close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

(v. 18).

IntégréTéléchargement
Leçon 2 pour le 9 janvier 2016
«Dieu vit alors tout ce qu'il
avait fait : c'était très
bon. Il y eut un soir et
il y eut un matin :
le sixième jour.» (Genèse 1.31)
Pendant les six premiers jours de la création
(Genèse 1), Dieu a créé six bonnes choses:
Les
Les
poissons
animaux
et
les
La terre
Le
étaient
La
oiseaux
et la
bons
La
végétation firmament
étaient
était bon
lumière mer
était
bons
étaient
était
bonne
bonnes
bonne
v. 4
v. 10
v. 12
v. 18
v. 21
v. 25
Tout ce qui a été créé atteint, avec la création d’Adam et Ève,
le degré maximum du bon : « c'était très bon » (v. 31).
Durant le processus créateur,
Dieu a octroyé trois bénédictions :
Toute cette bonté, cette bénédiction, a
été spécialement créée pour l'être humain.
Le Créateur a
invité nos
premiers parents
à être ses
cogérants pour
maintenir la
création et s’en
occuper.
«Le SEIGNEUR Dieu donna cet ordre à l'homme : Tu pourras manger de tous
les arbres du jardin ; mais tu ne mangeras pas de l'arbre de la connaissance
de ce qui est bon ou mauvais, car le jour où tu en mangeras, tu mourras.»
(Genèse 2.16-17)
Durant le processus créateur, Dieu a octroyé trois bénédictions .
Ces limites ont fait de la création quelque chose de parfait.
Genèse 1.4
Genèse1.7
Genèse 1.9
Il sépara
la
lumière
d'avec les
ténèbres.
Il sépara
les eaux
d’en bas
de celles
d’en
haut.
Il a
séparé
la terre
de la
mer.
Genèse 1.12
Il a séparé
la
végétation
selon son
espèce.
Il a
séparé le
jour de la
nuit.
Genèse 1.14, 18
Il a séparé
les êtres
vivants
selon leur
espèce.
Genèse 1.21, 25
Il a
séparé
un jour.
Genèse 2.3
Finalement, il a séparé un
espace spécial pour que
l'homme habite.
Parmi les arbres qu'il a
plantés en l'Eden, il en a
séparé un dont le fruit ne
pouvait pas être mangé.
De cette façon, Adam et Eve
pourraient exercer la liberté
que Dieu leur avait donnée.
(E. G. White, The Review and Herald, 24 janvier 1874.)
«Adam et Eve étaient autorisés à manger le fruit de
tous les arbres du jardin, sauf un. Il n'y avait qu'une
seule restriction.
L'arbre défendu était aussi attrayant et beau que
n'importe quel autre. C'était l'arbre de la
connaissance, parce qu'en prenant de ce fruit dont
Dieu avait dit : « Tu n'en mangeras point », ils
acquerraient la connaissance du péché, l'expérience
de la désobéissance.»
«La femme vit que l'arbre était bon pour la
nourriture et plaisant pour la vue, qu'il était, cet
arbre, désirable pour le discernement. Elle prit de
son fruit et en mangea ; elle en donna aussi à son
mari qui était avec elle, et il en mangea. » (Genèse 3.6)
Comment Satan a-t-il
dénaturé le caractère de Dieu
devant Eve (Genèse 3.1-5) ?
 Dieu ne veut pas votre bien. Comment ne pas
manger du fruit de tous ces arbres si délicieux?
 Dieu est un menteur. En fait, vous ne mourrez pas.
 Dieu est égoïste, il ne veut pas que vous arriviez à
être comme lui . Mais si vous mangez de cet arbre,
vous serez comme lui.
Adam et Eve ont accepté cette vision déformée du caractère de Dieu.
Et leurs yeux furent ouverts. Et ils voyaient ce qui était mal. Et ils
découvraient leur nudité. Et ils se détournèrent de leur Créateur.
« Ainsi, nos premiers parents avaient décidé d’écouter
les paroles d’un serpent, qui ne leur avait donné aucune
preuve de son amour. Alors que Dieu leur avait accordé
tout ce qui est bon à manger et agréable à la vue, Satan
n’avait nullement contribué à leur bonheur et à leur
bien-être. Partout les yeux pouvaient contempler
l’abondance et la beauté, et, cependant, Eve fut trompée
par le serpent, parce qu’elle avait cru qu’on les avait
privés de quelque chose qui pouvait les rendre aussi
intelligents que le Très-Haut. Au lieu de faire confiance
à Dieu, elle se méfia de sa bonté et se plut à écouter les
paroles de Satan.
Une fois qu’Adam eut transgressé l’ordre divin, il eut
tout d’abord l’impression d’accéder à une sphère
nouvelle et plus élevée. Mais bientôt, la pensée de sa
faute le remplit de terreur… Satan se réjouit de son
succès. »
(E. G. White, L’histoire de la Rédemption, Le libre arbitre de l’homme, ch. 4, p. 30)
«C'est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain,
jusqu'à ce que tu retournes à la terre, puisque c'est d'elle
que tu as été pris ; car tu es poussière, et tu retourneras
à la poussière» (Génesis 3:19)
Dans le chapitre 3 de la Genèse, nous voyons comment
le péché a commencé à prospérer immédiatement. Le
couple, jusqu'à présent pur, a commencé à se trouver
des excuses et à reporter la faute sur les autres :
« C'est la femme que tu as mise auprès de moi… qui
m'a donné de l'arbre ». « C'est le serpent qui m'a
trompée» (v. 12-13).
La relation avec le Dieu avait changé (v. 10). La relation
entre eux avait changé (v. 16). La relation avec la nature
avait changé (v. 18).
Ils ne pouvaient rien faire pour restaurer les
relations brisées, ou pour réparer leur péché.
Mais il y avait de bonnes nouvelles. Dieu leur
a donné la promesse d'un Rédempteur qui
répandrait son sang pour eux (v. 15). Il leur a
également enseigné à sacrifier un animal
comme un symbole du Rédempteur, et il a
habillé leur nudité avec sa peau (v. 21).
«Rien ne pourra jamais remplacer la robe
d’innocence qu’ils ont perdue. Ceux qui seront
assis avec le Christ et ses anges au festin de noces
de l’Agneau ne seront pas revêtus de feuilles de
figuier ni d’habits de ce monde..
Uniquement la couverture que Christ même à
pourvue peut nous faire dignes d'apparaître
devant la présence de Dieu. Christ placera cette
robe, la robe de sa propre justice sur chaque âme
repentante et croyante …
Tissée sur les métiers du ciel, cette robe n’a pas un
seul fil de la sagesse d’ici-bas. Dans son humanité,
le Christ a formé un caractère parfait qu’il veut
bien nous communiquer »
(E. G. White, Les Paraboles de Jésus, ch. 24, p. 271)
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
4
Taille du fichier
4 825 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler