close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

9074 du 4 Février 2016_Mise en page 1

IntégréTéléchargement
NUMERO
9074
JEUDI
4 Février 2016
150 FCFA
l Santé
Zika: 5
choses à
savoir sur
le virus
P.5
e ministre de la Communication et des Relations avec
les Institutions, M. Yahouza Sadissou a rencontré hier
dans la salle de conférence de la Maison de la Presse,
les responsables des médias publics et privés, ceux des
associations et syndicats et ses collaborateurs du Ministère
pour faire ses adieux. En effet, le ministre Yahouza est
candidat pour les élections législatives du 21 février 2016.
Au cours de cette rencontre, il a présenté ses excuses à
toute personne à qui, il a causé des préjudices durant ses
trois années à la tête du Ministère en charge de la
Communication.
L
l
Idrissa Hamadou ONEP
l Présentation de vœux au Ministère du Commerce
et de la Promotion du Secteur Privé
l
Le ministre Yahouza
Sadissou fait
ses adieux à la
famille de la presse
Idrissa Hamadou ONEP
l Rencontre d’échanges entre le ministre en charge de la Communication et les médias
Le ministre Yahouza Sadissou (au centre) lors de la rencontre
En prenant la parole, la Secrétaire générale du Ministère de la
Communication et des Relations avec les Institutions, Mme
Fadjimata Gali Adam Dantia a tout d’abord souhaité la
bienvenue à l’assistance avant de rappeler les actions
réalisées par le ministre Yahouza Sadissou à la tête du
Ministère. Elle a énuméré entre autres, le renforcement des
capacités des cadres des médias publics et privés, la
modernisation des infrastructures des médias, l’installation et
la mise en service de 33 nouvelles radios communautaires
dans le cadre du partenariat avec le PNUD. Il y a également
l’installation et la mise en service de 6 radios communautaires
sur le financement du budget national, le démarrage de
l’installation de la télévision numérique terrestre, l’élaboration
du recueil des textes des institutions ; l’organisation de deux
éditions de la journée nationale de la liberté de la presse,
l’élaboration de la stratégie de collecte des données
statistiques du secteur de la communication pour la période
2015-2018, l’implication des partenaires sociaux (syndicats,
associations du secteur) à toutes les activités du Ministère
dans le cadre du renforcement des capacités des acteurs du
dialogue social ; ce qui a contribué à l’instauration de bonnes
relations de travail etc.
P. 3
l Opération de distribution des cartes d’électeurs
Les électeurs continuent à affluer
vers les centres de distribution
PP. 4-5
Souhait de favoriser le secteur privé et
d’attirer les investisseurs étrangers
P. 7
l 5ème édition de la foire des produits maraîchers de Niamey
Une diversité de produits à
des prix abordables
PP. 8-9
NATION
2
Messages des candidats à l’élection présidentielle 2016, 1er tour
Publication parrainée par le Conseil Supérieur de la Communication (CSC)
MESSAGE DU CANDIDAT DE L’UNION POUR LA
DEMOCRATIE ET LA REPUBLIQUE (UDR-TABBAT)
Nigériennes, Nigériens,
Chers compatriotes,
Je suis très honoré de m’adresser solennellement à
vous ce jour, en tant que candidat de l’UDR-TABBAT
à l’élection présidentielle du 21 février 2016. Le projet
de société que nous proposons au peuple nigérien est
celui qui répond le mieux à toutes ses aspirations, et
qui apporte les meilleures solutions aux problèmes
nationaux, régionaux et internationaux auxquels doit
faire face le Niger.
Chers compatriotes,
Je voudrais toutefois vous évoquer les trois lignes
directrices de ce projet :
-le Rassemblement ;
-le Développement économique et social ;
-la Jeunesse et les femmes.
La première est l’approche de rassemblement et
d’union pour cette élection. Celle-ci reflète notre
profonde conviction que l’ampleur des défis à relever
et l’importance des obstacles à franchir, nécessitent
une mise en commun de toutes les énergies, de toutes
les intelligences de ceux qui sont convaincus que le
Niger peut sortir des cercles vicieux où il est enfermé.
C’est à ce seul prix que nous garderons conscience
des aspirations du plus grand nombre et que nous
préserverons la volonté de les réaliser dans les
meilleurs délais.
Chers compatriotes,
La deuxième ligne directrice de mon action concerne
le développement économique et social de notre pays
Dans ce cadre, ma démarche s’appuiera sur trois
orientations stratégiques :
1.Construire une croissance forte, saine et durable
C’est une nécessité pour transformer le pays
rapidement et en profondeur et répondre à la
dynamique démographique qui se prolongera durant
les prochaines décennies. Pour réussir, le Niger doit
s’appuyer sur ses atouts actuels et en mobiliser
d’autres. A cet effet, un accent particulier sera mis sur
les secteurs des mines, des infrastructures et de
l’énergie.
2. Promouvoir une société plus juste et solidaire.
Je m’engage à cet effet à mettre en œuvre quatre
principaux leviers d’action qui viseront à la fois à
apporter le soubassement nécessaire à une croissance
forte et durable, d’une part, et à créer des progrès
notables dans les conditions de vie des populations,
d’autre part.
-Le renforcement de l’enseignement général et
professionnel est l’élément prioritaire.
-La consolidation du système de santé et de protection
sociale doit porter en même temps sur les équipements
disponibles, sur l’accroissement des personnels de
santé et de leur compétence, sur la meilleure prise en
charge par l’Etat de certaines dépenses.
-Le développement d’une politique efficace
d’aménagement du territoire visera d’abord la garantie
de la sécurité de tous dans chaque partie du pays.
-L’affinement et la diversification des instruments d’une
politique distributive.
3. Renforcer l’intégration du Niger en Afrique et
dans le monde, dans le respect des valeurs
nationales.
-La priorité de cet axe est la participation plus active du
Niger à la construction régionale.
-La meilleure intégration du Niger dans le reste du
monde.
Cette évolution ne remet cependant, pas en cause une
bonne préservation de notre identité nationale qui
s’appuiera sur la richesse de notre histoire, la qualité
de nos traditions, de notre culture, et la crédibilité de
nos élites traditionnelles.
La troisième ligne directrice portera sur la confiance et
la place de choix à accorder à la jeunesse et aux
femmes.
La jeunesse et les femmes constitueront à la fois les
principaux acteurs et les cibles privilégiées dans la
mise en œuvre de ce projet, car elles réunissent toutes
les qualités à même d’assurer notre réussite.
Cette alliance des générations sera aussi une
illustration du grand rassemblement que nous voulons
réaliser.
C’est pour toutes ces raisons que je vous invite le 21
février 2016 à m’accorder vos suffrages afin
qu’ensemble, nous puissions « Gouverner le Niger
autrement, dans l’unité retrouvée, la justice sociale et le
progrès ».
Vive l'UDR-TABBAT encore plus uni et plus fort au
service du peuple nigérien !
Vive la démocratie et la République !
Vive le Niger !
Je vous remercie.
MESSAGE DU CANDIDAT DU PARTI MOUVEMENT
PATRIOTIQUE NIGERIEN MPN KIISHIN KASSA
Ensemble, Construire et Gouverner le
Niger Autrement.
Notre vision : Faire du Niger une nation
démocratique, sociale, prospère et solidaire
où le travail, la cohésion, l’unité nationale
et le patriotisme constituent le ciment de
notre destin commun et les facteurs du
développement dans l’équité et la Justice.
Nos valeurs :Patriotisme- justice socialeEquité, Egalité, Intégrité, Solidarité, Respect
des droits humains, défense de la
démocratie, promotion du
Genre et
Protection des plus vulnérables.
Nos principes : Les orientations politiques
et stratégiques reposent sur les principes
directeurs suivants:
-La primauté du droit et de la justice ;
-L’attachement à la Patrie ;
-La foi en la jeunesse et à la femme
Notre programme LE NIGER AUTREMENT
est la traduction de nos ambitions et de
notre vision pour notre pays. C’est aussi
notre rêve pour bâtir une société de dignité,
d’égalité, de prospérité et de libertés. Notre
projet de société place l’homme au centre
du destin commun ; il vise aussi à construire
un nouveau citoyen impliqué et
responsabilisé, redevable et dévoué au bien
commun, capable et déterminé à
transformer sa propre vie, son
environnement, à promouvoir la démocratie
et le bien-être collectif.
Le programme du MPN est bâti sur le
constat et les leçons tirés des échecs
récurrents des différentes politiques
publiques mises en œuvre depuis
l’indépendance, des succès et acquis
enregistrés dans certains domaines et
surtout des fortes aspirations du peuple
nigérien au progrès partagé, à la paix, à
l’épanouissement individuel et collectif.
Notre pays est le résultat de plusieurs
expériences politiques, plus ou moins
réussies, avec des échecs et des réussites
et surtout un bilan social des plus mauvais
puisque reléguant le Niger au dernier rang
de l’IDH, avec des jeunes désemparés, des
femmes marginalisées et l’insécurité
comme menace permanente.
Notre pays se porte très mal et tous les
indicateurs semblent annoncer que si
rien n’est fait pour inverser
les
tendances, les fondamentaux pourraient
encore se détériorer davantage.
C’est dans ce contexte qu’est né en 2015 le
MPN, Mouvement Patriotique Nigérien
MPN-KIISHIN KASSA, par la grâce de Dieu,
et par la volonté des nigériens de répondre
à l’impérieuse nécessité de gouverner
autrement le pays, pour redresser le Niger
et construire une nation forte, sûre et
prospère. Notre projet est une offre
politique de rupture et de progrès.
MESSAGE DU CANDIDAT
DU MNRD HANKURI
Mes chers compatriotes
Le scrutin présidentiel du 21 février prochain intervient, après cinq ans de gestion
chaotique du pouvoir d’Etat, exercée par le régime sortant. Notre ambition pour notre
bien-être, à nous tous, est formulée dans un programme de gouvernement, pour lequel
nous demandons votre suffrage. Nous sommes convaincus que la première condition
pour assurer le développement économique et social de notre pays est de rassembler
tous les Nigériens autour des valeurs de paix, de tolérance, en un mot, du « vivreensemble», toutes choses susceptibles de consolider durablement la concorde
nationale.
Nous engageons les Nigériens à rompre définitivement avec l’ère de la pensée unique
etde la défense des intérêts égoïstes et mesquins, pour cultiver la cohésion sociale et
canaliser l’effort de l’ensemble des Nigériens vers la recherche du bien-être collectif.
Vous êtes en effet, nombreux, mes chers compatriotes, à avoir été victimes, au cours
de ces cinq dernières années, d’exclusion, de harcèlements, de persécutions,
d’arrestations arbitraires, en somme d’épuration politique, parce que tout simplement,
vous avez une opinion différente de celle des tenants du pouvoir. Jamais de mémoire
de Nigériens, notre cher pays n’a connu une telle dérive dictatoriale. A l’heure où nous
vous adressons ce message, les geôles du pouvoir regorgent encore, de prisonniers
politiques.
En nous accordant votre suffrage, vous optez pour la fin du régime de la terreur, de
l’oppression, de la gabégie, du détournement des deniers publics, de l’impunité et de
la corruption et vous optez pour l’instauration de la justice sociale. Le préalable
nécessaire à toute œuvre de construction nationale est de refonder la gouvernance
démocratique au Niger, à travers notamment le renforcement du dialogue politique et
du dialogue social et la recherche permanente de l’adéquation entre l’action publique
et les besoins fondamentaux des citoyens.
Mes chers Compatriotes, tenant compte de ces conditions préliminaires, notre
programme de gouvernement se décline en sept points de repère :
1. L’amélioration de la sécurité alimentaire et de l’état nutritionnel de l’ensemble
des Nigériens, ainsi que leur accès à l’eau potable.
Notre démarche à ce sujet est simple et pragmatique et elle se veut une approche
intégrée, combinant la préservation du capital productif, le renforcement des capacités
de production des exploitations rurales, le développement des filières porteuses et la
création d’opportunités d’emplois en milieu rural. Nous concentrerons sur la réalisation
de 2.500 points d’eau modernes par en en milieu rural et extension de la desserte en
eau en milieu urbain, la réalisation de 270 chantiers par an, pour des travaux à haute
intensité de main d’œuvre de récupération des terres, d’aménagement des mares et
cuvettes et de micro-barrages, offrant par ailleurs près de 27.000 emplois temporaires
annuels pendant 6 mois, l’appui à la création de 4.050 unités artisanales sur 5 ans et
63 unités industrielles de transformation, offrant ainsi 20.250 emplois permanents, soit
4.350 par an.
2.La santé, le bien-être social, le sport et la culture.
En matière d’infrastructure notre programme prévoit la création de 6 hôpitaux de district
et 20 nouveaux Centres de Santé Intégrée par an, ainsi que la généralisation des cases
de santé dans tous les villages, la réhabilitation de l’ensemble des hôpitaux régionaux
et de district, la poursuite de la gratuité collective des soins, ciblée sur les femmes et
les enfants de moins de 5 ans, la protection de la femme et de l’enfant, le
développement du sport de masse et du sport d’élite et la promotion de notre héritage
socioculturel, dans sa richesse et sa diversité.
3.L’éducation et la formation technique et professionnelle.
Sur le plan des infrastructures, 3.000 classes du primaire et 800 classes du secondaire
seront construites chaque année et, pour l’enseignement supérieur, la construction
d’amphithéâtres, de salles de cours, de laboratoires, de campus universitaires, ainsi
que la construction d’infrastructures sportives et de spectacles. Pour la formation
professionnelle et technique, nouss viserons le rehaussement de l’effectif des centres
d’apprentissage et des écoles de formation professionnelle publiques et privées, la
modernisation du secteur informel de formation professionnelle et l’amélioration du
niveau d’instruction et de formation professionnelle des artisans.
4.Le logement, l’urbanisme et l’assainissement
Il s’agira pour nous d’engager un vaste programme de construction de 5.000 logements
sociaux par an, l’élaboration d’une politique de développement urbain et de schémas
directeurs d’aménagement urbain, pour tous les chefs-lieux des départements et
communes et la création d’infrastructures adéquates d’assainissement dans tous les
centres urbains et semi-urbains.
5.L’emploi, le travail, la jeunesse et la promotion de l’entrepreneuriat
Nos actions, dans ces domaines, consistent à créer annuellement, pour l’ensemble des
régions : 5.000 emplois permanents issus de la création de 2.000 nouvelles petites et
moyennes entreprises, 20.000 emplois temporaires issus des travaux à haute intensité
de main d’œuvre et 100.000 opportunités d’activités génératrices de revenus.
6.Les infrastructures, la communication, les télécommunications et l’énergie
Nous viserons la construction de 500 km de routes bitumées et 1.000 km de routes en
terre et pistes par an, ainsi que la redynamisation des mécanismes de financement
pérenne de l’entretien routier, la couverture intégrale du territoire national en téléphone,
radios, télévisions et Internet et le renforcement des unités de production minière, y
compris l’appui au développement des PME dans ce domaine. En ce qui concerne
l’énergie, nous créerons les conditions pour une exploitation optimale des importantes
potentialités hydroélectriques du fleuve Niger, la fourniture de l’énergie électrique à tous
les ménages des zones urbaines et périurbaines et dans les gros villages
7. La sécurité, la justice et la gouvernance démocratique
Il s’agira donc, pour nous, de consolider l’administration de proximité et les structures
de défense et de sécurité, en procédant à un meilleur maillage et à leur dotation en
moyens matériels et humains adéquats sur l’ensemble du territoire national. En matière
de justice, la simplification des procédures, l’assainissement de l’appareil judiciaire, la
lutte contre la corruption et les pratiques malsaines, le renforcement des moyens
matériels et humains des juridictions et établissements pénitentiaires s’imposent comme
des impératifs majeurs. Dans le domaine de la promotion de la bonne gouvernance,
nous œuvrerons pour l’enracinement de la culture démocratique et pour le respect des
droits de l’homme. De même, nous prendrons des mesures urgentes et énergiques
pour la dépolitisation de l’Administration Publique.
Vive la démocratie.
Que Dieu bénisse le Niger et son peuple.
MESSAGE DU CANDIDAT DU
CPR «INGANCI»
Le 21 Février 2016, notre pays organisera les élections
présidentielles premier tour couplées aux élections législatives. La
campagne électorale qui s’annonce, devra nous permettre, au même
titre que tous les autres candidats des partis politiques, de présenter
à la Nation, notre vision et notre approche pour résoudre les grands
problèmes que connait notre pays.
Nous sommes aptes et prêts à gouverner, parce que nous avions
travaillé sans relâche pour analyser la situation de notre pays afin de
proposer des solutions, claires et cohérentes.
Ce document intitulé «LE CHOIX DE LA RUPTURE POUR UNE
NATION FORTE» est notre PROGRAMME DE GOUVERNEMENT ;
socle de notre engagement à assurer le développement, la prospérité
et le bonheur des Nigériennes et des Nigériens.
Nous avons écouté attentivement nos compatriotes et les forces de
notre Nation afin d’affiner notre diagnostic et de prendre en compte
leurs aspirations et leurs idées de progrès. De ce processus, ouvert
et dynamique, sont nées des convergences sur la manière dont, tous
ensemble, nous pourrons affronter les réalités et relever les défis qui
nous attendent.
Nous devons tous ensemble construire intelligemment notre pays. Il
n’est question pour nous d’accepter un mode de gouvernement et
une approche de la société faisant fi des attentes de nos populations
les plus vulnérables, des sentiments qui les animent et de leur
existence de chaque instant. Une ère vient de s’achever et un
nouveau départ s’avère désormais nécessaire et possible.
Notre ambition première pour le Niger, c’est Rétablir la vraie
démocratie dans de cadre Républicains, et de la voir s’épanouir dans
toutes ses dimensions.
Nous voulons associer toutes les Nigériennes et tous les Nigériens au
renouveau du Niger, à la définition des principes qui la guideront dans
les grands choix. Car la démocratie exige l’intervention permanente
du peuple dans le processus de prise de décision. En d‘autres
termes, nous ne croyons pas que le rôle du citoyen se limite au choix
d’un bulletin de vote glissé dans l’une, l’abandonnant de ce fait et
jusqu’à la prochaine élection avec tous ses pouvoirs et droits à un
candidat.
Il n’y a pas de délégation absolue de la souveraineté et aucun élu ne
doit s’arroger le droit de confisquer la parole au peuple. Il est donc,
indispensable que chacun contribue à l’édification et à la
consolidation du Niger de demain.
Nous favoriserons le dynamisme économique de notre pays, sur la
base de la libre entreprise, par une exploitation rationnelle des atouts
formidables dont disposons : des ressources naturelles, un potentiel
agricole, des ressources de qualité, etc.
Des mesures seront prises pour développer le secteur privé et
favoriser sa croissance en préservant les intérêts, l’environnement et
les droits des individus. Toutefois, notre épanouissement économique
ne se fera pas au détriment de notre cohésion sociale et des
solidarités si profondément ancrées dans nos mœurs et nos
mentalités.
Nous améliorerons radicalement le fonctionnement des services
publics en mettant en œuvre une politique sociale des plus hardies
qui viendra rectifier les injustices notamment celles devant la maladie,
l’éducation, la culture et les disparités régionales.
L’Etat interviendra dans des domaines très variés mais toujours avec
ce double objectif : libérer les énergies et veiller à ce qu’elles n’entrent
pas en conflit.
Nous mettrons en avant les valeurs sociales, humanitaires et
d’environnement en renforçant les solidarités et établir plus de ponts
entre les générations, soutenir les femmes, appuyer les jeunes dans
leurs initiatives, développer les rencontres entre cultures différentes
tant nationales que sous régionales.
Les jeunes femmes et hommes aspirent à un emploi qui correspond
à leurs talents, leurs attentes et leurs compétences. L’emploi
constituera donc l’une de nos priorités majeures pour cette tranche
importante de la population dont la participation au développement
économique et social de notre nation est plus qu’indispensable.
Aussi, l’éducation et la formation technique et professionnelle
constitueront-elles, les axes premiers de notre politique.
Nous sommes convaincus que la participation active de tous
(femmes, jeunes ; salariés du public et du privé, entrepreneurs,
agriculteurs, éleveurs, transporteurs, commerçants, etc.), la
redéfinition du rôle et de la place de l’Etat et un fort ancrage de la
démocratie au Niger, nous remettront sur les rails d’une vie
harmonieuse, d’une économie saine, performante et dynamique.
Comme vous pouvez aisément le constater, notre programme de
gouvernement comporte deux grandes parties :
-l’amélioration des services publics et,
-la relance de l’économie.
Sa réalisation permettra à notre pays de retrouver le chemin de la
croissance et à nos concitoyens de s’épanouir pleinement avec une
meilleure santé et un bien être : Pour cela voter le 21 février 2016, les
candidats du CPR-INGANCI.
VIVE KA REPUBLIQUE DU NIGER
JE VOUS REMERCIE.
KASSOUM MAMANE MOCTAR
Jeudi 4 Février 2016
NATION
3
l Rencontre d’échanges entre le ministre en charge de la Communication et les médias
Le ministre Yahouza Sadissou fait ses adieux à la famille de la presse
E
Mme Fadjimata Gali Adam
Dantia a en outre ajouté que, le
ministre Yahouza Sadissou n’a
pas aussi failli à sa mission
d’accompagner les médias
dans l’amélioration de leur condition de travail conformément à
son cahier de charges. «C’est
pourquoi, vous avez mis en
route plusieurs chantiers à
savoir la finalisation du document de la convention collective
de la presse, la mise en place
d’un comité de négociation
entre les différents acteurs,
l’élaboration d’un décret sur la
publicité par voie de presse conformément aux dispositions
constitutionnelles et la transmission de ce document au SGG
pour
adoption»,
a-t-elle
souligné. En matière de
coopération, elle devait dire
qu’en trois ans, le cadre de
coopération bilatérale et multilatérale en assurant la présence
du Niger dans plusieurs réunions, conférences et sommet
œuvrant pour la promotion et le
développement de l’information
et de la communication a été
renforcé. «Nous félicitons et
saluons l’engagement de tout le
personnel du Ministère, les
services rattachés ainsi que nos
partenaires qui a permis d’atteindre tous ces résultats», a-telle martelé avant de lui réitérer
les vœux de succès, de chance
avec l’espoir que ces projets
trouveront une issue positive.
Quant au représentant des responsables des médias publics
et institutions rattachées au
Ministère de la Communication
et des Relations avec les Institutions, M. Kamed Abdoulaye,
Directeur général de l’Institut de
Formation, aux Techniques de
l’Information et de la Communication (IFTIC), il a indiqué au
nom de ses collègues que, le
ministre Yahouza Sadissou
laisse quatre traits qui l’ont marqué durant ses trois années
passées à savoir sa capacité
l
l
n prenant la parole, la
Secrétaire générale du
Ministère de la Communication et des Relations avec les
Institutions, Mme Fadjimata Gali
Adam Dantia a tout d’abord
souhaité la bienvenue à l’assistance avant de rappeler les actions réalisées par le ministre
Yahouza Sadissou à la tête du
Ministère. Elle a énuméré entre
autres, le renforcement des capacités des cadres des médias
publics et privés, la modernisation des infrastructures des médias, l’installation et la mise en
service de 33 nouvelles radios
communautaires dans le cadre
du partenariat avec le PNUD. Il
y a également l’installation et la
mise en service de 6 radios
communautaires sur le financement du budget national, le démarrage de l’installation de la
télévision numérique terrestre,
l’élaboration du recueil des
textes des institutions ; l’organisation de deux éditions de la
journée nationale de la liberté
de la presse, l’élaboration de la
stratégie de collecte des données statistiques du secteur de
la communication pour la période 2015-2018, l’implication des
partenaires sociaux (syndicats,
associations du secteur) à
toutes les activités du Ministère
dans le cadre du renforcement
des capacités des acteurs du
dialogue social ; ce qui a contribué à l’instauration de bonnes
relations de travail etc.
Idrissa Hamadou ONEP
Le ministre de la Communication et des Relations
avec les Institutions, M. Yahouza Sadissou a
rencontré hier dans la salle de conférence de la
Maison de la Presse, les responsables des médias
publics et privés, ceux des associations et
syndicats et ses collaborateurs du Ministère pour
faire ses adieux. En effet, le ministre Yahouza est
candidat pour les élections législatives du 21
février 2016. Au cours de cette rencontre, il a
présenté ses excuses à toute personne à qui, il a
causé de préjudice durant ses trois années à la
tête du Ministère en charge de la Communication.
Une vue des participants à la rencontre
d’innover, «en nous imposant la
mise en place des outils de
pilotage avec délicatesse. Ces
outils
sont
des
plans
stratégiques de développement
des institutions dont nous avons
la charge. C’est, le plus grand
service que vous avez pu rendre. Nous vous demandons de
maintenir cette attitude partout
où vous allez servir », a-t-il conseillé. Le second trait reste
selon lui, la capacité d’écoute
du ministre Yahouza Sadisou.
En effet, il a expliqué que, quant
le ministre a un interlocuteur en
face de lui, sa faculté d’écoute
lui permet de le comprendre
sans aucune difficulté et de trouver un compromis immédiat.
En ce qui concerne le troisième
trait, M. Kamed Abdoulaye dit
que c’est le respect que M.
Yahouza Sadissou manifeste à
l’endroit de tout collaborateur.
Selon lui, c’est une qualité
d’esprit et d’ouverture. Enfin le
quatrième trait consiste en sa
capacité de négociation sans
bruit, ni vacarme. «Par exemple
à l’IFTIC, pendant les trois
dernières années de votre exercice, nous avons opéré un investissement sur fonds propres
de l’Etat du Niger pour la
somme de 936.000.000FCFA
dont vous n’avez pas voulu du
tapage médiatique pour votre
humble respect. M. Yahouza
Sadissou, du fait de toutes ces
qualité, nous ne faisons que,
vous souhaiter du bonheur et
bonne chance pour vos futurs
projets », a-t-il souhaité.
En réponse à tous ces compliments, le ministre en charge de
la Communication a dit que,
c’est un moment de grande
émotion pour lui que de quitter
des amis et des collaborateurs
avec lesquels il a mené une vie
sympathique. Mais selon lui,
tout à un début, mais aussi une
fin. «Je vous rassure que je ne
vous abandonnerai jamais. On
est toujours ensemble. Un
proverbe Haoussa dit ceci, ‘’l’au
revoir d’un mangeur d’âme, ne
signifie pas qu’il vous a quitté’’.
Quelles que soient par ailleurs
les circonstances, avant d’être
politicien, je suis d’abord et encore journaliste. Dans le cadre
de la vie professionnelle, nous
allons encore continuer ensemble. En cette veille de mon départ de la tête du Ministère, je
remercie l’ensemble de mes
collaborateurs du niveau central, des services rattachés ou
des médias privés ou publics.
C’est vrai quant on vit ensemble, on se chamaille parfois,
parce que c’est le propre de la
vie mais l’essentiel est de s’assoir pour réfléchir ensemble
pour trouver des solutions à nos
divergences. Pour toutes les imperfections que nous avons
commises éventuellement, nous
demandons pardon à tout le
monde», a-t-il affirmé.
Il a rappelé que, dans leurs différentes interventions, les orateurs ont retracé les succès
réalisés au niveau du Ministère
pendant son exercice. «C’est
vrai, mais beaucoup reste encore à faire. Je ne suis pas totalement satisfait de ce que j’ai
fait parce que, je sais qu’il y a
des choses à faire. C’est
pourquoi je vous demande de
persévérer pour que le monde
de la communication soit
meilleur. Où que nous soyons,
nous serons à vos côtés», a-t-il
conclu.
l Seini Seydou Zakaria
Conseil Supérieur de la Communication
Lancement d’un nouveau site web relooké, pour
plus de visibilité des activités de l’institution
e Président du Conseil
Supérieur de la Communication, M. Abdourahamane Ousmane, a
procédé, hier dans la salle de
réunions de ladite institution,
au lancement officiel de son
site web après son relookage
par un groupe de deux experts nigériens en création et
mise à jour des sites web dynamiques. Cette cérémonie
de lancement a enregistré
la présence du Représentant
de l’International Media Support (IMS) au Niger ; les
membres du bureau, les
conseillers et les directeurs
centraux du CSC.
La nouvelle version du site
web conçue et réalisée avec
l’appui financier de l’IMS est
une plateforme esthétique et
conviviale qui offre toutes les
facilités de navigation et tient
compte des objectifs de communication de l’instance de
L
Jeudi 4 Février 2016
régulation de la communication au Niger. Ce site web relooké
comprend
une
bannière évoquant les domaines d’intervention du
CSC ; un compteur chrono
sur les scrutins présidentiel
premier tour et les législatives du 21 février 2016 ; une
zone de rubriques comportant l’accueil, le CSC, Saisine
du CSC, créer un média,
textes et publications, élections 2016, archives ; forum
et contacts ; une zone de
texte comprenant la file des
articles sur les activités du
CSC, l’agenda, ainsi que
quatre (4) rubriques, à savoir
les membres du CSC, le
Conseil de Presse, Partenaires et réseautage, puis
une file d’articles récents et
un panneau de compteur
chrono en jour.
Le Conseil Supérieur de la
Communication a procédé
ce 3 février 2016 au lancement officiel de son site web
après son relookage par un
groupe de deux experts nigériens en création et mise à
jour des sites web dynamiques. Présidée par le Président du CSC, la cérémonie
de lancement qui s'est déroulée dans la salle de réunions du Président de
l’institution a enregistré la
présence du Représentant
de l’International Media Support (IMS) au Niger ; les
membres du bureau, les
conseillers et les directeurs
centraux du CSC.
La nouvelle version du site
web conçue et réalisée avec
l’appui financier de l’IMS est
une plateforme esthétique et
conviviale qui offre toutes les
facilités de navigation et tient
compte des objectifs de communication de l’instance de
régulation de la communica-
tion au Niger.
Ce site web relooké comprend, une bannière évoquant
les
domaines
d’intervention du CSC ; un
compteur chrono sur les
scrutins présidentiel premier
tour et les législatives du 21
février 2016, une zone de rubrique comportant l’accueil,
le CSC, Saisine du CSC,
créer un média, textes et publications, élections 2016, archives ; forum et contacts ;
une zone de texte comprenant la file des articles sur les
activités du CSC, l’agenda,
ainsi que de quatre (4) rubriques, consacrées aux
membres du CSC’’, au
Conseil de Presse, aux Partenaires et réseautage, puis
une file d’articles récents et
un panneau de compteur
chrono à jour.
(Source : Service de Communication CSC)
NATION
4
l Opération de distribution des cartes d’électeurs
Les électeurs continuent à affluer vers les centres de distribution
Retrait de cartes d’électeurs dans un quartier de Niamey
l
Seini Moussa /ONEP
A
canton ou de groupement et
deux (2) représentants de la
société civile. Le comité communal met en place les cartes
d’électeurs
auprès
des
comités locaux de distribution
créés à cet effet. Le comité
local de distribution quant à lui,
est composé d’un représentant
du chef du village, de quartier,
de tribu ou de campement,
deux(2) représentants du
groupement des partis politiques de la majorité, deux (2)
représentants du groupements
des partis politiques de l’opposition, un représentant du
groupement des partis politiques non affiliés.
Les cartes d’électeurs sont
remises au représentant du
chef du village, de quartier, de
tribu ou de groupement en la
présence obligatoire des membres dudit comité. Il assure la
conservation et la garde des
cartes d’électeurs pendant
toute la période de distribution.
Selon le représentant du chef
du quartier de Gamkaley Golé
M. Ismaël Hamadou, l’opération a débuté au niveau de son
quartier le samedi 22 janvier
2016. Le quartier Gamkaley
Golé comprend selon lui sept
(7) bureaux de vote pour 3.269
électeurs. A notre passage,
1.431 électeurs ont déjà retiré
l
Niamey comme dans
plusieurs localités du
pays, l’opération bat son
plein et les électeurs défilent
chez les chefs de quartiers
pour retirer leurs cartes
d’électeurs, précieux passe
pour accomplir leur vote conformément aux textes en
vigueur. Dès le lancement de
l’opération, l’ambiance est
toute particulière autour des
résidences des chefs de
quartier qui sont visiblement
aujourd’hui l’endroit le plus
fréquentés par les populations.
Les listes électorales affichées
et les enveloppes contenant
les cartes déposées sur les tables sous le regard vigilant des
membres du comité en charge
de la distribution. Chaque acteur est conscient de son implication contribuant à garantir
la réussite de l’opération. C’est
ainsi que chaque jour, l’opération débute en présence de
l’ensemble des membres du
comité en charge de distribution. Il s’est agi de faire régner
la transparence dans l’opération.
Rappelons qu’au niveau communal, le comité est composé
du président notamment le
chef de service de l’Etat Civil et
les membres comprenant trois
(3) représentants du groupe-
Seini Moussa /ONEP
Officiellement lancée par le président de la Commission
électorale nationale indépendante (CENI) à travers un
message qu’il a livré le 20 janvier dernier, l’opération de
distribution des cartes d’électeurs se poursuit sur
l’ensemble du pays. Elle se déroule du 21 Janvier au 20
février 2016. Pour faciliter la réussite de l’opération, la
CENI a institué des comités de distribution qui sont à pied
d’œuvre pour le succès de l’opération. Les électeurs
inscrits sur les listes, continuent de retirer leurs cartes
dans les points indiqués.
Une jeune fille consultant les listes électorales
ment des partis politiques de la
majorité, trois(3) représentants
du groupement des partis politiques de l’opposition, deux (2)
représentants des partis
politiques non affiliés, un
représentant du chef du
leurs cartes. «Le taux de
fréquence par rapport au retrait de la carte est acceptable.
On enregistre environ 150
cartes d’électeurs retirées par
jour» dit-il, précisant que
l’opération débute chaque jour
à 8 heures. Une pause est observée entre 13 heures 30
minutes et 15 heures, et le retrait des cartes est suspendu à
18 heures chaque jour. Parlant
des problèmes qu’ils rencontrent depuis le lancement de
l’opération, le représentant du
chef du quartier de Gamkaley
Golé a indiqué que des personnes non recensées viennent souvent créer de
désordre exigeant de vouloir
retirer leurs cartes sachant sciemment qu’elles ne se sont
pas enregistrées.
Malgré les efforts d’explications, certaines personnes refusent de comprendre et
d’accepter la vérité. Elles clament que tant qu’elles ne détiennent pas des cartes, elles
feront tout pour semer des
troubles et empêcher la bonne
marche des échéances électorales. «Nous continuons à
les gérer à notre manière pour
que tout se passe normalement» a-t-il déclaré. M. Ismaël
a également notifié que les
autres problèmes rencontrés
sont liés aux erreurs au niveau
des noms, prénoms, ainsi que
les dates et lieux de naissance. Et par rapport à ce
point, beaucoup d’électeurs se
plaignent des anomalies constatées sur leurs cartes. Après
une dizaine de jours de travail,
M. Ismaël Hamadou est préoccupé de n’avoir encore rien
reçu en terme de rémunération. C’est pourquoi, il demande à la CENI de penser à
eux pour qu’ils puissent
continuer normalement leur
mission.
M. Sani Yacouba a témoigné
qu’il a retrouvé sa carte sans
difficulté. «Les listes sont affichées, dès que tu viens, il
suffit de vérifier si ton nom
figure sur la liste, tu communiques seulement le numéro et
le bureau de vote aux agents
en charge de la distribution
des cartes, et c’est très facile,
ils te cherchent ta carte. Je
viens effectivement de vérifier
pour ma famille, j’ai recensé
leurs numéros, comme ça ils
viendront eux-mêmes les
récupérer avec leurs pièces
d’identité» confie cet électeurs.
Pour sa part, le représentant
du chef de quartier de Gamkaley Sebanguey M. Ibrahim, a
confié que tout se déroule
comme prévu. Son quartier
est composé de 15 bureaux de
vote pour environ 5.500
électeurs. S’agissant des difficultés qu’ils rencontrent, il a
avoué que c’est surtout au
niveau des dates et lieux de
naissance.
Représentant le groupement
des partis politiques de la majorité M. Soumaïla Garba a
noté qu’ils sont pris en charge
par leurs partis politiques. Et il
a indiqué avoir été appelé de
passer hier percevoir leur rémunération. Selon lui, l’opération se passe bien. Quant à M.
Ousseini Oumarou représentant l’opposition politique, il a
également soutenu qu’aucun
problème n’a été enregistré. Si
au niveau du quartier Gamkaley tout se passe à merveille, il
n’en est pas autant au quartier
Talladjé où un représentant
d’un parti politique a fait main
basse sur les cartes du bureau
82 ont confié M. Boubacar Idé
et Abdoulaye Sido, représentants le chef du quartier de
Talladjé. Heureusement, la
vigilance des membres du
comité a fini par payer du fait
que le fautif a été démasqué et
arrêté. Ils demandent par
ailleurs à ceux dont les cartes
figurent parmi celles qui ont
été emportées de garder leur
calme.
La CENI prendra des dispositions afin de mettre les
électeurs concernés dans leur
droit. Là également le problème des erreurs sur les noms,
prénoms, dates et lieux de
naissance se pose avec
acuité. «Des personnes non
recensées nous causent
encore problème. Sans être
recensées, elles débarquent
pour réclamer les cartes
électorales» a déclaré M.
Boubacar Idé. Le quartier
Taladjé comprend 26 bureaux
de vote pour environ 11.000
électeurs. Le taux de retrait est
d’au moins 50%. Les
représentants du chef du
quartier demandent à la CENI
de penser pouvoir les payer en
vue de poursuivre leur travail.
Ils avouent que depuis qu’ils
ont débuté la distribution, ils
n’ont encore rien perçu.
En ce qui concerne le quartier
Lazaret, il compte 20 bureaux
de vote pour 8.702 électeurs.
Le chef du quartier M. Hamidou Moumouni déplore les erreurs observées sur les listes.
Il a indiqué que certaines
cartes de Lazaret se trouvent
au niveau du quartier Dar-EsSalam, Koira Tégui et même
Dan Zama Koira. On constate
aussi des erreurs au niveau de
la numérotation sur les listes.
S’agissant du taux de retrait, il
est d’au moins 50%. Les
électeurs s’activent à retirer
leurs cartes et l’engouement
est perceptible et l’intérêt que
les populations accordent aux
prochaines échéances électorales rassure les représentants des partis politiques de la
majorité comme de l’opposition.
Selon le représentant du chef
du quartier SONUCI, le
quartier compte 13 bureaux
de vote pour 5.612 votants recensés du quartier SONUCI et
Cité SATU. Les bureaux de
vote sont repartis entre le CEG
25 et l’école primaire Koubia.
Ce sont seulement 1.197
cartes qui sont retirées à notre
passage. Les erreurs constatées sont celles liées aux
noms, prénoms, dates et lieux
de naissance.
l Laouali Souleymane
AVIS DE PERTE
A la requête de Monsieur SOUNTALMA MAMADOU ISSA, et au vu de
l'attestation de perte N°15 746/DPVN DU 26/10/2015, et la certification en date
du 23/10/2015 délivrée par la Directrice de la Gestion Foncière et de
l'Aménagement Urbain de la ville de Niamey avis est donné par l'Etude
Notariale Maître MAITOURNAM Ibrahim, sise à Niamey, Avenue du CanadaPoudrière, en face de la pharmacie du Collège Mariama, de la perte d'un acte
de cession d'immeuble sis à Niamey, portant sur la parcelle L, îlot 1191,
lotissement Poudrière dans la ville de Niamey, objet de l'acte de cession
N°09.562, au nom de Monsieur SOUNTALMA MAMADOU.
Toute personne qui l'aurait retrouvé, est priée de bien vouloir le déposer à
l'Etude Notariale susmentionnée.
Jeudi 4 Février 2016
NATION
5
l Distribution des cartes d’électeurs à Maradi
L’opération se déroule sans problèmes majeur
Lancée il y a une dizaine de jours, la distribution
des cartes d’électeurs en prélude aux différents
scrutins à venir se poursuit activement dans différents points retenus à Maradi. Cette tâche est
accomplie par un comité de distribution composé
des membres de la majorité, de l’opposition, d’un
membre des partis non affiliés et le chef de
quartier au domicile duquel cette distribution a
lieu. La cohésion et une bonne organisation au
niveau des différents points de distributions ont
permis à l’opération de non seulement se dérouler
sans problème, mais aussi avec un célérité qui
permet d’éviter les attroupements enregistrés aux
premiers jours.
e point de distribution
de Maradawa, dans le
3ème arrondissement
communal de Maradi, est
pris d’assaut cet après midi
de lundi 2 février 2016 par un
groupe de personnes, chacune voulant récupérer sa
carte. Selon M. Issa Mamane, représentant du Chef
de
quartier
Maradawa,
l’opération qui a démarrée le
L
21 janvier dernier se poursuit
activement. Il a indiqué qu’ils
exigent les cartes d’identité,
l’acte de naissance afin de
retrouver au plus vite le nom
de la personne. Selon le
représentant du chef de
quartier Maradawa, plus de
la moitié des cartes mises à
leur disposition ont été
récupérées par leurs propriétaires. Pour lui, malgré les
recommandations des experts de l’OIF qui ont demandé de corriger certaines
anomalies sur les cartes
d’électeurs, les problèmes
persistent.
«Ici, nous faisons souvent
face au problème de doublons et des erreurs sur les
dates de naissance des
électeurs. Pour les doublons,
nous remettons une seule
carte au propriétaire et nous
retenons les doublons pour
les détruire» nous a-t-il
confié. Il a rassuré que vu
l’affluence des habitants du
quartier pour récupérer leurs
cartes, ils pourront remettre
toutes les cartes à la date
butoir, c'est-à-dire le 20
février 2016.
Au quartier Bagalam de
Maradi, l’ambiance est aussi
la même à la devanture du
domicile du chef de quartier.
Selon M. Ibrahim Bagalam,
vent face à des individus qui
viennent récupérer la carte
d’une tiers personne et cela
nécessite de notre part une
très grande vigilance car
nous n’avons aucune conviction de ce que cet individu
fera de cette carte.
En somme, l’opération ne
rencontre aucun problème,
sauf que les membres des
comités
de
distribution
menacent de suspendre
cette opération pour non
payement de leurs indemnités. Ce qui risque de créer
un préjudice certain pour les
électeurs quand on sait que
dans cette distribution de
cartes, le temps est calculé
et toute suspension empêchera à certains électeurs
d’être en possession de leur
sésame.
représentant du chef de
quartier, la fluidité de l’opération leur a permis de rompre
avec les encombrements
des premiers jours. Aujourd’hui, ajoute t-il, nous travaillons d’arrache pied pour
mener à bien cette tâche à
nous confiée avec la compréhension de la population
qui nous facilite aide beaucoup les choses. «Certes,
nous rencontrons quelques
problèmes, notamment concernant l’âge de certains
inscrits. Pour ce qui est des
doublons, ils ne sont pas
nombreux et tout se déroule
bien » a-t-il ajouté.
Pour M. Ibrahim Bagalam, la
population a bien compris la
procédure puisque tout celui
qui vient chercher sa carte
est muni d’une pièce d’identité ou d’un extrait d’acte de
naissance. Seulement, précise t-il, nous faisons sou-
Tiémogo Amadou,
ANP-ONEP Maradi.
l Santé
Zika: 5 choses à savoir sur le virus
A
insectes piquent une personne malade, se chargent
en virus et infectent ensuite
les
personnes
saines.
Quelques cas de transmission par voie sexuelle ont
aussi été rapportés.
Les Symptômes
Dans la grande majorité des
cas (70 à 80%), l'infection
passe inaperçue. Lorsqu'ils
s'expriment, les symptômes
sont de type grippal (fièvre,
maux de tête, courbatures)
avec des éruptions cutanées.
L'infection peut aussi se
manifester par une conjonctivite ou par une douleur derrière les yeux, ainsi que par
un ?dème des mains ou des
pieds.
- Complications
Deux types de complications
graves ont été décrits, des
complications neurologiques
et des malformations sur les
fœtus de femmes malades.
Mais le lien causal direct
entre virus et complications
n'a pour le moment pas été
établi. Des complications
neurologiques de type syndrome de Guillain-Barré,
maladie auto-immune se
traduisant par une faiblesse
voire une paralysie progressive des membres, ont été
décrites au Brésil et en
Jeudi 4 Février 2016
l
lors que ce virus est
désormais
présent
dans plus d'une quinzaine de pays en Amérique
latine, la crainte principale
est qu'il n'entraîne des complications
neurologiques
chez les personnes infectées
et des malformations sur les
fœtus. Les cas de malformations se multipliant, l'Organisation mondiale de la santé
(OMS) a décrété "une urgence de santé publique de
portée internationale".
Les Etats-Unis ont fait état
mardi d'un cas de transmission du virus par voie sexuelle, au Texas. Ce virus a
été repéré pour la première
fois en Ouganda en 1947
chez un singe. Il tire son nom
d'une forêt située au sud de
Kampala, capitale du pays.
Zika appartient à la même
famille (Flaviviridae) que les
virus de la dengue et de la
fièvre jaune. Le premier cas
humain de fièvre Zika a été
rapporté en 1968, selon l'Organisation mondiale de la
Santé (OMS).
Comme la dengue et le
chikungunya, deux autres infections tropicales, Zika se
transmet par piqûres de
moustiques du type Aedes
aegypti et de moustiques tigres (Aedes albopictus). Les
DR
Transmis essentiellement par les moustiques,
le virus Zika, qui touche depuis 2015 le continent américain, passe souvent inaperçu, mais
il constitue une menace pour les femmes enceintes et entraîne dans certains cas de graves
complications.
La pulvérisation de produits anti-moustiques est nécessaire
Polynésie française.
Des microcéphalies (taille
anormalement réduite du
crâne) et des anomalies du
développement cérébral ont
été observées chez des
fœtus et des nouveaux-nés
de femmes enceintes durant
des épidémies de Zika en
Polynésie et au Brésil. Une
recherche brésilienne suggère que les risques de malformations chez les bébés
sont plus grands quand l'infection se produit chez la
mère durant les trois premiers mois de sa grossesse.
L'Organisation
panaméricaine de la santé (OPS) précise par ailleurs qu'il n'y a
pour l'instant "aucune preuve
que Zika puisse causer la
mort".
- Ni traitement, ni vaccin
Il n'existe aucun remède spécifique, ni vaccin contre ce
virus. Le laboratoire français
Sanofi Pasteur a toutefois
annoncé qu'il se lançait dans
la recherche d'un vaccin.
Les seuls traitements consistent pour l'instant à réduire
les douleurs par la prise
d'antalgiques. Pour se protéger, il faut éviter de se faire
piquer par des moustiques,
en utilisant vêtements amples, répulsifs, insecticides et
moustiquaires. Les femmes
enceintes doivent être "particulièrement"
vigilantes,
recommande l'OPS. Une
personne malade doit absolument éviter de se faire
piquer pour stopper le cycle
de transmission de la
maladie.
Le gouvernement colombien
a conseillé aux couples
d'éviter les grossesses dans
les mois à venir, et celui du
Salvador pour une période
de deux ans, en raison de
l'épidémie en cours tandis
que plusieurs pays, dont les
États-Unis et la France, déconseillent aux femmes enceintes de se rendre dans les
pays touchés.
- Où sévit Zika ?
Après avoir été signalée en
Afrique, en Asie et dans le
Pacifique, la maladie à virus
Zika touche depuis le premier semestre 2015 le continent américain. L'OMS a
averti la semaine dernière
que le virus se propageait
"de manière explosive" dans
la région des Amériques,
avec trois à quatre millions
de cas attendus en 2016.
Le Brésil est le principal
pays touché avec près de
1,5 million de cas. La Colombie, deuxième pays le plus
affecté, prévoit plus de 1.500
cas du syndrome neurologique de Guillain-Barré
(SGB) pouvant être liés.
En Europe et en Amérique
du Nord, des dizaines de cas
d'infection par le Zika ont été
signalés parmi les personnes
revenant de voyages dans
les pays touchés. Un institut
de recherche indonésien a
annoncé un cas positif de
virus Zika sur l'île de Sumatra et la Thaïlande a aussi fait
état d'un cas.
D'autres patients, contaminés localement, ont été signalés au large du continent
africain, au Cap-Vert. Après
des premiers cas en Guyane
et Martinique fin 2015,
l'épidémie a été officiellement déclarée dans ces départements français à la
mi-janvier. Des cas ont été
repérés en Guadeloupe et à
Saint-Martin.
(AFP)
ANNONCES
6
TERMES DE RÉFÉRENCE
ÉVALUATION EXTERNE DU PROJET
"Amélioration de l’accès à l’eau potable et des conditions d’hygiène et
d’assainissement dans la Commune Rurale d’Arzérori"
SWISSAID est une ONG internationale qui travaille en partenariat
avec des organisations locales et des associations de base dans
le domaine de l'accès à l'eau potable et à l'assainissement, de la
souveraineté alimentaire, du renforcement de la société civile, de
l’égalité entre les genres et de la transparence dans les industries
extractives.
Au Niger, elle soutient le processus de décentralisation et appuie
les communes en les considérant comme porte d’entrée de toutes
ses interventions et en renforçant leur rôle régalien de maître
d’ouvrage. Elle intervient dans les régions de Dosso et Tillabéri.
La présente évaluation concerne le projet Eau mené dans la
Commune Rurale d’Arzérori.
1. Contexte et brève description du projet
SWISSAID intervient dans la Commune Rurale d’Arzérori depuis
une dizaine d’année à travers le groupement des femmes
"Assamanayé". Plusieurs actions ont été réalisées au profit des
femmes de cette localité principalement dans le domaine de la
sécurité alimentaire. Ce partenariat a atteint un processus de
désengagement et SWISSAID a trouvé la nécessité avant de se
retirer de répondre à un réel problème d’accès à l’eau auquel la
commune est confrontée et qui est une entrave à l’amélioration
des conditions de vie des populations dans certains villages.
La Commune Rurale d’Arzérori est située dans le nord du
Département de Madaoua, Région de Tahoua. Elle a une
superficie estimée à 108 km2 et une population d’environ 16 662
habitants (dont 8 664 femmes et 7 998 hommes) repartis dans
12 villages administratifs et tribus auxquels sont rattachés 19
hameaux. La population est composée principalement de
Touaregs Kel Gress et de Haoussas. Le mouvement de la
population est caractérisé par la tendance à l’exode de type
saisonnier surtout après les récoltes, le taux d’exode est estimé
à plus de 50 % (Selon le PDC de la commune d’Arzérori).
Les ressources en eau de surface sont très rares dans la
commune en dehors de quelques cours d’eau temporaires qui
acheminent les eaux collectées et les déversent dans le lit de la
vallée de la Tarka (affluent du fleuve Niger) favorisant ainsi la
recharge temporaire de la nappe phréatique. La zone est
caractérisée par un relief accidenté (formé de plateaux et de
dépressions) ; ce qui rend les sols sensibles à l’érosion
provoquant ainsi un phénomène de ravinement. L’eau souterraine
est disponible sur toute l’étendue de la commune, mais la nappe
est très profonde et peut dépasser 300 mètres dans certains
endroits, il s’agit de la nappe du continental intercalaire.
L'accès à l'eau potable constitue donc une lutte de tous les
instants pour les populations locales et surtout pour les femmes
et les filles, qui sont chargées de l'approvisionnement de la famille
et cela peut durer au moins six (6) heures par jour. Cette situation
a des conséquences négatives sur la scolarisation des filles, la
santé des femmes et des bébés.
En outre, ces villages ne disposent d’aucun ouvrage
d’assainissement de base, seuls quelques individus aisés ont
construit des latrines traditionnelles dans leurs concessions. La
plupart de la population défèque à l’air libre.
Le projet visait initialement les populations de six (6) villages de
la commune rurale d’Arzérori estimé à 3 846 personnes dont 2
000 femmes et 1 846 hommes. Il s’agit des populations de trois
(3) villages administratifs (Boullaya, Jangabé Nomade et
Tarrabissa) et de trois (3) hameaux (Guidan Hamid, Mayou et
Ikallaley). Mais un partenariat signé avec CARE International a
permis de réaliser une Mini Adduction d'Eau Potable Multi-villages
à partir du forage de Tarabissa. Ce qui a permis d'approvisionner
d'autres villages (Founkoye et Kalaba par SWISSAID et Illagawan
par CARE) pour une population estimée à 3 177 personnes.
Il est attendu de la mise en œuvre du projet que la qualité de vie
des populations de la commune rurale d’Arzérori soit améliorée
grâce à l’accès à l’eau potable et le respect des règles d’hygiène
et d’assainissement.
Il s'agit donc d'améliorer l’accès à l’eau potable et les conditions
d’hygiène et d’assainissement dans neuf (9) villages de la
commune rurale d’Arzérori..3
Les principales activités prévues sont :
-la construction d'une (1) Mini Adduction d’Eau Potable Multi
Villages (MAEP-MV) ;
-la construction de deux (2) forages équipés de pompe à motricité
humaine (FPMH) ;
-la construction de 390 latrines SANPLAT ;
-le renforcement des capacités des bénéficiaires (mise en place
et formation de trois structures villageoises : 1 Association
d’usagers du service public de l’eau (AUSPE) et 2 comités de
gestion des points d’eau (CGPE) ainsi que la formation et
l’équipement de quatre maçons) ;
-la sensibilisation des populations sur la santé, l’hygiène et
l’assainissement.
2. Objectifs de l´évaluation
L’évaluation a 2 objectifs :
Il s’agit d’une part de l’évaluation finale de ce projet qui a pour
objet de fournir à SWISSAID ainsi qu’aux différentes parties
prenantes du projet, une analyse indépendante et rigoureuse sur
la performance du projet, l’efficacité de la mise en œuvre du
projet, la qualité et la durabilité des résultats atteints au moment
de l’évaluation. Elle établira ainsi un bilan des réalisations et
déterminera la qualité des travaux et des activités, tout comme
leur impact socioéconomique sur les villages et groupements
bénéficiaires.
D’autre part, l’évaluation servira à réorienter les actions futures à
réaliser dans la mise en œuvre des projets eau et
assainissement, en vue de l’amélioration de leur qualité, impact et
durabilité.
Elle dégagera ainsi les leçons apprises et des recommandations
générales pour les projets eau et à composante eau de
SWISSAID.
L’évaluateur prendra en compte les questions de genre en
correspondance avec le niveau de participation des femmes, de
rôle et responsabilité dans les structures de gestion et de la prise
en compte de leurs besoins dans les réalisations du projet.
3. Objectifs spécifiques de l’évaluation
I. Critères d’évaluation
L’évaluateur utilisera les critères communément reconnus dans
le domaine de l’évaluation : la pertinence, l’effectivité, l’efficience,
l’efficacité, l’impact et la durabilité du projet. Il examinera
également la qualité et l’efficience de l’accompagnement par les
services étatiques et l’animateur du projet.
Ces critères seront évalués dans le cadre d'une approche
"participative", qui permettra de prendre en compte dans l'analyse
les éléments recueillis auprès des différents acteurs. La démarche
d'évaluation devra systématiquement intégrer la dimension genre.
De manière plus spécifique, il s’agit d’établir en quoi le
programme a contribué à atteindre les cibles et les objectifs
décrits dans le cadre logique, notamment par l’assistance et le
soutien à la maîtrise d’ouvrage, à formuler des recommandations
pertinentes pour les activités futures et à améliorer les autres
programmes en cours soutenus par SWISSAID dans sa zone
d'intervention.
II. Questions clés
L’évaluation se concentrera de façon plus approfondie sur les
éléments clefs décrits ci-dessous
•Entre temps, SWISSAID s’est tournée vers l’approche ATPC,
telle que recommandée par la politique nationale. Cette
évaluation offre ainsi l’opportunité d’analyser plus en profondeur
l'approche de subvention de latrines familiales, afin d’en dégager
les forces et faiblesses :
-la pertinence et les désavantages de l'approche ;
-la capacité des populations à participer à la réalisation des
latrines ;
-l’appropriation des latrines familiales ;
-la prise en compte du genre dans la subvention ;
-la réplicabilité de l'activité ;
-l’utilisation et entretien des latrines ;
-l’amélioration des conditions d'hygiène et d'assainissement.
• la gestion durable des ouvrages d'approvisionnement en eau
potable :
-la gestion participative ;
-la transparence dans la gestion des ouvrages ;
-la fonctionnalité des structures villageoises ;
-la participation financière des populations locales ;
-la constitution des fonds pour l'entretien des ouvrages.
• l'amélioration de l'accès à l'eau potable :
-la disponibilité de l'eau en quantité et en qualité suffisante;
-l’accessibilité aux ouvrages d'approvisionnement en eau ;
-l’équité d'accès aux ouvrages ;
-l’utilisation et l’entretien des ouvrages ;
Sur ces bases, l’évaluation formulera des recommandations en
vue généralement du programme (en vue de projets similaires).
4. Méthodologie
L’évaluation utilisera les outils suivants :
•Analyse des documents du projet, y compris rapports d’activités
et techniques ;
•Analyse des documents sur le contexte hydrogéologique et
morphologique de la zone ;
•Consultation avec les différentes parties prenantes (SWISSAID,
Mairie, Service techniques, bureau d'études, ...) à travers des
entretiens individuels et collectifs semi-structurés au niveau
central et dans des sites du projet ;
•Visites sur le terrain dans les sites d’intervention et observation
directe des réalisations et résultats du projet ;
•Consultation avec les bénéficiaires du projet sur les sites
d’intervention ;
•Analyse et interprétations des données.
La méthodologie sera précisée sur la base de la proposition du
consultant au cours de la réunion de cadrage.
Les consultations formelles avec la mairie d’Arzérori et
SWISSAID tout au long du processus (termes de mandat, début
et fin de mission, rapport) sont un élément important du processus
de l’évaluation. L’équipe de l’évaluation travaillera en étroite
collaboration avec toutes les parties prenantes.
Une fois toutes les données et informations collectées, l’équipe de
l’évaluation présentera ses constatations, conclusions et
recommandations préliminaires au cours d’une rencontre de
validation, puis enverra un draft de son rapport à SWISSAID en
version hard et version électronique, afin de les discuter et valider.
L’anonymat et les droits des répondants doivent être assurés, les
données traitées et archivées confidentiellement.
5.Produits attendus
Le rapport d’évaluation fournira des réponses aux
domaines/thèmes/questions à évaluer couvrant les critères
d’évaluation standards mentionnés dans ces termes de mandat et
en répondant dans des chapitres spécifiques aux questions-clef
posées. Le rapport, qui sera un document exhaustif, sera aussi
clair, concis et équilibré que possible et mettra l’accent sur les
constats, conclusions et recommandations.
L’évaluation doit permettre d’aboutir à des recommandations qui
seront utilisées dans le cadre des prochaines phases et du
programme.
L’évaluateur est pleinement responsable de son rapport
indépendant, qui ne doit pas nécessairement refléter le point de
vue de SWISSAID.
Le prestataire fournira:
•Un rapport provisoire de l’évaluation contenant les analyses, les
résultats et recommandations ;
•Une restitution des principaux résultats à un atelier de validation;
•Un rapport final prenant en compte les observations et
commentaires des parties prenantes (maximum 25 pages sans
les annexes).
Ces rapports seront écris en français.
6.Profils du/de la consultant(e)/ de l’équipe de consultants:
Le consultant ou le chef de l’équipe doit :
•Etre un (e) Ingénieur hydraulicien avec des connaissances du
contexte hydrogéologique de la zone du projet ;
•Avoir une expérience avérée en évaluation de projet ;
•Avoir de l’expérience en hygiène et assainissement et
sensibilisation communautaire
•Avoir des connaissances sur les questions des rapports d’égalité
hommes/femmes ;
•Etre professionnel (le) et indépendant (e) d’esprit dans ses
analyses ;
•Avoir d’excellentes capacités rédactionnelles en français ;
•Disponible pour la période de mars 2016 et apte à faire les
déplacements sur le terrain ;
•Etre indépendant (e) des organisations impliquées dans
l’élaboration, la mise en œuvre ou l’appui-conseil pour le projet
évalué ;
•La connaissance de la zone du projet serait un atout.
7.Calendrier et durée de la consultation
Le programme détaillé de la mission sera finalisé en concertation
avec SWISSAID.
Durée : La mission durera au maximum 21 jours en mars 2016.
Cette durée inclue la préparation de l’évaluation, la réalisation sur
le terrain, et la rédaction et soumission du rapport final.
Lieu : La mission se déroulera à Arzérori (Département de
Madaoua, Région de Tahoua), plus précisément dans les localités
de Boullaya, Jangabé Nomade, Illagawan et Tarabissa.
Le mandataire garantit une disponibilité de 100% pendant la
durée de l’évaluation.
8. Coûts
Le consultant fera sa proposition tout en tenant compte que
SWISSAID fournira un véhicule, le carburant ainsi qu’un chauffeur
pour les déplacements nécessaires à l’évaluation.
9. Présentation des offres
Les candidats intéressés sont priés de faire parvenir leurs
propositions techniques et financières en format électronique au
BuCo de SWISSAID au plus tard le 19 février 2016 à 12h 00 au
bucosw@intnet.ne.
Le dossier de candidature doit comprendre :
-un CV
-une lettre de motivation (mentionnant aussi la disponibilité)
-une offre technique et financière (incluant un chronogramme).
Pour toute information, veuillez contacter le 227 20 75 54 30 ou
Email : bucosw@intnet.ne
Le payement des honoraires sera effectué de la façon suivante :
40 % après la signature et l'enregistrement du contrat et 60 %
après la validation du rapport définitif par le commanditaire.
SWISSAID se réserve le droit de ne répondre qu’aux offres
retenues.
Jeudi 4 Février 2016
ECHOS DES REGIONS
7
l Présentation de vœux au Ministère du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé
Souhait de favoriser le secteur privé et d’attirer les investisseurs étrangers
’année qui vient de
s’écouler a enregistré
plusieurs événements
importants qui ont marqué
la vie de notre pays dont
certains n’honorent malheureusement pas la sous
région en général et le
Niger en particulier. Les
derniers événements terroristes au Burkina Faso et
la situation que vivent les
populations de la Région de
Diffa interpellent tous et impose à chacun de nous
d’être vigilants et solidaires.
A cet effet, une Fatiha a été
dite dès l’entame de la
cérémonie, à la mémoire de
nos vaillants militaires
tombés sur le champ d’honneur et à nos compatriotes
décédés à Mina lors du
dernier pèlerinage. L’on a
aussi souhaité un prompt
rétablissement aux blessés.
En présentant ses vœux de
bonne année au personnel,
le ministre du Commerce et
de la Promotion du Secteur
Privé, M. Alma Oumarou, a
demandé à l’ensemble du
personnel de prier pour que
les élections générales que
prépare activement notre
pays se déroulent dans la
paix et la quiétude.
M. Alma Oumarou a ensuite
cité plusieurs réalisations
effectuées
par
son
ministère notamment dans
le cadre de la sécurité
alimentaire et la reconstruction des stocks. A ce sujet,
l’OPVN a, selon lui,
procédé à la vente à prix
modérés et a mis à la disposition des populations
nécessiteuses
70.295
tonnes de céréales et 3000
tonnes de sucre. Au
ministre d’ajouter que
plusieurs actions ont été
menées dans le domaine
du commerce dont l’élaboration et l’adoption de la loi
L
sur les principes fondamentaux de la protection des
consommateurs ; l’adoption
de la loi portant création de
la Chambre de Commerce
et d’Industrie du Niger
(CCIN) ; l’approvisionnement régulier du pays et
la stabilisation des prix des
hydrocarbures ; la surveillance permanente des
marchés par le suivi des
approvisionnements et distributions des produits de
grande consommation etc.
Concernant la promotion
du secteur privé, le Ministre
Alma Oumarou dit avoir
mesuré la détermination et
la disponibilité des agents
de
son
département
ministériel à mettre en
œuvre le programme du
Gouvernement à travers les
activités réalisés pour
l’amélioration des indicateurs Doing Bussiness du
climat des affaires permettant au Niger de se classer
160ème sur 189 pays
gagnant ainsi 4 places. Il
cite entre autres actions
menées, les activités de la
Maison de l’entreprise avec
les services connexes en
vue de faciliter la création
de l’entreprise au Niger ; la
tenue régulière des réunions du comité permanent
de concertation avec la
Chambre du commerce ;
l’organisation de plusieurs
fora économiques et d’investissement et la création
de tribunaux de commerce
et de centre de médiation. Il
s’est par ailleurs réjoui de la
parfaite collaboration avec
la chambre de Commerce
et d’Industrie du Niger, pour
toutes ses activités assurant l’épanouissement du
secteur Privé en accompagnant l’Etat de la manière la
plus efficace possible. « Ce
genre de partenariat dont
Jeudi 4 Février 2016
l
Idrissa Hamadou/ONEP
Le Ministère du Commerce et de la Promotion du
Secteur Privé a organisé mardi dernier une cérémonie
de présentation de vœux, une occasion pour les
agents du Ministère et leur ministre, M. Alma
Oumarou, de formuler et d’échanger des vœux les
meilleurs de santé, de succès professionnel et d’un
partenariat fructueux pour l’année 2016. Les acteurs
ont également saisi cette opportunité pour procéder
à une revue des actions engagées de part et d’autre
dans le cadre de la promotion du secteur privé, d’en
déceler les insuffisances et d’envisager les voies et
moyens de leur amélioration. Ils étaient tous là, les
membres du cabinet du ministre, le président de la
Chambre de Commerce et d’Industrie du Niger, les
présidents des Conseils d’Administration, les Inspecteurs généraux des services, les Directeurs
généraux des Sociétés et Offices sous tutelle.
Photo de famille du ministre avec des officiels et du personnel
notre économie à tant
besoin, doit être davantage
renforcé et soutenu » a-t-il
estimé. Après avoir rendu
un hommage mérité à tous
les agents, M. Alma
Oumarou a précisé que
dans le cadre de l’amélioration des conditions de travail, les compétences ont
été renforcées à travers le
recrutement des cadres et
auxiliaires tant au niveau
national que régional.
Le président de la Chambre de Commerce, d’Industrie du Niger M. Mohamed
Sidi a, de son côté, affirmé
que la création des conditions favorables à l’amélioration du climat des affaires
et à la modernisation de
l’économie nationale par le
gouvernement sont la
traduction éloquente du respect des engagements
pris par les plus hautes autorités de notre pays. Au
niveau du Cadre de Concertation Public-Privé, M.
Sidi Mohamed a énuméré
la création en août 2011 du
Comité Permanent de Concertation, (CPC) entre le
Ministère en charge du
secteur privé et la Chambre
de commerce, un cadre bilatéral de concertation qui
peut être saisi à tout moment des problèmes qui se
posent au secteur privé ; la
relance des activités du
Conseil National des Investisseurs Privés(CNIP)
en 2012. Cette instance
d’analyse, de décision et
d’orientation
(CNIP) a
adopté en juin 2015, un
plan d’actions pour l’amélioration du climat des affaires
au Niger.
Sur le plan des dispositifs
d’amélioration du climat des
affaires, a-t-il indiqué, les
mesures et les reformes
prises se situent à plusieurs
niveaux. Il s’agit entre
autres de l’adoption de la
charte des PME qui prévoit
plusieurs
mesures
favorisant la création et le
développement des PME ;
la création d’un dispositif institutionnel et de suivi des
indicateurs du climat des affaires etc. M. Mohamed Sidi
n’a pas manqué d’évoquer
le Programme d’Appui à la
Compétitivité et à la Croissance (PRACC) dont l’une
des composantes «Climat
des affaires, promotion des
investissements et aide aux
PME dans les filières identifiées » vise à promouvoir
les investissements.
Pour sa part, le Secrétaire
général du Ministère du
Commerce M Garba Abdoulaye,
représentant
l’ensemble du personnel, a
rappelé quelques faits saillants ayant marqué la gouvernance nationale en
2015. Il cite entre autres, la
préservation de la sécurité
dans notre pays dans un
contexte régional et international en proie au terrorisme et la préparation
inclusive des échéances
électorales. Sur ce point, il
a reconnu les importants
efforts déployés par les plus
hautes autorités de notre
pays et du sacrifice de nos
forces de défense et de
sécurité. S’agissant du 2ème
point, il a salué la maturité
de la classe politique
nigérienne. Le SG a fait un
bilan complet des actions
réalisées sous l’impulsion
du ministre Alma Oumarou
et a relevé que des résultats significatifs ont été enregistrés aussi bien dans le
domaine du commerce que
celui de la promotion du
secteur privé. Ces résultats
ont sans doute contribué
significativement à la mise
en œuvre de la Déclaration
de Politique Générale du
Gouvernement (DPG) du
Programme de Renaissance et du Plan de
D é v e l o p p e m e n t
Economique et Social
(PDES).
Dans le domaine du
Commerce, les activités
réalisées au cours de l’année 2015 se rapportent à la
promotion d’une coopération commerciale au niveau
bilatéral, sous régional,
régional et multilatéral, à la
protection des consommateurs, au suivi de l’approvisionnement et de la
distribution des produits de
grande consommation, à
l’adoption des textes législatifs et réglementaires.
Dans le domaine de la Promotion du Secteur Privé,
les activités réalisées portent essentiellement sur
l’amélioration du climat des
affaires, la promotion des
investissements et du
partenariat public-privé et
sur l’encouragement de
l’entreprenariat. En matière
de promotion des investissements, dira t-il, le
Ministère a participé, au
cours de l’année 2015, au
forum des investisseurs
«AIM» organisé du 30 mars
au 1er Avril à Dubaï et au
séminaire de formation sur
le thème «Favoriser la
croissance du secteur privé
et attirer les investisseurs
directs étrangers», organisé du 11 au 15 mai 2015 à
Singapour etc.
l Aïssa Abdoulaye Alfary
SOCIÉTÉ
8
l 5ème édition de la foire des produits maraichers de Niamey
Aboubacar Abzo/ONEP
Z
effectué le pèlerinage qui
l’a amené’’, précise-t-il.
Ces deux variétés produisent leurs fruits à partir
de 3 ans si elles sont dans
des bonnes conditions.
l
one à forte vocation
pastorale, la région
d’Agadez est aussi
favorable aux cultures
maraîchères. Les produits
maraîchers issus de cette
région sont chaque année
acheminés vers la capitale, Niamey pour la vente
en raison de l’importante
quantité produite. C’est
d’ailleurs ce qui justifie la
présence des producteurs
de Timia et de Tabelotte à
l’occasion de la Foire dans
le but de valoriser leurs
produits. Djibrilla Addo est
un producteur qui vient de
Timia. Assis sous son
hangar devant son stand
garni de produits maraîchers
divers.
Tanjalon,
orange, pamplemousse,
Pomme de terre, grenadine sont entre autres produits exposés par Djibrilla
Addo. Il montre à ces
clients, certains de ses
produits phares en l’occurrence une variété de
pamplemousse venue de
l’Allemagne
et
des
grenadines provenant de
la Mecque. ‘’C’est un
habitant de Timia qui avait
exploite un terrain de 3 ha,
la consommation d’essence par trimestre est de
300 litres. Cependant
avec les foires, on peut
espérer faire de bonnes
recettes. Selon lui, les producteurs de Timia au nombre de 100 personnes, ont
écoulé 3000 cartons de
divers produits maraîchers
à cette foire. Présentement, c’est un nouvel
arrivage de 70 cartons
d’orange ; de Tanjalon et
de pamplemousse qui est
sur le marché.
Les prix de ces produits
de
saison
sont
abordables. En effet, le
kilogramme de Tanjalon
coûte 1000F, de même
que celui de pamplemousse et d’orange issue
De la pomme de terre et ...
«L’entretien de ces arbres
fruitiers a un coût car, il
faut employer une (1) à (3)
trois personnes pour
l’arrosage. L’approvisionnement en eau se fait à
partir des puits cimentés
de 20 m et des motos
pompes pour faciliter le
travail», a-t-il expliqué.
D’après Djibrilla Addo qui
du greffage. Quant au kilogramme de la pomme de
terre, il coûte 500 F
comme sur les autres
marchés de la capitale
même si les consommateurs apprécient la qualité
des produits provenant
des sites maraîchers de la
région d’Agadez. Un car-
l
Tout comme les années précédentes à la même
période, les producteurs de Timia et de Tabelotte
dans la région d’Agadez ont répondu présents
cette année à la foire des produits maraîchers de
la place Toumo. Une multitude de produits
maraîchers sont en vente à cette foire qui se tient
annuellement. Ouverte le 5 janvier 2016 pour une
durée d’un mois, la foire de la place Toumo continue d’attirer les populations de Niamey en raison de la qualité des produits exposés et surtout
des prix qui sont raisonnables. Ils sont nombreux,
les producteurs de Tanjalon, d’orange, de Pamplemousse, de l’ail, d’oignon, de la Pomme de
terre, de grenadine, d’épices divers et de feuilles
de plantes médicinales à occuper les différents
stands et hangars confectionnés sur les lieux de
cette foire.
Aboubacar Abzo/ONEP
Une diversité de produits maraîchers à des prix abordables
...et divers produits exposés...
ton de pamplemousse ;
ou encore d’orange coûte
respectivement 17.000 F
et 30.000F. S’agissant de
la grenadine, elle se vend
à 2000 F le kilogramme.
Mais, le souci pour les
producteurs et vendeurs
de ces produits, c’est
qu’ils sont périssables. Ce
qui engendre des pertes
énormes au niveau du
transport. C’est pourquoi,
les producteurs souhaitent
vendre rapidement pour
minimiser les pertes.
Selon les explications de
Djibrilla Addo, la grenadine et le raisin sont produits deux fois par an,
alors que le Tanjalon et le
pamplemousse sont récoltés une seule fois dans
l’année. ‘’Notre souhait le
plus cher est d’avoir 2 ou
3 espaces de vente à
Niamey parce que la place
Toumo est exigüe pour
contenir les vendeurs.
Ces espaces de vente
permettent d’éviter l’encombrement dans lequel
nous sommes actuellement. Il faut que le gouvernement songe à faire
en sorte qu’il ait deux à
trois foires par an pour
une meilleure valorisation
des produits maraichers’’, a
suggeré M. Djibrilla Addo.
Pour
M.
Algouba
Younouss, producteur de
Tanjalon, d’orange et de
pamplemousse à Timia, la
foire de Niamey est un
véritable espace de vente.
Le seul problème qu’il faut
déplorer, souligne M.
Algouba Younouss, c’est
le coût exorbitant du transport dans l’acheminement
des produits maraîchers
de Timia à Niamey. A titre
illustratif, un seul carton
est transporté à 3.250F.
Quant à M. Mohamed
Alhassane, producteur de
Tabelotte, il espère un prolongement de 10 jours
après le 5 février 2016,
date à laquelle la foire est
censée terminer. Une fois
accordé, ce prolongement
permettra
à Mohame
Alhassane de vendre tous
ses produits qui sont entre
autres l’oignon, l’ail, la
pomme de terre et des
feuilles de plante contre
les hémorroïdes.
l Hassane Daouda
l Mohamed Allassan exposant
Entre satisfaction et espoir
«
produits ça va ». C’est
en ces termes que Mohamed Allassan livre
ces impressions sur
cette rencontre entre les
producteurs du nord et
les clients de la capitale.
Mohamed d’ajouter que
l
Nous
sommes
venus à cette foire
qui bientôt prendra
fin. Cette année, les
clients viennent timidement mais dans l’ensemble
en
termes
d’écoulement de nos
Aboubacar Abzo/ONEP
Débutée depuis le 5 janvier 2016, la foire des
maraîchers de la région d’Agadez bat son plein
avec la présence de plusieurs maraîchers venus
des différentes localités de cette région. C’est le
cas de Mohamed Allassan un producteur de Tabelote qui expose entre autres produits la
pomme de terre, l’ail et l’oignon.
M. Mohamed Allassan
pour développer le secteur agricole, il faudrait
que les partenaires, notamment l’Etat et les
ONG s’impliquent davantage en appuyant
les maraîchers car c’est
un secteur, moteur de
lutte contre l’insécurité
alimentaire. C’est aussi
une voie permettant au
Niger de concurrencer
avec d’autres pays dans
ce domaine. Il a estimé
qu’avec la croissance
de la population, il est
Jeudi 4 Février 2016
l
aussi urgent de soutenir
l’agro-alimentaire pour
que cette croissance
humaine aille de paire
avec
la
croissance
alimentaire.
«Cette année, c’est
près de 150 Tonnes de
pomme de terre que les
producteurs ont pu mobiliser et aujourd’hui, il
ne reste que près de 30
Tonnes à écouler », a-til confié.
Parlant de
l’objectif de cette rencontre, Mohamed Allassan a estimé que cette
foire vise à encourager
le maraîchage dans
notre pays mais aussi à
encourager
la
lutte
Aboubacar Abzo/ONEP
SOCIÉTÉ
Un étal de l’aïl
contre la pauvreté et le
chômage des jeunes.
«C’est un travail qui se
transmet de génération
en génération, rentable
pour celui qui l’exerce
car grâce à ce métier
j’arrive à prendre ma famille en charge mais
aussi à réaliser beau-
9
coup d’actions», a-t-il
expliqué, avant de préciser que grâce à ce travail, il a pu construire sa
propre maison et acquis
une voiture sans compter l’assistance à ses
proches.
Selon Mohamed Allassan, le travail de la terre
est un moteur de croissance pour un pays. A
la différence des pays
développés qui subventionnent ce secteur et
appuient les agriculteurs, nos pays sont
très loin pour atteindre
un tel objectif celui notamment de prioriser ce
secteur permettant ainsi
de faire la concurrence
entre Etat.
Par ailleurs, il a cité
entre autres difficultés
que rencontrent les producteurs, le manque de
la clientèle liée peut être
à l’insuffisance d’information ou de communication, les difficultés
liées au transport car
les marchandises sont
venues de plus de 1000
Km de Niamey. Il s’est
cependant réjoui de ce
boulot grâce auquel, il
dit avoir réalisé beaucoup de ses rêves.
Mamane Abdoulaye
Samira Seïdou (Stagiaire)
l Mohamed Idrissa exposant
De la pétrochimie au maraîchage
l
Aboubacar Abzo/ONEP
V
j’ai participé à toutes les
foires maraîchères qui
ont été organisées à Niamey», confie-t-il, tout en
reconnaissant que cette
année, les clients viennent lentement. Malgré
cela, tout le stock des exposants est presque terminé. Pour lui, cette foire
M. Mohamed Idrissa
Jeudi 4 Février 2016
l
isiblement plein
d’espoir, le jeune
Mohamed Idrissa,
a commencé la vente des
produits maraîchers depuis l’obtention de son
BAC en 2010. «Ce n’est
pas la première fois que
je participe à la foire, je
suis habitué aux foires,
Aboubacar Abzo/ONEP
A l’instar de ses collègues de la région d’Agadez, Mohamed Idrissa est l’un des dizaines de
maraîchers venus exposer leurs produits à cette
5ème édition de la foire des maraîchers de la région d’Agadez. Ce jeune maraîcher d’une vingtaine d’années, a ceci de particulier qu’il a aussi
effectué des études supérieures. Titulaire d’une
licence en pétrochimie et actuellement en master II à l’Institut nigérien d’informatique et de
maintenance économique (INIME), Mohamed
Idrissa, ne minimise pas pour autant le travail
de la terre. C’est un secteur dans lequel, on peut
réussir et réaliser tous ses rêves dit-il.
Des mesures d’oignon et l’aïl
vise à alimenter la ville
de Niamey en produits
maraîchers tels que les
agrumes (oranges et
pamplemousses) venant
de Tabelote, réputés pour
leur qualité. Pour Mohamed Idrissa, l’organisation de ces foires est une
bonne chose car c’est
une occasion pour les
producteurs de rivaliser
mais aussi un cadre
d’échange entre eux et
pour inciter les consommateurs à consommer
davantage nos produits
locaux.
Cette foire, a-t-il ajouté,
est aussi une manière
d’inciter
les
jeunes
à
s’intéresser
au
maraîchage.
D’après
Mohamed Idrissa, les exposants s’en sortent bien
malgré les contingences
notamment le coût de
transport, la concurrence
sur le marché. Il a invité
les partenaires comme
l’Etat ou les ONG à appuyer ce secteur surtout
dans la transformation
des fruits en jus. Cela
permettra aussi la création d’emplois et de lutter
contre le chômage des
jeunes. «Mon souhait,
c’est aussi de voir les
jeunes s’engager dans
cette activité. Malgré nos
moyens limités nous
nous organisons chaque
année pour acheminer
nos produits à Niamey.
C’est aussi une sorte de
volontariat agricole que
nous nous efforcions de
faire», a-t-il confié. Il a exprimé toute sa gratitude
aux organisateurs de
cette foire pour les facili-
tations offertes à l’endroit
des exposants.
Pour ce qui est des prix, il
a estimé qu’ils sont abordables. « Dieu merci, la
plupart des exposants
ont pu écouler l’essentiel
de leurs produits. Chacun de nous a pu écouler
au moins une cinquantaine de carton de fruits,
d’autres ont pu écouler
deux à cinq tonnes de
pomme de terre voire
plus, d’autres encore
sont déjà rentrés, c’est
vraiment
formidable,
nous sommes fiers et
Incha’Allah l’année prochaine nous répondrons
présents»
s’est-il
exclamé.
Mamane Abdoulaye
Samira Seïdou(Stagiaire)
ANNONCES
10
ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE
Mandat de consultant ou de titulaire d’accord de services personnels
Avis de recrutement
Intitulé du poste ou de la tâche: Consultant national en
Economie Aquacole pour l’élaboration d’un document de
Programme de Coopération technique (TCP) de Promotion de
l’aquaculture commerciale à travers l'approche "Fermier à Fermier"
au Niger
Division/Département:
FAO-Niger
Programme/Projet N°:
TCP/NER/3502
Lieu: Niamey avec des déplacements de terrain.
Date d’affectation prévue (date de début): Mars 2016
Durée: 21 jours
Supérieur hiérarchique: Nom:
Titre: Représentant FAO-Niger
DESCRIPTION GÉNÉRALE DES TÂCHES CONFIEES ET DES
OBJECTIFS À ATTEINDRE
Sous la supervision générale de la Représentation de la FAO au
Niger et technique du Bureau Régional pour l’Afrique (RAF) et de
l’Unité technique chef de file (FIRA), en collaboration étroite avec le
Ministère de l'Environnement, de la Salubrité urbaine et du
Développement durable, et le consultant national spécialiste en
Aquaculture Générale, le Consultant National en Economie
Aquacole aura pour tâches de :
A. Comme personne d’appui aux autres activités de mise en
œuvre effective du projet
1.Documenter et analyser de façon critique le rôle actuel de
l’aquaculture (caractériser et évaluer les contributions) dans
l’économie nationale et dans la sécurité alimentaire au Niger, avec,
si nécessaires, des références à des acquis ou problèmes datant
de périodes antérieures, mais dont les effets sont encore significatifs
à ce jour. L’analyse comprendra notamment :
•l’analyse des données disponibles sur la consommation, les
importations et exportations des produits halieutiques au Niger, en
accordant une attention particulière aux produits d’élevage ;
•l’évaluation de la demande et de l’offre (quantités et qualités) de
produits aquacoles (produits de table) ;
•la description et l’évaluation des canaux de commercialisation des
produits aquacoles ;
•l’analyse de l’évolution des prix des produits halieutiques/aquacoles
sur les dix dernières années, en comparaison avec celle des
principales viandes de consommation courante dans le pays.
2.Evaluer le prix de revient (les coûts de production et de transport
des produits) aux points de vente, l’infrastructure nécessaire et les
prix de vente des produits aquacoles.
3.Evaluer les relations que chaque type d’acteur de la chaine de
valeur des produits aquacoles (producteur, collecteur, grossiste,
détaillant, etc.) entretient avec les autres segments en amont et en
aval pour l’efficacité et la durabilité de son activité (par exemple :
organisation de l’approvisionnement en intrants et de la
commercialisation des produits, fixation des prix des intrants et des
produits, accès au financement et autres services, etc.).
4.Evaluer les dynamiques des groupes ou associations des
mareyeurs (ses) et les initiatives de soutien de ces groupes ou
associations aux activités des membres (approvisionnement, vente
des produits, etc.).
5.Sur la base des résultats au point 3), discuter avec les différentes
catégories d’acteurs (producteur, collecteur, grossiste, détaillant,
etc.) et identifier avec eux, les besoins/opportunités de partenariats
entre acteurs/maillons de la chaine de valeur des produits
aquacoles.
6.Sur la base des informations collectées et des analyses effectuées
aux points 1) à 5) ci-dessus, proposer des actions prioritaires
(détaillées en quelques activités) à mettre en œuvre, à court terme,
i.e. dans les trois prochaines années, pour le développement d’une
aquaculture durable et profitable au Niger.
7. Préparer et remettre à la FAO un Rapport en français pertinent
aux activités décrites sous cette rubrique «A» de son contrat.
B. Comme personne ressource pour la mission conjointe
RAF/FIRA
8. Préparer les déplacements sur terrain pour la mission conjointe
RAF/FIRA, notamment, en avisant les producteurs et les autres
acteurs potentiels choisis de son arrivée, en s’assurant de leur
présence lors du passage de la mission, en contactant les autorités
locales requises, en préparant la liste des sites à visiter et l’itinéraire
des voyages, en arrangeant le logement dans les zones visitées le
cas échéant, etc…
9. Faire partie de la mission conjointe RAF/FIRA, et servir
d’interprète de la langue locale au français, selon les besoins.
10. Participer à la préparation et prendre part à la rencontre
d’identification et de validation des axes prioritaires de
developpement de l’aquaculture commerciale avec les parties
prenantes.
11.Effectuer toute autre activité jugée pertinente par ses
superviseurs en rapport avec le projet.
PRINCIPAUX INDICATEURS DE RESULTATS
Résultats attendus :
•Préparer et remettre à la FAO un Rapport en français pertinent aux
activités décrites sous la rubrique «A» (ci-dessus) de son contrat.
Conditions générales à remplir
-Au moins une licence ou équivalent en Agroéconomie, Economie
ou dans un domaine apparenté.
-Bonne connaissance en analyse des chaines de valeur
agricoles/halieutiques.
-Expérience pratique d’au moins cinq ans en évaluation de la
rentabilité des entreprises/exploitations agricoles/aquacoles.
Critères de sélection
-Niveau et pertinence des diplômes universitaires ;
-Expérience reconnue dans l’analyse des chaines de valeurs
agricoles, halieutiques;
-Expérience confirmée dans l’évaluation de la rentabilité des
entreprises/exploitations agricoles/aquacoles ;
-Excellentes aptitudes en communication orale et écrite en français
(y compris la capacité d'écrire des publications et des rapports clairs
et concis) ;
Honoraires: à définir selon l’expérience
Le dossier de candidature doit comprendre :
- Une lettre de motivation
- CV détaillé
Et déposé sous plis fermé avec la mention : « Consultant national en
Economie Aquacole pour l’élaboration d’un document de
Programme de Coopération technique (TCP) de Promotion de
l’aquaculture commerciale à travers l'approche "Fermier à Fermier"
au Niger au plus tard le lundi 22 février 2016 à 16 heures à
l’adresse suivante :
FAO
10, Avenue du Fleuve Niger
B.P 11246- Tél 20.72.29.62/39.65
Niamey Plateau
Ou par email à fao-ne@fao.org
Veuillez noter que seuls les candidats présélectionnés seront
contactés.
ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE
Mandat de consultant ou de titulaire d’accord de services personnels
Avis de recrutement
Intitulé du poste ou de la tâche : Consultant national Spécialiste
en Aquaculture Générale pour l’élaboration d’un document de
Programme de Coopération technique (TCP) de Promotion de
l’aquaculture commerciale à travers l'approche "Fermier à Fermier"
au Niger
Division/Département: FAO-Niger
Programme/Projet N°: TCP/NER/3502
Lieu: Niamey avec des déplacements de terrain.
Date d’affectation prévue (date de début): Mars 2016
Durée: 30 jours
Supérieur hiérarchique: Nom:
Titre: Représentant FAO-Niger
DESCRIPTION GÉNÉRALE DES TÂCHES CONFIEES ET DES
OBJECTIFS À ATTEINDRE
Sous la supervision générale de la Représentation de la FAO au Niger
et technique du Bureau Régional pour l’Afrique (RAF) et de l’Unité
technique chef de file (FIRA), en collaboration étroite avec le Ministère
de l'Environnement, de la Salubrité urbaine et du Développement
durable, et le Consultant National spécialiste en Economie Aquacole,
le Consultant National spécialiste en Aquaculture Générale aura pour
tâches de :
A.Comme personne d’appui aux autres activités de mise en
œuvre effective du projet
1. Documenter et analyser de façon critique (dégager les raisons de
succès et/ou d’échec) la situation actuelle de développement de
l’aquaculture au Niger, avec, si nécessaires, des références à des
acquis ou problèmes datant de périodes antérieures, mais dont les
effets sont encore significatifs à ce jour. L’analyse comprendra
notamment :
•la préparation d’un inventaire des systèmes de production aquacoles,
y compris les systèmes de production de semences ;
•une estimation des effectifs de producteurs et des quantités produites
par grande zone de production et par système inventorié, l’évaluation
des performances biotechniques de production de ces systèmes,
leurs capacités techniques à satisfaire la demande en quantité et en
qualité, de même que leur durabilité ;
•l’examen des sources de disponibilité d’aliments pour poisson et, le
cas échéant, l’évaluation des capacités techniques des industries de
production, d’importation et/ou de distribution d’aliments pour poisson,
à satisfaire la demande en quantité et en qualité, de même que leur
durabilité.
2. Documenter et analyser de façon critique (dégager les forces et les
faiblesses) la politique actuelle de vulgarisation aquacole, le(s)
système(s) de vulgarisation mis en œuvre, de même que les thèmes
techniques de vulgarisation.
3. Evaluer les dynamiques des groupes ou associations des
producteurs et les initiatives de soutien de ces groupes ou
associations face aux besoins de développement de la production
aquacole des membres.
4. Discuter avec les différentes catégories de producteurs et d’autres
acteurs potentiels (Services de vulgarisation du Gouvernement,
Organisations Non Gouvernementales, Institutions de Micro Finance,
autres candidats à investir dans la production aquacole, etc.) et
identifier avec eux, les besoins et/ou opportunités de renforcement
des capacités et de service d’appui, y compris leur participation à un
système de vulgarisation de type "Fermier à Fermier", pour le
développement d’une aquaculture durable et profitable.
5. Sur la base des informations collectées et des analyses effectuées
aux points 1), 2), 3) et 4) ci-dessus, proposer des actions prioritaires
(détaillées en quelques activités) à mettre en œuvre, à court terme, i.e.
dans les trois prochaines années, pour le développement d’une
aquaculture durable et profitable au Niger.
6.Préparer et remettre à la FAO un Rapport en français pertinent aux
activités décrites sous cette rubrique «A» de son contrat.
B.Comme personne ressource pour la mission conjointe
RAF/FIRA
7.Préparer les déplacements sur terrain pour la mission conjointe
RAF/FIRA, notamment, en avisant les producteurs et les autres
acteurs potentiels choisis de son arrivée, en s’assurant de leur
présence lors du passage de la mission, en contactant les autorités
locales requises, en préparant la liste des sites à visiter et l’itinéraire
des voyages, en arrangeant le logement dans les zones visitées le
cas échéant, etc…
8. Faire partie de la mission conjointe RAF/FIRA, et servir d’interprète
de la langue locale au français, selon les besoins.
9. Participer à la préparation et prendre part à la rencontre
d’identification et de validation des axes prioritaires de développement
de l’aquaculture commerciale avec les parties prenantes.
10. Effectuer toute autre activité jugée pertinente par ses superviseurs
en rapport avec le projet
PRINCIPAUX INDICATEURS DE RESULTATS
Résultats attendus :
•Préparer et remettre à la FAO un Rapport en français pertinent aux
activités décrites sous la rubrique «A» (ci-dessus) de son contrat.
Date d'achèvement prescrite:
Conditions générales à remplir
-Au moins une licence ou équivalent en aquaculture ou dans un
domaine apparenté.
-Bonne connaissance en politique et système de vulgarisation
-Bonne connaissance de l’approche "Fermier à Fermier".
-Expérience d’au moins cinq ans en développement de l’aquaculture.
Critères de sélection
-Niveau et pertinence des diplômes universitaires ;
-Expérience reconnue dans le développement de l’aquaculture;
-Expérience confirmée dans le domaine de la vulgarisation et
l’approche « Fermier à fermier »
-Excellentes aptitudes en communication orale et écrite en français
(y compris la capacité d'écrire des publications et des rapports clairs
et concis) ;
-Capacité de travailler en équipe.
Honoraires : à définir selon l’expérience
Le dossier de candidature doit comprendre :
- Une lettre de motivation
- CV détaillé
Et déposé sous plis fermé avec la mention : « Consultant national en
Aquaculture Générale pour l’élaboration d’un document de
programme de Coopération technique (TCP) de Promotion de
l’aquaculture commerciale à travers l'approche "Fermier à Fermier"
au Niger» au plus tard le lundi 22 février 2016 à16 heures à
l’adresse suivante :
FAO
10, Avenue du Fleuve Niger
B.P 11246- Tél 20.72.29.62/39.65
Niamey Plateau
Ou par email à fao-ne@fao.org
Veuillez noter que seuls les candidats présélectionnés seront
contactés.
Jeudi 4 Février 2016
ANNONCES
Marchés
REPUBLIQUE DU NIGER
MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE
DIRECTION GNERALE DE LA SANTE PUBLIQUE
Direction des Laboratoires de Santé
11
Publics
Avis d’Appel d’offres Ouvert
1 Dans le cadre de l’exécution des Travaux de Construction de la Direction des
Laboratoires de Santé, du laboratoire d’assurance qualité de Niamey et du Centre de
formation continue en Biologie de Zinder financés par la Fondation Mérieux, le
Ministère de la Santé Publique sollicite des offres fermées de la part des candidats
éligibles et répondant aux critères de qualification requises.
2 La passation du Marché sera conduite par Appel d’offres National tel que défini dans le
Code des Marchés publics et des délégations de service public aux articles 29 à 43, et
ouvert à tous les candidats éligibles.
3 Les travaux sont répartis en deux (2) lots tous corps d’état énumérés ci-après:
- Lot 1: Construction de la Direction des Laboratoires et le Laboratoire d’assurance
qualité de Niamey
- Lot 2: Construction du Centre de Formation continue en Biologie de Zinder
Chaque lot est indivisible
4 Les candidats intéressés peuvent obtenir des informations auprès de :
4.1 Ministère de la Santé Publique
Direction Générale des Ressources
Direction des Infrastructures et Equipements Sanitaires
BP: 623 Niamey; Tél: 20 72 34 18
Ou
4.2 Ministère de la Santé Publique
Direction Générale des Ressources
Direction des Marchés Publics et des Délégations de Service Publics
BP: 623 Niamey ; Tél: 20 72 33 15
du lundi au jeudi de 8h à 16h et les vendredis de 8h à 12h, heure locale.
5 Les exigences en matière de qualifications sont: Satisfaire aux critères d’éligibilité et de
qualification (Voir les DPAO pour les informations détaillées).
Les candidats intéressés peuvent consulter gratuitement le dossier d’appel d’offres complet
ou le retirer à titre onéreux contre paiement d’un montant non remboursable de cent vingtcinq mille (125 000) Francs CFA du lundi au jeudi de 9h à 16h et le vendredi de 9h à 12h,
heure locale à l’adresse suivante :
Ministère de la Santé Publique
N°001/2015/GC/MSP/DGSP/DLS
Direction Générale de la Santé Publique
Direction des Laboratoires de Santé
BP: 623 Niamey, Porte 310
6 Le délai d’exécution des travaux est de six (6) mois pour chaque lot
7 Les offres seront déposées à l’adresse ci-après en un (1) original et trois (3) copies
accompagnées d'une version électronique respectant le format et le contenu remis à l'achat
du dossier d’appel d’offres pour les Devis Quantitatif et Estimatif, conformément aux
Instructions aux Soumissionnaires, et d’une garantie de soumission d’un montant
de:
• Lot 1 = 2 000 000 FCFA
• Lot 2 = 1 500 000 FCFA
Ministère de la Santé Publique
Direction Générale des Ressources
Direction des Marchés Publics et des Délégations de Service Publics
Secrétariat, porte 2.33 ; Nouveau bâtiment
BP: 623 Niamey ; Tél: 20 72 33 15
au plus tard le 15 mars 2016 à 10 h00, heure locale. L’ouverture des plis aura lieu le même
jour à 11h, heure locale dans la salle de réunion du Ministère de la Santé Publique, 3e
étage, en présence des soumissionnaires qui souhaitent y assister ou de leurs
représentants dûment mandatés.
Les offres reçues après le délai fixé seront rejetées.
8 En cas d’envoi par la poste ou tout autre mode de courrier, les frais y afférents sont à la
charge du Soumissionnaire et le maître d’ouvrage ne peut être responsable de la non
réception du dossier.
9 Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pour un délai de cent vingt (120)
jours, à compter de la date limite de remise des offres.
10 Par décision motivée, le Ministère de la Santé Publique se réserve le droit de ne donner
aucune suite à tout ou partie du présent Appel d’offres.
FONDATION MERIEUX
M. Yann BOURGUIGNON
MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE
M. Hamadou Moussa
Office Notarial MAYAKI Oumarou 317, Rue du Terminus Tel : 20.73.50.39 /20. 73.37.37
E-mail : mayaki_o@yahoo.fr /B.P: 13.453/Fax : 20.73.52.88 / N.I.F : 1514
Faire-part
AVIS DE PERTE
M. Abdoulaye Salissou, Plan Niger
&
Mme née Sahia Sadissou Samy
Ont la joie de vous faire part de la naissance d’une fille dans leur foyer. Le
baptême auquel vous êtes cordialement invités aura lieu incha Allah le
Dimanche 07 Février 2016 à 8h00mn sis au quartier Banifandou derrière
le lycée Bayray.
Contact : 96284124//90688073
Avis est donné par l’Office Notarial Mayaki Oumarou, sise au 317, rue du Terminus,
Boîte Postale: 13.453 Niamey, Téléphone: 20.73.50.39/20.73.37.37 de la perte du Titre
Foncier N°1.220 du Niger, au nom de Monsieur DIALLO Ousman BASSAROU.
Nous remercions toute personne qui l’aurait retrouvé de bien vouloir l’apporter à l’adresse
sus-indiquée, ou le déposer au service de la Conservation Foncière de la Direction des
Affaires Domaniales et Cadastrales de Niamey.
Maître MAYAKI Oumarou
AVIS DE PERTE
A la requête de Monsieur SALIFOU MAMANE, et au vu de l'attestation de perte
N°20.414/DPVN du 22/12/2015, et la certification en date du 22/12/2015 délivrée par la
Directrice de la Gestion Foncière et de l'Aménagement Urbain de la ville de Niamey avis est
donné par l'Etude Notariale Maître MAITOURNAM Ibrahim, sise à Niamey, Avenue du
Canada-Poudrière, en face de la pharmacie du Collège Mariama, de la perte d'un acte de
cession d'immeuble sis à Niamey, portant sur la parcelle U, îlot 5159, lotissement Est Talladjé
dans la ville de Niamey, au nom de Monsieur YACOUBA ALI.
Toute personne qui l'aurait retrouvé, est priée de bien vouloir le déposer à l'Etude Notariale
susmentionnée.
Notaire MAITRE MAITOURNAM IBRAHIM
AVIS DE PERTE
A la requête de Monsieur MAMANE SALIFOU, et vu de l'attestation de perte N°20.501 du
28/12/2015, et la certification en date du 28/12/2015 délivrée par la Directrice de la Gestion
Foncière et de l'Aménagement Urbain de la ville de Niamey avis est donné par l'Etude
Notariale Maître MAITOURNAM Ibrahim, sise à Niamey, Avenue du Canada-Poudrière, en
face de la pharmacie du Collège Mariama, de la perte de l'acte de cession d'immeuble sis à
Niamey, portant sur la parcelle I, Ilot 6393 du lotissement Niamey 2000, dans la ville de
Niamey, au nom de Monsieur SEYNI GARANKE.
Toute personne qui l'aurait retrouvé, est priée de bien vouloir le déposer à l'Etude Notariale
susmentionnée.
Notaire MAITRE MAITOURNAM IBRAHIM
Mercredi 3 Février 2016
AVIS DE PERTE
L'AN DEUX MILLE QUINZE ET LE CINQ NOVEMBRE
ETUDE DE Maître SOULEYMANE GARBA, Notaire à la résidence de Niamey
(NIGER), Quartier Cité Poudrière Avenue du Damergou, Boite Postal: 11.167,
Tel : 20.74 1 2 64, (non loin de TOUTELEC NIGER S.A).
II est donné avis, de la perte de l'acte de cession de la parcelle N°G sise à Niamey de l'ilôt
N° 6163 du Lotissement SARY KOUBOU au nom de Madame SAMBO RAHAMOU IDI.
Prière à toute personne qui l'aurait retrouver de bien vouloir le déposer à l'Etude Maître
SOULEYMANE GARBA, Notaire à la résidence de Niamey (NIGER), Quartier Cité
Poudrière Avenue du Damergou, Boite Postal: 11.167, Tel : 20.74 1264 ou au Service des
Affaires Domaniales de Niamey.
LE NOTAIRE
Maître SOULEYMANE GARBA
AVIS DE PERTE
L'An deux mille seize et le vingt et trois janvier
ETUDE DE MAITRE SOULEYMANE GARBA, Notaire à la résidence de Niamey
(République du Niger), Quartier Cité Poudrière Avenue du Damergou, Boite Postal : 11.167,
Tel : 20.74 1 264,(non loin de TOUTELEC NIGER S.A)
Il est donné avis, de la perte des actes de cession des immeubles, formant les parcelles
N° (J et K) de l'îlot 2523 lotissement Cité Yaboni Plateau 1, au nom de Monsieur Abdou
Ousmane.
Prière à toute personne qui les aurait retrouvés de bien vouloir les déposer à l’'ETUDE DE
MAITRE SOULEYMANE GARBA, Notaire à la résidence de Niamey (Républiques du
Niger), Quartier Cité Poudrière, Avenue du Damergou, Boite Postal : 11.167, Tel : 20.74
1264, (non loin de TOUTELEC NIGER S.A.) ou au service domanial de la ville de Liboré.
Pour Avis le Notaire Maître SOULEYMANE GARBA
ANNONCES
12
Faire-part
M. Aminou Saidou, ONEP
&
Mme née Rachida Inoussa Loutou
Ont la joie de vous faire part de la naissance d’un garçon dans
leur foyer. La maman et le bébé se portent bien. Le baptême
auquel vous êtes cordialement invités aura lieu incha Allah le
Samedi 06 Février 2016 à 8h30mn à leur domicile sis au quartier
Tallagué Kokorbado, 5ème virage à gauche en venant du
Commissariat Tallagué vers le marché Kokorba.
Contact : 94 88 56 02//90 22 65 28
Merci d’avance
Office Notarial MAYAKI Oumarou 317, Rue du Terminus Tel : 20.73.50.39 /20. 73.37.37
E-mail : mayaki_o@yahoo.fr /B.P: 13.453/Fax : 20.73.52.88 / N.I.F : 1514
AVIS DE PERTE
Avis est donné par l’Office Notarial Mayaki Oumarou, sise au 317, rue du
Terminus, Boîte Postale: 13.453 Niamey, Téléphone: 20.73.50.39/20.73.37.37
de la perte du Titre Foncier N° 1.254 du Niger, au nom de Monsieur DIALLO
Ousman BASSAROU.
Nous remercions toute personne qui ,1’aurait retrouvé de bien vouloir l’apporter
à l’adresse sus-indiquée, ou le déposer au service de la Conservation Foncière
de la Direction des Affaires Domaniales et Cadastrales de Niamey.
Maître MAYAKI Oumarou
AVIS DE PERTE
A la requête de Monsieur SALIFOU MAMANE, et au vu de l'attestation de perte N°20.413/DPVN du
22/12/2015, et la certification en date du 22/12/2015 délivrée par la Directrice de la Gestion Foncière
et de l'Aménagement Urbain de la ville de Niamey avis est donné par l'Etude Notariale Maître
MAITOURNAM Ibrahim, sise à Niamey, Avenue du Canada-Poudrière, en face de la pharmacie du
Collège Mariama, de la perte d'un acte de cession d'immeuble sis à Niamey, portant sur la parcelle M,
îlot 29 939, lotissement Cité du Progrès dans la ville de Niamey, au nom de Monsieur GARBA
Alzouma.
Toute personne qui l'aurait retrouvé, est priée de bien vouloir le déposer à l'Etude Notariale
susmentionnée.
Notaire MAITRE MAITOURNAM IBRAHIM
REPUBLIQUE DU NIGER
CABINET DU PREMIER MINISTRE
AUTORITE DE REGULATION DES TELECOMMUNICATIONS
ET DE LA POSTE
COMMUNIQUE
Conformément à l’article 24 de la loi 2005-20 du 28 juin 2005 déterminant
les principes fondamentaux du régime de la Poste, il est fait une obligation
à toute entreprise privée qui désire exercer dans le domaine des services
postaux, d’obtenir une autorisation sous forme de licence.
Cette licence est délivrée par l’Autorité de Régulation des Télécommunications
et de la Poste (ARTP). Les conditions d’obtention de ladite autorisation sont
précisées dans le décret n°2006-311/PRN/MCA/C du 24/11/2006 déterminant
les éléments constitutifs du dossier de demande de la licence pour l’exercice
de la profession d’opérateurs postal privé.
Nonobstant, l’existence de ce cadre juridique et réglementaire, l’Autorité de
Régulation des Télécommunications et de la Poste (ARTP) observe que
certaines entreprises s’adonnent à l’exercice de la profession d’opérateur
postal sans aucune habilitation légale.
Aussi, à compter de la diffusion du présent communiqué, l’ARTP invite
toutes les entreprises exploitant les services postaux ou de
messagerie à se conformer aux dispositions réglementaires, au plus
tard le jeudi 31 mars 2016.
Passé ce délai, tous les contrevenants s’exposeront aux dispositions
prévues par les textes.
ALI ALKASSOUM
Avis de recrutement
Avis de recrutement
RECHERCHONS UN(E) RESPONSABLE MARKETING
Une Grande Entreprise de la Place de Niamey recherche UN (E)
RESPONSABLE MARKETING.
Il (Elle) sera en charge notamment de :
- Structurer les différentes offres et produits de sa société,
- Définir le marché, analyser les offres de la concurrence et recenser les
compétences,
-Aider les départements commerciaux dans la présentation des offres,
-Effectuer la veille concurrentielle
-Elaborer le plan de communication interne et externe afférent au déploiement
du plan marketing,
-Mettre en œuvre et suivre l’atteinte des objectifs afférents aux plans de
Marketing et de communication
-Communiquer avec l’ensemble des canaux d’information matériel ou
immatériel
-Assurer une bonne communication commerciale
DIPLÔMES ET APTITUDES REQUISES :
•Bac +3/4 – Marketing, Commerce, …
•Très digital
EXPÉRIENCE EXIGEE :
Ce poste nécessite une expérience professionnelle réelle d’au moins 03 ans
de pratique à un poste similaire.
Pour réussir dans cette mission, le(la) candidat(e) devra faire preuve de :
-Dynamisme professionnel et excellence relationnelle,
-Rigueur dans l’analyse et dans la résolution de problèmes,
-Goût du travail en équipe
-Grande capacité de travailler sous pression
-Facilité à communiquer esprit d'initiative, disponibilité.
RECHERCHONS UN(E) ASSISTANT(E)
CONTROLE DE GESTION
Dans le cadre de son soutien à l’employabilité des jeunes diplômés et leur
permettre une première expérience professionnelle, une Grande Entreprise de la
Place de Niamey recherche UN(E) ASSISTANT(E) CONTROLE DE GESTION
Les candidats intéressés doivent impérativement transmettre un CV et une
lettre de motivation, dans laquelle ils préciseront le poste auquel ils postulent,
à l’adresse recrut.marketing@yahoo.fr, au plus tard le 12 février 2016.
Il (Elle) sera en charge notamment de :
•Analyser périodiquement les coûts et les marges et préconiser les actions
correctives, le cas échéant ;
•Vérifier la cohérence des marges par centre de profit par rapport aux comptes
clients ou par rapport aux combinaisons des canaux de distribution/secteurs
d’activités;
•Analyser selon une périodicité définie les frais fixes ;
•Mettre à jour les budgets d’investissements et les frais fixes mensualisés dans le
système ;
•Saisir et mettre à jour les prix de vente dans le système ;
•Valider les demandes d’achat dans le système ;
•Elaborer les reportings ;
•Participer à l’élaboration des budgets prévisionnels (frais fixes & marges) ;
•Assurer l’intérim du responsable
DIPLÔMES ET APTITUDES REQUISES :
• Bac + 4/5 – Finance …
EXPÉRIENCE EXIGEE :
Pas d’expérience exigée.
- Etre âgé(e), au maximum, de 25 ans en 2016.
Pour réussir dans cette mission, le(la) candidat(e) devra faire preuve de :
-Dynamisme et excellence relationnelle,
-Rigueur dans l’analyse,
-Goût du travail en équipe
-Grande capacité de travailler sous pression
-Facilité à communiquer esprit d'initiative, disponibilité.
NATURE DU CONTRAT : CDD de 06 mois.
Les candidats intéressés doivent impérativement transmettre un CV et une lettre
de motivation, dans laquelle ils préciseront le poste auquel ils postulent, à
l’adresse r_assist.gestion@yahoo.fr, au plus tard le 12 février 2016.
Jeudi 4 Février 2016
ETRANGER
13
l Libye
Une intervention militaire n'est pas d'actualité
"
urgence à intervenir, ni nous, ni la communauté
internationale", a ainsi assuré M. Gentiloni. Idem
pour son homologue français, pour qui il est hors
de question de se lancer dans une intervention
militaire. "Il n'est absolument pas question que
nous intervenions militairement en Libye", a affirmé M. Fabius devant la presse.
Le quotidien français Le Figaro avait affirmé
mardi que la France préparait des "plans pour intervenir contre Daech". "Je ne sais pas de quelle
source cela provient", a assuré M. Fabius. Un
petit groupe "fait pression, mais ce n'est pas la
position du gouvernement". "Ce qui est vrai, c'est
que nous sommes préoccupés" par la montée de
l'EI en Libye, et c'est pourquoi "il faut pousser à
la formation d'un gouvernement d'union nationale", a-t-il insisté.
La coalition contre les jihadistes semble d'accord
sur ce point: il faut un gouvernement nommé, accepté par le Parlement, et qui sera ensuite
soutenu par la communauté internationale dans
ses efforts pour en finir avec le chaos libyen. Le
Premier ministre désigné, Fayez el-Sarraj, doit
proposer cette semaine un gouvernement plus
resserré que celui rejeté le 25 janvier par le
Parlement reconnu, au motif qu'il comptait 32
ministres.
COMITE INTERNATIONAL POUR LE DEVELOPPEMENT DES PEUPLES
ONG Européenne de Développement
Tel: 20.35.23.21- Email: cispniger@gmail.com- Web Site: www.developpementdespeuples.org
BP 2513 Niamey – Yantala – rue YN-42- Arrêté N° 816/MISPD/AR/DGAPJ/DLP - NIF: 12561
Avis d'Appel d'Offres
1. l’ONG CISP Niger, lance le présent Avis d’Appel d’Offres
dans le cadre du Projet : «Assistance aux populations
sinistrées et déplacées pour une construction d'abris
d'urgences durable, réemployables et amortissables» dans
la région de Diffa; Code projet: OIM 1
pour la fourniture des articles suivants à Diffa ville :
- lot 1. 600 bâches en plastiques 10/10
- lot 2. 348 rouleaux de corde en plastique n°8 de 180
mètres
- lot 3. 24 600 œillets n°20
NB: les intéressés peuvent postuler pour un ou l'ensemble
des lots séparément avec la mention lot 1, ou lot 2, ou lot 3.
2. Les soumissionnaires intéressés, en règle vis-à-vis de
l'administration fiscale par le présent Appel d’Offres peuvent
retirer la demande d'offre auprès du Bureau de l’ONG CISP
Niger à Niamey, YANTALA, Couloir en face de l'ancienne
porte du restaurant le Toulousain - BP 2513 - Niamey.
Tel. (227) 20 35 23 21
3. Les offres rédigées et présentées conformément aux
prescriptions de la demande d'offre seront adressées à :
«Madame la Représentante pays de l’ONG CISP Niger,
BP 2513 – Niamey. »
Elles doivent être déposées au plus tard le jeudi
11 février 2016 à 12 h 00 (heure locale).
La Représentante
Jeudi 4 Février 2016
l
Il y a certes un risque que l'activité (de l'EI)
s'intensifie, mais il est très rassurant de voir
qu'il y a une très grande convergence de tous
les pays sur la nécessité de parier sur la
consolidation du processus politique qui s'est ouvert" en Libye, a affirmé son homologue italien
Paolo Gentiloni, lors d'un point presse à la fin de
la réunion. Des représentants de 23 pays membres de la coalition formée il y a un peu plus d'un
an pour combattre l'EI se sont retrouvés mardi à
Rome, après une dernière réunion à Paris en
juin. Depuis, les jihadistes ont cédé du terrain en
Irak et subi des revers en Syrie, mais accentué
leur emprise sur la Libye.
"La menace est lourde pour les pays du Sahel
mais aussi pour les pays européens", a averti le
ministre français des Affaires étrangères, Laurent
Fabius, devant la presse. "La dernière chose que
nous voulons dans le monde, c'est un faux califat ayant accès à des milliards de dollars de
revenus en pétrole", a ajouté M. Kerry.
Pour autant, les pays de cette coalition rechignent à s'engager sur le terrain, portant tous leurs
espoirs sur la formation d'un gouvernement
d'union nationale en Libye, qui peine pourtant à
se matérialiser. "Le temps est compté pour
stabiliser la Libye, mais nous n'avons aucune
DR
L'organisation Etat islamique (EI) étend son emprise sur la
Libye, mais la coalition internationale formée pour la combattre, réunie mardi à Rome, n'est pas encore prête à intervenir militairement sur le terrain. En Libye, nous sommes
sur le point d'avoir un gouvernement d'unité nationale et
cela empêchera Daesh (acronyme de l'EI en arabe) de prendre le contrôle de l'avenir du pays", a assuré le secrétaire
d'Etat américain, John Kerry, à l'ouverture de cette réunion.
Le secrétaire d’Etat américain John Kerry
Une fois ce gouvernement en place, la nature de
l'intervention occidentale en Libye reste encore
à préciser. M. Fabius a évoqué la nécessité que
le gouvernement d'union siège à Tripoli, où la
communauté internationale pourrait l'aider à s'imposer. Mais au-delà des limites de la capitale
libyenne, les choses sont plus floues. M. Kerry a
évoqué mardi la nécessité d'aller de l'avant dans
la formation des forces de sécurité, et de créer
"un environnement sûr afin de permettre à un
gouvernement d'exister et d'agir".
Dans son communiqué final, la coalition interna-
l
tionale, prudente, s'est contentée de faire part de
sa préoccupation devant "l'influence croissante"
de l'EI en Libye, et de réaffirmer sa disponibilité
pour "soutenir le gouvernement d'union nationale
dans ses efforts pour établir la paix et la sécurité
pour le peuple libyen".
Et s'il n'y parvient pas ? "On ne peut pas non plus
éternellement reculer l'objectif" et si "des personnalités se mettent en travers du chemin, on
demandera des sanctions à leur encontre", a affirmé M. Fabius.
(AFP)
Etats-Unis
Obama se rend dans une mosquée à
Baltimore
Barack Obama s’est rendu mercredi dans une mosquée pour défendre la liberté de religion, mais aussi pour dénoncer, selon les termes de la Maison
Blanche, la "stratégie cynique" de certains ténors républicains qui alimentent les amalgames entre islam et terrorisme.
n se déplaçant, à neuf mois du scrutin qui désignera son successeur, dans
une mosquée de Baltimore (Maryland, nord-est des Etats-Unis), le président américain veut marquer les esprits. C'est la première fois, depuis son
arrivée au pouvoir, qu'il se rend dans un lieu de culte musulman sur le sol américain. Cette visite chargée en symboles intervient plus de six ans après le discours
du Caire (juin 2009). Dans cette allocution, entamée en arabe par un "Salam aleikum" ("Que la paix soit sur vous"), Barack Obama avait appelé à tourner la page
d'un "cycle de méfiance et de discorde" entre les Etats-Unis et le monde musulman.
Depuis que le milliardaire Donald Trump, candidat à la Maison Blanche, a proposé d'interdire, temporairement, l'accès des musulmans aux Etats-Unis par
crainte d'attentats jihadistes, le président américain dénonce sans relâche la tentation de jouer sur les peurs et met en garde contre les stéréotypes "contre-productifs". "Lorsque des politiques insultent les musulmans (...) cela ne nous rend
pas plus en sécurité", lançait-il début janvier devant les deux chambres du
Congrès. "C'est une trahison de ce que nous sommes en tant que pays."
Selon Josh Earnest, son porte-parole, la mosquée est "le lieu adapté pour dire
clairement (...) que personne, candidat ou pas, ne devrait se croire autorisé à mettre en danger la liberté de religion". Selon le Pew Research Center, quelque 3,3
millions de musulmans vivent aux Etats-Unis, représentant environ 1% du total
de la population. Cette proportion devrait doubler d'ici 2050. Lors de cette visite de
la Société islamique de Baltimore, qui gère un vaste complexe comprenant aussi
une école primaire et une crèche, le président américain participera à une table
ronde avec des représentants de la communauté musulmane. Il prononcera un
discours au cours duquel il devrait aussi appeler ces derniers à assumer pleinement leurs responsabilités.
(AFP)
E
AVIS DE PERTE
Avis est donné par l'Etude de Me MAHAMANE NAKOBO, Notaire à
Niamey B.P. 10.453, Tél. 73 43 51, de la perte de l'acte de cession objet
de la parcelle B de l'îlot n°1565 lotissement Karagué d'une superficie de
600 m2 au nom de Monsieur YORRI YABRE.
Toute personne qui l'aurait retrouvé est priée de bien vouloir le déposer à
l'Etude ci-dessus indiquée.
Me MAHAMANE NAKOBO
ANNONCES
14
Projet de Réalisation de Travaux de Construction de Centre de Sante
SOLLICITATION DE MANIFESTATION D’INTERET No 01/16/
Qatar Charity Niger
Sélection d’entreprises, de fournisseurs et prestataires de services
pour la réalisation des activités dans le domaine des
infrastructures, sécurité alimentaire et administration de Qatar
Charity au Niger
Avis d’Appel d’Offres N°01/15/Q. Charity
Sélection d’entreprises pour la réalisation de travaux de
construction et équipement de cinq (5) centres de santé dans les
régions de Dosso, Niamey et Tillabéry
1. Objet de l’appel d’Offres
Dans le cadre de ses activités d’appui au secteur de la santé au Niger, Qatar
Charity a acquis un financement pour la construction et l’équipement de cinq
(5) centres de santé répartis en deux (2) lots comme suit :
Les entreprises nigériennes intéressées par le présent avis d’appel d’offres, en
règle vis-à-vis des lois et règlements en vigueur au Niger, sont invitées à
présenter leurs offres sous pli fermés.
2. Retrait des Dossiers d’Appel d’Offres
Le Dossier d’Appel d’Offres rédigé en langue française peut être retiré auprès
de l’ONG Qatar Charity, base de Niamey sise au Village de la Francophonie,
BP 2744, Tel +227 20733125, dès le mardi 09 février 2016, contre paiement
d’une somme non remboursable de cinquante mille (50.000) francs CFA.
3. Dépôt des offres
Les offres seront déposées auprès de l’ONG Qatar Charity, base de Niamey
sise au Village de la Francophonie, BP 2744, Tel +227 20733125, au plus tard
le mardi 23 février 2016 à 16H heures.
4. Ouverture des plis
Les plis seront ouverts le mercredi 24 février 2016 à 10h00 dans la salle de
réunion de l’ONG Qatar Charity par une commission ad hoc d’ouverture des
offres en présence des soumissionnaires ou de leurs représentants dûment
mandatés.
Dans le cadre de ses activités d’appui aux secteurs sociaux de base au Niger, Qatar Charity se
propose de sélectionner des partenaires selon les lots ci-après :
-Lot 1 : Construction et équipement d’infrastructures communautaires et sociales : centres de santé,
ouvrages hydrauliques, salles de classes, logements sociaux, mosquées dans toute l’étendue du
territoire du pays
-Lot 2 : Bureautique et Entretien de matériel informatique et électronique : Base de Niamey et
Antenne de Tahoua
-Lot 3 : Entretien Matériel de climatisation et Maintenance Electricité
-Lot 4 : Travaux d’impression et calligraphie
-Lot 5 : Intrants Agricoles, Vivres et Bétail
-Lot 6 : Prestataires diverses.
La fourniture des travaux, biens et services est confiée aux entreprises, fournisseurs et prestataires
dûment autorisées par les autorités et services compétents du Niger.
Les dossiers de manifestations d’intérêt doivent comporter les pièces ci-après :
Lot 1 :
-Une lettre adressée au Directeur Pays de Qatar Charity au Niger précisant la catégorie de
l’entreprise, son expérience, les activités et les zones d’intervention ou de prédilection
-Une présentation de l’entreprise
-Le registre de commerce
-L’attestation du NIF
-L’agrément régional ou national
-Les attestations de bonnes fins
-L’ASF
-Tout autre document pouvant plaider en faveur de la présélection de l’entreprise.
Lots 2 à 6 :
-Une lettre adressée au Directeur Pays de Qatar Charity au Niger précisant la catégorie de
l’entreprise, son expérience, les activités et les zones d’intervention ou de prédilection
-Le registre de commerce
-L’attestation du NIF
-L’ASF pour le lot 6
-Tout autre document pouvant plaider en faveur de la présélection du fournisseur/prestataire.
Les entreprises, fournisseurs et prestataires de service intéressés peuvent déposer leurs dossiers,
en précisant les lots pour lesquels ils soumettent, à compter de la date de publication de cet article
au siège de Qatar Charity Niger à Niamey sis au Village de la Francophonie, BP : 2744 ; téléphone
: 20-73-31-25 ou au bureau de son antenne de Tahoua sis au quartier Nassaraoua non loin de la
direction régionale de l’environnement, téléphone : 20-61-03-78.
LE DIRECTEUR PAYS
SOUIBGUI Mohamed Tahar
Direction des Ressources Humaines
Talent Acquisition & Talent Management
AVIS DE RECRUTEMENT EXTERNE
Dans le cadre de ses activités, Celtel Niger opérant
sous la marque Airtel, recherche :
UN (1) RESPONSABLE INFORMATIQUE DES
PROJETS ET DE LA GOUVERNANCE
Rend compte au : DIRECTEUR INFORMATIQUE
Niveau de fonction : MANAGER
Mission Principale du poste :
Description du Poste :
•Coordonner et suivre tous les projets informatiques
liés aux clients.
•Préparer et suivre le plan d'exploitation annuel
(AOP).
•Examiner et publier divers rapports de gestion, les
améliorations dans divers rapports de gestion
informatique de conduite, le suivi et l'optimisation des
actifs.
•Suivre et traiter les paiements des partenaires en
mettant en chèques et bons soldes selon les termes
et les conditions contractuelles.
•Aider dans diverses enquêtes de satisfaction IT
(interne et le partenaire) selon la fréquence convenue.
•Connecter, monitorer, répondre et indiquer les
questions de gouvernance avec des partenaires.
•Faciliter un meilleur contrôle et suivre les partenaires
informatiques, les actifs et les ressources financières.
•Mettre en œuvre le cadre pour la gestion et
l'utilisation efficace des partenaires dans la prestation
de projets du IT.
•Escalader rapidement les problèmes / conflits par le
processus de gouvernance pour une résolution plus
rapide des problèmes.
•Suivre et surveiller l'utilisation des ressources
informatiques par les équipes informatiques et
souligner la variance des attentes pour permettre à la
direction de maintenir des niveaux optimaux
•Mettre en œuvre les bons freins et de contrepoids au
sein des systèmes pour mesurer la performance et la
prestation des partenaires.
•Agir en tant que SPOC pour l'exécution du plan IT
annuel et assurer l'achèvement des projets ciblés.
•Faciliter le déploiement en temps opportun des
enquêtes de leadership et de la satisfaction de «
grass-root » pour identifier les besoins de
l'organisation et des plans d'action d'entraînement par
les partenaires.
•Identifier les besoins de développement de l'équipe
de la gouvernance et veiller à ce que ceux-ci soient
remplis d'une manière planifiée.
•Créer un climat organisationnel, la culture positive et
motiver l'équipe pour atteindre les objectifs individuels
et d'équipe.
•Préparer et publier des rapports de prévision
•Assurer l'utilisation du budget IT par l'équipe
informatique selon l'AOP.
•Évaluer les dépenses en comparant l'actuel avec le
budget dépense et d'analyser la raison de la variance.
•Diriger la publication du rapport financier sur la base
des résultats d'analyse.
•Recommander et surveiller les actions correctives qui
doivent être inculqué, contrôler les coûts et supprimer
les lacunes dans les dépenses du IT par les équipes
informatiques.
•Préparer et distribuer le fichier de répartition des
coûts pour financer à temps.
•Conduire les améliorations dans les rapports de
gestion
•Coordonner l'évaluation des actifs du IT avec ses
partenaires, l'équipe d'évaluation et l'équipe de la
Finance.
•Résoudre les questions liées contractuellement aux
actifs.
• Opérationnaliser le processus clés dans la zone de
gestion d'actifs.
Responsabilités additionnelles:
• Soutenir et coordonner toutes les questions liées à
tous les services IT / produits qui sont utilisés
directement par les clients
• Gestion de bases des données
Qualifications et compétences requises :
•Ingénieur en Télécom / IT.
•Licence en anglais
•Bonne communication & présentation
•Capacité à analyser et préparer divers rapports
•Création et entretien des relations avec les clients
internes et externes
•Leadership
•Capacité à travailler sous pression
•Capacité à travailler avec divers groupes
hétérogènes
•Capacité à favoriser l'amélioration continue /
changement
•Capacité d'influencer les différentes parties
prenantes
Les dossiers de candidature comprenant :
-une lettre de candidature
-un CV
-une copie légalisée de l’acte de naissance
-une copie légalisée du certificat de nationalité
-une copie légalisée de tous les certificats,
attestations et diplômes
- un casier judiciaire datant d’au moins trois (3) mois
Doivent être envoyés à l’adresse suivante
recrutements@ne.airtel.com au plus tard le Vendredi
05 Février 2016 à 12h00 heures.
N.B : Seuls les candidats (es) sélectionné (es)
seront contactés (es).
Tout dossier transmis ne peut être retiré.
Jeudi 4 Février 2016
SCIENCES ET TECHNOLOGIE
Les 5 tournants de notre
vie professionnelle
Notre carrière aussi obéit à des cycles.
A chaque âge ses remises en question,
ses réorientations. Pierre Blanc-Sahnoun, thérapeute spécialisé dans le
coaching des cadres, explique comment prévoir et gérer les plus classiques.
Tout a commencé à aller de travers le
jour où Gérard a été nommé directeur
général de son entreprise. Pourtant, ce
poste, il en avait rêvé ! C’était la consécration de vingt ans de carrière.
"Brusquement, j’avais une impression
de flou, d’irréalité, se souvient-il. Je ne
savais plus à quoi rimaient mes quinze
heures de boulot par jour. Une question
me taraudait : et maintenant ?" Son entourage ne le reconnaissait plus, il devenait taciturne, irritable. En réalité,
Gérard traversait une crise de désorientation professionnelle courante, déclenchée par le fait qu’ayant atteint son
objectif de carrière il avait perdu son
horizon.
Certaines personnes ne traversent jamais de crise professionnelle, mais
elles sont relativement rares. Car la
plupart d’entre nous rencontrent, une
ou deux fois dans leur carrière, une
rupture, une profonde remise en question ou une réorientation. Celles-ci ne
sont pas forcément préjudiciables à
l’individu. Il est même possible de s’en
servir pour rebondir ; la vie professionnelle, en effet, progresse par à-coups,
déchirements, deuils et conflits intérieurs dont la résolution permet souvent de grandir et de passer à l’étape
supérieure.
Le premier étage de la fusée-entreprise, sa rampe de lancement, c’est l’école. Mêmes horaires, mêmes
contraintes, même exigence de résultat, même distinction entre les "bons"
et les "mauvais". Dans certaines
familles, les études sont investies d’un
enjeu quasi obsessionnel. Sur ce ter-
Ayant perdu leurs anciens repères, ils
surinvestissent leur vie professionnelle
sans l’avoir vraiment choisi et s’adonnent sans modération aux premières
ivresses du travail salarié. Ils se
suradaptent à l’entreprise, lui appliquent abusivement les seuls modèles qu’ils connaissent : celui de la
famille (faire plaisir à son chef, être le
préféré ou le rebelle, le second, etc.)
ou celui de l’école (avoir de bonnes
notes, préparer parfaitement ses
dossiers, faire ses devoirs le dimanche
à la maison…).
Cette période engendre une intense fatigue physique : le changement de rythme biologique coïncide avec les
premières responsabilités familiales.
La plupart du temps, une étape importante est franchie lorsque le jeune professionnel se heurte à ses premiers
échecs.
30 ans : Surmonter ses premiers
Comment se protéger du
stress ambiant ?
Une famille recomposée, un travail
prenant, des temps de transport interminables… Autant d’occasions d’être
atteint par les tensions des autres.
Notre journaliste a testé plusieurs
exercices pour rester calme.
J’ai le « profil idéal », comme disent les
chasseurs de têtes… Personne n’en
doutait au cours de cette réunion de rédaction : s’il fallait un cobaye pour essayer les trucs antistress, c’était
vraiment moi, avec ma grande famille
recomposée (cinq enfants), dispersée
entre banlieue parisienne et campagne, des adolescents en pleine rentrée (seconde, terminale, départ à
l’étranger, premier job…) et en pleine
crise. Il me faut calmer l’angoisse des
uns, soutenir et inciter à l’effort les
autres, rassurer et garder l’oeil, tout en
demeurant calme, souriante et détendue.
Même chanson au journal : résister à
la pression qui monte au même rythme
que le retard des articles, organiser le
travail, écouter, rassurer… Tout cela ne
va pas de soi, surtout lorsque les tensions s’accumulent et que la récupération devient difficile : je n’arrive plus à
débrancher le soir. « Tu choisis
quelques méthodes et tu testes les exercices très simples que te donneront
les spécialistes », m’indique ma rédactrice en chef. Bonne idée ! Il ne me
reste plus qu’à trouver le temps de les
caser… ce qui me stresse un peu.
La sensorialité
Je prends rendez-vous avec une spécialiste de la sensorialité. Régine ZekriHurstel, neurologue, n’est pas surprise
lorsque je lui explique mon cas. « Le
stress de “l’autre” est contagieux, parce
que la personne que l’on connaît fonctionne alors différemment, analyse-telle. Son stress entraîne un
changement de rythme qui ne correspond plus au nôtre : accélération des
mouvements, changement de tonalité
de la voix… En retour, nous réagissons
à ces stimuli par une augmentation de
notre propre stress, réalimentant le
problème, etc. »
22 nov. - 21 dec.
Gardez vos objectifs en
tête quand vous faites du
sport. Ça aide à comprendre pourquoi on sue à
grosses gouttes !
S A G I T TA I R E
Une mise à jour dans votre
dressing, une petite coupe
chez le coiffeur... Vous
aurez l’impression d’avoir
rejeuni de vingt ans.
Jeudi 4 Février 2016
22 aout - 21 sept.
23 juillet - 21 aout
L I O N
VIERGE
Vous risquez de perdre une
somme d’argent si vous ne
défendez pas mieux vos
intérêts.
mal, sa part de contrat.
BALANCE
Les plus grandes idées viennent toujours
d’un imaginaire débridé...Sentez-vous
concerné !
CAPRICORNE
VERSEAU
Ne restez pas avec des
D’une relation privilégiée vous
questions sans réponses.
Mieux vaut avoir des avis
divergents que rien du tout.
22 juin - 22 juillet
celui qui ne remplit pas ou
viendra une grande force intérieure.
CANCER
Ne faites pas le boulot à la place
des autres ! A ce rythme, vous
vous fatiguerez rapidement.
SCORPION
Quelques dépenses néces-
22 oct. - 21 nov.
plines fortement conseillées.
GEMEAUX
Dans une affaire, attention à
saires vous donnent des frissons, mais rien d’inquiétant à
l’horizon.
POISSONS
Vous refusez de voir les
19 fev. - 20 mars
Yoga et tai-chi sont des disci-
21 mai - 21 juin
pour libérer votre esprit.
TA U R E A U
Investir, c’est bien, mais il
faut être assuré du retour des
sommes avec plus-value. Ne
dépensez pas sans voir plus
loin.
22 sept. - 22 oct.
BELIER
Prenez soin de votre corps
21 janv, - 18 fevrier
21 mars - 19 avril
Un petit garçon malade a demandé
son infirmière en mariage
20 avril - 20 mai
H O R O S C O P E
MAIS VRAI
Depuis le mois de novembre, Gideon Robinson passe
ses journées à l'hôpital de
San Diego, en Californie.
Fin 2015, ce petit garçon de
5 ans s'est vu
diagnostiquer une leucémie aiguë
lymphoblastique, une forme
rare et très brutale de cancer. Pourtant, le jeune passionné de super-héros ne se
laisse pas abattre et continue de s'amuser autant
que possible, bien aidé par
des infirmières bienveillantes.
L’enfant s'occupe ainsi en se
déguisant, en dévorant des
comics et en construisant
d'imposants édifices en
Lego.Il a tenu à remercier
l'une de ses infirmières, qu'il
surnomme affectueusement
"La grande Sarah", en... la
demandant en mariage. Une
séquence aussi touchante
qu'émouvante.
Le Huffington Post
échecs
"J’ai démarré sur les chapeaux de
roues, se souvient Annelise, jeune et
brillante assistante de direction. Tout le
monde me disait que j’étais formidable,
on applaudissait la moindre de mes initiatives. Et puis j’ai changé de service
et, là, j’ai eu l’impression que ma cote
s’effondrait." Suivie en coaching pour
une grave perte de confiance, Annelise
illustre la crise des 30 ans. Il est normal
de se tromper, de ne pas toujours
atteindre ses objectifs. Mais pour ces
jeunes professionnels soucieux de bien
faire, l’erreur est vécue comme une insupportable dévalorisation.
Toute l’entreprise est organisée de
façon à gratifier celui qui y contribue,
fût-ce au prix de son identité. Elle stigmatise le perdant, le loser, alors que
l’échec remplit, dans la vie professionnelle, le même rôle que le principe de
réalité dans le développement de la
personnalité. C’est lui qui fonde réellement l’expérience et la compétence,
qui permet de réaliser son potentiel, qui
apprend à encaisser les coups et à dissocier l’objectif professionnel assigné
de l’identité profonde de la personne
qui, elle, est permanente.
Mais surmonter l’échec implique
d’abandonner l’idée que tout dépend
de notre propre volonté pour reconnaître humblement que le patron, les
consommateurs, les collègues n’ont
pas forcément le même raisonnement
ni les mêmes objectifs et que l’on n’a
pas toujours de prise sur eux. Etre capable d’intégrer ou, mieux, de revendiquer ses échecs permet de passer une
étape supplémentaire dans la vie professionnelle.
Votre travail vous motive-t-il ?
Le premier job est une naissance. Il implique un changement d’image de soi
et un changement d’environnement :
renoncer à l’adolescence et au confort
du domicile parental, choisir de s’identifier à un métier, à un secteur, à une
entreprise avec ses rites et ses valeurs.
Certains, incapables de faire ce deuil,
se réfugient dans le statut d’éternel étudiant. D’autres foncent tête baissée
dans la vie active.
22 dec. - 20 janvier
I N C R O YA B L E
rain s’expriment les espoirs et les projets de la génération "du dessus", dont
la réalisation est déléguée à celle "du
dessous". Dans d’autres familles, les
enfants ne peuvent pas faire d’études
supérieures et devront attendre des années avant de se recycler grâce à une
formation professionnelle ou de se
débarrasser du "complexe de l’autodidacte". D’où la première crise professionnelle : celle des 23-25 ans.
25 ans : Surinvestir l’entreprise
A découvrir
Testez-vous !
15
choses en grand et c’est à
votre désavantage.
Psychologie.com
PHARMACIES DE GARDE
Du Samedi 30 Janvier
t
t
t
t
t
t
t
t
t
t
t
t
t
t
t
t
t
t
t
Samedi 06 février 2015
Pharmacie du 3 Août
Avenir
El Nasr
Thérapies
Arewa
Arènes
Carrefour 6ème
Tadjédjé
Temple
Deyzeibon
Recasement
Cité Chinois
Sira
Camping
BCEAO
Lazaré
Route Torodi
Populaire Soni Ali Ber
Pop. Hôpital (sauf les dimanches)
NUMEROS UTILES
Renseignements :
Réclamations:
SAMU:
Police Secours:
Sapeurs Pompiers :
Hôpital :
Médecins de nuit:
12
13
15
17
18
20 72 22 53
20 73 47 37
SPORTS
16
l Jeux Olympiques
Zika et la crise freinent Rio dans son sprint final
Ce devait être un sprint final sans obstacles. Ce sera un 110
mètres haies: l'alerte au virus Zika et la crise économique perturbent les derniers préparatifs des jeux Olympiques de Rio, qui
débuteront dans six mois.
LE SAHEL
Place du Petit Marché ;
BP 13182 Niamey (R. Niger)
Tél : 20 73 34 86/87 ; Télécopieur : 20 73 30 90
Courriell : onep@intnet.ne
Site web : www.lesahel.ne
Directeur de Publication
MAHAMADOU ADAMOU
Direction de la Rédaction et des Centres Régionaux (DR/CR)
Directeur : Assane Soumana ; 20 73 99 86
Rédacteur en chef: Idé Fatouma
Rédacteur en chef Adjt: Siradji Sanda
Secrétaire de Rédaction: Oumarou Ali
Direction Technique (DT)
Directeur: Issa Madougou ; 20 73 99 87
Réd. chef informatique adjt: Inoussa Oumarou
MOTS
C
R
O
I
S
E
S
Direction Commerciale (DC)
Directeur: Morou Hamadou 20 73 22 43
Chef service Communiqué et Pub : Alhassane Assilila
Direction Administrative et Financière (DAF)
Directeur: M. Ibrahim Garba Mahamane. 20 73 99 85
du
DR
l
Des agents municipaux de Rio de Janeiro chargés de la lutte contre
le virus Zika, le 26 janvier 2016 au Sambodrome
Les JO de Rio coûteront au total 39,1 milliards
de réais (9,8 mds de dollars au cours actuel),
soit un quart du coût des Jeux de Pékin en
2008.
Si la construction des enceintes sportives et
des infrastructures de transport, financées de
longue date, ne sont pas affectées par la crise,
en revanche Rio-2016 a dû tailler jusqu'à 20%
dans son budget opérationnel de 1,8 md USD.
- Régime sec riz/haricots noirs Sa trésorerie dépend en effet des contributions
de partenaires locaux frappés de plein fouet
par la crise. Mais aussi de la vente des billets:
or seules 50% des places réservées aux
Brésiliens ont été vendues.
Du coup, les athlètes seront privés de télévision dans leurs chambres. Et les VIP seront
mis au régime populaire brésilien: riz-haricots
noirs.
Le nombre de volontaires a été réduit de
70.000 à 50.000. Un projet de tribune provisoire pour assister aux compétitions d'aviron a
été abandonné.
"Si l'on songe aux circonstances dans
lesquelles doivent travailler nos amis
brésiliens, on doit lever notre chapeau et ap-
HORIZONTALEMENT
1.Arbre aux vertus anti-paludéennes ;
2.Ancien bloc de l’Est - Coloris ;
3.Direction sur la rose - Perforer ;
4. Article - Personnel ;
5.Pomme - Mode vestimentaire ;
6.Consonnes - Possessif ;
7.Colère retournée- Tondu - Pour montrer ;
8.Grondas - Homme d’Etat ivoirien (Initiales) ;
9.Syndicat d’enseignants- Archevêque sud-africain ;
10.Ingrédient culinaire.
1
2
3
4
5
6
7
VE
R
T
I
C
AL
E
M
E
N
T
8
précier tout le travail qu'ils font pour les JO", a
salué la semaine dernière à Athènes le président du Comité olympique international,
Thomas Bach.
Pas question en revanche de lésiner sur la
sécurité à Rio, ville aux indices de criminalité
très élevés où le combat contre les trafiquants
de drogue subit des revers.
En outre, depuis les attentats meurtriers de
Paris en 2015, les forces de sécurité se préparent pour "le pire scénario", même si le
Brésil n'a jamais connu d'acte terroriste.
Un dispositif massif de 85.000 policiers et militaires -le double de Londres-2012- fera de Rio
"la ville la plus sûre du monde pendant les JO",
promet M. Andrada.
Sur le front de l'organisation, le principal motif
d'inquiétude porte sur la nouvelle ligne 4 du
métro, qui reliera en 13 minutes les plages
touristiques au quartier olympique de Barra de
Tijuca (ouest).
Stratégique dans le plan de mobilité des Jeux,
elle est prête à 83% et doit être inaugurée
début juillet. Un délai serré sans aucune marge
d'erreur.
AFP
1.Plaisanteries parfois ironiques ;
2. Cendrier - Souche ;
3.Préfixe de parité - Centre de formation de l‘ USTN
4. Pieuses initiales - Barre de fer - Elle fume à Malbaza ;
5.Lettre - République du Sahara occidental ;
6. Indiens- Amas ;
7. Suffixe professionnel - A moi - Consonnes ;
8. De la métropole de Côte d’Azur- Liquide trouble ;
9. Aliboron- Centrale syndicale ;
10. Date consacrée à la fête de l’arbre.
9 10
1
2
3
4
5
6
7
8
Chef service Recouvrement: Mme Ado Haoua Hachimou
9
Composition : ONEP
Tirage : 5000 exemplaires
10
d u
L
Barra da Tijuca (ouest) sont prêts à 97%, le
reste des enceintes sportives à plus de 70%.
Les nouvelles infrastructures de transport,
principal héritage des Jeux pour les Cariocas,
avancent dans les délais. Et les budgets sont
respects.
A défaut d'engouement palpable, les JO ne
suscitent pas de rejet populaire comparable à
celui qui s'était déchaîné un an avant le Mondial, lors des grandes manifestations de juin
2013.
Tout irait bien ou presque donc, si le virus Zika
et la pire récession économique depuis les années 1930 ne s'étaient invités à la fête à la
dernière minute.
Le Brésil est à l'épicentre d'une flambée continentale de virus Zika, transmis par le moustique Aedes aegypti et fortement soupçonné
d'être responsable de l'explosion de naissances de bébés microcéphales.
- Répulsif anti-moustique L'OMS vient de décréter une "urgence de
santé publique mondiale". Et comme plusieurs
pays dont les Etats-Unis, le gouvernement
brésilien a recommandé aux femmes enceintes d'éviter de se rendre au Brésil.
"Nous sommes inquiets mais sûrs de gagner
cette bataille. Le virus n'affectera pas les
Jeux", a assuré mardi Mario Andrada.
"En août, le nombre de moustiques diminue
drastiquement et le nombre de cas de virus
Zika suivra cette chute", a plaidé le chef des
services médicaux du Comité, Joao Grangeiro.
Athlètes et touristes recevront des conseils de
prévention, comme porter des manches
longues et s'enduire de répulsif anti-moustiques.
'ici là, les autorités vont s'atteler à éradiquer
les foyers de prolifération des moustiques
dans les zones olympiques. "Nous avons le
budget pour cela", a assuré M. Andrada, malgré les difficultés financières de Rio-2016.
S o l u t i o n
e 5 août, la flamme olympique s'allumera
dans le légendaire stade Maracana, marquant le coup d'envoi des premiers jeux
Olympiques de l'histoire en Amérique du Sud.
Et les 10.500 meilleurs athlètes de la planète
rivaliseront pendant deux semaines en quête
de records et de médailles dans un décor naturel de cinéma.
L'homme le plus rapide du monde, le Jamaïcain Usain Bolt, jaillira des starting-blocks sous
la statue du Christ Rédempteur. Les régates
de voile partiront à l'ombre du Pain de sucre.
La plage de Copacabana, en plus des tournois
de beach-volley, verra défiler cyclistes sur
route, marathoniens et triathlètes.
Ce sera "une fête inoubliable", promet Mario
Andrada, porte-parole du Comité d'organisation Rio-2016, alors que l'auto-proclamée "Ville
merveilleuse" se prépare depuis 2009 pour accueillir le plus grand événement sportif mondial avec le Mondial de football.
Des années d'interminables chantiers qui ont
souvent rendu cauchemardesque le quotidien
des Cariocas.
- Baie polluée Certes, les autorités ont manqué leur pari de
dépolluer la somptueuse baie de Guanabara,
où les égouts de cette ville de 6,5 millions
d'habitants déversent toujours des rivières
d'excréments et d'ordures.
Des barrages flottants seront, faute de mieux,
installés autour des zones de régate pour contenir les détritus.
Mais Rio-2016 jure que la santé des athlètes
ne craint rien, malgré des rapports inquiétants
sur les bactéries en tous genres qui y pullulent.
Hormis cet échec cuisant, les organisateurs
ont rendu une copie propre, aux antipodes de
la préparation chaotique du Mondial-2014 de
football, avec ses stades très en retard et surfacturés.
Le Parc et le village olympique du quartier de
numéro précédent
C A N A D A A A M R
O A O I I A G A I A
U R I N E R A R D R
V A R E U S E A I I
E S A S A D O L A S
R A P S G A N O U S
T R I E R E A B A I
U O S A O M N I U M
R U A
S U E N A T
E X C E P T I
O N S
Jeudi 4 Février 2016
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
10
Taille du fichier
4 180 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler