close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

cette page - Agefi.com

IntégréTéléchargement
Lundi 11 janvier 2016
|
|
Numéro 6
Créé en 1950
|
Vendu en kiosques et par abonnement
|
Prix 4,50 CHF (TVA 2,5% incl.) - 4,50 EUR
|
agefi@agefi.com
|
Rédacteur en chef: François Schaller
Fin du CES à Las Vegas
La vraie révolution
virtuelle devient
bien réelle
PAGE 21
JA-PP/JOURNAL — CASE POSTALE 5031 — CH-1002 LAUSANNE
SMI 8257.28
8470
8400
8330
8260
DOW JONES 16346.45
16650
16540
16430
16320
-2.28%
-1.02%
RAPPORT DE L’AMBASSADE DE SUISSE À PÉKIN
Autre perception
économique
PAGE 8
MARCHÉ SUISSE DE LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE
Duopole de fait et non épargné
PAGE 6
EMIRATES DOIT L’ANNONCER AUJOURD’HUI
Deux vols quotidiens à Genève
PAGE 5
INQUIÉTUDES DES ENTREPRISES SUISSES
La déflation vient en premier
PAGE 4
LAURENT STAFFELBACH À FONCIA DOMICIM
Pas d’âge pour le management
Les incidents en Chine renvoient
aussi aux prévisions monétaires
Les économistes ne sont guère consensuels sur l’évolution du franc face à l’euro et au dollar. Effets refuge probables.
CHRISTIAN AFFOLTER
Les premiers jours de négoce ont
montré cette année que l’évolution sur le marché des devises allait une nouvelle fois jouer un
rôle déterminant pour toutes les
approches d’investissement. Ils
ont aussi confirmé qu’il s’agissait
de l’un des éléments les plus imprévisibles.
Mieux vaut être simplement
conscient des mécanismes et interdépendances à l’œuvre que de
se fier à des bandes de fluctuations
prévisionnelles à une échéance
définie.
Même pour les références les plus
courantes par rapport au franc,
les valeurs prévues divergent sensiblement. Les prévisions les plus
nombreuses s’attendent aujourd’hui à une appréciation sensible du dollar vis-à-vis des autres
monnaies (le dollar pourrait donc
se maintenir au-dessus de la parité
par rapport au franc).
D’autres prévoient une très légère hausse de l’euro vis-à-vis du
franc, avec un dollar plutôt stable. S’agissant du yuan, une dévaluation vis-à-vis du dollar apparaît comme une prévision
assez correcte sur le plan des
pressions actuellement à l’œuvre. Il n’est pas prévu qu’elle suscite des mouvements de panique
sur les marchés actions dans le
monde.
La décision de la banque centrale
chinoise de vendredi de fixer le
cours du yuan à un niveau légèrement supérieur à celui de la
veille a montré qu’elle préférait
ne pas laisser fluctuer comme le
veulent les marchés. Même au
prix de devoir vendre encore plus
de réserves.
Une évolution qui doit également
intéresser les prévisionnistes du
franc contre dollar, à deux titres
au moins: ces derniers jours ont
mis en évidence une corrélation
entre l’évolution du yuan et celle
du dollar plus étroite qu’envers
les autres monnaies, en particulier
l’euro (et par conséquent le franc).
Les réserves chinoises en bons du
Trésor n’y sont peut-être pas pour
rien.
Si le yen japonais a cette fois joué
le rôle de principal refuge, les taux
négatifs de la Banque nationale
étant suffisamment décourageants, rien n’exclut qu’en cas de
graves perturbations à l’échelle
mondiale, le franc l’assume de
nouveau. PAGE 3
PAGE 22
LE RIYAL SAOUDIEN PEGGÉ AU DOLLAR
Le risque systémique s’accentue
PORTO RICO ET SON DÉFAUT DE PAIEMENT
Non systémique mais anxiogène
PAGE 22
PRODUITS STRUCTURÉS
Le rendez-vous du lundi
PAGE 13
Objectif smartphone
pour offres d’emplois
RENATO PROFICO. JobCloud résulte de la fusion de
Jobup et de jobs.ch en 2013. Le groupe veut rester un
précurseur sur ce segment.
Voilà bientôt quinze ans que JobCloud est actif dans
le monde de l’e-recrutement. En possédant treize
plateformes dont les deux principales sur le marché
suisse, Jobup et jobs.ch, la société pèse lourd dans
un domaine en constante évolution. Les tendances
actuelles le prouvent encore une fois. Il ne suffit plus
aujourd’hui de n’être présent que sur internet, mais
il faut pouvoir se diversifier sur les différents
médias. Le principal objectif de JobCloud en 2016
est d’améliorer sa présence dans le vecteur du téléphone portable. Le mobile représente aujourd’hui
50% du trafic de l’ensemble des portails de la
société. Un chiffre qui tend à augmenter mois après
mois.
Comme l’explique Renato Profico, CEO de JobCloud,
les candidats délaissent les sites web au profit de ce
média toujours à portée de main. Que ce soit pour la
lecture des annonces postées par les recruteurs ou
pour la postulation directement. Un marché en réel
développement. JobCloud veut rester précurseur
dans le domaine de l’emploi. Après une année 2015
difficile au vu de la conjoncture, le groupe né en
2013 suite à la fusion de Jobup et jobs.ch, se fixe un
objectif élevé. Difficile mais indispensable à la bonne
suite des affaires. L’e-recrutement se lance bel et
bien à l’assaut du téléphone mobile. PAGE 6
Jugements favorables Progression des actifs
au négociant en art malgré l’effet franc
YVES BOUVIER. La Cour d’appel de Singapour s’interroge
sur les motivations du milliardaire Rybolovlev.
IAN HAMEL
Le 12 mars 2015, peu après l’inculpation à Monaco du Suisse
Yves Bouvier pour escroquerie et
complicité de blanchiment, la
Haute Cour de Singapour ordonne le gel mondial des avoirs
du dirigeant de Natural Le Coultre à Genève (demandé par l’oligarque russe Dmitri Rybolovlev).
Yves Bouvier dispose d’un permis
de résidence permanente dans la
Cité-Etat. Le négociant et spécialiste du transport et de l’entreposage d’œuvres d’art bénéficie
d’une levée partielle le 25 mars,
puis totale de son patrimoine, le
21 août 2015. Quelques jours
plus tard, la justice de Hongkong
ordonne à son tour la levée du gel
de ses avoirs. La société MEI Invest Limited, appartenant à Yves
Bouvier, utilisée pour les transactions avec Dmitri Rybolovlev, est
enregistrée dans la région administrative spéciale de Hongkong.
Dans un document de 89 pages,
que L’Agefi a pu consulter, la Cour
d’appel ne se contente pas d’argumenter sa décision. Elle évoque
le fond du litige et balaie la plupart des arguments avancée par
Dmitri Rybolovlev. Dont le principal, qui affirme que Bouvier,
agissant en tant que mandataire,
ne devait percevoir que 2% de
commissions. SUITE PAGE 8
PÂRIS BERTRAND STURDZA. La plus récente des banques
genevoises gère 4 milliards et s’implante au Luxembourg.
Après six ans d’existence, la
banque Pâris Bertrand Sturdza
(PBS) acquiert une nouvelle envergure. Entre la licence obtenue
au Luxembourg, la poursuite de
la croissance et la reconnaissance
de l’industrie. A plus de quatre
milliards de francs, la masse sous
gestion de PBS a progressé l’an
dernier, grâce à 600 millions de
net new money. en particulier.
L’établissement de la rue De-Candolle vient d’obtenir une licence
au Luxembourg, et pourrait réaliser une acquisition à Genève
cette année.
Dans la clientèle privée, son attractivité a été renforcée par les
club deals qu’elle propose à ses
OLIVIER BERTRAND. PBS pourrait réaliser une acquisition.
clients. Certains en exclusivité,
dans l’immobilier avec le groupe
de Bernard Arnault (propriétaire
de LVMH notamment). Son modèle a reçu plusieurs distinctions
l’an dernier. PAGE 5
Nous y voilà: no place to hide
MARCHÉS. Les corrélations se disloquent. L’ordre des banques centrales vole en éclat. Le monstre sort de sa cage et il a faim.
BRUNO BERTEZ
La semaine qui vient de se terminer est qualifiée d’exceptionnelle
par les commentateurs. On dit
que c’est le pire début d’année jamais enregistré pour les marchés
globaux de toute l’histoire. Nous
avouons être étonnés de l’étonnement manifesté par les observateurs.
Oublient-ils que nous sommes
depuis de nombreuses années
dans l’exceptionnel, l’unique,
dans la plus grande expérience
monétaire de tous les temps? Oublient-ils l’incroyable comportement des marchés depuis le mois
de mars 2009? Oublient-ils la dis-
parition quasi totale de la volatilité pendant près de 60 mois? Oublient-ils leur propre étonnement
quand ils ont constaté l’inversion
des corrélations boursières et que
les mauvaises nouvelles ont commencé à être interprétées comme
bonnes? Oublient-ils que pendant
sept ans les marchés ont ignoré le
réel pour ne se concentrer que sur
une chose: l’action et les promesses des banques centrales?
Oublient-ils ce qui s’est passé
quand on a dit stop au Taper qui
permettait d’inflater le bilan de
la banque centrale américaine?
Oublient-ils ce qui ne s’est pas
passé en décembre dernier quand,
pour la première fois depuis des
années, on a enfin osé monter le
taux directeur des Fed Funds?
C’est vrai, le problème de la finance, c’est la mémoire: elle n’en
a pas. Elle oublie qu’à la situation
exceptionnelle à la «montée» correspond inexorablement une situation exceptionnelle à la «des-
cente». La finance a grimpé au
mur en escaladant l’échelle érigée
par les banques centrales, ces dernières retirent l’échelle, et la finance s’étonne de tomber!
Les observateurs nous disent que
c’est la faute de la Chine, que c’est
la faute du pétrole! SUITE PAGE 12
9HRLEMB*jeiaae+[B\A\K\A\M
PAGE 2
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
4
Taille du fichier
354 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler