close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

012016Proposition Délibération Programme Education

IntégréTéléchargement
Proposition de Délibération au Conseil Municipal du Mans – Janvier 2016
Depuis une vingtaine d’années le développement fulgurant des technologies et des contenus numériques offre un
moyen exceptionnel et précieux d’accès à la connaissance pour (presque) tous.
Cependant, il est avéré que les consommations inadaptées ou excessives de certains contenus via les écrans peut
produire des effets indésirables : diminution du temps de sommeil (ados notamment) ; altération du développement
cognitif (capacités d’expression et d’adaptation, vocabulaire disponible, etc...surtout chez les petits) ; diminution des
capacités de concentration et d’imagination ; troubles liés à l’inactivité physique (obésité…) ; banalisation de la
violence ; tendance au règlement direct des conflits sans médiateur ; exposition aux messages prônant l’exclusion et
la radicalisation ; réduction des échanges interpersonnels à des échanges utilitaires, comportements excessivement
«consuméristes» avec sentiments d’exclusion/frustration en cas d’accès limité à certains biens ; promotion de
l’exclusion ou de la tromperie récompensées (émissions de téléréalité…) ; dégradation de la relation garçon/fille ;
développement des stéréotypes ; troubles liés à la perte de la sphère intime (harcèlement via les réseaux sociaux…) ;
tendance au voyeurisme et à l’exhibitionnisme ; vulnérabilité aux fausses informations et aux rumeurs ; diminution
des capacités de patience et de persévérance ; perte de repères : fictif/réel ; communication primant sur les
contenus ; confusion notoriété/talent ; etc…
Le programme manceau d’éducation aux médias a été élaboré au cours de l’année 2012 pour répondre concrètement
à ces problématiques et pour que la population mancelle puisse tirer la quintessence des nouveaux outils
numériques. Il est le résultat d’un travail collectif entre l’ensemble des élus et des services municipaux en relation
avec les jeunes (Culture, Enfance, jeunesse, sports, éducation, tranquillité publique, notamment). Intégré à la
stratégie de prévention de la délinquance 2012-2014 votée par le Conseil Municipal du Mans le 6/12/2012, il a fait
l’objet d’un appel à projet en juin 2013, auxquels ont répondu trois associations d’éducation populaires fédérées pour
l’occasion à leur niveau national, en septembre 2013 : les CEMEA, les FRANCAS et la FAL.
Ce programme ambitionne d’installer, pour la première fois en France et à titre expérimental, l’éducation aux médias
dans le parcours éducatif des jeunes manceaux, en couvrant toutes les problématiques, de plus en plus prégnantes,
précitées. Augmenter le niveau d’esprit critique des jeunes, porter des messages de prévention, valoriser les activités
culturelles et artistiques alternatives et complémentaires : les 3 axes du programmes sont, plus que jamais ces
derniers mois, indispensables pour enraciner les jeunes consommateurs de médias dans une culture citoyenne, qui
diminue leur vulnérabilité potentielle à des influences médiatiques et numériques qui présenteraient des dangers.
Ces 3 axes visent aussi, entre beaucoup d'autres mérites, à renforcer leur capacité à trier leurs informations sur le
Net notamment, en bien meilleur connaissance de cause qu’aujourd’hui. Le programme prévoit de solliciter aussi,
évidemment, leurs parents.
Pour cela, il est nécessaire d’intégrer l’éducation aux médias dans les messages que la chaine des acteurs éducatifs –
incluant évidemment les parents - délivre aux jeunes, tout au long de leur développement,

en dotant cette chaine de l’expertise pour le faire par l’intervention ponctuelle, disponible pendant 3 ans, de
professionnels spécialisés rémunérés ;

en suivant de manière précise les effets de ces interventions pour plus d’efficacité mais aussi pour les
modéliser dans l’intérêt des autres territoires qui voudraient s’en inspirer;

en structurant en réseau les partenaires sur ce thème :
o pour que le territoire devienne autonome sur ces questions à la fin du programme en 2018,
notamment en organisant les partages d’expériences et d’expertise et en coordonnant les actions (y
compris avec la communauté journalistique et culturelle),
o pour atteindre le maximum d’enfants et de parents,
1
o pour amplifier au maximum l’effet de levier de l’investissement public renouvelable sur 3 ans après
examen chaque année de la bonne utilisation des deniers publics.
Ce programme n’a pu se développer en 2013 et 2014. Il a été relancé par le Conseil Municipal du Mans par la
proposition n° 16 de la délibération portant le cadre de la stratégie de prévention de la délinquance 2015-2020 votée
le 26 février 2015. Forts de cette décision, les élus compétents ont entrepris, sur un an, de fédérer un premier groupe
de structures éducatives, culturelles, sociales et sportives autour du projet. 100% des structures rencontrées dans ce
premier temps ont exprimé un besoin et souhait fort de travailler dans le cadre proposé. L'Education nationale
(rectorat + DASEN qui ont désigné un lycée, un collège et trois écoles pour participer au programme en année 1), la
Police Nationale, la MJC Prévert (avec Radio Alpa et les Cinéastes), le Centre Social des Quartiers sud, la MPT Jean
Moulin ; LMTV, la Sauvegarde Sarthe-Mayenne (prévention spécialisée), la Jeune Chambre Economique, la Maison
départementale des adolescents et le club d’arts martiaux Samouraï 2000. La FCPE nationale a exprimé son soutien
écrit pour le programme. L’université du Maine s’est associé à la dynamique. De nombreuses autres structures
attendent de pouvoir intégrer le programme.
Parallèlement, et compte-tenu des contraintes budgétaires des collectivités mais aussi parce que le programme
manceau a une dimension d’expérimentation nationale et est inédit en France, des partenaires institutionnels mais
aussi des entreprises privées ont souhaité apporter leur concours. Le Ministère de l’Education Nationale et le
Ministère de la Culture, notamment, ont ainsi exprimé un fort intérêt, au point que la DRAC des Pays de la Loire
accorde une subvention de 10 000 E à la Ville le 10 juillet 2015 pour que des actions d’éducation aux médias puissent
être lancées dès la fin 2015. La Préfecture de la Sarthe, qui avait déjà soutenu ce dossier en 2014, y a ajouté 2 000 E.
Les Compagnies MAIF, MGEN et MAE ont accepté de participer à hauteur de 5 100 E avec déblocage possible dès
2015 à condition que la Ville s’engage elle-même dans le programme dont elle bénéficie.
Les premières actions ont pu commencer, grâce à ces financements extérieur, fin novembre 2015 (PJ : budget et
actions 2015), sur la base d’un programme actualisé par les prestataires en octobre (PJ Programme actualisé du
23/10/2015 et budget prévisionnel correspondant). Le programme Education aux Médias a fait l’objet d’une fiche
action et de deux mentions dans le document de synthèse, constitutifs de la stratégie de prévention de la
délinquance voté le 12/11/2015.
Des discussions avec les partenaires financeurs et prestataires privés et publics, il résulte que la contribution
proposée à la ville pour son propre programme peut effectivement se limiter à 20.000 par an pendant 3 ans, chacune
des deux reconductions étant conditionnée à une évaluation annuelle positive des actions menées et de leurs
résultats. Si les co-financements ne permettent pas d’atteindre le montant budgété annuel de l’ensemble des actions
prévues (73 100 E), le nombre des actions sera réduit à proportion.
Dans ces conditions, il est proposé au Conseil Municipal d’autoriser le Maire à :
-engager les crédits nécessaires au programme à hauteur de 20.000 E le plus tôt possible ;
-rechercher tous les co-financements nécessaires publics et privés, et en premier lieu ceux de l’Etat via la DRAC et la
Préfecture de la Sarthe, et de la MAIF, MGEN et MAE, financeurs actuels, pour atteindre ou approcher le budget
annuel de 73 100 E prévu ;
-Amender si besoin la convention entre la Ville du Mans et les prestataires CEMEA/FRANCAS/FAL de sorte que toute
insuffisance de crédit n’emporte aucune créance de ces derniers sur la Ville du Mans, le budget annuel affecté au
programme étant réduit d’autant ;
-subordonner la reconduction de l’engagement 2016 en 2017 à l’évaluation des actions menées en 2016 et à leurs
résultats, idem pour 2018.
2
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
4
Taille du fichier
261 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler