close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

CHABBAT PARCHAT VAÉRA

IntégréTéléchargement
ž›
Likouteï Si’hot
Perspectives ‘hassidiques sur la Sidra de la Semaine
d’après les causeries du Rabbi de Loubavitch
CHABBAT PARCHAT
VAÉRA
28 Tévet 5776 - 9 janvier 2016
SEFER CHEMOT
Vaéra
/ŶƚĞůůĞĐƚĞƚƐĞŶƟŵĞŶƚ
(Discours du Rabbi, Likouteï Si’hot, tome 3, page 548)
Le verset Vaéra 6, 3 dit(1) : «Je Me suis révélé à Avraham, à Its’hak et à Yaakov comme
El Chadaï, mais Mon Nom Avaya(2), Je ne leur ai pas fait connaître». Rachi, commentant
le verset 6, 9, explique : «Nos Sages l’appliquent à ce qui est dit ci-dessus. Moché dit :
‘Pourquoi as-Tu fait du mal(3) ?’. Le Saint béni soit-Il lui répondit : ‘Quel dommage qu’ils
sont perdus et qu’ils ne sont plus là ! Je dois Me lamenter sur la mort des Patriarches. A
ĚĞŵƵůƟƉůĞƐƌĞƉƌŝƐĞƐ͕:ĞDĞƐƵŝƐƌĠǀĠůĠăĞƵdžĐŽŵŵĞůŚĂĚĂŢ͙ŵĂŝƐŝůƐŶ͛ŽŶƚƉĂƐƌĞŵŝƐ
ĞŶĐĂƵƐĞDĞƐƩƌŝďƵƚƐ͕ĂůŽƌƐƋƵĞƚŽŝ͕ƚƵĚŝƐ͚͗WŽƵƌƋƵŽŝĂƐͲdƵĨĂŝƚĚƵŵĂů͍͛ͩ͘
On peut s’étonner de ce dialogue entre le Saint béni soit-Il et Moché, notre maître. Ce
dernier se trouvait à un niveau(4)ďĞĂƵĐŽƵƉƉůƵƐŚĂƵƚƋƵĞĐĞůƵŝĚĞƐWĂƚƌŝĂƌĐŚĞƐ͘ŶĞīĞƚ͕
comme l’indique le Midrash(5)͕ DŽĐŚĠ ĨƵƚ ůĞ ƐĞƉƟğŵĞ dƐĂĚĚŝŬ ĚĞƉƵŝƐ ŶŽƚƌĞ ƉğƌĞ ǀƌĂŚĂŵĞƚů͛ŽŶƐĂŝƚƋƵĞ͗ͨƚŽƵƐůĞƐƐĞƉƟğŵĞƐƐŽŶƚĐŚĠƌŝƐͩ͘ŽŵŵĞŶƚĞƐƚͲŝůƉŽƐƐŝďůĞƋƵĞůĞƐ
WĂƚƌŝĂƌĐŚĞƐŶ͛ĂŝĞŶƚƉĂƐƌĞŵŝƐĞŶĐĂƵƐĞůĞƐƩƌŝďƵƚƐĚƵ^ĂŝŶƚďĠŶŝƐŽŝƚͲ/ůĂůŽƌƐƋƵĞDŽĐŚĠĂ
demandé : «Pourquoi as-Tu fait du mal ?»(6).
EŽƵƐůĞĐŽŵƉƌĞŶĚƌŽŶƐĞŶƉƌĠĐŝƐĂŶƚůĂĚŝīĠƌĞŶĐĞĞŶƚƌĞůĞŶŝǀĞĂƵŵŽƌĂůĚĞƐWĂƚƌŝĂƌĐŚĞƐ
ĞƚĐĞůƵŝĚĞDŽĐŚĠ͕ŶŽƚƌĞŵĂŠƚƌĞ͕ƐĞůŽŶůĞƐĞdžƉůŝĐĂƟŽŶƐĚĞůĂ<ĂďďĂůĂĞƚĚĞůĂ͚,ĂƐƐŝĚŽƵƚ͘
>ĞƐWĂƚƌŝĂƌĐŚĞƐƐĞƌǀŝƌĞŶƚ͘ŝĞƵĞƐƐĞŶƟĞůůĞŵĞŶƚƉĂƌůĞƵƌƐĂƩƌŝďƵƚƐĚƵƐĞŶƟŵĞŶƚ͕ǀƌĂŚĂŵ
par l’amour et le bienfait, Its’hak par la crainte et la rigueur, Yaakov par la miséricorde et
l’harmonie(7).
A l’inverse, le niveau de Moché, notre maître, était celui de la découverte intellectuelle,
͚,Ž͛ŚŵĂ͕ĐĞůƵŝĚĞů͛ŝŶƚĞůůĞĐƚĞƚĚĞůĂĐŽŵƉƌĠŚĞŶƐŝŽŶ(8). C’est la raison pour laquelle la ToƌĂŚ͕ůĂ^ĂŐĞƐƐĞ͕ůĂ͚,Ž͛ŚŵĂĚƵ^ĂŝŶƚďĠŶŝƐŽŝƚͲ/ů͕ĨƵƚĚŽŶŶĠĞƉĂƌƐŽŶŝŶƚĞƌŵĠĚŝĂŝƌĞ͘
(1) Le Saint béni soit-Il s’adresse à Moché, notre maître.
(2) Qui est le Nom de l’Essence de D.ieu, à la différence de El Chadaï, correspondant à une révélation divine
plus réduite.
(3) Au peuple d’Israël, en durcissant les conditions de son esclavage, à la suite de l’intervention de Moché
auprès du Pharaon.
(4) D’élévation spirituelle.
(5) Selon le Midrash Vaykra Rabba, chapitre 29, au paragraphe 11.
(6) N’y avait-il pas, dans cette question, une contestation de la mission que le Saint béni soit-Il lui avait
confiée ?
(7) Mais, moins clairement par leur intellect, car la Torah n’avait pas encore été donnée et ils l’étudiaient
uniquement par engagement personnel. On verra, notamment, à ce propos, le Torah Or et le Torat ‘Haïm,
au début de la Parchat Toledot et à la Parchat Vayétsé.
(8) On consultera, sur ce point, la longue explication du Likouteï Si’hot, tome 6, à partir de la page 244, avec
les références qui sont indiquées.
1
͛ĞƐƚůĂƌĂŝƐŽŶƉŽƵƌůĂƋƵĞůůĞůĞƐWĂƚƌŝĂƌĐŚĞƐͨŶĞƌĞŵŝƌĞŶƚƉĂƐĞŶĐĂƵƐĞůĞƐƩƌŝďƵƚƐĚƵ
^ĂŝŶƚďĠŶŝƐŽŝƚͲ/ůͩ͘/ůƐƐĞƌǀĂŝĞŶƚ͘ŝĞƵĞƐƐĞŶƟĞůůĞŵĞŶƚƉĂƌů͛ĠŵŽƟŽŶĞƚƉĂƌůĞƐĞŶƟŵĞŶƚ͘Ğ
leur point de vue, il n’y avait pas lieu de s’interroger sur le comportement du Saint béni
ƐŽŝƚͲ/ů͕ĐĂƌůĞƐƋƵĞƐƟŽŶƐƐŽŶƚƐŽƵůĞǀĠĞƐƉĂƌů͛ŝŶƚĞůůĞĐƚĞƚůĂĐŽŵƉƌĠŚĞŶƐŝŽŶ(9). Elles n’ont
ƉĂƐůĞƉŽƵǀŽŝƌĚ͛ĂīĂŝďůŝƌůĂĚĠƚĞƌŵŝŶĂƟŽŶĚĞƐƐĞŶƟŵĞŶƚƐ͕ĚĂŶƐůĞĐƈƵƌ͘
Moché, notre maître, à l’opposé, servit D.ieu par l’intermédiaire de l’intellect et de la
compréhension. Pour assumer la mission qui lui incombait de la meilleure façon, il deǀĂŝƚĐŽŵƉƌĞŶĚƌĞĐŚĂƋƵĞĚĠƚĂŝůĚĞĐĞƩĞŵŝƐƐŝŽŶ͕ƉĂƌƐŽŶŝŶƚĞůůĞĐƚĞƚƐĂƌĂƟŽŶĂůŝƚĠ͘ƵƐƐŝ͕
ƋƵĂŶĚŝůĨƵƚĐŽŶĨƌŽŶƚĠăĐĞƋƵ͛ŝůŶĞĐŽŵƉƌĞŶĂŝƚƉĂƐ͕ƉĂƌƐĂƉĞƌĐĞƉƟŽŶ͕ŝůƐĞĚĞǀĂŝƚĚ͛ŝŶƚĞƌƉĞůĞƌůĞ^ĂŝŶƚďĠŶŝƐŽŝƚͲ/ů͕ăĐĞƉƌŽƉŽƐ͕ĂĮŶƋƵĞĐĞŵĂŶƋƵĞĚĞĐŽŵƉƌĠŚĞŶƐŝŽŶŶĞĨĂƐƐĞƉĂƐ
obstacle à l’accomplissement de sa mission.
dŽƵƚĞĨŽŝƐ͕ĐĞƋƵŝǀŝĞŶƚĚ͛ġƚƌĞĚŝƚĐŽŶĚƵŝƚăƐĞƉŽƐĞƌƵŶĞƋƵĞƐƟŽŶĞŶƐĞŶƐŽƉƉŽƐĠ͘^ŝůĂ
ƋƵĞƐƟŽŶƉŽƐĠĞƉĂƌDŽĐŚĠ͕ŶŽƚƌĞŵĂŠƚƌĞ͕Ŷ͛ĂǀĂŝƚĂƵĐƵŶĞĐŽŶŶŽƚĂƟŽŶŶĠŐĂƟǀĞ͕ƉŽƵƌƋƵŽŝ
ĚŽŶĐůĞ^ĂŝŶƚďĠŶŝƐŽŝƚͲ/ůůƵŝĞŶĮƚͲŝůůĞƌĞƉƌŽĐŚĞ͍
>ĂƌĠƉŽŶƐĞăĐĞƩĞƋƵĞƐƟŽŶƉĞƵƚġƚƌĞƚƌŽƵǀĠĞĚĂŶƐůĂƌĠƉŽŶƐĞĚƵ^ĂŝŶƚďĠŶŝƐŽŝƚͲ/ůă
Moché : «Je suis Avaya. Je Me suis révélé à Avraham, à Its’hak et à Yaakov comme El Chadaï, mais Mon Nom Avaya, Je ne leur ai pas fait connaître».
ů͛ĠƉŽƋƵĞ ĚĞƐ WĂƚƌŝĂƌĐŚĞƐ͕ ĂǀĂŶƚ ůĞ ĚŽŶ ĚĞ ůĂ dŽƌĂŚ͕ ůĂ ƌĠǀĠůĂƟŽŶ ĚĞ ͘ŝĞƵ͕ ĚĂŶƐ ůĞ
ŵŽŶĚĞ͕ĠƚĂŝƚƉĂƌƟĐƵůŝğƌĞŵĞŶƚďĂƐƐĞ͕ĂŝŶƐŝƋƵ͛ŝůĞƐƚĚŝƚ͗ͨŵĂŝƐDŽŶEŽŵǀĂLJĂ͕:ĞŶĞůĞƵƌ
ĂŝƉĂƐĨĂŝƚĐŽŶŶĂŠƚƌĞͩ͘ĞĐĞƉŽŝŶƚĚĞǀƵĞ͕ů͛ĂƌŐƵŵĞŶƚĚĞDŽĐŚĠ͕ŶŽƚƌĞŵĂŠƚƌĞ͕ĞƐƚũƵƐƟĮĠ͕ĐĂƌůĞƐĞƌǀŝĐĞĚĞ͘ŝĞƵŶĞƉŽƵǀĂŝƚĂůŽƌƐƌĞĐĞǀŽŝƌƋƵĞĚĞƵdžĨŽƌŵĞƐ͕ů͛ƵŶĞŝŶƚĞůůĞĐƚƵĞůůĞ͕
ů͛ĂƵƚƌĞƐĞŶƟŵĞŶƚĂůĞ(10).
ŶƌĞǀĂŶĐŚĞ͕ăů͛ŚĞƵƌĞĂĐƚƵĞůůĞ͕ĂƉƌğƐůĞĚŽŶĚĞůĂdŽƌĂŚ͕ƵŶĞƌĠǀĠůĂƟŽŶŶŽƵǀĞůůĞĞƐƚ
apparue dans le monde, celle du Nom Avaya, ainsi qu’il est dit : «Je suis Avaya». Ce Nom
supprime les limites naturelles qui existaient au préalable(11).
(9) Sur lesquels leur service de D.ieu n’était pas basé.
(10) Et, les Patriarches, suivant leur nature, optèrent pour la seconde.
(11) Et, il est désormais possible de cumuler les deux formes à la fois.
2
Depuis que la Torah a été donnée, celui qui sert D.ieu par son intellect, comme Moché,
ŶŽƚƌĞŵĂŠƚƌĞ͕ĚŽŝƚĨĂŝƌĞŝŶƚĞƌǀĞŶŝƌĠŐĂůĞŵĞŶƚƐĞƐƐĞŶƟŵĞŶƚƐĞƚƐŽŶĠŵŽƟŽŶ͕ƐĞƐŽƵŵĞƩƌĞ
à D.ieu(12)͕ĂĮŶƋƵĞůĞƐƋƵĞƐƟŽŶƐĞƚůĞƐŝŶƚĞƌƌŽŐĂƟŽŶƐŶĞĨĂƐƐĞŶƚƉĂƐŽďƐƚĂĐůĞĂƵƐĞƌǀŝĐĞĚĞ
D.ieu.
>ĞƐƉƌŽƉŽƐĚƵ^ĂŝŶƚďĠŶŝƐŽŝƚͲ/ůŶĞƐŽŶƚĚŽŶĐƉĂƐůĂŵĂƌƋƵĞĚ͛ƵŶĞĚĠƐĂƉƉƌŽďĂƟŽŶ͕ĚĞǀĂŶƚůĂƋƵĞƐƟŽŶƉŽƐĠĞƉĂƌDŽĐŚĠ͕ŶŽƚƌĞŵĂŠƚƌĞ͘ĞƐŽŶƉŽŝŶƚĚĞǀƵĞ͕ĂǀĂŶƚůĂƌĠǀĠůĂƟŽŶ
du Nom Avaya, Moché avait raison de demander : «Pourquoi as-Tu fait du mal ?».
WĂƌ^ĞƐWĂƌŽůĞƐ͕ůĞ^ĂŝŶƚďĠŶŝƐŽŝƚͲ/ůŝŶƚƌŽĚƵŝƐŝƚƵŶĞƌĠǀĠůĂƟŽŶŶŽƵǀĞůůĞ͕ĐĞůůĞĚƵEŽŵ
ǀĂLJĂ͕ĂŝŶƐŝƋƵ͛ŝůĞƐƚĚŝƚ͗ͨ:ĞƐƵŝƐǀĂLJĂ͕ͩĚĞǀĂŶƚƉĞƌŵĞƩƌĞů͛ĂƐƐŽĐŝĂƟŽŶĚĞƐƐĞŶƟŵĞŶƚƐ
Ğƚ ĚĞ ů͛ĠŵŽƟŽŶ ĂƵ ƐĞƌǀŝĐĞ ĚĞ ͘ŝĞƵ ĚĞ DŽĐŚĠ͘ ĞĐŝ ƐƵƉƉƌŝŵĞ͕ Ě͛ĞŵďůĠĞ͕ ůĂ ƋƵĞƐƟŽŶ ͗
«pourquoi as-Tu fait du mal ?»(13).
* * *
(12) Ce qui est exposé ici permet de comprendre la raison pour laquelle le Saint béni soit-Il mentionne le
nom : «Yaakov», plutôt que : «Israël», qui souligne la valeur et l’importance, ce qui aurait semblé plus logique
puisqu’il s’agissait, en l’occurrence, de souligner l’élévation des Patriarches. Le nom Israël est l’anagramme
de Li Roch, «une tête pour Moi», comme l’explique le Likouteï Torah, Parchat Chela’h, à la page 48b. En
revanche, Yaakov est Youd Ekev, «le talon», selon le Torah Or, au début de la Parchat Vayétsé. Le nom Israël
fait donc allusion à un service de D.ieu par les forces les plus hautes de l’homme, sa «tête», alors que le nom
Yaakov est un service de D.ieu uniquement basé sur la soumission, le «talon». Le Saint béni soit-Il, par ces
mots, voulait demander à Moché, notre maître, d’introduire la soumission dans son service de D.ieu. C’est
pour cette raison qu’Il cita le nom Yaakov, qui décrit cette soumission.
(13) Bien entendu, cette question devient inconcevable, face au dévoilement du Nom de l’Essence de D.ieu.
Dialogue!des!bâtons
(Discours du Rabbi, Likouteï Si’hot, tome 26, page 49)
Le verset Vaéra 7, 12 dit : «le bâton d’Aharon avala leurs bâtons(1)» et la Torah relate,
à ce propos, que, lorsque Moché et Aharon s’apprêtaient à se rendre chez le Pharaon,
le Saint béni soit-Il dit à Moché que, si le Pharaon demandait : «vous devez donner un
signe»(2), il lui faudrait demander à Aharon de jeter son bâton devant le Pharaon.
͛ĞƐƚ ĞīĞĐƟǀĞŵĞŶƚ ĐĞ ƋƵĞ Įƚ ŚĂƌŽŶ͕ ŵĂŝƐ ůĞ WŚĂƌĂŽŶ ĂƉƉĞůĂ ƐĞƐ ĐŽŶƐĞŝůůĞƌƐ Ğƚ ƐĞƐ
sorciers. Chacun d’entre eux jeta, à son tour, son bâton et : «ils devinrent des serpents»(3).
DĂŝƐ͕ĂƵĮŶĂů͕ͨůĞďąƚŽŶĚ͛ŚĂƌŽŶĂǀĂůĂůĞƵƌƐďąƚŽŶƐͩ͘
(1) Ceux des sorciers de l’Egypte.
(2) Selon les termes du verset Vaéra 7, 9.
(3) Vaéra 7, 12.
3
ĞƚĠƉŝƐŽĚĞ͕ůĞũĞƚăƚĞƌƌĞĚĞƐďąƚŽŶƐĞƚůĞƵƌƚƌĂŶƐĨŽƌŵĂƟŽŶĞŶƐĞƌƉĞŶƚƐ͕ĚŽŝƚġƚƌĞĞdžƉůŝqué et, avant cela, on doit comprendre, au préalable, ce miracle des bâtons appartenant
aux sorciers qui sont avalés par celui d’Aharon. Quelle est la nature d’un tel miracle dont
le Saint béni soit-Il ne dit rien, quand Il s’adressa à Moché(4) ?
>ĂĚĞƐĐƌŝƉƟŽŶĚŽŶŶĠĞƉĂƌůĂdŽƌĂŚĨĂŝƚůĂƉƌĞƵǀĞƋƵĞůĞƐŵŝƌĂĐůĞƐĞƚůĞƐƉůĂŝĞƐŶ͛ĂǀĂŝĞŶƚ
pas pour unique objet de punir l’Egypte. Ils avaient pour but, en outre, de briser l’opposiƟŽŶĚĞů͛ŐLJƉƚĞĂƵ^ĂŝŶƚďĠŶŝƐŽŝƚͲ/ů(5).
>Ă͚,ĂƐƐŝĚŽƵƚĞdžƉůŝƋƵĞ(6)ƋƵĞ͕ƐĞůŽŶůĂĐŽŶĐĞƉƟŽŶĚƵŵŽŶĚĞĚĞƐŐLJƉƟĞŶƐ͕ůĞ^ĂŝŶƚďĠŶŝ
ƐŽŝƚͲ/ůŶ͛ĂĂƵĐƵŶĞŝŶŇƵĞŶĐĞƐƵƌůĂĐƌĠĂƟŽŶĞƚ/ůŶĞůĂĚŝƌŝŐĞƉĂƐ͘^ĞůŽŶĞƵdž͕ůĞŵŽŶĚĞ͕ĂƉƌğƐ
avoir été créé, a été totalement livré aux forces de la nature(7).
͛ĞƐƚƉƌĠĐŝƐĠŵĞŶƚĐĞƩĞĐŽŶĐĞƉƟŽŶƋƵĞůĞ^ĂŝŶƚďĠŶŝƐŽŝƚͲ/ůďƌŝƐĂĂƵŵŽLJĞŶĚĞƐƉůĂŝĞƐ͘
ŚĂĐƵŶĞ Ě͛ĞůůĞƐ ƐƵƉƉƌŝŵĂ ƵŶ ĐĞƌƚĂŝŶ ĂƐƉĞĐƚ ĚĞ ĐĞƩĞ ŝĚĠŽůŽŐŝĞ ĚĞ ů͛ŐLJƉƚĞ͘ ƚ͕ ĐŽŵŵĞ
ŝŶƚƌŽĚƵĐƟŽŶŐĠŶĠƌĂůĞăƚŽƵƚĞƐĐĞƐƉůĂŝĞƐĞƚăĐĞƋƵ͛ĞůůĞƐĚĞǀĂŝĞŶƚĨĂŝƌĞĚŝƐƉĂƌĂŠƚƌĞ͕ŝůLJĞƵƚ
le miracle du bâton d’Aharon qui avala tous les autres.
Aharon représente, en l’occurrence, le domaine de la sainteté et son bâton est la force
ĚŝǀŝŶĞƋƵŝĞŶĠŵĂŶĞ͘>ĞƐĞƌƉĞŶƚĞƐƚƌĞƉƌĠƐĞŶƚĂƟĨĚĞů͛ŐLJƉƚĞ͕ĂŝŶƐŝƋƵ͛ŝůĞƐƚĚŝƚ͗ͨů͛ŐLJƉƚĞ
ĞƚůĞŐƌĂŶĚƐĞƌƉĞŶƚƋƵŝƌĂŵƉĞĚĂŶƐƐŽŶŇĞƵǀĞͩ(8). En transformant le bâton en serpent,
Aharon montra au Pharaon que l’existence de l’Egypte et du serpent qui la symbolisait,
émanait, en fait, du domaine de la sainteté.
ŶƌĠƉŽŶƐĞ͕ůĞWŚĂƌĂŽŶĮƚǀĞŶŝƌƐĞƐĐŽŶƐĞŝůůĞƌƐĞƚƐĞƐƐŽƌĐŝĞƌƐ͕ƋƵŝĂǀĂŝĞŶƚƵŶĞĐŽŶĐĞƉƟŽŶŽƉƉŽƐĠĞăĐĞůůĞĚ͛ŚĂƌŽŶ͘>ĞƵƌƐďąƚŽŶƐĚĞǀŝŶƌĞŶƚĠŐĂůĞŵĞŶƚĚĞƐƐĞƌƉĞŶƚƐĞƚŝůƐƐŝŐŶŝĮğƌĞŶƚ͕ ƉĂƌ ĐĞƩĞ ƚƌĂŶƐĨŽƌŵĂƟŽŶ͕ ƋƵĞ ů͛ŐLJƉƚĞ ƉŽƐƐĠĚĂŝƚ ĚĞƐ ĨŽƌĐĞƐ ƉƌŽƉƌĞƐ͕ ƋƵ͛ĞůůĞ ŶĞ
recevait pas celles du domaine de la sainteté.
La réponse du Saint béni soit-Il fut celle que l’on a dite : «le bâton d’Aharon avala leurs
ďąƚŽŶƐͩ͘/ůŵŽŶƚƌĂ͕ĚĞĐĞƩĞĨĂĕŽŶ͕ƋƵĞůĞƉŽƵǀŽŝƌĚĞͨů͛ĂƵƚƌĞĐƀƚĠͩ(9) n’est qu’une illusion,
ƋƵ͛ŝůŶĞƉŽƐƐğĚĞĂƵĐƵŶĞĞdžŝƐƚĞŶĐĞǀĠƌŝƚĂďůĞĨĂĐĞăůĂƐĂŝŶƚĞƚĠ͘
(4) Et, un principe établi dit que : «le Saint béni soit-Il ne fait jamais de miracle inutile».
(5) C’est la raison pour laquelle, à plusieurs reprises, «l’Eternel endurcit le cœur du Pharaon», afin que
l’Egypte soit totalement brisée. S’il s’agissait uniquement de punir l’Egypte, ce durcissement aurait été inutile.
(6) Dans le discours ‘hassidique intitulé : «Il dit… prends ton bâton… il sera un serpent», figurant dans le
Torah Or, Parchat Vaéra, à partir de la page 56d, dans les Maamareï Admour Hazaken 5565, tome 1, à partir
de la page 188 et dans le Or Ha Torah, Parchat Vaéra, tome 7, à partir de la page 2606.
(7) Et, donc abandonné par D.ieu.
(8) Yé’hezkel 29, 3. Le fleuve est, en l’occurrence, le Nil.
(9) Des forces du mal.
4
>Ğ^ĂŝŶƚďĠŶŝƐŽŝƚͲ/ůĮƚĂŝŶƐŝůĂƉƌĞƵǀĞĂƵWŚĂƌĂŽŶĞƚăƐĞƐĐŽŶƐĞŝůůĞƌƐƋƵ͛/ůůĞƐĚŝƌŝŐĞ͕ĐĂƌ
ŝůƐŶ͛ŽŶƚĂƵĐƵŶƉŽƵǀŽŝƌƉĞƌƐŽŶŶĞů͘ĞƩĞĞŶƚƌĠĞĞŶŵĂƟğƌĞĞƵƚƉŽƵƌĞīĞƚĚĞĨĂŝƌĞǀŽůĞƌĞŶ
ĠĐůĂƚƐůĞƉŽŝŶƚĐĞŶƚƌĂůĚĞůĂĐŽŶĐĞƉƟŽŶĠŐLJƉƟĞŶŶĞ͘WĂƌůĂƐƵŝƚĞ͕ŝůLJĞƵƚůĞƐĚŝdžƉůĂŝĞƐ͕ƋƵŝ
ďƌŝƐğƌĞŶƚ͕ƵŶƉĂƌƵŶ͕ůĞƐĚŝdžĂƐƉĞĐƚƐĚĞů͛ŝŵƉƵƌĞƚĠĚĞů͛ŐLJƉƚĞ͘
Les détails d’un récit qui est rapporté par la Torah délivrent de nombreux enseignements pour le service de D.ieu. L’un de ces enseignements est, en l’occurrence, le suivant.
Lorsque l’on s’adresse à quelqu’un, on doit lui manifester de l’amour et de la proximité, à
l’image du comportement d’Aharon lui-même, duquel il est dit : «aime la paix et poursuis
la paix, aime les créatures(10) et rapproche-les de la Torah»(11).
ŶŵĞŶĂŶƚƵŶĞĂĐƟŽŶĠĚƵĐĂƟǀĞ͕ŽŶƉĞƵƚƉĂƌĨŽŝƐġƚƌĞĐŽŶĨƌŽŶƚĠăƵŶŚŽŵŵĞƋƵŝƐĞ
ƚƌŽƵǀĞĚĂŶƐƵŶĞƐŝƚƵĂƟŽŶƉĂƌƟĐƵůŝğƌĞŵĞŶƚďĂƐƐĞ͕ĂƵƉŽŝŶƚƋƵ͛ŝůĨĂŝůůĞ͕ĚĂŶƐƵŶƉƌĞŵŝĞƌ
temps, briser le mal qu’il porte en lui, par la force(12). On doit alors se rappeler qu’une telle
ĂĐƟŽŶĚŽŝƚġƚƌĞƌĠĂůŝƐĠĞĂǀĞĐůĞďąƚŽŶĚ͛ŚĂƌŽŶ͕ĞŶĠƚĂŶƚĂŶŝŵĠĚ͛ƵŶĂŵŽƵƌƐŝŶĐğƌĞƉŽƵƌ
ĐĞƩĞƉĞƌƐŽŶŶĞ͕ƐĂŶƐĨĂŝƌĞŝŶƚĞƌǀĞŶŝƌĚĞƐŵŽƟǀĂƟŽŶƐƉĞƌƐŽŶŶĞůůĞƐĞƚŶĠŐĂƟǀĞƐ͘
Autre point, quand il est nécessaire «d’avaler» l’existence de son prochain, il faut le
ĨĂŝƌĞĂǀĞĐůĞďąƚŽŶ͕ŶŽŶƉĂƐĂǀĞĐůĞƐĞƌƉĞŶƚ͘ŶůĂŵĂƟğƌĞ͕ůĂĚŝīĠƌĞŶĐĞĞŶƚƌĞƵŶďąƚŽŶĞƚ
ƵŶƐĞƌƉĞŶƚĞƐƚůĂƐƵŝǀĂŶƚĞ͘>ĞƉƌĞŵŝĞƌƌĞƉƌĠƐĞŶƚĞůĞŇĞŐŵĞ͕ůĂŵĂŠƚƌŝƐĞĚĞƐŽŝ͕ĂůŽƌƐƋƵĞůĞ
ƐĞĐŽŶĚĞƐƚůĂĐŽůğƌĞ͕ů͛ĠŵŽƟǀŝƚĠ(13).
/ůĞƐƚĚŽŶĐŶĠĐĞƐƐĂŝƌĞĚ͛ĞdžƟƌƉĞƌůĞŵĂůƋƵĞů͛ĂƵƚƌĞƉŽƐƐğĚĞĂǀĞĐƌĞƚĞŶƵĞ͕ƐĂŶƐƐ͛ĞŵƉŽƌƚĞƌ͕ ƐĂŶƐ Ɛ͛ĠŵŽƵǀŽŝƌ͕ ƐĂŶƐ ŵġŵĞ ƌĞƐƐĞŶƟƌ ƐĂ ƉƌŽƉƌĞ ƉĞƌƐŽŶŶĞ͕ ĐŽŵŵĞ Ɛŝ ů͛ŽŶ ĠƚĂŝƚ ƵŶ
bâton sec et rigide(14).
* * *
(10) Y compris celles qui ne possèdent pas d’autre qualité que d’avoir été créées par D.ieu.
(11) Traité Avot, chapitre 1, à la Michna 12.
(12) Mais, néanmoins, selon des voies agréables et pacifiques !
(13) Qui, de fait, sont inefficaces, quand il s’agit d’exercer une influence positive sur d’autres personnes.
(14) C’est alors que l’on peut «avaler» l’autre sans l’écraser.
5
‫לע"נ‬
Cette Si’ha est offerte
par son épouse '‫שתחי‬
ses enfants et petits-enfants
à la mémoire de
Morde’haï ben Yossef ‫ז"ל‬
ATTUIL
décédé Roch ‘Hodech Chevat 5765
'‫ת' נ' צ' ב' ה‬
Puisse son souvenir être une source de bénédictions.
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
4
Taille du fichier
254 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler