close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

CHABBAT PARCHAT BECHALAH

IntégréTéléchargement
ž›
Likouteï Si’hot
Perspectives ‘hassidiques sur la Sidra de la Semaine
d’après les causeries du Rabbi de Loubavitch
CHABBAT PARCHAT
BECHALAH
13 Chevat 5776 - 23 janvier 2016
SEFER CHEMOT
Bechala’h
Les rocs
(Discours du Rabbi, Likouteï Si’hot, tome 16, page 513)
Le verset Bechala’h 14, 2 dit : «Parle aux enfants d’Israël(1) et qu’ils reviennent, qu’ils
campent devant Pi Ha ‘Hirot(2)». Le Me’hilta explique : «Qu’étaient donc ces rocs (‘Hirot) ?
/ůƐŶ͛ĠƚĂŝĞŶƚƉĂƐŝŶĐůŝŶĠƐ͕ŵĂŝƐǀĞƌƟĐĂƵdž͘/ůƐŶ͛ĠƚĂŝĞŶƚƉĂƐƐĠƉĂƌĠƐ͕ŵĂŝƐƚŽƵƚĚƵůŽŶŐ͘/ůƐ
Ŷ͛ĠƚĂŝĞŶƚƉĂƐĂƌƌŽŶĚŝƐ͕ŵĂŝƐĐĂƌƌĠƐ͘/ůƐŶ͛ĠƚĂŝĞŶƚƉĂƐďąƟƐƉĂƌůĞƐŚŽŵŵĞƐ͕ŵĂŝƐů͛ƈƵǀƌĞĚĞ
D.ieu. Et, ils avaient des yeux ouverts(3)».
KŶƉĞƵƚƐ͛ŝŶƚĞƌƌŽŐĞƌ͕ăĐĞƉƌŽƉŽƐ͗ƉŽƵƌƋƵŽŝůĞDŝĚƌĂƐŚĚĠĐƌŝƚͲŝů͕ĂǀĞĐƚĂŶƚĚĞƉƌĠĐŝƐŝŽŶ͕
la forme précise de ces rocs(4)͍KŶƉĞƵƚĚŽŶĐƉĞŶƐĞƌƋƵ͛ŝůĞdžƉůŝƋƵĞ͕ĚĞĐĞƩĞĨĂĕŽŶ͕ůĂ
raison pour laquelle le campement des enfants d’Israël devant Pi Ha ‘Hirot permit au PhaͲ
ƌĂŽŶĚ͛ĂĸƌŵĞƌ͗ͨ/ůƐƐŽŶƚĠŐĂƌĠƐĚĂŶƐůĞƉĂLJƐ͕ůĞĚĠƐĞƌƚƐ͛ĞƐƚƌĞĨĞƌŵĠƐƵƌĞƵdžͩ(5)͘ŶĞīĞƚ͕
ůĂĚŝƐƉŽƐŝƟŽŶĚĞƐƌŽĐƐ͕ĚĂŶƐĐĞƚĞŶĚƌŽŝƚĞŵƉġĐŚĂŝĞŶƚůĞƐĞŶĨĂŶƚƐĚ͛/ƐƌĂģůĚĞƐ͛ĞŶĨƵŝƌ͕Ɛ͛ŝůƐ
l’avaient voulu(6).
sŽŝĐŝůĂƐŝŐŶŝĮĐĂƟŽŶƋƵ͛ŝůĨĂƵƚĚŽŶŶĞƌĂƵdžĚŝīĠƌĞŶƚƐĠůĠŵĞŶƚƐĚŽŶƚĨĂŝƚŵĞŶƟŽŶůĞDŝͲ
drash précédemment cité :
ͨ/ůƐŶ͛ĠƚĂŝĞŶƚƉĂƐŝŶĐůŝŶĠƐ͕ŵĂŝƐǀĞƌƟĐĂƵdžͩ͗ŝůŶĞƐ͛ĂŐŝƐƐĂŝƚƉĂƐĚĞƌŽĐƐŝŶĐůŝŶĠƐƋƵĞů͛ŽŶ
peut escalader pour se sauver(7)͘/ůƐĠƚĂŝĞŶƚǀĞƌƟĐĂƵdž͕ĐŽŵŵĞƵŶĞŵƵƌĂŝůůĞĞƚŝůĠƚĂŝƚĚŽŶĐ
impossible de les franchir.
ͨ/ůƐŶ͛ĠƚĂŝĞŶƚƉĂƐƐĠƉĂƌĠƐ͕ŵĂŝƐƚŽƵƚĚƵůŽŶŐͩ͗/ůŶ͛LJĂǀĂŝƚƉĂƐĚ͛ŽƵǀĞƌƚƵƌĞ͕ĞŶƚƌĞůĞƐ
rocs(8). Ils entouraient de toute part l’endroit dans lequel ils campaient(9).
(1) Alors qu’ils étaient en chemin pour quitter l’Egypte.
(2) Il s’agit d’un nom de lieu qui signifie, textuellement, «l’entrée des rocs».
(3) La suite du texte analysera toutes ces expressions.
(4) Quelle est l’importance de toutes ces précisions ? Pourquoi ne pas s’en tenir simplement à un nom de
lieu ?
(5) Et, ils ne seront donc pas en mesure de quitter l’Egypte, ils devront faire demi-tour. C’est le verset suivant,
Bechala’h 14, 3, qui rapporte les propos du Pharaon.
(6) Et, de fait, certains d’entre eux déclarèrent effectivement : «faisons demi-tour et retournons en Egypte».
(7) Même s’il est difficile d’envisager que tout un peuple le fasse, avec ses vieillards et ses jeunes enfants.
(8) On verra, à ce propos, le Yerouchalmi, au début du traité Chabbat et le Arou’h, à l’article : «séparés».
(9) Il était donc impossible de les contourner.
1
«Ils n’étaient pas arrondis, mais carrés» : Les rocs n’étaient pas arrondis, ce qui aurait
ƉĞƌŵŝƐĚĞƉƌĂƟƋƵĞƌĂŝƐĠŵĞŶƚƵŶĞŽƵǀĞƌƚƵƌĞ(10) dans les points de contact entre ces rocs,
ůăŽƶŝůƐƐŽŶƚůĞƐƉůƵƐĠƚƌŽŝƚƐ͘/ůƐĂǀĂŝĞŶƚƵŶĞĨŽƌŵĞĐƵďŝƋƵĞ͕ĚĞƐŽƌƚĞƋƵĞůĞƵƌĠƉĂŝƐƐĞƵƌ
ĠƚĂŝƚƉĂƌƚŽƵƚůĂŵġŵĞ͘
ͨ/ůƐ Ŷ͛ĠƚĂŝĞŶƚ ƉĂƐ ďąƟƐ ƉĂƌ ůĞƐ ŚŽŵŵĞƐ͕ ŵĂŝƐ ů͛ƈƵǀƌĞ ĚĞ ͘ŝĞƵͩ ͗ /ů ĠƚĂŝƚ ĚŽŶĐ ƉĂƌƟͲ
ĐƵůŝğƌĞŵĞŶƚĚŝĸĐŝůĞĚĞůĞƐĚĠƚƌƵŝƌĞ͕ƉƵŝƐƋƵĞ͕Ě͛ƵŶĞŵĂŶŝğƌĞŶĂƚƵƌĞůůĞ͕ƵŶĞĐŽŶƐƚƌƵĐƟŽŶ
ŚƵŵĂŝŶĞƉĞƵƚġƚƌĞĚĠƚƌƵŝƚĞƉůƵƐĂŝƐĠŵĞŶƚƋƵ͛ƵŶĞĐƌĠĂƟŽŶĐĠůĞƐƚĞ(11).
dŽƵƚĞĨŽŝƐ͕ů͛ĂŶĂůLJƐĞĚĞƐĚŝīĠƌĞŶƚƐƉŽŝŶƚƐƉƌĠƐĞŶƚĠƐƉĂƌůĞDŝĚƌĂƐŚĐŽŶĚƵŝƚăƐĞƉŽƐĞƌ
ůĂƋƵĞƐƟŽŶƐƵŝǀĂŶƚĞ͗ƐŝĐĞƐƌŽĐƐĠƚĂŝĞŶƚů͛ƈƵǀƌĞĚĞ͘ŝĞƵ͕ĐĞƋƵŝǀĞƵƚĚŝƌĞƋƵ͛ŝůƐĨƵƌĞŶƚ
ĐƌĠĠƐĚĞĐĞƩĞĨĂĕŽŶ͕ĐŽŵŵĞŶƚƉŽƵǀĂŝĞŶƚͲŝůƐġƚƌĞĐƵďŝƋƵĞƐ͕ĂůŽƌƐƋƵĞ͕ƐĞůŽŶƵŶƉƌŝŶĐŝƉĞ
établi(12)͕ͨƌŝĞŶŶ͛ĞƐƚĐĂƌƌĠĚĞƉƵŝƐůĞƐƐŝdžũŽƵƌƐĚĞůĂĐƌĠĂƟŽŶͩ(13) ?
͛ĞƐƚƉŽƵƌƌĠƉŽŶĚƌĞăĐĞƩĞƋƵĞƐƟŽŶƋƵĞůĞDŝĚƌĂƐŚĂũŽƵƚĞ͗
«Et, ils avaient des yeux ouverts» : Les rocs n’étaient pas lisses. Ils avaient des creux, en
forme d’yeux(14). Ils n’étaient donc pas totalement cubiques et ils ne contrevenaient donc
ƉĂƐĂƵƉƌŝŶĐŝƉĞƐĞůŽŶůĞƋƵĞů͗ͨƌŝĞŶŶ͛ĞƐƚĐĂƌƌĠĚĞƉƵŝƐůĞƐƐŝdžũŽƵƌƐĚĞůĂĐƌĠĂƟŽŶͩ(15).
* * *
(10) Même si, d’emblée, celle-ci n’existait pas.
(11) Par nature plus dure, plus solide.
(12) Selon le Yerouchalmi, à la fin du traité Maassérot, dans le traité Nedarim, chapitre 3, au paragraphe 2 et
dans le traité Chevouot, chapitre 3, au paragraphe 8, de même que la Tossefta, à la fin du traité Maassérot.
(13) La forme naturelle de la création est arrondie.
(14) Qui étaient ces arrondis, en l’occurrence.
(15) Comme l’explique le Yerouchalmi, à la même référence.
2
La force de Yossef
(Discours du Rabbi, Likouteï Si’hot, tome 26, page 85)
Le verset Bechala’h 13, 19 dit : «Moché prit les ossements de Yossef avec lui(1)». En
ĞīĞƚ͕ƋƵĂŶĚůĞƐĞŶĨĂŶƚƐĚ͛/ƐƌĂģůƋƵŝƩğƌĞŶƚů͛ŐLJƉƚĞ͕ůĞĐĞƌĐƵĞŝůĚĞzŽƐƐĞĨůĞƐĂĐĐŽŵƉĂŐŶĂ͕
comme l’indique ce verset de la Paracha.
KŶĐŽŶƐƚĂƚĞƋƵĞůĞĐĞƌĐƵĞŝůĞƐƚĚĠƐŝŐŶĠ͕ĚĂŶƐĐĞǀĞƌƐĞƚ͕ĐŽŵŵĞ͗ͨůĞƐŽƐƐĞŵĞŶƚƐĚĞ
zŽƐƐĞĨͩĞƚ͕ĚĞĨĂŝƚ͕ůĂdŽƌĂŚĞŵƉůŽŝĞŝĐŝů͛ĞdžƉƌĞƐƐŝŽŶƋƵŝĨƵƚĐĞůůĞĚĞzŽƐƐĞĨůƵŝͲŵġŵĞ͕ƋƵĂŶĚ
il recueillit la promesse des enfants d’Israël : «D.ieu se souviendra de vous et vous ferez
monter mes ossements d’ici»(2).
KŶƉĞƵƚġƚƌĞƐƵƌƉƌŝƐƉĂƌů͛ĞŵƉůŽŝ͕ăĚĞƵdžƌĞƉƌŝƐĞƐ͕ĚĂŶƐůĞƐǀĞƌƐĞƚƐĚĞůĂdŽƌĂŚ͕ĚƵŵŽƚ͗
ͨŽƐƐĞŵĞŶƚƐ͕ͩƋƵŝƐĞŵďůĞďŝĞŶƉĞƵƌĞƐƉĞĐƚƵĞƵdžĞŶǀĞƌƐƵŶĂƵƐƐŝŐƌĂŶĚdƐĂĚĚŝŬƋƵĞzŽƐͲ
ƐĞĨ͘>ĞƚĞdžƚĞĂƵƌĂŝƚƉƵŵĞŶƟŽŶŶĞƌƵŶƚĞƌŵĞƉůƵƐƌĞƐƉĞĐƚƵĞƵdž͕ĐŽŵŵĞ͕ƉĂƌĞdžĞŵƉůĞ͕ͨůĞ
cercueil de Yossef»(3). Pourtant, le verset dit bien : «ossements» et il faut en conclure que
ĐĞƩĞĨŽƌŵƵůĂƟŽŶĂƵŶĞƐŝŐŶŝĮĐĂƟŽŶƉĂƌƟĐƵůŝğƌĞ(4).
De fait, le mot Atsamot͕ͨŽƐƐĞŵĞŶƚƐ͕ͩƉĞƵƚġƚƌĞƌĂƉƉƌŽĐŚĠĚĞAtsmout, «essence»(5).
>͛ĞƐƐĞŶĐĞĚ͛ƵŶŚŽŵŵĞŽƵĚ͛ƵŶĂŶŝŵĂůĞƐƚƐĂƉƵŝƐƐĂŶĐĞ͕ƐĂĨŽƌĐĞ͘ĞŵġŵĞ͕ůĞƐͨŽƐƐĞͲ
ŵĞŶƚƐͩĚĞzŽƐƐĞĨůĞdƐĂĚĚŝŬƐŽŶƚ͕ĞŶů͛ŽĐĐƵƌƌĞŶĐĞ͕ů͛ĞƐƐĞŶĐĞĚĞƐĂƉĞƌƐŽŶŶĞ͕ƐĂƉƵŝƐƐĂŶĐĞ
et sa force, ce qu’il est réellement.
^ĞůŽŶ ĐĞƩĞ ŝŶƚĞƌƉƌĠƚĂƟŽŶ͕ ƉƌĞŶĚƌĞ ůĞƐ ŽƐƐĞŵĞŶƚƐ ĚĞ zŽƐƐĞĨ ƐŝŐŶŝĮĞ ƋƵĞ DŽĐŚĠ ĞŵͲ
porta l’essence de sa personne(6)ƉŽƵƌġƚƌĞĞŶŵĞƐƵƌĞĚĞƚƌĂǀĞƌƐĞƌůĞĚĠƐĞƌƚ(7). Comment
ĚĠĮŶŝƌů͛ĞƐƐĞŶĐĞĚĞzŽƐƐĞĨ(8)͍ĞůůĞͲĐŝĞƐƚƉƌĠƐĞŶƚĠĞ͕Ě͛ƵŶĞŵĂŶŝğƌĞĂůůƵƐŝǀĞ(9), dans son
(1) Lorsque les enfants d’Israël quittèrent le pays de l’Egypte, comme Yossef lui-même en avait fait la demande.
(2) Selon les termes du verset Béréchit 50, 25. C’est la fin de la Parchat Vaye’hi.
(3) C’est ainsi qu’il est dit, à propos de Yaakov, dans les versets Béréchit 47, 30 – 49, 29 et 50, 5 : «vous me
ferez monter de l’Egypte... enterrez-moi… j’enterrerai mon père». Une même formulation aurait pu être
employée ici.
(4) Qu’il convient de déterminer.
(5) Le rapprochement est phonétique.
(6) C’est l’explication du Megalé Amoukot, au chapitre 17, sur ce verset. On verra aussi le Or Ha Torah,
Parchat Bechala’h, tome 7, à la page 2663.
(7) Grâce à la protection que Yossef leur apportait.
(8) Et, pourquoi celle-ci était-elle nécessaire pour que les enfants d’Israël soient en mesure de traverser le
désert ?
(9) Comme le disent nos Sages, dont la mémoire est une bénédiction, dans le traité Yoma 83b : «Rabbi Meïr
accordait de l’importance au nom». On verra aussi les récits qui sont rapportés par la Guemara, à cette référence, sur ce point.
3
nom(10)͕ƐĞůŽŶů͛ŝŶƚĞƌƉƌĠƚĂƟŽŶƋƵ͛ĞŶĚŽŶŶĂZĂ͛ŚĞů͗ͨĞůůĞů͛ĂƉƉĞůĂzŽƐƐĞĨĞŶĚŝƐĂŶƚ͗͘ŝĞƵ
m’ajoute(11)ƵŶĂƵƚƌĞĮůƐͩ(12).
>ĂŶĂƚƵƌĞĚĞzŽƐƐĞĨĞƐƚĚŽŶĐů͛ĂũŽƵƚĚ͛ƵŶĂƵƚƌĞĮůƐ͕ŶŽŶƉĂƐĚ͛ƵŶĮůƐŽƌĚŝŶĂŝƌĞ;ϭϯͿ͕ŵĂŝƐ
ďŝĞŶĚ͛ƵŶͨĂƵƚƌĞĮůƐͩ͘zŽƐƐĞĨĞƐƚĐĞůƵŝƋƵŝƚƌĂŶƐĨŽƌŵĞͨů͛ĂƵƚƌĞ͕ͩĐĞůƵŝƋƵŝĞƐƚĠůŽŝŐŶĠĚƵ
ŵŽŶĚĞĚĞůĂƐĂŝŶƚĞƚĠĞƚĚƵ^ĂŝŶƚďĠŶŝƐŽŝƚͲ/ů͕ĞŶͨĮůƐͩ(14).
͛ĞƐƚůŽƌƐĚĞůĂƐŽƌƟĞĚ͛ŐLJƉƚĞƋƵĞĐŽŵŵĞŶĕĂů͛ĞŶŐĂŐĞŵĞŶƚƉƌŽĨŽŶĚĚ͛ƵŶĞŶĨĂŶƚĚ͛/ƐͲ
raël envers un autre(15)͘dŽƵƐĚĞǀŝŶƌĞŶƚĂůŽƌƐůĞƐĮůƐĚƵ^ĂŝŶƚďĠŶŝƐŽŝƚͲ/ů͘Kƌ͕ŽŶŶĞƐĞƐĠƉĂƌĞ
pas de ses enfants(16)͘>ĞĮůƐƋƵŝƐ͛ĠůŽŝŐŶĞĚĞƐŽŶƉğƌĞŶ͛ĞŶƌĞƐƚĞƉĂƐŵŽŝŶƐƵŶĮůƐ͕ăƉĂƌƚ
ĞŶƟğƌĞ͘DŽĐŚĠ͕ŶŽƚƌĞŵĂŠƚƌĞ͕ĞŵƉŽƌƚĂĚŽŶĐĂǀĞĐůƵŝůĂĐĂƉĂĐŝƚĠƋƵĞƉŽƐƐĠĚĂŝƚzŽƐƐĞĨůĞ
dƐĂĚĚŝŬĚĞƐĞƌĂƉƉƌŽĐŚĞƌĚƵͨĮůƐͩƋƵŝƐ͛ĞƐƚĠůŽŝŐŶĠĂƵƉŽŝŶƚĚĞĚĞǀĞŶŝƌͨĂƵƚƌĞͩĞƚĚĞĨĂŝƌĞ
ĞŶƐŽƌƚĞƋƵ͛ŝůƐŽŝƚ͕ĚĞŶŽƵǀĞĂƵ͕ƵŶͨĮůƐͩ(17).
ĞĨĂŝƚ͕ăůĂĮŶĚĞĐĞƩĞWĂƌĐŚĂƚsĂLJĞ͛Śŝ(18)͕ŽŶŽďƐĞƌǀĞĞīĞĐƟǀĞŵĞŶƚƵŶĞƚĞůůĞƐŝƚƵĂƟŽŶ͘
ŵĂůĞŬĨĂŝƚůĂŐƵĞƌƌĞĂƵdžĞŶĨĂŶƚƐĚ͛/ƐƌĂģůăZĞĮĚŝŵ͘ƚ͕ŝůƐ͛ĂƩĂƋƵĂ͕ƚŽƵƚƉĂƌƟĐƵůŝğƌĞŵĞŶƚ͕
ăĐĞƵdžƋƵŝĠƚĂŝĞŶƚͨĂīĂŝďůŝƐ͕ͩĂƵdžŚŽŵŵĞƐĚŽŶƚůĂĨŽŝĠƚĂŝƚǀĂĐŝůůĂŶƚĞĞƚůĞƐĂĐƟŽŶƐ͕ŝŵƉĂƌͲ
ĨĂŝƚĞƐ͕ĂƵƉŽŝŶƚĚ͛ĂǀŽŝƌĠƚĠƌĞũĞƚĠƐăů͛ĞdžƚĠƌŝĞƵƌĚĞƐĐŽůŽŶŶĞƐĚĞŶƵĠĞ(19)͘ŵĂůĞŬƉŽƵǀĂŝƚ
ĚŽŶĐƐ͛ĞŶƉƌĞŶĚƌĞăĞƵdžĂŝƐĠŵĞŶƚ͘
DĂŝƐ͕DŽĐŚĠ͕ŶŽƚƌĞŵĂŠƚƌĞĚĠůĠŐƵĂzŽĐŚŽƵĂƉŽƵƌŵĞŶĞƌůĂůƵƩĞĐŽŶƚƌĞŵĂůĞŬ͘ĞůĂ
ƐŽƌƚĞ͕ůĞƐ:ƵŝĨƐůĞƐƉůƵƐͨĂīĂŝďůŝƐͩĨƵƌĞŶƚƐĂƵǀĠƐĠŐĂůĞŵĞŶƚ͘ƚ͕DŽĐŚĠĐŚŽŝƐŝƚzŽĐŚŽƵĂ͕
précisément, parce qu’il était un descendant de Yossef. Il est écrit que : «la maison de YaaͲ
ŬŽǀƐĞƌĂƵŶĨĞƵ͕ůĂŵĂŝƐŽŶĚĞzŽƐƐĞĨƵŶĞŇĂŵŵĞĞƚůĂŵĂŝƐŽŶĚ͛ƐĂǀƵŶĨĠƚƵĚĞƉĂŝůůĞͩ(20).
ŵĂůĞŬĠƚĂŝƚĞīĞĐƟǀĞŵĞŶƚƵŶĚĞƐĐĞŶĚĂŶƚĚ͛ƐĂǀ(21).
(10) Le nom de l’homme est lié à l’essence de lui-même, comme l’expliquent, notamment, le Or Torah, de
notre maître, le Maguid de Mézéritch, Parchat Béréchit, à partir de la page 4b et le Likouteï Torah, Parchat
Vaykra, à la page 41c, d’après le Chaar Ha I’houd Ve Ha Emouna, au chapitre 1. Le nom permet donc à ceux
qui savent le décrypter de déterminer l’essence profonde de celui qui le porte.
(11) La racine étymologique du mot Yossef désigne l’ajout.
(12) Béréchit 30, 24.
(13) Celui dont le caractère de fils apparaît à l’évidence.
(14) D’après, en particulier, l’explication du Or Ha Torah, Parchat Vayétsé, à partir de la page 220a, Parchat
Vaye’hi, à partir de la page 386a, à partir de la page 390a et à partir de la page 397b.
(15) La notion de responsabilité collective.
(16) Quel que soit leur comportement.
(17) C’est cela, l’essence de Yossef.
(18) Dans les versets 17, 8-9.
(19) Ceux qui étaient devenus des «autres fils».
(20) Ovadya 1, 18. C’est donc Yaakov, par l’intermédiaire de son fils Yossef, qui sera chargé de brûler Esav.
On verra, à ce sujet, le traité Baba Batra 123b, avec le commentaire du Rachbam, de même que le commentaire de Rachi sur le verset Béréchit 30, 25.
(21) Et, les termes du verset se réalisèrent, à cette époque.
4
zŽĐŚŽƵĂĚĞǀĂŝƚƐ͛ĂĚũŽŝŶĚƌĞĚĞƐŚŽŵŵĞƐĂLJĂŶƚůĂĐƌĂŝŶƚĞĚĞ͘ŝĞƵ͕ƋƵŝƩĞƌ͕ĂǀĞĐĞƵdž͕ůĂ
ƉƌŽƚĞĐƟŽŶŽīĞƌƚĞƉĂƌůĞƐĐŽůŽŶŶĞƐĚĞŶƵĠĞĞƚƐĞƌĞŶĚƌĞĚĂŶƐů͛ĞŶĚƌŽŝƚĚƵĚĂŶŐĞƌ͕ĚĂŶƐ
ůĞƐĞƵůďƵƚĚ͛ĂůůĞƌĂƵƐĞĐŽƵƌƐĚ͛ĞŶĨĂŶƚƐĚ͛/ƐƌĂģůͨĂīĂŝďůŝƐ͕ͩŵĂƌŐŝŶĂƵdžĞƚƌĞũĞƚĠƐƉĂƌĐĞƐ
colonnes de nuée(22). Telle était la force de l’essence de Yossef(23).
͛ĞƐƚƉƌĠĐŝƐĠŵĞŶƚĐĞƩĞǀŽŝĞƋƵŝĐŽŶĚƵŝƚǀĞƌƐůĂĚĠůŝǀƌĂŶĐĞǀĠƌŝƚĂďůĞĞƚĐŽŵƉůğƚĞ͘WĂƌůĞ
ŵĠƌŝƚĞĚĞĐĞĐĂƌĂĐƚğƌĞƉƌŽĨŽŶĚĚĞzŽƐƐĞĨ͕ƋƵŝĂƚƌŽƵǀĠƵŶĞĂƉƉůŝĐĂƟŽŶĚĂŶƐůĞƐĞƌǀŝĐĞĚĞ
D.ieu de tous les enfants d’Israël(24)͕ĞŶĐŚĂƋƵĞŐĠŶĠƌĂƟŽŶ͕ŝůĞƐƚƵŶĞĐĞƌƟƚƵĚĞƋƵĞƉĂƐƵŶ
seul Juif ne sera abandonné en exil.
dŽƵƚůĞƉĞƵƉůĞĚ͛/ƐƌĂģů͕ƐĂŶƐůĂŵŽŝŶĚƌĞĞdžĐĞƉƟŽŶĞŶƐŽŶƐĞŝŶ͕LJĐŽŵƉƌŝƐĐĞůƵŝƋƵŝ͕ƉŽƵƌ
ƵŶĞƋƵĞůĐŽŶƋƵĞƌĂŝƐŽŶ͕ĞƐƚ͕ĚĞĨĂĕŽŶƉĂƐƐĂŐğƌĞ͕ĚĞǀĞŶƵƵŶͨĂƵƚƌĞ͕ͩŶĞƐĞƌĂĐŽŶƐƟƚƵĠ
ƋƵĞĚĞ͗ͨĮůƐͩ(25)͘EŽƵƐŽďƟĞŶĚƌŽŶƐĂŝŶƐŝůĂĚĠůŝǀƌĂŶĐĞǀĠƌŝƚĂďůĞĞƚĐŽŵƉůğƚĞ͕ƉĂƌŶŽƚƌĞ
juste Machia’h, très bientôt et de nos jours.
* * *
(22) On consultera, à ce sujet, le commentaire de Rachi sur ce verset.
(23) Qui leur permit d’accomplir tout cela.
(24) Quelle que soit la tribu à laquelle ils appartiennent.
(25) Le Rambam, en effet, donne l’assurance qu’avant la venue du Machia’h, tous les enfants d’Israël seront
parvenus à la Techouva.
5
‫לע"נ‬
Offert par
par leurs enfants et petits-enfants ‫שיחיו‬
pour l'élévation de l'âme de
Eliezer ben Moché ‫ז"ל‬
Benhamou
Parti pour le Gan Eden le 12 Chevat 5773
et de son épouse
Beyia bat Nathan
à l'occasion des "Chlochim"
le 12 chevat 5776
'‫ת' נ' צ' ב' ה‬
Puisse leur souvenir être source de bénédictions
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
4
Taille du fichier
208 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler