close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

15 - Epsilon

IntégréTéléchargement
MINISTERE DE LA COOPÉRATION ET DU DÉVELOPPEMENTINSEE
DDE Département de la Coopération AdministrativeService de Coopération
SOMMAIRE
N° 29 - Mars 1982
ISSN 0224 — 098 X
Pages
EDITORIAL
3
Ph. COUTY
Le temps, l'histoire et le planificateur
5
J. SCHWARTZ
Stratégie de satisfaction des besoins essentiels et planification dans
les pays les moins avancés
18
G. OLIVE et G. WINTER
Libres propos sur les interventions du Fonds Monétaire International
dans les pays en voie de développement
31
J.L. WEBER
Principes généraux d'un système de comptes du patrimoine naturel38
A. de BENOIST
Pour une exploitation anthropologique des recensements :
L'évaluation spontanée des âges en Afghanistan
52
M. ABZAHD
Le dispositif d'enquêtes périodiques sur l'emploi urbain au Maroc :
Bref aperçu méthodologique et principaux résultats du ler passage 197659
M. AYED
Pour la constitution d'une base de sondage permanente pour les enquêtes
auprès des ménages. Cas : Tunisie
81
M. TAHON
Note de lecture sur : "Guide d'
Elaboration
des Comptes Economiques dans
les pays en voie le développement"
99
G. WINTER
Note de lecture sur"LE MACROCOSPE : Vers une vision globale"102
STATECO : Bulletin de Liaison non officiel des Statisticiens et Economistes
exerçant leur activité en Afrique
Directeur de la Publication : Jean IIOSSENLOPP
Secrétariat de la Rédaction : INSEE - Service Coopération
18, bd Adolphe Pinard
Mme BONJOUR75675 PARIS Cedex 14
Tirage : 1 150 exemplaires
- 3 -
EDITORIAL
Jean HOSSENLOPP
Les deux numéros précédents de STATECO étaient centrés chacun sur un
thème. Le numéro 27 traitait essentiellement du choix et de l'exécution des priorités statistiques, thème d'un Séminaire organisé en juillet 1981 par le Centre
de Recyclage de Munich. Le numéro 28 portait sur les principaux enseignements du
Séminaire AISE - INSEE qui a eu lieu à Dakar en novembre 1981 sur les problèmes
méthodologiques des enquêtes statistiques.
Ce nouveau numéro couvre un champ beaucoup plus vaste puisqu'il aborde
des thèmes aussi divers que les rapports entre approche historique et pratique de
la planification, les interventions du Fonds Monétaire International dans les pays
sous-développés, la planification des besoins essentiels, les comptes de patrimoine, les enquêtes auprès des ménages, etc.
Le premier article reprend une note AMIRA de Philippe COUTY (ORSTOM)
sur : "Le temps, l'histoire et le planificateur" qui montre que la connaissance
historique permet de rejeter certaines simplifications, de relativiser certaines
attentes, voire de remettre en question la notion même du développement.
C'est en se basant sur son expérience récente de coopération technique
au RWANDA que Jacques SCHWARTZ s'efforce de préciser, au-delà des mots à la mode,
la signification d'une stratégie de développement basée sur la satisfaction des besoins essentiels. Il montre en particulier les implications pratiques d'une telle
stratégie en matière de méthodologie de la planification : quelle Comptabilité
Nationale ? Quelle méthode d'évaluation des projets et programmes ? Quelle information statistique ?
L'article qui suit se veut quelque peu provocateur. En se basant là
encore sur des expériences récentes, Gaston OLIVE et Gérard WINTER présentent des
"Libres propos sur les interventions du FMI dans les pays en voie de développement",
libres propos assez critiques et que les auteurs soumettent à ... la critique des
lecteurs de STATECO.
4
Après la provocation, la présentation rigoureuse d'une innovation l'a:thodologiquet Jean-Louis WEBER analyse "Les principes généraux d'un système de
comptes du patrimoine naturel" ; ces comptes sont testés en Côte d'Ivoire dans le
cadre d'une recherche menée à l'Université d'Abidjan avec l'appui du CESD et le
soutien méthodologique de l'INSEE, recherche portant sur le thème "Patrimoine naturel et croissance économique en Afrique". La nouveauté de ce thème, difficile,
mais important, est à souligner.
On en revient ensuite aux enquêtes : Augustin de BENOIST avait déjà rendu compte de son expérience de recensement des populations nomades en Afghanistan
dans le numéro 22 de STATECO (mars 1980). Il énonce ici, dans cette nouvelle note,
des perspectives originales sur l'intérêt d'une "exploitation anthropologique des
recensements". Prenant l'exemple de l'évaluation spontanée des âges au sein des diverses tribus nomades afghanes, il montre comment ce problème classique qu'affrontent les démographes dans les régions dépourvues d'état ^ivil est lié à des faits
de culture qui, enracinés dans une lointaine histoire (Cf article de COUTY), différencient ou regroupent des ensembles de population hors des délimitations ethniques ou linguistiques traditionnelles.
Les deux derniers articles complètent le numéro précédent de STATECO
consacré aux communications du Séminaire AISE - INSEE sur les enquêtes statistiques. Mohamed ABZAHD présente le dispositif d'enquêtes annuelles sur l'emploi
urbain au Maroc et analyse brièvement quelques résultats obtenus en 1976.
M'Hamed AYED, quant à lui, expose l'expérience tunisienne en matière de constitution d'une base de sondage permanente pour les enquêtes auprès des ménages, en distinguant, bien entendu, milieu rural et milieu urbain.
Deux notes de lecture complètent cette série d'articles :
Dans la première, Marie TAHON présente le "Guide d'Elaboration des
Comptes Economiques dans les pays en voie de développement", publié récemment par
le Ministère de la Coopération et du Développement (2 tomes : Méthodologie et
Exercices d'Application).
Dans la deuxième, Gérard WINTER retrace les axes originaux de la
pensée que Joël de ROSNAY expose dans son livre : "Le Macrocospe, Vers une vision
globale".
LE TEMPS, L'HISTOIRE ET LE PLANIFICATEUR (1)
Par Philippe COUTY
Les planificateurs et les praticiens du développement doivent-ils s'intéresser à l'histoire des pays où ils travaillent ? Si oui, s'agit-il pour eux
d'acquérir simplement une sensibilité accrue à la dimension temporelle des phénomènes socio-économiques, ou leur faut-il entreprendre systématiquement, à propos
de chaque problème et de chaque projet, une analyse historique visant à dévoiler
les évolutions en cours, à étudier les erreurs commises autrefois, afin de donner
aux décisions un caractère plus réaliste ?
A partir de cas concrets, peut-on montrer notamment que certains choix
fâcheux auraient pu être évités si l'on avait pris le temps et la peine de réfléchir aux enseignements du passé ?
Telles sont les questions que deux chercheurs de l'ORSTOM (2) ont essayé de traiter en mai 1901 devant les auditeurs du CPDCET (3). Les exposés ont
porté sur les problèmes posés par le pays baule en Côte d'Ivoire et par la zone
arachidière au Sénégal. Dans les deux cas, il a été montré que la connaissance
historique permet de rejeter certaines simplifications, de relativiser certaines
attentes et peut-être, discrètement mais fondamentalement, de remettre en cause
la notion même du développement. En même temps, quelques informations ont été données sur la façon dont travaillent les historiens de l'Afrique, et en particulier
sur le parti qu'on peut tirer des archives coloniales et des traditions orales.
(1)Cet article a déjà été présenté dans la note AtIIRA n° 32.
(2)J.P. CHAUVEAU et Ph. COUTY.
(3)Centre de Perfectionnement pour le Développement et la Coopération Economique
et Technique - Ministère de la Coopération et du Développement 21, rue du Port 91350 GRIGNY - Le responsable du Centre est Michel GAUD.
6
Préalablement à ces études de cas, une brève introduction avait présenté quelques points de vue, évidemment discutables, sur les rapports entre approche
historique et pratique de la planification ou des projets de développement. Récrite, augmentée, assortie de quelques références, cette introduction a été discutée
au Séminaire Interdisciplinaire de l'ORSTOM ; elle constitue l'essentiel du texte
qu'on va lire. Pour éviter tout malentendu, on souligne que ce texte ne prétend
nullement résumer l'état de la question, mais vise seulement à contribuer à un
débat. Conçu d'abord comme simple canevas d'un exposé oral, il garde de sa forme
originale le caractère d'une ébauche ou d'une tentative.
Il ne saurait être question de chercher à justifier le choix d'un sujet
dont les lecteurs sauront bien peser l'intérêt. Néanmoins, on peut attirer l'attention sur la fréquence croissante avec laquelle l'histoire, l'analyse historique,
l'approche historique (ou dynamique), sont présentées aujourd'hui comme des voies
de recours. En général, il ne s'agit guère plus que d'allusions et de projets,
peut-être d'échappatoires. Quoiqu'il en soit, dans les articles écrits par des
spécialistes que leur discipline a cessé de combler, dans les rapports confectionnés par des sociétés d'études soucieuses de faire croire qu'un jour de nouvelles
données pourront fonder des interventions efficaces, le couplet sur la nécessité
et les vertus de l'histoire devient presque banal. S'il est sincère, cet appel à
l'histoire ne nourrit-il pas de vaines espérances ? Ne traduit-il pas une conception qui ferait de l'histoire un outil de plus dans la trousse de l'expert en développement, un instrument supplémentaire dans l'orchestre dirigé par le planificateur ?
En 1883, un esprit aussi averti que RENAN prévoyait la disparition de
l'histoire pour dans cent ans, c'est-à-dire maintenant : "Je fus entraîné vers les
sciences historiques, petites sciences conjecturales qui se défont sans cesse
après s'être faites, et qu'on négligera dans cent ans. On voit poindre en effet un
âge où l'homme n'attachera plus beaucoup d'intérêt à son passé ... C'est par la
chimie à un bout, par l'astronomie à un autre, c'est surtout par la physiologie
générale que nous tenons vraiment le secret de l'être, du monde" (1). Depuis RENAN,
(1) RENAN, 1973, p. 163.
- 7 -
le vent a tourné. Alors qu'en 1920, Alfred IIARSHALL mettait dans la préface de la
Sème édition de ses fameux Principes cette petite phrase qui eût enchanté RENAN :
"The Necca of the economist lies in economic biology" (1), WICKSELL, économiste
pourtant particulièrement convaincu de la supériorité du raisonnement logicomathématique en économie, recommandait sur la fin de sa vie (2) aux jeunes économistes d'acquérir avant tout une solide culture historique.
Pour dépasser ces revirements, cherchons à distinguer quels peuvent
être, pour un planificateur d'aujourd'hui, les paliers d'intensité du recours à
l'histoire.
1/ Commençons par ce qu'on pourrait appeler le niveau minimum. Il
correspond à des exigences de simple bon sens, mais en la matière on est bien
obligé de reconnaître que le bon sens n'est peut-être pas toujours la chose au
monde la mieux partagée.
Critiquant le plan nigérien de 1965 - 1968, THENEVIN (3) regrette par
exemple que le modèle de développement retenu n'ait pas intégré le risque climatique : "L'absence d'analyse historique est grave car l'étude du passé aurait permis d'éviter l'oubli du risque d'apparition de périodes de grande sécheresse". Ce
risque existe en effet en Afrique soudano-sahélienne, il n'est pas besoin d'être
historien pour en avoir entendu parler, mais il est sûr qu'une certaine connaissance des archives le rend davantage présent à l'esprit. Il n'est sans doute pas
inutile, par exemple, de se souvenir qu'à la suite d'une série de mauvaises saisons agricoles commencée six ans plus tôt, la situation du Soudan vers 1914
était catastrophique. Il y eût cette année-là plus de 30 000 morts dans le cercle
de Ouahigouya, dans l'actuelle Haute-Volta, sur un total de quelque 315 000 habitants (4). On peut se rappeler également que c'est à l'occasion de la grande sécheresse de 173E - 1756 que le déclin de l'empire du Bornou s'amorça même si l'écroulement final de cet état doit être attribué à la guerre sainte de 1804 - 1808, et
à la destruction de sa capitale par les armées islamiques ... (5).
(1)MARSHALL, 1956, p. XII.
(2)SELIGMAN, 1962, p. 561. Notons que WICKSELL est mort en 1926.
(3)THENEVIN, 1980, p. 56.
(4)IIARCHAL, 1980, p. 70.
(5)LOVEJOY, 1978, pp. 65C sqq.
- 8 -
En ce qui concerne les projets ponctuels aussi, d'étranges ignorances
se manifestent parfois. Aurait-on construit la station de recherche piscicole de
Bagakawa, au Nigeria, sur la rive ouest du Lac Tchad, à un endroit qui se trouva
peu à peu envahi par les eaux au début des années 60, si l'on avait su que le niveau du Lac varie selon un cycle de longue durée ? Mieux connu aujourd'hui, ce cycle pouvait être pressenti dès les années 50 par simple comparaison entre l'état
du Lac à cette époque et celui dont rend compte l'exploration réalisée par le
Général TILHO en 1905 et 1906 (1).
On dira qu'il s'agit ici de climatologie et non d'histoire. Reste que
ne pas oublier de prendre en compte certaines données essentielles, sur lesquelles les archives ou parfois des documents imprimés facilement accessibles disent
tout ce qu'il importe de savoir, c'est bien un minimum. Observons toutefois que
derrière cette proposition, se dissimule un "toutes choses égales par ailleurs"
qu'il vaudrait mieux expliciter, ne serait-ce que pour s'obliger à en vérifier
la vraisemblance. On trouvera souvent que cette vraisemblance est douteuse. Après
tout, avec un bon système d'information et de transport, les sécheresses sahéliennes auraient pu cesser d'être catastrophiques. Cela veut-il dire que si trop de
choses changent, les leçons de l'histoire perdent toute valeur ? La conclusion serait paradoxale : pour tirer pleinement parti de l'histoire, il faudrait en somme
que celle-ci restât immobile. Or, l'histoire n'est-elle pas justement l'étude du
changement ?
2/ Pour sortir de cette impasse, examinons un autre mode d'utilisation de la connaissance historique, défini par THENEVIN (p. 69) lorsqu'il étudie
le système d'information nécessaire à l'élaboration de la stratégie et de la politique de développement. Il s'agit, nous dit THENEVIN, de dévoiler trois choses :
- les tendances d'évolution et les changements à prévoir ;
- les potentialités physiques, techniques ou humaines qui pourraient
se réaliser ;
- les contradictions ou tensions futures à résoudre.
(1) TILHO, 1910 - 1914.
-9On n'arrivera jamais, bien sûr, à une connaissance totale de ces tendances, de ces potentialités et de ces contradictions, mais on peut au moins s'efforcer d'aller le plus loin possible dans chacune des directions indiquées. L'idée
qui inspirera cet effort, c'est que certains événements, certaines situations, ont
leur germe et leur commencement dans une époque antérieure. Tout est lié : le passé annonce et détermine le présent, lequel à son tour pousse l'avenir sur la scène:
Il y a dans toutes les vies humaines des faits qui représentent
l'état des temps évanouis ; en les observant, un homme peut prédire presque à coup sûr le développement essentiel des choses
encore à naître, qui sont recélées en germe dans leurs faibles
prodromes, et que l'avenir doit couver et faire éclore (1).
Ce thème est éminemment poétique, et CLAUDEL s'y attarde avec jubilation : "Le passé est une incantation de la chose à venir, sa nécessaire différence génératrice, la somme sans cesse croissante des conditions du futur" (2). Transposée dans le domaine scientifique, une telle façon de voir présente au moins un
avantage, mais aussi certains dangers.
L'avantage, c'est de consolider, presque à l'excès, l'idée que personne -et surtout pas le planificateur- ne part de zéro. Il n'y a pas de table rase.
Comme les chefs d'armée dont parle TOLSTOI dans Guerre et Paix, les décideurs économiques ne se trouvent jamais au début, mais toujours au milieu d'une série d'événements dont chacun découle de tous ceux qui l'ont précédé. TOLSTOI en conclut
que le commandant en chef a l'illusion de commander. Son héros, c'est le vieux
Koutouzov, qui se contente de gagner du temps en lisant des romans français. Moins
négativement, nous pourrions retenir que la connaissance de l'histoire est doublement utile. Elle fait sentir au planificateur enthousiaste la force des enchaînements qu'il devra rompre s'il veut leur substituer d'autres séquences d'évolution.
Elle suggère au planificateur devenu plus modeste de rendre ses schémas d'intervention compatibles avec le cours quasi-irrésistible des choses.
(1)SHAKESPEARE, IIème Partie de Henri IV, Acte III, Scène 2. Je cite la traduction de F.V. HUGO, mais le texte original vaut d'être consulté.:
There is a history in all men's lives
Figuring the nature of the time deceas 'd,
The which observ'd, a man may prophesy
With a near aim, of the main chance of things
As yet not corne to life, who in their seeds
And weak beginnings lie intreasured.
(2)CLAUDEL, 1967, p. 140.
- 10 -
Venons-en aux dangers. Le premier est facile à éviter. Il naît de la
tentation qu'on peut éprouver de réduire les données historiques à des séries
statistiques, en particulier lorsqu'on cherche à déceler une tendance. Que cette
tendance existe ne fait aucun doute. Dans le document déjà cité, THENEVIN écrit,
par exemple, à propos du plan ivoirien 1976 - 1980 :
"Les problèmes de long terme énoncés par le Groupe Côte d'Ivoire
2000 sont nombreux et ne se limitent pas aux options choisies en
définitive par les planificateurs ... On ne peut, en particulier,
omettre une analyse historique portant sur les mécanismes de développement passés de la Côte d'Ivoire et les résultats observés, ou
sur les relations entre économie ivoirienne et reste du monde. Or,
aucune chronique, ne serait-ce que des séries fournies par les comptables nationaux ou statisticiens, n'est fournie par le Plan" (1).
L'auteur semble suggérer ici qu'il y aurait eu moindre mal si des séries comptables et statistiques avaient été recueillies et analysées. On aurait
eu au moins un commencement de lumière sur les "mécanismes de développement passés de la Côte d'Ivoire". Pourtant, même chiffrée, la description n'eût pas expliqué ce qui met en mouvement ces mécanismes et ce qui les fait fonctionner à tel ou
tel rythme pendant une période. La liste des chroniques donnée par THENEVIN (p.70)
est longue, mais elle ne permettrait de connaître que des résultats ex post, dont
le rapprochement ou même la co-variation ne signifie pas grand'chose. Il y manquera toujours le compte-rendu de ce que Paul VEYNE (2) appelle des intrigues, parfaitement singulières et imprévisibles. De ces intrigues, l'analyse de l'expansion
arachidière au Sénégal de 1850 à 1960 donne un bon exemple. Derrière les séries
statistiques de production et d'exportation, on décèle un faisceau de processus
historiques, dont certains ne sont pas mesurables. Il y a la révolution sociale
qui mue en paysans les anciens captifs du Cayor, ainsi que les ex-hommes de main
des chefs dépossédés. Il y a la transformation d'une illumination mystique individuelle, reçue par un certain Amadou BAMBA, en entreprise de colonisation agraire.
Il y a la spoliation des Peul du Baol, appuyée par l'administration coloniale ...
Le résultat, c'est que du premier chargement de 70 tonnes d'arachides parti de
(1)THENEVIN, 1980, pp. 26 et 27.
(2)P. VEYNE, 1978.
Rufisque vers les huileries de Rouen en 1841 (1), on passe à 90 000 tonnes exportées en 1900 et 1 400 000 tonnes en 1964. Mais ce résultat, même si l'on pouvait
le rapprocher d'autres indicateurs chiffrés, ne nous apprend rien sur les ressorts
et les moyens dont on vient de donner un aperçu.
THENEVIN ne s'enferme en aucune façon dans cette approche statistique.
Il prend garde de signaler que l'analyse dynamique comporte aussi, et surtout,
une "analyse historique approfondie d'évolution des systèmes de production et des
systèmes sociaux", à partir de "monographies et études non statistiques révélant
des changements importants dans les comportements, en particulier les mécanismes
de décision et les aspirations" (pp. 70 et 71). Mais il y a un deuxième danger,
plus subtil, dans lequel on risque de tomber lorsqu'on attend de la connaissance
historique qu'elle dévoile des tendances, des potentialités et des contradictions.
Si l'on va jusqu'au bout de cette démarche en effet, n'y trouve-t-on pas les mêmes
espérances, et peut-être les mêmes certitudes que celles du positivisme ? Auguste
COMTE écrivait en 1884 à ce sujet : "La doctrine qui aura suffisamment expliqué
l'ensemble du passé obtiendra inévitablement, par suite de cette seule épreuve, la
présidence mentale de l'avenir" (2). Expliquer doit être entendu ici, me semble-til, au sens latin : explicare vestem : déployer des étoffes, explicare volumen :
dérouler un manuscrit. Expliquer le passé, c'est le démonter et l'étaler comme on
dispose les pièces d'un fusil sur une toile de tente pour la revue d'armes.
L'histoire à venir serait virtuellement inscrite dans un présent qui, lui-même,
était virtuellement inscrit dans le passé. Si nous savions tout, ou le maximum de
choses, sur le passé et le présent, nous pourrions prédire l'avenir. Il est possible d'étaler devant nos yeux, à un moment donné, l'ensemble des processus historiques, c'est-à-dire de les faire sortir du temps, de nier le temps. Paradoxalement,
le positivisme rejoint ici la connaissance atemporelle et divine des scolastiques,
(1)V. MONTEIL, 1966, p. 189.
(2)Cité avec ironie par H.I. MARROU, 1954, p. 11. On trouve dans le Discours sur
l'Esprit Positif d'où est tirée cette phrase un autre passage encore plus révélateur : "L'esprit positif ... peut seul représenter convenablement toutes
les grandes époques historiques comme autant de phases déterminées d'une même
évolution fondamentale, où chacune résulte de la précédente et prépare la suivante selon des lois invariables qui fixent sa participation spéciale à la commune progression" (COMTE, 1970, p. 61 du Discours ...).
- 12 la vision statique et omnisciente du passé, du présent et de l'avenir (1). Là encore, le recours à l'histoire semble reposer, en dernière analyse, sur une négation et une disparition de la spécificité historique. L'effort de connaissance
historique n'aurait d'autre but que de ruiner et d'éliminer son objet.
Parvenus à ce point, il nous reste à nous demander si l'on ne doit pas
rechercher dans l'histoire autre chose d'irréductible et d'inentamable, qui serait
enfin le changement lié au déroulement même du temps.
3/ "We must take time seriously. To make a comparison between two
situations, each with its own future and its own past, is not the same thing as
to trace a movement from one to the other" (2). Un économiste a suivi cette recommandation de Joan ROBINSON bien avant qu'elle ne fut écrite. C'est Augustin COURNOT
lorsqu'il opposait histoire et théorie (3). Si l'on peut, dit COURNOT, remonter de
l'état final d'un système, et de proche en proche, jusqu'à son état initial, alors
la dimension historique est absente. Le système s'est développé de lui-même, hors
du temps. En réalité, quand on veut expliquer l'état actuel d'un système, on devra faire appel à des faits qu'aucune théorie ne peut expliquer ni prévoir. Ce
sont ces faits qui sont du ressort de la connaissance historique. Leur nombre et
leur importance croissent avec la complication des processus étudiés. On n'a pas
à recourir à l'histoire dans la recherche mathématique, alors que les faits d'évolution ont une grande importance en biologie, et une importance primordiale en
sociologie.
Autrement dit, les faits historiques entrent dans la catégorie des choses données, immédiates, qui rendent d'emblée superfétatoire et insuffisant tout
essai de formalisation. DESCARTES l'avait dit brutalement : "Les philosophes, en
tâchant d'expliquer par les règles de leur logique des choses qui sont manifestes
d'elles-mêmes, n'ont rien fait que les obscurcir" (4). Ces choses manifestes d'elles-mêmes, mais inimaginables, imprévisibles, proviennent de l'invention sociale
(1)Telle qu'elle est décrite par exemple dans la Somme Théologique : "Deus autem
omnia videt-in unounde simul et non successive omnia videt" (I, Qu. 14,
art. 7). Et plus loin : "Deus autem non sic cognoscit infinitum, vel infinita,
quasi enumerando partem post partem, cum cognoscat omnia simul, non successive"
(I, Qu. 14, art. 12).
(2)ROBINSON, 1960, p. V.
(3)COURNOT, 1975 (Essai sur le fondement de nos connaissances et sur le caractère
de la critique philosophique, chap. 20). Voir les observations de F. MENTRE, à
l'article Histoire du Vocabulaire ... de LALANDE, 1976, p. 415.
(4)DESCARTES, 1953, p. 575.
- 13-
et témoignent de la multiplicité des cheminements historiques. "Dans les crises,
écrit Michel AGLIETTA (1), se forment des conjonctures instables dont l'issue
n'est pas contenue dans les processus qui ont participé aux régimes de fonctionnement passés du système. Tout se passe comme si le système était contraint à la
mutation, mais que des bifurcations soient possibles sans que son orientation dans
telle ou telle voie soit assignable. En ce sens, on peut dire que l'histoire est
invention et liberté. Il n'est pas plus possible d'en décrire un état final que
de la soumettre à une raison universelle. Créatrice de toutes les formes sociales
et par conséquent de toutes les normes, l'histoire est elle-même au-delà de toute
loi. C'est pourquoi cette invention est indissolublement liée à la violence
sociale".
Prendre conscience des possibilités ouvertes par cette liberté, cette
capacité d'invention et de violence, c'est accomplir bien évidemment un progrès
d'un tout autre ordre que celui qui consistait à fouiller le passé pour y collectionner les mises en garde, ou pour en extraire des tendances extrapolables. Il
n'y a pas addition d'information, mais changement dans la façon de savoir ce qu'on
savait déjà. "L'histoire, écrit H.I. MARROU, est l'homme devenu conscient, qui marche les yeux ouverts" (2).
4/ Quand on s'intéresse à l'histoire africaine, cette prise de conscience est en même temps une "décentration", pour reprendre une expression de
J. PIAGET. Scientifiquement, il s'agit en effet d'un domaine frontière. Longtemps,
l'Afrique a été considérée comme située en grande partie hors de l'histoire, et
tout l'effort récent a justement consisté à la replacer dans l'historicité. Or,
c'est bien à la limite séparant ce qui ressortit à l'histoire et ce qui lui échappe qu'on peut faire le mieux l'expérience de cheminements inhabituels, déconcertants, embarrassants, et pour tout dire : nouveaux. Non par vaine curiosité exotique, mais pour mieux comprendre à quel point les ressources de l'invention sociale
sont inépuisables. "Ce que l'histoire signifie globalement, écrit Karl JASPERS,
nous l'apprenons peut-être le mieux à partir de ses frontières. L'expérience de
ces frontières se fait par confrontation avec ce qui n'est pas l'histoire, avec
l'avant (Vorher) et l'en-dehors (Ausserhalb)" (3). Toute la question est justement
(1)AGLIETTA, 1981, p. 19.
(2)H.I. MARROU, 1954, p. 265.
(3)K. JASPERS, 1949, p. 295.
- 14 -
de savoir si l'Afrique se trouve encore, ou s'est trouvée jusqu'à une époque qu'il
faut préciser, dans cet au-delà de l'histoire. La réintégrer dans l'historicité,
repousser les limites du Vorher et de l'Ausserhalb, comme tout nous y convie,
c'est donner une configuration plus ample à l'histoire, et donc adopter de nouveaux points de vue sur l'inachèvement et la perfectibilité des sociétés humaines.
Car l'histoire n'est pas autre chose : "Pourquoi l'histoire existe-t-elle ? Parce
qu'au bout du compte l'homme est inachevé et inachevable ... L'inachèvement de
l'homme et son historicité sont une seule et même chose", (K. JASPERS, p. 296).
Il y a des implications très pratiques dans cette expérience. C'est en
Afrique que le colonisateur, puis le développeur, ont cru et ont voulu se trouver
confrontés à une société traditionnelle située dans le Vorher et l'Ausserhalb de
JASPERS. Pourtant la connaissance historique, étendue à la période pré-coloniale,
rend indéfendable l'idée d'une société immobile, se reproduisant à l'identique
pendant une période indéfinie. Elle nous persuade que le développement n'est pas
un processus simple commençant avec la mise en contact de l'Afrique et de ce qu'on
appelle le monde capitaliste, mais résulte d'une combinaison entre la ou les dynamiques européennes et mondiales d'une part, les changements internes aux sociétés
africaines d'autre part.
Finalement, on ne peut que partager l'opinion de Cl. GRUSON : les plans,
les programmes de développement se réfèrent à une conception de l'avenir inspirée
soit du modèle occidental, soit du modèle soviétique. Conception trop restrictive:
l'histoire et l'ethnologie nous mettent devant les yeux la "grande diversité des
destins possibles de l'homme" (1). Nous ne pouvons prétendre prévoir les orientations que prendraient les hommes du Tiers-Monde s'ils mettaient en oeuvre librement
cet élément de solution qu'est une attitude rationnelle devant les problèmes de
production et d'organisation économique. Autrement dit, la rationalité économique
ne fournit pas de guide univoque à l'action ; elle permet tout au plus de trier
les projets. De ces principes simples, GRUSON déduit qu'une véritable politique de
(1) GRUSON, 1977, p. 475.
- 15-
développement devrait se donner pour règle d'éviter ou de réduire au minimum toute rupture avec l'état initial de l'activité économique. Mis à part les cas où il
s'agit de porter secours à des personnes en danger (en raison de l'évolution démographique notamment), le développement suppose une assimilation véritable des acquis scientifiques de la communauté internationale. Cette assimilation exige des
délais, ne serait-ce que parce qu'apprendre, c'est souvent réinventer. En attendant, mieux vaut freiner toute utilisation d'équipements conçus et produits dans
les pays développés, mieux vaut ralentir l'importation de produits de consommation
achetés à l'extérieur.
Pour en revenir à l'essentiel, il suffit de rappeler avec P. VEYNE que
"les faits humains sont rares ... (qu') il y a du vide autour d'eux pour d'autres
faits que notre sagesse ne devine pas" (1). Ce qui est pourrait être autre, "C'est
assurément une chose curieuse que cette capacité qu'ont les hommes d'ignorer leurs
limites, leur rareté, de ne pas voir qu'il y a du vide autour d'eux, de se croire
à chaque fois installés dans la plénitude de la raison" (2). Personne n'est installé dans la plénitude de la raison, ni l'historien -lui-même produit de l'histoire- ni le planificateur. Savoir cela change irréversiblement les certitudes en
alarme, et les évidences en interrogations. Plus rien ne va de soi, et d'abord
parce qu'il faut désormais éliminer les fantômes du langage. Le mot "développement",
par exemple.
(1)VEYNE, 1978, p. 204.
(2)VEYNE, 1978, p. 216.
- 16-
OUVRAGES ET ARTICLES CITES
AGLIETTA - 1981
Crises et transformations sociales, article reproduit dans Problèmes
Economiques - n° 1723 du 13 mai 1981, pp. 17 - 22.
CLAUDEL (P.) - 1967
Art Poétique, Connaissance du Temps, in Oeuvre Poétique, Paris, Gallimard, pp. 121 - 145.
COMTE (A.) - 1971
Catéchisme positiviste. Appel aux conservateurs. Discours sur l'Esprit
Positif in Oeuvres, vol. XI, Paris, Anthropos.
COURNOT (A.) - 1975
Essai sur le Fondement de nos connaissances et sur le caractère de la
critique philosophique, in Oeuvres Complètes, vol. X, Paris, Vrin.
GRUSON (Cl.) - 1977
Une politique de développement pour le Tiers-Monde : ses données
technico-économiques, in Revenu Tiers-Monde, T. XVIII, n° 71, juilletseptembre 1977.
JASPERS (K.) - 1949
Vom Ursprung und Ziel der Geschichte, Artemis Verlag, Zürich, 360 p.
LALANDE (A.) - 1976
Vocabulaire Technique et Critique de la Philosophie, 12e édition, Paris,
PUF, 1 323 p.
LOVEJOY (P.E.) - 1978
The Borno salt industry, The International Journal of African Historical Studies, XI, 4, pp. 629 - 668.
- 17-
MARC HAL (J.Y.) - 1980
Chronique d'un cercle de l'A.O.F., Ouahigouya (Haute-Volta) 1908 - 1914
Travaux et Documents de l'ORSTOM, n° 125, Paris, ORSTOM.
MARROU (11.1.) - 1954
De la connaissance historique, Paris, Seuil, 318 p.
MARSHALL (A.) - 1956
Principles of Economics, 8e édition, Londres, Macmillan, 731 p.
MONTEIL (V.) - 1966
Une Confrérie musulmane : les Mourides du Sénégal, in Initiations et
Etudes Africaines, n° XXI, pp. 159 - 202.
RENAN (E.) - 1973
Souvenirs d'Enfance et de Jeunesse, Paris, Garnier Flammarion, 312 p.
ROBINSON (J.) - 1960
Exercises in Economic Analysis, Londres, Macmillan, 242 p.
SELIGMAN (B.B.) - 1962
Main Currents in Modern Economics, New York, Free Press of Glencoe,
887 p.
TILHO (J.) - 1910 - 1914
Documents scientifiques de la mission Tilho (1906 - 1909), Paris,
Imprimerie Nationale.
THENJVIN (P.) - 1980
Planification intégrée et système d'informations, note AMIRA n° 30,
81 p. multigr.
VEYNE (P.) - 1973
Comment on écrit l'histoire, suivi de Foucault révolutionne l'histoire
Paris, Seuil, 242 p.
STRATEGIE DE SATISFACTION DES BESOINS ESSENTIELS
ET PLANIFICATION DANS LES PAYS LES MOINS AVANCES
Par Jacques SCHWARTZ
I - ORIGINE
La satisfaction des besoins essentiels comme stratégie de développement
pour les pays à très bas revenus (devenus depuis "PMA", pays les moins avancés)
est apparue en 1976 lors de la Conférence Mondiale pour l'emploi de l'Organisation
Internationale du Travail et a été recommandée dans le programme d'action qui a
été adopté alors.
Il n'est pas étonnant que ce soit l'organisme des Nations-Unies s'occupant plus spécialement des "ressources humaines" qui soit à l'origine de ce programme d'action. Certes un certain accord s'était manifesté, chez les théoriciens
tout au moins, pour reconnaître que les stratégies de développement et de planificationpratiquées dans les P.V.D. dans les décennies 60 et 70 privilégiaient trop
la croissance de la production, celle-ci étant mesurée globalement par le fameux
PIB et unanimement imaginée comme le "gâteau" national à partager. Certes on commençait à insister sur l'équité dans la distribution et sur le progrès social que,
pauvre traduction de l'anglais "welfare", on appelait parfois "bien-être". Mais
les rectifications proposées, notamment par la Banque Mondiale, en faveur d'un développement auto-centré (développement au sein de son champ géographique et social)
insistaient encore trop sur les variables quantifiables et ne savaient pas prendre
"en compte" les facteurs plus ou moins bien regroupés sous le concept de qualité
de la vie.
La stratégie de satisfaction des besoins essentiels n'a pas eu le succès que ses principes simples et basés sur un certain "bon sens" politique pouvaient laisser espérer. Une fois affirmé le postulat que cette stratégie ne pouvait concerner à la rigueur que les pays les moins avancés, le Groupe des 77, ou
- 19 -
tout au moins ses porte-parole, l'a refusée de fait. Il la taxait de "misérabilisme" et accusait les idéologues des pays industrialisés qui la défendaient de s'en
servir pour masquer le vrai débat sur le développement qui allait être abordé à
l'occasion d'ONUDI III à New Delhi, celui de l'exigence d'industrialisation du
Tiers-Monde.
On peut pourtant se demander, en se cantonnant volontairement, dans un
premier temps, à l'aspect technique, si une méthode de planification basée sur une
telle stratégie des besoins essentiels ne conviendrait pas mieux aux pays les plus
démunis que celle habituellement suivie. Cette dernière, comme chacun sait, est une
planification incitative, basée sur le "libéralisme planifié" et sur un objectif
de croissance et de diversification de l'appareil de production, au mieux tempéré
par l'introduction d'une fonction de redistribution (1).
II - L'IDENTIFICATION DES BESOINS ESSENTIELS ET LEUR INSERTION DANS LE PLAN
Le nombre et la définition des besoins considérés comme essentiels varient selon les pays où cette approche a été étudiée. Ce qui montre déjà qu'il
s'agit là d'une stratégie adaptable aux conditions géo-climatiques ou au niveau
de développement du pays considéré, et non d'une démarche rigide et figée.
Cinq besoins se retrouvent constamment. Ce sont :
1- la satisfaction des besoins alimentaires ;
2- la possibilité d'obtenir une instruction qui prépare à l'exercice
d'une activité productive et à l'insertion dans la vie sociale ;
3- l'exercice d'un emploi ;
4- la disposition d'un logement et de son équipement ;
5- le droit à la santé.
(1) La référence d'une telle planification reste : J.L. FYOT : "L'expérience de la
Côte d'Ivoire", n° 2 de la Collection "Méthodologie de la Planification" Ministère de la Coopération - Paris.
- 20 -
A ce tronc commun viennent s'ajouter d'autres besoins en fonction du
niveau économique déjà atteint par le pays et surtout de ses coutumes sociales.
L'habillement sera ainsi souvent mentionné en Afrique de l'Ouest, moins par nécessité d'une protection contre les intempéries que pour tenir compte de son rôle social. Les transports peuvent aussi apparaître dans la liste des besoins, surtout
dans les pays où la croissance incontrôlée des villes entraîne des migrations pendulaires journalières de plus en plus importantes pour les habitants des quartiers
marginaux. L'inclusion du transport dans les besoins essentiels pose néanmoins un
problème théorique, celui de savoir s'il s'agit bien d'un besoin essentiel et pas
seulement de la nécessité de trouver un remède aux problèmes posés par une situation défectueuse en matière d'emploi et de logement.
Sont par contre curieusement absentes des listes la sécurité (intérieure et extérieure) et l'activité religieuse malgré l'importance que prennent d'une
part les budgets de police et de défense dans l'économie nationale et d'autre part
la pratique religieuse, aussi bien du point de vue individuel que du point de vue
politique et même économique. Cet oubli apparaît assez significatif d'une tendance,
perceptible même parmi les partisans de la stratégie de satisfaction des besoins
essentiels, tendance qui limite cette stratégie à certains aspects de la vie économique et sociale et qui ne veut pas poursuivre cette démarche jusqu'à en faire une
méthode globalisante. Or, la sécurité des personnes et la sécurité du territoire
doivent être considérées comme des besoins essentiels et, en conséquence, il ne devrait pas y avoir de raison de les traiter à part. Il faut reconnaître que cette
lacune existe dans les plans réalisés selon la méthodologie habituelle, et cela ne
semble pas choquer leurs auteurs de complètement ignorer, aussi bien au niveau des
investissements, des charges récurrentes, des emplois que de leurs "effets", un
pan de l'économie qui représente, bon an, mal an, 20 à 30 % du budget national.
La description plus détaillée des besoins essentiels retenus permet très
rapidement de préciser les choix fondamentaux de politique économique et surtout
elle force à les expliciter clairement. La satisfaction des besoins alimentaires,
par exemple, suppose soit l'autosuffisance alimentaire (au niveau national ou régional), soit l'intégration au marché international des produits vivriers (marché
commercial ou marché de l'aide alimentaire).
Dans le cas de l'intégration au marché international, il est nécessaire
de bien mettre en balance d'une part les revenus tirés des exportations des
-21 -
cultures agro-industrielles et des produits industriels ou miniers et d'autre
part le coût, financier mais aussi politique, d'acquisition des denrées alimentaires. Les moyens à mettre en oeuvre pour satisfaire l'objectif fixé concernant non
seulement la production agricole mais aussi la commercialisation intérieure, la
politique de stockage (localisation et volume des stocks), les habitudes alimentaires, l'état sanitaire, la protection maternelle et infantile, etc.
Ce raisonnement sur les besoins alimentaires, qui illustre la nécessité
de dépasser largement le cadre habituel de la seule production agricole, peut être
appliqué aux autres types de besoins. Il permet de montrer que l'instruction est
plus que la seule éducation nationale, surtout dans les pays où le taux de scolarisation est loin d'atteindre 100 %, que l'emploi est lié en amont à l'instruction
et en aval à la distribution comme à l'aménagement du territoire, que le logement
fait partie intégrante de l'urbanisme, etc.
Dès lors, il apparaît que le découpage sectoriel de l'activité économique, qui est celui, très contraignant, en vigueur dans l'administration, ne peut
convenir à un processus de planification basé sur la stratégie de satisfaction des
besoins essentiels. Pas plus d'ailleurs qu'il ne convenait quand on cherchait à
promouvoir au niveau régional les "projets de développement intégré". Ceci revêt
une importance fondamentale pour la méthode de planification.
Tous ces thèmes ne sont pourtant pas absents du discours économique et
politique. Souvent même ils figurent comme "missions du plan" dans l'introduction
politique des documents du Plan. Mais, dès les premiers chapitres, on en revient
à la démarche sectorielle. Les discours politiques font de même un grand usage de
ces thèmes, indépendamment du plan et en des occasions bien spécifiques : le ler
mai est ainsi l'occasion d'un discours sur l'emploi, l'ouverture de l'année universitaire d'une dissertation sur l'instruction, l'ouverture d'un silo de stockage
d'une évocation du spectre de la famine et de ce qu'il faut faire pour l'éviter,
etc. Mais ces discours-programmes n'ont que peu d'influence sur la pratique des
planificateurs.
- 22 -
III - CONSEQUENCES PRATIQUES SUR LA MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION
L'idée qui prévaut derrière la stratégie de satisfaction des besoins
essentiels est celle d'un modèle de société où les ménages ont un rôle prédominant
Les ménages sont considérés essentiellement comme consommateurs de biens et services, mais ceux-ci ne sont pas uniquement marchands. L'introduction de facteurs
qualitatifs plus nombreux impose au planificateur, et surtout au macro-économiste
dont l'outil de base est la Comptabilité Nationale, de raisonner différemment.
Le paradoxe, maintenant devenu classique, du chef de ménage qui fait
baisser le PIB en épousant sa cuisinière, apparaît élémentaire si on le compare
à celui de la consommation de biens et services de santé qui n'est pas synonyme,
bien au contraire, de l'amélioration de l'état de santé. De nombreux exemples analogues apparaîtront à la faveur d'une démarche prenant en considération les besoins
essentiels. Ils concernent la qualité et la valeur sociale des aliments ; la formation des autodidactes ou l'apprentissage "sur le tas" au sein du secteur informel;
la richesse de la vie sociale ; l'environnement du logement et en particulier la
diminution des services de transport du fait d'un urbanisme réussi, etc.
La priorité accordée aux besoins de la population ne doit pas être confondue avec l'intérêt nouveau que l'on porte dans les pays industrialisés, ceux à
économie planifiée comme ceux à économie de marché, au consommateur ... solvable.
Il ne s'agit pas seulement ici, on l'aura compris, de la seule consommation de
biens et services marchands.
Il y a d'ailleurs lieu de s'interroger à ce propos sur le concept de
"ménage" tel qu'il est utilisé dans la Comptabilité Nationale. A ne faire qu'un
seul compte global de l'agent "ménages", on donne prise aux réticences de certaines
couches sociales, les plus favorisées, dont font partie d'ailleurs ceux qui décident de la politique de développement, vis-à-vis de la stratégie de satisfaction
des besoins essentiels.
Une crainte de nivellement par la base apparaît, renforcée par la vision homogénéisante et standardisante de la Comptabilité Nationale qui fait du PIB
global une sorte de gâteau à se partager, en ignorant les mécanismes et les comportements qui, au sein même des processus de production et de répartition, sont source d'expansion. Faute d'une représentation dynamique de l'économie nationale, les
-23 -
couches sociales supérieures vont avoir tendance à confondre satisfaction des besoins
essentiels (pour tous) et blocage de la croissance de leur niveau de vie
tant que les couches les plus pauvres n'auront pas atteint un niveau de vie acceptable.
Un modèle de société est en fait beaucoup plus riche qu'un modèle fondé sur un taux de croissance prévisionnel du PIB, même détaillé en taux de croissance sectoriels et augmenté d'objectifs et de missions assignés à la prochaine
période, ce à quoi se résument de plus en plus les documents généraux des Plans.
Pour reprendre les catégories de la Comptabilité Nationale, on pourrait
définir un modèle de société comme un ensemble de vecteurs de consommation correspondant aux différents types de ménages présents dans le pays, augmenté d'un certain nombre d'indicateurs sociaux, quantifiables (en particulier ceux exprimant la
dispersion à l'intérieur de chaque type) ou qualitatifs, ces indicateurs étant justement ceux traduisant le niveau de satisfaction des besoins considérés comme essentiels pour chacun des types. Ces types de ménages doivent de même être connus
et projetés en effectifs, en tenant compte de leur croissance "naturelle" (sur des
bases démographiques), mais aussi des transferts entre ces types.
On est ainsi amené à considérer des besoins essentiels par types de ménages ou par couches sociales.
Ces considérations ont deux conséquences immédiates sur la méthodologie
de la planification.
Tout d'abord et bien évidemment, la Comptabilité Nationale doit présenter les comptes des diverses catégories de ménages retenus, en allant plus loin que
les quelques tentatives déjà amorcées pour distinguer ménages ruraux et ménages
urbains.
De plus, la projection du Tableau Economique d'Ensemble (T.E.E.) doit,
dans cette optique, avoir un certain caractère normatif.
Les vecteurs représentant les objectifs de consommation pour chacun des
types de ménages permettent de remonter au niveau souhaitable pour la production
de chacune des branches, et d'appliquer les méthodes classiques d'identification
-24-
des goulots d'étranglement. Ces goulots, physiques, financiers, monétaires, sont
liés au respect des contraintes de commerce extérieur et de niveau d'inflation (1).
L'identification comme l'évaluation des programmes et des projets seraient d'ailleurs elles-mêmes facilitées puisqu'elles se feraient en fonction de
l'intérêt, mesurable, de ces programmes et projets pour les différentes catégories
de mènages.
La méthode des effets, utilisée pour apprécier les incidences macroéconomiques des projets de développement, devrait s'en trouver considérablement
enrichie. En utilisant le même principe technique (décomposition des investissements et de la valeur ajoutée selon la grille du Tableau Economique d'Ensemble) et
en prenant certaines précautions (prise en compte de phénomènes de saturation pour
certains types de ménages et pour certaines consommations, ou, au contraire, phénomènes d'exclusion pour des raisons autres que le niveau du pouvoir d'achat), il devrait être possible d'analyser ex ante les effets d'un projet sur le niveau et la
structure de la consommation de chaque catégorie de ménages (2).
L'analyse risque cependant de ne pas être simple, en particulier du
fait que la typologie des ménages retenue, si elle est hiérarchisée, n'est certainement pas totalement ordonnée (3). Un projet ne peut, en conséquence, être retenu
(1)Dans cette optique, ces contraintes d'équilibre (ou de déséquilibre contrôlé)
du commerce extérieur et des prix restent des contraintes. Elles n'ont pas à
se transformer, comme cela devient la tendance dans de nombreux plans, en objectifs prioritaires.
(2)Ainsi appliquée, la méthode des effets aurait l'intérêt de recentrer l'attention sur la consommation des ménages alors que, de plus en plus, on l'utilise
pour calculer l'influence globale d'un projet sur le commerce extérieur.
(3)On peut prendre comme exemple schématique une population de ménages où cinq
types ont été identifiés (1) les ménages urbains à modèle de consommation européen , (2) les ménages urbains à revenus réguliers, (3) les ménages urbains à
revenus faibles et irréguliers, (4) les ménages ruraux pratiquant une culture
de rente, (5) les ménages ruraux ne pratiquant pas de culture de rente. Si
l'on peut admettre une hiérarchie du type :
(2)(4)
(3) (.5)
on ne peut par contre, comparer les niveaux (2), (3) et les niveaux (4) et (5).
-25 -
ou rejeté selon des critères quantifiables aussi simples que dans le cas d'application classique où c'est le niveau de la valeur ajoutée intérieure qui est retenu
On se retrouve en particulier confronté au même problème théorique que celui, en
micro-économie, des optimum au sens de Koopmans et de la construction d'une fonction d'utilité collective. Mais la méthode devrait aussi permettre de mettre en
évidence et d'exhiber des projets de compensation rendus nécessaires par l'existence de projets ne profitant qu'à certains types de ménages.
La deuxième conséquence majeure sur la méthodologie de la planification
c'estpour les programmes destinés à la satisfaction des besoins essentiels, la nécessité de recourir systématiquement à des procédures de rationalisation des choix
budgétaires. Ceci s'avère obligatoire dès lors que plusieurs départements ministériels sont concernés et qu'une approche sectorielle est insuffisante. Ces procédures, outre l'identification de tous les paramètres qui entrent en compte et la
quantification des objectifs (lorsque cela est possible), doivent permettre de retenir les indicateurs qui devront être suivis au cours de l'exécution des programmes.
Il faut ici noter une particularité de la stratégie de satisfaction des
besoins essentiels. Elle accorde une importance très grande à la sécurité (sécurité alimentaire, de l'emploi, du logement, etc.). En conséquence, plutôt que de
chercher à maximiser une production à l'année terminale du plan, ou encore à maximiser une moyenne (c'est-à-dire une espérance mathématique) de production sur cinq
années (pour les productions soumises à de fortes influences extérieures ou à des
aléas climatiques), on cherchera à maximiser une espérance mathématique sous contrainte de niveau minimal garanti de production (1).
(1) On peut reprendre l'exemple relatif à la satisfaction des besoins alimentaires.
En matière de production agricole, l'habitude consiste à fixer comme objectif
une production moyenne pour les années du plan (pour tenir compte des aléas
climatiques). La recherche de l'optimum de production peut conduire à adopter
des méthodes culturales qui maximisent l'espérance mathématique de production
(monoculture) mais qui acceptent un risque de production quasi-nulle. La stratégie opposée peut au contraire consister à ne pas retenir la méthode culturale la plus productive, mais celle qui assure un niveau minimal garanti (association de cultures, utilisation simultanée de variétés hâtives et tardives)
fixé en fonction du niveau des stocks ou du temps minimal nécessaire pour acheminer une aide alimentaire. Cette deuxième façon satisfait beaucoup mieux l'objectif de satisfaction des besoins alimentaires.
-26-
IV - QUELS BESOINS EN INFORMATION STATISTIQUE DANS LE CADRE D'UNE METHODOLOGIE
DE PLANIFICATION REPOSANT SUR LA STRATEGIE DE SATISFACTION DES BESOINS
ESSENTIELS ?(1)
Le planificateur va immédiatement ressentir les insuffisances de la
Comptabilité Nationale et les difficultés que celle-ci éprouvera à lui fournir
les tableaux statistiques indispensables, en particulier le TEE avec plusieurs
colonnes pour les ménages.
Si, avec l'enquête annuelle auprès des entreprises, des commerces et
des administrations, le comptable national a un outil maintenant au point (à condition que le plan comptable national soit bien appliqué) pour remplir les branches relatives aux entreprises, si les statistiques du commerce extérieur et celles des administrations et des institutions financières sont fiables, la situation
est beaucoup moins favorable pour établir le compte des ménages. Bien souvent,
celui-ci est obtenu par solde, solde que permettent tout juste de caler de façon
périodique les trop rares enquêtes budget-consommation.
Or, si à la limite une colonne peut être remplie par solde, il ne peut
en être de même pour les diverses colonnes correspondant aux divers types de ménages retenus. L'enquête budget-consommation prend ainsi une dimension toute différente pour le comptable national qui ne l'utilisera plus seulement pour réaliser
la cohérence interne de ses tableaux. L'enquête auprès des ménages devient tout
aussi déterminante que l'enquête industrielle annuelle pour élaborer les comptes
nationaux.
Il n'est pas question pour autant de rendre cette enquête annuelle,
tout au moins sous sa forme classique. Comme la fréquence décennale est, elle, nettement insuffisante, une fréquence égale à celle des Plans devrait s'imposer (tous
les cinq ans dans un grand nombre de pays).
(1) Cette partie devrait être beaucoup plus développée que ne le laisserait supposer les trois pages qui lui sont réservées dans cette synthèse. On peut cependant signaler aux lecteurs intéressés que le Groupe AMIRA (Amélioration des
Méthodes d'Investigation en Milieu Rural Africain), dont le Secrétariat est au
Service de Coopération de l'INSEE, a produit un certain nombre de travaux qui
trouvent parfaitement leur place dans une planification axée sur la stratégie
de satisfaction des besoins essentiels (en particulier les travaux relatifs aux
"Fichiers de Village", aux indicateurs de transition et aux systèmes d'enquêtes
intégrées).
-27-
Cette enquête devrait naturellement faire ressortir la typologie des
ménages qui sera finalement utilisée pour décrire et projeter les modes de consommation des ménages.
Une telle typologie ne pourra elle-même être déterminée qu'après une
première enquête descriptive, même si au départ on a recours à une classification
a priori largement intuitive (ne serait-ce que pour définir les critères de stratification lors de la mise au point du plan de sondage de l'enquête). Pour établir
cette typologie, le statisticien pourra utiliser les puissantes méthodes d'analyse
des données mises au point ces dernières années (analyse factorielle, analyse matricielle "Bertin", analyse graphique). Pour l'année de réalisation de l'enquête,
un TEE descriptif particulièrement détaillé pourra ainsi être élaboré. Ce TEE
"idéal" ne pourra pas être reconstruit chaque année mais il existera pour l'année
de référence du Plan (1).
Outre ce TEE descriptif détaillé,doit être construit le TEE normatif
projeté à l'année horizon du futur plan (dernière année d'exécution du prochain
plan, ou année médiane). Pour ce faire, le planificateur devra disposer d'informations beaucoup plus nombreuses que celles qu'il a habituellement (les dossiers
de projets). Il devra, en particulier, avoir des données sur les élasticités de
(1) Cette année de référence ne sera plus comme auparavant la dernière année d'exécution du Plan. Dans le cas d'un plan quinquennal, on aura intérêt à prendre
la troisième année (centrale) du plan précédent comme année de référence, pour
tenir compte des délais d'exploitation de l'enquête, délais que l'on devra
raccourcir au maximum, et du temps nécessaire à la confection des comptes nationaux, à leur diffusion et à leur explication. La maîtrise de la lecture
des tableaux de la Comptabilité Nationale par un beaucoup plus grand nombre
de décideurs est aussi nécessaire pour que toute la démarche du planificateur
soit comprise.
-28-
substitution de produits et services par catégories de ménages et sur les mouvements prévisibles ou souhaités, faisant passer des ménages d'une catégorie à une
autre (1).
L'enquête auprès des ménages, portant sur les revenus et leur utilisation, devrait donc voir son rôle considérablement augmenté et occuper une position
centrale dans l'arsenal d'investigation statistique. On ne devrait plus considérer
qu'elle ne sert en fait qu'à calculer les pondérations d'un indice des prix à la
consommation (2).
(1)Il n'est pas sûr que les résultats des enquêtes classiques auprès des ménages
puissent permettre de calculer ces élasticités de substitution, en particulier
pour les produits pour lesquels la dépense est très variable d'un ménage à
l'autre et pour les dépenses impliquant des engagements financiers portant
sur de longues périodes (acquisition d'un logement ou d'une voiture par exemple). Pour ces dépenses de caractère exceptionnel, il convient d'accroître la
taille des échantillons de ménages enquêtés et d'allonger la période de référence grâce à des passages trimestriels voire annuels et à des questionnaires
rétrospectifs.
La psychologie économique, encore balbutiante, devrait aussi avoir un rôle important à jouer pour juger de la cohérence des modèles de consommation par types de ménages retenus dans le TEE projeté. On ne peut se contenter de l'assertion selon laquelle les ménages aspirent à avoir le modèle de consommation de
la couche sociale immédiatement supérieure pour réaliser de telles projections.
Ceci est vrai en particulier pour les grosses dépenses d'investissement (quand
et pourquoi franchit-on le seuil qui fait passer par exemple de locataire à
propriétaire de son logement ?), ainsi que pour les phénomènes de saturation
ou d'exclusion déjà cités.
(2)Si l'on admet, au contraire, que le TEE projeté pour l'année terminale du plan
peut avoir un certain caractère normatif, on peut même se permettre de remplacer cet indice des prix à la consommation par des budgets-types pour chaque
catégorie de ménages, budgets-types représentants les vecteurs de consommation
du TEE projeté.
-29-
Parallèlement à l'amélioration de la Comptabilité Nationale, une action
devrait être entreprise pour identifier et suivre les indicateurs de réalisation
des objectifs prioritaires (les besoins essentiels). Il s'agit là d'une démarche
beaucoup plus classique et qui a déjà fait l'objet d'application chaque fois que
des procédures de rationalisation des choix budgétaires ont été mises en vigueur.
Certains indicateurs, tels que l'espérance de vie à la naissance, le taux de mortalité infantile, les taux de scolarisation (taux moyen et taux à l'entrée en
première année du primaire) sont maintenant couramment utilisés.
Mais, on peut penser qu'une procédure de Rationalisation des Choix
Budgétaires, si elle est bien conduite, devrait permettre d'identifier des indicateurs significatifs de la stratégie de développement suivie, en beaucoup plus
grand nombre. Il importera alors de suivre l'évolution de ces indicateurs, en
valeur absolue comme en valeur relative, pour les différents groupes sociaux
retenus.
Les fichiers de village (ou ce qui en tient lieu dans les pays où ces
structures spatiales n'existent pas) sont des instruments méthodologiques qui paraissent bien adaptés aux types d'informations et d'analyses que l'on veut promouvoir dans le cadre d'une stratégie de satisfaction des besoins essentiels. Ils
permettent une représentation fine et décentralisée des réalités, d'autant plus
utile qu'elle se prête à une expression graphique comme à un travail d'analyse des
facteurs explicatifs de certaines variables (1).
(1) En reprenant à nouveau l'exemple des besoins alimentaires, la confrontation de
cartes représentant d'une part le niveau théorique de satisfaction des besoins
caloriques et protéiques et, d'autre part, l'implantation et la fréquentation
des centres nutritionnels, la ration calorique ou protéique effective, les axes
de communication et les circuits de commercialisation, les zones de cultures
d'exportation, etc, donne un meilleur éclairage sur la malnutrition que les
statistiques agricoles classiques. Là encore, d'ailleurs, le recours aux méthodes de l'analyse factorielle s'avère indispensable.
- 30
V - CONCLUSION SOMMAIRE
Ce premier approfondissement des conséquences de l'adoption éventuelle
de la stratégie de satisfaction des besoins essentiels sur la méthodologie de la
planification et de l'investigation statistique montre l'importance que devrait
prendre une Comptabilité Nationale basée sur une enquête auprès des ménages à
périodicité plus rapprochée et à objectifs repensés. L'accent a aussi été mis sur
l'intérêt qu'il y a à adopter des procédures de rationalisation des choix budgétaires qui doivent déboucher sur ces fameux indicateurs de transition dont l'intérêt
se fait de plus en plus sentir. Enfin, rien ne prouve que le coût financier d'une
telle méthodologie de planification soit plus élevé que celui découlant de la
pratique actuelle.
- 31 -
LIBRES PROPOS SUR
LES INTERVENTIONS DU FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL
DANS LES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT
Par Gaston OLIVE
et Gérard WINTER
I - LE SChEMA D'INTERVENTION
Au cours des années 70, on a vu dans plusieurs pays se dérouler le
scénario suivant :
- Forte augmentation des recettes extérieures et budgétaires, à la suite d'une hausse du prix des produits exportés ou de leur volume.
- Forte croissance des revenus, puis de la demande de biens de consommat ion.
- Accélération des dépenses publiques, anticipant sur les recettes à
venir.
- En conséquence, accélération des importations de tous produits.
Puis dans un deuxième temps :
- stabilisation des recettes extérieures ;
- création d'un important déficit budgétaire et extérieur.
Bien que des mesures visant à freiner l'investissement et, parfois, les
dépenses de fonctionnement soient prises, la dette extérieure et son service prennent une ampleur excessive. Le pays a alors recours aux bons offices du FMI.
-32 -
Le Fonds envoie une équipe relativement nombreuse de spécialistes économiques et financiers. Ayant accès à tous les dossiers de l'Administration Nationale et disposant d'informations régulièrement accumulées à Washington, au siège
du Fonds, utilisant enfin de petits modèles économétriques ad hoc, cette équipe
élabore très rapidement un tableau statistique de l'économie et formule un diagnostic global de la situation.
Puis elle définit une politique de redressement qui est la contrepartie
plus ou moins obligatoire de l'aide du Fonds.
II - EXEMPLE D'UNE DEVALUATION EN 1979
On peut émettre des appréciations assez nuancées sur cette manière de
faire et surtout sur la nature des politiques de redressement généralement recommandées.
L'exemple récent d'un petit pays maritime dont les ressources essentielles proviennent de ses plantations de canne à sucre et qui ne dispose que d'un
modeste appareil industriel, peut illustrer notre propos.
A la fin de 1979, le FMI a accordé à ce pays une aide financière étalée
dans le temps.
En contrepartie, les mesures suivantes ont été appliquées :
1- Dévaluation de 30 % de la monnaie nationale •
2- Suppression de subventions à l'importation sur le riz, la farine,
et hausses de prix subséquentes •
3- Augmentation de certains tarifs publics •
4- Augmentation de la taxe sur les exportations de sucre et sur le
tourisme •
5- Encadrement et réorientation du crédit, modification des taux
d'intérêt •
6- Freinage des dépenses et du recrutement dans le secteur gouvernemental.
-33-
Ces mesures ont provoqué une augmentation des prix de 15 à 20 %.
La dégradation de la balance courante a repris dans les années suivantes. Le pays a dévalué de nouveau en septembre 1981, probablement avec aussi peu
d'espoir de redresser la situation à moyen terme.
Le diagnostic formulé en 1979 par le FMI, pour autant qu'on puisse le
reconstituer, était juste : après une période d'euphorie liée aux cours élevés du
sucre, et au développement des exportations de la zone franche, le Gouvernement
(soumis à des contraintes électorales), a fortement augmenté les revenus salariaux
et ses dépenses de fonctionnement et d'équipement.
Les importations ont crû de façon excessive. Les accidents de conjoncture (baisse du prix du sucre, cyclone, ralentissement de l'activité de la zone franche) ont débouché directement sur un solde extérieur encore plus déficitaire.
III - EXAMEN DES MESURES DU F.M.I.
La politique recommandée peut s'analyser en deux volets :
- restriction de la demande ;
- dévaluation.
On la critiquera selon divers points de vue.
1- Mesures entraînant des conséquences économiques négatives.
2- Mesures n'atteignant pas leur objectif.
3- Mesures socialement négatives.
4- Mesures visant un objectif autre que celui annoncé.
5- Mesures politiquement inapplicables.
1- Conséquences économiques négatives
La dévaluation et les mesures 2- et 3- ont créé une tension inflationniste considérable (+ 42 % de prix de 1979 à 1980). Les revendications salariales
qui en ont découlé ont abouti en partie seulement (le FMI avait recommandé 13 %
-34-
d'augmentation de salaire, il y en a eu environ 22 %), mais ont prolongé cette
tension en 1980 et 1981.
2- Objectifs non atteints
La dévaluation ne peut améliorer le solde commercial estimé en devises:
- les exportations de sucre ne dépendent que de la production et des
prix mondiaux ; les exportations de vêtements (75 % des exports de manufacturés)
sont limitées par des quotas en unités physiques ;
- les importations comportent principalement des biens alimentaires,
des équipements, des combustibles, du ciment, tous produits indispensables à l'économie ; ils ont une faible élasticité-prix ; ils ne sont pas substituables par
la production locale.
3- Mesures socialement néuatives
Le pouvoir d'achat des entrepreneurs individuels ne travaillant pas
dans les secteurs exportateurs et des salariés a baissé de 20 % environ. La demande de produits locaux s'est donc déprimée, le chômage a fortement augmenté.
4- Mesures à but implicite
En réalité, la dévaluation vise un but autre que l'équilibre commercial.
Augmentant les revenus en monnaie nationale du Gouvernement et des producteurs de
sucre, si elle s'accompagne de la quasi-stabilisation des salaires, elle s'analyse
comme un transfert des revenus des salariés vers le Gouvernement et les producteurs
de sucre.
C'est là son but véritable. La forme sous laquelle il est présenté empêche toute discussion avec les partenaires sociaux, tout compromis visant à l'acceptation collective des mesures de redressement.
5- Mesures inapplicables
Le Gouvernement a dû retarder ou annuler certaines augmentations de prix
prévues par le FMI et décidément trop impopulaires.
-35-
IV - CRITIQUE GLOBALE DE L'APPROCHE DU F.M.I.
On peut, après ces critiques ponctuelles, essayer une approche plus
globale.
Le plan du FUI ne s'insère pas dans une perspective à moyen terme. Le
problème est de viser une demande d'importations en harmonie avec le niveau moyen
à moyen terme d'exportations. Ce dernier niveau n'est pas repéré. Aucune perspective sur la zone franche (pourtant dangereusement concurrencée dans la Région)
n'est avancée. Rien n'est prévu pour faire face à l'aléa climatique moyen.
Du côté des importations, on laisse au marché le soin d'engendrer des
industries ou des cultures de substitution, alors que toute protection douanière
est rejetée. Les relations :
.
revenu - consommation
.
profits - investissements
.
investissements - production
ne sont pas analysés. Rien ne garantit donc que le freinage de la demande globale
permettra un rééquilibrage structurel. Corrélativement, les mesures ont un caractère global. Elles ignorent les processus de la distribution sociale des revenus
et la grande dispersion des revenus moyens par catégorie. Elles négligent le fait
que les importations de produits de première nécessité peuvent représenter une part
notable des importations totales alors qu'elles sont très peu compressibles. Elles
ne distinguent pas les investissements débouchant sur un marché certain et les investissements augmentant au contraire la dépendance extérieure et les risques.
Les mesures sont très orientées vers les mécanismes financiers ; on y
retrouve un arrière-plan théorique monétariste peu convaincant quand il s'agit
d'économies en développement.
De manière encore plus générale, on peut estimer que la philosophie
sous-jacente aux politiques de redressement préconisées par le FUI, philosophie
d'où ces politiques tireraient leur justification, est la suivante : l'ensemble
des mesures préconisées conduira globalement à des transferts entre les divers
partenaires économiques, transferts qui aboutiront à une réallocation des
-36-
ressources nationales supposée plus productive et de nature à remédier aux déséquilibres économiques et financiers.
Or, il apparaît que cette réallocation des ressources est trop globale.
Elle ne débouche pas nécessairement ni immédiatement sur un système économique
plus performant. Elle devrait en fait s'accompagner d'une analyse relativement fine du potentiel de croissance des différents secteurs de l'économie. Elle devrait
aussi tenir compte du comportement des principaux centres de décision et de l'équilibre des forces économiques et sociales en présence tant il est vrai que certaines d'entre elles risquent de récupérer à leur profit une bonne part des transferts induits par la politique de redressement mise en oeuvre, sans pour autant
les affecter à des investissements productifs.
Mais modifier ou prendre en compte les structures de production et les
mécanismes de répartition c'est véritablement, qu'on le veuille ou non, intervenir
dans le processus de développement du pays. Une politique de redressement des déséquilibres de court terme doit nécessairement s'articuler à une politique de développement à moyen terme.
Enfin, on peut penser que, dans certains pays, il serait plus réaliste
de rechercher dans le cadre d'une négociation politique globale un minimum d'accord
des partenaires sociaux sur la réallocation des ressources visée.
N'y a-t-il pas quelque naïveté en effet à penser qu'une politique de
transferts des revenus sera acceptée plus facilement sous prétexte qu'elle n'apparaîtra que comme la conséquence indirecte, implicite et anonyme d'une politique
globale de redressement financier ?
V - QUELQUES PROPOSITIONS TECHNIQUES EN GUISE DE CONCLUSION
Pour aider les pays non développés à négocier avec le FMI, améliorer
la qualification des techniciens nationaux paraît essentiel. Ils sont trop souvent
incapables de faire la moindre objection aux spécialistes du Fonds, faute de connaissances économiques de base. Leur formation nous paraît un domaine prioritaire.
-37-
Pour prévenir les effets des politiques souvent hasardeuses pratiquées
par les Etats, il faut munir ceux-ci d'organismes de prévision à court terme. Les
groupes de Prévision Annuelle du Sénégal et du Cameroun, créés il y a cinq ans,
oeuvrent dans ce sens.
L'appareil statistique qui permet de repérer les problèmes, c'est la
Comptabilité Nationale ; non pas la Comptabilité dirigée vers l'élaboration d'agrégats utilisés pour l'essentiel à des fins de comparaisons internationales, mais
une Comptabilité simple, robuste, rapide, articulée selon la structure économique
du pays, mettant en évidence les comportements d'agents et les objectifs de la
politique économique.
L'interprétation du SCN (Système de Comptabilité Nationale) en fonction
des besoins effectifs des pays est une tâche prioritaire.
-38-
PRINCIPES GENERAUX D'UN SYSTEIIE DE COMPTES DU PATRIMOINE NATUREL (1)
Par Jean-Louis WEBER
1- LE PATRIMOINE NATUREL
1.1. Ecosphère et patrimoine naturel
Notre patrimoine est ce qui nous a été légué par nos ancêtres et que
nous avons fait fructifier ou que nous avons dilapidé ; en d'autres termes, c'est
ce que nous pouvons transmettre aux générations futures. Le patrimoine naturel
n'est donc constitué que d'une partie des éléments qui constituent la nature (ou
écosphère), la matière en mouvement ou l'énergie en perpétuelle transformation,
dont l'homme n'est qu'une fraction infinitésimale.
Envisager le patrimoine naturel du point de vue de sa transmission de
génération en génération suppose en effet deux choses :
a)que l'homme lui attribue une valeur ;
b) qu'il est susceptible de se transformer, de croître, de décroître,
de disparaître, à un rythme qui soit à la mesure de l'histoire humaine.
La roche des montagnes ou le sable du désert ne sont pas des éléments
du patrimoine naturel, au moins pour l'instant dans leur majeure partie. De même,
ne font pas partie du patrimoine naturel les éléments que l'on peut considérer, du
point de vue de l'homme, comme permanents :
(1) Extrait du rapport rédigé à la suite de la mission effectuée par l'auteur du
04 au 15 janvier 1982, à Abidjan, dans le cadre du Projet "Patrimoine naturel
et croissance économique en Afrique".
-39-
- le rayonnement émis par le soleil ;
- les éléments chimiques simples ou composés stables (H20, ...) ;
- le globe terrestre, y compris sa géothermie, son relief, ses terres
émergées, etc.
Ces éléments existent hors de toute possibilité d'action de l'homme,
ils évoluent sur un rythme géologique ou sur une échelle de temps plus longue. Ne
pouvant transformer ces éléments, l'homme n'a pas à les transmettre : ils ne font
pas partie de son patrimoine naturel.
Ces éléments permanents constituent cependant la substance même des éléments du patrimoine naturel. Le patrimoine naturel apparaît alors comme une combinaison temporaire d'éléments de base (matière - énergie) sous une forme déterminée,
en un lieu. donné :
- l'élément chimique "eau" n'est qu'un élément permanent, mais les
"eaux continentales" sont un élément fondamental du patrimoine naturel, dont le
cycle peut être modifié par les interventions directes de l'homme (barrages, exhaure, réseaux, ...) ou par ses actions sur la couverture végétale ;
- le climat, qui est un élément du patrimoine naturel que l'homme peut
modifier par son action sur le couvert végétal est déterminé par la combinaison
des éléments permanents que sont le rayonnement solaire, la latitude, l'altitude
et la longitude (position par rapport à la mer) ;
- le sol, élément de base d'une grande partie des organismes vivants,
est conditionné par le relief et le sous-sol ; mais il évolue par l'action du cycle de l'eau, de l'homme, de la végétation, ... ;
- parmi les éléments que contient le sous-sol, certains peuvent également se trouver inclus dans le patrimoine naturel de l'homme, s'ils ont acquis une
valeur particulière pour celui-ci. Le cycle de reproduction des éléments du soussol -énergie fossile, minerais, ...- est bien sûr sans commune mesure avec l'histoire humaine, mais le fait qu'ils soient consommés entraîne une diminution de
leur stock, donc de leur transmissibilité.
-40-
1.2. Patrimoine naturel et autres formes du patrimoine humain
Le fait que l'homme considère la nature comme son patrimoine -auquel
il peut attribuer une valeur monétaire- ne change rien au fait qu'il fait partie
de la nature, qu'il est un organisme vivant. Il doit respecter les cycles essentiels de la nature s'il veut la dominer ou simplement y vivre.
Mais l'homme est un organisme vivant particulier, qui occupe une place
à part dans les écosystèmes du fait des transformations qui résultent de son action
volontaire, de son travail.
Ceci conduit :
a)à considérer l'économie comme un sous-ensemble de la nature ;
b) à exclure du patrimoine naturel les éléments dont la caractéristique
principale est d'être le produit du travail humain ; ces objets ressortent de la
seule analyse du patrimoine économique ou du patrimoine culturel.
Un champ, ou une forêt de production, sont d'abord régis par les cycles
naturels (que l'activité humaine cesse, la végétation croîtra différemment mais
croîtra) : ils sont éléments du patrimoine naturel -en même temps que du patrimoine économique.
Un barrage est seulement un élément du patrimoine économique. L'eau de
la retenue est un élément de patrimoine naturel.
Le château qui rehausse un site n'est qu'un élément du patrimoine culturel et du patrimoine économique. Le site qui l'inclut est par contre un élément
de patrimoine naturel, évaluable dans une optique socio-culturelle.
1.3. Analyse du patrimoine naturel
Le patrimoine naturel, tel qu'il est délimité aux § 1.1. et 1.2. peut
être décomposé selon divers points de vue.
-41 -
Le patrimoine naturel peut d'abord être considéré comme un ensemble
d'éléments. Ces éléments peuvent être classés selon les caractéristiques propres
de leur cycle de reproduction. On distingue ainsi :
a) les éléments non-renouvelables (charbon, pétrole, minerais métalliques, etc.) ;
b) les milieux physiques qui constituent le substrat de la vie. Leur
reproduction ou leur régénération est entièrement liée à des facteurs exogènes à
chacun d'eux, soit qu'il s'agisse d'organismes vivants ou de l'homme, soit de
l'action d'autres milieux physiques (le cycle de l'eau est influencé par la végétation, l'action de l'homme, et l'aptitude des eaux continentales à permettre la
vie est elle-même conditionnée par les micro-organismes qui y vivent -les sols
évoluent en fonction de la végétation et du cycle de l'eau, ...).;
c)les organismes vivants dont la reproduction est liée à la qualité
et à la disponibilité des milieux physiques ainsi qu'à l'existence des autres organismes des chaînes alimentaires, mais aussi à l'action propre de leur système
biologique.
On remarquera que ces trois catégories correspondent approximativement
à trois rythmes de reproduction.
Le patrimoine naturel peut aussi se décrire du point de vue de la reproduction de la vie. La notion d'écosystème rend compte de la combinaison, sur
une aire donnée, d'un biotope, lui-même combinant plusieurs milieux physiques (sol,
eau, air, climat, ...) et d'une biocoenose, ensemble d'organismes vivants, végétaux et animaux, associés dans une -ou plusieurs- chaîne alimentaire. D'une certaine manière, l'écosystème constitue l'unité de production des organismes vivants
et l'unité de régénération des milieux physiques.
Comme on l'a vu en 1.2., l'homme occupe une place particulière dans la
nature qu'il transforme par son travail conscient. Il ne peut donc y être décrit à
l'aide des seules notions d'organisme vivant et d'écosystème (agricole ou urbain).
C'est par ailleurs en fonction de lui qu'est définie la notion même de patrimoine
naturel. Il convient donc de compléter l'analyse qui est faite par l'introduction
d'une catégorie rendant compte des rapports de l'homme à la nature : ce sont les
agents.
-42-
Ces différentes notions peuvent se représenter par le schéma de la
page 43.
2- STRUCTURE DU SYSTE/ΠDE COMPTES DU PATRIMOINE NATUREL
2.1. Objectifs de la structuration de l'information sur le
patrimoine naturel
Trois objectifs peuvent être assignés à un système structuré de comptes
du patrimoine naturel :
- promouvoir une approche systémique généralisée ;
- standardiser l'information afin de faciliter la communication entre
spécialistes et non spécialistes ;
- fournir des données synthétiques aux décideurs et notamment aux décideurs centraux.
2.1.1. Approche systémique généralisée
Le patrimoine naturel est un ensemble complexe d'objets en interrelation. L'étude approfondie de chacun d'eux, à des fins scientifiques ou de gestion
suppose nécessairement une délimitation du champ (à telle catégorie d'éléments, à
tel territoire, ...). Une telle délimitation comporte toujours le risque de perdre
de vue une partie des interrelations du système, ce qui peut avoir des conséquences négatives au niveau de la gestion de l'environnement naturel. Ainsi, la résolution satisfaisante d'un problème donné peut entraîner des conséquences néfastes
dans un autre domaine ou sur un territoire voisin.
Pour pouvoir évaluer ces conséquences, il faut pouvoir disposer d'un
modèle -ou de modèles- de représentation de ces interrelations. C'est la conception de tels modèles qui est l'objet de cette science pluridisciplinaire relativement nouvelle que constitue l'écologie.
La validité de tels modèles dépend de leur capacité à rendre compte
des phénomènes naturels, c'est-à-dire à la fois de la précision des concepts et
des mécanismes qui sont décrits et de leur globalité. Cette validité s'apprécie
-44-
du point de vue de la cohérence interne des modèles et par les vérifications quantitatives qui peuvent être réalisées.
Ce dernier point pose la question de l'information nécessaire. Un modèle partiel peut être vérifié expérimentalement au niveau d'une station d'observation (laboratoire, unité de production, unité administrative). La vérification
des généralisations qui peuvent en être faites suppose que l'on dispose d'une information quantifiée au niveau global.
Une telle information, pour être utilisable pour la vérification de modèles d'ensemble doit elle-même présenter un degré minimum de cohérence interne.
Les méthodes doivent être les mêmes sur l'ensemble du territoire observé. Les paramètres utilisés pour décrire les différents éléments et cycles doivent correspondre à une même logique d'observation ou à des logiques cohérentes.
Condition de l'utilisation correcte de l'information globale, sa structuration est également la condition de l'application satisfaisante de méthodes
statistiques.
Plusieurs approches sont possibles et les environnementalistes et les
statisticiens de l'environnement ont commencé à rassembler des données suivant
diverses logiques d'observation :
- bilans-matière et comptes de ressources naturelles privilégiant un
point de vue économique (système norvégien par exemple) ;
- indicateurs de la qualité des milieux (dans de nombreux pays) ;
- description du fonctionnement des écosystèmes (système "Stress"
(agressions - réactions) canadien).
Ce que propose de réaliser le système de comptes du patrimoine naturel,
c'est une synthèse, limitée mais globale, des différentes approches possibles.
L'hypothèse de départ est qu'il est possible de s'inspirer du modèle comptable
pour structurer la présentation de l'information de base. Les principes de la comptabilité permettent d'élaborer une information qui résume l'activité d'une entreprise, d'un organisme, d'un Etat. Appliqués à une économie nationale, ces principes
-45-
ont permis d'élaborer les systèmes de comptabilité nationale qui rassemblent une
partie de l'information économique et qui, de plus en plus, jouent le rale de pôle
fédérateur dans l'élaboration des systèmes d'information économique et même des
plans comptables d'entreprises.
C'est une position analogue qu'occupe le système de comptes du patrimoine naturel dans le champ de l'information sur l'environnement naturel. Un tel
modèle comptable est nécessairement synthétique, résumé, comme l'est la comptabilité économique nationale. Mais comme elle, à un niveau analogue, il est exhaustif
en ce sens qu'il englobe tous les objets et fournit une trace de tous les mouvements qui les ont affectés.
Toute modification d'une case du système a des implications immédiates
pour d'autres postes, tous ceux qui lui sont liés par la logique comptable. Modèle de représentation globale, le système comptable peut également fonctionner
comme cadre élémentaire de vérification des conséquences des prévisions particulières ou des projets spécifiques.
2.1.2. Standardisation du langage
La définition des classes d'objets et de relations, dont le nombre est
nécessairement restreint, pouvant figurer dans le système de compte est un résumé,
une synthèse des catégories utilisées par les spécialistes des différentes sciences de la nature et humaines.
En tant que résumé, elles constituent un appauvrissement des connaissances dont on dispose. Mais la standardisation du langage, qu'un tel résumé permet, facilite la communication entre spécialistes et non spécialistes.
La validité des définitions retenues dépend de leur articulation avec
les concepts de base des sciences concernées. Bien que le système se situe sur un
plan très général, il pourra être amené à se modifier avec l'évolution des diverses sciences. De même, la comptabilité nationale connaît divers systèmes et ceuxci se sont modifiés avec le temps.
-46-
2.1.3. Fourniture de données synthétiques
La cohérence logique des informations contenues dans un système comptable autorise l'élaboration d'indicateurs synthétiques. Leur utilité est double.
Du point de vue de l'étude du patrimoine naturel, ils constituent des
vues d'ensemble susceptibles de mettre en évidence des phénomènes qu'une approche
sectorielle conduirait à ignorer ou à en négliger l'ampleur.
Du point de vue de la prise de décision, ils constituent des outils
maniables pour les décideurs et fiables dans la mesure où l'existence du système
comptable permet de les relier aux éléments qu'ils résument.
2.1.4. Organisation du système d'informations statistiques
sur l'environnement
Les particularités d'un système de comptes du patrimoine naturel en
font aussi un bon outil pour l'organisation d'un programme statistique pour l'environnement naturel. Les priorités nationales peuvent y être définies et replacées
dans un cadre d'ensemble permettant de définir logiquement une hiérarchie entre
les différentes phases du travail.
2.2. Structure générale du système de comptes du patrimoine naturel
Elle peut se ieprésenter par le schéma de la page suivante. La structure des comptes découle directement de l'analyse du patrimoine naturel au § 1.3.
2.2.1. Les différents regroupements comptables
On établit des comptes pour les éléments, les écosystèmes, les agents
ainsi que pour les territoires ou espaces, sur lesquels écosystèmes et agents sont
en concurrence.
Chaque regroupement comptable peut se définir par les objectifs de la
mesure.
C
r-
3N IONIdI Vd
-48-
2.2.1.1. Les comptes d'éléments
On cherche, dans un compte d'élément, à en apprécier la quantité et
son évolution.
Le compte des éléments non renouvelables devra tenir compte des diverses évaluations possibles du stock compte tenu des conditions technico-économiques
de son exploitation.
Le compte des milieux physiques s'attachera à la mesure de la disponibilité de ceux-ci, en un lieu donné, dans la quantité nécessaire et sous une forme convenable (qualité).
Le compte des organismes vivants présentera leur démographie et leurs
aires de répartition ainsi que des données sur leur biomasse.
Les principes de l'agrégation des comptes d'éléments restent à développer. Il est possible qu'elle puisse se faire sur la base des travaux menés autour
du concept d'énergie.
2.2.1:2. Les comptes d'écosystèmes
Ils s'attachent à décrire la performance des écosystèmes. Ils mesurent
leur état, leur diversité, leur productivité biologique, leur résistance aux agressions. L'établissement de comptes d'écosystèmes suppose l'établissement de typologies et de nomenclatures et la définition de classes d'équivalence.
Pour chaque écosystème, on déterminera si ses performances évoluent favorablement, se dégradent ou sont stationnaires. L'agrégation des différents comptes pourra se faire sur la base de la superficie des écosystèmes, pondérée, par
exemple par la biomasse qu'ils produisent.
2.2.1.3. Les comptes d'agents
Du point de vue du patrimoine naturel, l'action de l'homme occupe une
place particulière. Les agents sont les hommes et leurs institutions, considérés
du point de vue de leur rapport à la nature (prélèvements, usages, y compris usages récréatifs, pollutions, aménagements, sélection, production, etc.).
- 49 -
Ce rapport se situant pour une large part dans le champ de l'économie,
les agents sont classés à titre principal selon les catégories de la comptabilité
nationale (secteurs institutionnels, branches, ...).
Les mesures du compte d'agents portent sur les actions des agents, l'état du patrimoine qu'ils utilisent, les bilans-matière de l'activité économique,
l'usage socio-culturel de la nature. Les comptes peuvent être établis en données
physiques et en monnaie.
2.2.1.4. Les comptes de territoires ou d'espaces
L'espace naturel est l'enjeu d'une concurrence entre les organismes
vivants, entre ceux-ci et les agents. Il est possible de décrire l'évolution du
patrimoine naturel en se plaçant seulement dans une optique territoriale d'utilisation du sol. Dans une optique spatiale, il apparaît clairement que l'on peut
procéder à des évaluations très différentes d'un espace naturel. On peut ainsi
évaluer un espace forestier en tant qu'écosystème (on attachera alors une grande
importance à la diversité génétique, à la composition de l'écosystème, etc.) ; on
peut procéder à une évaluation différente du point de vue de la production de bois
(qui peut être plus importante si l'on procède à la sélection des essences par
exemple) ; on peut enfin évaluer l'espace forestier selon sa dimension socioculturelle comme lieu de promenade, de chasse, etc.
L'approche spatiale du patrimoine naturel est par ailleurs fondamentale au niveau de l'observation et de la mesure. Un bon système d'observation peut
être établi pour des mailles pour lesquelles on mesure un certain nombre de paramètres (au sol ou à distance, par avion ou par satellite) de manière exhaustive
ou par sondage (après stratification de l'espace). Chaque compte du système ayant
une dimension spatiale, il est possible d'affecter une maille à une catégorie déterminée et d'alimenter ainsi le système.
2.3. Architecture d'un compte de patrimoine naturel
On distingue un compte (ou un ensemble de comptes) central et des comptes périphériques (ou comptes de relations) pour chaque élément, écosystème ou
espace.
- 50-
2.3.1. Le compte central
Le compte central décrit l'état du stock d'un élément, d'un écosystème
ou d'un espace au début et en fin de période (1), ainsi que les facteurs qui ont
entraîné les modifications. Le compte central peut se subdiviser en trois tableaux
articulés :
- un tableau montrant la réalisation de l'équilibre global (lié à la
dimension territoriale spécifique de chaque phénomène) ;
- un tableau d'emplois ou de répartition ;
- un tableau d'agrégation détaillant et pondérant les différents éléments pour arriver à des grandeurs synthétiques.
2.3.2. Les comptes périphériques
Les facteurs ayant entraîné des modifications d'un stock considéré correspondent en fait à des opérations qui traduisent la relation de l'élément (écosystème, espace) avec d'autres. Les comptes périphériques développent les relations entre comptes centraux et détaillent l'analyse des relations du type eau sol, eau - forêt, climat - forêt, sol - forêt, eau - agents, ... La présentation
comptable des cycles naturels a conduit à les segmenter ; les comptes périphériques décrivent les relations entre les différents segments (comptes).
2.3.3. Les comptes d'adents et la liaison avec la statistique
économique et socio-culturelle
Traduisant des actions de l'homme sur la nature, ils réfléchissent les
comptes précédemment décrits. Ils vont partiellement constituer un rassemblement
particulier des données contenues dans les comptes périphériques. Par ailleurs,
les comptes d'agents vont contenir des éléments de passage à la comptabilité nationale, aux comptes économiques non monétaires (de produits, d'activité, de filières
ou de processus technologiques, ...). On y verra apparaître le coût des efforts de
(1) Le rythme d'évolution des phénomènes naturels suggère que la période considérée puisse être en général de cinq ans. Certaines évolutions pourront cependant être suivies annuellement.
-51 -
l'homme pour la préservation et l'aménagement de l'environnement ainsi que des
bilans-matière détaillés décrivant les caractères plus ou moins coûteux en matières premières, énergie, etc. des différentes techniques de production ou habitudes de consommation, ainsi que les pollutions correspondantes.
La liaison avec la comptabilité socio-culturelle se fera par la prise
en compte des dimensions paysagères, de proximité d'espaces naturels de loisir,
ainsi que de santé (incidence de la pollution atmosphérique, ...). La liaison
peut notamment se faire par l'intermédiaire du compte du tourisme, du compte de
la pêche et de la chasse, du compte de la vie associative (défense de l'environnement) et de données d'aménagement du territoire.
2.4. Etudes par domaines
La structure ainsi définie n'implique pas que le travail s'effectue
case à case. Connaissant les implications générales du système et les contraintes
qui découlent du choix d'une évaluation globalement cohérente, il est possible
de travailler par domaines prioritaires.
Par exemple, un compte de l'eau rassemblera des données relatives :
- au milieu physique "eaux continentales" ;
- aux ëcosystèmes aquatiques ;
- aux besoins des sols et de la végétation en eau ;
- aux besoins humains (agents) ;
- aux aménagements de la ressource ;
- à la pluviométrie (climat) et à sa liaison avec les micro-climats
forestiers.
- 52 -
POUR UNE EXPLOITATION ANTHROPOLOGIQUE DES RECENSEMENTS
L'évaluation spontanée des âges en Afghanistan
Par Augustin DE BENOIST
Si l'anthropologie et la démographie relèvent bien du même champ scientifique, à savoir celui des sciences sociales, elles n'en entretiennent pas pour
autant des rapports étroits. Cette quasi-absence de contacts est d'ailleurs bien
plus le fait de leurs vocations respectives que de leurs démarches qui pourraient,
comme on voudrait l'illustrer dans ces lignes, beaucoup gagner à des emprunts
mutuels.
Nul ne doute qu'un recensement soit un gisement considérable de données
inédites sur les faits culturels des différents groupes enregistrés. Les démographes ne sont pas rares qui, au cours de l'analyse des données, ont conçu d'excellentes monographies opposant les comportements démographiques entre tribus voisines, entre catégories sociales, groupes religieux, etc. Toutefois, il reste que
peu d'expériences systématiques ont été menées cherchant à explorer de manière
exhaustive la totalité du contenu culturel d'un recensement. La vocation première
d'une telle opération étant de fournir un instrument statistique au planificateur,
les recherches évoquées plus haut, ouvertement à l'écart de telles préoccupations,
n'ont dû leur existence qu'au hasard de la curiosité de quelques démographes.
Le recensement d'Afghanistan a pourtant imposé de s'orienter délibérément dans cette direction pour le traitement de ses données nomades. En effet, la
couverture de cette catégorie de population était trop faible pour se prêter à la
moindre tentative de péréquation ou d'extension des résultats à des zones omises.
La seule voie qui portait quelque espoir encore d'éclairer un tant soit peu les mécanismes démographiques des nomades était de procéder à un examen attentif et scrupuleux, groupe après groupe, de leurs habitudes de sous-déclaration des femmes,
des enfants, de leurs modes d'évaluation des âges, de la composition de leurs ménages, toutes choses qui, une fois mises en rapport avec les grandes composantes qui
-53-
déterminent leur contexte socio-culturel, devaient nous renseigner sur la partie
cachée de l'iceberg.
Ces composantes étaient au nombre de quatre :
- l'appartenance ethnique ;
- la localisation géographique ;
- le type de nomadisme ;
- le niveau de richesse.
Une telle démarche, dont les objectifs étaient, nous l'avons dit, strictement démographiques, s'est trouvée emprunter au moins dans une première étape
les voies d'une exploration à vocation culturelle des données. L'objet du présent
exposé est de décrire la méthodologie qui a guidé notre cheminement durant cette
première phase, ainsi que la nature des résultats obtenus. Un questionnaire de recensement offre de toute évidence un éventail immense de paramètres à caractère
culturel. De ceux qui ont été explorés, on a retenu pour ce premier document tout
ce qui touche à la détermination spontanée de l'âge par l'enquêté lorsque, bien
évidemment, il ignore ou parfois même refuse de prendre en considération la date
de naissance (on verra que ce peut être le cas pour les enfants en bas âge).
ATTRACTION ET EVITEMENT DES AGES
La préférence ou le rejet de certains chiffres pour évaluer l'âge sont
des phénomènes bien connus de l'homme de l'art, qui s'empresse du reste de les
identifier afin de les mieux effacer de sa structure par âge. De larges mentions
sont faites, dans tous les ouvrages de démographie, des concentrations sur des multiples de 5 ou sur les âges pairs, assorties de méthodes de lissage finement élaborées. Le point de vue qui a été retenu ici se veut radicalement différent : il ne
s'agit plus de se débarrasser de l'imperfection des données, mais de la saisir en
soi, c'est-à-dire comme une partie vivante du matériau. Cette perspective vise essentiellement deux objectifs, d'une part opérer une fonction de tri afin de rassembler les groupes pratiquant le même type de choix dans l'échelle des âges possibles,
d'autre part identifier des zones de communauté de pratique culturelle.
-54-
En effet, nul ne doute que la série des chiffres adoptés ou rejetés par
un groupe résulte d'un vieux fond mythologique propre à l'histoire des influences
qui ont forgé sa culture. Les choix préférentiels qui vont vers certains âges constituent donc des traces des espaces religieux et politiques avec lesquels une société a été mise en contact dans le passé. Toutefois, si le vestige est toujours
présent, son contenu symbolique est bien souvent effacé. C'est pourquoi le démographe ne peut guère que livrer son résultat à quelque spécialiste des sociétés
antiques dans l'espoir qu'une source, un objet, une inscription viennent en éclairer la signification.
Du point de vue méthodologique, des indices comme celui de Whipple donnent des résultats tout à fait suffisants, permettant d'associer à chaque groupe
considéré son système de préférence et d'évitement d'âges. La seconde étape consiste en une analyse transversale de ces systèmes, c'est-à-dire à la projection sur
une carte des territoires associés à chaque chiffre symbolique. C'est ainsi que
dans le cas Afghan, on découvre que les Pashtoo-Taraki se caractérisent par une
profusion d'âges en "0", qu'une vaste zone du pays évite le "39" qui symbolise le
mari trompé, que l'adolescente à la veille du mariage aura de préférence 16 ans
chez les Balooch ou les Aymaq et 15 ans chez les Pashtoo-Durrani, etc. Ce n'est
pas l'objet de ce document de faire l'inventaire de résultats locaux, mais d'illustrer la possibilité qu'il y a de déboucher sur une typologie des tribus totalement inédite.
Toutefois, il importe de signaler un possible écueil susceptible de gêner l'exploitation d'une telle classification. Il tient à l'existence de phénomènes
propres au contexte socio-politique national ou local qui substituent à la sélection spontanée de l'âge par l'enquêté, un choix chargé d'arrière-pensées. On songe
ici à des réflexes qui sont le fait pratiquement, de toutes les époques et de tous
les pays, face au service militaire, à l'école obligatoire, mais aussi de caractère
plus local qui, dans certaines régions Afghanes où se pratique le "mariage par
achat", poussent le père à rajeunir sa fille pour en accroître la valeur. Il y
aurait bien d'autres situations du même type à évoquer, qui toutes concourent à
formuler un même avertissement, à savoir qu'une telle analyse ne saurait déposer
ses conclusions sans une enquête de contrôle, afin de séparer ce qui tient à une
mémorisation inconsciente de ce qui ne répond qu'à une préoccupation strictement
contemporaine.
-55-
L'AGE COMME REPERE
A côté de l'âge-symbole, il y a l'âge-repère où le chiffre devient
moins important par sa valeur arithmétique que par sa place dans l'échelle des
âges possibles. La détermination d'un âge commence par le bilan d'un certain nombre de traits physiologiques, plus précis chez l'enfant que chez l'adulte -ce qui
explique probablement la plus grande concentration d'âges préférentiels chez les
premiers- puis par la mise en correspondance de ce bilan avec l'échelle des chiffres. Ces deux phases sont des faits culturels spécifiques de chaque tribu. De la
première, on sait peu de choses, si ce n'est que l'éventail des coloris de la barbe du noir au blanc, passant par le grisonnant constituent des références parmi
certains groupes nomades, de même que les différentes étapes de l'enfance et de
l'adolescence, toutes choses qui sont bien entendu sexuées. De la seconde, on ne
connaît que l'aboutissement, à savoir les âges préférentiels, en particulier pour
les jeunes, ainsi que des choix qui feront valoir des concentrations plus fortes
sur le 40 que sur le 50 ou le 30, etc.
En fait, bien souvent, entre ces deux phases il s'en glisse une troisième, où l'individu ajuste son évaluation selon des repères complémentaires, en
quelque sorte plus raffinés. Ces derniers peuvent être rassemblés sous deux catégories : référence aux moments de la vie, et référence aux personnages environnants.
LES EVENEMENTS DE LA VIE
On observe, par exemple, que chez les Pashtoo -qui, sans en avoir le
monopole, pratiquent le mariage par achat- les jeunes femmes sont "vieillies" brusquement de 4 à 5 ans peu après leur mariage. On pourrait songer que ce n'est pas
sans rapport avec la sous-estimation signalée plus haut, mais il y a là aussi une
sorte de tradition qui veut qu'une feumie, une fois mariée, ait au moins 25 ans.
Parler de tradition peut être en l'occurence quelque peu inexact, car on sait à
quel point la première grossesse, le premier accouchement peuvent, dans certaines
conditions de sous-développement, altérer l'apparence d'une jeune femme.
Chez l'hoimue aussi, le mariage provoque un saut de l'âge dans certaines
tribus, mais toujours moins important que chez la feumie. Il serait possible, quoique cette étude n'ait pas été entamée, qu'il règle son âge par rapport au nombre
- 56 -
de ses enfants. On constate que, par endroit, le statut de grand-père, ou même seulement de beau-père renvoie l'adulte vers les 60 ou 80 ans. De même, l'orphelin
vieillirait plus vite que l'individu qui possède encore son père ...
L'ENVIRONNEMENT
Les deux derniers exemples laissaient pointer l'importance de l'entourage comme référence pour une détermination mutuelle des âges. On ne veut pas,
pour autant, laisser entendre que l'enquêté se livre à de savants calculs pour que
son âge soit compatible avec celui de ses fils aînés ou cadets. Bien au contraire,
les questionnaires regorgent de femmes de 60 ans déclarant sortir de couches. Mais
il semble que l'âge, bien souvent, vienne régler une sorte de hiérarchie au sein
du ménage. On distingue nettement les tribus qui font systématiquement, après la
trentaine, passer le mari pour plus vieux que l'épouse, de celles qui maintiennent
en toute indifférence le sens de l'écart entre époux. De même, à la mort du père,
les Pashtoo ont l'habitude de confier le plus souvent à l'aîné la commande du ménage, y compris de ses frères qui continuent de l'entourer. On constate que, dans
ces familles, -ceci n'étant pas étendu à toutes les tribus Pashtoo-, et pour peu
que l'aîné ait passé la vingtaine, il saute automatiquement à 30 ou 35 ans alors
que son puîné gravit sagement les 22, 24 ou 26 ans.
L'intérêt majeur de cette série de faits réside dans la possibilité
qu'il y a de les quantifier d'une part et de les interpréter selon des schémas et
des règles d'organisation sociale. L'âge qui symbolise une hiérarchie ou qui connote une étape de l'existence éclaire à sa manière les mécanismes culturels. A ce
stade, il se pose plusieurs questions qui concernent l'exploitation de tels résultats, comme de savoir depuis quand le chiffre est utilisé en Asie Centrale pour
désigner l'âge d'un individu, puisqu'il existe tout un arsenal de termes précis
pour fixer les différents stades de l'enfance et, dans une certaine mesure, de la
vie adulte. En acceptant le point de vue très probable comme quoi cet usage est ancien, on peut se demander quelle correspondance existe entre le chiffre et le segment d'âges fixé par le vocabulaire ; enfin, en ce qui concerne les chiffres symboliques, on peut essayer de voir quelles peuvent être leur relation aux anciens
systèmes de numération dont les traces linguistiques laissent entendre qu'ils n'étaient pas tous décimaux.
-57 -
Il s'agit, en fait, à travers ces interrogations, de déterminer quelle
est la nature précise de la typologie résultante. Si les systèmes de préférences
s'appuient sur des bases numériques maintenant disparues, ils renvoient à des espaces culturels qui pouvaient n'avoir en commun que les méthodes de comptage, si au
contraire ils reposent sur des chiffres à connotation sacrée comme le 7, le 9 ou
le 3, ils établissent alors une correspondance avec des croyances qu'il est nécessaire d'identifier historiquement. On constate par exemple qu'une large subdivision du monde Pashtoo projette toutes ses barbes blanches systématiquement vers
les 80 à 100 ans, alors qu'un autre secteur tribal les concentre sur 60 ans. La
question peut se poser -il s'agit là d'une suggestion tout à fait hasardeused'examiner si ce contraste ne peut être mis en rapport avec d'anciennes pratiques
de gérontocide. On songe ici à diverses vagues Scythes qui ont submergé le sudAfghan dont les légendes rapportent des traits de cette nature.
A côté des phénomènes qui, comme le précédent, se prêtent à des esquisses d'interprétation, il y a tous ceux qui demeurent inexplicables, comme une caractéristique des Balooch du sud qui les isole de tout leur voisinage : leur répartition des âges de 0 à 5 ans est toujours strictement croissante de 0 à 2 ans,
alors que chez leurs voisins Tajik, ou Pashtoo-Durrani, fort nombreux dans la région, le 0 et le 2 atteignent des montants comparables, abandonnant le 1 à un niveau minimum (voir le graphique ci-dessous). Cette opposition ne souffre, de tribu
en tribu, aucune exception dans les provinces concernées ; elle débouche donc bien
sur une classification des tribus locales sans qu'on sache en décoder le contenu
culturel.
Proportions d'enfants de 0 à 2 ans chez les Balooch et non Balooch des provinces
du sud Afghan (données brutes).
a) Balooch
Nombre ^
d'enfants
b) Non Balooch
Nombre
d'enfants
012Age
0
1
2
Age
Ceci illustre en outre les précautions nécessaires avant d'entreprendre
une étude comparée des structures par âge de ces deux catégories, manifestement
marquées par des types différents de sous-estimation et de transferts des premières classes d'âge.
CONCLUSION
Il ressort de ce premier survol des "possibilités" d'exploration culturelle d'un recensement que la difficulté de fond réside dans l'interprétation de
la classification obtenue. En effet, cette dernière ne coincide pas toujours avec
les grandes délimitations ethniques ou linguistiques traditionnelles ; au contraire, elle peut traverser de part en part des ensembles comme les Pashtoo ou les
Aymaqs que le sens commun tient pour indivisibles. Là réside, d'ailleurs, toute
l'originalité de l'apport scientifique d'un recensement, car chacun sait à quel
point le concept d'ethnie est souvent simplificateur et chargé de malentendus.
Alors qu'il recouvre une signification essentiellement politique en enregistrant
le résultat du jeu des groupes dominants et des minorités, de leurs équilibres
territoriaux, il est abusivement employé pour désigner une communauté de comportement culturel.
L'histoire de l'Afghanistan est typique à cet égard, qui a vu monter à
partir du XVIIème siècle d'immenses confédérations tribales, rassemblant des groupes de toute origine autour d'un projet strictement politique de fixation d'un territoire national. Leur dénomination actuelle a valeur ethnique, alors que les sources indiquent la diversité de leur composition de départ.
L'ambition des tentatives de typologie qui ont été exposées, et de bien
d'autres qui viendront par la suite, est de restituer au-delà des contours ethniques contemporains, des ensembles qui présentent une homogénéité de culture. A ce
projet, qui constitue déjà une large préoccupation parmi de nombreux chercheurs
d'autres disciplines, la démographie peut apporter une précieuse contribution.
- 59 -
LE DISPOSITIF D'ENQUETES PERIODIQUES SUR L'EMPLOI URBAIN AU MAROC :
Bref aperçu méthodologique et principaux résultats du premier passage 1976
Par Mohamed ABZAIID
0- INTRODUCTION
Les Recensements de Population réalisés au Maroc ont certes apporté
des résultats d'un grand intérêt ; ils comptent parmi les sources permettant d'avoir des informations concernant l'emploi au Maroc. Ils ont permis en effet d'obtenir des statistiques relatives au volume et à la structure de la population active par profession et par branches d'activités économiques. Toutefois, ces Recensements de Population restent des opérations de grande envergure dont les objectifs
sont nombreux, et où, par conséquent, la question de l'emploi ne peut être approfondie. Ils n'ont permis d'obtenir que des données très sommaires sur l'emploi,
données qui se trouvent très rapidement dépassées vu la période de dix ans qui sépare deux Recensements. En outre, les Recensements ne fournissent qu'une situation
statique, alors que l'aspect dynamique au moins aussi important pour toute analyse
et que cet aspect est le plus mal connu.
Afin de disposer d'un diagnostic sur la situation de l'emploi et sur
son évolution, le Secrétariat d'Etat au Plan et au Développement Régional (Direction de la Statistique) a décidé de mettre en oeuvre, dans une première phase, un
et
dispositif d'enquêtes périodiques sur l'emploi en milieu urbain dans une deuxième
phase, de procéder à sa généralisation au milieu rural.
Il s'agit d'enquêtes annuelles auprès des ménages ayant pour but d'évaluer le niveau et la structure de l'emploi au Maroc. Les enquêtes par sondage sont
un des moyens le plus utilisé dans divers pays pour obtenir des données sur le volume et la structure de la population active. Le choix des enquêtes par sondage
- 60-
est motivé par le fait que ces dernières mettent en oeuvre des moyens limités et
permettent de par l'utilisation d'un personnel qualifé, de mieux cerner les divers
aspects de l'emploi urbain.
La présente étude comprend une première partie retraçant l'aspect méthodologique du dispositif d'enquêtes annuelles sur l'emploi et une deuxième partie donnant une analyse sommaire des résultats du premier passage de 1976.
1- APERCU METHODOLOGIQUE
Le dispositif d'enquêtes annuelles auprès des ménages reste un instrument précieux pour appréhender le niveau et la structure de la population active
entre deux Recensements. On décrira ci-dessous la méthodologie adoptée pour la
réalisation des différents passages de l'enquête.
1.1. Le but du dispositif d'enquêtes annuelles sur l'emploi : Les
objectifs qu'on se propose de réaliser par les enquêtes sur l'emploi auprès des
ménages urbains sont essentiellement les suivants :
a) connaissance du niveau et de la structure de la population urbaine
par sexe, âge, état matrimonial, niveau d'instruction, ... ;
b) appréciation du volume et de la structure de la population active ;
c)étude du chômage et de ses caractéristiques ;
d) étude du sous-emploi et de ses caractéristiques ;
e) connaissance de la population d'origine rurale, et particulièrement
de celle se déclarant active au moment de la réalisation de chaque passage annuel.
1.2. Le champ d'observation : La population observée est constituée
par toutes les personnes résidentes en milieu urbain (1) et celles absentes depuis
moins de six mois.
(1) Le milieu urbain pris en considération est celui défini par le Recensement
Général de la Population et de l'Habitat de 1971.
- 61 -
Sont exclus du champ de l'enquête :
- la population des provinces sahariennes récupérées ;
- les personnes sans abri ;
- la population étrangère résidant dans les consulats et ambassades ;
- les touristes étrangers de passage au Maroc durant l'enquête ;
- les nationaux résidant à l'étranger de passage au Maroc au moment de
l'enquête ;
- la population comptée à part.
1.3. La méthode d'échantillonnage
L'enquête est réalisée selon les principes du sondage aréolaire stratifié à deux degrés. Les unités primaires sont formées par les districts du Recensement de Population de 1971, c'est-à-dire des zones géographiques délimitées par
des limites identifiables (rue, avenue, impasse, ...) et comportant chacune une
population de 1 200 personnes en moyenne en 1971, soit près de 240 ménages (1).
Les unités secondaires sont formées par des grappes. Ainsi, chaque district est
découpé en trois grappes de taille égale à 80 ménages en moyenne. Les unités primaires sont stratifiées selon l'importance des villes où ces dernières sont localisées et le type d'habitat (2).
La taille de l'échantillon s'élève à 1 % de la population urbaine, soit
près de 63 500 personnes en 1976. Une fois les districts stratifiés et le poids de
chaque strate par rapport à l'univers déterminé, on a procédé au tirage des districts au sein de chaque strate proportionnellement à leur effectif.
(1)Estimation de la taille faite en juillet 1971.
(2)On distingue les types d'habitat suivants : bidonvilles, médina, moderne, luxe,
et zones industrielles.
- 62 -
Vu le caractère périodique de l'enquête, un tiers de l'échantillon est
renouvelé à l'occasion de chaque passage afin d'éviter une lassitude de la population et de réduire par conséquent les refus de réponse qui pourraient surgir entre
les différents passages. Ainsi, les 150 districts-échantillon sont découpés chacun
en trois grappes de taille égale. L'ensemble des grappes formées sont partagées en
neuf sous-échantillons. Seuls les ménages de trois sous-échantillons sont enquêtés
à l'occasion de chaque passage. Deux passages consécutifs ont en commun deux souséchantillons ce qui permet de saisir l'aspect dynamique des caractéristiques de
l'emploi étudiées.
Le choix d'une taille de 30 ménages par grappes a été dicté par les considérations suivantes :
a) créer des grappes facilement repérables sur le terrain ; en effet,
plus la taille de la grappe est petite (en termes de population), plus les difficultés de trouver des limites géographiques appropriées sont grandes ;
b) une taille de grappe plus petite nécessite la sélection d'un nombre
plus grand d'unités primaires ; ceci pourrait augmenter substantiellement le coût
de l'opération.
1.4. La réalisation du premier passage 1976
On tentera de décrire brièvement ci-dessous les différentes opérations
réalisées dans le cadre de l'exécution du premier passage de 1976, à savoir l'opération cartographique, la collecte des données et le dépouillement de l'information collectée.
1.41. L'opération cartographique
La méthode d'échantillonnage aréolaire choisie pour la réalisation des
différents passages de l'enquête sur l'emploi nécessite une documentation cartographique concise, c'est-à-dire une documentation permettant à n'importe quelle personne de déterminer sans ambiguïté les zones d'observation sélectionnées. L'opération cartographique s'est déroulée en deux étapes :
a) Première étape : travaux sur le terrain : Au cours de cette phase,
on a procédé à la délimitation des districts, à l'établissement des schémas de
- 63 -
ces derniers et à la collecte d'un certain nombre de renseignements relatifs aux
ménages qui y résident afin de pouvoir découper au bureau chaque district en trois
grappes. La réalisation de ces travaux a demandé en moyenne neuf jours par agent
et par district.
b) Deuxième étape : le découpage au bureau du district en grappes :
L'objectif de cette phase a été de découper le district en trois grappes en prenant en considération les contraintes suivantes :
- avoir des grappes facilement repérables sur le terrain ;
- avoir des grappes de taille approximativement égale ;
- avoir une structure "urbaniste" par grappe similaire à celle du
district.
Vu les transformations rapides que subit le milieu urbain marocain, on
procède annuellement à la mise à jour des grappes à enquêter, et ce avant le lancement de l'enquête proprement dite. Cette actualisation des grappes consiste à :
- voir si les limites des districts et des grappes sont encore repérables sur le terrain ;
- vérifier si la grappe à enquêter a subi des changements sur le plan
d'urbanisation (apparition de nouvelles constructions ou disparition des constructions déjà signalées auparavant).
1.42. La collecte des données
On analysera ci-après les points suivants :
- le choix de la période d'exécution de l'enquête ;
- le déroulement de l'enquête ;
- les difficultés techniques auxquelles s'est heurté le ler passage.
a) Le choix de la période d'exécution du premier passage : Les choix
d'une telle période est dicté par les préoccupations suivantes :
- 64-
- avoir une période où le niveau de l'activité est proche du niveau
annuel moyen ;
- avoir une période où les perturbations dues aux mouvements internes
des vacanciers sont faibles ;
- avoir une période où les conditions climatiques n'entravent pas le
déroulement des travaux sur le terrain.
Ainsi, le choix s'est porté sur la période d'avril - mai.
b) Le déroulement du passage 1976 : La collecte de l'information sur le
terrain est faite au moyen de l'interview direct auprès des ménages. Le déroulement
de l'enquête 1976 a mobilisé près de 80 enquêteurs, 30 contrôleurs et sept superviseurs pour une période d'un mois. Au cours de cette période, les enquêteurs ont
interrogé près de 12 700 ménages.
Malgré l'absence d'une campagne publicitaire avant le lancement de l'enquête, la population observée n'a manifesté aucune réticence à répondre aux questions posées dans le cadre de l'enquête.
On a même constaté que certaines personnes en-dehors des aires-échantillon ont demandé aux enquêteurs de les interviewer, ceci s'explique par le fait que
l'enquête a été considérée comme une opération d'embauche par certains enquêteurs.
Malgré les consignes données aux enquêteurs d'exposer avec clarté l'objet de l'opération, certains enquêtés ont assimilé cette dernière à un Recensement.
c)Les difficultés techniques : L'enquête s'est trouvée, au moment de
l'exécution, confrontée principalement aux deux difficultés suivantes :
- une mauvaise assimilation de certains concepts par les enquêteurs ;
ceci a abouti à une mauvaise formulation de certaines questions de la part de ces
derniers ;
- des déclarations imprécises ou vagues de la part de certains enquêtés
aux questions se rapportant à la profession, l'activité, le temps de travail annuel
en semaines, le degré de qualification, ...
- 65 -
1.43. Le dépouillement de l'information collectée
Une fois la collecte de l'information achevée, on a procédé au chiffrement des réponses obtenues. L'opération s'est déroulée dans les Délégations Régionales. Le personnel exécutant était composé :
- des superviseurs ;
- des contrôleurs dont lerôle est le contrôle du travail effectué
par les agents chiffreurs ;
- des agents chiffreurs dont la tâche est de traduire en chiffres les
données collectées.
Cette opération a mobilisé en 1976 près de 70 personnes (dont 52 agents
chiffreurs) pour une période d'un mois.
Le rendement moyen par agent et par grappe a été de 20 grilles de chiffrement par jour. Les agents-chiffreurs ont trouvé relativement plus de difficultés à chiffrer les questions concernant la profession et l'activité. Ces difficultés sont dues essentiellement à :
- l'utilisation des nomenclatures qui sont trop imprécises pour permettre de chiffrer sans ambiguïté les réponses collectées et qui sont, dans une certaine mesure, mal adaptées à la réalité actuelle ;
- le vague et l'imprécision de certaines réponses consignées par certains enquêteurs, et ce malgré les diverses recommandations invitant à donner le
maximum de précision possible pour les questions relatives à la profession et
l'activité.
La répartition des erreurs observées, pendant le chiffrement, par les
contrôleurs de qualité selon le type de questions se présente comme suit :
- 66-
STRUCTURE DES ERREURS OBSERVEES SELON LE TYPE DE QUESTIONS
Type de questions
Questions à caractère démographique et culturel
Type d'activité
31
3
Professions et activités économiques
49
Autres questions concernant l'emploi
17
TOTAL
100
2- ANALYSE SOMMAIRE DES RESULTATS DU PREMIER PASSAGE DE L'ENQUETE
Les différents thèmes saisis par l'enquête méritent chacun une analyse
approfondie. Cependant, on tentera au cours de cette étude de mettre en relief les
principaux résultats de l'enquête de 1976. Auparavant on définira la notion de population active utilisée par le dispositif d'enquêtes périodiques sur l'emploi.
2.1. La définition de la population active
Celle-ci est formée par le groupe de personnes qui constituent la maind'oeuvre disponible pour la production des biens et services au cours de la période de référence. On distingue deux catégories de population active : la population
active du premier ordre etla population active marginale.
a) Population active du premier ordre : C'est le concept adopté lors de
l'exécution du dernier Recensement de Population de 1971. Elle comprend :
- les actifs occupés du premier ordre : les personnes en âge d'activité
(15 ans et plus) pourvues d'un emploi au moment de l'enquête (1) ;
- les chômeurs du premier ordre : les personnes en âge d'activité ne
travaillant pas au moment de l'enquête et cherchant un emploi. On distingue les
chômeurs n'ayant jamais travaillé (CH1) et ceux ayant déjà travaillé (CH2).
(1) La limite d'âge était de 7 ans pour le Recensement de Population de 1971.
- 67 -
b) La population active du second ordre ou population active marginale:
Ce sont des personnes en âge d'activité qui ne travaillent ou ne cherchent un emploi qu'incidemment et de manière occasionnelle. Elle comprend l'ensemble des personnes inactives (1) qui déclarent, à un stade avancé de l'interview, avoir exercé
des travaux marginaux ou recherché un travail. En général, c'est le manque ou l'apparence de manque d'emplois adaptés qui décourage le plus souvent certains "membres
du groupe marginal" d'entrer dans la population active proprement dite.
Comme pour la population active du premier ordre, on distingue les catégories suivantes :
- les actifs occupés du second ordre (A02) : toute personne en âge d'activité qui se considère comme inactive dans un premier temps (déclaration spontanée), mais se déclare à un stade avancé de l'interview avoir exercé une activité
d'une manière occasionnelle et dont l'âge est au moins égal à 15 ans révolus ;
- les chômeurs du second ordre : toute personne en âge d'activité (15
ans et plus) qui se considère d'abord comme inactive (déclaration spontanée), puis
se déclare à la recherche d'un travail à un stade avancé de l'interview ; comme
pour les chômeurs du premier ordre, on distingue les "chômeurs marginaux" ayant
déjà travaillé (CH3) et ceux n'ayant jamais travaillé (CI-14).
2.2. Les aspects démographiques de la population urbaine
Pour les pays à expansion démographique rapide, le potentiel de la main
d'oeuvre reste largement affecté par les facteurs démographiques. Par conséquent,
il est utile d'exposer brièvement les caractéristiques démographiques de la population urbaine marocaine telles qu'elles ressortent du premier passage de l'enquête sur l'emploi.
Comparativement aux structures démographiques dégagées par le Recensement de Population de 1971, la population urbaine n'a pas connu de profondes mutations structurelles pendant la période 1971-1976. Ses principales caractéristiques
sont :
(1)Si l'on juge d'après leur déclaration spontanée.
-6g-
- une population composée par autant d'hommes que de femmes (taux de
masculinité de 94,0 %, c'est-à-dire 940 hommes pour 1 000 femmes) ;
- une population jeune : 64,4 % des citadins ont moins de 25 ans et
4 % seulement ont 65 ans ou plus ;
- une population dont 62 % des membres sont des célibataires et 31 %
sont mariés, les femmes se mariant plus jeunes en moyenne que les hommes.
Quant à l'aspect culturel de cette population, 50 % des personnes de
10 ans et plus résidant en ville savent lire et écrire.
2.3. Le niveau de l'activité
La part de la population active par rapport à la population totale est
certainement un des indicateurs essentiels de la structure économique d'un pays.
Telle qu'elle est définie, la population active au sens de l'enquête s'élève à
31,1 % de la population urbaine ; autrement dit, un citadin sur trois participe
à la production des biens et services.
Les personnes pourvues d'un emploi forment près de 89 % de la population active, ou encore 28 % de la population urbaine.
Le taux d'activité global dégagé ci-dessus reste évidemment influencé
par la structure démographique, et plus particulièrement par l'effectif des jeunes
enfants âgés de moins de 15 ans, lesquels forment près de 42 % de la population
urbaine.
Pour mieux cerner l'activité, on analysera la seule population en âge
d'activité, c'est-à-direcelle constituée par les individus âgés de 15 ans et
plus. Le taux d'activité pour cette population est de 54,6 %. Analysé par sexe, ce
ratio s'élève à 80,8 % pour les hommes et à 31,1 % pour les femmes.
-69-
TAUX D'ACTIVITE PAR SEXE ET AGE
- 70-
TAUX D'ACTIVITE SELON LE SEXE ET L'ACE
(en %)
Age
Taux masculin
Taux féminin
Taux pour les
deux sexes
15à19
54,3
37,5
45,4
20 à 24
84,4
36,7
58,8
25 à 29
97,0
30,7
62,4
30 à 34
97,8
27,2
58,1
35 à 39
98,7
25,5
57,9
40 à 44
96,8
30,1
62,9
45 à 49
95,6
31,7
63,4
50 à 54
92,0
29,7
60,5
55 à 64
79,0
28,5
54,0
65 ans et plus
42,0
14,2
26,8
80,8
31,1
54,6
Ensemble de la population
âgée de 15 ans et plus
Non moins intéressante est l'étude des actifs par âge et par sexe. Du
panorama des données ci-dessus se dégagent les conclusions suivantes :
a)Le profil d'activité pour les hommes ne présente aucune particularité et demeure en quelque sorte similaire à celui observé dans d'autres pays.
Ce taux croît avec l'âge pour atteindre 97 % et plus dès 25 ans, puis
il amorce une baisse à partir de 40 ans.
b) Le profil féminin d'activité reste imprégné en général par les conditions sociales et culturelles de la femme. Ainsi, pour le milieu urbain marocain,
le taux d'activité se situe à des niveaux élevés pour les femmes âgées de moins de
25 ans, puis il amorce une baisse pour celles dont l'âge révolu est compris entre
25 et 39 ans ; cette baisse est due probablement au mariage et à l'arrivée des enfants. A partir de 40 ans, on relève un regain d'intérêt pour le travail en-dehors
du foyer ; ceci pourrait s'expliquer, d'une part, par le fait que les enfants ont
grandi et ne posent pas les mêmes problèmes et, d'autre part, par le divorce ou le
veuvage qui caractérise cette population (sur l'ensemble des veuves, divorcées,
68 % sont âgées de 40 ans et plus). La femme se trouve ainsi intéressée par le
travail jusqu'à 60 ans.
- 71 -
La population active féminine est relativement plus jeune que la population active masculine. En effet, près de 45 % des felames actives possèdent moins
de 25 ans contre 31 % pour les hommes actifs. Ceci s'expliquerait d'une part par
le fait que l'accès des femmes au marché du travail -phénomène ayant touché essentiellement les jeunes générations- remonte à une date récente et, d'autre part,
par le "renouvellement" de la population active, qui est plus rapide pour la population féminine. En effet, le mariage et l'arrivée des enfants obligeraient certaines femmes actives à quitter le marché de l'emploi, libérant ainsi des postes
qui pourraient être occupés par les jeunes actives.
2.4. La population inactive
Analysée par sexe, la population inactive est à dominance féminine
(61 %). Quant aux jeunes âgés de moins de 15 ans, ils forment près de 62 % des
inactifs.
Les femmes au foyer constituent de leur côté près de 39 % des inactives
féminines. Les rapports de dépendance (1) pour les catégories de population inactive dégagées ci-dessus sont les suivants :
Catégorie de la population inactive
Rapport de dépendance (pour 1000 actifs)
Ensemble des inactifs
2 270
Inactifs âgés de moins de 15 ans
1380
Femmes au foyer
523
2.5. La population active marginale
Elle forme à peine 7,6 % de la population active. Comme on peut s'y
attendre, près de 81,8 % des personnes formant ce groupe marginal sont de sexe
féminin. Ce sont essentiellement des femmes au foyer qui, parallèlement à leurs
travaux ménagers, exercent une activité économique (en aidant leur mari ou quelqu'un de leur famille, en tissant ou en brodant les différents articles pour les
particuliers) ou cherchent évidemment un emploi.
(1) Le rapport de dépendance indique le nombre d'inactifs dont la subsistance
dépend des actifs.
- 72 -
2.6. Le chômage et le sous-emploi
La part des chômeurs dans la population active urbaine au sens de l'enquête s'élève à 10,8 %. Analysé par sexe, ce ratio est de 12,3 % pour les femmes
actives et de 10,1 % pour les actifs masculins. La répartition des chômeurs qui se
dégage des données du premier passage n'est pas moins intéressante. On est frappé
de constater que le chômage affecte surtout les jeunes actifs (près de 69 % ont
moins de 25 ans). Sur le nombre total des chômeurs enquêtés, près de 41 % sont en
quête de leur premier emploi. Le classement des chômeurs selon le dernier diplôme
obtenu demeure aussi révélateur.
TAUX DE CH.OMAGE SELON LE DERNIER DIPLOME OBTENU
Dernier diplôme obtenu
Néant
Taux de chômage (%)
9,1
Ayant un diplôme
- Diplôme d'études primaires
14,0
19,8
- Diplôme d'études secondaires
8,7
- Diplôme d'études supérieures
1,8
Les constats qui se dégagent de la lecture des données ci-dessus,
sont :
- la population active ayant un diplôme scolaire reste plus touchée
par le chômage que celle n'ayant aucun diplôme ;
- l'existence du "chômage intellectuel" -malgré sa faible ampleur- qui
affecte les personnes ayant un diplôme d'études supérieures.
Le taux de chômage s'élève à 9,1 % pour les personnes actives sans diplôme scolaire contre 14,0 % pour celles,ayant un diplôme (le plus haut taux est
observé pour la catégorie ayant un diplôme d'études primaires, soit près de 20 %).
Ceci pourrait s'expliquer par le fait que les personnes sans diplôme sont disposées
en général à accepter n'importe quel travail, alors que la population ayant un niveau d'instruction exige plutôt des emplois qui conviennent à sa formation.
- 73-
"Le chômage, qualifié même parfois de "chômage visible", qu'on vient
d'analyser sommairement ci-dessus ne peut donner une idée complète de la situation
générale de l'emploi au Maroc. Le problème tient sans doute au fait que le chômage
visible ne constitue ni la seule ni la principale forme de sous-utilisation de la
main-d'oeuvre dans les pays en développement. Le sous-emploi est répandu ; cependant, les recherches méthodologiques entreprises dans le but de mieux mesurer ce
phénomène, se sont heurtées à des difficultés dues aux défaillances humaines ; la
plupart des enquêtés ne se rappellent pas exactement la durée effectivement travaillée au cours de l'année de référence" (1).
Le sous-emploi est un phénomène très complexe, il est nécessaire, pour
le mesurer et l'analyser, de l'aborder de plusieurs manières. Devant un faible
rythme d'activité, certaines catégories de la population active, surtout les travailleurs indépendants, sont souvent enclins à ralentir le rythme du travail et à
prendre plus de temps qu'il ne faut pour accomplir leur tâche, faute de pouvoir
mieux occuper leur temps. Par ailleurs, il est souvent très difficile de faire la
part entre le temps passé au travail et le sous-emploi.
Ainsi, pour un coiffeur (ou un commerçant ou un artisan ou un salarié
occasionnel), qui attend dans sa boutique un hypothétique client, l'enquête prend
en considération la durée totale que la personne concernée passe dans son lieu de
travail, même si elle ne produit rien en termes de biens et services. Nombreux sont
évidemment les actifs qui vivent dans cette situation. Ce phénomène pourrait toucher avec plus d'acuité les personnes qui travaillent d'une manière occasionnelle
ou saisonnière ou marginale.
L'information disponible pour l'année 1976 permet de mesurer le sousemploi visible basé sur la durée annuelle du travail. Si l'on considère comme sousemployée toute personne active occupée ayant travaillé pendant une durée inférieure aux 2/3 de l'année (soit approximativement 36 semaines d'occupation), le taux
de sous-emploi relatif à la population active urbaine est de 33 % (y compris les
chômeurs). Si l'on ne tient pas compte des chômeurs, le niveau de sous-emploi pour
les actifs occupés se présente comme suit :
(1) Direction de la Statistique : "Résultats de l'enquête sur l'emploi urbain 1976"
p. 18.
-74-
TAUX DU SOUS-EMPLOI PAR SEXE RELATIFS A LA POPULATION ACTIVE OCCUPEE
Taux du sous-emploi(%)
Sexe
Masculin
26,1
Féminin
43,1
Les deux sexes
30,4
2.7. Structure de la population active occupée par profession,
branches d'activités économiques et situation dans la profession principale
Non moins importante est l'étude de la structure de la population active occupée par profession, branche d'activité économique et situation dans la
profession.
a) Structure par profession : Les réponses collectées au moment de
l'exécution du premier passage (1976) se réfèrent à la dernière profession principale exercée.
REPARTITION DE LA POPULATION ACTIVE OCCUPEE SELON LES GRANDS GROUPES
DE PROFESSION ET LE SEXE (en %)
Profession
Personnel des professions
scientifiques,techniques,
libérales et assimilées
Personnel commercial et
vendeurs
Cadres administratifs, personnel administratif et travailleurs assimilés
Personnel spécialisé dans
les services
Agriculteurs, éleveurs,
forestiers, pêcheurs, chasseurs et travailleurs assimilés
Ouvriers et manoeuvres non
agricoles
Sexe masculin
Sexe féminin
Les 2 sexes
7,7
I 6,1
7,3
18,5
2,7
13,8
6,6
5,0
6,1
11,6
19,6
14,0
7,4
7,9
7,5
42,7
55,9
46,6
- 75 -
Les 2 sexes
Profession
Sexe masculin
Sexe féminin
Personnes ne pouvant être
classés selon la profession
5,5
2,7
4,7
100,0
100,0
100,0
TOTAL
Des données ci-dessus, il ressort qu'en avril-mai 1976, près de 47
des actifs occupés engagés dans la production des biens et services sont des ouvriers et manoeuvres non agricoles. Le personnel commercial et les travailleurs
spécialisés dans les services viennent en deuxième position avec approximativement
14 %. Les actifs occupés urbains exerçant leur travail dans le secteur primaire
(agriculture, forêt, pêche et travaux assimilés) ne forment que 7,5 % de l'ensemble. De ce panorama de données, on peut avancer que la population active occupée
urbaine exerce son travail essentiellement dans les secteurs secondaire et tertiaire.
Analysées selon le sexe, les professions les plus exercées aussi bien
par les houmes que les femwes sont celles relatives aux "ouvriers et manoeuvres
non agricoles" suivi du personnel travaillant dans les services. Contrairement
aux hommes, les femmes exercent peu d'emplois à caractère commercial.
b) Structure par branche d'activité économique : L'analyse de la population active occupée par branche d'activité économique reste l'un des aspects
les plus importants de toute enquête ad hoc sur l'emploi. Elle permet de dégager
en quelque sorte le niveau de développement atteint. Tout développement économique entraîne en général une diminution relative de la main-d'oeuvre agricole. Celle-ci est provoquée et entretenue par l'expansion de l'emploi dans les secteurs
des biens industriels et des services.
-76-
REPARTITION DE LA POPULATION ACTIVE OCCUPEE
PAR BRANCHES D'ACTIVITE ECONOMIQUE ET PAR SEXE
Branche d'activité économique
Sexe masculin
Sexe féminin
Les 2 sexes
Eau, électricité, énergie et
mines
3,4
0,4
2,5
Bâtiments et travaux publics
11,0
0,3
7,8
Industries de transformation
22,5
51,3
31,0
7,7
0,6
5,6
Commerce
21,8
4,2
16,6
Services
7,1
21,7
11,5
Administration
15,2
9,9
13,6
Autres activités (agriculture , activités mal désignées,
...)
11,3
11,6
11,4
100,0
100,0
100,0
Transport et communications
TOTAL
Au vu du tableau ci-dessus, il ressort que la branche "Industries de
transformation" reste le principe pale d'attraction de la main-d'oeuvre urbaine
(31 % des actifs occupés ont déclaré avoir exercé leur travail dans la branche
des "Industries de transformation"). Les autres branches relativement importantes
sont le "Commerce", 1'"Administration" et les "Services" ; elles emploient respectivement 16,6 %, 13,6 % et 11,5 % de la population active occupée.
L'analyse de la population active occupée féminine selon l'activité
économique montre que plus de la moitié de cette population se trouve concentrée
dans les "Industries de transformation". Une autre part importante est employée
dans les services (21,7 %) ; ceci pourrait s'expliquer par l'emploi fréquent des
feues dans les travaux domestiques. Contrairement au phënomène constaté pour les
actifs occupés masculins, les branches "Commerce", "Eau, électricité, énergie et
mines", "Transports et communications" font appel à peu de main-d'oeuvre féminine.
c) Le statut professionnel : Quant à l'étude de la répartition de la population active selon la situation dans la profession, qui reflète dans une certaine mesure l'organisation économique du pays, elle reste à tous points de vue
révélateur.
- 77 -
REPARTITION DE LA POPULATION ACTIVE OCCUPEE SELON LA SITUATION DANS LA PROFESSION
Situation dans la profession
Employeurs
Masculin
Féminin
Total
5,7
0,6
4,2
Indépendants
25,6
31,2
27,3
Salariés
64,1
54,5
61,3
Aides-familiaux
3,5
6,7
4,4
Apprentis
1,1
7,0
2,0
100,0
100,0
100,0
TOTAL
Les données ci-jointes confirment la salarisation de l'emploi au Maroc
(près de 61 % de la population active occupée en mars-avril 1976). Cependant, la
méthode d'organisation du travail au Maroc reste marquée par son caractère traditionnel puisque les indépendants, les aides-familiaux et les apprentis forment
près de 34,5 % de la population active occupée.
L'analyse du statut professionnel par sexe montre que le phénomène de
salarisation touche aussi bien les hommes (près de 64 % des actifs occupés) que
les femmes (54,5 %). Par contre, les postes d'employeurs restent essentiellement
occupés par les hommes. Les femmes, de leur côté, s'adonnent plus à des travaux
en tant qu'apprenties ou aides-familiales.
2.8. Evolution de la population et de la main-d'oeuvre (1971-76)
Pour les pays à expansion démographique rapide, l'accroissement du potentiel de la main-d'oeuvre est dû, pour une bonne part, à l'évolution de la population et de ses structures. Cependant, les facteurs d'ordre économique,culturel
et social peuvent influer aussi sur l'expansion de la population active.
Mais, avant de dégager les tendances de l'évolution de la population
totale et de la main-d'oeuvre entre 1971 et 1976, il convient de définir tout d'abord la population active qui sera la base de notre comparaison. On considère
qu'il s'agit de la population active stricto sensu, c'est-à-dire celle constituée
par les personnes âgées de 15 ans et plus et pourvues ou à la recherche d'un
emploi (1).
(1) Population active de premier ordre telle qu'elle a été définie au § 2.1.
- 78 -
TENDANCES DE L'EXPANSION DE LA POPULATION ET DE LA MAIN-D'OEUVRE ENTRE 1971 ET 1976
Indicateurs
Taux annuel moyen et ratio
1- Accroissement de la population urbaine
5,3
%
2- Accroissement de la population en âge
d'activité(15 ans et plus)
5,9
7
3- Accroissement de la populationactive
8,9
%
4- Evolution de l'indicateur "charge supportée
par les actifs"
a)en1971
2,936
b) en1976
2,217
Il ressort des données ci-dessus que la main-d'oeuvre s'est accrue plus
rapidement que la population totale et la population en âge d'activité. Ceci est
corroboré évidemment par l'évolution de la population active qui a connu un taux
d'accroissement de 8,9 % (contre 5,3 % pour la population urbaine totale) ou celle
de la charge supportée par les actifs qui a enregistré une baisse durant la période 1971-1976.
Pour mieux saisir les causes précises de cette expansion, on devrait
avoir un dispositif pour mesurer des données multiples à caractère démographique,
économique et socio-culturel et pour analyser les liaisons entre ces données. Malheureusement, on ne dispose pas de ce type d'informations.
Cependant, l'évolution de la structure économique reste parmi l'une des
causes déterminantes de l'accroissement de la main-d'oeuvre.
On pourrait avancer que la tendance observée au niveau de la population
active est due pour beaucoup au rythme d'investissement et de croissance économique
adoptés lors du plan 1973-77. En effet, à partir de 1973, la politique économique
a été influencée dans un sens expansionniste par la stimulation de la demande. Le
rythme d'investissement et de croissance économique réalisés au cours du plan
précité ont été respectivement de 37 % et 6,3 % (en termes réels) (1).
(1) Secrétariat d'Etat au Plan et au Développement Régional. Plan de Développement
Economique et Social (1978-1980). Volume 1.
- 79-
EVOLUTION DES INDICATEURS DE L'ACTIVITE
1971
Indicateurs de l'activité
économique
1976
Masculin Féminin Total
Masculin Féminin
Total
- Taux d'activité global
41,3
9,7
25,4
43,9
14,5
28,7
- Taux d'activité pour la population en âge d'activité
76,4
17,3
45,3
79,2
24,7
50,3
- Taux de chômage
14,5
21,2
15,6
9,6
7,7
9,1
-
19,5
-
-
26,0
-
1149
1337
- Participation de la femme à
la population active
- Population active occupée
(en milliers)
939
210
480
1317
Comme en témoignent les données ci-dessus, l'activité a enregistré des
améliorations notables durant la période. Ainsi, le taux d'activité relatif à la
population en âge d'activité est passé de 45,3 % en 1971 à 50,3 % en 1976 (les
taux d'activité sont plus élevés pour les hommes que pour les femmes). L'emploi
féminin s'est accru sensiblement si l'on en juge d'après le taux d'activité et le
taux de chômage ; son taux de participation à la main-d'oeuvre est passé de 19,5 %
à 26,0 %. La coutume et la tradition ne font probablement plus, comme auparavant,
obstacle à la participation de la femme à l'activité économique. Ce changement
d'attitude vis-à-vis du travail féminin pourrait s'expliquer :
- soit par la diffusion de l'instruction chez les femmes, qui leur offre la possibilité de concurrencer l'homme sur le marché du travail ;
- soit pour certaines femmes -surtout pour celles sans niveau d'instruction- par la réduction du revenu réel de la famille ; en effet, la baisse du revenu réel familial inciterait certains membres de la famille à travailler.
En supposant que la croissance de l'emploi global soit égal à celle de
la population active occupée, on observe que près de 668 000 emplois ont été créés
par l'économie dans son ensemble. Notons aussi que la population active occupée
s'est accrue plus rapidement que la main-d'oeuvre totale, ce qui explique en quelque sorte la réduction du chômage.
En conclusion, au cours de la période 1971-1976, l'économie a réussi
à absorber les nouveaux arrivants sur le marché du travail et à réduire le chômage visible observé en 1971, sans parler évidemment du sous-emploi.
-01
-
POUR LA CONSTITUTION D'UNE BASE DE SONDAGE PERMANENTE
POUR LES ENQUETES AUPRES DES MENAGES
CAS : TUNISIE
par M'Hamed AYED
1. INTRODUCTION
La constitution d'une base de sondage permanente pour les enquêtes auprès des ménages dans les pays africains pose encore des problèmes. Ceci est dû à
plusieurs raisons, dont les principales sont :
- l'importance de la population vivant à l'état dispersé (dans la plupart des pays d'Afrique la proportion de la population éparse dépasse 50 % du
total) ;
- un territoire immense (cas du Zaire, du Soudan, de l'Egypte, etc.) ;
- un découpage administratif fragile ;
- un encadrement technique et des moyens matériels très limités.
Pour toutes ces raisons, on s'accorde à dire qu'il n'y a pas de solution miracle à proposer à nos pays pour la constitution de bases de sondage permanentesauprès des ménages ; néanmoins, il y a lieu de signaler les quelques tentatives qui ont été faites dans ce sens pour la mise en place d'un système de base
de sondage permanente.
Le présent document a pour but de présenter l'expérience tunisienne en
matière de constitution d'une base de sondage permanente pour les enquêtes auprès
des ménages.
La constitution de telles bases de sondage s'appuie sur le découpage
adopté pour les besoins du recensement général de la population ; elle diffère
- 82 -
selon le milieu concerné, soit urbain, soit rural.
Rappelons tout d'abord que le milieu urbain est formé de toutes les agglomérations érigées en communes ; quant au milieu rural, il comprend toute la population vivant à l'état dispersé, ainsi que la population résidant dans des agglomérations non érigées en communes.
2. CONSTITUTION DE LA BASE DE SONDAGE EN MILIEU RURAL
2.1. Définitions et Principes
Au Recensement Général de la Population, le milieu rural a été découpé
en aires appelées "zones naturelles".
Rappelons tout d'abord qu'une zone naturelle est une aire géographique
strictement délimitée par des limites naturelles telsque : oueds, lignes de crête,
routes, voies ferrées, etc.
Les enquêtes auprès des ménages réalisées par l'INS ont tout simplement
adopté ce découpage. Cependant, l'habitat dans les zones naturelles pouvant être
concentré dans une agglomération ou dispersé, il a paru nécessaire, pour des raisons d'efficacité, de distinguer dans le milieu rural deux types de population :
- d'une part, la population des agglomérations de 300 personnes et plus,
appelée, par commodité de langage, population des agglomérations ;
- d'autre part, la population des zones naturelles à l'exclusion des agglomérations de 300 personnes et plus qui s'y trouvent ; cette population est appelée, par commodité de langage, population des zones naturelles éparses.
Il convient de noter qu'une zone naturelle qui ne comprend pas une agglomération de 300 personnes ou plus, se confond avec la zone naturelle éparse.
Avant de parler de la constitution d'un échantillon aréolaire permanent
pour les enquêtes auprès des ménages, il convient de donner quelques indications
sur la documentation cartographique qui était à la base du découpage du milieu rural en zones naturelles. Cette documentation cartographique est formée essentielle-
-33-
ment de cartes d'état-major qui constituent le support matériel pour la délimitation de l'espace géographique de chaque secteur rural.
Ces cartes d'état-major ont servi de guide pour les deux opérations
suivantes :
- reconnaissance, identification et fixation des limites extérieures
de chaque secteur ;
- découpage de chaque secteur en un nombre entier de zones naturelles.
Rappelons que la délimitation des secteurs a été élaborée à la demande
de l'INS par l'Office de la Topographie sur cartes d'état-major (échelle au
1/50 000 ou au 1/200 000e pour le Sud Tunisien) en double exemplaires pour chaque
délégation.
Une fois l'opération de découpage du milieu rural en zones naturelles
terminée, il s'agit de procéder au découpage des zones naturelles éparses - échantillon et des agglomérations - échantillon en sous-aires de 60 ménages environ appelées "Grappes".
On ne dira jamais assez que cette opération est d'une importance primordiale. Un découpage fait à la hâte pourra conduire à l'échec de l'enquête. C'est
pourquoi, il convient de confier ce travail à des équipes d'enquêteurs ayant acquis
une expérience sur terrain.
Il y a lieu de remarquer que le découpage des zones naturelles en grappes ne porte que sur les zones-échantillon afin d'éviter l'opération longue et
onéreuse qui consiste à découper tout le milieu rural en grappes de 60 ménages.
Pour cette raison, on a été conduit à procéder à un sondage à deux
degrés :
- au premier degré, est tiré un échantillon de zones naturelles éparses;
les zones naturelles-échantillon sont découpées en aires de 60 ménages environ,
appelées "Grappes" ;
- au second degré, est tiré un échantillon de grappes.
-84-
2.2. Mise à iour de la base de sondage en milieu rural dispersé
La mise à jour de la base de sondage en milieu rural dispersé ne porte
que sur les unités-échantillon. Avant d'entamer l'opération de mise à jour, un tirage proportionnellement à la taille (nombre de ménages) des zones naturelles est
fait sur la base du découpage du milieu rural en zones naturelles lors du recensement (on peut dire que ce découpage en zones naturelles est presque définitif du
moins durant la période intercensitaire). Cependant, il y a lieu de signaler que,
pour les pays qui ne disposent pas d'un tel découpage ou qui n'ont jamais effectué
un recensement, tout le travail est à refaire ; il faut commencer avant tout par
découper le milieu rural en aires géographiques strictement délimitées et facilement repérables sur le terrain ; ce découpage ne peut être fait que sur la base
des cartes d'état-major.
- Découpage des zones naturelles éparses-échantillon
Documents utilisés pour chaque zone naturelle
Pour chaque zone naturelle-échantillon à découper, on dispose des documents suivants (les limites extérieures de la zone naturelle sont portées sur la
carte) :
- une carte d'état-major relative à la zone naturelle : la carte d'étatmajor sert à retrouver la zone naturelle sur le terrain ;
- les photos aériennes relatives à la zone naturelle : ces photos aériennes servent à reconnaître les limites naturelles extérieures de la zone naturelle et les limites naturelles à l'intérieur de la zone naturelle ; elles servent
aussi à repérer les ménages résidant dans la zone naturelle ;
- le dossier de zone naturelle constitué pour les besoins du Recensement ; ce dossier comporte notamment des indications statistiques et un schéma de
la zone naturelle, ainsi que la liste des ménages établie dans la zone naturelle
lors du pré-dénombrement de la population ;
- les carnets des agglomérations situées dans la zone naturelle-échantillon.
Les étapes du découpage d'une zone naturelle - échantillon
Pour découper une zone naturelle-échantillon, on doit procéder en trois
étapes : la première et la troisième étape doivent être exécutées au bureau. Quant
-05 -
à la deuxième étape intermédiaire, elle doit être exécutée sur le terrain.
Première étape : elle consiste à préparer le travail sur le terrain. A
cet effet, il convient d'établir successivement les tâches suivantes :
- faire l'assemblage des photos aériennes relatives à la zone naturelle en question et les numéroter de 1 à n ;
- faire apparaître sur cet assemblage les limites extérieures de la zone naturelle conformément aux limites indiquées sur la carte d'état-major.
Deuxième étape : sur le terrain, on doit avant tout reconnaître les limites extérieures de la zone naturelle en s'appuyant sur le schéma indiqué aussi
bien sur la carte d'état-major que sur les photos aériennes ; puis, à partir d'un
point facilement repérable sur le terrain, on doit procéder au listing des ménages
comme suit (1) :
Ce listing se fait séparément sur chaque photo aérienne en indiquant
par un point l'emplacement géographique du ménage et son numéro correspondant (les ménages sont numérotés de 1 à n dans chaque photo aérienne) ; dans le cas de deux ou plusieurs ménages concentrés ou d'une petite agglomération, on indique ce groupement par un point entouré d'un
cercle au crayon en portant la numérotation du premier et du dernier
ménage.
EXEMPLE : Si on rencontre une petite agglomération de 6 ménages dans l'aire relative à la photo aérienne et que l'on ait déjà listé 14 ménages, on porte à l'emplacement géographique de cette petite agglomération un point entouré d'un cercle avec
la mention 15 - 20.
REMARQUE : Il y a lieu de souligner qu'un formulaire doit être rempli pour chaque
photo aérienne avec les indications statistiques suivantes :
- numéro du ménage ;
- nom et prénom du chef de ménage ;
- observations concernant l'emplacement géographique du ménage pour faciliter son repérage au moment de l'enquête.
(1) Les agglomérations de 300 personnes et plus dans les limites de 1975 sont
exclues.
Troisième étape : il s'agit maintenant de constituer les grappes de la
zone naturelle - échantillon à partir des photos aériennes et des formulaires remplis. A cet effet, il convient d'établir les tâches suivantes :
- à partir des photos aériennes, constituer des grappes de 60 ménages
environ, ayant des limites précises et facilement repérables sur le terrain telles que : pistes, cours d'eau, lignes de crête, routes, ... ; ces limites doivent
être indiquées aussi bien sur les photos aériennes après leurs assemblages, que
sur la carte d'état-major ;
- dresser un formulaire pour chaque zone naturelle - échantillon intitulé : constitution des grappes dans la zone naturelle - échantillon et comportant
les indications suivantes :
.
localisation géographique de la zone naturelle ;
.
description en clair des limites extérieures de la zone naturelle
.
informations sur les grappes de la zone naturelle ;
- dresser un formulaire pour chaque grappe intitulé : informations sur
la grappe et comportant les indications suivantes :
.
localisation géographique de la grappe ;
.
description en clair des limites extérieures de la grappe ;
.
informations sur la grappe ;
- ranger tous les documents relatifs à la zone naturelle dans une enveloppe en isolant dans une chemise les documents concernant la grappe.
2.3. Cas des alomérations
On a mentionné dans le cas des zones naturelles que les agglomérations
(1) de 300 personnes et plus repérées à l'intérieur de ces zones, sont isolées et
doivent être découpées à part.
(1) Une agglomération est un groupement d'au moins 300 habitants ayant, en général,
un nom ou une hiérarchie reconnue à l'échelle locale (village, douar, mechta,
...) ; d'une façon pratique, on considérera comme agglomération tout ensemble
de 60 constructions au moins, telle qu'aucune d'entre elles ne soit éloignée
de la plus proche de plus de 200 mètres.
-87 -
La liste des agglomérations est fournie par les documents du recensement. Cependant l'opération qui consiste à mettre à jour et à découper la totalité des agglomérations en grappes est longue et onéreuse ; il a donc paru nécessaire de procéder à un sondage à deux degrés afin de ne découper que les agglomérations - échantillon :
- au 1er degré est tiré un échantillon d'agglomérations avec probabilités proportionnelles à la taille ;
- au 2ème degré est tiré un échantillon de grappes.
- Découpage des agglomérations - échantillon
Pour chaque agglomération-échantillon à découper, on dispose des documents suivants :
- une carte d'état-major relative à la zone naturelle où se trouve
l'agglomération - échantillon ;
- le dossier de zone naturelle constitué pour les besoins du recensement où se trouve située l'agglomération ; ce dossier comporte des indications
statistiques et le schéma concernant l'agglomération.
L'équipe chargée du découpage d'une agglomération doit procéder aux
tâches suivantes :
a) en s'appuyant sur le schéma de l'agglomération établi lors du dernier passage, l'enquêteur doit refaire le schéma de l'agglomération selon les limites actuelles en portant les changements et les mises à jour des limites de
l'agglomération ;
b) elle doit procéder ensuite au découpage de l'agglomération en sections;
cette mise à jour est faite sur un carnet d'agglomération établi à cet effet ;
c)elle doit procéder enfin au dénombrement des ménages de chaque îlot en
portant les indications demandées sur le carnet d'agglomération ;
d) une fois les trois premières tâches terminées, il s'agit de constituer des grappes de 60 ménages ayant des limites précises et facilement repérables
à partir des schémas et des indications statistiques des îlots de l'agglomération.
3. CONSTITUTION DE LA BASE DE SONDAGE EN MILIEU URBAIN
3.1. Définition des zones
Au recensement de la population, chaque commune a été découpée en aires
géographiques appelées "sections" (1) ; cependant, pour chaque commune, on distingue les trois zones suivantes :
- zone centrale communale inchangée ;
- zone centrale communale mise à jour ;
- zone périphérique.
Zone centrale inchangée
C'est généralement la partie centrale de la commune ; elle est composée
d'un nombre entier de sections qui n'ont subi aucune transformation depuis le recensement ou depuis le dernier passage.
Zone centrale mise à jour
Elle est formée de sections ayant subi une légère transformation depuis
le dernier passage (un nouvel îlot, un îlot du dernier passage divisé en deux
îlots, ...).
REMARQUE : Ces deux zones constituent la zone centrale de la commune.
Zone périphérique
C'est le reste de l'aire communale formée de sections ayant subi de profonds changements depuis le découpage en sections établi pour les besoins de recensement et des extensions qu'a connues la commune depuis le dernier passage ; généralement, ces sections se situent dans la périphérie de la commune (zone d'aménagement).
La distinction entre zone centrale et zone périphérique est faite sur
le terrain sur la base des documents établis lors du passage précédent ; l'agent
(1) Une section est un ensemble d'un certain nombre d'îlots limités par des artères
principales qui traversent une agglomération ou une commune.
-89-
chargé de faire ce travail est tenu à classer les sections en quatre catégories,
à savoir :
- sections inchangées depuis le dernier passage ;
- sections légèrement transformées à l'intérieur et qui peuvent être
mises à jour sans passer par un pré-dénombrement systématique de la section ;
- sections totalement transformées et qui nécessitent un nouveau prédénombrement ;
- sections nouvellement créées depuis le dernier passage, dues à l'extension des limites communales.
Les deux premières catégories sont classées dans la zone centrale
quant aux deux dernières, elles font partie de la zone périphérique.
3.2. Mise à jour de la base de sondage
La mise à jour de la base de sondage en milieu urbain diffère selon
qu'il s'agit de la zone centrale ou de la zone périphérique.
L'unité de base de la mise à jour de la zone communale centrale est la
section telle qu'elle a été définie lors du recensement de 1975.
En zone centrale, la mise à jour systématique ne s'impose pas ; cependant, une mise à jour légère est effectuée dans les sections relatives à cette
zone ; l'enquêteur est appelé à faire les deux opérations suivantes :
- reconnaître les limites extérieures des sections ;
- ratisser les sections et, si jamais il constate un changement (exemple d'un terrain vague qui se transforme en un îlot construit), il est tenu d'apporter les corrections nécessaires au schéma de section et au nombre des ménages.
Ce travail préliminaire est effectué sur la base des documents du recensement (dossier de section) après avoir apporté toutes les corrections nécessaires.
- 90-
3.21. Méthode de mise à jour en zone centrale
Notons que les sections de la zone centrale inchangée ne vont pas être
modifiées. On adopte de ce fait le découpage en îlots du dernier passage. La mise
à jour proprement dite porte uniquement sur les sections de la zone centrale "mise à jour".
Cette mise à jour va donc porter essentiellement sur les sections qui
ont subi de légères transformations depuis le dernier passage (apparition de nouveaux immeubles, transformation de la configuration des îlots de la section tel
que regroupement d'anciens îlots, éclatement d'un ancien îlot, disparition d'un
îlot ou d'une partie d'îlot, ...).
Pour s'assurer que le changement a eu lieu après le dernier passage, il
y a lieu de consulter les schémas de section et les carnets d'îlots.
Dans le cas où on constate un changement dans une section donnée, on
doit procéder aux deux opérations de mise à jour suivantes :
a) schéma et numérotation des nouveaux îlots
on doit porter sur le schéma de section les modifications qui ont eu
lieu de la façon suivante :
- en traçant les nouveaux îlots et en attribuant des numéros à ces îlots;
- en attribuant de nouveaux numéros aux îlots fusionnés et aux îlots
éclatés et en éliminant les anciens îlots de la liste.
EXEMPLE : Les îlots 4 et 5 de la section 1 (dernier passage) ont été fusionnés en
un seul îlot : on affecte un nouveau numéro à cet îlot.
Les îlots disparus doivent figurer sur le schéma de la section tout en mentionnant
qu'il s'agit d'un terrain vague ; ils garderont les numéros attribués lors du
dernier passage.
REMARQUE : Notons que les îlots sont numérotés de 1 à n dans une section ; pour
les nouveaux îlots construits après le dernier passage, on donne le numéro n + 1,
n+ 2, ...
- 91 -
b) Relevé du nombre de ménages et de logements
on doit relever ensuite le nombre de ménages et de logements dans les
nouveaux îlots et dans les îlots ayant subi un changement et porter ces nombres
sur la fiche (mise à jour de la zone centrale) préparée à cet effet avec le maximum d'indications.
Il y a lieu de remarquer que le relevé des ménages et des logements se
fera de la même façon que lors du pré-dénombrement du recensement.
- Déroulement des opérations
Notons que pour faciliter le travail sur le terrain, une classification
a priori des sections peut être faite au bureau avant la sortie sur le terrain.
Cette classification sera faite sur la base des documents du recensement, du plan
de la commune et de la connaissance de la commune. Trois types de section peuvent
être dégagés, à savoir :
- sections apparemment "inchangées" depuis 1975 ;
- sections "douteuses", c'est-à-dire qui pourraient être, soit mises à
jour, soit intégrées dans la zone centrale communale, soit considérés comme "périphériques" ;
- sections considérées comme appartenant à la zone périphérique.
a) Sections inchangées
On doit commencer par contourner les sections classées a priori "inchangées" et, s'il le faut, on doit vérifier la délimitation des différents îlots qui
n'ont pas subi de transformations depuis le dernier passage.
Si on n'observe aucun changement dans la configuration de ces sections,
on doit les classer comme sections appartenant à la zone centrale inchangée ; et
de ce fait on doit remplir un modèle spécial (type de section : section inchangée)
Mais si, au contraire, il y a eu de légères modifications, on doit appliquer les
instructions de la mise à jour d'une section (voir méthode de mise à jour exposée
ci-dessus).
- 92 -
b) Sections "douteuses"
Ces sections a priori "douteuses" peuvent être classées, après vérification sur le terrain, dans l'une des trois zones appropriées.
- Si la section est inchangée : on la classe dans la zone centrale
inchangée ;
- si la section a subi une légère modification : on la classe dans la
zone centrale mise à jour et on procède à la mise à jour telle qu'elle est décrite
ci-haut ;
- si la section a subi de profonds changements : on la classe dans la
zone périphérique.
c) Sections périphériques
Ces sections a priori "périphériques" doivent être vérifiées sur le
terrain pour s'assurer si elles nécessitent ou non un nouveau pré-dénombrement,
et ceci à l'aide des documents (plan de commune, schéma de section, ...) ; il y a
lieu de remarquer qu'une section classée a priori "périphérique" peut être classée:
- soit section inchangée : si on constate que cette section n'a pas
subi de modifications depuis le dernier passage ;
- soit section mise à jour : si on constate une légère transformation,
on doit alors procéder à la mise à jour nécessaire et classer la section comme
centrale mise à jour ;
- soit section périphérique : si on constate de grandes transformations
dans cette section, on la classe définitivement comme section "périphérique".
- Résultats de l'opération
On aboutit à la fin de cette opération à classer toutes les sections
d'une commune en deux catégories :
- la zone centrale constituée par les sections inchangées et les sections mises à jour ;
- la zone périphérique constituée par les sections périphériques.
-93-
Une fois le travail de mise à jour terminé, il s'agit maintenant de
constituer, sur la base des documents corrigés, les districts (1) de 200 ménages
environ au niveau de chaque commune.
- Constitution des districts
Les opérations exécutées sur le terrain pour la mise à jour de la zone
centrale, ainsi que les résultats du dénombrement (recensement de 1975) permettent
d'avoir le nombre de ménages par îlot et section et par conséquent de procéder au
découpage de la commune (zone centrale) en districts.
Pour constituer les districts, on essaye dans la mesure du possible
d'adopter le découpage en districts utilisé lors du passage précédent. Il est évident qu'il faut tenir compte de la mise à jour de la section apportée sur le modèle "mise à jour de la zone centrale". Donc, avant de remplir le modèle intitulé
"constitution des districts de la zone centrale", il y a lieu d'éliminer du dossier
de section du recensement ou de l'enquête précédente les îlots disparus ou ayant
subi des transformations depuis la date du recensement (barrer ces îlots avec un
crayon sur le dossier de section). Ces modifications doivent en fait exister sur
le modèle intitulé "mise à jour de la zone centrale". Cette opération est nécessaire pour éviter les omissions ou les doubles comptes.
Pour constituer un district, il suffit de grouper entre eux un certain
nombre d'îlots coudes de façon telle qu'ils comptent dans leur ensemble environ
200 ménages. Pour ce faire, il y a lieu de remplir un modèle spécial appelé "constitution des districts dans la zone centrale", à partir :
- du dossier de section du recensement ou de l'enquête précédente et la
fiche "mise à jour de la zone centrale communale" jointe à ce dossier ;
- du tableau récapitulatif donnant le nombre de ménages par section et
îlot.
- Découpage des districts - échantillon en grappes
Afin d'éviter l'opération longue qui consiste à découper la totalité
des districts de la zone centrale en grappes, on procède à un tirage à 2 degrés :
(1) Un district est une aire géographique strictement délimitée comptant environ
200 ménages.
- 94 -
- au ler degré est tiré un échantillon de districts proportionnellement
à la taille (nombre de ménages) ;
- au 2ème degré est tiré un échantillon de grappes après avoir découpé
chaque district échantillon en trois grappes.
Donc après avoir terminé le tirage des districts-échantillon à partir
du modèle intitulé "constitution des districts dans la zone centrale", il s'agit
de procéder au découpage de ces districts en trois grappes de taille à peu près
égales. Cette opération est d'une importance primordiale ; c'est pourquoi il conviendrait de confier ce travail à une équipe ayant acquis une expérience sur le
terrain. Cette équipe a pour tâche :
- d'établir un modèle donnant le schéma du district-échantillon et le
nombre de ménages des îlots composant le district ;
- de découper les districts-échantillon en trois grappes ;
- d'établir les dossiers de grappes.
- Etablissement du modèle "dossier du district-échantillon"
Ce modèle doit être établi à partir des documents suivants :
- plan de commune ;
- schémas des sections inchangées ou mises à jour, relatifs aux districts à découper en grappes ;
- fiche donnant la constitution des districts dans la zone centrale.
- Découpage des districts en trois grappes
Le travail de constitution des dossiers des districts-échantillon, étant
terminé, on procède alors au découpage du district en trois grappes. Cette opération délicate doit obéir aux critères suivants :
- délimitation, précise et facilement repérable sur le terrain ;
- variabilité aussi réduite que possible de la taille des grappes.
- 95 -
a)Délimitation précise et facilement repérable sur le terrain
Une grappe est une aire géographique ; donc l'ensemble des aires des
trois grappes doit couvrir toute l'aire du district. Une grappe peut être composée
d'un ou plusieurs îlots ou d'une partie d'îlot groupant un ensemble de constructions voisines. A la limite, elle peut être composée d'un ou plusieurs étages d'un
même immeuble. Il y a lieu de noter qu'un logement ne peut appartenir qu'à une
seule grappe. Les limites géographiques de la grappe doivent être clairement et
nettement précisées de telle sorte que n'importe quel agent de l'enquête se rendant sur le terrain puisse à tout moment les repérer sans aucune ambiguïté.
b) Variabilité aussi réduite que possible de la taille des grappes
La taille des grappes doit être en principe égale à la moyenne
arithmétique :
Nombre de ménages du district
X
3
mais, étant donné les contraintes du terrain, cette taille ne pourra être rigoureusement égale à la moyenne X. Toutefois, il faudra faire en sorte que la taille
de la grappe soit aussi proche que possible de cette moyenne (plus ou moins 10 7).
Une fois la moyenne x établie, on procède ensuite à un cumul des ménages des îlots jusqu'à l'obtention d'un total se rapprochant de la moyenne X. En
général, la grappe est constituée d'un ou plusieurs îlots contigus mais on peut
se trouver obligé de constituer deux ou trois grappes à partir d'un même îlot.
L'agent chargé du découpage du district tâche dans ce cas de vérifier d'abord sur
le terrain si l'ensemble des constructions d'une même artère (avenue, rue, impasse) sont susceptibles de constituer une même grappe. Dans le cas contraire, il est
amené à prendre comme limite de la grappe une construction qui se situe dans une
des artères limitant le district. Il convient dans ce cas, de donner toutes les
indications sur cette construction limitant la grappe.
Les grappes étant constituées, il y a lieu d'indiquer sur le schéma du
district, avec un crayon de couleur rouge, les limites des trois grappes : puis
on numérote les grappes au hasard : G1, G2, G3.
- 96-
3.22. Mise à jour et pré-dénombrement dans la zone périphérique
La mise à jour proprement dite de la base de sondage en milieu urbain,
ne porte que sur la zone périphérique. Cependant cette mise à jour ne peut être
menée à bien que sur la base des documents (cartes de communes et plans d'aménagement). Ces documents permettent de cerner les limites des communes et de délimiter les zones d'aménagement.
Une fois la zone périphérique délimitée sur le terrain, on procède au
pré-dénombrement des ménages et des logements dans cette zone en vue de la découper en unités primaires (districts).
- Principe du pré-dénombrement en zone périphérique
Il y a lieu de rappeler que pour chaque commune on dispose d'un plan ;
ce plan peut être "parlant", c'est-à-dire qu'il porte, en plus des limites de la
commune, le nom des quartiers, rues, avenues, places, édifices principaux.
Si le plan n'est pas parlant, ou partiellement parlant, il est indispensable de porter les noms des grandes artères ou à défaut de quelques repères.
Une fois l'aire d'une commune et la zone périphérique bien déterminée
sur le plan et sur le terrain, on procède au découpage de la zone périphérique en
sections selon les grandes artères.
Il s'agit d'attribuer des numéros (1) aux sections relatives à la zone
périphérique ; ces numéros doivent être portés aussi sur le plan de la commune.
Pour chaque section ainsi déterminée, on établit un dossier (dossier de
section) en identifiant les artères principales et les autres repères qui servent
à limiter chaque section.
On procède après à la mise à jour des différents îlots de chaque section
en leur attribuant des numéros de 1 à n ; les numéros doivent être portés sur le
plan de section.
(1) Les sections sont numérotées de 1 à n dans chaque commune.
- 97 -
- Identification des constructions et évaluation du nombre de logements
et de ménages
On établit un carnet d'îlot pour chaque îlot identifié en reproduisant
le plan de l'îlot tout en précisant les rues qui le limitent ou toute indication
permettant de le localiser.
L'agent chargé du pré-dénombrement doit identifier toutes les constructions constituant l'îlot et leur attribuer un numéro de 1 à n dans l'ordre où elles se présentent, en prenant comme point de départ une maison qui fait angle.
Le sens du contour de l'îlot doit être tel que tout l'îlot soit laissé
à droite (sens des aiguilles d'une montre).
En résumé, une construction est repérée par un numéro à l'intérieur
d'un îlot, qui à son tour est identifié par un numéro à l'intérieur d'une section
identifiée aussi par un numéro à l'intérieur de la commune.
Pour chaque construction identifiée, il faut relever le nombre de logements et le nombre de ménages qu'elle comporte.
- Résultats du pré-dénombrement
On aboutit à la fin du pré-dénombrement à la constitution des documents
de base suivants :
a) Dossier de commune
Il a pour objet :
- de donner la localisation et la délimitation de l'aire géographique
de la commune ;
- de donner les renseignements sur le nombre d'îlots, de construction,
de logements et de ménages pour chacune des sections suivant lesquelles a été découpée l'aire communale.
b) Dossier de section
Il a pour objet :
- 98 -
- de donner la localisation et la délimitation de la section ;
- de donner le plan mis à jour ou le plan établi de la section et d'identifier les îlots la constituant ;
- de donner les renseignements sur le nombre de constructions, de logements et de ménages pour chacun des îlots constituant la section ;
- de procéder aux opérations de découpage de l'aire en "district".
c) Carnet d'îlot
Il a pour objet :
- de localiser et de délimiter l'îlot ;
- de reproduire le plan de l'îlot avec indication des constructions le
constituant ;
- de relever les renseignements sur le nombre de logements et de ménages de chaque construction.
- 99-
NOTE DE LECTURE
GUIDE D'ELABORATION DES COMPTES ECONOMIQUES
dans les pays en voie de développement
Cadres de référence inadaptés, information statistique de base défaillante, voire inexistante s telles sont les critiques les plus courantes qui pèsent
sur la Comptabilité Nationale des pays en voie de développement.
Il est vrai que, bien souvent, pour faire face aux besoins de la planification puis de la prévision, la responsabilité d'élaborer des comptes économiques
a été confiée à des services statistiques trop démunis de moyens pour mener la
tâche à bien.
Il est non moins vrai que le système révisé de Comptabilité Nationale
des Nations-Unies n'est que la somme de l'expérience des comptables nationaux des
pays industrialisés. Il a cependant le gros avantage d'avoir été adopté par de
nombreux pays dès sa parution en 1970 en remplacement des systèmes beaucoup moins
raffinés utilisés auparavant. Mais son application aveugle à des économies moins
développées, limitée par les carences de l'appareil statistique, ne peut pas donner un résultat très satisfaisant malgré les adaptations pour les pays en voie de
développement proposées dans le chapitre IX.
La critique est donc souvent justifiée : comptes trop globaux, trop
tardifs, trop rares et sans grand intérêt. Cependant, un cadre de cohérence macroéconomique reste indispensable. Et le bilan de ces dix dernières années de Comptabilité Nationale dans les pays en voie de développement n'est peut-être pas aussi
négatif qu'il y paraît. Il convient en effet de faire état des travaux et recherches qui ont été menés pour améliorer la qualité des comptes de ces pays.
- 100 -
C'est ce que propose le Guide d'élaboration des Comptes Economiques
dans les pays en voie de développement publié par le Ministère français de la
Coopération et du Développement, en s'appuyant principalement sur ce qui a été
fait en Afrique Noire Francophone durant ces dernières années.
Cet ouvrage s'adresse aussi bien aux praticiens de la Comptabilité
Nationale qu'aux statisticiens qui l'alimentent et planificateurs qui l'utilisent.
Il ne prétend pas apporter une réponse toute faite à tous les problèmes, les auteurs sont convaincus que c'est à chaque pays de trouver son système propre. Il
fait le point sur ce qu'on peut attendre du SCN, ses limites mais aussi les adaptations qu'on peut en faire lorsqu'on a analysé les structures économiques que les
comptes nationaux doivent retracer.
Il se présente en deux tomes :
Tome I "Méthodologie"
Tome II "Exercices Pratiques".
Tome I - Méthodologie
La lère partie est consacrée à une présentation simplifiée du système
révisé des Nations-Unies qui, dix ans après sa parution, est peut-être encore trop
méconnu et surtout ne fait pas l'objet d'un enseignement suffisant dans les Ecoles
francophones.
La 2ème partie analyse les insuffisances du système pour décrire les
réalités économiques des pays en voie de développement.
Les adaptations proposées par le chapitre IX du SCN ne font que pallier
l'insuffisance des données statistiques. Les auteurs s'attachent ici à mettre en
évidence les spécificités de ces économies que les comptes doivent refléter. A partir de la demande des utilisateurs, quels comptes doit-on produire ? Ensuite,
quelles sont les priorités statistiques à dégager ?
La Ume partie décrit quelques expériences concrètes d'élaboration et
d'utilisation des comptes nationaux en pays en voie de développement.
- 101 -
Tome II - Exercices d'application
Ces exercices, déjà connus des anciens stagiaires du CEPEF, permettent
d'élaborer les comptes de la Delicie, pays en voie de développement fictif. Les
documents utilisés sont tirés de cas réels.
Il est présenté sous forme de dossiers séparés facilitant l'utilisation
pour des travaux pratiques.
Marie TAHON
- 102 -
NOTE DE LECTURE
LE MACROCOSPE : "Vers une vision globale" - Joël de ROSNAY Editions du Seuil - 1975 - 249 p.
Ce livre est un plaidoyer passionné, d'ailleurs fort bien construit et
présenté avec le plus grand sens pédagogique, en faveur de l'approche systémique.
Confrontés à l'infiniment complexe, nous avons besoin d'un nouvel outil : le macrocospe. C'est un instrument symbolique, fait d'un ensemble de méthodes et de
techniques empruntées à des disciplines très différentes. Complémentaire de la
"méthode analytique" qui isole les éléments et les variables afin de les envisager un par un, l'approche systémique, symbolisée par le macrocospe, est une approche globale des problèmes ou des systèmes, qui se concentre sur le jeu des interactions et des régulations entre leurs éléments.
Les parties et les chapitres du Macrocospe sont des "modules" relativement indépendants mais qui jouent tous un rale dans l'entraînement à la vision
d'ensemble que Joël de ROSNAY essaie de nous communiquer.
Le premier chapitre est essentiellement didactique. C'est une "mise en
condition" destinée à ceux qui désirent acquérir rapidement l'essentiel de ce
qu'il faut savoir aujourd'hui sur l'écologie, l'économie et la biologie modernes.
En présentant le fonctionnement des principaux systèmes de la nature (cellule, organisme, ville, entreprise, écosystème, économie) l'auteur, chemin faisant, applique très pédagogiquement la méthode qu'il préconise.
Le deuxième chapitre (pp. 33 à 123), est la clé du livre, le mode d'emploi du macrocospe. Intitulé, avec quelqu'emphase, "la révolution systémique : une
nouvelle culture", il a pour but de dégager ce qui se cache sous la banale notion
de "système" et de faire ressortir les lois fondamentales, les principes généraux
et les invariants qui relient et rapprochent les principaux systèmes de la nature.
C'est bien entendu sur ce 2ème chapitre que nous allons centrer notre analyse.
- 103 -
Dans les trois chapitres suivants, l'énergie et la survie, l'information et la société interactive, le temps et l'évolution, l'approche systémique est
appliquée à trois secteurs fondamentaux de la connaissance, l'énergie, l'information et le temps, "éléments éternels dont dépend notre action, la trame de toute
connaissance et de toute signification".
Sans rentrer dans les détails, notons seulement qu'on trouve dans ces
trois chapitres de très intéressants aperçus sur des problèmes fondamentaux auxquels le monde actuel est affronté et sur les perspectives de solution (crise énergétique, crise alimentaire, compétition entre énergie et travail, "la symbiose des
microbes et des ordinateurs", "la société en temps réel", les moyens de la participation et le déséquélibre des pouvoirs, etc.). On y trouve surtout, au chapitre
6 pour l'essentiel, des réflexions épistémologiques non dépourvues d'originalité
et à tout le moins provocantes sur les notions de temps et d'irréversibilité qui
conditionnent notre manière de concevoir la causalité et la finalité, c'est-à-dire
la science et l'évolution.
A ce propos, il faut recommander de lire dans le même élan "Le Macrocospe" et "Comment on écrit l'histoire" de Paul VEYNE tant ces deux ouvrages sont représentatifs de conceptions opposées en ce qui concerne la possibilité et le contenu d'une telle science de la dynamique des systèmes sociaux.
Le sixième chapitre, Valeurs et Education, tente de dessiner les grandes lignes de l'éducation de demain préparant à l'approche globale des problèmes
et au jeu de leurs interdépendances. Ce que l'éducation actuelle "désespérément
analytique et centrée sur quelques disciplines", est, aux dires de l'auteur emporté par son sujet et affichant in fine un parti-pris par trop manichéen, bien incapable de faire.
L'approche systémique est donc une approche "transdisciplinaire" permettant de mieux comprendre et de mieux décrire la complexité organisée. Elle est née
- 104 -
au cours des trente dernières années de la fécondation de plusieurs disciplines
dont la biologie, la théorie de l'information, la cybernétique et la théorie des
systèmes. Il ne faut pas les considérer comme une "science", une "théorie" ou une
"discipline" mais comme une nouvelle méthodologie permettant de ressembler et
d'organiser les connaissances en vue d'une plus grande efficacité de l'action.
Elle est bien entendu fondée sur la notion de "système". Les principaux
traits structuraux de tout système sont les suivants : une limite ; des éléments
pouvant être dénombrés et assemblés en catégories, familles ou populations ; des
"réservoirs" dans lesquels les éléments peuvent être rassemblés et dans lesquels
sont stockés de l'énergie, de l'information, des matériaux ; et enfin un réseau de
communication qui permet l'échange d'énergie, de matière et d'information entre
les éléments du système et entre les différents réservoirs.
Quant aux principaux traits fonctionnels de tout système, on peut les
résumer comme suit : des flux d'énergie, d'information ou d'éléments circulant entre les réservoirs (ou stocks) ; des "vannes" ou centres de décision contrôlant
les débits des flux ; des durées de stockage ou des "frottements" entre les éléments du système ; enfin des boucles d'information ou encore boucles de rétroaction (feed-back) jouant un rôle déterminant dans le comportement d'un système en
combinant les effets des réservoirs, des délais, des vannes et des flux.
A noter qu'il existe deux types de boucles de rétroaction : les boucles
positives (amplification des divergences) sur lesquelles repose toute la dynamique
de changement et les boucles négatives (convergence) sur lesquelles repose la régulation et la stabilité du système.
Naturellement, il s'agit de systèmes ouverts en relation permanente
avec leur environnement avec qui ils échangent énergie, matière et informations et
dont l'influence sur le comportement constitue des "contraintes".
Après avoir rappelé ces notions de base, l'auteur s'efforce de caractériser la nature et l'utilité de l'approche systémique (le mode d'emploi du macrocospe) en le comparant à l'approche analytique, qu'il qualifie courtoisement de
complémentaire plutôt que d'opposée mais, tout de même, "irréductible" à l'approche systémique. (A ce propos, on s'étonne d'ailleurs que l'auteur ignore aussi délibérément le terme sinon la pensée "dialectique" !).
- 105 -
L'approche analytique ramène un système à ses éléments les plus simples
afin de les étudier en détail et de comprendre les types d'interaction qui existent entre eux. En modifiant "une variable à la fois", elle s'efforce d'en déduire
des lois générales permettant de prédire les propriétés du système dans des conditions très différentes. Pour que cette prédiction soit possible, il faut que les
lois d'additivité des propriétés élémentaires puissent jouer (autrement dit que
l'on puisse passer du niveau "micro" au niveau "macro" sans solution de continuité). Ce qui est le cas des systèmes homogènes, c'est-à-dire comportant des éléments semblables et présentant entre eux des interactions faibles. Dans ce cas,
les lois statistiques s'appliquent bien et permettent de comprendre le comportement de la multitude, de la complexité non organisée.
Les lois d'additivité des propriétés élémentaires "ne jouent évidemment
plus" dans les systèmes très complexes constitués d'une très grande diversité d'éléments liés par des interactions fortes. Ils doivent être abordés par des méthodes
nouvelles "comme celles que regroupe l'approche systémique".
L'analyse de système consiste à définir les limites du système, à modéliser, à identifier les éléments importants et les types d'interaction puis à déterminer les liaisons qui les intègrent en un tout organisé. Eléments et types de
liaison sont classés et hiérarchisés. Puis sont identifiés les variables de flux,
d'état, les boucles de rétroaction, les délais, etc. La modélisation consiste, à
partir des données de l'analyse de système, à "établir un schéma complet des relations entre les éléments des différents sous-systèmes" (l'auteur ne précise nulle
part ce qu'il entend par sous-système). Puis on exprime en un langage de programmation approprié (le lecteur souhaiterait là aussi avoir des précisions, voire des
exemples, à ce sujet) les équations décrivant les interactions et les liaisons entre les différents éléments du système.
Enfin, la simulation étudie le comportement dans le temps d'un système
complexe en faisant varier simultanément des groupes de variables. Elle ne donne
jamais l'optimum ou la solution exacte à un problème posé. Elle ne fait que dégager les tendances générales du comportement du système, ses directions probables
d'évolution tout en suggérant de nouvelles hypothèses. Les résultats de la simulation ne doivent pas être confondus avec la réalité. Mais comparés à ce qu'on sait
de la réalité, ils servent de base à une modification éventuelle du modèle de départ. C'est à la suite d'un tel processus itératif que se révèle l'utilité de la
simulation.
- 106 -
L'interaction entre utilisateur et modèle (grâce à l'ordinateur) développe l'intuition des interdépendances et permet de mieux prévoir les réactions
du modèle. Un des avantages de la simulation est de permettre l'acquisition plus
rapide de ces mécanismes fondamentaux (on reconnaît là l'importance pédagogique
irremplaçable de ce mode d'approche globale de la réalité). Enfin, la simulation
permet d'effectuer des choix sur des "futurs possibles" en modifiant les variables
de commande du système sur lesquelles on a pouvoir de décision.
Après quelques considérations sur la dynamique du changement qui laissent le lecteur quelque peu insatisfait (comment une organisation stable, dont la
finalité est de se maintenir et de durer, peut-elle changer et évoluer ? Quand la
croissance et la diversification d'un système lui font-ils franchir un seuil qui
changesa nature ?), l'auteur termine ce chapitre essentiel par deux paragraphes
très précieux. Le premier énumère les "dix commandements de l'approche systémique",
parmi lesquels nous retiendrons : conserver la variété, ne pas couper des boucles
de régulation, rétablir les équilibres par la décentralisation, savoir maintenir
des contraintes, différencier pour mieux intégrer, préférer les objectifs à la programmation détaillée, respecter les temps de réponse. Le second signale certains
dangers de l'approche systémique : trop d'unification risque de devenir simplification abusive puis idée fixe, recette de pensée ; l'utilisation du langage mathématique peut conduire à un formalisme qui isole l'approche systémique au lieu de
l'ouvrir sur la pratique ; danger d'une transposition trop simpliste de modèles ou
de lois biologiques à la société : "la très grande faiblesse de ces modèles est
qu'ils ne peuvent évidemment tenir compte des rapports de force et des conflits
qui interviennent entre les éléments de tout système socio-économique". On ne
saurait mieux dire ...
Il n'en reste pas moins que l'approche systémique est certainement et
au minimum un bon instrument d'apprentissage des situations complexes qui nous impliquent. Pour reprendre le terme d'A. DANZIN dans "La pensée scientifique sera-telle modifiée par les recherches sur l'information ?" (Le Monde, 14/09/1970), elle
révèle la pauvreté de nos outils statistiques et la médiocrité des références qui
nous servent d'indicateurs économiques et sociaux, elle montre la faible qualité
de nos connaissances sur les relations qui interviennent entre les différents facteurs de la vie économique, elle révèle que l'interdépendance des événements est
plus grande qu'on ne l'imagine.
- 107 -
Même si on croit pouvoir résoudre la question piège de la délimitation,
de la nature et de la permanence de tel ou tel "système socio-économique" soumis à
l'analyse et à l'intervention, l'interrogation, issue de l'approche systémique
elle-même, demeure : s'il est vrai que l'impossibilité de dominer la complexité
engendre l'imprévisible, comment prendre en compte les fluctuations génératrices
de nouvelles mutations ? Comment imaginer le scénario de l'imprévisible ?
Gérard WINTER
Impression d'après documents fournis
I.N. 2 671 287 T
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
38
Taille du fichier
1 243 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler