close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

20160128_CR_tri_courrier - Cheminots CGT Marseille

IntégréTéléchargement
F É D É R A T I O N
C G T
D E S
C H E M I N O T S
COMPTE-RENDU
M o n tr e u i l , l e 1 e r f é v r i e r 2 0 1 6
ÉVOLUTION DU TRI COURRIER
RÉUNION DU 28 JANVIER 2016
La CGT a répondu à l’invitation
de la Direction, à une réunion
sur l’Evolution du tri courrier.
L’ensemble des OS
représentatives de l’EPIC SNCF
(UNSA, CGT, CFDT, FO) étaient
présentes.
Au cours de la réunion, la
Direction a présenté son projet
de sous-traitance du tri courrier
à GEODIS et la suppression de
99 emplois répartis dans les 19
centres de tri sur tout le
territoire.
La CGT a, en préalable, posé
son refus de voir ces 99 emplois
sous-traités au profit de
GEOPARTS (filiale de la SNCF).
A peine les nouvelles IRP
installées sur l’EPIC SNCF, les
masques tombent.
Un vaste plan social dans les
fonctions transverses qui ne
sont regardées que sous l’angle
des coûts.
D’ailleurs, quelques jours avant
la Direction des Centres de
Services a changé de nom.
Optim’Services : Tout un
programme !
La présentation débute sans surprise sous l’angle des coûts, avec un coût
global de l’activité courrier estimé à 10 659 K€ et donne le détail par poste
de dépenses, avec en tête la masse salariale.
La facturation étant réalisée au prorata des effectifs de chaque EPIC,
l’équation est simple : plus personne ne veut payer pour les autres !
Le projet consiste donc à sous-traiter à GEOPARTS l’ensemble du tri et du
transport courrier et à supprimer d’un trait de plume 99 emplois.
Le volume de courrier transporté est présenté comme en déclin (un tiers de
perte de volume depuis 2011).
Le tri courrier s’organiserait autour des plaques territoriales qui sont en fait
les centres logistiques de GEODIS.
Dès les premiers échanges, il apparaît que la Direction n’a, à aucun moment,
envisagé de scénario alternatif et mise, avant tout, sur les gains en termes de
masse salariale.
Pour la CGT, la priorité doit être le maintien en interne de l’activité courrier et
annonce clairement que la suite de la réunion ne doit, en aucun cas, porter
sur l’accompagnement d’agents qui ont déjà fait l’objet, pour la plupart, des
frais d’autres restructurations.
Nous proposons par exemple de réinternaliser le transport entre CRT avec
une évidence : nous sommes une entreprise de Transport, des trains
circulent tous les jours, il suffit d’y ajouter la traditionnelle sacoche courrier !
De plus, les synergies « Groupe » ne doivent pas fonctionner toujours dans le
même sens. Des filiales peuvent être intéressées par le transport de leur
courrier, ce qui apporterait du volume à nos centres de tri.
Il est rappelé qu’actuellement dans les EIM de nombreux agents sont sans
affectation, et qu’en externalisant ce sont des possibilités de reclassement qui
disparaissent.
En conclusion, il est inacceptable de supprimer ces 99 emplois dont 15
travailleurs handicapés, sous le seul angle des coûts.
Des alternatives doivent être recherchées pour maintenir l’activité et les
emplois.
A la fin de la présentation qui, de fait, s’est arrêtée avant le volet
« accompagnement social », la Direction interpellée sur sa volonté de
poursuivre avec une présentation au Comité d’Etablissement, entend maintenir
son projet.
Seule la mobilisation des cheminots pourra les faire changer d’avis !
263, Rue de Paris – Case 546 – 93 515 MONTREUIL – Tél : 01.55.82.84.40 – Fax : 01.48.57.95.65 – coord@cheminotcgt.fr – www.cheminotcgt.fr
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
4
Taille du fichier
184 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler