close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Appel national contre l`état d`urgence 30-01-2016

IntégréTéléchargement
S
C
I
L
B
U
P
S
E
C
I
V
R
E
S
S
E
L
R
U
O
P
S
E
G
E
L
L
O
C
S
POUR LE
S
C
I
L
B
U
P
S
E
C
I
V
POUR LES SER
N
E
Y
O
M
N
O
B
E
L
T
S
E
N
O
I
T
C
L’A
Ensemble, Mouvement pour une alternative de gauche, écologique et
solidaire, est solidaire de l’action unitaire de grève et de manifestation du 26
janvier 2016 dans la fonction publique et dans les collèges, à l’appel des
fédérations syndicales.
Ce retour à l’action sociale offensive est le bienvenu dans le
climat terrible que connait notre pays !
Le gouvernement Hollande/Valls est totalement aligné sur des politiques de droite. Le MEDEF exige et
obtient sans arrêt des nouvelles mesures de destructions sociales : mise en cause du Code du travail,
annonces par le ministre Macron de la fin des 35 heures et dénonciation du statut de la fonction publique.
Nul ne nie les épreuves que nous avons connues avec les attentats du 13 novembre et les menaces qui
continuent. Mais à ces drames, le pouvoir en place répond par une restriction des libertés publiques, du droit
de manifester et d’agir, la constitutionnalisation de l’état d’urgence, la destruction de l’égalité républicaine
(déchéance de nationalité), la criminalisation des syndicalistes (24 mois de prison dont 9 mois fermes pour
8 salariés Goodyear, déclarations violentes contre les salariés Air France).
Nous sommes dans une atmosphère politique dangereuse de régression, dont le Front national ne peut que
profiter.
Il est donc temps que les salarié-es décrètent
l’état d’urgence sociale et démocratique !
Le 30 janvier, à l’appel de la Ligue des droits de
l’Homme et d’une centaine d’organisations,
manifestons contre la constitutionnalisation de
www.ensemble-fdg.org
26 rue Malmaison - 93170 Bagnolet
l’état d’urgence et la déchéance de nationalité
contact@ensemble-fdg.org
Oui !
Il est juste d’agir pour augmenter les
salaires !
Au lendemain des élections régionales, le gouvernement tirait la conclusion que le SMIC devait être gelé. Un mépris
contre les salariés les plus pauvres, alors que le pays croule sous le chômage et la précarité générale.
Dans la Fonction publique, les salaires indiciaires sont totalement bloqués depuis 2010. Selon les calculs
syndicaux, si on fait les comptes depuis 2000 en comparant avec l’inflation, les agents perdent l’équivalent
d’environ 300 euros en moyenne chaque mois, ou deux mois de salaires par an. Des négociations semblent s’ouvrir
prochainement. Il est totalement légitime d’agir préventivement pour le droit à des augmentations de salaire.
Certaines fédérations syndicales exigent un salaire minimum à 2000 euros et 300 euros de plus.
Oui ! Il est juste de défendre les statuts et
les services publics
Statut stable et qualité des services publics sont inséparables. C’est la garantie d’un travail bien fait, d’une écoute
des usagers, d’un accueil correct. Ainsi il faut du temps passé pour recevoir les contribuables dans les services des
impôts(au lieu de fermer les guichets pour faire des économies), ou pour garantir des services communaux
conformes aux besoins populaires.
Les hôpitaux sont gérés comme des usines à soins avec des manager sous la coupe des Agences régionales de
santé (ARS) aux ordres de l’Etat central et de budgets restreints. Les personnels sont fatigués des réorganisations
autoritaires et néfastes (groupements d’établissements et de services) et des manques d’effectifs. Et ils veulent
supprimer les RTT !
La réforme des collèges est refusée !
Par les enseignants et les parents d’élèves soucieux d’une éducation égalitaire qui donne de
vrais moyens contre l’échec scolaire.
www.ensemble-fdg.org
26 rue Malmaison - 93170 Bagnolet
Oui l’action est la bonne
voie pour changer la donne.
C’est cela la
démocratie !
contact@ensemble-fdg.org
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
4
Taille du fichier
313 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler