close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

/H MRXUQDO - Syndicat de l`enseignement de la Pointe-de

IntégréTéléchargement
Vol. 16, No 21 | Le 8 février 2016
/HMRXUQDO
UpDOLVpSDUOH
→
POUR TOUTES ET TOUS
> L e mardi 8 mars 2016 dès 16h :
activité sociale pour la Journée
internationale des femmes
Lieu : Boston Pizza d’Anjou (7300,
boul. des Roseraies à Anjou)
PERSONNES DÉLÉGUÉES
>> L e mardi 16 février 2016 à
16h00 : Conseil des personnes
déléguées
Lieu : à l’Église Notre-Dame
d’Anjou (8200, place de
l’Église, Anjou(Qc) H1K 2B3)
Conférence
de Marcia Pilote
le samedi 12 mars
de 12h à 17h au
Moulin neuf de l’Île-desMoulins à Terrebonne
L’inscription officielle est en
cours. Si vous n’avez pas
répondu au sondage en
décembre, mais que l’activité
vous intéresse, contacteznous par téléphone au
(514) 645-4536 pour
réserver votre place. Faites
vite, les places étant limitées !
dito
EN DIFFICULTÉ, COMPARÉS
À QUI ?
Les directions d’écoles privées tenteraient de profiter du changement
de titulaire à la tête du ministère
pour réclamer plus de financement,
lequel leur permettrait d’accueillir des EHDAA. C’est la première
prémisse d’un article paru dans La
Presse vendredi dernier.
La lecture du premier paragraphe à
peine terminée, une lumière rouge
s’est allumée. Le privé veut fonctionner à l’inverse du public. Recevoir
le financement à priori et accueillir,
après sélection quant au type de difficulté, un certain nombre d’élèves
considérés HDAA.
Il y a déjà anguille sous roche lorsque
d’emblée la Fédération des établissements d’enseignement privés
(FEEP) admet qu’une partie de ces
sommes servirait à alléger le fardeau
fiscal de ses écoles. Il semblerait que
de plus en plus de parents ont de
moins en moins le moyen de payer
la facture.
Après avoir admis qu’on veut plus
de financement pour réduire la facture aux parents, on peut rapidement commencer à les soupçonner
de vouloir trier sur le volet le type
d’élèves en difficulté admissible
dans ses établissements. Être de
mauvaise foi, on penserait tout de
suite que ne seront sélectionnés que
les élèves ayant le profil attendu. On
n’a pas besoin d’aller beaucoup
plus loin dans le texte pour lire une
Luc Ferland | lucferland@sepi.qc.ca
citation d’un économiste-lobbyiste
engagé par la FEEP qui dit qu’en
échange d’un meilleur financement, il prétend qu’il n’est plus qu’à
hauteur de 40 %, donc qu’avec un
financement de 60 %, ses établissements pourraient accueillir 10 à 15 %
d’élèves en difficulté. Oups… on ne
parle déjà plus de handicap.
Je suis convaincu qu’une fois les
hausses de financement obtenues,
s’il y a lieu, on trouvera le moyen de
nous faire la démonstration qu’on
accueille 10 à 15 % d’élèves en difficulté… d’apprentissage. L’exercice
est simple à faire. Ces établissements
auront toujours deux ou trois élèves
par groupe dont les notes se situent
15 à 20 points sous la moyenne,
toujours très haute, du groupe ou
du niveau. Pire encore, un élève
est, à l’occasion, sous la note de
passage. On vient ainsi d’identifier
facilement les élèves en difficulté
d’apprentissage ! Tout dépend des
comparables.
Probablement que la Fédération
autonome de l’enseignement (FAE)
devra de nouveau faire valoir sa position sur la place publique, laquelle
est à l’effet de diminuer graduellement le financement public des
écoles privées. Je suis assuré qu’une
majorité d’entre vous accueillerait
en classe régulière, dès demain matin, ces élèves « en grande difficulté ».
Bonne semaine !
H$YHQXH_0RQWUpDO4XpEHF+%3
7pO_7pOpF
FRXUULHU#VHSLTFFD_ZZZVHSLTFFD
SST
Sylvain Frenette | sylvainfrenette@sepi.qc.ca
La température dans nos milieux de travail
Le confort est un état dans lequel se trouve un occupant
lorsque son corps peut rejeter sans gêne, dans l’environnement, la chaleur qu’il produit tout en maintenant constante
sa température. Ce confort thermique dépend de facteurs
de risque pour la santé et la sécurité du travailleur qui sont
liés aux conditions individuelles et à sa situation de travail. Par
exemple, la fatigue, l’habillement inadéquat, la déficience
alimentaire, l’existence de troubles sanguins ou circulatoires,
la consommation d’alcool ou de tabac, etc. sont des facteurs reliés à la personne. Quant aux facteurs reliés à la situation de travail, on retrouve, notamment, la température
de l’air, la vitesse de l’air (indices de refroidissement), le taux
d’humidité de l’air, la durée de l’exposition au froid.
Cadre juridique
Le Règlement sur la santé et la sécurité du travail, R.R.Q.,
S-2.1, r.13, dans la section XII, on précise que dans tout local
fermé une température convenable doit être maintenue,
compte tenu de la nature des travaux qui y sont exécutés
ainsi que des conditions climatiques extérieures; si une telle
température ne peut être raisonnablement maintenue, un
endroit chauffé doit être mis à la disposition des travailleurs.
La Loi sur la santé et la sécurité du travail, L.R.Q., chapitre
S-2.1, précisent des obligations de l’employeur en matière
de chauffage et de qualité de l’air. Ce dernier doit, notamment, contrôler la tenue des lieux de travail et fournir une
aération et un chauffage convenable.
La température
L’Américan society for heating, Refrigerating and Air conditioning Engineers (ASHRAE) suggère une température ambiante variant de 20° à 23° C et un taux d’humidité relative
d’au moins 30 %. Cependant, selon le type d’activité, par
exemple dans un gymnase, la température minimale suggérée peut être de 16° C.
Le signalement
Que faire si on constate que la température ambiante affecte notre confort thermique ?
IMPORTANT
PAIEMENT DES DÉPASSEMENTS
1.
Vérifiez la température pour tout local concerné. La
grande majorité des écoles ont des détecteurs de température. Notez le numéro du local et sa température.
Des prises de température à intervalles peuvent aussi
être effectuées.
2.
Prévenir la personne déléguée syndicale de votre établissement.
3.
Informer la direction de la nature du problème et s’enquérir des solutions qu’elle entend y apporter dans les
plus brefs délais.
4.
Informer le syndicat en cas d’urgence ou si vous jugez
que les solutions, les réponses ou les délais sont déraisonnables ou inacceptables.
5.
Si la température est sous le seuil acceptable et que le
froid persiste, prévoyez des périodes d’arrêt de travail
avec les élèves et pensez à effectuer des exercices qui
augmenteront la température corporelle. Un rassemblement au gymnase, par exemple, est envisageable
quand la situation est à grande échelle.
6.
Quand la situation touche plusieurs personnes ou l’ensemble de l’établissement, il est important d’agir collectivement.
Il est de la responsabilité de la direction d’établissement de procéder au signalement et d’assurer un suivi de la requête auprès
des ressources matérielles de la commission scolaire. En cas
d’inertie de cette dernière, veuillez contacter votre syndicat.
Avant d’exercer un droit quelconque, en l’occurrence un
droit de refus, il est bon de se rappeler que ce droit ne peut
être exercé que s’il existe un motif raisonnable de croire qu’il
y a un danger pour la santé. Si cette norme est rencontrée,
vous pouvez exercer ce droit. Avisez aussitôt votre syndicat.
Pour toute question ou pour tout signalement veuillez me
contacter par téléphone au (514) 645-4536, poste 205 ou
par courriel à l’adresse suivante : sylvainfrenette@sepi.qc.ca.
Sophie Fabris|sophiefabris@sepi.qc.ca
Catherine Faucher | catherinefaucher@sepi.qc.ca
Secteur jeunes et formation professionnelle
La commission scolaire a procédé au premier versement pour compenser le dépassement des maxima d’élèves par groupe,
conformément aux clauses 8-8.01, 13-11.01 et à l’Annexe XVIII de l’Entente nationale. Ce paiement devait apparaitre sur votre
relevé de paye du 21 janvier 2016.
Si vous n’avez reçu aucune compensation, malgré une situation de dépassement dans vos groupes, ou encore si vous n’avez pas
reçu le montant auquel vous jugez avoir droit, nous vous invitons à nous contacter et ce, sans tarder.
Vol. 16, No 21 | 8 février 2016
FORMATION PROFESSIONNELLE
Luc Ferland | lucferland@sepi.qc.ca
Josiane Gratton | josianegratton@sepi.qc.ca
RECONNAISSANCE DE MODULES
Vous avez jusqu’au 15 mars pour formuler une demande de
reconnaissance de nouveaux modules. Vous pouvez les avoir
acquis, soit en enseignant ce ou ces nouveaux modules, soit
par compagnonnage, par formation pointue, par une nouvelle
expérience acquise en entreprise ou toute autre expérience
jugée pertinente par la commission.
Sachez qu’il est aussi possible, dans certaines spécialités, de se
voir reconnaître un ou des modules dans plus d’une sous-spécialité. Cet ajout pourrait faire toute la différence pour certaines
personnes lorsque vient le moment de compléter les heures à
contrat.
DES FONDS DISPONIBLES
Nous vous rappelons également que la commission scolaire
s’est engagée à faciliter l’obtention de sommes requises pour
de la formation (individuelle ou collective). Des montants sont
d’ailleurs disponibles par le biais du comité de perfectionne-
POUR INFORMATION
ment de la commission. Vous en faites la demande par le biais
de votre comité local de perfectionnement (CLP). En cas d’insuffisance de fonds, contactez-nous.
Nous vous rappelons que vous pouvez obtenir, sur demande à
votre direction au moment de la confection de votre tâche en
octobre, jusqu’à un sixième du temps de votre tâche complémentaire (60/360 heures) destiné à faciliter et à favoriser l’acquisition de nouvelles qualifications.
Cette opération est d’une importance capitale. Pour tout
questionnement ou en cas de doute quant à des affirmations
dont vous aimeriez vérifier l’authenticité, n’hésitez pas à nous
contacter.
Finalement, exigez de recevoir une copie signée de la main de
votre direction et conservez-la.
Pour plus d’informations à ce sujet, n’hésitez pas à nous
contacter.
CONGÉ SANS TRAITEMENT À TEMPS
PLEIN, CONGÉ MI-TEMPS / MI-TRAITEMENT
Si vous désirez faire une demande de congé sans traitement à temps plein, un congé mi-temps / mi-traitement, le
temps est venu de commencer à compléter les documents
prévus à cet effet. Vous avez jusqu’au 31 mars prochain pour
transmettre votre demande à la Commission scolaire de la
Pointe-de-l’Île (CSPÎ).
Vous devez remplir le formulaire « RH-03 : Demande
de congé sans traitement »
disponible dans chaque
établissement ou sur notre
site web à l’adresse suivante : www.sepi.qc.ca/04publications/formulaires.
html. Vous le remettez ensuite à la direction de votre
établissement qui soumettra ses recommandations à
la CSPÎ. Celle-ci dispose du
pouvoir de déterminer si le
congé vous sera accordé.
Si vous effectuez une demande de congé sans traitement à temps plein pour
retourner aux études, suivre
votre conjointE à l’extérieur ou encore lorsque vous êtes admissible, dans les cinq (5) ans ou moins, à la retraite, sachez que
cette demande sera acceptée automatiquement et si vous en
faites la demande, elle sera renouvelable pour une deuxième
Josiane Gratton | josianegratton@sepi.qc.ca
Catherine Faucher | catherinefaucher@sepi.qc.ca
et dernière année. Si vous avez l’intention de demander un
congé mi-temps / mi-traitement et que vous répondez à l’un
des critères suivants, la CSPÎ sera dans l’obligation d’accepter
votre demande : vous avez un enfant de moins de 3 ans, votre
conjointE ou votre enfant est invalide, vous avez 50 ans ou plus
ou vous avez 25 ans d’expérience ou plus.
DEMANDE DE RETRAITE PROGRESSIVE
Si vous désirez vous prévaloir du régime de mise à la retraite de
façon progressive, vous avez jusqu’au 31 mars prochain pour
transmettre votre demande à la CSPÎ.
Le régime de mise à la retraite de façon progressive a pour
effet de permettre à unE enseignantE de réduire son temps
travaillé, pour une période d’une (1) à cinq (5) années.
Pour soumettre votre demande de retraite progressive, vous
devez communiquer avec Mme Sylvie Bolduc, à la CSPÎ, afin
qu’elle vous transmette par courriel ou courrier interne un formulaire de « Demande de confirmation d’admissibilité à la retraite
progressive » que vous devrez remplir. Ensuite, vous devrez joindre
à ce formulaire une lettre indiquant le pourcentage de temps
que vous prévoyez travailler au cours des années en retraite progressive. Veuillez noter que le temps travaillé ne doit pas être
inférieur à 40 % de la semaine régulière de travail. De plus, vous
devrez fournir une attestation de Retraite Québec (ancienne
CARRA) prouvant que vous aurez vraisemblablement droit à
une rente à la date prévue de la fin de l’entente. Ces ententes
devront être prises entre une (1) à cinq (5) années précédant la
date de la retraite. Si vous désirez obtenir plus de détails, vous
pouvez aller sur notre site web au www.sepi.qc.ca.
Vol. 16, No 21 | 8 février 2016
ations
2 consomm
r personne
Journée internationale
des Femmes
gratuites pa
+
tirage de prix
de présence
Le mardi 8 mars dès 16h
BOSTON PIZZA D'ANJOU
7300, boul. des Roseraies
L’activité sociale est réservée exclusivement aux membres du SEPÎ.
© Le Collectif 8 mars, UPPERKUT. Illustration : Sophie Casson
Venez célébrer avec nous la
NOUS VOUS ATTENDONS
EN GRAND NOMBRE!
Les épinglettes sont arrivées. Informez-vous auprès de votre personne déléguée principale.
POUR INFORMATION
101E JOURNÉE DE
L’ANNÉE DE TRAVAIL : 27 JANVIER 2016
Josiane Gratton | josianegratton@sepi.qc.ca
Pour l’année 2015-2016, le 27 janvier dernier marquait la 101e journée de l’année de
travail. S’il y a lieu, un rajustement de traitement faisant suite à un reclassement de
scolarité prend effet rétroactivement à cette date et ce, à certaines conditions. Vous
devez avoir complété au 31 janvier 2016 les études nécessaires à une nouvelle évaluation de scolarité et vous devez fournir à la CSPÎ, avant le 1er avril 2016, les documents requis. Ces documents sont les suivants : relevés de notes, bulletins, certificats, diplômes,
brevets et documents officiels ou une copie de la demande de ces documents que
vous aurez adressée à l’institution qui a la responsabilité de les délivrer. Par ailleurs,
si vous travaillez dans un centre de la FGA ou de la FP, la 101e journée de travail n’a
aucune incidence sur les déclencheurs de contrats. En effet, ceux-ci sont accordés en
fonction d’un nombre d’heures d’enseignement préalablement déterminé dans une
même année scolaire.
Besoin d'aide
confidentielle?
PROGRAMME D'AIDE
AUX EMPLOYÉ(E)S (PAE)
Tél. : (514) 257-7393
ou (1-800) 361-2433
Vous n’avez pas
encore « aimé » notre
page Facebook ?
Faites vite ! Nous
désirons atteindre notre
objectif de 500 abonnés !
 www.facebook.com/
sepi.syndicat
ACTION-MOBILISATION
RETOUR SUR LA
/HMRXUQDO7232HVWUpDOLVpSDUOH6\QGLFDW
GH O·HQVHLJQHPHQW GH OD 3RLQWHGHO·ÍOH
6(3Í7LUpjH[HPSODLUHVOH7232HVW
GLVWULEXp j WRXWHV OHV HQVHLJQDQWHV HW WRXV
OHVHQVHLJQDQWVGHOD&RPPLVVLRQVFRODLUH
GHOD3RLQWHGHO·ÍOH&63Í
MANIFESTATION
opération visibilité locale
/DUHSURGXFWLRQGXMRXUQDOHQWRXWRXHQSDUWLH
HVWDXWRULVpHjFRQGLWLRQGHPHQWLRQQHUODVRXUFH
« Soupe populaire à la commission scolaire »
/
LQVFULSWLRQVHIDLWjSDUWLUGHODSDJHG
DFFXHLO
GHQRWUHVLWH:HEDXZZZVHSLTFFD
&RPPHQWDLUHVHWRXVXJJHVWLRQV
6\QGLFDWGHO
HQVHLJQHPHQWGHOD3RLQWHGHO
ÍOH
H$YHQXH_0RQWUpDO4XpEHF+%3
7pO_7pOpF
3DUFRXUULHOPHODQLHMDFTXHV#VHSLTFFD
3&
Vol. 16, No 21 | 8 février 2016
&HMRXUQDOHVWLPSULPpVXUXQSDSLHUFHUWLILp(FR/RJREODQFKLVDQV
FKORUH FRQWHQDQW GH ILEUHV UHF\FOpHV SRVWFRQVRPPDWLRQ
VDQVDFLGHHWIDEULTXpjSDUWLUG
pQHUJLHELRJD]
‹0pODQLH-DFTXHV6(3Í
NOUS NE PLIERONS PAS !
9RXVGpVLUH]UHFHYRLUOH7232SDUFRXUULHO"
,QVFULYH]YRXVjQRWUHOLVWHGHGLVWULEXWLRQ
© photo Marc-André Roy, ESPAT
Vous avez été nombreux/
nombreuses à vous
présenter devant la
commission scolaire le
3 février dernier afin de
faire entendre vos voix et
nous vous en remercions.
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
4
Taille du fichier
2 107 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler