close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

baromètre mensuel Odoxa, pour France Inter, l`Express et la Presse

IntégréTéléchargement
Baromètre politique
Janvier 2016
Sondage réalisé par
pour
Publié le 26 janvier 2016
Levée d’embargo le 26 janvier – 05h00
Méthodologie
Recueil
Echantillon
Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français
interrogés par Internet les 21 et 22 janvier 2016
Echantillon de 988 personnes représentatif de la
population française âgée de 18 ans et plus.
La représentativité de l’échantillon est assurée par la
méthode des quotas appliqués aux variables suivantes :
sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification
par région et catégorie d’agglomération.
Précisions sur les marges d’erreur
Chaque sondage présente une incertitude statistique que l’on appelle marge d’erreur.
Cette marge d’erreur signifie que le résultat d’un sondage se situe, avec un niveau de confiance de 95%, de part
et d’autre de la valeur observée.
La marge d’erreur dépend de la taille de l’échantillon ainsi que du pourcentage observé.
Si le pourcentage observé est de …
Taille de
l’Echantillon
5% ou
95%
10% ou
90%
20% ou
80%
30% ou
70%
40% ou
60%
50%
800
1,5
2,5
2,8
3,2
3,5
3,5
900
1,4
2,0
2,6
3,0
3,2
3,3
1 000
1,4
1,8
2,5
2,8
3,0
3,1
2 000
1,0
1,3
1,8
2,1
2,2
2,2
Lecture du tableau : Dans un échantillon de 1000 personnes, si le pourcentage observé est de 20%, la marge d’erreur est égale à 2,5%.
Le pourcentage réel est donc compris dans l’intervalle [17,5 ; 22,5].
Principaux enseignements (1/1)
Baromètre politique de janvier 2016 : L’exécutif poursuit sa rechute, Sarkozy s’effondre,
Macron s’envole, Juppé domine plus que jamais la politico-sphère
Voici résumés les 5 principaux enseignements de notre baromètre politique de janvier 2016 :
1 - L’exécutif poursuit sa chute (-5 points pour Hollande comme pour Valls) et retrouve ses très bas niveaux
d’avant les attentats de novembre : seulement 22% des Français jugent que François Hollande est un « bon
Président » et 35% que Valls est un bon Premier ministre
2 – Conséquence logique de ce rejet de l’exécutif, 71% des Français souhaitent une primaire, et si possible, de
toute la gauche de Hollande au Front de Gauche
3 - Palmarès de l’adhésion et du rejet : A part Macron qui s’envole encore grâce aux polémiques, toute la
classe politique stagne ou recule en janvier. Juppé reste, de loin, le numéro 1
4 – Nicolas Sarkozy nettement distancé par Juppé en popularité, y compris auprès des sympathisants de droite
(20 points d’écart). Il ne le devance, nettement, que sur notre palmarès du rejet : Sarkozy est 1er ex-aequo alors
que Juppé est dernier.
5 – Les Français et le FN : vers une normalisation dans la médiocrité ? Les Français jugent qu’au niveau local le
FN gère « ni mieux ni moins bien » les villes qu’il détient et que sa politique économique ne serait ni meilleure
ni pire que celle des autres partis… Ceux qui pensent qu’il y aurait une différence sont dans les deux cas
convaincus que c’est/ ce serait pire plutôt que mieux.
Gaël Sliman, Président d’Odoxa
@gaelsliman
Synthèse détaillée (1/5)
1 - L’exécutif poursuit sa chute (-5 points pour Hollande comme pour Valls) et retrouve ses très bas niveaux d’avant les attentats de
novembre : seulement 22% des Français jugent que F. Hollande est un « bon Président » et 35% que Valls est un bon Premier ministre
C’était prévisible, voire prévu, c’est arrivé : après leurs fortes hausses de novembre, dans la foulée des attentats, le Président et le
Premier ministre poursuivent en janvier leurs baisses déjà amorcée en décembre et retrouvent leurs très bas niveaux d’octobre.
Ils perdent tous les deux 5 points pour se situer à respectivement 35% de bonnes opinions pour le Premier ministre (il était à 36% en
octobre et était monté à 43% en novembre) et à 22% de jugements positifs pour le Président (même niveau qu’en octobre ; il avait gagné
10 points à 32% en novembre). Visiblement la très forte présence médiatique de l’un et l’autre de ces dernières semaines – sortie de Valls
à « ONPC » et annonces de Hollande sur l’emploi – n’aura nullement empêché leurs chutes.
Les annonces sur l’emploi de François Hollande n’auront en tout cas pas du tout convaincu : le Président perd 11 points auprès des
sympathisants de gauche et redevient impopulaire auprès de son propre camp pour la première fois depuis des mois (48% de bonnes
opinions contre 52% de mauvaises).
La défense ferme de la déchéance de nationalité effectuée par le Premier ministre n’aura pas été plus efficace : s’il gagne 12 points
auprès des sympathisants du FN il en perd autant auprès des sympathisants de gauche, ce qui est nettement plus fâcheux pour lui.
2 – Conséquence logique de ce rejet de l’exécutif, 71% des Français souhaitent une primaire, et si possible, de toute la gauche de
Hollande au Front de Gauche
Assez logiquement étant donné ce haut niveau de rejet de l’exécutif et surtout du Président, les Français souhaitent que François
Hollande tienne parole (il l’avait promis avant son élection) et qu’une primaire puisse désigner le candidat de la gauche pour la prochaine
présidentielle. 71% des Français comme des sympathisants de gauche souhaitent cette primaire.
Seulement 28% des Français et 29% des sympathisants de gauche pensent à l’inverse qu’il ne faut pas de primaire car François serait le
candidat légitime de la gauche en tant que Président sortant.
Cette idée, est donc totalement balayée par l’opinion publique.
Sur l’organisation de cette primaire, la piste privilégiée est celle d’une vaste primaire allant du PS (dont Hollande) aux écologistes et en
passant par le Front de Gauche (43% des Français et 49% des sympathisants de gauche privilégient cela) plutôt qu’une primaire interne
au PS entre Hollande et d’autres candidats socialistes (seulement 28% des Français et 22% des sympathisants de gauche préfèrent cette
solution).
Il sera donc très difficile au Président de résister et de ne pas permettre la tenue de cette primaire de gauche.
Synthèse détaillée (2/5)
D’ailleurs, étant donnée la primauté donnée par l’opinion à une primaire allant du Front de gauche au PS, il n’est pas sûr que cet exercice
(s’il avait lieu) soit finalement si défavorable au Président : à condition d’éviter que ses ministres, bien plus populaires que lui, l’affrontent
(mais il serait difficile pour Valls ou Macron de le faire tant qu’ils restent au gouvernement) et à condition que M. Aubry n’aille pas au
bout (ce qui n’est pas le scenario le plus irréaliste), l’impopulaire Président aurait de grandes chances de l’emporter face à des « seconds
couteaux » socialistes et face aux leaders des autres partis de gauche (les Verts et éventuellement le PC voire le Front de gauche).
3 - Palmarès de l’adhésion et du rejet : A part Macron qui s’envole encore grâce aux polémiques, toute la classe politique stagne ou
recule en janvier. Juppé reste, de loin, le numéro 1
Morne mois de janvier pour la classe politique : à l’exception d’une seule personnalité en (nette) hausse, toutes les personnalités testées
sur notre palmarès de l’adhésion et du rejet stagnent (la moitié enregistrent entre -1 point +1 point par rapport à décembre), baissent (4
reculent de 2 à 3 points) ou chutent (5 enregistrent une baisse de 4 à 7 points).
L’exception positive est Emmanuel Macron. Il est la seule personnalité politique à progresser très nettement ce mois-ci. Le Ministre
enregistre une hausse de 5 points et s’arroge seul la place de dauphin du roi Juppé avec 38% de cote d’adhésion.
Pour le Ministre de l’Economie, la recette est simple et malgré la répétition elle fonctionne toujours remarquablement bien : des
polémiques contre lui se font jour, on le dit en rupture avec le Premier ministre, on annonce même son éventuelle sortie du
gouvernement, et enfin on souligne un dérapage ou une « gaffe » suscitant la désapprobation de son camp. Cette fois la phrase
« scandaleuse » était : « la vie d’un chef d’entreprise est plus difficile que celle d’un salarié ».
Résultat + 5 points (+1 points à gauche, +4 au FN et +13 à droite). Encore une fois, Emmanuel Macron peut remercier ses détracteurs.
Christiane Taubira, elle-aussi au cœur de polémiques, ne peut en dire autant. Elle chute de 5 points auprès des Français mais surtout de
12 points auprès des sympathisants de gauche dont elle était jusque-là l’égérie.
Il faut dire que les polémiques la concernant sont autrement plus gênantes pour elle que celles concernant son collègue de Bercy : de
précédents sondages avaient souligné combien nul ne pouvait comprendre que la Ministre de la Justice puisse envisager de porter une loi
comportant des dispositions (déchéance de nationalité) avec lesquelles elle était en total désaccord et l’avait déjà dit. Le fait qu’il ait été
décidé de lui éviter cette incohérence (c’est finalement le Premier ministre qui s’exprimera devant l’assemblée) est une bonne chose mais
arrive sans doute un peu tard.
Les autres baisses observées, même lorsqu’elles sont plus importantes que celle observée pour Taubira, sont moins problématiques que
celle observée pour la garde des sceaux. Il s’agit le plus souvent de personnalités enregistrant de simples rattrapages des fortes hausses
obtenues en décembre : c’est particulièrement le cas de Xavier Bertrand (-4 ce mois-ci mais il avait progressé de +9 points en décembre)
et de Valérie Pécresse (-4 en janvier mais +7 en décembre) qui avaient été les « stars » des régionales et perdent un peu des points
gagnés il y a un mois.
Synthèse détaillée (3/5)
Pour le reste notre palmarès ne consacre guère de changements, à part une autre chute impressionnante, celle de Laurent Fabius (-7
points alors qu’il n’avait pas progressé en décembre), qui souffre probablement en cette rentrée d’une double actualité contraire : son
intention de quitter le gouvernement pour prendre la présidence du Conseil Constitutionnel, et, dans un registre plus « people »,
l’intense médiatisation des déboires judiciaires de son fils Thomas.
Une constante donc : la première place à Alain Juppé, qui avec 45% de cote d’adhésion dont 16% de supporters/fans domine plus que
jamais notre palmarès politique.
4 – Nicolas Sarkozy nettement distancé par Juppé en popularité, y compris auprès des sympathisants de droite (20 points d’écart). Il ne
le devance, nettement, que sur notre palmarès du rejet : Sarkozy est 1er ex-aequo alors que Juppé est dernier.
En engrangeant encore 5 points auprès des sympathisants de droite hors FN (LR et UDI) Juppé atteint le niveau record de 69% de cote
d’adhésion auprès du « peuple de droite » et écrase littéralement son rival Nicolas Sarkozy, en chute de 9 points. Désormais 20 points les
séparent auprès des sympathisants de droite.
Si Juppé, est hors de portée pour Sarkozy, ce dernier est même relégué à la 5ème place étant devancé auprès des sympathisants de droite
par Bertrand (52%), Pécresse (56%) et … Macron (58% ; +13 points). Le patron des Républicains ne peut même pas se consoler en
pensant compenser auprès des électeurs FN qui s’égareraient à la primaire de droite les points perdus sur la droite parlementaire et le
centre : ces derniers, qui plébiscitent logiquement leurs dirigeants (86% pour Marine le Pen, 74% pour sa nièce et 49% pour Florian
Philippot) placent Macron (26%) et surtout Juppé (31%) nettement devant lui (24%). Preuve supplémentaire de l’inefficacité totale de
l’école Buissonnière ou de la stratégie de droitisation. Elle agace la droite et le centre sans convaincre les électeurs du FN qui « préfèrent
l’original à la copie ».
D’ailleurs sur notre palmarès du rejet, Nicolas Sarkozy (en « hausse » de 3 points) occupe désormais ex-aequo avec Marine le Pen la
première place du podium, avec 54% de Français déclarant ressentir du « rejet » à son égard.
Pour une fois qu’il devance Juppé, l’ex-Président ne fait pas semblant de le « dominer » : le Marie de Bordeaux, lui, est de loin le dernier
sur ce palmarès du rejet avec seulement 19%.
Dans la foulée de la sortie de son livre, l’offensive médiatique actuelle de Nicolas Sarkozy a intérêt à rapidement se traduire en termes de
popularité et pas uniquement de ventes de livres (les deux n’étant pas nécessairement corrélées). La primaire de droite aura lieu dans
moins de neuf mois et l’ex-Président ne pourrait se permettre un camouflet électoral comme celui que ces chiffres « sondagiers » lui
promettent pour le moment.
Synthèse détaillée (4/5)
5 – Les Français et le FN : vers une normalisation dans la médiocrité ? Les Français jugent qu’au niveau local le FN gère « ni mieux ni
moins bien » les villes qu’il détient et que sa politique économique ne serait ni meilleure ni pire que celle des autres partis… Ceux qui
pensent qu’il y aurait une différence sont dans les deux cas convaincus que c’est/ ce serait pire plutôt que mieux
La dédiabolisation du FN est globalement réussie. Pour les Français, ce parti est toujours un peu à part, mais il suscite moins de craintes
qu’il y a quelques années.
Le fait de se rapprocher du pouvoir, voire même de le détenir désormais depuis près de deux ans au niveau local avec les nombreuses
municipalités conquises en 2014, était censé radicalement changer le regard sur le Front National.
Marine le Pen et ses amis étaient convaincus que cette expérience « réussie » prouverait la capacité du FN à gouverner et donc lèverait
un frein important au vote frontiste.
Inversement, les détracteurs du FN affirmaient que la gouvernance FN serait une telle catastrophe dans les villes conquises que cela
tuerait toute velléité de vote FN à l’avenir.
Les deux positions sont fausses.
Les Français ne sont pas du tout convaincus par la gouvernance FN. De ce qu’ils en savent ou entendent, ils ne pensent pas que les villes
gouvernées depuis 2 ans par le Front National soient mieux gérées que les autres. Seulement 19% des Français le pensent.
Inversement, cette expérience perçue de la gouvernance FN n’est pas non plus ressentie par nos concitoyens comme une absolue
catastrophe : seulement 25% des Français pensent que ces villes sont moins bien gérées que les autres.
Bref, l’immense majorité de nos concitoyens (56%) considèrent que les villes dirigées par le FN ne sont ni mieux ni moins bien gérées que
celles détenues par d’autres formations politiques.
Ni publicité ni contre-publicité, les Français semblent croire le FN capable d’être aussi médiocre que les autres partis politiques.
S’agissant de la politique économique que le FN conduirait s’il était au pouvoir au niveau national le résultat est sensiblement le même
mais reste un peu plus sévère pour le FN, l’économie étant la grande fragilité perçue du parti de Marine le Pen.
Interrogés sur l’efficacité de la politique économique qu’il mènerait s’il était au pouvoir, les Français se répartissent à parité entre ceux
qui pensent que cette politique serait « ni plus ni moins efficace » (39%) que celle des autres partis (ce qui à leurs yeux n’est pas très bon)
et ceux qui pensent que cette politique économique serait « moins efficace » que celle conduite par les autres partis (38%).
A l’inverse, ceux qui pensent que le FN ferait mieux sur ce plan sont nettement minoritaires : ils ne représentent qu’un Français sur cinq
(22%).
Synthèse détaillée (5/5)
FN ne sont « que » 8 sur 10 (82%) à penser que leur parti serait meilleur que les autres dans ce domaine, et les sympathisants de droite
hors FN sont trois fois plus nombreux (42% contre 14%) à penser qu’en matière économique le FN serait pire plutôt que meilleur que les
autres partis. Ce résultat souligne de façon encore plus intéressante la fragilité perçue du FN sur l’économie, y compris auprès de certains
de ses électeurs et surtout auprès de ceux qu’il souhaiterait convaincre.
Même si le rejet n’est pas ou plus total comme autrefois, c’est bien dans ce domaine que le Front National doit convaincre s’il veut
encore progresser électoralement et crever le plafond de verre qui l’empêche encore de dépasser 50% sur une élection à deux tours
(comme aux dernières régionales).
Gaël Sliman,
Président d’Odoxa
@gaelsliman
Popularité de François Hollande
Diriez-vous que François Hollande est un bon Président de la République ?
Oui
22%
-5 pts
Non
78%
+7 pts
10
Evolution de la popularité de François Hollande
Diriez-vous que François Hollande est un bon Président de la République ?
100%
90%
80%
80%83%78%
78%76%76%
75%
73%
77%77%
78%
71%
70%
60%
68%
67%
Oui
31%
32%
Non
50%
40%
30%
20%
10%
0%
11
21%
20%
16%
26%24%
21%23%22%
21%22%
27%
22%
Popularité de François Hollande selon la proximité
partisane
Diriez-vous que François Hollande est un bon Président de la République ?
Ensemble
22%
Sympathisants de gauche
48%
52%
Sympathisants de droite
4%
hors FN
Sympathisants FN
96%
9%
-11 pts
-2 pts
91%
Oui
12
-5 pts
78%
+8 pts
Non
Popularité de Manuel Valls
Diriez-vous que Manuel Valls est un bon Premier ministre ?
(NSP)
1%
Oui
35%
Non
64%
+4 pts
13
-5 pts
Evolution de la popularité de Manuel Valls
Diriez-vous que Manuel Valls est un bon Premier ministre ?
100%
90%
80%
70%
60%
61%61%
60%58%62%
58%
54%53% 52%
64%
62%62%
60%
56%
Oui
50%
40%
30%
20%
10%
0%
14
45%46% 47%
41%39%41%
37%37%
36%
43%40%
36%36%
35%
Non
Popularité de Manuel Valls selon la proximité
partisane
Diriez-vous que Manuel Valls est un bon Premier ministre ?
Ensemble
35%
Sympathisants de gauche
Sympathisants de droite
hors FN
Sympathisants FN
64%
55%
24%
20%
3%
-4 pts
+12 pts
80%
Non
-5 pts
-12 pts
45%
73%
Oui
15
1%
(NSP)
Palmarès de l’adhésion
Les personnalités politiques suscitant le plus de soutien ou de sympathie
Pour chacune des personnalités politiques suivantes, dites-nous si vous la soutenez, si vous
éprouvez de la sympathie pour elle, si vous ressentez de l’indifférence à son égard ou si vous la
rejetez.
Rang
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
Alain Juppé
Emmanuel Macron
François Bayrou
François Fillon
Marine Le Pen
Bernard Cazeneuve
Xavier Bertrand
Ségolène Royal
Jean-Yves Le Drian
Marion Maréchal-Le Pen
Martine Aubry
Najat Vallaud-Belkacem
Nathalie Kosciusko-Morizet
Jean-Luc Mélenchon
Nicolas Sarkozy
Bruno Le Maire
Valérie Pécresse
Christiane Taubira
Laurent Fabius
Laurent Wauquiez
Nicolas Dupont-Aignan
Florian Philippot
Jean-François Copé
Cécile Duflot
16%
12%
5%
4%
26%
26%
21%
14%
6%
19%
5%
19%
5%
19%
6%
18%
8%
15%
7%
16%
5%
17%
3%
18%
6%
15%
7%
14%
6%
15%
6%
14%
5%
14%
3%
14%
5%
12%
3%
12%
5%
10%
3%
9%
1% 10%
Vous la soutenez
16
29%
11%
Vous éprouvez de la sympathie pour elle
Adhésion
Evolution
45%
38%
31%
25%
25%
25%
24%
24%
24%
23%
23%
22%
21%
21%
21%
21%
20%
19%
17%
17%
15%
15%
12%
11%
+1
+5
-1
-1
+1
+1
-4
-3
-1
-2
-2
-1
/
=
=
-1
-4
-5
-7
-3
=
+1
/
-4
Le palmarès de l’adhésion
selon la proximité partisane
Pour chacune des personnalités politiques suivantes, dites-nous si vous la soutenez, si vous
éprouvez de la sympathie pour elle, si vous ressentez de l’indifférence à son égard ou si vous la
rejetez.
Sympathisants de gauche
Rang
1
Martine Aubry
52%
2
Najat Vallaud-Belkacem
46%
3
Jean-Luc Mélenchon
44%
4
Christiane Taubira
43%
5
Ségolène Royal
43%
6
Emmanuel Macron
39%
7
Alain Juppé
38%
8
François Bayrou
38%
9
Laurent Fabius
37%
10
Bernard Cazeneuve
34%
11
Jean-Yves Le Drian
31%
12
Cécile Duflot
23%
13
François Fillon 18%
14 Nathalie Kosciusko-Morizet 14%
15
Xavier Bertrand 14%
16
Bruno Le Maire
10%
17
Valérie Pécresse
8%
Laurent Wauquiez
18
8%
Nicolas Dupont-Aignan
19
7%
Nicolas Sarkozy
20
7%
Marine Le Pen
21
6%
Jean-François Copé
22
6%
Marion Maréchal-Le Pen
23
6%
Florian Philippot
24
4%
17
Sympathisants de droite hors FN
Evol
Evol
-5
-3
+2
-12
-9
+1
-1
+1
-6
-4
-9
-10
=
/
-10
-5
-4
-3
-3
+2
+3
/
+1
=
Sympathisants FN
Alain Juppé
Emmanuel Macron
Valérie Pécresse
Xavier Bertrand
Nicolas Sarkozy
François Fillon
Bruno Le Maire
Nathalie Kosciusko-Morizet
Laurent Wauquiez
Jean-Yves Le Drian
François Bayrou
Nicolas Dupont-Aignan
Bernard Cazeneuve
Marion Maréchal-Le Pen
Jean-François Copé
Marine Le Pen
Florian Philippot
Najat Vallaud-Belkacem
Laurent Fabius
Ségolène Royal
Christiane Taubira
Jean-Luc Mélenchon
Martine Aubry
Cécile Duflot
69%
58%
56%
52%
49%
48%
41%
38%
36%
26%
24%
24%
23%
22%
22%
21%
11%
9%
8%
5%
5%
4%
4%
2%
+5
+13
-1
-2
-9
-5
-4
/
-11
-1
-4
=
-1
-1
/
+5
+2
+2
-10
-4
+2
-3
-1
-3
Marine Le Pen
Marion Maréchal-Le Pen
Florian Philippot
Alain Juppé
Emmanuel Macron
Nicolas Sarkozy
Nicolas Dupont-Aignan
Laurent Wauquiez
Xavier Bertrand
François Fillon
Bruno Le Maire
Bernard Cazeneuve
Nathalie Kosciusko-Morizet
Jean-Luc Mélenchon
Ségolène Royal
Jean-François Copé
François Bayrou
Valérie Pécresse
Martine Aubry
Christiane Taubira
Jean-Yves Le Drian
Najat Vallaud-Belkacem
Laurent Fabius
Cécile Duflot
86%
74%
49%
31%
26%
24%
18%
16%
15%
15%
15%
14%
14%
13%
11%
11%
11%
10%
10%
9%
7%
6%
5%
4%
Evol
-8
-13
-1
-1
+4
-2
-4
+2
+5
-5
-1
+5
/
+2
-1
/
-11
-9
+1
+5
-2
+1
=
-1
Palmarès du rejet
Les personnalités politiques suscitant le plus de rejet
Pour chacune des personnalités politiques suivantes, dites-nous si vous la soutenez, si vous
éprouvez de la sympathie pour elle, si vous ressentez de l’indifférence à son égard ou si vous la
rejetez.
Rang
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
Evolution
Marine Le Pen
Nicolas Sarkozy
Marion Maréchal-Le Pen
Christiane Taubira
Jean-François Copé
Florian Philippot
Cécile Duflot
Jean-Luc Mélenchon
Martine Aubry
Najat Vallaud-Belkacem
Ségolène Royal
Laurent Wauquiez
Nathalie Kosciusko-Morizet
Valérie Pécresse
Laurent Fabius
Nicolas Dupont-Aignan
François Fillon
Bruno Le Maire
Bernard Cazeneuve
Jean-Yves Le Drian
Xavier Bertrand
Emmanuel Macron
François Bayrou
Alain Juppé
54%
54%
53%
53%
47%
46%
46%
42%
39%
38%
37%
33%
32%
32%
32%
31%
27%
27%
26%
26%
24%
23%
23%
19%
Vous la rejetez
18
-2
+3
-2
+5
/
-5
+5
-3
=
-3
+2
+4
/
+3
=
-2
+4
+1
=
+1
=
=
+2
-1
Opinion sur la gestion des communes FN
Le FN a remporté de nombreuses villes lors des élections municipales de 2014 il y a bientôt deux
ans. D’après ce que vous en savez, diriez-vous que ces communes dirigées par le FN sont …
Plutôt mieux gérées que les
villes dirigées par d’autres
formations politiques
19%
Ni mieux ni moins bien gérées que
les villes dirigées par d’autres
formations politiques
56%
19
Plutôt moins bien gérées que
les villes dirigées par d’autres
formations politiques
25%
Opinion sur la gestion des communes FN
selon la proximité partisane
Le FN a remporté de nombreuses villes lors des élections municipales de 2014 il y a bientôt deux
ans. D’après ce que vous en savez, diriez-vous que ces communes dirigées par le FN sont …
Ensemble
19%
Sympathisants de gauche 4%
Sympathisants de droite
hors FN
Sympathisants FN
Plutôt mieux gérées…
20
14%
25%
56%
51%
45%
63%
22%
66%
Plutôt moins bien gérées…
2%
1%
31%
Ni mieux ni moins bien gérées
1%
(NSP)
Jugement sur l’efficacité de la politique
économique du FN s’il était au pouvoir
Vous personnellement, pensez-vous que s’il était au pouvoir le Front National mènerait une
politique économique …
(NSP)
1%
Plus efficace que celles qu’ont menées
jusqu’à présent la gauche et la droite
lorsqu’elles étaient au pouvoir
22%
Ni plus ni moins efficace que celles
qu’ont menées jusqu’à présent la
gauche et la droite lorsqu’elles
étaient au pouvoir
39%
Moins efficace que celles qu’ont
menées jusqu’à présent la gauche et
la droite lorsqu’elles étaient au
pouvoir
38%
21
Jugement sur l’efficacité de la politique économique du FN
s’il était au pouvoir selon la proximité partisane
Vous personnellement, pensez-vous que s’il était au pouvoir le Front National mènerait une
politique économique …
Ensemble
Sympathisants de gauche
Sympathisants de droite hors FN
22%
6%
14%
Sympathisants FN
Plus efficace…
22
38%
60%
33%
42%
42%
82%
Moins efficace …
39%
1% 16%
Ni plus ni moins efficace …
1%
1%
2%
1%
(NSP)
Solution privilégiée si une primaire à gauche
est organisée
Certains souhaitent que soit organisée une primaire pour que le PS et/ou la gauche désigne son candidat à l’élection
présidentielle de 2017.
Vous personnellement, laquelle de ces trois solutions privilégieriez-vous ?
S/T Souhaite une primaire : 71%
(NSP)
1%
Pas de primaire, François
Hollande doit se représenter à
la présidentielle et les
écologistes comme le Front de
Gauche doivent présenter leur
candidat au premier tour
28%
Une primaire interne au PS entre
François Hollande et d’autres candidats
socialistes
28%
Une primaire de toute la gauche du
PS (dont Hollande) aux écologistes
en passant par le Front de Gauche
43%
23
Solution privilégiée si une primaire à gauche
est organisée selon la proximité partisane
Certains souhaitent que soit organisée une primaire pour que le PS et/ou la gauche désigne son candidat à
l’élection présidentielle de 2017.
Vous personnellement, laquelle de ces trois solutions privilégieriez-vous ?
S/T Souhaite une primaire
Ensemble
28%
Sympathisants de gauche
22%
Dont sympathisants de
gauche hors PS
Dont sympathisants PS
49%
25%
18%
Une primaire interne au PS
24
43%
52%
47%
Une primaire de toute la gauche
28%
71%
1%
71%
29%
23%
77%
65%
35%
Pas de primaire
(NSP)
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
4
Taille du fichier
1 228 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler