffe : les multiples facettes du coton » tel fut le thème
de cette 74 ème réunion à laquelle était présente la Côte d’Ivoire.
La délégation ivoirienne conduite par Dr COULIBALy Adama
DGA Coton du Conseil du Coton et de l’Anacarde, était composée de : MM. KONE Karim, Admnistrateur de INTERCOTON;
SILUE Siontiamma Jean-Baptiste, Secrétaire Exécutif; KODJANE N’Diamoi, Admnistrateur de APROCOT-CI.
L
Plusieurs thématiques ont été abordées au cours de ces assises, au
nombre desquelles, la réduction de l’emploi d’insecticides. Selon
les experts, il existe de nombreuses options non chimiques pour
le contrôle des insectes, notamment la gestion biologique. Ces méthodes sont simples et faciles d’application mais doivent toutefois
être utilisées sur l’ensemble d’une zone.
Le changement climatique, sujet d’actualité n’a pas été occulté puis
SEMINAIRE GEOCOTON
Quelques semaines plûtôt, du 28 septembre au 02 octobre 2015, à
Paris, la filière éatait présente au 7 ème Seminaire de GEOCOTON,
l’autre grand rensez-vous annuel du coton. Le Thème central de la
rencontre de 2015 était « Les innovations techologiques au service des filieres
cotonnieres africaines ». MM. yEO Largaton, SILUE Kassoum, respectivement Président et Directeur Général de la Fédération des
Producteurs de coton (FPC-CI); de KONE Kassoum; Trésorier général de INTERCOTON et Directeur Commercial de COIC; IRIEBI olivier, Chef de cellule projet de INTERCOTON.;
COULIBALy Fousseny et TOURE yacouba, des cadres techniques
d’Ivoire Coton composaient la délégation ivoirienne.
Les représetants ivoiriens au 7ème Séminaire de GEOCOTON à Paris
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
6
Taille du fichier
1 914 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler