close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Appel à communication - Université Paris

IntégréTéléchargement
Journée doctorale en Histoire de l’art
ED 124 « Histoire de l'art et Archéologie »
Art et idéologie
Jeudi 28 janvier 2016
Galerie Colbert-INHA, salle Perrot
Thème proposé par Mathilde Assier et Léonard Pouy, doctorants.
Qu’elles s’imprègnent, consciemment ou non, d’une pensée
politique et sociale ou d’une rhétorique propre à l’air du temps, les
œuvres d’art peuvent véhiculer ou formuler des discours, un
message, une vision.
Habitats abandonnés de Beyrouth, El Greco,
2011, photographie, © Gregory Buchakjian.
L’idéologie, comprise dans son acception large, comme un système
d’idées, de croyances ou de doctrines, incite à s’immiscer dans le
mécanisme et la portée symbolique des productions artistiques.
Centrale dans l’étude des mythologèmes antiques, elle permet
d’appréhender les symboles politiques mis en œuvre dans l’art
médiéval et renaissant, et colore l’analyse des grands décors et
programmes des périodes modernes et contemporaines : des arcs de
triomphe de Blondel et Bullet à La Mort de Marat de David, des toiles
d’Antonio Gisbert aux sculptures d’Arno Breker, des architectures de
Marcello Piacentini aux photographies de Walker Evans.
Cette journée d’études se propose ainsi d’aborder la notion d’idéologie à la fois à l’échelle de la création, de
la diffusion et de la réception de l’œuvre d’art et à celle, plus personnelle, de l’artiste, du mécène, du
spectateur et de l’historien de l’art. Pourront notamment être examinés :








les œuvres d’art emblématiques d’une idéologie, les mouvements artistiques politisés, les traités ou
les écrits d’artistes « engagés », qu’ils soient partisans ou opposants ;
les parcours d’artistes officiels, la notion de trajectoire idéologique au sein des carrières artistiques
les exemples d’artistes prônant l’ « objectivité », la « neutralité », l’autotélisme, ou l’art pour l’art,
rejetant toute référentialité extérieure ou toute visée idéologique ;
les dissensions ou les écarts entre les intentions annoncées par les artistes et l’usage politisé de leurs
œuvres ;
l’implication politique des mécènes et sa répercussion dans la production artistique ;
l’importance de l’État via les systèmes académiques et institutionnels ; le rôle des musées nationaux,
orientés idéologiquement et destinés à promouvoir une pédagogie officielle ;
les différentes formes d’attaques ou d’atteintes à l’art – de l’iconoclasme byzantin aux vandalismes de
la Terreur – paradigmes de la conscience d’un art instrumentalisé, « fait social » tout autant
qu’ « autonomie » (Adorno) ;
la posture du critique ou de l’historien de l’art interprétant les œuvres au prisme de son habitus ou
d’un « a priori historique » (Foucault) ; la dimension idéologique de l’histoire de l’art elle-même à
travers les processus de nationalisation, d’idéologisation et de désidéologisation des constructions
historiographiques.
Date limite d’envoi des propositions de communications : le mardi 10 novembre 2015.
Les propositions de communications (5 à 10 lignes) devront être envoyées, avec une illustration libre de droits au format
.jpg, à l’adresse marie.planchot@paris-sorbonne.fr
Les actes feront l’objet d’une publication électronique sur la revue en ligne de l’ED.
ère
ème
Cette journée est obligatoire pour les doctorants inscrits en 1 , 2
ème
et 3
année.
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
5
Taille du fichier
448 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler