close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Alexandre Desplat

IntégréTéléchargement
ŒUVRES
(TRÈS) CHOISIES :
12/13
Programme_GP2014_150x210_Prod_V13.indd 12
© Brigitte Lacombe
2015 The Grand Budapest Hotel,
de Wes Anderson /
2012 Ides of March,
de George Clooney /
2011 T
he Ghost Writer,
de Roman Polanski /
2010 K
ing’s speech,
de Tom Hooper /
2008 The Curious Case
of Benjamin Button,
de David Fincher /
2006 The Queen,
de Stephen Frears /
2005 D
e battre mon cœur
s’est arrêté,
de Jacques Audiard /
2004 B
irth,
de Jonathan Glazer /
2003 L
a jeune fille à la perle,
de Peter Webber /
20/11/2015 18:08
otel,
GRAND
PRIX
DU RÉPERTOIRE
SACEM
À L’EXPORT
PRÉCÉDENTS
LAURÉATS
2014 Ayo /
2013 Zaz /
2011 Y ael Naim
& David Donatien /
2008 Amancio Prada /
— Alexandre
DESPLAT
Monument Man
Difficile d’évoquer Alexandre Desplat sans tomber dans une longue
énumération d’œuvres et de distinctions, tant sa carrière est prolifique.
À raison de plus d’une centaine de musiques de films en 25 ans,
en Europe ou à Hollywood, il est devenu l’égal des plus grands
compositeurs qu’il a toujours admirés.
Né d’un père français et d’une mère grecque
qui se sont rencontrés en Californie,
Alexandre Desplat a bénéficié, affirme-t-il,
d’une triple culture.
Sans doute un des moteurs qui animent
son œuvre, qu’il compose pour un orchestre
symphonique, un big band ou un ensemble
de balalaïkas.
Grandi au son de Ravel, de Duke Ellington
et de Debussy, il étudie piano et trompette
avant de se consacrer à la flûte traversière.
Mais sa passion pour le cinéma et son amour
des bandes originales de Nino Rota, Georges
Delerue ou John Williams, lui donneront envie
d’embrasser le même métier.
Sa première musique de film, il la composera
en 1986 pour un film de Robert Guédiguian,
intitulé Ki Lo Sa ? L’occasion pour lui
de rencontrer la violoniste Dominique « Solré »
Lemonnier, qui deviendra, outre sa soliste de
prédilection, sa directrice artistique et sa muse.
Programme_GP2014_150x210_Prod_V13.indd 13
Depuis, Alexandre Desplat a collaboré avec les
plus grands metteurs en scène, Jacques Audiard,
avec lequel il remportera deux César,
mais aussi Kathryn Bigelow, George Clooney,
Stephen Frears, Matteo Garrone, Terrence
Malick ou Roman Polanski.
Le début d’une longue série de prix
et de nominations, Golden Globes, European
Film Awards, Word Soundtrack Awards, Baftas
et autres Grammys. Dont l’aboutissement
demeure l’Oscar remporté en 2015 pour
la musique de The Grand Budapest Hotel
de Wes Anderson. Une compétition
prestigieuse pour laquelle il a été nommé
pas moins de huit fois.
Qu’il compose pour Un Prophète ou pour Harry
Potter, pour Wim Wenders ou pour Wes Anderson,
Alexandre Desplat reste fidèle à sa conviction :
« Ce qui est intéressant dans la musique de
film c’est d’aller chercher ce que l’image
ne propose pas, ce qui est invisible… ».
20/11/2015 18:08
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
4
Taille du fichier
554 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler