close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

ARGU_02_2016_FR

IntégréTéléchargement
ALR GROUPE POLICE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CH
OUPE POLICE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOT
CE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGACO
ES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENS
DRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENSE
DICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENSEIGNEM
CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENSEIGNEMENT GR
OTS BELGACOM DÉFENSE ENSEIGNEMENT GROUPE 2 LA
ACOM DÉFENSE ENSEIGNEMENT GROUPE 2 LA POSTE A
ÉFENSE ENSEIGNEMENT GROUPE 2 LA POSTE ALR GRO
SE ENSEIGNEMENT GROUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE P
SEIGNEMENT GROUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE POLICE
EMENT GROUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE POLICE FINA
T GROUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE POLICE FINANCES O
UPE 2 LA POSTE ALR GROUPE POLICE FINANCES ORDR
A POSTE ALR GROUPE POLICE FINANCES ORDRE JUDIC
ALR GROUPE POLICE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CH
OUPE POLICE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOT
CE FINANCESSORDRE
E C T JUDICIAIRE
ECHEMINOTS
U R P UCHEMINOTS
BBELGACOM
L I C BELGACO
ES ORDRE JUDICIAIRE
DÉFENS
DRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENSE
B U R E A U D E D E P OT B R U X E L L E S X · P 4 0 9 8 3 7
België - Belgique
P.B.- P.P
Bruxelles X
BC 9790
argument
www.slfp.eu
www.slfp.eu
MENSUEL DU SYNDICAT LIBRE DE LA FONCTION PUBLIQUE
10E ANNÉE · N°02 · FÉVRIER 2016 · EDITION MENSUELLE DU SLFP · SECTEUR PUBLIC DE LA CGSLB
© DG COM
NOUVEAU PLAN STRATÉGIQUE
POUR LA DÉFENSE
SLFP-DÉFENSE : LIRE EN PAGES 6 > 11
PAGE 4
PAGES 14 > 15
PAGE 13
CELLULE YOUNG
GROUPE LA POSTE
ORDRE JUDICIAIRE
KOEN DE BACKER,
ÉLU VICE-PRÉSIDENT
DU GROUPE
‘VSOA-ONDERWIJS’
LANCEMENT DU
NOUVEAU CENTRE
DE TRI DE
BRUXELLES X
EN PLUS DES PLEINS
POUVOIRS, LA
MAGISTRATURE
AURA LE PACTOLE
ICE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGAC
CES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFEN
DRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENS
DICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENSEIGNE
E CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENSEIGNEMENT GR
OTS BELGACOM DÉFENSE ENSEIGNEMENT GROUPE 2 L
GACOM DÉFENSE ENSEIGNEMENT GROUPE 2 LA POSTE
DÉFENSE ENSEIGNEMENT GROUPE 2 LA POSTE ALR GRO
NSE ENSEIGNEMENT GROUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE
SEIGNEMENT GROUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE POLIC
NEMENT GROUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE POLICE FINA
T GROUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE POLICE FINANCES
OUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE POLICE FINANCES ORDR
LA POSTE ALR GROUPE POLICE FINANCES ORDRE JUDIC
E ALR GROUPE POLICE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CH
ROUPE POLICE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOT
ICE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGAC
CES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFEN
DRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENS
DICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENSEIGNE
SLFP
2
N O S CO O R D O N N É E S
SECRETARIAT GENERAL
Rue Longue Vie, 27-29 - 1050 BRUXELLES
Tél. : 02/549.52.00 - Fax : 02/514.16.95
E-mail : slfp@slfp.eu
GROUPE CHEMINOTS
Cantersteen 16 - 1000 BRUXELLES
Tél. : 02/213.60.60 - Fax 02/224.66.10
E-mail : secretariat@slfp-rail.be
Président National : Filoteo AFRICANO
AFRC : ADMINISTRATIONS FÉDÉRALES,
RÉGIONALES ET COMMUNAUTAIRES
Boulevard Baudouin 20-21 (2e ét.) - 1000 BRUXELLES
Tél. : 02/201.19.77 – Fax : 02/203.54.10
S.N.C.I. : 145-0526116-47
E-mail : info@slfp-g2.eu
Président National : Jos MERMANS
GROUPE ENSEIGNEMENT
Rue du Commerce, 20 - 1000 BRUXELLES
Tél : 02/548.00.20 - Fax : 02/502.34.44
E-mail : secretariat@slfp-enseignement.be
Présidente : Masanka TSHIMANGA
Vice-Présidente : Muriel VIGNERON
Secrétaires Communautaires :
Corinne CORDY, Stephan SEYNAEVE, Vincent PETIT
NOUVEL AVANTAGE POUR LES AFFILIÉS DU SLFP
Bonne nouvelle pour tous les affiliés du SLFP. Le SLFP a conclu un
accord de collaboration avec Proximus pour que tous les affiliés
bénéficient d’un tarif préférentiel pour le téléphone, l’internet et la
TV. Et cela même si vous faites déjà partie des clients de Proximus.
Pour plus d’informations consultez la page 24 ou le magazine des avantages 2016.
AVANTAGE MASTERCARD
Suite à l’entrée en vigueur du Règlement européen sur
l’Interchange Fee, BCC Corporate a malheureusement mis
fin à la collaboration avec le SLFP.
BCC nous a informés qu’elle mettrait fin à la relation avec les titulaires de cartes en janvier 2016.
Tous les titulaires de cartes ont en même temps reçu une lettre via le SLFP concernant
l’annulation de la MasterCard le 4 mars 2016.
GROUPE ADMINISTRATIONS
LOCALES ET REGIONALES
Rue du Progrès, 319 - 1030 BRUXELLES
Tél : 02/201.14.00 - Fax : 02/201.14.34
E-mail : slfpvsoa@skynet.be
Président National : Serge MEEUWS
GROUPE LA POSTE
Galerie du Centre, 244 (3e étage) - 1000 BRUXELLES
Tél : 02/223.00.20 - Fax : 02/223.09.43
C.C.P. : 000-0674537-96
E-mail : poste@slfp.eu
Président National : Marc DE MULDER
GROUPE PROXIMUS
Place Princesse Elisabeth, 12 - 1030 BRUXELLES
Tél. : 02/245.21.20 - 02/245.12.70 - Fax : 02/245.27.94
Banque : BE73 0016 8576 9060
E-mail : slfp.belgacom@skynet.be
Président National : Pierre MOTTOULLE
Nous déplorons que BCC ne nous ait pas informés préalablement, ce qui nous aurait permis
d’avertir nos membres à l’avance.
Le SLFP dispose encore d’un large éventail d’avantages supplémentaires. Nous vous invitons à
consulter notre nouvelle brochure 2016 des avantages.
ÉVITEZ UN DOUBLE ABONNEMENT À ARGUMENT!
GROUPE ORDRE JUDICIAIRE
Galerie du Centre - Bloc 2, 4e étage
Rue des Fripiers 15-17 - 1000 BRUXELLES
Tél. : 02/513.05.55 - Fax : 02/503.25.02
E-mail : info@oj-slfp.be
Président National : Guy VAN CAUWENBERGHE
GROUPE DÉFENSE
Lozenberg, 2 - 1932 ZAVENTEM
Tél : 02/223.57.01 - Fax : 02/219.02.15
E-mail : info@slfp-defense.be
Président National : Edwin LAUWEREINS
GROUPE FINANCES
Galerie du Centre - Bloc 2, 4e étage
Rue des Fripiers 15-17 - 1000 BRUXELLES
Tél : 02/226.41.11 - Fax : 02/226.41.10
E-mail : minfin@slfp.eu
Président National : Stefaan SLAGHMUYLDER
GROUPE POLICE
Minervastraat, 8 - 1930 ZAVENTEM
Tél. : 02/ 660.59.11 - Fax : 02/660.50.97
Banque : 310-0543030-13
E-mail : info@slfp-pol.be
Président national : Vincent GILLES
Ce numéro
a été composé
avec la
collaboration des
responsables du
Comité de
rédaction
OUPE POLICE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOT
CE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGACO
CES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENS
DRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENSE
DICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENSEIGNEM
CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENSEIGNEMENT GR
OTS BELGACOM DÉFENSE ENSEIGNEMENT GROUPE 2 LA
ACOM DÉFENSE ENSEIGNEMENT GROUPE 2 LA POSTE A
ÉFENSE ENSEIGNEMENT GROUPE 2 LA POSTE ALR GRO
SE ENSEIGNEMENT GROUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE P
SEIGNEMENT GROUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE POLICE
EMENT GROUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE POLICE FINA
T GROUPE 2 LA POSTE ALR GROUPE POLICE FINANCES O
UPE 2 LA POSTE ALR GROUPE POLICE FINANCES ORDR
A POSTE ALR GROUPE POLICE FINANCES ORDRE JUDIC
ALR GROUPE POLICE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CH
OUPE POLICE FINANCES ORDRE JUDICIAIRE CHEMINOT
CE FINANCESSORDRE
E C T JUDICIAIRE
ECHEMINOTS
U R P UCHEMINOTS
BBELGACOM
L I C BELGACO
CES ORDRE JUDICIAIRE
DÉFENS
DRE JUDICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENSE
DICIAIRE CHEMINOTS BELGACOM DÉFENSE ENSEIGNEM
Votre conjoint et vous-même recevez chacun Argument dans votre boîte
aux lettres? Un seul exemplaire vous suffit?
Faites-le-nous savoir, comme bien d’autres lecteurs d’Argument, à l’adresse
slfp@slfp.eu Nous veillerons à ce que les deux envois n’en deviennent plus qu’un !
ALR
S. MEEUWS
C. DEMERLIER
PROXIMUS
P. MOTTOULLE
M. DE VLAEMYNCK
CHEMINOTS
F. AFRICANO
R. DE THAEY
DEFENSE
E. LAUWEREINS
P. DEWINTER
ENSEIGNEMENT
M. TSHIMANGA
M. VIGNERON
FINANCES
S. SLAGHMUYLDER
P. BOQUET
POLICE
V. GILLES
L. MAESEN
LA POSTE
M. DE MULDER
H. CLAUWAERT
ORDRE JUDICIAIRE
G. VAN CAUWENBERGHE
A. SERVAIS
AFRC
J. MERMANS
B. NEDERSTIGT
R. WILLEMS
Editeur Responsable
F. FERNANDEZ-CORRALES
Direction et Publicité
H. HERMAN
Communication
C. WILLEM
Rédaction finale
B. CORNELIS
Rédaction Photos
M. SMITS
Prépresse et impression
Creative Plus Production
& Corelio Printing
N E PA R A Î T PA S E N J U I L L E T E T AO Û T
éditorial
ARGUMENT · FÉVRIER 2016
3
SLFP
Le mot du Président
© SMITS
GRÈVE ET DIALOGUE SOCIAL
Dans mon précédent éditorial, j’avais évoqué le regain d’animosité envers
les organisations syndicales et plus particulièrement la remise en question du droit de grève. Nous constatons que le débat se passe essentiellement sur le plan idéologique. De nombreuses personnes se sentent appelées à exprimer leur opinion sans connaître le contenu réel et l’importance des dossiers au centre des discussions, ni l’origine du droit de grève.
Pour rappel, ce n’est que depuis 1921 que la grève n’est plus punissable et
est considérée comme une liberté. Mais, à l’époque, elle n’était pas encore un droit. Et ce n’est qu’en 1981 qu’il y a eu réellement une reconnaissance générale du droit de participation à une grève (arrêt de Cassation De
Bruyne du 21/12/1981). Dans notre pays, le droit de grève n’a pas encore
35 ans, ce que beaucoup oublient.
Par ailleurs, nos dirigeants politiques, considèrent de plus en plus les services publics comme des entreprises privées et ce par méconnaissance de
la finalité du service public qui doit être au service de tous, sans pour
autant générer des bénéfices. Et, dans cet état d’esprit, ils mélangent les
règles de concertation du secteur privé aux dispositions relatives à la concertation et à la négociation au sein de la Fonction publique. Ce qui explique pourquoi nous sommes manifestement de plus en plus confrontés à
une incompréhension mutuelle ; ce qui est très défavorable à un « vrai »
dialogue social.
« Concerter et négocier
impliquent que l’on soit ouvert
aux propositions de l’autre. »
quotidiennement des conflits. Mais concerter et négocier impliquent que
l’on soit ouvert aux propositions de l’autre. Ce qui n’est pas le cas lorsque
la concertation se fait par obligation et que nos interlocuteurs non seulement n’écoutent pas, mais ne veulent rien entendre de nos contre-propositions, faites non seulement dans l’intérêt du personnel des services
publics mais aussi dans celui de l’ensemble de la population qui a droit à
des services publics de qualité.
2016 est également une année importante pour la CGSLB. Les élections
sociales auront lieu en mai et le SLFP sera à ses côtés. Notre organisation sœur défend, tout comme nous, le dialogue social.
Leur slogan, «plus de dialogue, moins de casse», est plus que jamais d’actualité. Nous croyons que notre syndicalisme a toute sa raison d’être et
que nous sommes, pour paraphraser notre organisation-sœur, « le syndicat du futur » !
2016 est et sera une année importante pour préserver et améliorer les Ce qui renforce la CGSLB, renforce le SLFP.
relations entre autorités politiques et organisations syndicales. C’est grâce
à ce si nécessaire dialogue social, et à lui seul, que nous évitons presque
François FERNANDEZ-CORRALES
Président général
actualité
SLFP
4
ARGUMENT · FÉVRIER 2016
Un membre de la cellule YOUNG élu
vice-président du groupe ONDERWIJS
En automne 2015, Koen De Backer, membre de notre
cellule YOUNG a été élu vice-président du groupe
ONDERWIJS.
Nous sommes fiers de voir des jeunes souhaiter s’investir dans une carrière syndicale et intégrer le rôle
essentiel des partenaires sociaux dans le monde professionnel et particulièrement en cette période de turbulences auxquelles sont confrontés les travailleurs.
© SMITS
Les priorités des YOUNG s’articulent autour de la
défense des affiliés en début de carrière mais aussi de
permettre au SLFP d’avoir la place qu’il mérite dans la
galaxie syndicale.
Ceci n’est que le début ...
car l’avenir est prometteur.
alr
administrations locales et régionales
Vous êtes déjà membre du personnel contractuel ou agent statutaire (niveau C) dans
le secteur public et vous cherchez une fonction où respect et responsabilité priment ?
Dans ce cas, saisissez cette chance !
Nous cherchons :
UN COLLABORATEUR ADMINISTRATIF (h/f - A temps plein)
*
SLFP - Groupe ALR - National (lieu de travail: Bruxelles)
Fonction :
• une fonction passionnante et variée avec beaucoup de contacts sociaux;
• possibilité de donner, vous-même, forme à votre fonction et de prendre des initiatives
Vous souhaitez en savoir plus sur le contenu exact et les conditions de cet emploi vacant ?
Contactez dans ce cas M. Cédric NYS, Secrétaire national, à l'adresse mail suivante : cedric.nys@slfpalrvsoalrb.be
* (Il s’agit d’une réserve de recrutement)
rubrique en bas de casse
actualité
ARGUMENT · FÉVRIER 2016
5
SLFP
INDICES DES PRIX À LA CONSOMMATION
Avant de publier les chiffres de l’indice, on se réfère à la loi concernant la promotion de
l’emploi du 23 avril 2015 (Moniteur belge du 27 avril 2015), entrée en vigueur le 27.4.2015.
Définition de l’indice santé et de l’indice santé lissé
A partir d’avril 2015, les calculs sont faits selon les
modalités prévues dans cette loi.
L’indice santé est un indice des prix mensuel qui
exclut un certain nombre de produits de l’indice
des prix à la consommation, notamment : les bois-
sons alcoolisées, les produits du tabac, les carburants, à l’exception du GPL, l’effet de la cotisation
de l’énergie introduite en 1993, l’effet de la taxe
compensatoire des accises, introduite en 1995.
Conformément à la nouvelle loi du 23.4.2015, l’in-
dice lissé de santé est bloqué au niveau de l’indice
santé lissé du mois de mars 2015 (100,66 points).
La moyenne arithmétique des indices santé des
quatre derniers mois, multipliée par un facteur
0,98.
1. I.P.C. : Indice des prix à la consommation
2. INFL. : Inflation
3. I.S. : Indice santé
4. I.L. : Indice lissé
5. I.S.P.P. : Indice sans produits pétroliers
6. I.S.P.E. : Indice sans produits énergétiques.
MOIS
12.2014
01.2015
02.2015
03.2015
04.2015
05.2015
06.2015
07.2015
08.2015
09.2015
10.2015
11.2015
12.2015
1. I.P.C.
99,98
99,85
100,26
100,32
100,70
100,86
101,01
101,01
101,08
101,15
101,50
101,61
101,48
2. INFL.
-0,38%
-0,65%
-0,40%
-0,40%
0,29%
0,56%
0,63%
0,46%
0,91 %
1,06 %
1,28 %
1,52 %
1,50 %
* Loi du 23.04.2015 (M.B. du 27.04.2015)
L’indice-pivot pour la fonction publique et les allocations sociales fixé à 101,02 n’est pas dépassé les derniers mois. Le dernier dépassement de l’indice-pivot
remonte à novembre 2012.
L’inflation a grimpé à 1,06 % en septembre 2015, à
1,28 % en octobre, à 1,52 % en novembre, pour
atteindre 1,50 en décembre
L’indice des prix à la consommation s’élève à 101,15
en septembre 2015, à 101,50 en octobre, à 101,61 en
novembre et a 101,48 en décembre.
L’indice santé atteint 101,85 en septembre 2015 ;
102,27 en octobre ; 102,28 en novembre pour atteindre 102,23 en décembre.
3. I.S.
100,40
100,61
100,89
100,73
101,12
101,16
101,33
101,37
101,61
101,85
102,27
102,28
102,23
4. I.L.
100,26
100,39
100,55
100,66 *
100,66 *
100,66 *
100,66 *
100,66 *
100,66 *
100,66 *
100,66 *
100,66*
100,66 *
5. I.S.P.P.
100,79
101,11
101,46
101,35
101,79
101,86
102,06
102,12
102,40
102,69
103,16
103,32
103,30
6. I.S.P.E.
101,41
101,69
102,10
101,91
102,52
102,55
102,69
102,75
102,74
102,61
103,11
103,29
103,32
En septembre 2015, l’électricité et les légumes
avaient exercé l’impact haussier le plus significatif
avec un impact baissier pour les prix des carburants
gasoil de chauffage et les billets d’avions.
En décembre, les tickets d’avion et la viande avaientt
exercé l’impact haussier le plus significatif avec un
effet baissier pour les carburants, légumes, gasoil de
chauffage et l’électricité.
Au mois d’octobre 2015, les produits ayant exercé
l’impact haussier le plus significatif sont l’enseignement supérieur, les légumes, les fruits, les produits
laitiers et l’électricité. A l’inverse, le gasoil de chauffage, les carburants et le gaz naturel sont les produits
ayant exercé le plus fort effet baissier.
Conversions de l’indice santé
En novembre, les produits ayant exercé l’impact
haussier sont l’achat des voitures, les boissons
alcoolisées. A l’inverse, le gasoil de chauffage, les
fruits et le gaz naturel sont les produits ayant exercé
le plus fort effet baissier.
I.S. 2013 - I.S.
I.S.
- I.S.
2004
1996
X
X
1,2077
1,3740
Conversions de l’indice général
I.G. 2013 -
ROGER WILLEMS, GROUPE AFRC | SOURCE – DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE – STATISTICS BELGIUM
I.G.
I.G.
I.G.
I.G.
I.G.
I.G.
2004
1996
1988
1981
74/75
71
X
X
X
X
X
X
1,2240
1,4067
1,7265
2,3356
3,5971
5,8588
défense
SLFP
6
ARGUMENT · FÉVRIER 2016
Colonne
Du courage politique, tout de même!
Lors de la mise sous presse de l’édition précédente d’Argument, aucune décision
n’était encore prise sur le plan stratégique pour la Défense. A la veille des fêtes de
fin d’année, le conseil restreint des ministres a finalement marqué son accord sur
le plan stratégique! Donc, tout de même du courage politique.
Une armée de taille réduite, mais mieux équipée
Le 22 décembre 2015, nous avons donc appris par les médias que le sort en était
jeté pour ce qui concerne le plan stratégique pour la Défense, dans lequel l’accent
est mis sur une armée de taille réduite mais mieux équipée. Le 6 janvier 2016,
nous avons été invités par le Ministre de la Défense Steven Vandeput à un briefing
d’information sur ce plan. Vous pouvez lire plus d’informations sur cette rencontre
dans l’une des pages suivantes.
DOSSIERS CHAUDS
DANS LES COMITÉS DE
CONCERTATION DE BASE
Au sein de la Défense, la concertation liée au bien-être au travail du personnel
est réalisée à deux niveaux : Etat-Major Défense et local.
Au niveau de l’Etat-Major de la Défense, les Haut Comité de Concertation (HCC
Mil) et Comité Supérieur de Concertation (CSC Secteur XIV) sont actifs.
La concertation locale pour le bien-être au travail est réalisée au niveau de 23
zones territoriales (les groupements de quartiers (Gpt Qu)) et de CCB spécifiques pour les organisations parastatales.
Le Comité de Concertation de Base ou CCB est un organe de concertation entre
les Chefs de Corps d’un côté et les représentants des travailleurs d’un autre
côté. Le Comité a principalement pour mission de détecter/proposer tous les
moyens et contribuer activement à toutes les initiatives afin de promouvoir le
bien-être des travailleurs dans l’exécution de leur travail. Chaque CCB se réunit au minimum une fois par trimestre.
Un résumé des dossiers en cours par CCB que nous suivons de près
comme organisation syndicale :
Ambitieux
Le plan stratégique est ambitieux. C’est la première fois depuis 2 décennies qu’on
libère plus d’argent pour la Défense. Enfin une perspective d’avenir, mais encore
assortie de nombreux points d’interrogation. Les ambitions sont claires mais l’infrastructure et la structure de la Défense ne le sont pas encore, et c’est précisément ce qui intéresse le plus le personnel. Quelles casernes seront fermées? La
nouvelle structure prévoit-elle de l’emploi régional? Un point pour lequel le SLFP
plaide depuis des années! Serons-nous épargnés du énième déménagement obligatoire? Nous continuons de surveiller ce point de près.
CCB 01 (AMAY) :
Négociations
L’année 2016 sera une année intense pour votre syndicat! Après l’arrêt des négociations l’année dernière, nous avons abouti à différents accords et les négociations ont été reprises. Vous trouverez plus d’informations à ce propos via votre
délégué, notre site web et via ce magazine. Nous devrons aussi aborder le plan de
structure pour lequel nous plaiderons en faveur d’une transition juste avec une
priorité pour le bien-être des membres du personnel et de leurs familles.
Militaires faisant du shopping
Ce qui a circulé comme un virus sur les médias sociaux à propos d’un militaire faisant du shopping dans les rues de Bruxelles n’aura échappé à personne. Pour le
militaire, c’était la fin de sa mission, mais d’un autre côté, cet événement a bénéficié d’un soutien énorme de la part de tous les services de sécurité, tels que la
police, les pompiers, les ambulanciers,… et surtout aussi de la population. Un signe
évident de remerciement au militaire pour son engagement. A l’égard du militaire
révoqué de sa mission parce qu’il avait acheté un bol de soupe chaude pendant sa
pause nous ne pouvons qu’exprimer aussi tout notre soutien. Peut-être faut-il y voir
un signal adressé à la Défense pour qu’elle veille à un meilleur ravitaillement? Pour
être tout à fait clair, les militaires ne sont pas suspendus, ils ont été retirés de leur
mission et ils ont repris immédiatement l’activité quotidienne à la caserne.
Edwin LAUWEREINS
Président SLFP Défense
Ambiance thermique du nouveau bloc EM au
quartier AMAY.
CCB 03 (BEAUVECHAIN) : Manque de personnel dans certaines filières
de métier au 1W.
CCB 07 (ETTERBEEK):
Campagne ILE (inspection du travail) quant à la
sécurité des machines (travail des métaux) à l’ERM.
CCB 08 (EVERE):
Déménagement (arrivée) de DG HR & ACOS WB.
CCB 09 (NOH):
Rythme de travail au Labo Hôpital Militaire.
CCB 10 (FLORENNES) :
Ecomobilité et suppression de la navette
« Marcassine » du quartier FLORENNES.
CCB 12 (YPRES):
Campagne ILE (inspection du travail) quant
à la sécurité des machines (menuiserie) au CCMP.
CCB 13 (JAMBES) :
Rythme de travail au centre d’Entraînement
de Commandos.
CCB 14 (KB):
Surplus d’heures prestées à la garde.
CCB 17 (SAFFRAANBERG): Analyse des risques INES à ZUTENDAAL.
CCB 19 (MEF) :
Sécurité des moniteurs PIRANHA à la
Cie Ecolage SUD (MEF).
CCB 21 (PEUTIE):
Etat des blocs logements
(entre autres B02 & B06) au quartier PEUTIE.
CCB 22 (TOURNAI) :
Impact de l’accueil des demandeurs d’asile
au quartier St-JEAN (TOURNAI) pour le personnel de
la Défense.
CCB OCASC:
Procédure de congé pour le personnel des crèches.
Plus d’Info auprès du POC CCB ou du service Bien-Etre SLFP-Défense:
Ronny Stevens ou Dimitry Modaert.
défense
ARGUMENT · FÉVRIER 2016
7
SLFP
Le mercredi 6 janvier, les quatre organisations
syndicales représentatives ont été invitées par
le Ministre de la Défense, Steven Vandeput, pour
leur donner un éclaircissement sur le Plan
Stratégique, approuvé par le conseil des
ministres restreint du 22 décembre 2015.
En voici une synthèse :
Personnel
Le personnel de la Défense sera réduit d’ici 2030 de 32.000 à 25.000 équivalents temps
plein (ETP) ; personnel militaire et civil. Afin d’obtenir une Défense plus dynamique,
l’âge moyen est ramené d’environ 40 ans actuellement à environ 34 ans.
L’engagement opérationnel constituera la base, un aspect qui rend le statut militaire
attractif et plus flexible qu’à l’heure actuelle. Une condition liée à cet aspect est que
la carrière militaire offre des perspectives, tant au sein de la Défense qu’après la
période prestée en tant que militaire. Le BDL est un instrument de rajeunissement mais
des portes de sortie sont nécessaires.
En tant qu’organisation syndicale, nous y porterons une attention rapprochée.
Budget
La Défense se voit attribuer un budget de 9,2 milliards à investir d’ici 2030 dans les
dimensions terre, air, maritime et cyber/intelligence. Ces quatre dimensions n’hypothèquent pas la structure.
On opte pour la modernisation de la gestion du personnel, du statut, de la formation et
du management des connaissances au sein de la Défense.
L’objectif est une répartition équitable entre les frais de personnel (50 %), les frais de
fonctionnement (25 %) et les investissements (25 %).
Rationalisation
Les structures doivent répondre aux besoins. Une décision d’outsourcer des activités
qui ne requièrent pas une expertise ou une expérience militaire est une solution réaliste. Celle-ci sera prise en fonction de l’aspect humain. Les décisions concernant les
infrastructures sont prises à bref délai, l’exécution se fera de façon réfléchie. Une
enveloppe minimale doit être garantie pour l’investissement dans le domaine du matériel et de l’infrastructure.
Les équilibres régionaux pour ce qui concerne la répartition géographique des quartiers, du personnel et des capacités seront assurés.
L'aspect psychosocial des travailleurs et le respect pour le dialogue social avec les
syndicats serviront de point de départ.
Nous continuerons de militer pour une transition juste.
Le Ministre de la Défense, Steven Vandeput (N-VA).
Equilibre régional
Il s’agit d’une part d’une décision politique, et d’autre part on recherche une répartition
entre les quartiers, le personnel et les capacités.
Sécurité
La collaboration au plan national et international avec des partenaires en matière de
sécurité est l’une des tâches essentielles. C’est d’ailleurs la base du bien-être, de la
liberté et de la prospérité.
Le SLFP-Défense défend avec ardeur la création dans le cadre international d’une
plateforme de concertation; aujourd’hui ce n’est pas à l’ordre du jour.
Afin d’améliorer l’opérationnalité et d’augmenter la capacité d’engagement, on démarre
à bref délai le projet BEST pour la Dimension Terre. Le soldat individuel, sa protection
et son environnement personnel de travail seront les premiers à être accomplis.
Une contribution importante est apportée actuellement au “ Homeguard” par nos militaires, une étude examine si cet investissement ne peut pas être effectué à l’avenir par
un cadre de réserve.
Du plan stratégique à un plan structurel
Le premier obstacle important est maintenant franchi, mais il y a encore beaucoup à
faire. Le plan devra être affiné. Dans les semaines qui viennent, le ministre en interaction avec l’état-major de la Défense établira un plan de pilotage qui sera soumis au
conseil des ministres restreint avant fin février. Une loi-programme nous donne la
garantie de l’exécution. Un accord ferme entre tous les partis politiques ne fait que la
renforcer. Un ancrage rapide est la clé du succès.
Entretemps, la Défense continue de s’investir dans la rationalisation des structures et
des processus, elle continue de recruter des éléments jeunes et elle reste solidaire
avec ses partenaires, aussi bien dans les opérations internationales qu’au niveau national avec la justice, la police, la protection civile...
Conclusion
Le SLFP-Défense estime que la Défense doit offrir une carrière qui en vaut la peine.
L’attractivité de la Défense est une absolue nécessité. Le personnel reste d’ailleurs le
cœur et la force de la Défense.
Les décisions prises ouvrent à nouveau des perspectives pour le personnel.
Le présent indique hélas que le minimum suffisant = minimum insuffisant, mots du
ministre de la Défense, que nous ne pouvons qu’approuver.
Le plan majeur doit être efficace, une capacité doit être totalement développée.
Le plan est pour le moins ambitieux. Nous sommes heureux de participer à ce projet,
ce qui nous permet de faire avancer notre vision.
SLFP-Défense restera vigilant pour une transition juste où les bons choix
seront effectués.
© DG COM
Eclaircissement sur
le PLAN STRATÉGIQUE
du MoD
défense
SLFP
8
ARGUMENT · FÉVRIER 2016
En sécurité grâce à nos
amis à quatre pattes
Les menaces terroristes et
le risque de possibles
attentats se rapprochent de
plus en plus. Alors que
précédemment nous
pensions qu’ils n’étaient pas
ou à peine à l’ordre du jour,
ils font aujourd’hui de plus
en plus partie de nos
préoccupations. C’est
pourquoi on ne peut plus
imaginer les lieux et les
événements à risque sans la
présence de chiens
détecteurs d’explosifs.
Explosives Detection Dog of EDD
L’Unité Cynologique Interforces (UCI) est le centre de
compétence de tout le soutien canin à la Défense. Bien
qu’elle dépende de la Composante Air, elle opère pour
toutes les composantes de la Défense. La plupart des
chiens sont engagés dans des missions de patrouille
dans les quartiers militaires, mais l’UCI dispose aussi
d’équipes d’intervention avec les “Explosives Detection
Dogs” (EDD). Le nom l’indique déjà, ces quadrupèdes
sont spécialisés dans la recherche d’explosifs. Dans les
opérations à l’étranger, ils veillent à la sécurité de nos
propres troupes et des troupes amies. Au cours des dernières années, ils ont été surtout actifs en Afghanistan
et au Liban. Sur notre propre territoire, les EDD sont
engagés pour effectuer des recherches préventives
quant à la présence d’explosifs improvisés ou conventionnels. Lors d’une menace éventuelle ou d’une alerte à
la bombe, ils recherchent les explosifs pour éviter les
attentats. Les chiens dépisteurs d’explosifs sont formés
et entraînés à différents endroits et dans diverses situations, grâce à quoi leurs capacités d’engagement sont
excessivement étendues. Les composants de base les
plus fréquemment rencontrés dans les explosifs sont
utilisés à l’entraînement.
L’Unité Cynologique Interforces ou le maître-chien est
chargé de l’achat, la formation et l’entraînement. Les
soins de médecine vétérinaire sont de la compétence du
service vétérinaire militaire. Une clinique vétérinaire
militaire garantit un suivi de médecine vétérinaire
moderne sur le site d’Oud-Heverlee.
défense
ARGUMENT · FÉVRIER 2016
Le rêve de chaque maître-chien: un engagement
professionnel avec son propre chien chercheur
Travailler avec un chien n’est pas donné à tout le monde. La compétence
la plus importante du maître est d’avoir une grande affinité avec son chien.
Les chiens ne font pas toujours ce que souhaitent les humains, c’est la raison pour laquelle le maître doit être sûr de son affaire. Bien que le chien
de service fonctionne comme un partenaire ou un copain, il y a aussi une
sorte de relation objective. Le maître et le chien doivent former ensemble
une équipe, s’ils veulent pouvoir effectuer leur tâche convenablement.
Lorsqu’ils se connaissent parfaitement et constituent ainsi une équipe
solide, ils sont capables de hautes performances.
Chaque chien possède sa propre manière d’envoyer des signaux, il est donc
important que son maître le comprenne dans l’exécution d’un sweep of
search. Pendant le travail de recherche, l’EDD s’assied ou se couche
lorsqu’il remarque quelque chose de suspect. Aboyer est hors de question
car certains mécanismes de détonateurs sont sensibles au bruit et pourraient provoquer l’explosion. Ce “marquage” exige de l’exercice et des
récompenses très spécifiques.
Il est aussi important que le chien accompagne le maître à son domicile.
C’est le seul moyen d’établir un lien solide. Pendant les jours de congé, le
chien doit aussi être soigné selon des règles bien précises. Les rapports
sont très disciplinés et fortement encadrés. Sur les photos vous voyez Kai
et Urex avec leur maître Arianne en action lors d’un entraînement. Un bel
exemple d’une équipe solide.
EDD, bien plus qu’une discipline, elle peut sauver des vies
La pression est énorme, les attentes sont importantes, la tension peut
monter très haut. N’importe quel chien n’est pas apte pour l’EDD. Avant
qu’un chien détecteur d’explosifs puisse entamer une formation, il est soumis à un examen médical sévère. Si celui-ci est positif, intervient alors
une partie pratique. On y observe certaines caractéristiques telles que le
comportement social et le courage mais aussi certaines tendances et
talents particuliers tels que la recherche et le fait de rapporter et par-dessus tout l’endurance et l’obéissance. Si ce test pratique aboutit également
à une évaluation positive, la formation peut débuter.
Pendant cette période, le chien apprend à être indépendant, à rechercher
sans la présence rapprochée de son maître. Le chien a-t-il trouvé quelque
chose? Il ne commence pas à aboyer, mais il s’assied et il est récompensé.
Pendant les entraînements il est plus fougueux, plus rapide à la course,
dans l’attente de sa récompense. Dans une situation réelle il est plus
concentré, plus calme, "plus sérieux". Il y a un temps pour le jeu, et un
temps où la réalité prend le dessus et où nous devons pouvoir compter sur
son sérieux, sa fiabilité, car lui seul est notre meilleure chance de trouver
ce que nous ne voyons pas. C’est une tâche très lourde, qui exige beaucoup
de concentration et de précision de la part de ces quadrupèdes très spéciaux. Et pourtant, pour eux il faut que cela reste un jeu. Si le chien
n’éprouve plus de plaisir dans son travail de dépistage, il y a de fortes
chances qu’il ne réagisse plus à la présence d’explosifs, avec toutes les
conséquences qui en découlent.
Suivez le SLFP Défense sur Facebook : VSOA Defensie - SLFP Défense
9
SLFP
défense
SLFP
10
ARGUMENT · FÉVRIER 2016
Pécule de vacances des pensionnés
Tout membre du personnel de la Défense en service actif perçoit son pécule de vacances
dans le courant du mois de mai, mais qu’en est-il pour les pensionnés? Qui y a droit? Quel
montant reçoivent les ayants-droit? Voilà des questions qui reviennent chaque année.
Vous trouverez ci-dessous un aperçu des réponses aux questions le plus fréquemment posées.
Au moment de partir à la retraite, vous percevez les mois où vous avez travaillé au
cours de l’année précédente, avec votre dernier traitement.
Vous tombez ensuite sous la réglementation suivante:
Le service des pensions du secteur public ou SdPSP examine si vous avez droit à
un pécule de vacances ordinaire ou à une allocation complémentaire. Le retraité ne
doit pas en faire la demande.
Pécule de vacances ordinaire
Vous avez droit au pécule de vacances ordinaire si, au 1er mai de l’année en cours:
3 vous avez atteint l’âge de 60 ans ;
3 vous avez perçu pour le mois de mai une pension de retraite qui n’a pas été
réduite en raison de l’exercice d’une activité professionnelle et dont le montant
mensuel brut total est inférieur à 2171,34 euros ;
3 cette pension n’est pas cumulée à une ou plusieurs autres pensions ou un autre
avantage quelconque (octroyés en vertu d’une législation belge ou étrangère ou
en vertu d’un régime de pension d’une institution de droit public international)
dont le montant mensuel brut total est supérieur à 2171,34 euros.
Montant du pécule de vacances ordinaire
3 250,23 euros bruts (montant pour un isolé) pour le pensionné isolé ou dont
l’époux ou épouse a des revenus ;
3 333,64 euros bruts (montant pour un ménage) pour un ménage lorsque le
conjoint :
p ne bénéficie pas de revenus provenant d’une activité professionnelle ;
p ne bénéficie pas d’une allocation à la suite d’une incapacité primaire ou
d’une invalidité, à la suite de chômage ou d’interruption de carrière,
octroyée en vertu d’une législation belge, ou bénéficie de tout avantage en
vigueur, octroyé en vertu d’une législation étrangère ou à charge d’une institution de droit public international ;
p ne bénéficie pas d’une pension de retraite ou de survie, d’une rente de
retraite ou de survie ou d’un avantage en vigueur, octroyés en vertu d’une
législation belge ou étrangère ou en vertu d’un régime de pension d’une
institution de droit public international ;
p bénéficie d’un tel revenu d’un montant mensuel global inférieur à 83,41
euros.
L’allocation complémentaire au pécule de vacances est octroyée si, au 1er mai de
l’année en cours:
3 vous avez atteint l’âge de 60 ans ;
3 vous bénéficiez d’un supplément ‘minimum garanti’.
Montant de l’allocation complémentaire au pécule de vacances :
3 378,31 euros bruts pour un isolé ;
3 453,61 euros bruts pour les personnes bénéficiant du minimum garanti aux
pensionnés mariés.
Les personnes mises à la retraite en raison d’une incapacité physique sont soumises aux conditions complémentaires suivantes:
les personnes qui perçoivent un minimum garanti de base (le montant mensuel brut
au 2 janvier 2013 s’élève à 723,73 euros pour une pension sur la base de prestations à temps plein), ne reçoivent pas de pécule de vacances complémentaire.
Si vous avez encore d’autres questions, vous pouvez contacter le service
Pensionorama du SLFP – Défense: Andre Verwimp ou Chris Berx
Suivez le SLFP Défense sur Facebook : VSOA Defensie - SLFP Défense
ILS NOUS ONT REJOINTS
Pour défendre les intérêts de nos membres
et les soutenir encore mieux, de nouveaux
délégués ont récemment renforcé notre
structure.
C’est avec plaisir que nous vous les
présentons.
MELSBROEK
IEPER
FELS Gunther
KIMPE Jeroen
15W
CCMP
GSM: 0475 55 65 62
gunther.fels@vsoa-defensie.be
gunther.fels@mil.be
GSM: 0471 39 79 58
jeroen.kimpe@vsoa-defense.be
jeroen.kimpe@mil.be
défense
ARGUMENT · FÉVRIER 2016
11
SLFP
Le dossier médical opérationnel
individuel ou DMOI
Lors de leurs missions ou opérations à l’étranger, les militaires sont régulièrement exposés à des
situations particulièrement périlleuses dans l’exécution de leur tâche. Ces situations peuvent à plus longue
échéance être la cause d’une affection médicale.
Le dossier médical individuel est en ce sens un document essentiel pour acter toutes les données concernant ou pouvant concerner l’état de santé du militaire.
Plus tard, le DMOI peut être d’une grande valeur afin
d’établir le possible lien entre des événements ou expositions ayant un impact au niveau médical et ayant eu
lieu lors d’une mission ou d’une opération, et des
plaintes ou affections apparues après la mission ou
l’opération.
Quels dossiers médicaux connaissons-nous?
3 Le dossier médical curatif :
Le médecin chargé de la médecine curative dans l’infirmerie/antenne du quartier établit ce dossier en y reprenant entre autre les données concernant les affections,
traitements et exemptions d’ordre médical.
L’infirmerie/antenne du quartier ou un organisme appartenant à la Composante Médicale conserve ce dossier.
3 Le dossier de médecine du travail :
Il est établi par le médecin du travail et contient entre
autre les avis concernant l’aptitude à une fonction et les
données des examens de médecine du travail légalement obligatoires selon la fonction exercée.
3 Le dossier médical individuel :
Ce dossier rassemble toutes les informations médicales
détaillées tant du médecin chargé de la médecine curative que du médecin du travail. Il est tenu à jour et complété avant, pendant et après les missions à l’étranger
d’une durée supérieure à un mois ou les missions d’une
durée inférieure à un mois se répétant fréquemment et
précédées toujours d’un court préavis.
Composition du DMOI
3 La déclaration médicale du militaire ou du membre
du personnel civil de la Défense (An A) ;
3 L’examen médical périodique (An B) ;
3 La fiche médicale aptitude avant l’engagement (An
C) ;
3 La feuille de travail médicale pendant l’engage-
ment (An D) ;
3 La fiche d’exposition professionnelle à des risques
pendant l’engagement (An E) ;
3 La fiche d’examen après l’engagement (An F) ;
3 Problèmes/symptômes médicaux (An G).
Etablissement d’un DMOI
Avant la mission:
3 Le service de médecine du travail doit inviter
annuellement à un examen tout membre du personnel militaire ou civil pouvant être potentiellement engagé à l’étranger. Si le militaire ou le civil
doit aussi passer annuellement un examen en raison de sa fonction, les deux examens sont combinés ;
3 Toutes les données médicales ayant une importance ou pouvant en avoir une pour le suivi médical pendant la mission sont échangées entre le
médecin chargé de la médecine curative et le
médecin du travail et notées. Les informations
confidentielles ne sont pas mentionnées lorsque
le médecin chargé de la médecine curative, en
accord avec l’intéressé, juge qu’elles n’ont pas
d’importance pour le Soutien Médical pendant la
mission ou pour le suivi de santé après celle-ci ;
3 Le militaire ou le membre du personnel civil de la
Défense donne son accord écrit pour l’établissement d’un DMOI, rédigé par le médecin du travail.
Pendant la mission:
3 Le DMOI veille à un suivi de santé optimal par
toutes les données médicales significatives. Il
permet au personnel médical de pratiquer une
médecine de qualité pendant la mission.
Ils gèrent tous les dossiers médicaux individuels
des participants pendant la mission ;
3 Pendant la mission, le personnel médical com-
plète le dossier lors de chaque consultation par
analogie avec le dossier médical curatif ;
Si le personnel médical a connaissance d’une
exposition à des substances nocives (biologiques,
physiques, chimiques ou radiologiques), il complète également la partie du DMOI concernée. Il
est important de mentionner si l’exposition est
prouvée par des analyses (joindre la référence de
l’analyse) ou s’il s’agit plutôt d’une présomption.
L’exploitation des données se fera plus tard par des
spécialistes.
Après la mission:
3 La Cellule locale de la médecine du travail complète
les annexes F et G et conserve le dossier ;
3 Un entretien/examen immédiat chez le médecin du
travail dépend de l’extrême urgence ou de la
demande spécifique de l’intéressé.
Consultation et exploitation
3 L’intéressé a le droit de consulter son dossier médi-
cal individuel ou d’en retirer des copies, de même
que les médecins responsables du suivi et des soins
médicaux ;
3 Lors de la mutation de l’intéressé, le DMOI sera
transmis à la Cellule AMT responsable du suivi en
matière de médecine du travail de la nouvelle
unité ;
3 Lorsque l’intéressé quitte la Défense, tous ses DMOI
sont transmis avec le dossier curatif et le dossier de
médecine du travail à la section “ Archives
Médicales ” d’ACOS WB. Une copie peut toujours
être demandée par le biais d’un médecin au choix.
Votre dossier médical est d’une grande importance pour
assurer une bonne assistance. Le personnel médical a le
devoir de tenir votre dossier soigneusement à jour. On
attend de vous, en tant que militaire ou civil concerné,
que vous fournissiez les informations et la collaboration
nécessaires pour effectuer le traitement.
Réf: ACWB-REG-MEDMT-001
Pour plus d’info vous pouvez toujours vous
adresser à notre service Bien-Etre,
Ronny Stevens et Dimitry Modaert.
ordre judiciaire
ARGUMENT · FÉVRIER 2016
13
SLFP
En plus des pleins pouvoirs,
la magistrature aura le pactole …
Comme le Président de notre groupe, Guy van Cauwenberghe, le disait dans l’édition
précédente d’Argument, la réforme de la Justice donne à la magistrature les pleins
pouvoirs en matière de gestion du personnel.
Ce sont dès lors les magistrats qui sont censés s’occuper de nous, de notre carrière,
de notre bien-être au travail, et de nos soucis et tracas liés à tout cela.
Un courrier adressé au ministre de la Justice a cependant suscité nos pires
craintes.
En effet, les magistrats des plus hautes instances du pays, flanqués du président du
Collège des Cours et Tribunaux, et du collège du Ministère public ont adressé au
ministre leurs craintes quant à une éventuelle diminution de la pension des magistrats.
Car l’accord gouvernemental prévoit diverses modifications et diminutions pour TOUS
les agents de l’État, telles la suppression de la bonification pour diplôme, et une
étape à venir visant l’équivalence des pensions de l’État et celles du secteur privé.
“Afin, cependant, de dissiper toute crainte des magistrats,
les signataires demandent dans ce même courrier que le
ministre de la Justice leur garantisse par écrit que tout cela
NE leur arrivera PAS, qu’ils NE seront PAS concernés par cet
accord gouvernemental, qu’AUCUNE proposition de loi ne
sera déposée à la Chambre concernant la magistrature, mais
qu’ils continueront à bénéficier d’un statut spécial, et
notamment que les tantièmes préférentiels seront maintenus, qu’ils NE sont PAS concernés par la suppression de la
bonification pour diplôme, et que le salaire de référence restera déterminant”.
Lorsque j’ai pris connaissance de ces renseignements, je me suis spontanément posé
la question de savoir - avec tout le respect qui est dû à la magistrature - si ces messieurs se rendaient bien compte de ce que des personnes passent leur journée dans
des bâtiments souvent délabrés - greffes des tribunaux ou secrétariats des parquets
- et que ces personnes remplissent quotidiennement leurs obligations, dans des
conditions souvent tout sauf idéales, pour un salaire mensuel de 1250 à 1300 euros.
Pas un mot sur le personnel pour lequel cependant ils sont responsables, pas un mot
sur la carrière du personnel, de leurs pensions …..
Vous pouvez cependant faire confiance à notre organisation syndicale. Nous serons
là pour vous ! Nous veillerons à défendre vos intérêts ! Et lors des négociations, nous
serons votre visage et votre voix!
Anneliese SERVAIS
Vice-Présidente fédérale
SLFP Ordre Judiciaire
LA PREMIÈRE PHASE DU MASTERPLAN POUR LES PALAIS DE JUSTICE A ÉTÉ LANCÉE
Nous avons récemment appris dans la presse que le
ministre de la Justice Koen Geens avait clôturé sa première phase du masterplan pour les palais de justice.
29 sièges de justice de paix sont supprimés (dédoublement des cantons à 2 et 3 sièges).
Dans toutes les interviews et articles de presse, le ministre a souligné : “Ce remaniement intervient à la demande de l’ordre judiciaire lui-même, et ira de pair avec
une considérable économie de temps et de moyens, et
pour les tribunaux concernés, et pour l’autorité”.
A peine ces paroles exprimées, l’encre n’ayant même
pas encore eu le temps de sécher que les premières
voix dissidentes se sont fait entendre de la part de
bourgmestres (Lommel, Herne, Zottegem), et même
de magistrats (magistrat presse des justices de paix
d’Anvers), alors que d’après le Ministre, ceux-ci soutenaient la réforme.
Certes, le SLFP groupe Ordre Judiciaire peut comprendre ces choix, mais dans certains cas nous ne pouvons
nous empêcher de nous poser des questions. Notre
plus grand souci concerne le possible impact de ces
déménagements sur le bien-être des membres du personnel.
Et à nouveau nous nous adressons au Ministre en demandant plus de concertation, afin que nous puissions à temps rassurer les membres du personnel et
tout particulièrement nos membres, afin qu’à l’avenir
ils ne doivent pas – tout comme nous – l’apprendre
dans la presse.
Guy VAN CAUWENBERGHE
Président fédéral
la poste
SLFP
14
ARGUMENT · FÉVRIER 2016
Lancement du nouveau centre
de tri de Bruxelles X
Une nouvelle étape a été franchie dans l'élaboration du plan 2020. Fin de l'année
dernière, les travaux de construction d'un nouveau centre de tri de Bruxelles X ont
commencé Chaussée de Vilvoorde à Neder-over-Heembeek.
Le site du nouveau centre de tri, avec en arrière-plan le pont de Buda.
Voici le centre de tri tel que les plans le laissent imaginer
Cette première phase ne montre pas grand-chose
parce qu'il faut tout d'abord que le terrain soit
aplani (au sens propre comme au figuré). Mais une
fois que les travaux au sol seront terminés, la
construction du centre de tri pourra commencer et
à partir de là, tout s'enchainera rapidement.
ment qu'il y aura davantage d'emplois dans le nouveau Bruxelles X.
Le SLFP a déjà visité le terrain et s'intéressera
encore souvent au site et à ses alentours, car les
intérêts pour le personnel sont nombreux. Un des
plus grands défis à relever sera celui de la mobilité.
Le terrain paraît en tout cas extrêmement vaste. Si
cela présage de l'ambition de l'entreprise, alors
c'est surtout une très bonne chose pour l'emploi.
La construction d'un nouveau centre de tri est en
effet d'un grand intérêt pour le futur de l'entreprise.
Outre le tri de la correspondance traditionnelle, le
centre de tri de Bruxelles X accueillera principalement le traitement des colis. Cela signifie égale-
Pour l'instant, le site est difficilement accessible
en transport en commun. On peut tout à fait comprendre qu'il s'agit là d'un point sensible pour la
plupart du personnel et que ce sera un des points
que nous suivrons avec le plus d'attention.
Si tout se passe comme prévu, le nouveau centre de
tri de Bruxelles X devrait être opérationnel en 2017.
la poste
ARGUMENT · FÉVRIER 2016
15
SLFP
Un projet intéressant, bien que fragile : une saisie correcte indispensable !
Nouvelle annexe à votre fiche de salaire :
l'état de prestation
Dès janvier 2016, vous recevrez une nouvelle annexe à votre fiche de salaire mensuelle : un
état de prestation. Celui-ci vous donnera un aperçu des prestations fournies le mois écoulé,
ainsi que le statut de vos jours de congé.
Cela fait plusieurs années que nous demandons
à l'entreprise davantage de transparence, afin
que le personnel puisse vérifier et contrôler ses
prestations. Enfin, Bpost va recourir à l'état de
prestation ou, en d'autres termes, une liste de
toutes les données de prestation du mois. Voilà
une belle initiative de la part de l'entreprise ; faisons en sorte que cela soit davantage qu'une
bonne intention, et que cela soit utile.
Bpost continuera de payer le salaire du personnel le dernier jour ouvrable du mois. Ne perdons
pas de vue que cela représente un avantage pour
le personnel, auquel ne recourent pas tous les
employeurs. Voilà qui a le mérite d'être mentionné!
Pour ce faire, bpost doit cependant toujours clôturer le mois anticipativement.
Tout ce qui a lieu entre la clôture d'un mois et la
fin du mois doit être régularisé à postériori. C'est
le revers de la médaille qui garantit que le personnel sera payé à la fin du mois. Ce sera également le cas pour l'état de prestation. Dans la
mesure où il peut y avoir une différence entre
l'état de prestation clôturé et les prestations
définitives, vous recevrez donc systématiquement deux fois l'état de prestation : un premier
état de prestation provisoire, qui sera joint à
votre fiche de salaire, et un second, quant à lui
définitif, avec la fiche de salaire du mois suivant.
En résumé, vous recevrez à partir du mois de
février 2016 deux états de prestation : le premier
restera provisoire et concernera le mois qui vient
de s'écouler et le second, qui sera quant à lui
définitif et concernera le mois précédent.
L'état de prestation a pour but de refléter les
prestations effectuées durant le mois.
Ainsi, le membre du personnel peut également
vérifier personnellement si les prestations mentionnées coïncident bien avec les prestations
qu'il a réellement accomplies.
Outre un aperçu des prestations mensuelles,
vous y trouverez un récapitulatif de vos congés,
ce qui permet de voir à combien de jours vous
avez droit, ce qui a déjà été pris, quelles
demandes sont en cours et les jours qui restent
à prendre. Ainsi, vous pouvez suivre au moins
mensuellement vos compteurs de congé et en
planifier la prise.
Une saisie correcte des données
primordiale
L'exactitude des données sur l'état de prestation
dépend bien entendu de la saisie correcte de ces
données par le responsable chargé de les introduire. Si les prestations diffèrent sans que cela
ne soit enregistré quelque part - ce qui est normalement interdit -, il est alors évident qu'elles
n'apparaîtront pas sur l'état de prestation.
C'est également le cas pour les demandes de
congé. Les membres du personnel qui ne sont
pas habilités à introduire eux-mêmes leurs
congés dans MyHR doivent utiliser la feuille de
congé 15.
Cette feuille doit être utilisée de manière adéquate : le congé doit être demandé à l'aide de
cette feuille et le chef direct transmet sa décision au moyen de ce même document. La
demande orale et l'accord sans aucune trace
(que ce soit électronique ou par écrit) ne sont pas
autorisés et mènent souvent à des discussions
stériles et inutiles, alors que c'est en fait
contraire au règlement.
2016 est une nouvelle année : commençons par
une bonne résolution et agissons dans les règles
de l'art!
Le SLFP appelle les responsables à encourager
tout un chacun à effectuer le travail qu'il est supposé faire. Les responsables, tout comme les
teamleaders et les collaborateurs Mail doivent
faire leur propre travail, et ne pas faire d'abord les
activités postales telles que le tri du produit nonséquencé afin de pouvoir encore par la suite assurer leur tournée de distribution.
C'est la meilleure façon d'empêcher la saisie correcte des prestations de leurs collègues!
L'état de prestation est joint à votre fiche de salaire mensuelle
Le SLFP veillera en tout cas à ce que toutes les
données de prestations soient introduites comme
il se doit.
Apportez votre pierre à l'édifice
en contrôlant vos fiches!
Le SLFP demande dès lors à tous ses collaborateurs de vérifier leurs prestations, demandes de
congé au jour le jour afin et à nouveau à la fin du
mois (et encore plus certainement avec l'état de
prestation définitive). Conservez toutes vos
fiches de salaires et vos états de prestation.
Conservez-les dans un classeur, une boîte, peu
importe, mais gardez-les bien précieusement.
Elles peuvent encore être utiles ultérieurement.
Tous les ans, nos membres reçoivent un agenda
de notre part, n'hésitez pas à l'utiliser !
Prenez note quotidiennement de ce que vous
faites, cela sera bien utile pour dissiper tout
'malentendu' éventuel!
proximus
SLFP
16
ARGUMENT · FÉVRIER 2016
Grèves dans les transports en commun. Que faire ?
Il arrive souvent qu'une grève des transports en commun entraîne des retards ou
des jours d'absence du personnel de l’entreprise. Suite aux nombreuses questions
qui nous parviennent régulièrement, il est bon de rappeler les dispositions à
prendre lorsque vous ne pouvez pas vous rendre sur votre lieu de travail.
Grève annoncée ou imprévue
Quand une grève dans les transports en commun est
annoncée et que vous prévoyez des difficultés le jour
de la grève, vous pouvez demander un congé. Il appartient à votre chef d’équipe de décider, en vue d'assurer la continuité du service, s'il peut vous l'accorder.
Que ce soit une grève annoncée ou une grève imprévue, si elle tombe un jour où vous êtes supposé travailler, vous devez prendre toutes les dispositions raisonnables pour rejoindre votre lieu habituel de travail.
L’entreprise n'intervient pas dans les frais. En cas
d’utilisation d'un véhicule personnel, l’entreprise
n'est pas responsable des dégâts éventuels qui lui
sont occasionnés.
Impossibilité de rejoindre le lieu de travail
Cette notion d’impossibilité doit se comprendre dans
les limites du raisonnable et avec bon sens.
L’entreprise n’exigera pas de votre part un effort disproportionné.
Il doit néanmoins s’agir d’une impossibilité réelle, et
non d’une plus grande difficulté de rejoindre votre
lieu de travail. La cause de l’impossibilité doit être
intervenue sur le chemin du travail.
Autres solutions
Vous pouvez vous présenter dans un autre bâtiment
de l’entreprise, à condition qu’il existe une possibilité
réelle d’exercer votre fonction dans ce bâtiment. Dans
ce cas, vous informez immédiatement votre chef
d’équipe ou contactez le service du personnel au 0800
255 47 si vous ne pouvez pas l'atteindre.
Si vous vous trouvez également dans l'impossibilité
de rejoindre un tel bâtiment, vous avertissez également votre responsable ou formez le 0800 255 47 si
vous ne pouvez pas l'atteindre.
Vous lui remettrez dès que possible une attestation
de l'entreprise de transports ou des autorités locales.
S'il ne vous est pas possible d'en obtenir une, vous
pourrez lui remettre une déclaration sur l'honneur.
Absence couverte
L’absence qui résulte de l’impossibilité réelle de se
rendre sur le lieu de travail sera couverte par une dispense de service que votre chef d’équipe introduira
dans l’application des absences.
La dispense de service sera accordée avec plus de
souplesse lorsqu’il s’agit d’une grève imprévue, qu’en
cas de grève dont les médias se sont fait l’écho, ou
en cas de poursuite d’un mouvement de grève. Dans
ces deux derniers cas, la dispense de service ne sera
accordée que très exceptionnellement, étant donné
que l’événement est prévisible et que vous aurez eu la
possibilité de chercher une façon alternative pour
rejoindre votre lieu de travail.
Il est clair qu’aucune dispense de service ne pourra
être accordée si vous disposez d’un véhicule mis à
votre disposition par l’entreprise ou si vous n’utilisez
pas habituellement le moyen de transport en commun concerné par la grève pour rejoindre votre lieu de
travail.
Absence irrégulière
Si votre absence n’est pas couverte par une attestation valable ni par une déclaration sur l'honneur, elle
sera considérée comme irrégulière.
Elle le sera également si votre chef d’équipe sait
prouver sur base de critères objectifs que vous n’avez
pas pris toutes les dispositions raisonnables pour
rejoindre votre lieu habituel de travail ou un bâtiment
alternatif dans lequel existait une possibilité réelle
d’exercer votre fonction (exemples : transport en
commun alternatif existant ; possibilité réelle de
covoiturage avec un collègue ayant une voiture de
management ; etc.). Après examen, le service du personnel peut décider de considérer l’absence comme
irrégulière.
Vous êtes domicilié à l'étranger ?
Les mêmes règles sont d'application si vous êtes
domicilié à l'étranger et si, en raison d'une grève des
transports en commun du pays où vous vous trouvez,
il vous est impossible d'effectuer le trajet domiciletravail.
D’autres questions ?
N’hésitez pas à prendre contact avec votre délégué
local, votre permanent régional ou notre secrétariat
national.
L’équipe du SLFP Groupe Proximus
Agenda : février 2016
Résumé des points qui doivent retenir votre attention : ces différents sujets
traitent directement de matières qui vous concernent.
1) 01/02 > 31/03 Période d’évaluation pour le niveau 2b.
2) Clôture en ce mois de février des demandes d’interruption de carrière à entamer au
1er mai prochain.
a) il peut s’agir de l’interruption de carrière ordinaire pour entamer un mi-temps
soit encore pour permettre l’accueil d’enfants,
b) ou s’agir de l’interruption de carrière thématique qui porte sur le congé parental.
Contactez pour tous les cas votre service du personnel (0800 ALL HR ou par mail) et
complétez le document A45/1.
Numéros de téléphone utiles - Site internet « Affinity »
0800 / 91003: numéro de contact (Ressources Humaines Proximus) pour les
personnes n’exerçant plus d’activité au sein du Groupe (Pensionnés, …)
1765: numéro de contact pour toute information sur les pensions
Ayez toujours votre numéro national à portée de la main (année de naissance,
mois de naissance suivi de 5 chiffres).
Le site « Affinity » http://worklife.proximus.be/ reprend, par ailleurs, moult
informations à destination des collaborateurs désormais inactifs (Plan médical,
Facilités de transport, Avantages Telecom, etc …)
L’équipe du SLFP Groupe Proximus
afrc
Administrations Fédérales, Régionales et Communautaires
ARGUMENT · FÉVRIER 2016
17
SLFP
IBGE : Le Service social
de Bruxelles Environnement
Depuis le 30/03/2015 le SLFP a repris la présidence tournante
du Service social de Bruxelles Environnement – IBGE.
Depuis sa création en 1993, ce service social
est constitué sous forme d’une asbl dirigée par
un conseil d’administration composé exclusivement de représentants issus des 3 organisations syndicales représentatives. Les statuts de
l’asbl prévoient que chaque syndicat occupe la
présidence tournante pendant 2 ans.
Le Service social de Bruxelles Environnement –
IBGE s’adresse à tous les membres du personnel, qu'ils soient en service actif ou en disponibilité/congé, détachés ou retraités, ainsi qu’aux
membres de leur famille pour autant qu’ils fassent partie du ménage de l’agent. Les services
offerts sont d’ordre collectifs (assurance hospitalisation, journée sportive, documentation
sociale et juridique, …) et individuels (écoute et
accompagnement, diverses primes de circonstances et interventions financières, …).
Dès la prise de fonction par le SLFP l’équipe
s’est attaquée à réformer le fonctionnement du
service social afin de le rendre plus proche de
la base et ce, via diverses réalisations :
3 nous avons poursuivi et achevé la mise à
jour des statuts de l’asbl afin de les adapter
aux réalités de l’administration et en particulier de permettre aux agents contractuels
d’être nommés dans le conseil d’administration, ce que ne permettaient pas les
anciens statuts datant de plus de 20 ans ;
Gestion du Service social:
Tuan Khai TRAN, Président
(à gauche), Benny DE CLERCK et
Pap DIONGUE (absent sur la photo).
3 nous avons redonné la parole aux agents en
organisant pour la première fois une
enquête à grande échelle (à l’occasion de la
journée sportive du personnel) pour connaître leur satisfaction par rapport aux services fournis et leurs attentes vis-à-vis du
service social ;
3 suite à cette enquête, nous avons axé nos
efforts dans le développement des moyens
de communication afin de mieux faire
connaître les actions du service social : en
plus de la création d’une affiche présentant
les services offerts par le service social et
qui a été placardée dans les lieux de travail
et de repos, nous avons réussi à rendre la
page web du service social plus claire et
plus attractive et à innover en réalisant des
communications imprimées au dos des
fiches de paie destinées aux agents de terrain (en majorité des niveaux C et D) ; ce qui
représente également une économie de
papier et de frais d’envoi tout en permettant
une communication efficace.
Ce ne sont là que les principaux projets menés
à bien sous l’impulsion du SLFP car il y en a
encore de nombreux autres qui ont été réalisés
ou sont en cours de réalisation, toujours avec
l’objectif d’évoluer avec son temps et les
attentes des bénéficiaires et d’être davantage
au service de tous sans discrimination.
Tuan Khai TRAN
Président de l’asbl Service social de l’IBGE
police
SLFP
18
ARGUMENT · FÉVRIER 2016
Cahier revendicatif 2015-2016
Le SLFP-Police a établi une réputation de présenter ses revendications sectorielles avant les
autres syndicats. Ce cahier revendicatif 2015-2016 est plutôt concis pour que l’Autorité sache
où le bât blesse vraiment et ne puisse faire du « shopping » dans une liste inextricable. Dans
une série de 3 articles nous vous présentons les différents sujets ainsi que notre vision.
Le respect et l’exécution des accords du passé
Des accords importants du passé n’ont toujours pas été exécutés.
Il nous semble dès lors évident que le début de la discussion soit lié à une démonstration de bonne volonté de la part de l’autorité politique en menant ces points à bien – ce
que en fin de compte l’autorité s’était engagée à concrétiser.
© SMITS
Dans le cadre des négociations
Le SLFP police demande à ce qu’un planning de négociation soit fixé et accompagné
de dates butoirs claires. Durant le débat, les implications financières de chaque
mesure – faisant l’objet d’un consensus – doivent être déterminées. Durant le débat,
les différents acteurs, tels que le Ministre de la Fonction Publique, le Ministre des
Finances, etc. doivent adopter une attitude claire à l’égard des mesures prévues dans
l’accord sectoriel. En agissant de la sorte, nous éviterons les surprises ainsi que les
accords non exécutés comme cela a déjà été le cas dans le passé.
Enfin, un planning contraignant doit être élaboré avant la fin des débats – et une fois
achevée la liste des différentes mesures ayant mené à un consensus – et repris dans
le protocole. Nous insistons sur le fait que ce planning, ainsi que les accords,
devraient être exécutés sous cette législature. Dans le passé, nous étions bien trop
souvent confrontés à un nouveau gouvernement qui ne se sentait apparemment pas
lié à des accords convenus durant la législature précédente, de façon telle que l’exécution de ceux-ci est restée lettre morte.
D’un autre côté, différents points ont été mis à l’ordre du jour mais n’ont pas – ou que
peu - fait l’objet d’un débat pour la simple raison que nous étions confrontés à un gouvernement en affaires courantes.
Vincent GILLES (Président National)
Vincent HOUSSIN (Vice-Président National)
Mais où sont les 400 millions promis
dans la lutte contre le terrorisme ?
Le 19 novembre, le Premier ministre annonçait à la Chambre dix-huit mesures pour
combattre le terrorisme. Ainsi, la première mesure était le déblocage d’un budget
extraordinaire de 400 millions € destinés aux trois services de sécurité/renseignement.
En ce qui concerne la police intégrée, tant la police fédérale que les corps de police
locale ont un cruel besoin d’une bonne part de ce budget extraordinaire.
qu’il faudra retenir de la part « Police » les investissements déjà promis (et pas
encore totalement réels).
Les autorités politiques doivent redoubler d’énergie pour, avant la fin janvier, traduire
concrètement ce qui pour le moment n’est qu’un effet d’annonce. Il serait inacceptable pour la population et les policiers que cette « décision » reste lettre morte.
Le SLFP Police exige plus que des mots : le temps est maintenant aux actes !
Lorsque nous nous informons auprès des Cabinets concernés, nous n’entendons pas
la même chose au sujet de la « réalité » de ces 400 millions. Tandis qu’au Cabinet du
Premier, on assure qu’ils seront bien réels, au Cabinet de l’Intérieur on mentionne
www.slfp-pol.be
Vincent GILLES (Président National)
Vincent HOUSSIN (Vice-Président National)
suivez le slfp-police sur:
/slfppolice
cheminots
ARGUMENT · FÉVRIER 2016
19
SLFP
2016, année de tous les dangers à la SNCB ?
Du début des années 1980 à nos jours, de nombreux efforts ont été demandés à la SNCB et ce,
quelles que soient les coalitions au pouvoir. Nous avons connu une fin d’année 2015 et un début
2016 particulièrement agités sur le plan social aux chemins de fer.
Pour notre organisation, des efforts sont nécessaires
mais de façon équilibrée et pas uniquement sur le dos
des travailleurs ! A plusieurs reprises, nous avons
dénoncé des gaspillages importants : consultance,
mauvaise gestion interne, multiplication de filiales et
de la sous-traitance, gares pharaoniques, etc…
C’est sur tout cela que des économies sont à réaliser !
Le Gouvernement et les politiques veulent relever les
défis environnementaux (COP 21 de Paris, les prévisions alarmantes sur les embouteillages routiers, le
réchauffement climatique…) Fort bien mais alors il
faut revoir la politique de réduction drastique des
moyens alloués aux chemins de fer et garantir des
emplois statutaires suffisants pour répondre aux défis
de demain. Sans cela, la SNCB sera dans l’incapacité
d’offrir un service optimal aux voyageurs.
Force est de constater que le dialogue social a été
rompu ! La Ministre de la Mobilité et le Gouvernement
imposent une nouvelle fois des économies à notre
entreprise, au travers d’un plan stratégique. Les deux
CEO ont présenté par la suite à la Commission de l’infrastructure de la Chambre leur projet d’entreprise
répondant aux exigences de la Ministre.
Bref : il faudra travailler mieux avec moins !
Ecarté par le Front Commun des négociations aux
Comités de pilotage depuis le début, le SLFP-Cheminots
a demandé en Commission Paritaire du 16/12/2015 de
rouvrir les débats en présence de tous les acteurs
concernés membres de la Commission Paritaire
Nationale.
Le SLFP-Cheminots a voté contre les mesures approuvées par la SNCB et a également demandé la désignation d’un conciliateur social.
Le SLFP-Cheminots est pour un
service public maximum de qualité !
Nous sommes
pour une véritable
concertation avant
tout ! La grève, arme
ultime, si nécessaire !
Le Front Commun ayant maintenu les préavis de grève,
le dialogue social est resté au point mort.
Filoteo AFRICANO
Président Fédéral
Visite du musée Train World
De la vapeur à la grande vitesse
Le 4 décembre 2015, le Comité des
pensionnés du SLFP secteur Cheminots
a organisé une visite du musée des
Chemins de fer belges Train World.
Ce remarquable musée situé en gare de Schaerbeek rassemble dans plusieurs salles d’exposition locomotives, voitures, outils divers et archives qui
illustrent l’histoire des chemins de fer d’hier, d’aujourd’hui et de demain.
Une visite de grand intérêt que nous recommandons à tous.
enseignement
SLFP
20
ARGUMENT · FÉVRIER 2016
Editorial
Le harcèlement dans les établissements
Chers Membres,
Deux formations ont été dispensées par Corinne Cordy
et Maître Herion sur le harcèlement et les violences au
travail. Ces formations étaient organisées pour que vos
délégués puissent vous aider au mieux si vous êtes
confrontés à des situations difficiles.
Il en ressort une méconnaissance des services mis
en place par Wallonie Bruxelles Enseignement.
Méconnaissance tout d’abord des intervenants vers
qui vous pouvez vous tourner pour obtenir de l’aide.
Les personnes de confiance, Pascale D’HONDT et
Xavier DOM, vous écoutent, vous conseillent et vous
offrent leur appui sur la base d’une plainte motivée.
Ils sont tenus au secret professionnel. Ils exercent
leur fonction en toute indépendance et doivent faire
preuve d’impartialité. Il arrive donc que si la plainte
n’est pas fondée et n’est pas étayée par des témoignages, elle ne puisse aboutir en faveur du membre du
personnel. Il s’agit d’une intervention psychosociale
informelle. Les conseillers en prévention chargés des
aspects psychosociaux remplissent les mêmes missions que les personnes de confiance mais en plus, ils
analysent les risques, proposent à l'employeur des
mesures pour mettre fin à la violence ; accomplissent
des démarches à cette fin, et rédigent des rapports
pour l'employeur. Ils sont plus connus sous l’appellation des organismes d’où ils émanent comme SPMT
/ARISTA. Il s’agit ici d’une intervention psychosociale
formelle.
Hormis le harcèlement et les violences, ces personnes
s’intéressent également aux risques psychosociaux
dans les établissements. En quoi consistent ces
risques ? « Il s’agit de la probabilité qu’un ou plusieur(s) travailleur(s) subisse(nt) un dommage psychique qui peut également s'accompagner d'un dommage physique, suite à l'exposition à des composantes de l'organisation du travail, du contenu du travail, des conditions de travail, des conditions de vie au
travail et des relations interpersonnelles au travail,
sur lesquelles l'employeur a un impact et qui compor-
tent objectivement un danger. Le dommage psychique
peut, par exemple, se manifester par des angoisses,
de la dépression, du burn out, un état de stress post
traumatique. Physiquement, ces risques peuvent
mener à des problèmes de sommeil, voire de l'insomnie, de l'hypertension, des problèmes gastriques, ...»(1)
Il ne faut pas avoir peur de témoigner ou de déposer
plainte. En effet, en vertu de la loi du 4 août 1996 sur
le bien-être au travail, les membres du personnel qui
introduisent une demande d'intervention psychosociale formelle pour faits de violence ou de harcèlement moral ou sexuel, qui portent plainte et témoignent dans ce cadre, jouissent d'une protection contre
les représailles professionnelles.
L’article 32 précise bien que l'employeur ne peut mettre fin à la relation de travail ou modifier unilatéralement, de façon injustifiée, les conditions de travail,
sauf pour des motifs étrangers à la demande ou à la
plainte; il ne peut prendre, pendant l'existence ni
après la cessation des relations de travail, aucune
mesure préjudiciable liée à la demande ou à la
plainte; il ne peut poser les actes précités dans les
douze mois qui suivent l'introduction d'une demande,
le dépôt d'une plainte en externe ou la déposition d'un
témoignage.
Il en va de même si ces actes sont posés après qu'une
action en justice a été intentée et ce, jusqu'à 3 mois
après le jugement définitif. Si, néanmoins, l'employeur met fin à la relation de travail pendant ces
délais, il devra prouver que les motifs de la décision
sont étrangers à la demande, à la plainte, à l'action en
justice ou au témoignage.
Le membre du personnel sera protégé du licenciement
dès la date de réception de la demande d'intervention
psychosociale par le Conseiller en prévention, à condition qu’elle ait été acceptée ou dès que le témoignage
est déposé ou que la plainte est réceptionnée par son
destinataire.
Le rôle de notre organisation syndicale est d’intervenir si une procédure de licenciement était mise en
place dans un tel contexte.
Notre rôle syndical
est avant tout
d’informer, de
conseiller, de
défendre et de
soutenir, surtout
dans les situations
les plus délicates.
Nous demanderons la réintégration du membre du
personnel dans les conditions qui existaient avant la
rupture ou la modification.
En cas de refus de l'employeur donc du pouvoir organisateur, on pourra envisager de demander une
indemnité égale : soit à un montant forfaitaire fixé sur
base de 6 mois de salaire brut, soit au dommage qu'il
a réellement subi. Dans ce cas, il faudra prouver
lors de l’inauguration
l'étendue du préjudice auprèsFélix
du tribunal.
de l’exposition.
Toutes ces informations étant susceptibles d’intéresser tous les membres du personnel, une nouvelle brochure est disponible sur demande auprès de notre
secrétariat (secretariat@slfp-enseignement.be).
Notre rôle syndical est avant tout d’informer, de
conseiller, de défendre et de soutenir, surtout dans les
situations les plus délicates.
Masanka TSHIMANGA, Présidente communautaire
Muriel VIGNERON, Vice-Présidente communautaire
(1) Définition reprise par la Fédération Wallonie Bruxelles – service
de coordination – médecine du travail
enseignement
ARGUMENT · FÉVRIER 2016
ENSEIGNEMENT / UNTERRICHT
APPEL AUX CANDIDATS AU MANDAT
DE SECRÉTAIRE ADMINISTRATIF (H/F)
Un poste de secrétaire administratif est à pourvoir pour une
entrée en fonction le 11 avril 2016 pour une durée indéterminée.
Profil
3 excellentes capacités organisationnelles des différentes
3 Le candidat (h/f) sera membre du personnel enseignant ou
administratif, ou membre d’un autre Groupe.
3 Il est nommé à titre définitif.
3 Il entrera en fonction sur base d’un congé syndical permanent.
Son statut administratif est donc préservé, il peut donc prétendre aux changements d’affectation ou autres opérations statutaires.
3 Il exercera ses fonctions au siège du SLFP-enseignement à
Bruxelles.
3 Il devra assumer ses fonctions sur la base d’un horaire régulier
à temps plein de 38 heures/semaine. Certaines prestations se
déroulent en soirée, voire exceptionnellement le samedi.
3 Il aura l’esprit d’équipe et s’investira dans la fonction postulée.
3 Afin de répondre aux prescrits du R.O.I. de notre groupe, le candidat devra satisfaire aux critères suivants :
- appartenir au Groupe Enseignement-Unterricht depuis au
moins un an sans interruption ou à un autre groupe du SLFP
sous les mêmes conditions;
- disposer de suffisamment d’aptitudes humaines et sociales ;
- s’engager à respecter les Statuts et le RGOI du SLFP, de
même que le ROI du Groupe et ses annexes ainsi que le ROI
de la Section ;
- participer aux activités du Groupe Enseignement-Unterricht ;
- faire preuve de la plus grande disponibilité nécessaire à
l’exercice de sa fonction ;
- être en règle de cotisation.
Missions
3 écouter les affiliés en toutes circonstances (téléphone, etc.);
3 respecter strictement le caractère confidentiel des dossiers trai-
tâches d'un secrétariat administratif (prise de notes, précision
des messages, encodage, rédaction de courriers, gestion
d’agenda, etc.) ;
3 empathie et travail en équipe ;
3 bonne orthographe.
Introduction des candidatures
La candidature doit être adressée, par pli recommandé, à
Madame Masanka Tshimanga, Présidente communautaire,
rue du Commerce, 20 à 1000 Bruxelles, pour le lundi 29
février 2016, au plus tard.
Une copie de cette candidature sera envoyée, dans le même délai,
pour information, à la présidence du comité de la section à
laquelle il appartient.
Dans sa lettre de candidature, le candidat développera ses motivations et ses aptitudes quant à l’exercice de ce mandat.
Des documents seront joints à l’acte de candidature :
3 Un curriculum vitae détaillé ;
3 La liste des mandats et activités exercés par le candidat, au
niveau syndical et autres ;
3 Un engagement sur l’honneur d’accorder à l’organisation syndicale toute la disponibilité nécessaire à l’exercice de la fonction
postulée.
Test
Une discussion avec le candidat précédera un test d’aptitude portant sur sa capacité rédactionnelle. Ses connaissances dans l’utilisation de l’outil informatique seront également évaluées.
tés par les permanents syndicaux et dont il a la connaissance ;
3 bonnes notions d’informatique sur la gestion d’un environnement
réseau ;
3 maîtrise de microsoft office (word, excel, access, …) ;
3 exécuter une mission d’information aux membres et à sa hiérarchie ;
Pour toute précision concernant ce mandat,
veuillez contacter Monsieur Renaud Garnier
courriel : rg@slfp-enseignement.be
Tél : 02/548.00.20.
SLFP-Enseignement
Rue du Commerce 20 - 1000 Bruxelles
Tel: 02 548 00 20 - Fax: 02 502 34 44 - secretariat@slfp-enseignement.be - www.slfp-enseignement.be
21
SLFP
enseignement
SLFP
22
ARGUMENT · FÉVRIER 2016
2016 : ANNÉE CHARNIÈRE POUR L’ENSEIGNEMENT QUALIFIANT ?
En ce moment, tous les regards sont braqués sur l’enseignement qualifiant. Le souverain en
personne s’y est intéressé en novembre dernier lors de la visite en Hainaut d’un établissement
secondaire technique équipé d’un CTA. Par ailleurs, la revalorisation de l’enseignement qualifiant
fait à elle seule l’objet d’un groupe de travail du Pacte d’excellence.
Il semble donc que l’enseignement qualifiant soit pointé du doigt comme étant le
responsable de tous les maux de notre enseignement secondaire, puisque l’enseignement général ne fait l’objet que de très rares réformes et défraie beaucoup
moins la chronique.
Mais comment pourrait-il en être autrement ? Il est de notoriété publique
aujourd’hui que l’enseignement qualifiant est considéré comme une voie de relégation. Lors d’un colloque qui s’est tenu en janvier 2015, on nous annonçait que
seuls 5% des élèves qui fréquentent l’enseignement qualifiant l’ont fait par choix
délibéré. Pour les 95 autres pour cent, ils s’y sont retrouvés suite à une orientation
à l’issue d’un conseil de classe.
Ce constat est très révélateur de la mauvaise image sociale qu’ont aujourd’hui les
métiers manuels. Comment ne pas craindre de se voir victime d’une délocalisation,
du dumping social, d’une vague de licenciement permettant à des actionnaires
d’augmenter leur plus-value, … ?
Est-ce encore par le biais de réformes contraignantes et bouleversantes que l’enseignement qualifiant sera véritablement revalorisé ? N’est-ce pas à présent au
tour des employeurs de redonner de l’aura aux métiers ? N’est-ce pas aussi le rôle
des médias de les mettre en valeur ? N’est-ce pas dès les primaires qu’il faut intéresser les enfants aux différents métiers ?
Ne faut-il pas aussi en urgence s’atteler à la création de nouvelles options en
concordance avec le monde socio-économique ? Trop de métiers dans de nombreux
secteurs ont été délaissés jusqu’à présent.
L’offre d’enseignement ne semble plus répondre à la réalité du terrain. Faut-il dès
lors s’étonner que, parmi les 178 options organisées dans le qualifiant, 10 d’entre
elles (ne débouchant pas sur un emploi) regroupent 48% des élèves tandis que 108
options, débouchant elles sur de l’emploi, ne regroupent que 7% des élèves ? Il est
grand temps de passer de l’éducation à l’édupassion !
La Ministre veut booster la production du SFMQ afin d’organiser plus rapidement
un plus grand nombre d’options en CPU. Tous les acteurs de l’enseignement sont
d’accord avec cette décision car il est très difficile de jongler dans les établissements avec les élèves qui sont concernés par la CPU et ceux qui ne le sont pas.
Mais en même temps, la réforme des grilles horaires va augmenter le nombre de
périodes de cours généraux au détriment parfois important de certains cours techniques et pratiques. Sera-t-il alors encore possible d’acquérir les UAA nécessaires
à la délivrance des CQ dans ces conditions ?
Parallèlement à cela, le sort du tronc commun n’est toujours pas fixé. Dans la DPC,
il est question de l’allonger au moins jusqu’à la troisième secondaire …
Jusqu’en 1983, l’obligation scolaire était fixée à 14 ans. Avant cette réforme un
jeune, après avoir obtenu l’équivalent du CEB au sortir de l’école primaire, pouvait
suivre 4 années dans le secondaire (1ère-2ème-3ème + 4ème A3 de qualification)
et décrocher un diplôme de qualification A3 augmenté d’un titre de gestion. Il pouvait intégrer le monde du travail en ayant reçu une solide formation de base ou
poursuivre ses études pour décrocher un A2 et intégrer ensuite l’enseignement
supérieur
Aujourd’hui, 33 ans après l’allongement de l’obligation scolaire à 18 ans, les jeunes
quitteront le secondaire munis de leur qualification suite à un écolage au métier
de 3 ans après le tronc commun. Ils auront peut-être l’occasion de se spécialiser
via une 7ème année.
Entretemps, on aura perdu 3 ans pendant ces 33 années …
−
−
−
−
−
−
SFMQ : Service Francophone des Métiers et des Qualifications
CPU : Certification Par Unités
UAA : Unités d’Acquis d’Apprentissage
CQ : Certificat de Qualification
DPC : Déclaration de Politique Communautaire
CEB : Certificat d’Études de Base
Stephan SEYNAEVE
Officiel subventionné : Mobilité des enseignants et des directeurs
Voici plusieurs mois que nous participons à des
groupes de travail concernant la mobilité des
enseignants et des directeurs.
Tous les participants à ces groupes de travail (administration-PO-syndicats) sont d’avis de simplifier les
procédures afin de faciliter la mobilité des enseignants et des directeurs mais il faut être vigilant au
moindre détail. Une harmonisation avec le réseau
organisé (WBE) devra également être élaborée.
Les enseignants ou directeurs qui exercent dans le
réseau officiel subventionné (communes-provinces)
sont liés par leur ancienneté à leur pouvoir organisateur. De ce fait, ils hésitent bien souvent à postuler
un emploi dont ils ont eu connaissance et qu’ils
aimeraient obtenir. Cela est déjà possible via un
congé pour exercer une autre fonction mais certains
pouvoirs organisateurs rechignent à accorder ce type
de congé car cela déforce leurs équipes pédagogiques.
Le but des groupes de travail auxquels nous participons est d’aboutir à une modification des procédures
actuelles afin de les faciliter et de garantir les conditions les meilleures à la fois pour les membres du
personnel et pour les pouvoirs organisateurs.
Ce qui semble se dessiner, c’est qu’à l’avenir, le pouvoir organisateur qui accorde une première fois au
membre du personnel un congé pour exercer une
même fonction dans un autre PO devra l’autoriser
automatiquement les années suivantes. Ce qui n’est
pas une obligation actuellement. En contrepartie,
l’emploi du membre du personnel sera déclaré vacant
dans son PO d’origine, tout en ayant préservé au
préalable une période au cours de laquelle l’enseignant comptabilisera les jours nécessaires dans son
nouveau pouvoir organisateur pour être considéré
comme temporaire prioritaire ou nommable.
Nous vous tiendrons évidemment informés de la
suite réservée à ce projet qui en intéressera plus
d’un.
Corinne CORDY
Stephan SEYNAEVE
enseignement
Wallonie-Bruxelles Enseignement
ARGUMENT · FÉVRIER 2016
23
SLFP
Fiche Info n° 13
ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR
Avis à tous ceux qui souhaitent occuper un emploi d'enseignant ou d'agent administratif en
Hautes Ecoles (HE) ou dans les Ecoles supérieures des Arts (ESA) du réseau FWB lors de l'année
académique 2016-2017 (étudiants futurs diplômés, contractuels, temporaires ou définitifs) !
Dans l'enseignement supérieur, le premier mardi du mois de mars
sont traditionnellement publiés :
1. l’appel aux candidatures pour les emplois vacants des fonctions de
rang 1 à pourvoir dans les HE organisées par la FWB;
2. l'appel aux candidatures pour les emplois vacants des fonctions
à pourvoir dans les ESA organisées par la FWB;
3. l'appel aux candidatures pour les emplois du personnel
administratif à pourvoir dans les HE organisées par la FWB;
4. l'appel aux candidatures pour les emplois du personnel
administratif à pourvoir dans les ESA organisées par la FWB.
Quels documents devez-vous consulter et compléter?
A qui les renvoyer et selon quelles modalités?
Pour les emplois du personnel enseignant (PE) et du personnel administratif (PA) des HE et des ESA, l'appel paraîtra au moniteur belge du
1er mars 2016 et une circulaire devrait être publiée fin janvier 2016.
établissement) et le renvoyer par voie recommandée à l'administration générale à l'adresse:
Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles
Direction générale des personnels
de l'Enseignement organisé par la Fédération
Wallonie-Bruxelles
Direction de la carrière des personnels
Boulevard Léopold II, 44 (3ème étage) - bureau 3E321
1080 BRUXELLES
accompagné des documents requis (titre(s) de capacité (diplôme(s),
expérience utile ou preuve de l'envoi de la demande de reconnaissance,...).
Les différentes candidatures peuvent être envoyées au moyen d’un
même envoi recommandé (avec un formulaire par emploi sollicité,
chaque formulaire accompagné de l'ensemble des annexes et placé
dans un dossier de candidature distinct sur lequel seront indiqués les
nom et prénom, le nom de l'établissement et le n° de l'emploi sollicité).
Vous devrez également envoyer par voie recommandée copie de
votre acte de candidature dans tous les établissements où vous
postulez un emploi, dans les mêmes formes et délais (tableau des
emplois vacants complété, copie du (des) diplôme(s ou brevet(s) ou
certificat(s), expérience utile,...et plus spécifiquement pour les ESA
le projet pédagogique et artistique, sous peine de nullité de la
candidature).
Un extrait du casier judiciaire ne doit pas encore être joint à la candidature mais, si le candidat reçoit la notification de sa désignation,
il devra dans les deux mois de la date de réception, envoyer un extrait
du casier judiciaire pour que sa désignation devienne effective.
Les candidats devront compléter le formulaire ad hoc repris en annexe
de l'appel au Moniteur belge (et de la circulaire qui devrait paraître fin
janvier et que vous pourrez demander au service du personnel de votre
Pour tout renseignement complémentaire, n’hésitez pas à
contacter vos représentants SLFP au sein de vos établissements
ou Michel Popijn, secrétaire syndical en charge de
l’Enseignement supérieur.
mp@slfp-enseignement.be - 02/518 00 21
gsm : 0491/ 612 588).
!
Une liste reprenant les candidatures proposées à une désignation par le
Conseil d'administration (HE) ou le Conseil de gestion pédagogique
(ESA) ainsi que les candidatures non retenues devrait être affichée aux
tableaux d'affichage ou sur tout autre support informatif en tenant lieu.
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
5
Taille du fichier
3 776 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler