close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

CHABBAT PARCHAT YETHRO

IntégréTéléchargement
ž›
Likouteï Si’hot
Perspectives ‘hassidiques sur la Sidra de la Semaine
d’après les causeries du Rabbi de Loubavitch
CHABBAT PARCHAT
YETHRO
20 Chevat 5776 - 30 janvier 2016
SEFER CHEMOT
Yethro
^ĂŐĞƐƐĞĞƚĂĐƟŽŶ
(Discours du Rabbi, Likouteï Si’hot, tome 16, page 192)
Le verset Yethro 18, 1 dit : «Yethro, le prêtre de Midyan, entendit» et Rachi explique :
«YƵĞůůĞĞƐƚůĂŶŽƵǀĞůůĞƋƵ͛ŝůĞŶƚĞŶĚŝƚĞƚƋƵŝůĞĮƚǀĞŶŝƌ͍>ĂƚƌĂǀĞƌƐĠĞĚĞůĂŵĞƌZŽƵŐĞĞƚ
ůĂŐƵĞƌƌĞĐŽŶƚƌĞŵĂůĞŬ».
KŶƉĞƵƚƐĞƉŽƐĞƌ͕ăĐĞƉƌŽƉŽƐ͕ůĂƋƵĞƐƟŽŶƐƵŝǀĂŶƚĞ͘EŽƐ^ĂŐĞƐ͕ĚŽŶƚůĂŵĠŵŽŝƌĞĞƐƚ
ƵŶĞďĠŶĠĚŝĐƟŽŶ͕ĠŵĞƩĞŶƚĚŝīĠƌĞŶƚƐĂǀŝƐ(1), à ce sujet. Certains disent : «c’est la nouvelle
ĚĞůĂŐƵĞƌƌĞĚ͛ŵĂůĞŬƋƵ͛ŝůĞŶƚĞŶĚŝƚĞƚƋƵŝůĞĮƚǀĞŶŝƌ», alors que, selon d’autres : «c’est la
ŶŽƵǀĞůůĞĚĞůĂƚƌĂǀĞƌƐĠĞĚĞůĂŵĞƌZŽƵŐĞƋƵ͛ŝůĞŶƚĞŶĚŝƚĞƚƋƵŝůĞĮƚǀĞŶŝƌ». Pourquoi Rachi
ĨĂŝƚͲŝůůĞĐŚŽŝdžĚĞƌĠƵŶŝƌĐĞƐĚĞƵdžĂǀŝƐăůĂĨŽŝƐ(2)͍
>͛ĞdžƉůŝĐĂƟŽŶĚĞƚŽƵƚĐĞůĂ(3)ƉĞƵƚġƚƌĞĚĠĐŽƵǀĞƌƚĞĚĂŶƐůĞƐƉƌŽƉŽƐĚƵŽŚĂƌ(4) selon lesƋƵĞůƐůĂǀĞŶƵĞĚĞzĞƚŚƌŽĚĂŶƐůĞĚĠƐĞƌƚĨƵƚƵŶĞƉƌĠƉĂƌĂƟŽŶĚƵĚŽŶĚĞůĂdŽƌĂŚ(5)͘EŽƵƐůĞ
ĐŽŵƉƌĞŶĚƌŽŶƐĞŶƌĂƉƉĞůĂŶƚů͛ĞdžƉůŝĐĂƟŽŶĚƵZĂŵďĂŵ(6)ƐĞůŽŶůĂƋƵĞůůĞůĂdŽƌĂŚŝŶĐůƵƚĞŶ
ĞůůĞůĂƉĞƌĨĞĐƟŽŶĚĞĚĞƵdžĚŽŵĂŝŶĞƐ͕ĐĞůƵŝĚĞůĂƐĂŐĞƐƐĞĞƚĐĞůƵŝĚĞů͛ĂĐƟŽŶ͘
>ĂƐĂŐĞƐƐĞĞƐƚů͛ĠƚƵĚĞĚĞůĂdŽƌĂŚĞƚůĂƉƌŝƐĞĚĞĐŽŶƐĐŝĞŶĐĞĚĞůĂŐƌĂŶĚĞƵƌĚƵ^ĂŝŶƚďĠŶŝ
soit-Il(7)͘>͛ĂĐƟŽŶĞƐƚůĂƉƌĂƟƋƵĞĚĞƐDŝƚƐǀŽƚĞƚů͛ĂĸŶĞŵĞŶƚĚĞƐĞƐƚƌĂŝƚƐĚĞĐĂƌĂĐƚğƌĞ(8). La
dŽƌĂŚŝŶĐůƵƚĞŶĞůůĞĐĞƩĞĚŽƵďůĞƉĞƌĨĞĐƟŽŶĞƚůĂƉƌĠƉĂƌĂƟŽŶĚƵĚŽŶĚĞůĂdŽƌĂŚƉƌĠƐĞŶƚĞ
ĚŽŶĐĠŐĂůĞŵĞŶƚĐĞƐĚĞƵdžĂƐƉĞĐƚƐ͘
(1) Concernant la nouvelle qui le fit venir dans le peuple d’Israël. On verra, notamment, à ce sujet, le Me’hilta, à cette référence et le traité Zeva’him 116a.
(2) On sait, en effet, que l’objet du commentaire de Rachi est de définir le sens simple du verset. D’ordinaire,
lorsqu’il y a plusieurs explications, il opte pour celle qui est la plus proche de ce sens simple. En l’occurrence,
il mentionne deux explications et il faut en déduire que l’une et l’autre sont nécessaires pour comprendre le
sens simple du verset. Il nous faut donc comprendre pourquoi il en est ainsi.
(3) On verra, à ce propos, selon le sens simple du verset, le Likouteï Si’hot, tome 11, à partir de la page 77.
(4) Tome 2, à la page 67b. On verra sur ce point, le Likouteï Si’hot, tome 4, à la page 1271 et tome 11, à
partir de la page 74.
(5) Au point qu’elle n’aurait pas pu être donnée s’il n’y avait pas eu cette visite préalable de Yethro auprès des
enfants d’Israël.
(6) Dans son introduction au commentaire de la Michna, au paragraphe : «par la suite».
(7) Qui doit naturellement résulter de cette étude de la Torah.
(8) Qui est l’effet de cette pratique, puisque, disent nos Sages, dont la mémoire est une bénédiction, «les
Mitsvot furent données uniquement pour parfaire les créatures».
1
Kƌ͕ŽŶƌĞƚƌŽƵǀĞ͕ƉƌĠĐŝƐĠŵĞŶƚ͕ĐĞƐĚĞƵdžĂƐƉĞĐƚƐĚĂŶƐůĞƌĠĐŝƚĚĞůĂĐŽŶǀĞƌƐŝŽŶĚĞzĞƚŚƌŽ͘
ǀĂŶƚƐŽŶĂƌƌŝǀĠĞĚĂŶƐůĞĚĠƐĞƌƚ͕ŝůĠƚĂŝƚ«le prêtre de Midyan»͕ƵŶƟƚƌĞƋƵŝĞŶŐůŽďĞĚĞƵdž
ƐŝŐŶŝĮĐĂƟŽŶƐ;ϵͿ :
Ϳ/ůĠƚĂŝƚůĞƉƌŝŶĐĞ͕ů͛ŚŽŵŵĞŝŵƉŽƌƚĂŶƚĚĞDŝĚLJĂŶ͕ĐĞƋƵŝŵŽŶƚƌĞƐŽŶƉŽƵǀŽŝƌĚĂŶƐ
ů͛ĂĐƟŽŶĐŽŶĐƌğƚĞĞƚĚĂŶƐůĞĐŽŵƉŽƌƚĞŵĞŶƚ(10).
Ϳ/ůĠƚĂŝƚĂƵƐƐŝƵŶƉƌġƚƌĞĚĞů͛ŝĚŽůąƚƌŝĞ͕ĂƵƉŽŝŶƚƋƵĞ͗«il connaissait tous les cultes idoůąƚƌĞƐĚƵŵŽŶĚĞ»(11)͘ĞůĂǀĞƵƚĚŝƌĞƋƵ͛ŝůĠƚĂŝƚĂƵƐƐŝƵŶƐĂǀĂŶƚĞƚƵŶĠƌƵĚŝƚ(12).
ĞůĂǀĞƵƚĚŝƌĞƋƵ͛ĂǀĂŶƚŵġŵĞƐŽŶĂƌƌŝǀĠĞĚĂŶƐůĞĚĠƐĞƌƚ(13)͕zĞƚŚƌŽĠƚĂŝƚĚĠũăŐƌĂŶĚĚĂŶƐ
ůĞƐĚĞƵdžĚŽŵĂŝŶĞƐ(14)͕ůĂƐĂŐĞƐƐĞĞƚů͛ĂĐƟŽŶ͘EĠĂŶŵŽŝŶƐ͕ŝůŶĞůĞƐŵĞƩĂŝƚƉĂƐĂƵƐĞƌǀŝĐĞĚƵ
ĚŽŵĂŝŶĞĚĞůĂƐĂŝŶƚĞƚĠ͘WƵŝƐ͕ŐƌąĐĞăƐŽŶĂƌƌŝǀĠĞĚĂŶƐůĞĚĠƐĞƌƚĞƚăƐĂĐŽŶǀĞƌƐŝŽŶ͕ŝůƐĞ
ƐĞƌǀŝƚĚĞĐĞƐĚĞƵdžƋƵĂůŝƚĠƐƉŽƵƌůĂƐĂŝŶƚĞƚĠ͘
ƚ͕ů͛ŽŶĐŽŶƐƚĂƚĞĞīĞĐƟǀĞŵĞŶƚƋƵĞĐĞƩĞƉĞƌĨĞĐƟŽŶĂƩĞŝŶƚĞƉĂƌzĞƚŚƌŽ͕ĂƉƌğƐƐĂĐŽŶǀĞƌƐŝŽŶ͕ƉƌĠƐĞŶƚĞ͕ĞůůĞĂƵƐƐŝ͕ĐĞƐĚĞƵdžĂƐƉĞĐƚƐ͕ĂƵdžƋƵĞůƐĐŽƌƌĞƐƉŽŶĚĞŶƚůĞƐĚĞƵdžŶŽŵƐƋƵ͛ŝů
porte :
ͿŝůƐ͛ĂƉƉĞůĂŝƚ͕ƚŽƵƚĚ͛ĂďŽƌĚ͕zĞƚŚĞƌ«ƉĂƌĐĞƋƵ͛ŝůĂĂũŽƵƚĠƵŶĞWĂƌĂĐŚĂĚĂŶƐůĂdŽƌĂŚ»(15),
B) Il s’appelait aussi Yethro «ƉĂƌĐĞƋƵ͛ŝůĂũŽƵƚĂĚĞďŽŶŶĞƐĂĐƟŽŶƐ»(16).
>Ă ǀĞŶƵĞ ĚĞ zĞƚŚƌŽ ĚĂŶƐ ůĞ ĚĠƐĞƌƚ ĞƵƚ ĚŽŶĐ ƉŽƵƌ ĞīĞƚ ƵŶĞ ĠůĠǀĂƟŽŶ ĚĂŶƐ ůĞƐ ĚĞƵdž
ĚŽŵĂŝŶĞƐăůĂĨŽŝƐ͕ůĂƐĂŐĞƐƐĞĞƚů͛ĂĐƟŽŶ͘>ĂƌĂŝƐŽŶĚĞƐĂǀĞŶƵĞĨƵƚĚŽŶĐůĂĐŽŵďŝŶĂŝƐŽŶĚĞ
ĚĞƵdžĠǀĠŶĞŵĞŶƚƐƋƵŝůĞƵƌĐŽƌƌĞƐƉŽŶĚĞŶƚ͗
ͿŝůLJĞƵƚ͕ƚŽƵƚĚ͛ĂďŽƌĚ͕ůĂƚƌĂǀĞƌƐĠĞĚĞůĂŵĞƌZŽƵŐĞ͕ƋƵĞůĞƐĞŶĨĂŶƚƐĚ͛/ƐƌĂģůŵĠƌŝƚğƌĞŶƚ
ƉĂƌĐĞƋƵ͛ŝůƐŵŝƌĞŶƚĞŶƉƌĂƟƋƵĞůĂsŽůŽŶƚĠĚĞ͘ŝĞƵ͕ĚĂŶƐů͛ĂĐƟŽŶĐŽŶĐƌğƚĞ͕ĂŝŶƐŝƋƵ͛ŝůĞƐƚ
dit : «ƉĂƌůĞĂƵdžĞŶĨĂŶƚƐĚ͛/ƐƌĂģůĞƚƋƵ͛ŝůƐǀŽLJĂŐĞŶƚ»(17).
ͿŝůLJĞƵƚĠŐĂůĞŵĞŶƚůĂŐƵĞƌƌĞĐŽŶƚƌĞŵĂůĞŬ͕ĚĂŶƐůĂƋƵĞůůĞůĞƐĞŶĨĂŶƚƐĚ͛/ƐƌĂģůĞŵƉŽƌƚğƌĞŶƚůĂǀŝĐƚŽŝƌĞŐƌąĐĞăůĞƵƌƐĂŐĞƐƐĞ͕ĞŶŵĠĚŝƚĂŶƚĂƵ^ĂŝŶƚďĠŶŝƐŽŝƚͲ/ůĞƚă^ĂŐƌĂŶĚĞƵƌ͕
ainsi qu’il est dit : «ůĞƐĞŶĨĂŶƚƐĚ͛/ƐƌĂģůƌĞŐĂƌĚĂŝĞŶƚǀĞƌƐůĞŚĂƵƚĞƚŝůƐĂƐƐƵũĞƫƐƐĂŝĞŶƚůĞƵƌ
ĐƈƵƌăůĞƵƌWğƌĞYƵŝƐĞƚƌŽƵǀĞĚĂŶƐůĞƐĐŝĞƵdž»(18).
(9) Comme l’indique le Me’hilta, à cette même référence.
(10) Puisque, vraisemblablement, il dirigeait le pays.
(11) Selon le commentaire Rachi sur le verset Yethro 18, 11.
(12) Il possédait les sciences profanes, telle qu’elles étaient connues à l’époque.
(13) Pour y rejoindre les enfants d’Israël.
(14) Dont la perfection se trouve dans la Torah.
(15) Yether désigne, étymologiquement, l’ajout.
(16) C’est ce que dit le Me’hilta, à cette même référence.
(17) Selon les termes du verset Bechala’h 14, 15. Il y eut là une manifestation concrète de leur abnégation.
(18) Selon le traité Roch Hachana 29a.
2
>͛ƵŶŝƚĠĂƵƐĞŝŶĚĞů͛ŽƉƉŽƐŝƟŽŶ
(Discours du Rabbi, Likouteï Si’hot, tome 21, page 108)
>ŽƌƐƋƵĞ ůĞƐ ĞŶĨĂŶƚƐ Ě͛/ƐƌĂģů ƉĂƌǀŝŶƌĞŶƚ ĚĞǀĂŶƚ ůĞ ŵŽŶƚ ^ŝŶĂŢ Ğƚ Ɛ͛ĂƉƉƌġƚğƌĞŶƚ ă ƌĞĐĞǀŽŝƌůĂdŽƌĂŚ͕ŝůƐǀĠĐƵƌĞŶƚĂůŽƌƐƵŶŵŽŵĞŶƚƉĂƌƟĐƵůŝĞƌƋƵĞůĂdŽƌĂŚĚĠĐƌŝƚĞŶĐĞƐƚĞƌŵĞƐ͗
«/ƐƌĂģůĐĂŵƉĂůăͲďĂƐĨĂĐĞăůĂŵŽŶƚĂŐŶĞ»(1).
ZĂĐŚŝ͕ƐĞďĂƐĂŶƚƐƵƌůĞƐƉƌŽƉŽƐĚĞŶŽƐ^ĂŐĞƐ(2)͕ĚŽŶƚůĂŵĠŵŽŝƌĞĞƐƚƵŶĞďĠŶĠĚŝĐƟŽŶ͕
explique : «/ƐƌĂģůĐĂŵƉĂůăͲďĂƐ͗ĐŽŵŵĞƵŶƐĞƵůŚŽŵŵĞ͕ĂǀĞĐƵŶƐĞƵůĐƈƵƌ(3). En revanche,
ůŽƌƐĚĞƐĂƵƚƌĞƐĠƚĂƉĞƐ͕ŝůLJĞƵƚĚĞƐƌƵƐĞƐĞƚĚĞƐĚŝƐƐĞŶƐŝŽŶƐ(4)».
>ĂdŽƌĂŚĂůůĂŝƚĂůŽƌƐġƚƌĞĚŽŶŶĠĞĞƚĐĞĐŝĞƵƚƉŽƵƌĞīĞƚĚ͛ĠƚĂďůŝƌƵŶĞƵŶŝƚĠǀĠƌŝƚĂďůĞĞƚ
ƉĂƌĨĂŝƚĞĞŶƚƌĞƚŽƵƐůĞƐĞŶĨĂŶƚƐĚ͛/ƐƌĂģů͕«ĐŽŵŵĞƵŶƐĞƵůŚŽŵŵĞ͕ĂǀĞĐƵŶƐĞƵůĐƈƵƌ». En
ĞīĞƚ͕ůĂdŽƌĂŚŝŶƐƚĂƵƌĞůĂƉĂŝdžĚĂŶƐůĞŵŽŶĚĞ͘ůůĞĂůĞƉŽƵǀŽŝƌĚĞƌĂƉƉƌŽĐŚĞƌĞƚĚĞƌĠƵŶŝƌ
ůĞƐĠůĠŵĞŶƚƐŽƉƉŽƐĠƐ(5).
KŶƉĞƵƚ͕ƚŽƵƚĞĨŽŝƐ͕ƐĞƉŽƐĞƌůĂƋƵĞƐƟŽŶƐƵŝǀĂŶƚĞ͘>ĂdŽƌĂŚĞůůĞͲŵġŵĞŶĞƉƌĠƐĞŶƚĞƉĂƐ
toujours un seul avis(6)ĞƚŶŽƐ^ĂŐĞƐ͕ĚŽŶƚůĂŵĠŵŽŝƌĞĞƐƚƵŶĞďĠŶĠĚŝĐƟŽŶ͕ĐŽŶƐƚĂƚĞŶƚ(7)
que : «ůĞƐƉĂƌŽůĞƐĚĞůĂdŽƌĂŚŶ͛ŽŶƚƉĂƐĠƚĠĠŶŽŶĐĠĞƐĚ͛ƵŶĞŵĂŶŝğƌĞƚƌĂŶĐŚĠĞ͘WŽƵƌĐŚĂƋƵĞ
ŶŽƟŽŶ͙ ĞůůĞ ƉƌĠƐĞŶƚĞ ƋƵĂƌĂŶƚĞͲŶĞƵĨ ĞdžƉůŝĐĂƟŽŶƐ ŵŽŶƚƌĂŶƚ ůĂ ƉƵƌĞƚĠ Ğƚ ƋƵĂƌĂŶƚĞͲŶĞƵĨ
ŵŽŶƚƌĂŶƚů͛ŝŵƉƵƌĞƚĠ».
ŝŶƐŝ͕ ŵġŵĞ Ɛŝ ůĂ dŽƌĂŚ ƉƌĠƐĞŶƚĞ ĞůůĞͲŵġŵĞ ĚĞƐ ĚŝǀĞƌŐĞŶĐĞƐ Ě͛ŽƉŝŶŝŽŶƐ͕ ƚŽƵƚĞƐ Ŷ͛ĞŶ
ƐŽŶƚƉĂƐŵŽŝŶƐ͗«ůĞƐƉƌŽƉŽƐĚƵ͘ŝĞƵĚĞǀŝĞ»(8)͘ğƐůŽƌƐ͕ĐŽŵŵĞŶƚĚŝƌĞƋƵ͛ĞůůĞƐƵƉƉƌŝŵĞ
ůĞƐĚŝƐƐĞŶƐŝŽŶƐĞƚůĞƐĚĠƐĂĐĐŽƌĚƐ;ϵͿ, au point que tous soient : «avec un seul cœur͍ͩ
(1) Yethro 19, 2.
(2) Le Me’hilta sur ce verset.
(3) Cette interprétation est basée sur le fait que le verset est au singulier.
(4) On ne trouve donc pas d’autres versets, faisant référence à tout le peuple d’Israël, qui soient également
exprimés au singulier.
(5) Nos Sages, dont la mémoire est une bénédiction, constatent, en effet, que : «ils n’ont pas les mêmes opinions».
(6) Ce qui est bien un moyen d’entériner cette pluralité.
(7) Dans le Midrash Tehilim 12, 7. On verra aussi, à ce propos, le Yerouchalmi, traité Sanhédrin, chapitre 4,
au paragraphe 2.
(8) Selon le traité Erouvin 13b, avec les références qui sont indiquées.
(9) Pourquoi en fut-il ainsi uniquement quand elle fut donnée ?
3
EŽƵƐ ůĞ ĐŽŵƉƌĞŶĚƌŽŶƐ ĞŶ ƌĂƉƉĞůĂŶƚ͕ ĂƵ ƉƌĠĂůĂďůĞ͕ ů͛ĞŶƐĞŝŐŶĞŵĞŶƚ ƐƵŝǀĂŶƚ(10) de nos
^ĂŐĞƐ͕ĚŽŶƚůĂŵĠŵŽŝƌĞĞƐƚƵŶĞďĠŶĠĚŝĐƟŽŶ͗«^ŝů͛ŽŶƚĞĚŝƚƋƵĞůĂƐĂŐĞƐƐĞĞdžŝƐƚĞƉĂƌŵŝůĞƐ
ŶĂƟŽŶƐ͕ĐƌŽŝƐͲůĞ͘^ŝů͛ŽŶƚĞĚŝƚƋƵĞůĂdŽƌĂŚĞdžŝƐƚĞƉĂƌŵŝůĞƐŶĂƟŽŶƐ͕ŶĞůĞĐƌŽŝƐƉĂƐ».
/ůĞdžŝƐƚĞ͕ĞŶĞīĞƚ͕ƵŶĞĚŝīĠƌĞŶĐĞĞŶƚƌĞůĂƐĂŐĞƐƐĞĞƚůĂdŽƌĂŚ͘>ĂƉƌĞŵŝğƌĞĞƐƚƐĠƉĂƌĠĞĚĞ
ů͛ŚŽŵŵĞ(11)͕ĂůŽƌƐƋƵĞůĂƐĞĐŽŶĚĞĞƐƚĚĞůĂŵġŵĞĠƚLJŵŽůŽŐŝĞƋƵĞHoraa͕ĞŶƐĞŝŐŶĞŵĞŶƚ(12),
ĐĂƌĞůůĞĚŝĐƚĞăů͛ŚŽŵŵĞůĞĐŽŵƉŽƌƚĞŵĞŶƚƋƵ͛ŝůĚŽŝƚĂĚŽƉƚĞƌ(13).
>Ă ƐĂŐĞƐƐĞ ƉƌĠƐĞŶƚĞ ă ů͛ŚŽŵŵĞ ƵŶ ƌĂŝƐŽŶŶĞŵĞŶƚ ƉƵƌ Ğƚ ĂďƐƚƌĂŝƚ(14). Elle ne dit pas à
ů͛ŚŽŵŵĞĞƚĞůůĞŶĞƉĞƵƚƉĂƐůƵŝĚŝƌĞĐĞƋƵ͛ŝůĚŽŝƚĨĂŝƌĞ͘dŽƵƚĂƵƉůƵƐƉĞƵƚͲĞůůĞůƵŝƉƌĠƐĞŶƚĞƌ
ůĞƐĐŽŶƐĠƋƵĞŶĐĞƐĚĞƚĞůůĞŽƵĚĞƚĞůůĞĂƵƚƌĞĂĐƟŽŶ͘ŶƌĞǀĂŶĐŚĞ͕ĞůůĞŶ͛ĞƐƚƉĂƐĚŝƌĞĐƟǀĞ͘
ů͛ŝŶǀĞƌƐĞ͕ů͛ŽďũĞƚĚĞůĂdŽƌĂŚ͕ƐĂŶĂƚƵƌĞƉƌŽĨŽŶĚĞĞƐƚĚ͛ŝŶĚŝƋƵĞƌăů͛ŚŽŵŵĞůĂǀŽŝĞƋƵ͛ŝů
ĚŽŝƚƐƵŝǀƌĞ͕ĚĞůĞŐƵŝĚĞƌĚĂŶƐƐŽŶĞdžŝƐƚĞŶĐĞƋƵŽƟĚŝĞŶŶĞ͘ŚĂƋƵĞŶŽƟŽŶĚĞůĂdŽƌĂŚĞƐƚ
ůŝĠĞăĚĞƐĚŝƌĞĐƟǀĞƐĐŽŶĐƌğƚĞŵĞŶƚĂƉƉůŝĐĂďůĞƐ͕ĂƵũŽƵƌůĞũŽƵƌ͘
͛ĞƐƚůĂƌĂŝƐŽŶƉŽƵƌůĂƋƵĞůůĞůĂƉĂƌƟĞĨŽŶĚĂŵĞŶƚĂůĞĚĞůĂdŽƌĂŚĞƐƚůĂ,ĂůĂ͛ŚĂ͘DġŵĞƐ͛ŝů
est dit que : «ů͛ƵŶĞƚů͛ĂƵƚƌĞĞdžƉƌŝŵĞŶƚů͛ŝĚĠĞĚƵ͘ŝĞƵĚĞǀŝĞ»͕ůĂ,ĂůĂ͛ŚĂ͕ĚğƐůŽƌƐƋƵ͛ĞůůĞ
ĞƐƚƚƌĂŶĐŚĠĞ͕Ŷ͛ĞƐƚƉůƵƐĐŽŶƚĞƐƚĂďůĞ(15)͘dŽƵƐů͛ĂĐĐĞƉƚĞŶƚĂǀĞĐƐŝŶĐĠƌŝƚĠĞƚŝŶƚĠŐƌŝƚĠ͘
hŶ:ƵŝĨƋƵŝĠƚƵĚŝĞůĂdŽƌĂŚƐĂŝƚƋƵ͛ĞůůĞĞƐƚůĂdŽƌĂŚĚĞ͘ŝĞƵ͕ƋƵ͛ŝůĚŽŝƚů͛ĠƚƵĚŝĞƌĞŶƐĞƐŽƵŵĞƩĂŶƚăůĂsŽůŽŶƚĠƐƵƉƌġŵĞ͘^ŽŶƐĞƵůĚĠƐŝƌĞƐƚĚĞůĂĐŽŵƉƌĞŶĚƌĞĞƚ͕ƋƵĂŶĚůĂ,ĂůĂ͛ŚĂ
ĞƐƚƚƌĂŶĐŚĠĞ͕ŶŽŶƐĞƵůĞŵĞŶƚŝůů͛ĂĚŽƉƚĞĚĂŶƐƐŽŶĐŽŵƉŽƌƚĞŵĞŶƚ͕ŵĂŝƐ͕ĞŶŽƵƚƌĞ͕ŝůŽƌŝĞŶƚĞ
ƐĂƉĞŶƐĠĞĞƚƐŽŶĠƚƵĚĞĞŶĨŽŶĐƟŽŶĚĞĐĞůĂ͘
(10) Figurant dans le Midrash E’ha Rabba, chapitre 2, au paragraphe 13.
(11) De ce fait, celui qui la possède ne modifie pas nécessairement son comportement en conséquence. Ne
faisant pas corps avec elle, il conserve une existence indépendante et il peut même, à certains moments, faire
abstraction de cette connaissance, comme s’il ne la possédait pas du tout.
(12) Selon le Zohar, tome 3, à la page 53b et, notamment, le Gour Aryé, au début de la Parchat Béréchit, au
nom du Radak.
(13) De sorte qu’en l’absence de cette application, elle perd toute sa valeur. Ainsi, disent nos Sages, dont la
mémoire est une bénédiction, «celui qui prétend ne posséder que la Torah», sans son application, «ne possède
même pas la Torah».
(14) Déconnecté de la matérialité.
(15) Elle s’applique à tous de la même façon, quelle que soit l’opinion qui était défendue au préalable.
4
DġŵĞƐŝ͕Ě͛ĞŵďůĠĞ͕ĐĞƚŚŽŵŵĞĂǀĂŝƚƵŶĞĂƵƚƌĞŝĚĠĞ͕ŶŽŶƐĞƵůĞŵĞŶƚŝůĂĚŵĞƚĐĞůůĞĚĞ
ůĂ,ĂůĂ͛ŚĂƐĂŶƐƐĞŵĞƩƌĞĞŶĐŽůğƌĞ͕ƐĂŶƐƐ͛ĞŵƉŽƌƚĞƌ͕ŵĂŝƐ͕ďŝĞŶƉůƵƐ͕ƐĂĨŽŝůĞĐŽŶĚƵŝƚă
ĂĚŵĞƩƌĞĐĞƩĞ,ĂůĂ͛ŚĂ͕ƚĞůůĞƋƵ͛ĞůůĞĂĠƚĠƚƌĂŶĐŚĠĞ͕ĐŽŵŵĞůĂsĠƌŝƚĠ͕ůĂsŽůŽŶƚĠĚĞ͘ŝĞƵ͘
/ůƌĠĠǀĂůƵĞƌĂĚŽŶĐƚŽƵƚůĞƐƵũĞƚ͕ũƵƐƋƵ͛ăĂĚŽƉƚĞƌĐĞƩĞĐŽŶĐůƵƐŝŽŶƉĂƌƐŽŶƉƌŽƉƌĞŝŶƚĞůůĞĐƚ͘
dĞůůĞĞƐƚĚŽŶĐůĂĨŽƌĐĞƵŶŝĮĐĂƚƌŝĐĞĚĞůĂdŽƌĂŚ͘ŶĞīĞƚ͕ƵŶĞƵŶŝŽŶǀĠƌŝƚĂďůĞĚŽŝƚġƚƌĞ
ďĂƐĠĞƐƵƌĚĞƐŽƉƉŽƐŝƟŽŶƐ͘^ŝůĂdŽƌĂŚŶ͛ĠŵĞƩĂŝƚƋƵ͛ƵŶƐĞƵůĞƚƵŶŝƋƵĞĂǀŝƐ͕ů͛ƵŶŝƚĠŶĞƐĞƌĂŝƚ
ƉĂƐǀĠƌŝƚĂďůĞ;ϭϲͿ͘WƌĠĐŝƐĠŵĞŶƚƉĂƌĐĞƋƵ͛ŝůLJĂƉůƵƐŝĞƵƌƐĐŽŶĐĞƉƟŽŶƐ͕ĚĞƐĂŶĂůLJƐĞƐĚĂŶƐƵŶ
ƐĞŶƐĞƚĚĂŶƐƵŶĂƵƚƌĞ͕ůĂdŽƌĂŚƉĞƵƚƚƌĂŶĐŚĞƌĞŶƚƌĞƚŽƵƚĞƐĐĞƐŽƉƉŽƐŝƟŽŶƐĞƚƌĠƵŶŝƌƚŽƵƚĞƐ
ůĞƐƉĂƌƟĞƐ(17).
͛ĞƐƚƉŽƵƌĐĞƩĞƌĂŝƐŽŶƋƵĞůĂdŽƌĂŚŝŶƐƚĂƵƌĞů͛ƵŶŝƚĠĞŶƚƌĞůĞƐĞŶĨĂŶƚƐĚ͛/ƐƌĂģů͕ŵĂůŐƌĠ
ůĞƐ ĚŝīĠƌĞŶĐĞƐ ƋƵŝ ƉĞƵǀĞŶƚ ĞdžŝƐƚĞƌ ĞŶƚƌĞ ĞƵdž͘ ůůĞ ůĞƵƌ ƉĞƌŵĞƚ͕ ĚĞ ĐĞƩĞ ĨĂĕŽŶ͕ Ě͛ġƚƌĞ ͗
«ĐŽŵŵĞƵŶƐĞƵůŚŽŵŵĞ͕ĂǀĞĐƵŶƐĞƵůĐƈƵƌ».
* * *
(16) Parce qu’il n’y aurait pas d’autre choix.
(17) En adoptant une position finale qui s’impose à tous et en créant l’unité de cette façon.
5
‫לע"נ‬
Cette Si’ha est dédiée
par ses enfants
et petits-enfants ‫שיחיו‬
pour l’élévation de la néchama de
Attou bat
Miryam et 'Heïlo ‫ז"ל‬
Saada
partie au Gan Eden le jour de
Tou bichevat 5758
'‫ת' נ' צ' ב' ה‬
Puisse son souvenir être source de bénédictions.
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
4
Taille du fichier
227 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler