close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

âæâa{æ : uo,, nouveau fra

IntégréTéléchargement
reTGLËfuTruTATICN
Adicle
€
âæâa{æ : uo,, nouveau
l--s;n
avenir proche, l'influence et Ia complerité
-: ssantes des réglementations relatives aux sciences
:. rechniques cbligeroni un peu plus les entreprises à
-:considérer l'crganisation du travail en interne et Cans leur
lr-aîne Ce valeur, Progresslvement, Une nouvelle articulaticn
les cctnpétences, ccmprenant aussi bien des aspects
sclentifiques et techniques que luridiques, s'irnposera,
de l'entreprise. La simple mlse
nouvelle sur l'organisâtion c travail oans l'entreprise et da-:
sa chaîne de valeur.
*'
each, Règlement
cosmétique, Àlovel Food, Protocoie de Nagoya...
cômpte tenu de leur
æ* Ë'!ra*érêt d'une
expertise juridique
Dans une société, le process,:
de mise en conformité de ses a:
tivités avec ces régler"nentatic- :
est essentiellement confié, e. terne ou en externe, à des prc' .
autres que juricliques.
complexité et de leur influence
La prise en compte des se-
sur la chaîne de valeur, l'entrée en
caractères scientifiques et iÊ:niques de ces réglementat :':
vigueur de ces néglernentations
a particr:lière ment impacté la vie
;'
-'.'
l:-;i,. j
rt*c/;
r..,
.
,.--.
;...
.j".
vr,-
... 1.
jue .:i:i::.-, i,lc
: :-,
.ti,.':
ii,:i;: lr:: r:c:iirr,'f*-rly r*pi;i:i*d
r
,; .
'. :. 1..''.. : .. , tu
ii* m*r* r*l;:-*ii*nl*
:t
*;jij,' ij.r*:,*
r*':lrJr:l:,:rs .:::# fuey.:;:,:i, i,h* *ecç$ ; û iy ri i.. iie ; *s i j *r s': ;,',! r-.p i ir:.: i'
-
'"''
l:"
"''r
'"i-
t
'.r.)i.,;
/L: \ -""
"
'
i:
'1 ,
"i,, ""
-
^.,-::1.^'
:
.1,,j
j--'
:--; , :,':.r'''
:!J.'
_-
,ri*d€sJ.
l- ;i.o
.
e..i
il;s
rcic
- ,, r.- i; *
,-'..:"i. :'r ' :-::
;::
L;i*gilrç tn1*,tsær,ii*:r.r3 .''.::
i,=;liviii*:; uviri ii:*.ie ;;*+*i*:,:', '!:
is r..-.csli r- irr::,'iii*ri, i*i*irr:ii:-'
i pf;:= af t}.' rÉrr!ue
. 1'
,r*"uu*rr*li'r, i* :*ppc,.i :'r,-*s-s 'J*ii:;, ii rs r*r*ly'
=:.
iri:ir:; rg
/ Août
'1,
:
*xi*r;-';i c*n:*ii*;::s '*iii:
o l*Eol experfise
eon help
ti:* tliilai:.i..
j:.
i...,u,,,..
i:rvr*r#.
îjr js i: i*i.+'in j;:r.g* r;icr.:l
pii**;*
WgrV
l;,- *: r*,'i:,r:**;1
j
."'lnf-.'-.
'
-
irg i* tr$ri, qr,,:ii;y::*# ,'e:
;.!.,,. ..r...\; ê..ê,.î r
+.
p*
',",'.,:
; :c..
**u*f*g*:**i r:i -*r,:iii*-, ,, .
;,::-.:
"
* i: iivi ii: r: J: i'i: * **ltpl-' ;:'.'. r;* I *i* i*
ji:* ***r:j ir;r ircsi' iirir;,<;*g; *:; ii:e
l'..1''.t.1 Julllet
1.-;
r
**i:i;l *rJ i*c,!rr**i ;;r,.
iir,;**c* *:'; ij:':
î...l
lcr-J*g*i
,
.j.'r i.
": ::. ',: c
ln;.
.. .-,1
'*.r'ii !J''.ji
-'t:'l;tiÇ ;*,/ lci':Xji
-' -:,
i
e,<i*r;rcily', i;y
i2, itli: l: :tli,;*i';lt-;
,
a permis la mise en valeu- :-
Ruguhæ&æ,æsx,*',ags *u#*#Féf,:# #Fs $&s
:-..
er-
conformité avec ces dernières e:
au-delà, les indispensables anticipations et optimisations quan:
à leurs effets sur l'activité de l'ertreprise, génèrent une réflexio-
i;
-
:
"
SÂlis *r.-';'*i#-ei:r:
, :::
'..
:
jj
ij'u.
.. jr
,.:,ja+,: +r-t
fi
J:',:,,v-
J ;j,,;
,. l,'
r;.':
11;',
i* :mpl*ri:
:
fra
,,-
/ Ar.ce d,a,reur ] rxn*ULATi*r*
ffacteur d'organisation du travail
.:":' s appartenant aux services
: ii. qualité et affaires réglemen: ":s. achats oL, comrnercial"
: -verse, le juridique, en iant
:-: iel, n'est que rarement rnis
.
-
ûr, une telle absence de conrpétences jurieliques dans le pro-
cessus de mise en ecnfornrité
est source de eionrmages pûur
l'entrer:rise.
A','ant.
S
- =s: ainsi que clans les granils
; :-Des, si le département juri: : -e peut intervenir de façon
, - srrersale, en appui des di: :rs, il est râre que lui soit
jesrê*iq*:* : q{re€les
?
L'absence quasi systématiqr-le
-' ée la conduite du processus
:= rise en conformité. te rôle
- ::-nbe généralenrent
âu per-
ele prise en compte ele la juris-
-
: - - el ou aux
exenrple, quant à !a classjfication
d'une substanee ou la lieéité d,un
ce m porternent.
S* p*ss*r du
**r'rxéquer:Ë*s
prudence sur les interprétations
faites de ces réglementations
conseils extérieurs
rend inutilenrent coûteuses cer-
,:: : ant de formations scientiI -:s ou organisatir:nnelles de
:: qualité.
- '-s les PMË et les ETl, il n'est
;. r: .are qu'auûun juriste, en
' :;-1e ou en externe, ne soit
taines actions initiées en cours
de processus. firire encore, une
telle ignorance peL,t rnettre une
entreprise dans l'illégaljté alors
rnême que d'importantes dépenses t:nt été engagées sur la
:-
fausse croyânce cj'ôtre à l'abri eje
tûutes sanctions.
-sulté sur la façon de rnettre
:- : ace ces réglementations.
':i::. Y*i, sirr:J. J'::* *"lleg*l
,= ir; ij:* ct.,rpf;*i,.e* *r+.i s*iir{* r,.i Jl;rn*çc i.* i;.ll:
j"=i'**;'s
fr*i;: ::r..irlli:*li**,1 ;.:
ii:r *:xi:,=pi*.
l
c* ri,. rl ti * r i* ;.ç i: r* t,r,.; i: *
;.-;l;.::i*r{:* *i ij:* jç.,+i*ji:*:.: *,r ;:
Ë
i;-;irr+ le;.:;l]*4;,rg,
c,' :,'
;I:
i
;i
i-;5*aJ*aiii,,i
Doing wilhout tegol
odvice: whst gre the
conseEuenees?
5',.s1,.,ri* i:,"i:e i*c *i ir ir---r-;* + i: r,r
i*s i:**r:'j*-iiy*r::# : r:ii: :t*ci::r:iy
*i r:ri *;:riy :i*5* :;': ii+ ;:1;;.1ç":s.
.i
jJi sj/ji*fiiriif i*,,j*r* it:
-:+ ccil,:$i t'i..g, ,jc:,,' :<r-;*:
,::
,;
''. i;,.+ inl*:l'ç:r-gl*iir:l; ;-r:*d*
:
j.-
r*=gul:li*,*s r****r.ç l*r-
:
i.',r* J{jai{ ilf rË{.1.:l f.liil,=*;itiitâ€
:,1
..1.:..r, .
'-a,
;i'o.,':
{:
',.
c
"/!'4:r
t:,
I
,2 '"'.:
i*s
,'
,.:
.s.i
s;
.":"
*:.T *,ic; i:t
i,-
I
".:
i r:#
i
i,:;t*
* :;: p
;..1 ;: I *.:
. .,;-
.."j.èr
j* *, jr:,'
;.,;.:
: :li
:-::.*
;.;
.!a:f;ai;,:u"1.
:i= f*cÈ ci ***'.vi*r-**
la: iJeli".,t':*riJl
-. 'r; lie
:-,t
r.:r,ls-
itse#
j*
t Ci.1".'.,.!:.i,
jr;
jlr
I i..
ï
.' ,'.
li
*,* r :*i,.rr
.:
e
I*
=i',.r*
'
;
;,,-=
;
:
*
i..- i: l-
e ::
.:;
tenees .juridiqi;es dans Ia bcucle
ernpêche de procéder à une ncuvelle sensibilisâtion du personnel
lcrsque survient une rnutation cles
services ou le départ de collaboi'areurs présenis ar:x origines du
processus. C'esi notamment le
eâs en droit eie la concurrence.
tes r églenrer.]taticns peuvent
ave ir de fortes implications dans
ce e1onraine. F:our se prémunir de
rer*iil,-isis *r itiçs* i;si.,*: ':,::;id
iaû* i* ri*Ji{:iy;'i:ai: l,::liii:.'r.i'it:
:r: i,':1.:,l;i!iiç::
rs
t'""."/r:;
*, ji *
iç':
rs.
r
ilr:: * :; :;:
: _r ; i.:
i'r i,:;r;-* * li,* r-: â1.. r +r1, ir,1 j:
*-
l: i*E
i:
rr
j
:,: i; i:i
jr*i: ir: :is j*s.; i:,- fr{i:î a{l.i!,:;t;{::j-1.
A ;:i*r * ;i:+: l;i i: * ;i:* i:,: :;,,*,..iii; il i;; :,:
jvi::q $:lrç1ç j ijaaiii5.
.ft:irt;:.:,ix:] i*t'r:
il ;; **i
r'.'.{
i"*re.:
. ...,a
li: .;** :i;* jrii;{:i jnit..,
.._ !:. . :. . c'."
,ûel;:i; i:'*i*'';la:i :r
..
$:r*i{.*
,
a.:ir-
ci: ir':*i: il lir: r:
r';.:
a
i- i..
-."i.;
'./ !.
.
.
! .- t,{
: .,'
'-,j,t.
,
..t.:-
r\
il
ro.*
^
:
i::*;+:;i;:r:: ::+:,-:: :i,. i+ ii:i:r:r
*'*rinl; ii; e,r<t.:1.,--::: ::i arr.:L- ci.:
iJ:* çr,:iir;.:r. ;; i.t,.: : .i:. ,-_:+i:eai:. jiiij
i,l* :.i,r:+ !'!;r1i::-r i::.r - .i. i:i:.: silir€rij:#
jl?ii: l+j-a€. :-::,.'-:
= tf,;:,.-:::< *:
il,.
,
; ;;:
t
.i* e-.
).'al:;
*
Même lcrsque l'information juridique a 6ié eléijvrée cie façon
sâtisfâisânte au début du processus, i'ai:rsence de ccrnpé-
." ,.'
.
.:t
i*,.r.
;i:
Au-delà, la méconnaissanee eJes
méthodes d'interprétation, L:tilisecs nolamllrent par le juge européen, empêehe d'anticiper sur
sen positionnement {utur, par
p
*"{ow
does this lrnpoet
tl"le eompsrly's
reIstlonship with
pertners?
ij-r* ::vel:",-ie r:ic;p,r.,,i*arur* * :r,iij:
ii* S,ri.s*#;;*r,-i '.;çriiic*lr,::i: jir:r,.;
,,*rl i*c;.:J #**=iii**lr -. +i :-i*::dr,::i:t l*l;r-it.*;::.:t i:l:;:cir:rJ** rg:ii:
r']tcllllal
lilrllilr:t
!)|t.Jsttc,ias&itilgrallos
Juy/August:ri-rl:r ii.
l..l
rexærcM=ruTATl*hl
---_T--.
] on,.," c|auteur / AtLilir:r articte
toutes sanctions, certaines pré,
résulte des comportements en
cautions doivent être prises dans
l'échange de données sur le pro-
totale contradiction avec le droit
duit. Si cela fut généralement le
cas, lors de I'entrée en vigueur
des réglementations, avec
le
temps, l'absence de rappels sur
ces questions pourrait induire
des comportements contraires
au droit de la concurrence.
Pire encore, ia transmission de
I'information juridique par des
non juristes entraîne sa déperdition voire son altération. ll n'est
pas rare qu'après une communi-
applicable"
F
Gu*:s isæpce?s sur les
reg*f!*æc €ve€ ses
pçr*en*ires
un risque pour l'entreprise. Par
exemple, une stipulation inexistante
ou mal rédigée dans un contrat est
susceptible d'empêcher le donneur
d'ordre de pouvoir exiger, sans trop
de contestations, la reprise d'un
?
Le recours abusif, sans contrôle
a posteriori du service juridique,
au copier I coller de contrats-types
conclus avec les fournisseurs, les
clients ou les sous-traitants présente un risque juridique non né-
cation à plusieurs acteurs au sein
gligeable.
Si le juridique peut être vu, en cer,
de l'enireprise, les informations
initiales relatives à la réglementation se retrouvent déforrnées
voire totalement erronées. li en
taines cil'constances, comme un
obstacle aux affaires, il n'en reste
pas moins que son absence ou
sa mauvaise maîtrise représente
produit non conforme au cahier des
charges voire une indemnisation en
cas de dommages.
De la même manière, la totale méconnaissance des irnplications ju-
ridiques par un sous-traitant d'un
engagement souscrit auprès de sordonneur d'ordre peut représenter
une charge financière très importante en cas de non respect de cet
engagementAu-delà de ces seuls aspects, l'absence du juridique a un fort impact
organisationnel. Dans les PME, les
juridique peut êtne vLJ, en certaines
cirronstaRces, cCImme iln obstaele aLtx
affaires, il n'en reste pa$ moin$ que $0n
absence 0u sa rnauvaise rnâitrise represente
un risque pour I'entreprise p.
o Si le
'df kgæ$ #sp##fs ##tr #s
s**s,
rs?
##ffiF$?
*sæijfltrs#**gs, #s æ# **s#*i* # **gss*#ss,
f&* fusf #ffi#strs f*æf s# æ*ss### #rff##r
tr?###gt#ffi#trt fl##f#s#n}# # trbF{ fur #ps
##ff?F#ff3i" "
*r :i;*,e**tr**i*rs pres**l; * s;ç*iii***: ieg*i
:uppii*:-s, *jic;:is
risx.
:i'+;;,' J5a9i'i tri,, Lp jee- . a.3,.
ir:il ci;ç:;::rsr*i!*e$, ss c,l c*si*cj*
lc 5us:re;s, if e icr: rE,m,;11-. l*6: ir,
**:*rc* *i FË*r ,11{.-nr:Ssffrrf ieËe .'.Éj:r: .; ,,5L iç, 'lç 6;'n';,;r,
"-o,
*x*r"r,";:i*, * r';$n-*xi-ci*ill cr p*crl,t'
;,rrjii*i: :lçr-rft:ii*;: i* * ;*;rrr*ei n:*y
piev**i ii* *rd*rirg Brx'ly ***: reqi:iriaç. willlcrr,' i**,'*i-:c! *jisp;-:fe,
i** t*lc-à*cà *:i * pr*dr:cl, vr,f:e,4
d**s r":r:l c**piy wiii sperifrc*:lir,-n.:
r--r el*i*-:i:-:g **ir:Ë*i:sçi;*lr i:; ii*
*'.0**l $l #*lrl*ils.
S;;xri*riy, ::: s,:b;*nir*ricr's c*;*:,
pl*ie Jcc* *i À**r*J*#ge, ** iàs
j*geri ixpirraiic;:.ç *{ * ceæ:-o:;ine*i
' -L l.
Ao
.i
1] Cos ner.q re
r.viià t** *:rJ*ring Ë{Ji-ry .*;: r*sn*s*nF:: i**jci' fir,:i:.:i*J i:trcle* :r' ii*
c*:;e *i r:c,* e':rnpii*res rvi:* ilis
c*m;nil:'lr**iË*,r,**d
li*s* ':::peris cri*ne. i*e sS.4*s
*rg*njz*ii*r]*i i;.::*s{]:. i:r
5&15.; :r jr;','c:: jc",Ë-rrif ; o, )1.3e
q.r:ja,s ..,cej ,:irr- tie,=i;c; Ll.;iLi5
irerrer'3 li.. 1 ,mplçn'5^ti^E ., ,.c;
:isi*ri **,ric1' v'*ii ài;si;-:*ss pçrl**r s.
it 'i* r:r:t ur.;*s**J i-:i s sl:ôc*;:lrslisr l* à* c*ni;**l*d r,,it* dif*r*ri
rep *i*ii:ry r*q:-iirei::*r':i-s d*p**di,-rg
+fi r,'I*liei- i:* *as i* desi ,gitt ii*
*&* *'epcrir*e;:i iJ:* p;:r*Â*srng
{r slrc'r}Ë
*l
:
Iài,:. ini*:**il;:;,"*c& srdejjr-.; - :
,r: i ,.r, r' r-a;C; .r.p!:,-ryr;3-;
i* l*:n:.ç *l c**ir**?*al l;*ir:i;iv :'
*or:pslrijr-:,'; i*v l* çer,-iicujr:r. i-l:LcS
s**s* .;I r: i*g*i *rg*ri;:*i;*r:
r:'*p*rim*;,:i
;r*S*i à'aciior: -.i",li*rc frcrl cr ls;-rj:
i;;-:â *i i:*:;s'.'ers*i: ry.
iÀ* ql'eiiry, rnirrix;gi*i
cIlà* s,.r5-c**irirda{}rs *,*cse* 5y i&e
*rd*ir*g pr:,'{' i}sefi. à: iÀis c*sa tàe
r: tq,:n: t Ji: 3r
3i
:.1,.d
..,-,^nte,c:c. -.
p!::::i:: n:. f ..re,rc;i ,r, ?.: --rc,t; j:
ful,s:**ss r*Jcli;:*sÀç. ih* i;::& ci s:
-
." ieçaj :rt'rrlerglaÊ.ç ;i cne.j.i.-:
p*d*erri:g *;":liire; c*r-r b* i: s+:,.::
cf i*csi.*r,' in l5*:r r*li:ii*:;siç.
li js rs
r?r:fiJ.tJ, cûn un;:-:-.
"oy,, û
lro:;*ii;' i6i,rjçgr.: *is s:-tfuc*cir*cior :'
Aorv ;t. r'or,oly .v,il '*,:ulct,ûj;-q. -:
iirsi n:c-v ili--* i:r*t ftis *p*r*ficr:
'e::bcci: '! Àe.;,/'cir1 o"d cons ::-
irs r::::rqir.:nce pi-*{rsss r*r :É
,,a:sr.nscci at ,
",ijr dgt c.Ser u;,.'rc -;
iJrc:
M
d
d
(
fr
Autttttr :tni<,:e
/ Arlicte d,auteur i *x*xLAT!*rr:
=Tl ou les grands groupes, la rnise
au même processus que son client,
p
d'adopter une politique constante
:rvers les partenaires commerciaux.
ie sous-traitant peut se retrouver
avec un portefeuille de produits
non conforrnes avec le droit appii-
Aussi, la maîtrise du processus de
mise en conformité passe incon_
a l'écart du juridique ernpêche
n'est pas rare qu,un sous_traitant
soit confronté à des exigences ré_
olementaires différentes selon qu,il
cable et ainsi dans I'impossibilité de
s'adresse au service R&D, au service
tËtduL-
ristes
ooncurrence notarnment, qu,orga'':isationnelles et commerciales.
!n externe, dans le cadre cl,une
relation commerciale, l,absence
Ce
solides compétences juridiques
Ën interne, en plus de s,assurer cle la
conformité des activités de l,entreprise avec le droit applicable, cette
d'une part, de l,influence et la
complexité croissantes des régle_
mentations relatives aux sciences
et techniques et d,autre part, de
absence empêche de connaître
avec précision la situation jurictique
d'un partenaire comrnercial. ll n,est
pas rare que les activités de celui_
:ension dans leurs relations. C,est
conformes avec le droit applicable
inentation. Le premier peut penser
son retour d'expérience bénéfique
licitation sur les opérations les
plus sensibles, d'un conseil extérieur à l'entreprise. Compte tenu
tences juridiques est prejudiciable.
ci, même certifiées lso g001 ou
son sous-traitant sur la façon de se
Tettre en conformité avec une régie-
dique tout au long du process ou
pour limiter les coûts, de la soi_
>.
:ans l'une et l'autre des entités
cartenaires peut entraîner une
ainsi qu'un donneur d,ordre peut
nvolontairement incJuire en erreur
s'ajouter à l'incontournable exper_
tise scientifique et technique. Cette
adjonction de compétences résulte
de la saisine du département juri-
Ainsi, que ce soit en interne
ou en externe, I'absence de compé_
Ainsi, en interne, une telle mise à
'écart a autant
d,incidences juri:iques, en matière de responsabité contractuelle ou en droit de la
testablement par la mobilisation de
solides compétences juridiques en
interne ou en externe qui viennent
poursuivre sa mise sur le marché.
À l'aveniç cette hypothèse pourrait
ne pas être si isolée compte tenu
du fait que " l'échange de retours
d'expérience " dans la chaîne de
valeur est fréquent et que celui-ci
se fait généralement entre non ju"
achats ou au responsable qualité
le la sous-traitance du même don_
.eur d'ordre. La transversalité
de la
'onction juridique fait ici terriblenrent
e***la-rs5**
l'importance des conséquences
financières en cas de non respect
de ces réglementations, mieux
lso 22716, ne soient pour autant pas
prendre en compte le juridique
dans l'organisation du travail paraît indispensable. K
rendant le produit délivré lui-même
non conforme. D'un point de vue
externe, l'absence de telles compé_
tences empêche de faire le tri entre
" ie bon " et " le mauva;s , retour
d'expérience. Un donneur cJ,ordre
et estimer que son processus de
et a
nise en conform ité est transposabie
a l'envi. Or, après avoir eu recours
rait être en capacité cJ,évaluer la
foftiari un sous-traitant ne sau_
pertinence <les conseils dispensés.
Nicotas LECA
Avocat / le;+1.*,.
Docteur en droit / *trisr iri jiTx.
nicolas-leca.avocat@gmail.côm
:,,f-:s p.i*f{:*; .:s Jlis cJ.,*ni
.1.;t".f:.'_,} c,i,; : .a _;, ,., i,-.
:i
pr r: dr,r:li ç"'À ; ;,t;
crs tr; i
t** :tà-
r,:::,
: ,.:::,;:
ie.r r:r*ç,jg,i 5*i*g i.r*. ?$'*
ii:r:=i$' ;..*.;iÈ t&* *;:pi!**i--j*,i*5i.:;,*i.,r:r,
:;:* li*reic,r* #e ::**5i* ir: **sii::*;*
'. i- i'.s.r pic,..rç ca iË ..r-. \sj. j,.
"-9 iur.;r !.^:.t tv:t,::i,.,i. rh;
r: ,:.r
creCja d+:r i* f&* i*ci in*i '.*e
=*r*
;
;..:
c+ *
,.
=r***i:;:* *i r:p*rsii*a*j i***,&*c,l
:r:
l**
v*J:;e *"&*ir rs li*çi,6n3
r,l*i it i:
*srr*,'',jy
:s'*,.5*r*".
6",3-.g
ri*** i:e*,;:*r .,*r;l,
i,t;*,
çrif,ler ir:l*r::r:Ç *r
*:r*,.r:c#r i&*: l**é: .*l J*g*f *r-:*.çe$:s;:
:: c*liir:**J*j. fr;l*,.:*,:i;,, i:: *..j*ia;**
ir: erisi;ri;.-g ile r':.::jia*r* *l #:-r:;È
+*ss *Ë,*: *ij**:',",.,ij; *J:;:Jj;*;1J* i_**1
ifo::;t*:* *rç:ye*l: .ii* c::;rpr:.*y ir*r*
à*'*i*'i*ç qrecll*iy
-,,1=
l.=gr:i st::ii.,s
*{;: &;rsrn*:,r;."*rl**r. i: l.:pçe*:
*,:j
*f*:l
:;f i*
i&*:i
il*
**liyiii'*.r
*i ** i*f
j
t*ri;ire*f ;:r* ,t*,+,*-r*r
*,, i."r:
r:r:f
j*
c*ri*rri$. x,,.:i s:æ:J;***j* ;.:.,"r, ii:;s
' ,o r!':-' . ,.lç1-; j -ie i ;i.. .... ,..
ç;-:i. Ër**: ** **i_.ids *sr:,l:**li.".a l**
l.;ri .:,-{ --ç*c,& rr:ffûe.;eû{*i Ër*.y*ar,ê5
*::y s*#;rç *lt"i *i'g**,1i" *r ,â:#'.
r,'".':i :"o.' in+c:.,,.,. .4 a(,:.-..,...
*,ld * i*rii*ri i: :,:!r*:ii.";:;ti:.r a,;-;..::f &* ir: * **ç**jjï ie; *ç*jcc:#: iit*
.
€ {iri
p
!.:.. ..' .-..
i.ll.:5
1...., r:
à;; p::,r*:J
:r..
ir- I
1I1
i
s.;jis
a2,,._-
-
ii+'r i*:: :g.l11rr*i i;: il* j**ci
C*p *:'ir.r
;:..;
i i* :-
r:r i+ j:;r,ii c*:is.
irE ri
i*
r..
a&e
*iil
*
p,
o.*_.,
;:dvics çi-r*r-:,
i*r il;e r,rçsi ,:;**siL;1.* *per*#*;::,
i;* ::,xlsr*;:j i*:r:s::ji**i i* if:*
à;.
C
it-:.6;; o'
';" :- "L.r,. ",.:
", ,.: :....
r.l
i** iriic**,:*
*r,-.J tr:mpi*siiy ::i:
r*J*i** i:: :cË:;:cs a:l:#
r***,-*i*gy **d **
,', '1. :.:È
!'2. ...
1 i 2.
il* *ti:*i i**
ir:;g*rÈ*,li* e,i r-le iinr:.*:içj rr:r:s*,
.{:*rr;aë.$ i'* i*s* *f ii*;;
cc;rpii*,:;*
i
a,=.. :..*'"-_'.,'
i* ile ;rr:rrr..-ir:r*i:j*
ir.
iÂrs c;*$rji:i5* +i ::,:ru:Ë*:cnars iË,
r*gr-:i*:f;*;,.s
eonclusion
Fc.,:. :
c-L'.. L
-f r: ;;fit
i.*:l;r:j *l
::,:,--,:i
..-..
:. .,
*xl*r** j :,:,r.==:;-t;s
:..;
li*i
j:-..#
"
.Sr.',,
r.i ,. ._ r , -. i.
:li* r:..c.:r.rii *l i** !*g*J *:$#ci
i:; i*+ *';*ri; *rç*l j:r*i;.:. 5u*â:,{ *J3::'lii*i.
æ
Tle gloilat ilicimation cn cosmeijcs & fragr-a|ces J
Ju y / Auoust
!i:i
\'ai,1
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
6
Taille du fichier
4 564 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler