close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

614 bis-PDF- copie 4.pages

IntégréTéléchargement
Dans le cadre de la ”MiSE À JOUR” du caractère culturel, historique ou religieux de notre patrimoine,
présentation des versets de Lectures de la bible que l’Église propose traditionnellement
en ces dimanches de l'année liturgique C.
— COMMUNIQUÉ de Mgr di FALCO LEANDRI, évêque de GAP et d’EMBRUN :
relayé par les CLEFS Bibliques « Les chrétiens sont les médias de Dieu »
Il y a quelques temps, le rédacteur en chef d’un magazine consacré à la publicité a proposé une
sorte de concours, à des créatifs de la publicité sur le thème de Dieu et de l’Église. Ce projet a abouti finalement à vingt ou vingt-cinq essais assez peu concluants, du fait que ce n’est pas un produit commercial.
— Or, curieuse coïncidence, il se trouve que le Webmestre et le Rédacteur planchent déjà sur un
sujet simùilaire dont la structure est en rodage depuis 2004
Précisions danss les prochains numéros des CLEFS
N°614 bis
-
12e année) ,
. Année
C
3e
T O
24 janvier 2016
3e dimanche de l’année
C 2016
“ Cette parole de l'Écriture, que vous venez d'entendre
c'est aujourd'hui qu'elle s'accomplit. »
À la synagogue de Nazareth,
Jésus s'applique à lui-même
Page 1 sur 14
la prédiction du Prophète Isaïe
Section
A)
livre de Néhémie ,
-
INTRODUCTION AUX LECTURES LITURGIQUES ,
PAR le Père André REBRÉ, Fils de LA CHARITÉ
L’œuvre biblique d’Esdras a joué un rôle primordial et décisif en faisant des Écritures méditées et interprétées la base de la religion. Esdras a inauguré la lecture publique en commun de la
bible (le Livre Sacré) et en a fait la base de la vie religieuse des croyants juifs. Beaucoup de ceux-ci avaient perdu l’usage de l’hébreu pour adopter la langue araméenne, celle de Babylone.
C’est pourquoi le scribe Esdras prévoyait des traducteurs.
Cette pratique de la lecture publique s’est perpétuée jusqu’à Jésus et même jusqu’à nos jours dans le judaïsme, puis reprise par l’Église catholique qui nous propose quelques pages de la
bible à chaque célébration. Justement aujourd’hui, en ce 3e dimanche, elle nous pro
À peine un homme sur cinq a entendu parler de Jésus. Aux autres, qui est-ce qui dira qu'ils sont admis au même héritage et associés à la même promesse ? A REBRÉ
Le livre de Néhémie est témoin de la reconstruction matérielle et spirituelle de Jérusalem au retour de l’Exil.
En ces jours-là, le prêtre Esdras apporta le livre de la Loi en présence de l'assemblée, composée des hommes, des femmes, et de tous les enfants en âge de comprendre. C'était le premier
jour: du septième mois (...), tout le peuple écoutait la lecture de la Loi.
(...) Quand Esdras ouvrit le livre, tout le monde se mit debout. Alors il bénit le Seigneur, le Dieu très grand, et tout le peuple, levant les mains, répondit : « Amen Amen ! » Puis ils s'inclinèrent et
se prosternèrent devant le Seigneur, le visage contre terre. Esdras lisait un passage dans le livre de la loi de Dieu, puis les lévites traduisaient, donnaient le sens, et l’on pouvait comprendre.
Néhémie, le gouverneur, Esdras qui était prêtre et scribe, et les lévites qui donnaient les explications, dirent à tout le peuple: « Ce jour est consacré au Seigneur votre Dieu! Ne prenez pas le
deuil, ne pleurez pas! » Car ils pleuraient tous en entendantic paroles de la Loi. Esdras leur dit encore: « Allez, mangez des viandes savoureuses, buvez des boissons aromatisées, et envoyez
une part à celui qui n'a rien de prêt. Car ce jour est consacré à notre Dieu ! Ne vous affligez pas : la joie du Seigneur est votre rempart!»
En de somptueuses images orientales, l'auteur décrit Jérusalem comme la
plaque tournante du monde. Là se donnent rendez-vous les caravanes venues
d'Orient et d'Occident, dont le trafic enrichira la capitale.
# À quelles lumières qui brillent dans notre monde et dans l’Église sommes-nous
le plus sensibles ?
Pourtant, la Jérusalem évoquée ici n'est plus le carrefour commercial d'autrefois,
et sa splendeur passée est bien oubliée. Son déclin oblige à considérer de plus
près quelle est sa vraie richesse: son Dieu, qui rayonne sur le monde, et qui fait
Page 2 sur 14
d'elle l'espérance des peuples.
P.
André REBRÉ
.
Tout le peuple écoutait la lecture de la Loi Alors
tu verras, tu seras radieuse, ton cœur frémira et se dilatera. Les trésors d'au-delà des mers afflueront vers
toi avec les richesses des nations. Des foules de chameaux t'envahiront, des dromadaires de Madiane et d'Épha. Tous les gens de Saba viendront,
apportant l'or et l'encens et proclamant les louanges du Seigneur.
Commentaires du SEMAINIER CHRÉTIEN ( du
Père BERTHIER ✝
),
sous la responsabilité de Marie LUCIEN, Docteur en Théologie :
Jerusalem, « ville de lumière
La Jerusalem dont parle Isaïe est la cité céleste d'où resplendit la gloire de Dieu, le lieu symbolique du rassemblement de tous les peuples.
Dans une homélie, Dom Joseph Deschamps, de l'abbaye Notre Dame de Port de Salut, notait :
«Le message d'lsaïe aujourd'hui c'est : vous avez l'impression d'être dans le tunnel, mais au bout il y a la lumière. Rappelez-vous la promesse : Ie jour vient où le monde reconnaîtra en Jérusalem la ville sainte. Conclusion : ne vous laissez pas abattre, mettez-vous au travail, consacrez toutes vos forces à reconstruire le temple comme vous
l'avez promis. »
Et pour nous, aujourd'hui,? Reconstruire le temple, ne serait-ce pas vivre notre foi autrement, dans une ouverture aux autres, puisque Jésus nous dit que nous sommes le temple
vivant de son Père, et que l'Esprit habite en nos coeurs-?
—CLÉ de lecture extraite du Semainier chrétien 2015,, sous la responsabilité de Marie LUCIEN, Docteur en Théologie Éditions
EDMC, Édition Diffusion Média Chrétien, F-56120 GUÉGON, tél 02 97 75 37 88 www.edmc.fr
Plus de terre, ni de roi, ni de temple. C'est principalement en s'appuyant sur l'Alliance et sur la Loi donnée à Moïse que les exilés vont maintenir
leur identité. A la fin de l'exil, on assiste à un éparpillement des fits d'Israël Comment faire l'unité entre ceux qui résident au pays et ceux qui sont
en diaspora à Babylone, en Égypte ou ailleurs ? Des marqueurs de l'identité juive comme la circoncision et le shabbat vont prendre une place'
éminente. Mais c'est aussi dans ces circonstances que va se constituer le corpus des Écritures et d'abord de la Torah (les cinq premiers livres de
la Bible). La proclamation solennelle de la Loi rapportée par Néhémie estl perçue comme le jour de naissance du juda'isme. Désormais la Torah
va être au centre de la viejuive, lumière surj la route pour tous les membres du peuple. Et le premier jour du septième mois (septembre ou octobre de notre i calendrier selon les années, le 3 octobre en 2016) deviendra le Jour de l'An du juda'i'sme (Rash Hashanah).
Dieu parle désormais à travers les Écritures et il importe que tous puissent comprendre cette Parole qui fait vivre et procure la joie. La langue
bébraique demeure la langue de Dieu, mais, au retour de l'exil, elle n'est plus comprise du peuple qui s'exprime désormais en araméen. Alors on
traduit, mais aussi on commente, on actualise. Cette tradition orale constitue le « targum
Page 3 sur 14
Se reconnaître différents, s'aimer complémentaires.
e
Commentaires de JCThomas (visibles sur second site JCT www.thomasjch.com)
Proclamation publique de la Loi
(8.1-6)
L’initiative de convoquer l’assemblée et de lire la Loi ne vient pas d’Esdras, mais du peuple. Ce dernier cherche à fortifier son identité
dans une foi commune.
En fait, l’objectif de l’auteur est de montrer qu’Esdras – spécialiste de la loi du Seigneur – et Néhémie –gouverneur du roi perse – ont
conjugué leurs efforts pour que tous connaissent la loi.
Le texte qu’Esdras lit au peuple est probablement celui de la loi de Moïse, qui comprend les cinq premiers livres de l’Ancien Testament, ou un état de ce texte proche de son édition finale.
Ce livre de la loi ne rassemble pas seulement des lois, mais aussi des récits et des poèmes, qui doivent servir à sauvegarder l’identité
de la communauté revenue d’exil.
La lecture de la Bible suscite toujours un renouveau.
Esdras a exercé de hautes fonctions: il est rentré de l'exil avec mission de restaurer le culte. Son premier
souci ? rendre accessible aux gens du peuple la Parole écrite dans les livres saints du Judaïsme. Ceux-ci
avaient probablement pris durant l'exil la forme que nous leur connaissons dans la Bible Juive.
Page 4 sur 14
Esdras répond à un désir du peuple (hommes, femmes et enfants) de connaître ce que disent ses livres
saints et d'en comprendre le sens. D'abord en faisant écouter le texte, ainsi que sa traduction dans la
langue parlée par le peuple. Ensuite en donnant les explications indispensables pour en comprendre le
sens. Enfin en la laissant retentir dans le " coeur" pour s'en réjouir ensemble.
Ambiance extraordinairement forte relatée par le livre de Néhémie !
Cela se passait en septembre, au moment de la fête des Tentes, dans les années qui suivirent le retour
d'exil (vers 500/450 avant notre ère) . Selon une tradition solide, Esdras fut également un homme de grande
culture, qui mit au point l'alphabet hébreu et peut-être l'ordre dans lequel les textes saints et inspirés prenaient place dans les manuscrits.
***
Il devrait toujours en aller ainsi.
Le rôle de ceux qui connaissent les textes bibliques demeure le même aujourd'hui: rendre accessible au
maximum de personnes la compréhension du sens de la Bible.
Voici un guide pour "lectio divina" communautaire.
- Lire le texte lui-même.
- En proposer une juste traduction à partir de l'original (hébreu ou grec)
- Donner les explications qui évitent les faux sens (trop souvent présents dans l'esprit des auditeurs ) et qui
mettent sur la piste des vrais sens (en général multiples: le style biblique étant bourré de suggestions,
d'images, de symboles, d'histoires pour faire réfléchir)
- Laisser jaillir les émotions ou réactions suscitées par la découverte du vrai sens de la Bible. Percevoir que
Dieu adresse un message intérieur à celui qui écoute pour comprendre le sens de l'histoire, le sens de son
existence,
Page 5 sur 14
- Dans une ambiance festive comportant aussi le manger et le boire, le partage fraternel
- Laisser chacun à ses décisions de changement pour mettre en pratique la Parole comprise comme venant
de Dieu, ici, pour nous, maintenant.
Section C)
Lettre de saint
Paul
Première Lettre aux Corinthiens 12, 12-30 (lecture abrégée)
Frères, prenons une comparaison: le corps ne fait qu'un, lia pourtant plusieurs membres;
et tous les membres, malgré leur nombre, ne forment qu'un seul corps. Il en est ainsi pour le
Christ. C'est dans un unique Esprit, en effet, que nous tous, juifs ou païens, esclaves ou
hommes libres, nous avons été baptisés pour former 3» seul corps. Tous, nous avons été
désaltérés par un unique Esprit. Le corps humain se compose non pas d'un seul, mais de
plusieurs membres ....
Si un seul membre souffre, tous les membres partagent sa souffrance; si un membre est à
l'honneur, tous partagent sa joie. Or, vous êtes corps du Christ et, chacun pour votre part,
vous êtes membres de ce corps. Parmi ceux que Dieu a placés ainsi dans l'Église, il y a premièrement des apôtres, deuxièmement des prophètes, troisièmement ceux qui ont charge
d'enseigner; ensuite, il y a les miracles, puis les dons de guérison, d'assistance, de gouvernePage 6 sur 14
ment, le don de parler diverses langues mystérieuses. Tout le monde évidemment n'est pas
apôtre, tout le monde n'est pas prophète, ni chargé d'enseigner; tout le monde n'a pas à faire
des miracles, à guérir, à dire des paroles mystérieuses, ou à les interpréter.
Commentaires du SEMAINIER CHRÉTIEN ( du
la responsabilité de Marie LUCIEN, Docteur en
Dieu ne nous a pas seulement donnés à nous-mêmes, il
ment que nous sommes ses enfants. Cela peut paraitre inet même parfois à nos propres yeux lorsque nous envahit
sommes réellement comblés de l'amour même dont le
l'achèvement des temps le mettra en pleine lumière. Sûrs
foi en Jésus Christ, son Fils, nous sommes assurés que le
gage de notre filiation et source d'amour fraternel.
# Avec l'apôtre Jean, prenons le temps de nous émerveiller
Superbe expression, forte et poétique, du renversement historique annoncé par le Prophète au
Nom de Yahvé.
Le Dieu Unique relève le moral de son petit peuple
( que Jérusalem récapitule) éprouvé par des déportations et drames religieux. Il prouve ainsi sa
fidélité absolue, y compris envers ceux qui lui
furent infidèles.
Père BERTHIER ✝ ), sous
Théologie :
s’est donné à nous si totalecroyable aux yeux du monde le doute -Pourtant, nous
Père aime son Fils. Sa venue à
de cet amour et forts de notre
Père nous a donné son Esprit,
: il est si grand l'amour dont le
Commentaires du SEMAINIER CHRÉTIEN ( du Père BERTHIER ✝ ),
sous la responsabilité de Marie LUCIEN,
Docteur en Théologie :
Le projet de Dieu a mis longtemps à se révéler dans sa dimension universelle
Ce qui est écrit
Paul évoque la diversité d'origine et de situation des chrétiens de Corinthe, Juifs ou païens, esclaves ou hommes libres. Pour les convaincre de
leur complémentarité, il reprend une comparaison traditionnelle
Page 7 sur 14
le corps humain, fait de membres divers, tous nécessaires Tous les membres, malgré leur nombre, ne forment qu'un seul corps. Dans un dialogue imaginaire, il fait apparaître leur utilité mutuelle. Il souligne mème leur dépendance réciproque. Si un seul membre souffre, tous les membres partagent sa souffrance.
L'Apôtre applique donc cette parabole à la communauté de Corinthe. Vous êtes corps du Christ et, chacun pour votre part, vous êtes membres
de ce corps. Il énumère alors les différents rôles dans la communauté
Ceux que Dieu a placés ainsi dans l'Église...
Ce qui nous est dit
Nous avons trop souvent le tort de nous comparer, alors que nous avons à nous compléter. Chacun doit trouver sa place dans l'Église, mais elle
n'est pas la même pour tous. L'Unité indispensable n'exige pas que tous fassent ni disent la même chose. Elle s'enrichit de la diversité, à condition que chacun reconnaisse l'intérêt de l'apport des autres. Le Pape François en fait une application, très attendue, au gouvernement de
l'Église, en souhaitant une décentralisation salutaire « Il n'est pas opportun que le pape remplace les épiscopats locaux dans le discernement de
toutes les problématiques qui se présentent sur leurs territoires »,
SEMAINIER CHRÉTIEN , BP 15, 56120 GUÉ-
Commentaires de JCThomas (visibles sur second site JCT www.thomasjch.com)
Chacun a de la valeur
(12.12-31)
Pour décrire l’unité des croyants, l’image du corps est très éloquente.
Les croyants forment le corps du Christ, ce qui donne à chacun sa dignité.
Cette union au Christ se réalise par l’Esprit Saint. Elle invite chacun à mettre en valeur les dons qu’il a reçus.
Paul valorise la contribution des membres les plus humbles de la communauté en illustrant clairement que le corps a besoin de toutes ses parties
pour être en bonne santé.
Paul accorde une certaine prééminence aux apôtres, aux prophètes et aux enseignants. .Jadis, personne ne le connaissait.
Page 8 sur 14
Le Christ nous l'a fait connaître.
Et si on prenait au sérieux ces affirmations de Paul ?
- On regarderait autrement chaque membre de la communauté ecclésiale locale
- Chaque chrétien apparaîtrait comme chargé de mission et non plus seulement comme bénéficiaire des prestations de spécialistes. Homme et
femme, comme Paul reconnaissant le rôle éminent de certains couples (Priscille et Aquilas) ou de certaines femmes citées dans ses lettres, Romains 16 en particulier.
- Chacun serait invité à découvrir ses capacités, ses dons particuliers pour les mettre en activité au service des autres, essentiellement à la maison, en famille, dans le voisinage immédiat, dans la communauté locale
- Chacun passerait du statut d'assisté à celui de membre actif de l'évangélisation.
- Cela ne supprimerait en rien la mission confiée à quelques-uns: celle d'apôtre (envoyé du Seigneur) , de prophète (chargé de proposer publiquement la Parole de Dieu), d'enseignant ( commentateur de la Bible), etc...Je note, non sans humour, que Paul ne cite pas dans sa liste ceux qui exercent la fonction d'anciens (que nous appelons prêtres et à qui nous avons pris l'habitude de confier toutes les missions, voire de les leur réserver, ce qui est dommageable pour la vitalité du Corps du Christ).
- Cela suppose qu'on apprenne à se connaître et à nouer des relations de proximité avec les autres membres de la communauté locale.
- Nous aurions alors une vision plus équilibrée de l'Eglise du Christ.: elle cesserait d'être cette pyramide reposant sur sa pointe, en grand
déséquilibre. Elle redeviendrait ce que le Concile Vatican II a très justement confirmé en prenant au sérieux l'enseignement du Christ et de ses
premiers Apôtres ou Envoyés
*+-+-*-+*-+*-+
Paul laisse exploser sa joie profonde en relisant le sens de sa vie et de son ministère.
L'Esprit de Dieu a pris l'initiative de lui faire comprendre le dessein de Dieu dont Jésus vient de révéler l'essentiel: L'Amour de Dieu n'est plus
réservé aux fils d'Israël: il est offert à tous les humains.
La bienveillance , la miséricorde, le pardon, tout ce que Dieu donne, c'est maintenant pour TOUS. Personne n'est exclu, oublié. C'est pour une Multitude de gens que Jésus-Christ a dit les pensées intimes de Dieu, ce que jusqu'à maintenant on appelait son "mystère".
Désormais, tout est clair: le Christ l'a exprimé dans son enseignement, l'a vécu en se livrant sans réserve au bénéfice de tous. Juifs ou non, orientaux ou occidentaux, bons ou mauvais, personnes cultivées ou non, tous peuvent connaître le Dieu Unique, adhérer à son dessein bienveillant,
faire partie de l'assemblée de ceux qui mettent en Lui leur espérance, qui reçoivent de Lui tout ce dont ils ont besoin pour comprendre le Sens de
l'histoire humaine et de leur propre histoire.
TOUS, et non plus quelques-uns.
Tous privilégiés.
Tous aimés et bénéficiaires du pardon.
Page 9 sur 14
***
Chaque chrétien a mission de témoigner de son bonheur intérieur de croire.
Chaque chrétien a mission de faire connaître cette Bonne Nouvelle au fil des rencontres avec les plus proches.
Ce n'est pas entrer en campagne de propagande. C'est une attitude normale: on ne garde pas pour soi ce qui rend heureux: on en rayonne, on en
parle quand on est questionné.
On "fait de l'évangélisation" spontanément dès qu'on est habité par cet Evangile.
L’Évangile de ce dimanche juxtapose deux passages de Luc: le magnifique prologue
et l'annonce de la Bonne Nouvelle dans la synagogue de Nazareth.
Section D
ÉVANGILE
Évangile selon saint Lue 1, 1-4; 4, 14-21
Beaucoup ont entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous,
d'après ce que nous ont transmis ceux qui, dès le commencement, furent témoins oculaires et serviteurs de la Parole. C'est pourquoi j'ai décidé, moi aussi, après avoir recueilli avec précision des informations concernant tout ce
qui s'est passé depuis le début, d'écrire pour toi, excellent Théophile, un exposé suivi, afin que tu te rendes bien
compte de la solidité des enseignements que tu as entendus.
En ce temps-là, lorsque Jésus, dans la puissance de l'Esprit, revint en Galilee, sa renommée se répandit dans toute
la région. Il enseignait dans les synagogues, et tout le monde faisait son éloge. II vint à Nazareth, où il avait été
Page 10 sur 14
élevé. Selon son habitude il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture. On lui remit
le livre du prophète Isale. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit :
« L'Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m'a consacré par l'onction. Il m'a envoyé porter la Bonne
Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération, et aux aveugles qu'ils retrouveront la vue, remettre en
liberté les opprimés, annoncer une année favorable accordée par le Seigneur. »
Jésus referma le livre, le rendit au servant et s'assit. Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui. Alors il
se mit à leur dire « Aujourd'hui s'accomplit ce passage dc I'Ecriture que vous venez d'entendre. »
un prologue solennel
Nombreux sont les écrivains de culture hellénistique qui commencent leur oeuvre avec de semblables prologues. Mais celui de Luc
présente une admirable période (une longue phrase extrêmement bien construite), sans équivalent dans tout le Nouveau Testament.
Par ailleurs, ce prologue permet de saisir l'image que se faisait Luc de la transmission du message chrétien, il n'y a de vrai que ce quia
été vu (appel aux témoins oculaires).
Aujourd'hui, cette Parole que vous entendez, est accomplie !
Le ministère de Jésus en Gaulée est introduit par une déclaration solennelle Jésus, dans /a puissance de /'Esprit, revint en Galilee.
C'est cette même puissance qui lui permet de dire, dans la synagogue de Nazareth, que 'Écriture s'accomplit aujourd'hui en lui. Le
Messie réalise la prophétie d'lsaie, c'est donc maintenant et pour tous que le règne de Dieu se réalise I
Commentaires de JCThomas (visibles sur second site JCT www.thomasjch.com)
Un évangile digne de confiance
(1.1-4)
Page 11 sur 14
L’ouvrage (un double livre : évangile et Actes des Apôtres) est adressé à Théophile. Qui est celui-ci ? Peut-être un mécène qui parraine
l’oeuvre ? ou bien vous et moi ? Son nom signifie « ami de Dieu».
Luc s’appuie sur les témoignages de ceux qui ont approché Jésus. Il s’est efforcé d’accomplir un vrai travail d’historien, qui reste aujourd’hui très
précieux.
L’entrée sur la scène publique
(4.14-15)
L’Esprit, reçu au baptême, est à l’oeuvre au long de la mission de Jésus. Celle-ci se déroule d’abord au milieu de ses concitoyens de Galilée.
Cette province frontière, fertile, très peuplée, en contact avec les étrangers, est un peu méprisée par Jérusalem.
Le temps de la libération
(4.16-30)
Jésus expose solennellement le sens de sa mission. Le temps du salut, qu’annonçait Ésaïe (61.1-2), la libération attendue par les pauvres, c’est
maintenant avec Jésus, c’est aujourd’hui. Mais pour les gens de Nazareth, comment reconnaître en cet homme familier, si proche, le prophète
puissant qu’ils espèrent ?
Une caractéristique des envoyés de Dieu, dans la Bible, est d’être rejetés.
Et Jésus, ici, l’est déjà.
En se référant aux grandes figures de prophètes, Élie et son disciple Élisée (1Rois 17.1,8-16; 2Rois 5.1- 14), Jésus rappelle que le projet de
salut de Dieu est pour tous les peuples, pour les Juifs mais aussi pour les païens.
Luc précise ses intentions : d'abord témoigner des actes, des enseignements et de l'identité de Jésus pour susciter la foi de ses lecteurs
(qu'il appelle tous symboliquement "théo-phile"- ce qui signifie "ami de Dieu") - et enraciner dans l'histoire contemporaine l'influence extraordinaire de l'homme
de Nazareth. Luc a mené une enquête sérieuse sur l'enfance et l'adolescence juive de Jésus, sur la date des événements marquants, tel que le début du ministère public de Jésus (Lc 3, 1-4, 25 et 4, 16-30) par rapport à la géopolitique de l'époque. Il sait que d'autres ont déjà publié des témoignages sur Jésus. En
le lisant, nous avons le droit de penser qu'il s'agit d'un témoignage authentique, complété d'ailleurs par les grandes lignes de la vie des premières communautés chrétiennes en Palestine, en Samarie, dans l'actuelle Turquie et jusqu'à Rome (Actes 1, 1-3). L'ensemble est rédigé pour l'essentiel avant les années
64/65 (fin des Actes des Apôtres) et, pour l'évangile, avant les lettres de Paul qui commencent vers l'an 51. C'est mon avis personnel sur lequel on peut discuter; mais cela ne change rien à la solidité du texte de Luc.
***
- Jésus commence sa mission par ses compatriotes de Nazareth parmi lesquels se trouvent certainement des gens de sa parenté.
Page 12 sur 14
- Il présente d'emblée sa véritable personnalité, non pas d'abord d'artisan à Nazareth mais d'Envoyé du Seigneur ayant une mission à accomplir.
Il cherche et cite le prophète Isaïe, pour situer son "ministère" dans une perspective de libération des personnes, de guérison, de transformation
des relations. Son rôle va consister à faire voir, entendre, marcher, se remettre debout, physiquement et spirituellement.
- Ses compatriotes s'intéressent surtout à l'aspect spectaculaire des guérisons. Ils en voudraient davantage, pour le rayonnement de leur cité.
Jésus les déçoit : il ne fait aucun miracle chez lui.
- Et surtout, il annonce que son rôle va largement déborder l'univers qu'il a fréquenté jusqu'à présent, depuis environ 35 ans. Il se doit de penser
à des personnes qui ne font même pas partie des fidèles du Judaïsme. Là est la cause du "scandale", et du rejet qui en découle. Il a beau évoquer les "grands " prophètes Elie et Elisée, sa position est jugée hérétique, beaucoup trop "ouverte".
- La critique devient cinglante. Après tout, il n'est que le fils de Joseph, le charpentier. De quel droit se proclame-t-il prophète, envoyé par Dieu ?
Luc témoigne ainsi que Jésus ne cessera pas de rencontrer l'opposition de ses coreligionnaires; même en disant la Vérité ou en faisant le Bien.
Le ministère de Jésus verra donc alterner les jours d'approbation et les heures de rejet.
"Il est venu chez les siens, et les siens ne l'ont pas accueilli". (Jean 1, 11)
Il en va encore ainsi. Accueillons-nous le Seigneur Jésus tel qu'il est, tel qu'il fut, tel qu'il sera ? Ou seulement celui que nous imaginons et dont
nous retenons les aspects qui nous plaisent ?
Chaque chrétien ressemble à Jean le Baptiste. Il est le doigt qui désigne Jésus, la main qui renvoie au Christ, l'humble porte-voix de la Parole
venant de Dieu.
Tout chrétien - toute communauté chrétienne - qui se met en scène, qui cherche à se faire valoir, qui annonce ses propres valeurs et non la doctrine du Christ est un contre-évangélisateur.
Et le "public" s'en rend compte: il ne suit pas longtemps les faux-témoins.
Préparer le chemin du Seigneur, ce fut l'oeuvre de Jean, après Isaïe et tant d'autres prophètes inspirés.
Voilà nos modèles.
Page 13 sur 14
HOMELIE TROISIEME DIM ORD C (24 janvier 2016)
FIL DIRECTEUR
Cet épisode de la synagogue de Nazareth marque un tournant dans la Mission de Jésus, dans l'annonce de la Bonne Nouvelle du Salut. Jusque
là, la plupart des interlocuteurs pouvaient s'interroger sur l'identité de Jésus. A partir de là, il est clair qu'il affirme être "l'oint du Seigneur" et fait
clairement comprendre qu'il n'est pas seulement homme, "fils de Joseph le charpentier", mais qu'il est de filialité divine. Oui, il est vraiment Fils du
Père et non un simple prophète, n'en déplaise à ses concitoyens de Nazareth qui ne supporteront pas cette affirmation!
Désormais, tout ce que va dire et faire Jésus sera marqué par sa véritable identité de vrai homme et Vrai Dieu. Et ce n'est pas un hasard si, dans
le début de ce même chapitre 4, Luc décrit le combat de Jésus avec Satan qui voulait l'amener à affirmer qu'il était soit homme, soit Dieu, mais
surement pas les deux, afin de saboter ainsi la réalisation du Salut!
Il y a là, pour nous, l'occasion de nous positionner franchement par rapport à la pleine et véritable identité de Jésus et en tirer les conséquences
pour notre relation à Lui!
Principaux points :
1. Rappel de cette nécessité, pour le Sauveur de l'humanité, d'être Dieu, car seul détenteur du pouvoir de pardonner la cassure du refus, par
l'homme, du Bonheur par l'Amour que lui offrait son Créateur! Et nécessité, aussi, d'endosser la condition humaine pour réaliser la pleine
solidarité d'Amour avec tous les autres hommes et amener ceux-ci au repentir!
2. Cette nécessité, pour Jésus d'être vrai homme et vrai Dieu a été, de tous temps, une pierre d'achoppement sur laquelle s'est brisée la prétention de beaucoup de n'admettre seulement que ce que leur raison admettait.
3. C'est ainsi qu'est née cette hérésie de l'arianisme, qui a fait vaciller l'Eglise pendant plusieurs siècles, en détruisant l'Unité de la Foi
chrétienne. Les ariens prétendaient que Jésus avait été "créé" par le Père et non "engendré", de toute éternité, en tant que Fils de même nature que le Père!
4. Par là même, l'arianisme n'était plus réellement une doctrine chrétienne puisque refusant à Jésus sa divinité et présentant Dieu dans sa Toute
Puissance beaucoup plus que dans son Amour infini, préparant ainsi à l'Islam qui allait naître de la même façon de voir les choses.
5. Actuellement d'ailleurs, nous assistons à une résurgence de cette idée que Jésus est un super homme, méritant d'être imité, mais dénué de
véritable divinité. D'où la distance que certains prennent avec ce qu'il nous prescrit de faire et dont ils ne retiennent que ce qui les "arrange".
6. La conclusion que nous pouvons tirer de tout cela, c'est l'importance de cet œcuménisme qui rassemble tous les chrétiens reconnaissant Jésus comme Sauveur, vrai Dieu et vrai homme. C'est aussi la nécessité de nous unir, avec tous ces autres chrétiens, dans
cette semaine prochaine de prière pour l'Unité, en faisant monter vers Dieu la prière commune du "Notre Père"…"afin que le monde croie"!
Page 14 sur 14
Michel ANDRE diacre
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
4
Taille du fichier
434 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler