close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

CESER - 30/01/2016

IntégréTéléchargement
L’ E S T R É P U B L I C A I N | S A M E D I 3 0 J A N V I E R 2 0 1 6
REGION
Aujourd’hui
En vue
P
leins feux sur les produits régionaux.
La gastronomie est en vedette à Toul,
à la salle de l’Arsenal de 10 h à 19 h
jusqu’à dimanche.
made in
GRAND EST
RETROSPECTIVE : JEAN-EMMANUEL LAGÈS
1769
1897
1910
Assis sur le siège de ces 38 modèles,
vous contemplez 250 années d’industrie automobile
dans la région.
Peu ou prou, l’histoire de la voiture s’est jouée ici.
Accrochez vos ceintures et prenez la route.
Souvenirs, informations et émotions garanties.
1911
1931
1937
1946
1948
1955
1955
1955
1956
1961
1961
1969
1971
1972
1972
1974
1975
1976
1976
1976
1978
1980
1981
1981
1982
1982
1982
1986
1986
1986
1991
1993
1998
1998
2000
56
K La saga de l’automobile dans le Grand Est en images.
En kiosque dès aujourd’hui
Le numéro 2 de Grand Est magazine
Le numéro 2 de Grand Est
magazine est dès ce samedi
dans les kiosques en Alsace,
Lorraine et Champagne­
Ardenne. Ce trimestriel de
84 pages vendu 4,50 euros,
également disponible via
notre site internet
www.estrepublicain.fr,
informe, décode, distrait,
étonne, amuse.
Fruit de la collaboration des
cinq quotidiens lorrains et
alsaciens, Grand Est
magazine propose une
rétrospective inédite et
précise des 38 modèles de
voitures parmi les plus
célèbres au monde fabriqués
peu ou prou dans la région.
Ce voyage dans le temps de
250 ans débute au milieu du
18e siècle avec le fardier à
vapeur de Nicolas­Joseph
Cugnot et s’achève au début
du 21e siècle avec la Smart et
le Bugatti Veyron, en
attendant la Chiron. Entre les
deux, des voitures
mythiques qui ont forcément
croisé vos vies. Le dossier
complet et ludique démonte
également pièce par pièce
une filière qui pèse 60.000
emplois dans la nouvelle
région. Smart, Bugatti,
Peugeot, Renault… font
partie de l’ADN de notre
région.
Pour ce deuxième numéro,
nous avons également
parcouru 2.500 kilomètres à
la découverte de dix villages
dans chacun des dix
départements de la région.
Ce n’est pas une visite
touristique mais la
révélation d’histoires intimes
que des femmes et des
hommes entretiennent avec
l’endroit où ils ont choisi de
vivre. Du grand reportage de
proximité. Notre reporter
voyageur livre des textes,
des images, mais aussi des
vidéos, d’une grande
richesse patrimoniale et
humaine.
Petits génies
et gastronomie
Grand Est magazine est entré
dans les coulisses de
l’assemblée régionale
nouvellement élue. Vous
saurez qui dans l’ombre
conseille Philippe Richert,
président de la Région. Qui a
l’oreille de Florian
Philippot ? Qui peut encore
influencer Jean­Pierre
Masseret ?
Dans ce numéro 2, nous
dressons les portraits de huit
enfants, parfois des
adolescents, qui défient les
règles de la précocité. Nous
les avons appelés « les petits
génies ». Un titre loin d’être
usurpé.
Grand Est magazine, c’est
aussi : des pages sur une
nature magnifique et ses
animaux passés en mode
hiver ; la bataille de Verdun
qui s’est aussi jouée en
dehors des tranchées ; un
carnet de voyage poétique
confié à un aquarelliste ; la
visite photographique de
trois grands châteaux de la
région ; les portraits express
de 45 personnalités qui vont
marquer l’année 2016 ; une
gastronomie populaire et
grivoise ; un quizz sport…
Sans oublier les « bonus
web » sur notre site.
Des milliers de litres
de lait sur la route
Près de 400 éleveurs et
producteurs laitiers ont bloqué
hier une bonne partie de la
journée la RN 57 à hauteur
d’Epinal. Objectif : manifester
leur ras­le­bol devant la baisse
du prix du lait.
E Il aura suffi de cinq tracteurs et
d’une dizaine d’automobiles pour créer
hier matin la zizanie sur les hauteurs
de Sarrebourg, dans la ZAC des Terras­
ses de la Sarre. Deux camions­citernes
chargés en tout de 52.500 litres de lait
ont vu leur chargement s’écouler sur la
route après que les paysans aient
ouvert les vannes.
I
ls ont tous l’impression d’avoir
le couteau sous la gorge. Une
bonne partie d’entre eux sont
allés à leur banque ces derniers
jours pour rééchelonner leur
dette. Près de 400 éleveurs et pro­
ducteurs laitiers ont convergé de
sept villes vosgiennes hier (Char­
mes, Eloyes, Ramberviller, Bruyères,
Plombières, Vittel et Mirecourt) vers
Epinal. Un peu après 10 h du matin,
ils se sont installés sur la voie rapide
à hauteur du centre commercial du
« Saut le cerf » pour bloquer la RN57
pendant une bonne partie de la jour­
née.
E Embusqués dès 10 h en divers en­
K Arrivée sur Epinal hier matin à 10 h 30. La RN 57 est bloquée dans les deux sens. Les
agriculteurs se rassemblent, ils sont près de 400.
D’autres actions sont prévues
Depuis plusieurs semaines déjà, ils
manifestent contre le prix du lait
(environ 27 centimes le litre). « C’est
le prix d’il y a 25 ans », souligne
Philippe Clément, le président de la
FDSEA. Le ras­le­bol agricole parti
de la plaine il y a deux semaines
s’amplifie. Hier, c’était la RN57 et
une circulation très difficile à Epinal
dans la journée, mais demain,
d’autres actions sont prévues, expli­
quent les agriculteurs. En direction
de la grande distribution ou des lai­
teries.
« Le Foll dégage ou soutiens l’éle­
vage », « agriculteurs nés, élevés et
abattus par la France ». Les slogans
accrochés aux tracteurs critiquent la
politique agricole menée par la
France, mais aussi par l’Europe. Le
plan de soutien à l’élevage ? Soit
2 millions d’euros pour le départe­
ment, c’est une goutte d’eau expli­
Régional
Société du journal « L’EST RÉPUBLICAIN »
Siège social : rue Théophraste-Renaudot
NANCY-HOUDEMONT
54185 HEILLECOURT CEDEX
Tél. 03.83.59.80.54 - Fax 03.83.59.88.71
www.estrepublicain.fr
S.A. au capital de 2.400.000 € prévue jusqu’en 2064
Directeur de la publication :
Christophe MAHIEU
Actionnaire : BFCM
ISSN 0240-4958 - CPPAP 0418C83160
RLO01 ­ V1
PUBLICITÉ
• Dans sa zone de diffusion, L’Est Républicain
vend directement son espace publicitaire et
n’accepte aucun intermédiaire. La facturation
est établie au nom de l’annonceur.
• Le défaut d’insertion total ou partiel d’un
ordre de publicité ne peut donner lieu
à aucune indemnité.
Imprimeries
L’EST RÉPUBLICAIN
Photo Jean­Charles OLE
que Jean­Paul Fontaine, responsa­
ble départemental des Jeunes
agriculteurs. « En moyenne, on a
touché 1.000 euros par exploitation,
alors que le manque à gagner en­
tre 2014 et 2015 était de
25.000 euros », ajoute­t­il. Sans
oublier la sécheresse de cet été qui a
obligé de nombreuses exploitations
à acheter de la nourriture pour leur
bétail ou à réduire un peu le cheptel
pour faire face aux charges.
droits aux alentours de la coopérative
Unicoolait, les agriculteurs ont attendu
qu’un camion­citerne quitte la coopé­
rative pour le coincer entre deux trac­
teurs. Objectif : faire entendre leur
colère quant à la baisse du prix du lait.
« Il y a un an et demi, on était payé
près de 400 € pour 1.000 litres. Depuis
on est en dessous de 300 €. On tra­
vaille à perte, on est asphyxié », déplo­
rait Hervé Czichon, président de la
section sarrebourgeoise de la FDSEA
(fédération départementale des syndi­
cats d’exploitants agricoles) et vice­
président des Jeunes agriculteurs.
A 14 h, une délégation a été reçue
en préfecture des Vosges. Le fumier,
le lisier, la paille et les pneus chargés
dans les remorques n’ont pas traver­
sé les rues de la ville. La cargaison
est restée sur la chaussée de la voie
rapide, déposée là en fin de manifes­
tation. Comme une mise en garde
par les agriculteurs vosgiens déter­
minés à se faire entendre.
Katrin TLUCZYKONT
Politique
Elu président du Ceser de l’Acal, le Champardenais a battu hier le Lorrain Roger Cayzelle, à l’issue
d’un second tour très incertain, profitant d’une mobilisation de ses troupes et d’un report de voix alsaciennes
La surprise Patrick Tassin
pression) jusqu’à la fin 2017.
Cette option stratégique
aura­t­elle fini par produire
des effets contraires, au ris­
que de susciter une part
d’agacement chez une fran­
ge indécise des 253 élus ?
L’hypothèse était évoquée
dans les couloirs de l’Hôtel
Saint­Clément. Un fort re­
port du clan syndical­ ensei­
gnant, Joseph Zorgniotti
vient des rangs de la CGT ­
notamment dans le collège
des associations pourrait
avoir fait basculer le sort de
cette élection à bulletin se­
cret.
Forfait de Zorgniotti
Quotidien
P Achetez en ligne le numéro 2 de Grand Est Magazine, qui
sort aujourd’hui
P La manifestation des agriculteurs dans les Vosges en images
P Gagnez vos places pour le spectacle de Stéphane Rousseau à
Toul
Après un mois de fermeture très actif au
musée Lalique Wingen­sur­Moder, la
réouverture aura lieu le 2 février avec
l’exposition « Un amour de Lalique »,
à l’occasion de la Saint­Valentin.
RN 57 bloquée : le ras­le­bol
des paysans
Metz. Une page se tourne en
Lorraine. Le Champenois
Patrick Tassin, 61 ans, a créé
une grosse surprise hier
après­midi à Metz en deve­
nant le nouveau président
du Ceser de la région Acal.
Présenté comme le favori
ces dernières semaines, le
Lorrain Roger Cayzelle a été
battu au second tour de cette
élection qui détermine le
nouveau numéro un du con­
seil économique social et
environnemental sur les ré­
gions Alsace, Lorraine et
Champagne­Ardenne.
SERVICE ABONNEMENTS
Tél. 03.83.59.08.08
ABONNEZ-VOUS PAR E-MAIL :
lerabonnement@estrepublicain.fr
TARIFS ABONNEMENTS
Du lundi au dimanche
1 an......................................... 411,10 €
Du lundi au samedi
1 an......................................... 320,80 €
Dimanche seul
1 an........................................... 96,20 €
Prélèvements mensuels :
Semaine et dimanche.................... 34 €
Semaine.................................... 26,20 €
Dimanche.................................... 7,80 €
AUJOURD’HUI SUR estrepublicain.fr
Février au musée Lalique
Arrivée en tête au premier
tour avec 95 voix contre 86 à
Patrick Tassin et 69 à l’Alsa­
cien Joseph Zorgniotti, la
candidature de Roger Cay­
zelle est passée à la trappe
avec le dépouillement du se­
cond tour, cette fois entre
deux candidats, après le for­
fait de Zorgniotti. 131 voix
pour Tassin, 107 pour Cay­
zelle et 15 votes blancs : la
forte mobilisation du côté
champardenais, doublée
sans doute d’un réflexe alsa­
cien, auront été fatals à Ro­
ger Cayzelle, 67 ans, qui pré­
sidait l’entité lorraine
chargée de réfléchir aux
grands dossiers régionaux
depuis 2001.
Ce dernier n’avait pourtant
pas ménagé ses efforts ces
derniers mois, partant le
premier dans la course à la
présidence puis avançant
ses pions en éclaireur, et les
priorités de son programme
des « 702 jours » (son ex­
La nouvelle appellation
de l’Acal prioritaire
Patrick Tassin lui­même
ne cachait pas une part
d’étonnement face à l’am­
pleur du résultat. « Nore dif­
férence avec Roger (Cayzel­
l e ) p o r t a i t s u r
l’indépendance dans le
comportement du Ceser face
au champ politique », com­
mentait sobrement le vain­
queur, félicité par le prési­
dent de la Région Philippe
Richert.
L’un des premiers dossiers
sur la table des deux hom­
mes portera en priorité sur
l’identité et l’appellation de
ce vaste périmètre régional.
Les premières réunions en­
tre le Champardenais et
l’Alsacien ont déjà eu lieu.
Le nouveau président du
Cesel a rappelé son souhait
de relancer le débat sur la
gare d’interconnexion de
Vandières.
Antoine PETRY
K L’Ardennais Patrick Tassin élu président du Ceser d’Alsace Lorraine Champagne­Ardenne.
Photo Pascal BROCARD
Patrick Tassin
président du Ceser de l’Acal
« Pour Vandières on fera bientôt
une proposition. Il va falloir remettre à plat
ce dossier. »
Sur quoi vont se
concentrer vos priorités
de président du Ceser de
l’Acal dans les prochains
jours ?
Il faut se mettre au travail
rapidement autour des trois
axes de collégialité, de force
et de lisibilité. Je ne suis pas
le candidat d’un camp, il nous
faut améliorer la part de nos
travaux et gagner en lisibilité
aux yeux de l’extérieur. Enfin,
je me concentrerai également
au rééquilibrage entre les
territoires, pour que les
secteurs ruraux ne soient pas
oubliés au détriment des
zones urbaines. Cela doit se
faire en bonne intelligence.
Sur Vandières, le conseil
régional de Lorraine n’a pas
bien fonctionné. Il va falloir
remettre à plat ce dossier en
y intégrant le vaste territoire
de cette grande région. Et
Vandières serait cohérent
dans ce schéma, c’est certain.
On fera bientôt une
proposition.
Entre vous et Roger
Cayzelle, où s’est jouée la
différence ?
Nous avions des désaccords,
c’est indéniable, qui portaient
sur la place qui doit être celle
du Cesel dans le paysage
politique. Ensuite, peut­être
Roger a­t­il sous­estimé les
impacts de l’économie du
développement durable. Il y a
de l’essor économique à aller
chercher dans cette voie.
En quoi le résultat vous
surprend­il ?
Par son ampleur. Déjà, je ne
pensais pas atteindre le 1er
tour à ce niveau.
Faut­il y voir une part de
compensation en
direction de la
Champagne­Ardenne ?
Pour être franc, en lançant
ma candidature, j’avais
ressenti autour de moi une
grosse attente, car beaucoup
se sentaient un peu délaissés
au détriment des deux autres
régions. Aucune tête de liste
ne venait de Champagne­
Ardenne et c’était mal
ressenti. Ensuite et surtout,
l’abandon des services de
l’Etat y a été terrible. En
Champagne­Ardenne, on
voyait pointer ce sentiment
de parvenir à montrer le bout
de notre nez.
Recueilli par Antoine PETRY
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
4
Taille du fichier
1 605 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler