close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

: T119p36

IntégréTéléchargement
36•XP alain gouedard
3/06/08
15:01
Page 1
Ce document provient de l’Agrithèque, base de connaissances des Chambres d’Agriculture de Bretagne. Toute reproduction sous quelque forme que
ce soit, n’est autorisée que dans le cadre de l’usage privé du copiste ou dans le respect de la réglementation en vigueur.
SAVOIR-FAIRE
2007 : le poids du concentré plombe
le revenu des élevages OVINS
Tous les ans, l’actualisation en début d’année des systèmes ("cas-types") des Réseaux
d’Elevage ovins permet d’estimer l’impact de la conjoncture économique sur l’évolution du
revenu potentiel des élevages ovins, selon la conduite de l’atelier et les productions associées.
En système bergerie, les consommations
de concentrés ont fortement augmenté
depuis les années 2000.
C
es chiffres, qui n’intègrent pas la
conjoncture climatique, ne peuvent prétendre représenter une moyenne des résultats effectivement obtenus en élevage, mais
ils constituent une indication de la tendance qui devrait se dégager.
Système
HAUSSE DES CHARGES
ET BAISSE DES PRODUITS
Pour diverses raisons, les élevages ovins
ont vu leur consommation de concentré
fortement augmenter au cours des années
2000.
Ces raisons sont liées à l’étalement d’une
production d’agneaux jeunes, à la simplification du travail, ou encore aux sécheresses à répétition, même si ce n’était pas le
cas en 2007. Ils ont donc subi de plein fouet
la hausse du prix des céréales, partiellement répercutée sur le prix des aliments en
2007.
A titre d’illustration, 1 kg de carcasse
d’agneau couvre aujourd’hui le prix de
30 kg de triticale, comme au début des
années 1990, contre plus de 60 kg de 2001
à 2005.
Les hausses de prix observées sur les autres
charges, notamment les carburants et les
engrais, ont également pénalisé le revenu
des éleveurs. En face, les produits sont à
la baisse : léger recul du prix des agneaux
selon les périodes de vente, réduction des
primes (modulation, fin des CTE, etc.).
Ces résultats n’intègrent pas les aides "de
Spécialisé
intensif
Spécialisé
semi-extensif
UTA
1
SAU
Brebis
Autres productions
1
Des ovins
et des bovins
lait
1.5
Des ovins et
un petit
hors-sol
1.5
50 ha
70 ha
45 ha
60 ha
420
500
200
400
8 ha
céréales
7 ha
céréales
20 VL
9 ha céréales
2 poulaillers
label 800m2
10 ha céréales
% primes/PB
15%
21%
14%
16%
% EBE/PB
36%
33%
38%
37% *
30 100 €
24 700 €
39 500 €
33 400 €
72 €
49 €
EBE système
EBE/brebis
Revenu système
13 000 €
11 000 €
24 300 €
16 200 €
Revenu/UTA
13 000 €
11 000 €
16 200 €
10 800 €
31 €
22 €
Revenu/brebis
(* produit hors-sol : marge poussin-aliment)
36
TERRAGRICOLES-DE-BRETAGNE • VENDREDI 6 JUIN 2008
minimis" dont le montant n’est pas encore
définitivement arrêté.
REVENU FORTEMENT AMPUTÉ
EN SYSTÈME SPÉCIALISÉ
En système spécialisé ovin prolifique l’excédent brut d’exploitation (EBE) chute à
72 € par brebis, et même à 49 € par brebis en système semi-extensif. La baisse de
revenu est chiffrée à 26 % en système prolif ique, avec un revenu potentiel de
13 000 € pour une taille de troupeau de
420 brebis. En système semi-extensif, avec
500 brebis, le revenu potentiel chute à
11 000 €.
LES SYSTÈMES MIXTES
RECULENT AUSSI
En système ovins-bovins lait, la hausse du
prix du lait (6%) ne compense pas tout à
fait la perte de marge sur l’atelier ovin.
D’où un recul du revenu, à un peu plus de
24 000 € pour 200 brebis et 140 000 litres
de quota. En systèmes ovins-volailles (poulet label), la remontée de près de 5 % de la
marge poussin-aliment, ne suff it pas à
enrayer la baisse de revenu, avec un niveau
estimé un peu au dessus de 16 000 € pour
400 brebis et deux poulaillers de 400 m2.
2008, TOUJOURS LE CONCENTRÉ
L’application des tarifs de début 2008, avec
la pleine répercussion du prix des matières premières sur celui des aliments, laisse
présager une nouvelle chute de revenu. La
maîtrise de la consommation de concentré
devient donc un enjeu capital (cf. prochaine
plaquette du Réseau d’Elevage Ovin de
l’Ouest), même s’il faut garder à l’esprit
que la productivité des brebis reste la 1ère clé
du revenu.
Alain Gouedard
en collaboration avec
le réseau ovin grand ouest
02 23 48 26 92
alain.gouedard@ille-et-vilaine.chambagri.fr
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
4
Taille du fichier
916 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler