close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

1 février 2016 Royal Nickel annonce deux acquisitions

IntégréTéléchargement
ROYAL NICKEL CORP
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Royal Nickel annonce deux acquisitions
transformatrices
S’engage à faire l’acquisition d’une participation de 67 % dans Salt Lake Mining
et d’une participation de 100 % dans VMS Ventures, créant le plus récent
producteur de métaux précieux et usuels sur le TSX
RNC tiendra une conférence téléphonique avec webdiffusion aujourd’hui à 10 h 00
(heure de l’Est) afin de discuter des transactions et du marché du nickel. Appels
téléphoniques de l’Amérique du Nord : 1-888-231-8191, appels téléphoniques
internationaux : (+1) 647-427-7450. Cliquez [ici] pour accéder à la webdiffusion de
la conférence. (Pour la retransmission, voir l’information ci-dessous.)
Toronto, Ontario, le 1er février 2016 – Royal Nickel Corporation (« RNC ») (TSX : RNX)
annonce deux acquisitions qui transformeront la Société en un producteur de nickel, de
cuivre et d’or à faible coût générant des liquidités.
Salt Lake Mining : RNC s’est engagé à faire l’acquisition d’une participation de 67 %
dans Salt Lake Mining Pty Ltd (« SLM ») en contrepartie de 32,5 millions d’actions
ordinaires de RNC et de 2,5 M$ CA en espèces (sous réserve de certaines conditions).
SLM est une société à capital fermé dont l’actif principal est une participation de 100 %
dans la mine Beta Hunt, un producteur de nickel et d’or à faible coût situé dans le
prolifique district minier de Kambalda en Australie. La production de nickel a redémarré
à la mine Beta Hunt en 2014 et la production d’or, à la fin de 2015.
VMS Ventures : RNC a aussi conclu une entente définitive (l’« Entente ») aux termes
de laquelle RNC acquerra toutes les actions ordinaires émises et en circulation de VMS
Ventures inc. (« VMS ») sous la forme d’un plan d’arrangement. Selon les termes de
l’Entente, les actionnaires de VMS recevront 36,0 millions d’actions ordinaires de RNC,
approximativement 3,5 M$ CA en espèces et le paiement d’un dividende en nature
d’environ 29,98 millions d’actions ordinaires de North American Nickel (« NAN »)
détenues actuellement par VMS. À la clôture de la transaction, les actionnaires de VMS
recevront une contrepartie représentant une valeur de 0,081 $ CA pour chaque action
ordinaire de VMS, basé sur le prix moyen pondéré en fonction du volume sur 20 jours de
RNC au TSX et de VMS et de NAN au TSX-V en date du 29 janvier 2016. L’offre
représente une prime d’approximativement 39,3 % par rapport au prix moyen pondéré
en fonction du volume de VMS. VMS est une société ouverte dont l’actif principal est
1
une participation de 30 % dans la mine Reed, un producteur de cuivre opérant
maintenant au maximum de sa capacité et situé dans la ceinture de roches vertes de
Flin Flon-Snow Lake, au centre du Manitoba. HudBay Minerals inc. (« Hudbay ») détient
l’intérêt résiduel de 70 % dans la mine Reed et en est l’exploitant. L’Entente sera mise
en œuvre par le biais d’un plan d’arrangement en vertu de l’article 288 du Business
Corporations Act de la Colombie-Britannique.
« Le conseil d’administration de RNC appuie pleinement Mark Selby et son équipe dans
le cadre de notre stratégie visant à faire de RNC un producteur de métaux précieux et
de base comptant plusieurs actifs et générant des flux de trésorerie. Nous croyons que
notre stratégie qui consiste à ajouter des actifs de qualité à ce moment précis du cycle
des matières premières procure une valeur très intéressante à nos actionnaires. Le
conseil, Mark et son équipe continuent de travailler sur l’avancement de notre projet
nickélifère Dumont, et nous continuons de penser qu’il s’agit du plus excitant projet de
nickel en développement sur le marché et qu’il sera nécessaire pour aider à faire face à
la pénurie qui s’annonce sur le marché du nickel au cours des prochaines années. Nous
évaluerons également chaque opportunité qui se présente pour faire croître RNC et
nous placer en bonne position lorsque nous émergerons des conditions actuelles qui
prévalent dans l’industrie des métaux, à titre de société minière en croissance basée au
Canada », a déclaré Scott Hand, président du conseil de RNC.
Faits saillants des transactions :
 Transformatrices : Elles transforment immédiatement RNC en un producteur de
nickel, de cuivre et d’or, conformément à sa stratégie visant à devenir une
société minière comptant plusieurs actifs.
 Actifs de qualité en production : Les mines Beta Hunt et Reed sont non
seulement deux mines générant des liquidités au sein d’excellentes juridictions
minières, mais sont également parmi les mines à teneurs les plus élevées en
nickel et en cuivre au monde.
 Solides équipes d’exploitation : Les mines Beta Hunt et Reed ont des équipes
d’exploitation solides déjà en place qui demeureront intactes après les
transactions.
 Diversification : L’ajout des actifs de SLM et de VMS aux actifs existants de
RNC créera une société minière diversifiée comptant plusieurs actifs, solidement
implantée dans des camps miniers bien établis au Canada et en Australie.
 Plateforme de croissance : L’ensemble des actifs procurera une plateforme
pour la croissance future, soit à l’interne ou par des acquisitions opportunistes.
« L’acquisition de SLM et de VMS procurera à RNC des exploitations génératrices de
liquiditésde même qu’une exposition avec effet de levier à la production de nickel, d’or et
de cuivre et pourra servir de plateforme de croissance dans deux régions prolifiques et
prometteuses pour la production de métaux, au cœur d’excellentes juridictions
minières », a déclaré Mark Selby, président et chef de la direction de RNC. « Avec
2
l’ajout des actifs de SLM et de VMS, RNC bénéficiera de l’exposition à la production
actuelle de nickel, d’or et de cuivre, de son projet nickélifère Dumont, un projet à grande
échelle prêt à aller de l’avant, de synergies au niveau de la direction et d’un portefeuille
de projets d’exploration pour le nickel, le cuivre et l’or tous plus intéressants les uns que
les autres. »
En 2015, les deux mines ont produit environ 4,0 kt de nickel, 4,0 kt de cuivre et 3,3 koz
d’or (métal récupéré sur une base de 100 % pour la mine Beta Hunt et sur une base de
30 % pour la mine Reed).
En 2016, la production de ces deux mines (sur une base de 100 % pour la mine Beta
Hunt et sur une base de 30 % pour la mine Reed) devrait s’établir approximativement à
3,5 à 4,5 kt de nickel, à 4,0 à 4,5 kt de cuivre et à 35 à 45 koz d’or, avec l’augmentation
progressive de la production à Beta Hunt en 2016. À la mine Beta Hunt, le coût au
comptant direct pour le nickel devrait être négatif en 2016 – des prévisions plus
détaillées sont présentées ci-dessous.
Acquisition de Salt Lake Mining
Résumé de la transaction SLM
Sous réserve de certaines conditions, RNC fera l’acquisition d’une participation de 67 %
dans SLM en contrepartie de 32,5 millions d’actions ordinaires de RNC et d’une injection
de 2,5 M$ CA dans la société. La participation dans SLM sera acquise en deux étapes :

En date d’aujourd’hui, RNC a investi 2,5 M$ CA en espèces en contrepartie
d’une participation de 20 % dans SLM ;

RNC fera l’acquisition d’une participation additionnelle de 47 % dans SLM auprès
des actionnaires actuels en contrepartie de 32,5 millions d’actions ordinaires de
RNC. Cette transaction, qui devrait se clôturer en début de mars, demeure
sujette aux approbations réglementaires, au processus de préemption des
actionnaires et aux autres conditions usuelles de clôture.
Faits saillants de la transaction SLM :
 Flux de trésorerie positifs : La mine Beta Hunt a généré des flux de trésorerie
opérationnels positifs au deuxième semestre de 2015, malgré la faiblesse du prix
du nickel.
 Consolidation des droits sur le nickel et sur l’or : SLM a consolidé les droits
sur le nickel et sur l’or à Beta Hunt, générant une plus-value importante avec
l’accroissement progressif de la production d’or, permettant de tirer profit des
infrastructures minières existantes.
 Faible coût : En tenant compte des sous-produits, le coût au comptant direct
pour 2016 devrait être négatif, entre 0,00 $ US/lb et (1,00 $ US)/lb de nickel. Sur
la base des coproduits, les coûts de maintien tout compris en 2016 devraient
3


varier de 3,75 $ US/lb à 4,25 $ US/lb de nickel et de 800 $ US/oz à 900 $ US/oz
d’or.
Potentiel de croissance : Des ajouts aux ressources existantes en nickel et en
or à Beta Hunt sont envisageables latéralement et parallèlement, à partir de
forage d’exploration.
Potentiel de synergie : Des essais prévus sur la minéralisation en sulfures de
nickel de Beta Hunt devraient permettre de valider le concept de concentré grillé
élaboré pour le projet Dumont de RNC en vue de réduire les coûts de production
et d’augmenter les pourcentages payables.
Aperçu de la mine Beta Hunt
La mine Beta Hunt, située à 600 km de la ville de Perth, dans le district minier de
Kambalda, en Australie occidentale, est un gisement qui présente la caractéristique très
rare d’englober à la fois des ressources en nickel et en or dans des zones minéralisées
distinctes, mais adjacentes. Les titres miniers sur lesquels se trouve la mine Beta Hunt
sont détenus par Gold Fields Limited. SLM exploite la mine Beta Hunt en vertu d’un
contrat de sous-location avec Gold Fields Limited.
4
Figure 1. Carte de localisation de la mine Beta Hunt
La mine Beta Hunt et les projets de SLM sont situés dans une région minière prolifique.
Source : SLM
La consolidation des droits sur le nickel et sur l’or en 2013 par SLM a grandement
amélioré les perspectives de création de valeur à Beta Hunt. La combinaison de
minéralisation à haute teneur en nickel et de production d’or à faible coût permettra de
transformer Beta Hunt en une mine de nickel dont le coût au comptant direct serait dans
le premier quartile, tout en procurant une grande marge de manœuvre opérationnelle si
le contexte actuel du prix du nickel devait persister.
Le district minier de Kambalda en Australie occidentale est un centre minier majeur de
longue date qui possède déjà d’excellentes infrastructures, une main-d’œuvre qualifiée
sur place et des usines de traitement pour le nickel et l’or à proximité. Beta Hunt était à
l’origine un actif important de WMC (Western Mining Co.) ; la mine a été découverte en
5
1966 et a produit 153 500 tonnes de nickel jusqu’en 1998. La propriété a été vendue à
Gold Fields Limited en 2001. En 2003, Reliance Mining a acquis les droits sur le nickel
pour la somme de 11,7 M$ AUD et y a développé une mine, avant d’être acheté par
Consolidated Minerals pour 76,5 M$ AUD en 2005. Consolidated Minerals a placé la
mine en mode de suivi et d’entretien à la fin de 2008.
La mine Beta Hunt a été acquise par SLM en 2013 pour la somme de 10 M$ AUD, après
avoir récupéré les droits miniers sur l’or auprès de Gold Fields Limited. La mine a
commencé à produire du nickel en 2014 tandis que la production d’or a débuté en
novembre 2015. La production d’or devrait s’accroître tout au long de 2016.
Beta Hunt dispose d’estimations de ressources minérales en nickel et en or conforme au
Code JORC de 2012, ainsi qu’un potentiel de croissance par l’exploration.
Consolidation des droits sur le nickel et sur l’or : un grand potentiel pour l’or en
sous-produit
La mine Beta Hunt fait partie d’un système de minéralisation aurifère régional de
plusieurs millions d’onces, et possède donc un grand potentiel pour produire de l’or en
sous-produit. Les corps minéralisés en or sont accessibles à partir de la rampe
principale de la mine de nickel, permettant ainsi de tirer profit des infrastructures
existantes.
RNC a reçu les résultats de l’évaluation économique préliminaire (« EEP ») pour Beta
Hunt, préparée sous la forme d’un rapport technique conforme au Règlement 43-101,
qui sera déposé sous le profil de RNC sur SEDAR (www.sedar.com) dans un délai de
45 jours. Selon le plan d’exploitation minière de Beta Hunt décrit dans le rapport
technique, les activités d’extraction minière pour l’or ont débuté dans la zone A en
parallèle aux opérations pour le nickel et augmenteront graduellement pour atteindre un
niveau de production soutenu de plus de 45 koz d’or par année, lorsque les activités
d’abattage commenceront dans la zone Western Flanks au cours de la deuxième moitié
de 2016. SLM a réalisé un important programme de forage souterrain en 2014 qui a
permis d’identifier de nombreuses zones ouvertes en profondeur et latéralement vers le
nord, dont la zone Western Flanks. Il existe également un fort potentiel pour d’autres
zones parallèles à l’ouest de la zone Western Flanks.
6
Figure 2. Plan schématique de la mine Beta Hunt
Source : Salt Lake Mining
Opportunités d’exploration
Le portefeuille de propriétés de SLM comprend d’importantes cibles d’exploration à Beta
Hunt et dans la région, qui permettraient d’augmenter les ressources de SLM en
parallèle à la production.
7
Paramètres d’exploitation prévus pour 2016 à la mine Beta Hunt
(sur une base de 100 %)
Deuxième
Prévisions pour
Mine Beta Hunt ($ US)
Unités
semestre 2015
2016
Nickel en concentré
Production d’or
Coût au comptant direct (avec
l’or en sous-produit)
Coût au comptant direct /
CMTC pour le nickel en
coproduit
Coût au comptant direct /
CMTC pour l’or en coproduit
Dépenses en immobilisations
de maintien (incluant le
développement minier pour
l’or)
1.
2.
3.
4.
Kt
Mlb
000 onces
$/lb
$/tonne
$/lb
$/tonne
2,1
4,6
2,2
3,50 $
7 700 $
4,90 $
10 800 $
$/once
n/d
M$
1 M$
3,5 - 4,5
8 - 10
35 - 45
(1,00 $) - 0,00 $
(2 200 $) - 0,00 $
3,75 $ - 4,25 $
8 270 $ - 9 370 $
800 $ - 900 $
6 - 8 M$
Le coût au comptant d’exploitation et le coût au comptant d’exploitation par tonne vendue sont des mesures
non conformes aux IFRS. Dans l’industrie des mines de nickel, le coût au comptant d’exploitation et le coût au
comptant d’exploitation par tonne sont des mesures de performance couramment utilisées, mais qui n’ont pas
de sens normalisé. Le coût au comptant d’exploitation est calculé à partir des montants comptabilisés à l’état
consolidé du résultat global et comprend les coûts d’exploitation engagés sur le site minier, incluant les coûts
d’extraction minière, de traitement du minerai et d’administration ainsi que les redevances à payer, mais exclut
l’épuisement et l’amortissement ainsi que les charges liées aux paiements à base d’actions et les frais de
réhabilitation. Le coût au comptant d’exploitation par tonne est basé sur le nombre de tonnes vendues et est
calculé en divisant le coût au comptant d’exploitation par le nombre de tonnes de nickel vendues ; coût au
comptant d’exploitation en $ US par tonne vendue. SLM divulgue cette information puisqu’elle croit que ces
mesures sont utiles aux investisseurs et aux analystes pour évaluer son rendement opérationnel et sa capacité
de générer des flux de trésorerie. La mesure conforme aux IFRS la plus directement comparable serait le coût
de production total.
Le coût de maintien tout compris et le coût de maintien tout compris par tonne vendue sont des mesures non
conformes aux IFRS. Ces mesures ont pour but d’aider le lecteur à évaluer le coût total associé à la production
de nickel des opérations en cours. SLM définit le coût de maintien tout compris comme étant la somme des
coûts de production, des dépenses en immobilisations de maintien (investissements requis pour maintenir les
opérations en cours au même niveau), les dépenses générales et administratives de la société, les dépenses
d’exploration sur le site minier et la désactualisation des frais de réhabilitation liés aux opérations en cours. Le
coût de maintien tout compris exclut les dépenses en immobilisations de croissance, les dépenses d’exploration
de croissance, la désactualisation des frais de réhabilitation non liés aux opérations en cours ainsi que les
intérêts et autres charges financières et impôts. La mesure conforme aux IFRS la plus directement comparable
serait le coût de production total.
Principales hypothèses utilisées pour 2016 : prix du nickel à 4,08 $/lb, prix de l’or à 1 080 $/oz et taux de
change de 1,43 $ US = 1,00 $ AUD.
Les renseignements techniques présentés dans ce tableau ont été préparés conformément aux exigences
réglementaires canadiennes par ou sous la supervision de David Penswick, ing.
Géologie
La mine Beta Hunt est située dans la partie centrale de la ceinture de roches vertes de
Norseman-Wiluna, dans une séquence de roches mafiques-ultramafiques et felsiques,
sur le flanc sud-ouest du dôme de Kambalda. Encaissée principalement dans des
roches ultramafiques altérées en talc-carbonates et en serpentine, la minéralisation en
nickel se compose typiquement de pyrrhotite-pentlandite-pyrite±chalcopyrite. La
minéralisation en or se trouve principalement dans les basaltes de Lunnon, qui forment
8
l’éponte inférieure des roches ultramafiques encaissant la minéralisation en nickel et qui
sont caractérisés par une intense altération en albite, en carbonates et en chlorite, avec
une enveloppe d’altération en biotite-pyrite.
Extraction minière
Au départ, SLM a eu recours à un entrepreneur qui utilisait les mêmes méthodes
mécanisées que les exploitants antérieurs pour extraire le minerai nickélifère. Cette
façon de faire s’est soldée par une faible productivité et une forte dilution compte tenu
de la nature du gisement relativement peu incliné, formé d’étroites zones filoniennes à
haute teneur. Au début de 2015, SLM a amorcé une transition en devenant propriétaire
exploitant. Au moyen de méthodes conventionnelles, il a réussi à améliorer
considérablement les résultats. Le taux de production s’est stabilité à 450 tonnes par
jour au deuxième semestre de 2015.
La minéralisation en or se retrouve dans des filons plus larges et plus fortement inclinés,
qui se prêtent mieux aux méthodes mécanisées. La production au cours des deux
derniers mois de 2015 était de 450 tonnes par jour en moyenne et s’accroîtra
graduellement pour atteindre le taux nominal au deuxième semestre de 2016.
Traitement du minerai
Toutes les activités de traitement du minerai sont effectuées en vertu de contrats
d’usinage à forfait conclus avec des usines de traitement locales.
Le minerai nickélifère est transporté par camion sur 3 km, jusqu’au concentrateur de
BHP Billiton Ltd (BHPB) situé à Kambalda. Le concentré est traité à la fonderie de BHPB
à Kalgoorlie.
Le minerai aurifère est transporté par camion jusqu’au concentrateur de St. Ives Gold
Fields situé à quelque 15 km.
Mise en garde : La décision de SLM de démarrer les activités minières à la mine Beta
Hunt n’était pas fondée sur une étude de faisabilité faisant état de réserves minérales et
démontrant la viabilité économique et technique du projet, de telle sorte qu’il pourrait y
avoir une plus grande incertitude d’arriver à un niveau particulier de récupération des
métaux ou aux coûts associés à la récupération des métaux, y compris un risque accru
associé au développement d’un gisement commercialement exploitable. Historiquement,
de tels projets présentent un risque beaucoup plus élevé d’échec économique et
technique. Rien ne garantit que les coûts de production seront dans les niveaux
anticipés. L’incapacité de réaliser les coûts de production anticipés pourrait avoir un
impact négatif important sur les flux de trésorerie et la rentabilité future de SLM. Le
lecteur est aussi avisé que l’EEP est de nature préliminaire. Aucune étude de faisabilité
minière n’a été réalisée à Beta Hunt. Les ressources minérales ne sont pas des
réserves minérales et leur viabilité économique n’a pas été démontrée. Il n’y a aucune
certitude que l’EEP sera mise en œuvre.
9
Tableau 1 Ressources minérales de nickel à la mine Beta Hunt au 1er mai 20151,2,3,5
Nickel
>=1 % Ni
Catégorie
Inventaire
(kt)
Teneur
(% Ni)
Métal contenu
Tonnes de nickel
(t Ni)
Mesurées
113
4,9
5 550
Indiquées
323
4,2
13 620
Total
436
4,4
19 170
Présumées
221
3,4
7 570
Tableau 2 Ressources minérales d’or à la mine Beta Hunt au 1er mai 20151,2,4,5,
Or
>=2 g/t Au
1.
2.
3.
4.
5.
Catégorie
Inventaire
(kt)
Teneur
(g/t Au)
Métal contenu
(onces)
Mesurées
0
0,0
0
Indiquées
1 095
3,7
131 000
Total
1 095
3,7
131 000
Présumées
2 287
3,3
245 000
Les ressources minérales ne sont pas des réserves minérales et leur viabilité économique n’a pas été
démontrée. Il n’y a aucune certitude que les ressources minérales estimées seront éventuellement converties,
en tout ou en partie, en réserves minérales.
Les estimations de ressources minérales comprennent des ressources minérales présumées qui sont
normalement considérées comme trop spéculatives d’un point de vue géologique pour y appliquer des
considérations économiques permettant de les classer dans la catégorie des réserves minérales. Il n’y a
aucune certitude que des ressources minérales présumées pourront être converties en ressources de
catégorie mesurée ou indiquée suivant des travaux de forage ultérieurs ni en réserves minérales suivant
l’application de considérations économiques. Les tonnages et les quantités de métaux contenus dans les
ressources minérales ont été arrondis afin de refléter la précision des estimations, de telle sorte que les totaux
pourraient ne pas correspondre à la somme des composantes.
Les ressources minérales de nickel sont présentées selon un seuil de coupure de 1 % Ni.
Les ressources minérales d’or sont présentées selon un seuil de coupure de 2 g/t Au.
Les ressources minérales présentées ci-dessus ont été préparées par Elizabeth Haren de Haren Consulting
Pty Ltd, géologue membre de l’AusIMM (Chartered Professional Geologist), et seront pleinement documentées
par la publication d’un rapport technique conforme au Règlement canadien 43-101 qui sera déposé par
RNCdans un délai de 45 jours.
Financement et redevances
Les obligations de SLM à l’égard des droits de redevances existants à Beta Hunt sont
les suivantes : (i) Consolidated Minerals, 3 % (si le prix du nickel est inférieur à
17 500 $ AUD/t) ou 5 % (si le prix du nickel est de 17 500 $ AUD/t ou plus) jusqu’à un
maximum de 16 M$ AUD en paiements de redevances ; (ii) gouvernement de l’Australie
occidentale, 2,5 % payable sur l’or et le nickel ; (iii) St Ives Gold Mining Company Pty
Limited, 1 % à l’égard du nickel et 6 % à l’égard de l’or ; et (iv) Resource Income Fund
LP, 0,5 % à l’égard du nickel et 1,5 % à l’égard de l’or.
SLM a conclu un accord de premier rang garanti de prévente de métaux avec LRC-SLM
L.P., une entité ad hoc entièrement détenue par Lascaux Resources Capital Fund I L.P.,
en vertu duquel SLM doit livrer un total résiduel de 1 308 tonnes de nickel et de
10
4 800 onces d’or sur la durée résiduelle de l’accord. Concernant les autres modalités de
l’accord, Salt Lake doit aussi livrer à LRC-SLM L.P. 3 % de tout l’or produit sur la
propriété pendant la durée de l’accord (cette obligation prendra fin à l’échéance ou à la
résiliation de l’accord). Conformément aux modalités, l’accord vient à échéance en
février 2019.
RNC ne pourra recevoir de dividendes de sa participation dans SLM que lorsque
l’entente aura été remboursée en totalité ou remplacée.
Acquisition de VMS Ventures
Résumé de la transaction VMS
RNC a conclu une entente définitive visant l’acquisition d’une participation de 100 %
dans VMS Ventures inc., aux termes de laquelle les actionnaires de VMS recevront :
1. 36 000 000 actions ordinaires de RNC (d’une valeur approximative de 5,9 M$ CA, soit
0,040 $ CA par action de VMS basé sur le prix moyen pondéré en fonction du volume de
l’action de RNC de 0,164 $ CA au TSX le 29 janvier 2016) ;
2. Un paiement en espèces d’approximativement 3 507 000 $ CA (soit 0,023942 $ par
action de VMS) ;
3. Un total de 29 978 393 actions ordinaires de NAN (représentant la participation
actuelle de VMS dans NAN), qui sera distribué sous la forme d’un dividende en nature
aux actionnaires de VMS selon un ratio d’environ 0,2047 action de NAN par action de
VMS (valeur approximative de 2,4 M$ CA, ou de 0,017 $ CA par action de VMS, basé
sur le prix moyen pondéré en fonction du volume des actions de NAN de 0,082 $ CA au
TSX-V en date du 29 janvier 2016.
Possibilité d’un paiement exclusif en espèces ou en actions. En vertu du plan
d’arrangement, et sous réserve d’ajustements en conformité avec le plan
d’arrangements, les actionnaires de VMS auront le droit de recevoir, en contrepartie de
chaque action de VMS en leur possession, soit : (i) 0,245765 action ordinaire de RNC et
0,023942 $ en espèces ; ou (ii) 0,392032 action ordinaire de RNC ; ou (iii) 0,064170 $ en
espèces, sous réserve de la répartition proportionnelle des actions et des fonds alloués,
soit 36 000 000 d’actions de RNC et 3 507 000 $ CA en espèces. En supposant une
répartition pleinement proportionnelle et sur une base non diluée, les actionnaires de
VMS recevront 0,245765 action ordinaire de RNC et 0,023942 $ en espèces en
contrepartie de chaque action de VMS en leur possession.
Les 36,0 millions d’actions ordinaires de RNC qui seront émises aux actionnaires de
VMS dans le cadre de l’Entente représenteront environ 18 % des actions ordinaires
émises et en circulation de RNC suivant la clôture des transactions visant l’acquisition
de SLM et de la transaction visant l’acquisition de VMS aux modalités décrites ci-
11
dessus. La somme approximative de 3,5 M$ CA en espèces qui sera distribuée aux
actionnaires de VMS sera financée à même les liquidités existantes de VMS.
Les modalités et conditions de l’Entente seront divulguées plus en détail dans la
circulaire d’information de la direction de VMS, laquelle devrait être déposée et postée
aux actionnaires de VMS au début du mois de mars, en prévision d’une assemblée
extraordinaire des actionnaires de VMS qui aura lieu en mars. La réalisation de la
transaction demeure sujette aux conditions habituelles, y compris l’approbation de la
cour, l’approbation des actionnaires de VMS et l’obtention de toutes les autorisations
réglementaires et boursières.
Le conseil d’administration de VMS a, de façon unanime, approuvé l’Entente et émettra
une recommandation par écrit voulant que les détenteurs de titres de VMS devraient
voter en faveur de l’arrangement. De plus, chacun des membres du conseil
d’administration et de la haute direction de VMS et certains actionnaires, incluant Glenn
Pountney et Hudbay, ont conclu des conventions de blocage avec Royal Nickel en vertu
desquelles ils se sont engagés à voter en faveur de la transaction. Ceux-ci représentent
environ 38 % des actions en circulation. Les autres modalités de la transaction
comprennent un engagement de la part de VMS à verser une indemnité de rupture de
400 000 $ CA à Royal Nickel dans certaines circonstances. VMS a aussi offert à Royal
Nickel certains autres privilèges usuels, y compris le droit d’égaler toute offre
concurrente ainsi qu’une clause de non-sollicitation.
Faits saillants de la transaction VMS :
 Actif de qualité en production : Elle procure aux actionnaires de RNC un accès
immédiat à la production de cuivre issue de la mine à haute teneur Reed,
laquelle fonctionne maintenant au maximum de sa capacité, conformément à la
stratégie visant à devenir une société de métaux de base comptant plusieurs
actifs. Cet actif est rentable au prix actuel du cuivre et dans le contexte des taux
de change actuels.
 Exposition avec effet de levier au cuivre : La mine Reed procure une
exposition avec effet de levier à la production de cuivre, entraînant un recours
très limité envers RNC et ayant un impact minimal sur les soldes de trésorerie
existants de RNC.
 Solide équipe d’exploitation : Hudbay, propriétaire à 70 % de la mine Reed, est
un exploitant solide, ce qui permettra à la direction de RNC de continuer à mettre
ses efforts sur l’avancement de ses projets existants et sur d’autres opportunités.
 Potentiel d’exploration : En plus d’une participation de 30 % dans la mine
Reed, l’acquisition de VMS procurera aux actionnaires de RNC une exposition
au potentiel d’exploration à la mine Reed et dans les secteurs avoisinants.
 Avantages pour les actionnaires de VMS : Une diversification par le biais de
l’exposition à d’autres actifs, dont le projet phare de RNC, le projet nickélifère
Dumont prêt à aller de l’avant, le projet nickélifère West Raglan, un projet à un
stade avancé d’exploration, et la mine de nickel-or SLM, déjà en production et en
12
voie d’être acquise. Par la même occasion, les actionnaires de VMS
conserveront la possibilité de participer au futur potentiel de croissance associé à
la mine Reed et au portefeuille d’exploration de VMS par l’entremise des actions
de RNC.
Aperçu de la mine Reed
La mine Reed est située près de Flin Flon au Manitoba. VMS a annoncé une découverte
sur la propriété Reed en 2007 et après un suivi par forage, a conclu une entente de
coentreprise avec Hudbay en 2010. En vertu de cette entente, Hudbay a acquis une
participation de 70 % et est devenu gérant des travaux sur le projet Reed, tandis que
VMS conservait une participation de 30 %. En décembre 2011, Hudbay a approuvé la
construction de la mine Reed. Le budget des dépenses en immobilisations alloué pour la
construction de la mine Reed était de 72 M$ CA. La production à Reed a débuté en
septembre 2013 et le 1er avril 2014, la mine a atteint la production commerciale.
Dans une présentation aux investisseurs datée du 1er décembre 2015, Hudbay a fourni
les estimations suivantes sur la durée de vie de la mine Reed, sur une base de 100 % :
Débit de traitement de minerai par jour
1 300 tonnes
Production moyenne de cuivre par année
15 000 tonnes
Coût au comptant pour le cuivre produit
1,64 $ CA par livre
Coûts unitaires d’exploitation combinés pour la mine et
90 $ CA par tonne
l’usine
Durée de vie de la mine
4 ans
Source : information divulguée par Hudbay et VMS Ventures inc.
1. La durée de vie de la mine est tirée du rapport technique sur l’étude de préfaisabilité conforme au
Règlement 43-101 sur le gisement de cuivre Reed, daté du 2 avril 2012 et déposé sur SEDAR
(www.sedar.com) par VMS Ventures inc. ; données présentées sur une base de 100 %.
2. Taux de change US$/CDN$ moyenne présumée est de 0.97
3. Les données de production représentent les métaux contenus dans le concentré.
4. Le coût au comptant par livre est calculé en fonction du modèle sur la durée de vie de la mine sur lequel est
basé le rapport conforme au Règlement 43-101.
5. La durée de vie de la mine est basée sur les réserves minérales en date de janvier 2015
Pour plus d’information à propos de la mine Reed, y compris une description des
réserves qui y ont été définies et des questions applicables en matière de vérification
des données, le lecteur est prié de consulter le rapport technique conforme au
Règlement 43-101 de VMS daté du 2 avril 2012 et disponible sur SEDAR sous le profil
de VMS.
Production en 2015
En 2015, la part de 30 % de VMS des métaux contenus dans le concentré produit par la
mine Reed s’est établie à 4,0 kt de cuivre et à 1,4 koz d’or. Les données de production
se rapportent aux métaux contenus dans le concentré. Le tableau ci-dessous présente
la production trimestrielle de minerai issue de la mine Reed en 2015. La part de 30 %
attribuable à VMS en 2015 s’élève à 139 013 tonnes.
13
Trimestre
terminé le
31 mars 2015
Tonnage
extrait
Trimestre
terminé le
30 juin 2015
Trimestre
terminé le
30 sept. 2015
Trimestre
terminé le
31 déc. 2015
Exercice
2015
118 645
112 505
113 043
119 183
463 375
Au (g/t)
0,607
0,595
0,499
0,494
0,548
Ag (g/t)
6,675
6,210
6,546
7,557
6,758
Cu (%)
2,808
3,117
3,181
3,513
3,156
Zn (%)
0,679
0,931
1,485
0,878
0,988
Note:
Les informations sur le fonctionnement et les finances de la mine Reed a été fournie à VMS par Hudbay dans le cadre de ses
obligations de déclaration de coentreprise
Prévisions pour 2016
L’exploitant n’a pas présenté de prévisions pour la mine Reed. Les renseignements qui
suivent représentent l’estimation de la direction de RNC en ce qui a trait à la production
et aux coûts prévus. En 2016, la part de 30 % de RNC dans la production de la mine
Reed devrait s’établir entre 4 et 4,5 kt de cuivre et entre 0,5 et 0,75 koz d’or.
Information financière
L’information financière qui suit à propos de la mine Reed a été fournie à VMS par
Hudbay en vertu de ses obligations de divulgation dans le cadre de l’entente de
coentreprise.
En date du 1er avril 2014, la mine Reed avait atteint la production commerciale.
Conformément à l’entente de coentreprise, un prêt de contribution a été établi pour
rendre compte de la part de 30 % de VMS des coûts de développement minier engagés
par Hudbay jusqu’à la date du début de la production commerciale. VMS comptabilise
des prélèvements trimestriels pour le prêt en se basant sur les profits bruts, avant
l’épuisement, tirés des ventes réelles de concentré moins les coûts de production et
l’intérêt couru sur un prêt-relais de Hudbay. Il y a un délai d’environ 100 jours avant que
les ventes de concentré ne soient finalisées. Le prêt-relais de 3,3 M$ CA a servi à
financer la part de VMS des coûts de production de la mine Reed d’avril à juin 2014 et
porte intérêt à un taux de 8 % par année, lequel est remboursé à même les profits bruts
de la mine. Le capital du prêt-relais ne sera pas remboursé à même les profits bruts de
la mine, jusqu’à ce que le prêt de contribution ait été remboursé en totalité. Il n’entraîne
aucun recours envers RNC et est remboursé par les flux de trésorerie de la mine. Le
prêt de contribution est sans intérêt et n’entraîne aucun recours envers RNC. Au
31 décembre 2015, le solde du prêt de contribution était de 17 M$ CA. En 2015, un
montant total de 4,8 M$ CA a été remboursé : un montant de 4,3 M$ CA a été
remboursé à même les flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles de 2015 et un
montant de 0,5 M$ CA, sous la forme d’une contribution aux coûts d’exploration.
14
Les estimations de réserves et de ressources minérales pour la mine Reed sont
présentées ci-dessous, telles qu’elles ont été publiées par Hudbay dans sa notice
annuelle 2014 datée du 30 mars 2015 et déposée sur SEDAR (www.sedar.com).
Reed – Réserves minérales au 1er janvier 2015 (1)(2)
Mine Reed
Prouvées
Probables
Total des réserves
minérales
Notes :
(1)
(2)
Tonnes
488 000
1 076 000
1 564 000
Cu (%)
3,33
4,01
3,80
Zn (%)
0,67
0,29
0,41
Au (g/t)
0,38
0,37
0,38
Ag (g/t)
5,82
4,50
4,91
Le prix du zinc utilisé pour l’estimation des réserves minérales était de 1,07 $ US par livre (incluant une
prime), le prix du cuivre utilisé était de 3,15 $ US par livre, le prix de l’or était de 1 260,00 $ US par once et
le prix de l’argent était de 21,00 $ US par once, avec un taux de change de 1,10 $ CA = 1,00 $ US.
Pour de plus amples détails sur les estimations de réserves et de ressources minérales pour le gisement
Reed, y compris la vérification des données et les protocoles d’assurance-qualité et de contrôle de la
qualité, le lecteur est prié de consulter le rapport technique intitulé « Pre-Feasibility Study Technical Report
on the Reed Copper Deposit, Central Manitoba, Canada » déposé sur SEDAR par VMS Ventures inc. le
14 mai 2012.
Reed – Ressources minérales présumées au 30 septembre 2014 (1)
Tonnes
205 000
Notes :
(1)
Cu (%)
4,80
Zn (%)
0,53
Au (g/t)
0,41
Ag (g/t)
5,14
La viabilité de ressources minérales qui ne sont pas des réserves minérales n’a pas été démontrée. Les
ressources minérales présentées ci-dessus excluent les réserves minérales et ont été estimées en utilisant
les mêmes prix des métaux que ceux utilisés pour l’estimation des réserves minérales pour le gisement
Reed.
Opportunités d’exploration
Le gisement de la mine Reed demeure peu testé en profondeur. Des travaux de forage
visant à vérifier la présence de nouvelles zones de minerai sont prévus lorsque le
développement souterrain aura atteint la profondeur appropriée. En plus du potentiel
d’exploration à la mine Reed, VMS a aussi un projet d’exploration en coentreprise avec
Hudbay, qui est sujet à des conditions sensiblement équivalentes à celles qui régissent
la coentreprise à la mine Reed. La coentreprise d’exploration avec Hudbay couvre
quatre blocs de claims séparés, mais contigus entourant le projet en coentreprise du
gisement de cuivre Reed.
En plus des propriétés d’exploration couvertes par les coentreprises Hudbay-VMS, VMS
détient aussi des intérêts dans cinq autres propriétés d’exploration au Manitoba ainsi
qu’une propriété en Ontario.
RNC
Le solde de trésorerie à la clôture au 31 Décembre, 2015 de RNC était de 9.6
millions$ CA. Les états financiers vérifiés pour l'exercice terminé le 31 Décembre, 2015
seront publiés le 26 Février, 2016.
15
Conformité au Règlement 43-101 pour l’acquisition de SLM
En ce qui a trait à l’acquisition de SLM, les renseignements techniques présentés dans
ce communiqué ont été préparés conformément aux exigences réglementaires
canadiennes, par ou sous la supervision de David Penswick, ing., et d’Elizabeth Haren
de Haren Consulting Pty Ltd, géologue membre de l’AusIMM (Chartered Professional
Geologist), tous deux des personnes qualifiées indépendantes tel que défini dans le
Règlement 43-101 sur l’information concernant les projets miniers (le « Règlement 43101 »).
Assurance-qualité et contrôle de la qualité (« AQ/CQ ») à la mine Beta Hunt
La majeure partie des ressources minérales de nickel ont été définies à l’aide des
résultats de forages réalisés en 2008 et en 2014, tandis que les ressources minérales
d’or ont été définies à partir des données de forages réalisés sur la durée de vie de la
mine Beta Hunt. Les méthodologies d’échantillonnage et d’analyse ont été adaptées soit
pour le nickel soit pour l’or en fonction de la cible de forage.
Tous les échantillons de carottes de forage au diamant ont été analysés par des
laboratoires externes et ont fait l’objet de programmes d’AQ/CQ de différents niveaux,
mis en œuvre par la société et par le laboratoire à l’interne. Quelques problèmes de
qualité ont été identifiés au fil du temps, toutefois la personne qualifiée considère que
l’effet global de ces erreurs mineures n’a pas d’impact sensible sur les ressources
minérales présentées. Cette opinion est validée dans le cas des estimations pour le
nickel par la réconciliation de la production de nickel effectuée par SLM durant
l’année 2014.
Les programmes de forage réalisés par SLM ont suivi les procédures standards
acceptées dans l’industrie pour le forage, le prélèvement d’échantillons et le recours aux
laboratoires externes. Lorsque des données de densité relative n’étaient pas
disponibles, des courbes de régression ont été utilisées pour peupler la base de
données. La collecte, le stockage et la sauvegarde des données par SLM ont été
effectués selon les normes de l’industrie. Aucune vérification indépendante des
intersections importantes n’a été effectuée par une autre société. Dans l’ensemble, des
protocoles rigoureux d’AQ/CQ sont appliqués à Beta Hunt et la personne qualifiée est
satisfaite quant à la fiabilité des données.
Les estimations de ressources minérales présentées dans ce communiqué ont été
préparées selon des pratiques acceptées par l’industrie et classées conformément à
l’édition 2012 du Code JORC. Elizabeth Haren de Haren Consulting Pty Ltd, géologue
membre de l’AusIMM (Chartered Professional Geologist), accepte la responsabilité de
personne qualifiée pour l’estimation des ressources minérales. Le Code JORC fait
référence au Australasian Code for Reporting of Mineral Resources and Ore Reserves
élaboré par le Joint Ore Reserves Committee de l’Australasian Institute of Mining and
Metallurgy, de l’Australian Institute of Geoscientists et du Mineral Council of Australia. Il
n’y a pas de différence importante entre les définitions des ressources minérales en
vertu des définitions applicables adoptées par l’Institut canadien des mines, de la
16
métallurgie et du pétrole (les « Normes de définition de l’ICM ») et les définitions
équivalentes correspondantes du Code JORC pour les ressources minérales.
Le lecteur est avisé que la viabilité économique des ressources minérales qui ne sont
pas classées dans les réserves minérales n’a pas été démontrée. Les estimations de
ressources minérales ne tiennent pas compte de l’exploitabilité, de la sélectivité, des
pertes minières et de la dilution. Ces estimations de ressources minérales comprennent
des ressources minérales présumées qui sont normalement considérées comme trop
spéculatives d’un point de vue géologique pour y appliquer des considérations
économiques qui permettraient de les classer dans la catégorie des réserves minérales.
Il n’y a aucune certitude que des ressources minérales présumées pourront être
converties en ressources de catégorie mesurée ou indiquée suivant des travaux de
forage ultérieurs ni en réserves minérales suivant l’application de considérations
économiques.
Basé sur l’estimation des ressources, une méthodologie standard pour la conception
des chantiers, la séquence d’exploitation et l’optimisation du seuil de coupure, incluant
l’application d’un taux de dilution minière, d’un taux de récupération à l’usinage, de
critères économiques et de contraintes physiques liées à l’exploitation de la mine et de
l’usine, a été suivie pour la conception de la mine et pour la préparation d’un rapport sur
l’évaluation économique préliminaire (« EEP ») pour la mine Beta Hunt par
David Penswick, ing.
L’EEP est de nature préliminaire et est basée sur une estimation des ressources
minérales qui inclut des ressources minérales présumées, lesquelles sont considérées
comme trop spéculatives d’un point de vue géologique pour y appliquer des
considérations économiques permettant de les classer dans la catégorie des réserves
minérales. De plus, il n’y a aucune certitude que l’EEP sera mise en œuvre.
L’EEP complète, incluant les ressources minérales décrites ci-dessus, préparée sous la
forme d’un rapport technique conforme au Règlement 43-101, sera déposée sous le
profil de RNC sur SEDAR (www.sedar.com) dans un délai de 45 jours.
Conformité au Règlement 43-101 pour l’acquisition de VMS
Les estimations de réserves et de ressources présentées dans ce communiqué de
presse ont été préparées conformément au Règlement 43-101 sur l’information
concernant les projets miniers (le « Règlement 43-101 ») et les Normes de l’Institut
canadien des mines, de la métallurgie et du pétrole sur les définitions et les lignes
directrices pour les ressources et réserves minérales.
Toutes les ressources minérales dont il est question dans ce communiqué excluent les
réserves minérales et s’ajoutent à ces dernières. La viabilité économique de ressources
minérales qui ne sont pas des réserves minérales n’a pas été démontrée.
Pour l’estimation des réserves minérales, des ressources minérales mesurées et
indiquées ont d’abord été estimées selon un processus comportant douze étapes,
17
incluant la détermination de l’intégrité et la validation des données recueillies ainsi que la
confirmation des données de densité relative, des résultats d’analyse et des méthodes
de saisie de données. Le processus comprend aussi des étapes visant à déterminer le
modèle géologique approprié, la sélection des données et l’application de modèles
statistiques, y compris les diagrammes de probabilité et le krigeage restrictif pour établir
la continuité et valider le modèle. Les estimations de ressources minérales mesurées et
indiquées qui en résultent ont ensuite été converties en réserves minérales prouvées et
probables en appliquant des facteurs pour la dilution minière et la récupération, en plus
de la détermination de leur viabilité économique par le biais d’une analyse détaillée des
coûts. D’autres facteurs comme l’épuisement découlant de la production ont été
appliqués lorsque jugés appropriés.
Les ressources minérales présumées au sein de nos mines ont été estimées selon un
processus en douze étapes similaire à celui utilisé pour estimer les ressources
mesurées et indiquées.
Le prix du zinc utilisé pour les estimations de réserves et de ressources minérales pour
les mines au Manitoba était de 1,07 $ US par livre (incluant une prime), le prix du cuivre
était de 3,15 $ US par livre, le prix de l’or était de 1 260,00 $ US par once et le prix de
l’argent était de 21,00 $ US par once, selon un taux de change de 1,10 $ CA = 1 $ US.
Pour de plus amples détails sur les estimations de réserves et de ressources minérales
à la mine Reed, y compris la vérification des données et les protocoles d’assurancequalité et de contrôle de la qualité, le lecteur est prié de consulter le rapport technique
intitulé « Pre-Feasibility Study Technical Report on the Reed Copper Deposit, Central
Manitoba, Canada » déposé sur SEDAR par VMS Ventures inc. le 14 mai 2012.
Les renseignements techniques et scientifiques portant sur la mine Reed ont été
approuvés par Robert Carter, ing., directeur des services techniques de Hudbay.
M. Carter est une personne qualifiée en vertu du Règlement 43-101.
Mise en garde à l’intention des lecteurs des États-Unis concernant les estimations
de ressources
Le présent communiqué utilise les termes ressources minérales « mesurées »,
« indiquées » et « présumées ». La Société avise les investisseurs des États-Unis que
bien que ces termes soient reconnus et exigés par les Autorités canadiennes en valeurs
mobilières, ils ne sont pas reconnus par la SEC. L’estimation de ressources minérales
« mesurées » et « indiquées » implique une plus grande incertitude quant à leur
existence et leur faisabilité économique que l’estimation de réserves prouvées et
probables. L’estimation de ressources « présumées » implique une incertitude beaucoup
plus grande quant à leur existence et leur viabilité économique que l’estimation d’autres
catégories de ressources. L’on ne doit pas supposer que des ressources minérales
« mesurées », « indiquées » ou « présumées » seront éventuellement converties, en
tout ou en partie, à une catégorie supérieure.
18
Selon la réglementation canadienne, les estimations de « ressources minérales
présumées » ne peuvent servir de fondement pour les études de faisabilité, les études
de préfaisabilité ou d’autres types d’études économiques, sauf dans certains cas très
précis, comme les évaluations économiques préliminaires dans certaines circonstances.
Normalement, la SEC permet aux émetteurs de présenter la minéralisation qui ne
constitue pas des « réserves » uniquement sous forme de tonnage et teneur en place,
sans référence aux mesures unitaires. Selon les normes en vigueur aux États-Unis, la
minéralisation ne peut être classée dans les « réserves » que si la détermination a été
faite que la minéralisation pouvait être économiquement et légalement produite ou
extraite au moment où la détermination des réserves a été faite. Les investisseurs des
États-Unis sont avisés qu’ils ne devraient pas supposer que des ressources minérales
« mesurées », « indiquées » ou « présumées » existent, en tout ou en partie, ni qu’elles
sont économiquement ou légalement exploitables. Les renseignements qui apparaissent
dans les descriptions de minéralisations et de ressources contenues dans le
communiqué pourraient ne pas être comparables aux renseignements rendus publics
par des sociétés des États-Unis assujetties aux exigences de présentation et de
divulgation de l’information de la SEC.
Personne qualifiée
La divulgation des renseignements scientifiques et techniques présentés dans ce
communiqué a aussi été approuvée par Alger St-Jean, vice-président à l’exploration de
RNC, qui est une personne qualifiée en vertu du Règlement 43-101.
Conseillers
Haywood Securities inc. a agi à titre de conseiller financier exclusif auprès de RNC. Red
Cloud Mining Capital a agi à titre de conseiller pour l’acquisition de SLM. Norton Rose
Fulbright a agi à titre de conseiller juridique auprès de RNC.
Minvisory Corp. a agi à titre de conseiller financier auprès de VMS Ventures. McMillan
LLP a agi à titre de conseiller juridique auprès de VMS Ventures.
Conférence téléphonique
RNC tiendra une conférence téléphonique et une webdiffusion aujourd’hui afin de
discuter de la transaction proposée, à compter de 10 h 00 (heure de l’Est).
Coordonnées permettant d’accéder à la conférence téléphonique en direct :
Appels de l’Amérique du Nord : 1-888-231-8191
Appels locaux et internationaux : 647-427-7450
Une webdiffusion en direct de la conférence téléphonique sera accessible sur le site
Internet du Groupe CNW, à l’adresse www.newswire.ca/en/webcast/index.cgi.
19
Un enregistrement de la conférence téléphonique sera disponible pour retransmission
pendant une période d’une semaine, à compter d’environ 13 h 00 (heure de l’Est) le
1er février 2016. Il sera accessible aux coordonnées suivantes :
Appels de l’Amérique du Nord : 1-855-859-2056 ; code d’accès : 39756423
Appels locaux et internationaux : 416-849-0833 ; code d’accès : 39756423
À propos de Royal Nickel Corporation
Royal Nickel Corporation est une société du secteur des ressources minérales qui
compte plusieurs actifs et qui se consacre principalement à l’acquisition, à l’exploration,
à l’évaluation et à la mise en valeur de propriétés minières de métaux de base et de
métaux du groupe du platine. L’actif principal de RNC est le projet nickélifère Dumont
qui occupe un emplacement stratégique dans le camp minier établi de l’Abitibi, dans les
municipalités de Launay et de Trécesson, à 25 kilomètres au nord-ouest d’Amos, au
Québec. RNC détient aussi des intérêts dans deux propriétés nickélifères à un stade
avancé d’exploration : le projet Aer-Kidd près de Sudbury, en Ontario, et le projet West
Raglan dans le nord du Québec. RNC a une équipe de direction et un conseil robustes
qui cumulent plus de 100 ans d’expérience dans le domaine de l’exploitation minière du
nickel, expérience acquise auprès d’Inco et de Falconbridge. Les actions ordinaires et
les bons de souscription de RNC sont négociés à la Bourse TSX sous les symboles
RNX et RNX.WT. Les titres de RNC se négocient aussi sur le marché OTCQX sous le
symbole RNKLF.
À propos de VMS Ventures inc.
VMS Ventures inc. acquiert, explore, développe et évalue des propriétés minières au
Canada. La société explore principalement pour le cuivre, le zinc, l’or et l’argent. Sa
propriété principale est le projet Reed Lake situé au sud-ouest de Snow Lake au
Manitoba. Les actions ordinaires et les bons de souscription de VMS sont négociés à la
Bourse TSX sous les symboles VMS.
À propos de SLM
SLM est une société à capital fermé basée en Australie qui se consacre à la mise en
valeur de propriétés minières. Son actif principal est la mine de nickel et d’or Beta Hunt
située en Australie occidentale.
Mise en garde concernant les énoncés prospectifs
Le présent communiqué fait état de certaines mesures financières qui n’ont pas de sens
normalisé prescrit par les IFRS. Le lecteur est avisé de lire avec attention les notes portant sur
l’utilisation de mesures non conformes aux IFRS.
Les énoncés prospectifs comportent des risques, des incertitudes et d’autres facteurs connus et
inconnus par suite desquels les résultats, le rendement ou les réalisations réels de RNC
pourraient différer considérablement des résultats, du rendement ou des réalisations futurs que
les énoncés prospectifs expriment ou suggèrent. Les facteurs qui pourraient avoir une incidence
sur le résultat attendu comprennent notamment la possibilité que les parties ne signent pas les
ententes définitives et ne respectent pas les conditions de clôture ; les futurs prix des métaux et
l’offre de métaux ; les résultats de forage ; l’incapacité de lever les fonds nécessaires pour
engager les dépenses requises pour conserver et avancer les propriétés ; les passifs
environnementaux (connus et inconnus) ; les incertitudes générales d’ordre commercial,
économique, concurrentiel, politique et social ; les accidents, les conflits de travail et les autres
risques inhérents au secteur minier ; l’instabilité politique, les actes de terrorisme, les
insurrections ou les actes de guerre ; ou les retards dans l’obtention des approbations
20
gouvernementales, les coûts au comptant prévus, l’impossibilité d’obtenir l’approbation des
actionnaires ou les approbations réglementaires. Pour un commentaire plus détaillé de ces
risques et des autres facteurs par suite desquels les résultats réels pourraient différer
considérablement de ceux que ces énoncés prospectifs expriment ou laissent entendre, il y a lieu
de consulter les documents déposés par RNC auprès des autorités de réglementation en valeurs
mobilières du Canada, accessibles sur SEDAR, à l’adresse www.sedar.com.
Bien que RNC ait tenté de répertorier les facteurs importants par suite desquels les mesures, les
événements ou les résultats réels pourraient différer considérablement de ceux qui sont décrits
dans les énoncés prospectifs, il peut y avoir d’autres facteurs par suite desquels les mesures, les
événements ou les résultats différeront de ceux qui sont attendus, estimés ou prévus. Les
énoncés prospectifs qui figurent aux présentes sont faits en date du présent communiqué de
presse et RNC n’assume aucune obligation de les mettre à jour, que ce soit pour tenir compte de
nouveaux renseignements, de faits ou de résultats futurs ou pour une autre raison, sauf si les lois
sur les valeurs mobilières applicables l’exigent.
Pour plus de renseignements :
Rob Buchanan
Directeur des relations avec les investisseurs
Tél. : 416-363-0649
www.royalnickel.com
Mélanie Corriveau
Coordonnatrice des relations avec le milieu
Tél. : 819-727-3777
21
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
4
Taille du fichier
560 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler