close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Communiqué de presse - Musée départemental d`art contemporain

IntégréTéléchargement
Musée départemental d’art contemporain de Rochechouart
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Raoul Hausmann, Dadasophe
De Berlin à Limoges
Artiste invité : Peter Keene
Parlons-en.
Œuvres de la collection
Expositions du 27 février au 12 juin 2016
Raoul HAUSMANN, Dada Raoul, 1951, papiers et photographies découpés,
aquarelle et encre sur papier 37,5 x 30 cm, Collection musée départemental
d'art contemporain de Rochechouart
Ce printemps, le musée départemental d’art contemporain de
Rochechouart fête les 100 ans de Dada en présentant une exposition consacrée à
l’artiste Raoul Hausmann. Il s’agit de la première exposition personnelle
d’envergure qui lui est dédiée depuis la rétrospective de 1994. Cette
manifestation s’appuie sur le fonds conservé par le musée, riche de plus de 700
productions et de milliers d’archives personnelles. Ces œuvres et textes créés et
conservés par Raoul Hausmann tout au long de son exil permettent de dresser un
portrait inédit de celui qui se revendiquait « dadasophe », et de mettre en valeur
la diversité de son art, en particulier l’héritage expérimental de Dada.
Raoul Hausmann naît à Vienne en 1886. Fils d'un peintre académique, il gagne
Berlin en 1900. Après des débuts influencés par le cubisme, l'expressionnisme et le
futurisme, il est en 1918 un des fondateurs à Berlin du mouvement Dada. Apparu deux ans
plus tôt à Zürich en réaction à la 1ère guerre mondiale, Dada redéfinit profondément et avec
iconoclasme la forme et les buts de l’art. A Berlin, Dada se fait davantage politique.
Hausmann en est un des grands animateurs. Face au constat de l’échec des Beaux-arts
traditionnels, notamment de la peinture, il invente le photomontage et devient un des
initiateurs du poème phonétique, dont le fameux Fmsbw qui a une grande influence sur
son ami Kurt Schwitters.
Malgré la fin de l’aventure berlinoise, l’expérience Dada qui a remis en cause les
cloisonnements artistiques et la frontière entre l'art et la vie, ne quitte pas la pensée
d’Hausmann. Dans les années 1920, il réfléchit à une machine qui serait capable de
convertir les sons en images : l’ « optophone ». En même temps, il commence une
Musée départemental d’art contemporain de Rochechouart
pratique photographique. Cependant, en 1933, l’arrivée au pouvoir du régime nazi qui le
considère comme un « artiste dégénéré » l’oblige à fuir l’Allemagne. Il trouve refuge sur
l’île d’Ibiza, dont il explore le paysage et l’habitat par la photographie. Une nouvelle fois,
l’histoire le rattrape, la guerre civile espagnole le force à un nouvel exil. Après un périple
européen, il trouve refuge en Limousin, à Peyrat-le-Château où il séjourne durant la
guerre, puis à Limoges où il demeure jusqu'à son décès en 1971.
Dans l’après-guerre, il renoue avec l’héritage de Dada. Il renouvelle sa pratique
du collage, poursuit celle de la photographie, reprend en 1959 celle de la peinture
abandonnée en 1918 et développe une importante œuvre écrite, poétique et théorique. A
l’époque où le terme « néo-dada » devient à la mode et où de plus en plus de jeunes
artistes et critiques prennent contact avec lui, Hausmann s’attelle à l’histoire de Dada.
Entre polémiques (avec les lettristes, les néo-dadas, les nouveaux réalistes etc.) et affinités
(avec les situationnistes, avec Fluxus etc.), l'œuvre d'Hausmann devient à nouveau dans
les années 1960 une référence pour les nouveaux courants de l’art contemporain qui
redécouvrent le modèle expérimental de Dada.
Cette exposition puise dans le fonds des 700 œuvres et archives du musée
(poèmes, romans, textes théoriques, correspondances, carnets, négatifs photographiques
etc.), qui est, conjointement avec la collection de la Berlinische Galerie, la source principale
sur l’artiste. Provenant directement de l’atelier de l’artiste, cette collection permet de
rendre compte de l’œuvre ambitieuse du dadasophe et de l'arrière-plan historique et
intellectuel qui l'a nourrie. "On est ce que l'on garde" : les archives de l’artiste, leurs lieux
de conservation comme leurs manques, reflètent l'histoire d'un homme, l’histoire d’un exil
et « L’esprit de notre temps », pour citer sa sculpture la plus connue. Mêlant les médiums
artistiques (collages, dessins, photographies, peintures, film, enregistrements…), cette
exposition révèle les différentes facettes de l’art du « Dadasophe ». L’exposition présente
également à titre exceptionnel L’optophone revisité par l’artiste Peter Keene qui a
reconstitué et donné forme à l’invention théorique de Raoul Hausmann.
L’exposition s’accompagnera d’un ouvrage édité aux éditions Dilecta.
Contacts :
Olivier Prigent, chargé de communication :
olivier.prigent@haute-vienne.fr
Annabelle Ténèze, conservatrice, en charge de la direction du musée :
annabelle.teneze@haute-vienne.fr
Musée départemental d’art contemporain de Rochechouart
Place du château
87600 Rochechouart
France+33 (0) 5 55 03 77 77
www.musee-rochechouart.com
contact.musee@haute-vienne.fr
Retrouvez également nos activités sur la page Facebook du musée.
Horaires :
Tous les jours, sauf mardi : de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18 h
Musée départemental d’art contemporain de Rochechouart
Visuels disponibles :
Raoul HAUSMANN, Autoportrait, 1905, Aquarelle sur carton, 29,7 x 29 cm,
Collection musée départemental d'art contemporain de Rochechouart
Raoul HAUSMANN, Nu bleu, 1916, Huile sur toile, 74,5 x 58 cm, Collection musée départemental d'art
contemporain de Rochechouart
Raoul HAUSMANN, Hurrah ! Hurrah ! Hurrah !, 1921, Livre, Edition: Der Malik
Verlag Berlin, 23,3 x 15,5 cm, Collection musée départemental d'art
contemporain de Rochechouart
Raoul HAUSMANN, Material der Malerei, 1918, Papiers collés, 32 x 18 cm, Collection
musée départemental d’art contemporain de Rochechouart
Musée départemental d’art contemporain de Rochechouart
Peter Keene "Raoul Hausmann revisited", 2004. Installation optophonique. Source sonore,
synthétiseurs analogiques, appareillage de projection, capteurs photomultiplicateurs, hautsparleurs. Crédit photographique : Rolan Ménégon
Raoul HAUSMANN, (sans titre), Photographie, 1931, 40 x 30 cm, Collection
musée départemental d'art contemporain de Rochechouart
Raoul HAUSMANN, Ile de Sylt, 1930, Photographie, 23,4 x 35,2 cm, Collection musée départemental
d'art contemporain de Rochechouart
Musée départemental d’art contemporain de Rochechouart
Raoul HAUSMANN, La procession, 1934, Photographie noir et blanc, 29,7 x 39,5 cm, Collection
musée départemental d'art contemporain de Rochechouart
Raoul HAUSMANN, Lettre-Signe, 1er avril 1962, Huile sur toile, 92 x 72 cm,
Collection musée départemental d'art contemporain de Rochechouart
Raoul HAUSMANN, Oaoa, 1965, Photographies découpées et crayon, 30,8 x 23,8
cm, Collection musée départemental d'art contemporain de Rochechouart
Raoul HAUSMANN, Larmes rouges pour la Tchécoslovaquie, 30 décembre 1968,
Papiers découpés, 65,5 x 50 cm, Collection musée départemental d'art
contemporain de Rochechouart
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
5
Taille du fichier
1 180 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler