close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Bulletin3UPJV - Sgen

IntégréTéléchargement
Bulletin N°3 – février 2016
SGEN-CFDT / Section UPJV
L
a section SGEN-CFDT poursuit sa politique d'information régulière selon les principes qui sont les siens : refus de toute démagogie,
volonté de faire réussir l'UPJV dans le cadre de la nouvelle Région en améliorant les conditions de travail de l'ensemble des personnels et
en veillant à la qualité des études et de la vie universitaire. Aussi, à l'approche des élections pour le renouvellement des Conseils
Centraux, la section SGEN-CFDT de l'UPJV a pris l'initiative de réaliser un état des lieux de l'UPJV à travers des questions-réponses auprès de
l'équipe présidentielle sortante.
Michel BRAZIER, Président de l'université a accepté de répondre en toute transparence et sans détour à toutes nos questions qui sont directes
et couvrent tous les aspects de notre établissement (page 2).
A chacun de se faire librement une opinion argumentée à partir de là et non sur des promesses de circonstance.
Notre section publiera des propositions pour améliorer l’existant et construire l’avenir de l’UPJV, avec toutes ses forces vives.
Les Atouts du SGEN - CFDT
Un syndicat général : le Sgen-CFDT et la CFDT sont la seule organisation syndicale qui regroupe toutes les
catégories de personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche publique (universités, EPST,
grands établissements, CEA).
Non corporatiste, le Sgen-CFDT est le plus à même de représenter et défendre tous les personnels.
Un syndicat de propositions, qui s’engage et obtient des résultats.
Un syndicat confédéré : le Sgen-CFDT a fait le choix d’appartenir à la CFDT, première confédération en
France par le nombre d’adhérents, qui syndique tous les salariés.
1
Entretien avec Michel BRAZIER, Président de l’UPJV
Ressources Humaines :
Conditions de travail, santé au travail et hygiène ?
Notre établissement s’est mis en conformité par la mise en place du
CHSCT depuis deux ans. Nous avons installé les médiateurs qui
interviennent sur sollicitation des collègues et instruisent les
dossiers. Leur activité est très importante. Le bilan social précisera
les éléments concernant la qualité de vie au travail. Parallèlement
des ateliers d’activités physiques ont été mis en place par le
SUAPS.
Accompagnement de la carrière des personnels, (évolution,
reconversion, formation) ?
Il est caractérisé par des moyens importants accordés à la formation
des personnels, il se traduit par une forte augmentation, un
triplement du nombre de stagiaires depuis 2012.
Pour les BIATSS, on peut relever une évolution de la pyramide des
emplois : amélioration sensible au niveau des emplois de catégorie
A, encore insuffisante concernant les rangs B et C.
Des séminaires de formations pour les maîtres de conférences
recrutés dans notre établissement ont été mis en place avec la
participation de l’équipe présidentielle et des enseignants
chercheurs, associés à une décharge d’enseignement d’un quart
temps pour les stagiaires.
établissement, ils doivent répondre à des objectifs en faveur de la
réussite en licence, ou au titre du rééquilibrage. Ils ont été attribués
en concertation avec les directeurs de composantes, les directeurs
de laboratoire, puis avec les instances qui ont validé le projet.
Pour les seconds, ils peuvent être affectés au chef de file du
regroupement l’UPJV, mais également à l’UTC (4/1 en 2015 et 2/3
en 2016, pour l’UPJV/UTC respectivement). Pour le moment, un
directeur opérationnel a été recruté, deux postes en soutien des
projets numériques (CréaMooc) sont en cours de recrutement ainsi
qu’un emploi pour les écoles doctorales.
Démocratie
Echéances électorales, moyens.
Les syndicats ont accès à une liste de diffusion à destination de tous
les personnels. Pour les élections professionnelles, les documents
de candidatures leurs sont envoyés et ils sont invités aux réunions
électorales. Pour les autres élections, les syndicats sont informés
comme l'ensemble du personnel et/ou des candidats.
Mise en œuvre d’un forum de discussion à l’UPJV ?
Bilan social ?
Celui regroupant les années 2012, 2013 a été publié (voir site de
l’UPJV), celui de l’année 2014 est en cours. La cartographie des
emplois y sera présentée.
Une politique sociale a été conduite depuis 2012 avec outre l’accent
mis sur la formation des personnels, la mise en œuvre d’une prime
de solidarité de fin d’année pour les personnels BIATSS, une refonte
des NBI est en cours.
Recrutement des cadres administratifs sous contrat privé ?
Ils sont devenus une nécessité en raison du faible nombre et de la
qualité des candidats qui se présentent sur certains emplois. Par
exemple, nous connaissons aujourd’hui de grandes difficultés pour
recruter un nouvel agent comptable ou un directeur du service
pilotage.
Les recrutements sont organisés par la DRH en liaison avec les
services concernés, au regard des responsabilités, des salaires
antérieurs, une fiche de poste est présentée. Après avoir auditionné
les candidats, des propositions de salaire sont faites par la DRH,
elles sont acceptées ou non.
Dégel des postes ?
Il a été procédé à un dégel de 4 des 8 emplois qui avaient été gelés
en 2011 au moment du passage au RCE. Nous comptons
poursuivre cette trajectoire. Pendant mon mandat aucun gel n’a bien
évidemment été effectué, tous les emplois vacants sont publiés.
Simultanément, un travail important a été réalisé pour construire un
référentiel d’équivalence horaire afin de mettre l’accent sur des
missions importantes pour l’établissement, par exemple
l’apprentissage.
Postes « Fioraso » ?
Ils sont de deux ordres, ceux qui ont été directement affectés à
l’UPJV et ceux au nombre de 16 (5 en 2015, 5 en 2016, 6 en 2017)
attribués au regroupement des établissements d’enseignement
supérieur de Picardie « Picardie Universités » sur la base d’un projet
de site validé par les instances et par le ministère. Ces emplois
doivent bénéficier à la structuration du regroupement
Pour les premiers au nombre de 11 (5/3/3 jusqu’à présent), ils ont
été répartis pour répondre à des objectifs précis, par exemple pour
améliorer le niveau en anglais des étudiants notamment en licence
avec la mise en place d’une certification, nous avons ouvert 6 postes
de professeur d’anglais affectés à la maison des langues. Nous
avons également ouvert deux postes en soutien aux plateformes
numériques en santé et en sciences, 1 poste IGE pour le BIOIP,
également un poste pour le service handicap. Nous venons
d’apprendre que pour cette année, 9 emplois sont attribués à notre
Nous avons mis en place un forum de questions pour dialoguer avec
les collègues en vue de l’arrivée à la citadelle
Transparence des décisions importantes ?
Un travail important est en cours avec le service communication
pour une meilleure visibilité des dossiers sur le site. Le service
communication fait le nécessaire pour que les informations soient
plus accessibles
Les RDD et RDU sont des éléments de communication régulière
avec les UFR et les UR, les relations avec la communauté
universitaire se font par l’intermédiaire des listes de diffusion, le télex
et par le site dont l’architecture a été renouvelée. Sur ce dernier, on
trouve les comptes rendus des instances, et les liens qui permettent
d’accéder aux dossiers importants, tels que les schémas directeurs
de l’Immobilier, du handicap du numériques entre autres.
Formation
Conditions d’étude, sélection à l’université, partenariats
écoles, impacts ?
Le plan réussite en licence a pris fin en 2012, cependant le
programme de soutien en première année de licence à travers le
monitorat et le tutorat a été maintenu, voire renforcée.
En dehors des formations de santé dont l’admission se fait sur
concours, aucun dispositif de sélection n’a été mis en place à
l’UPJV, notamment de sélection par tirage au sort pour l ‘accès à la
première année de STAPS, comme cela a été fait dans d’autres
établissements. Nous avons soutenu les formations à gros effectif
en première année par des attributions de postes d’EC ou du
secondaire.
Développement d’une offre de formations pour préparer l’agrégation,
en particulier l’agrégation interne, conçue de manière à permettre à
ces enseignants d’engager également des études universitaires.
Des résultats très intéressants ont été obtenus dans les différentes
disciplines.
Les partenariats avec les écoles se développent dans le cadre de
l’association « Picardie Universités » puisque chaque établissement
conventionne avec le chef de file, par conséquent avec l’UPJV.
Dans ce contexte, un partenariat étroit avec l’ESIEE a été créé afin
de rétablir l’image de cette école, et de créer des filières de
formation au bénéfice des étudiants de l’UPJV. Les enseignants
chercheurs de l’ESIEE ont rejoint les unités de recherche de l’UPJV,
un projet pédagogique est en cours avec notamment la création
d’une 5ème option à l’ESIEE en partenariat avec l’ingénierie de la
santé de l’UPJV.
L’impact est de se donner des moyens supplémentaires pour faire
mieux ce que l’on ne pourrait pas faire seul ou moins bien. Ainsi
nous avons répondu à l’appel à manifestation d’intérêt lancé par le
2
ministère sur la formation continue à la suite de la publication du
rapport Germinet.
Le numérique, le distanciel : priorité ou non ?
L’utilisation du numérique est une demande forte des étudiants, des
enseignants et des chercheurs sur l’ensemble de leurs activités.
Actions déjà entreprises et/ou à mener :
•
Les actions déjà réalisées et celles programmées sont
détaillées dans le schéma directeur du numérique
•
Des formations sont proposées aux enseignants pour leur
permettre de maitriser les outils ;
•
Un renforcement des infrastructures (notamment le
raccordement de l’UFR des Arts à la fibre optique)
•
Les recrutements CreaMOOC pour l’université qui devraient
permettre de renforcer l’accompagnement aux usages
•
Des achats de matériels (notamment financés par le projet
CreaMOOC de l’université) et de logiciels et services (antiplagiat, outils de correction automatique de QCM par exemple)
•
Des actions de sensibilisation : petits déjeuners du numérique
dans les composantes, séminaire et lettres d’information du
numérique
•
L’intégration de nouveaux services dans l’ENT (saisie de note
en ligne, publication des résultats de tests de positionnement,
système de lutte contre le plagiat, …)
•
L’amélioration de la plateforme pédagogique INES qui a été
modernisée mais présente cependant des manques qui
devraient être comblés par le passage à une plateforme
Moodle (outil libre, très utilisée dans l’enseignement supérieur).
Les pôles d’excellence, existent-ils, combien ça coûte ?
Qu’est-ce que ça rapporte (brevet, H2020, ANR, emplois) ?
La notion de « pôle d’excellence » n’existe pas. Dans le cadre des
PIA1, l’UPJV a bénéficié d’un LABEX, d’un EQUIPEX, et d’un IDEFI.
Elle est avec l’UTC, un des acteurs académiques de l’ITE
« PIVERT » dont l’UPJV est actionnaire, et l’acteur académique de
la PFMI « IMPROVE » installée dans les locaux de l’université avec
une redevance locative fixée dans le cadre d’une AOT, nous
sommes également actionnaire de cette société.
Ces différents programmes permettent de financer notre recherche
grâce aux appels à projets, ils seront source de brevets et de
publications, de développement et de rayonnement.
Manque de transparence sur
financiers, infrastructures, locaux
les
moyens
humains,
Les moyens humains (enseignants,
enseignants -chercheurs,
BIATTS) et financiers sont discutés dans les différentes instances
(CT, conseil académique) et votés au CA, en toute transparence.
Pour la préparation de la publication des postes d’enseignantschercheurs, les directeurs de composantes, comme les directeurs
d’unité de recherche, sont consultés, ce qui nous a amené à
avancer la date de remontée des postes par les composantes.
Pour les locaux, un bilan de la répartition des unités au CURS est en
cours.
Le budget recherche a été en augmentation au cours de la
mandature, avec des moyens accrus pour les plateformes, les unités
de recherche (50 000 euros de plus cette année) et une dotation
pour les Fédérations Hospitalo-Universitaire (FHU), ce qui a permis
son adoption à la quasi-unanimité du conseil scientifique.
Comment l’UPJV fait-elle face à l’afflux d’étudiants (ESPE,
STAPS)?
Mainmise de certains laboratoires sur les moyens et
instances régionales
Par un travail en concertation avec les composantes, renforcement
des moyens financiers pour abonder les heures complémentaires,
renforcement du monitorat, redéploiement d’emplois ou attributions
d’emplois d’enseignant-chercheur dans le cadre des emplois
Fioraso. L’UPJV a fait valoir la qualité de son travail, l’augmentation
de ses effectifs, ainsi neuf emplois lui ont été attribués. Par ailleurs
l’UPJV s’engage dans une campagne de dégel de ses emplois pour
renforcer les moyens d’encadrement des composantes dont les
effectifs en première année sont importants.
S’il a pu arriver en effet que certains enseignants-chercheurs aillent
négocier en direct avec la région, les élus comme la directrice de la
recherche ont toujours affirmé la nécessité que toutes les demandes
passent en central. Pour les projets structurants financés par la
région, leur examen en groupes de travail a permis de rendre plus
efficace le travail préparatoire au vote de leur remontée et une
rotation des référents d’axe a été instaurée.
Recherche
Politique SHS/sciences dures
L’équipe de direction a marqué sa volonté d’avoir une politique
équilibrée pour l’ensemble des secteurs de l’université, elle a été
notamment désireuse d’être en appui des SHS :
augmentation du point pour l’attribution des dotations aux
unités de recherche, republication de postes d’enseignantschercheurs dans des disciplines de SHS à faibles effectifs
étudiants (comme la philosophie), pour montrer l’importance de
ces disciplines en recherche, abondement du BQR, dont une
part importante revient pour les manifestations scientifiques et
publications aux équipes SHS,
Par ailleurs, un soutien aux unités a été apporté par une
augmentation des frais de gestion et le versement de 30 % des
overheads, le reste revenant aux chercheurs.
Un poste d’ingénieur thématique spécifiquement dédié aux SHS a
été ouvert dans le cadre de la restructuration de la direction de la
recherche, qui n’existait pas auparavant. La personne embauchée
comme contractuelle sur ce poste, Margot Burident, a pu être
ensuite recrutée par concours sur un emploi de titulaire, comme sa
collègue de sciences Emmanuelle Etienne. Un nouveau poste d’IGE
est ouvert pour la rentrée 2016 afin de compléter ce groupe projets
pour la recherche
Pour les sciences pour l’ingénieur, il faut noter notamment la
création d’un poste d’ingénieur thématique à la Direction de la
recherche dédié aux sciences pour l’ingénieur. Ce poste est
actuellement financé par la ville de Saint-Quentin.
CPER, projets de développement pour l’UPJV
Le CPER a fait l’objet d’un travail préparatoire avec le conseil
régional de Picardie et l’ensemble des établissements
d’enseignements supérieurs et de recherche de Picardie. L’UPJV a
bénéficié dans le cadre du CPER 2015-20 dont le montant est
modeste, d’une enveloppe pour la fin des travaux du programme de
la citadelle, une seconde pour le plateau technique du pôle santé, et
une autre pour la réhabilitation du Bâtiment C du campus qui sera
dédié au département de psychologie.
Par ailleurs, avant les élections régionales, et en plus du CPER, une
enveloppe de plus de 40 M€ a été négociée avec le conseil régional
de Picardie pour la rénovation de plusieurs bâtiments de l’UPJV,
pour des équipements scientifiques et le rehaussement des
installations informatiques. Elle a ainsi permis à l’Université de
lancer un PPI qui sécurise le fonds de roulement et permet à l’UPJV
de réhabiliter son immobilier et de répondre aux normes
d’accessibilité. C’est plus de 16 M€ que l’UPJV prévoit d’investir au
cours des trois prochaines années (Voir budget prévisionnel 2016 et
son programme pluriannuel d’investissement). Pour les équipements
scientifiques, sont ainsi financés
SHS
Énergie
Énergie
Santé (CURS)
AgroRessources
Matériaux
Place des SPI ? UPJV-UTC-ESIEE ?
Dans le cadre du rapprochement de l’UPJV et de l’ESIEE, un
collègue de l’université de Picardie assure la direction de l’école et
des chercheurs de l’ESIEE sont intégrés dans différentes unités de
recherche de l’UPJV, avec un financement apporté par l’ESIEE. Par
ailleurs, un projet d’une option supplémentaire (santé au travail) en
partenariat entre UPJV et ESIEE est en cours d’élaboration.
Les relations entre UPJV et UTC se sont concrétisées dans le cadre
de la préparation de la S3.
Plateforme audiovisuelle des troubles du langage
Plateforme énergies renouvelables
Banc d'essai "Système de Traction Véhicule
hybride"
IRM, Spectromètre imageur haut champs 7T
Plateforme de phénotypage haut-débit
Plateforme d'essais mécaniques à haute
température, sous atmosphère
EDSS, transparence, ouverture, démocratie
La dissolution du PRES UFECAP a conduit à recréer des écoles
doctorales autonomes à l’UPJV. Pour les deux ans qui courent
jusqu’à la fin du contrat, la structure des conseils a globalement été
maintenue. Dans le cadre de la préparation du prochain contrat, une
réflexion pourra être engagée sur une possible évolution de cette
structure, en fonction aussi du nombre des unités de recherche.
L’UPJV a comme politique de laisser une assez grande liberté aux
3
écoles doctorales et à leur Conseil, notamment en matière
d’attribution des contrats doctoraux. L’augmentation du nombre de
contrats doctoraux accordés par le ministère (3 de plus) donnera un
peu de souplesse.
UPJV : collège universitaire ?
Il est évident qu’il faut tout faire pour que l’UPJV ne devienne pas un
collège universitaire. Elle dispose de toutes les manières de très
nombreuses forces reconnues au niveau international. C’est
pourquoi, dans la répartition proposée des 9 emplois Fioraso
accordés à l’établissement en 2016, il a été décidé de privilégier les
postes d’enseignants-chercheurs, et non des postes de statut
second degré.
Que deviennent les EC sans rattachement recherche ?
Il est toujours difficile de ramener à la recherche des collègues s’en
étant éloignés. La remontée faite par les directeurs d’unité des
effectifs de leurs collègues produisants montre pourtant que dans de
nombreuses unités la quasi-totalité des EC le sont, en particulier
parmi les collègues récemment recrutés. Le maintien de la décharge
de service pour les maîtres de conférences recrutés, les CRCT
délivrés de préférence pour préparer une HDR sont des mesures
prises par l’établissement pour favoriser cette insertion dans la
recherche. Il peut aussi arriver que quelques collègues, recrutés
pour des besoins pédagogiques, ne trouvent pas leur place dans
des unités de recherche de l’établissement.
La modulation des services n’est pas envisagée.
Bases de répartition de la rallonge budgétaire du CRP de 4
millions € ?
Ce point a été traité ci-dessus, ce budget supplémentaire prévoit de
compléter les équipements scientifiques de l’UPJV pour répondre au
développement des axes de spécialisations de la S3.
Patrimoine immobilier
Les coûts et la gestion des déménagements ?
Ils ont effectivement un coût, le plus important a été celui des unités
de recherche en santé au Centre de recherche universitaire en
santé (CURS), les matériels scientifiques nécessitant des
procédures spécifiques. Environ 500 K€. Le déménagement de
l’INSSET au pôle de St Quentin est en cours, le coût est de l’ordre
de 200 K€. En revanche, l’achat du mobilier lié à l’installation du
premier cycle de santé dans le bâtiment G du campus a été
totalement financé par la Région.
Pour ce qui concerne l’emménagement à la Citadelle, nous avons
négocié l’achat du mobilier dans le cadre du programme pluriannuel
d’investissement que nous avons présenté au CA en décembre. Le
coût du déménagement y compris la BU est de l’ordre d’un million
d’euros.
En ce qui concerne la restauration universitaire à la citadelle, il est
regrettable que le RU n’ait pas été prévu dans la première phase.
Dans le cadre de la préparation du CPER, le RU est intégré au volet
« Vie étudiante » et c’est le Crous qui a la responsabilité de faire des
propositions et des arbitrages. Non prévu dans le CPER 2007-2013
(pour rappel le coût de la première phase pour l’université est
supérieur à 90 M€), il était prévu dans une seconde phase qui en
outre prévoyait sur le volet enseignement supérieur l’extension des
locaux d’enseignement, de la recherche et de la BU. Le Crous a
arbitré en faveur du logement étudiant, estimant que l’offre de
restauration du centre-ville (RU Cathédrale, la Veillère, et l’ESIEE,
soit un potentiel de 2300 repas pour une fréquentation actuelle de
1100 étudiants) est suffisante au regard de la fréquentation des RU
par les étudiants privilégiant aujourd’hui une restauration rapide. La
restauration prévue par le CROUS à la citadelle permettra de servir
près de 800 repas par jour. Nous travaillons aujourd’hui avec les
étudiants des organisations à un projet d’aménagement des
enseignements pour leur permettre d’accéder aux RU du centre-ville
grâce à un programme de mobilité adaptée (navette, vélo).
Quant à la seconde phase, elle est reportée au prochain CPER,
l’enveloppe financière du CPER 2015-2020 ne permettant pas de la
financer, ce d’autant plus que le ministère avait donné des
consignes strictes pour ne pas procéder à des constructions
nouvelles mais de rationnaliser l’utilisation des locaux actuels.
Soulignons enfin que le réseau Energie mis en place par la
Métropole permettra de chauffer la citadelle à un coût très
avantageux.
Mission développement durable ?
Elle a permis la mise en place d’un comité développement durable
qui se réunit régulièrement sous la responsabilité du chargé de
mission, le Pr Bernard Christophe.
Ce comité a d’ores et déjà effectué un bilan carbone de l’université à
partir d’un centre de référence et a répondu à l’enquête EVADDES.
Les projets immobiliers sont les éléments princeps du projet de
campus UPJV durable, avec notamment les nouvelles constructions
(par exemple, le bâtiment G est construit sur un puits canadien, le
CURS répond aux normes actuels de consommation d’énergie).
Le prochain CPER prévoit la construction d’un plateau technique sur
le campus sud, la rénovation des bâtiments (A à E) qui constituera
un programme de référence en termes de réhabilitation énergétique.
Grâce à un contrat avec la région Picardie et dans le cadre d’un
programme pluriannuel d’investissement, l’ensemble des bâtiments
du campus sera réhabilité, ainsi que la halle des sports très
consommatrice en énergie.
Nous avons en outre en partenariat avec la CDC (convention
présentée en CA) avancé sur la mise en œuvre d’une procédure dite
« Intracting ». Pour ce faire, une étude importante a été réalisée par
le cabinet Algoé pour préciser les points faibles de notre bâti et
identifier les mesures à mettre en œuvre. Nous finançons avec la
CDC les travaux à réaliser pour faire des économies d’énergie, puis
nous remboursons la CDC sur la base de ces économies.
Nous avons par ailleurs adhéré au dispositif de co-voiturage.
Nous avons accompagné le tri sélectif mis en place au PUC, ainsi
que les mesures d’économie d’énergie par le changement des
ampoules électriques (LED) et l’extinction automatique de
l’éclairage.
Depuis trois ans, un travail important a été réalisé pour limiter les
achats d’imprimante, la consommation de papier et d’encre. Les
résultats sont très encourageants et des préconisations pour
l’impression des documents proposées.
Enfin, le choix a été fait dans le cadre du premier appel d’offre de la
fondation de l’université de Picardie Jules Verne de retenir un axe
en faveur du développement Durable de l’UPJV.
Les gains seront bien évidemment importants sur l’impression et sur
la consommation des fluides (d’ores et déjà tous les contrats ont été
renégociés).
Interface et Rayonnement
Avenir de l’UPJV dans le cadre de la fusion des régions,
perspectives pour l’UPJV ?
La loi Fioraso a fait évoluer le PRES « UFECAP » en une COMUE.
Le travail avec la nouvelle équipe de l’URCA n’a pas permis de
stabiliser ce regroupement, ces derniers souhaitant mettre en place
une COMUE Champardenaise avec l’UTT. Par ailleurs, le
fonctionnement des écoles doctorales ne donnaient pas satisfaction
aux unités, trop de divergences notamment dans l’attribution des
bourses doctorales.
Dans ce contexte et en vue de préparer la réponse à l’appel à
projets IDEX/ISITE du PIA2, une concertation avec les universités
de Lille a été avancée mais ces derniers ont fait le choix de déposer
un projet d’IDEX sur le principe de la fusion des trois établissements
lillois. Ce projet n’a finalement pas été retenu. Néanmoins établir
des liens entre les unités, élaborer des projets communs, restent
indispensables (Par exemple, aujourd’hui quatre unités de recherche
ont intégré la Maison Européennes des sciences de l’Homme et de
la société-MEHS, d’autres sont en discussion).
Compte tenu des relations entretenues avec l’UTC notamment dans
le cadre de la préparation des CPER, des programmes de la
« Smart Specialization » (S3), nous avons également avancé vers
les collègues de l’UTC pour déposer un projet d’I-site. Ce projet est
défini sur le principe de la Picardie, un territoire d’expérimentation, à
partir des axes de spécialisation définis dans le cadre de la S3. Ces
axes concernent la Bio-raffinerie, la Mobilité/Energie et
Santé/Technologie, nourris par des axes transverses liés à la
maîtrise des risques, la compétitivité numérique et les sciences
humaines. Notre projet n’a pas été présélectionné malgré des
appréciations très intéressantes, notamment pour des raisons de
conflits d’intérêt et d’engagement de l’UTC participant par ailleurs à
l’IDEX Super dans le cadre de la COMUE Sorbonne universités.
L’organisation de la future région verra la future université de Lille
s’inscrire dans la compétence de la métropole Lilloise, l’université de
Picardie devenant l’université pluridisciplinaire, pivot de la région
Nord-Pas de Calais-Picardie, associant les autres établissements du
Littoral, d’Artois et du Valenciennois. Dès le début de l’année
prochaine, une rencontre avec les Universités du Littoral et d’Artois
sera organisée pour réfléchir sur nos interactions éventuelles.
4
Association « Picardie Universités » ?
La loi Fioraso engage les établissements d’enseignement supérieur
à procéder à des regroupements sous différentes formes, soit la
fusion, soit la constitution d’un nouvel établissement (COMUE), soit
enfin la création d’une association avec un établissement chef de
file.
Nous avons proposé aux établissements picards de constituer une
Association, l’UPJV étant chef de file. Sous la dénomination
« Picardie Universités », l’UTC, l’ESCOM, l’IPLB, L’ESIEE, l’ESAD
conventionnent avec l’UPJV. Le décret d’association devrait être
publié début 2016. Cette association trouve sa légitimité pour
structurer l’enseignement supérieur de notre territoire justifiant le
maintien de l’académie d’Amiens, pour mettre en œuvre la S3, et
surtout pour envisager l’accréditation de notre établissement qui doit
se faire dans le cadre d’une politique de site.
Les procédures d’accréditation organisées par le HCERES
débuteront dès le mois de février (visite prévue le 4/02), l’évaluation
des établissements se fera dans le cadre des politiques de site
mises en œuvre. Notre établissement sera évalué à l’aune de la
politique de site initiée par l’association qui a reçu 16 emplois en
soutien pour la mise en œuvre de sa politique. Ces emplois sont
affectés soit à l’UPJV, soit à l’UTC pour mettre en œuvre la feuille de
route validée par le ministère (voir site, feuille de route votée à
l’unanimité au CA).
Service Handicap
Le service Handicap a été créé après la présentation devant les
instances du schéma directeur du handicap.
Deux postes ont été d’ores et déjà affectés à ce service, un poste
d’IgE dans le cadre des postes Fioraso, et un poste de technicien.
Les collègues ont été recrutés, ils sont de façon transitoire accueillis
à la DSVE avant que le service ne soit installé plus durablement
dans d’autres locaux.
Les référents handicap sont actuellement en cours de désignation
dans les composantes afin de mettre en œuvre les
recommandations du Médecin du SUMPPS.
La Fondation
La fondation de l’UPJV a été créée grâce au soutien du CRP et à
l’engagement de plusieurs membres fondateurs (Caisse d’épargne,
La Poste, EDF, Terreos, et une association pour le développement
de l’UPJV).
L’objectif est de soutenir les projets étudiants en termes de création
d’entreprise, de mobilité internationale ou encore de développement
durable appliqué à notre établissement. Les premiers lauréats ont
été primés cette année à la suite de l’appel d’offres qui a été lancé,
ils ont été publiés dans le Télex et présentés au CA. Un poste d’IgE
de l’UPJV est consacré à la fondation. L’université à travers sa
fondation verra son rayonnement renforcer, une dynamique interne
sera également renforcée grâce à l’implication des étudiants qui sont
la force de l’établissement.
Bilan
La FTLV a été annoncée comme le levier le plus important
pour augmenter les ressources propres de l’UPJV. Refonte
complète du service, nomination d’une directrice avec
décharge complète. Quel résultat ? Rapport d’activités ?
Prime FC ?
Les résultats du SUFTLV montrent une croissance intéressante
avec une forte progression du nombre des alternants, les contrats
de professionnalisation et en alternance. Des résultats financiers en
forte croissance notamment pour l’apprentissage (+105 %). Le
rapport d’activités du service a été présenté en CA chaque année, il
est disponible sur le site.
Les difficultés rencontrées dans le service étaient réelles. Un
nouveau projet prenant en compte la dimension humaine a été
travaillé avec un cabinet de ressources humaines extérieur. Des
liens plus étroits ont été tissés avec les enseignants et je pense que
la directrice en concertation avec la VP CEVU a permis au service
de retrouver une dynamique de travail. Il semble important
aujourd’hui de poursuivre ce travail, c’est la raison pour laquelle
nous avons répondu à l’appel à Manifestation d’intérêts à la suite de
la publication du rapport Germinet sur la formation continue.
Les modalités d’attribution des primes de formation continue sont les
suivantes : le volume financier global de la prime de formation
continue est calculé par le SUFTLV, au prorata de l’activité de FC de
chaque composante, l’équipe de direction définit le montant pour ces
dernières, le doyen répartit l’enveloppe et propose au président la
répartition finale.
Quel est le tableau de bord pour la gouvernance ?
Le tableau de bord de l’UPJV est en cours d’élaboration par le
service pilotage sous la responsabilité de la DGS-A. Un nouveau
responsable du service a été récemment recruté, ceci après
plusieurs publications du poste. De multiples indicateurs sont
identifiés, et suivis d’année en année. Ils concernent :
le bilan financier, avec la certification des comptes par le
commissaire aux comptes, présenté devant le CA avec
vote (à l’unanimité depuis 2012). Un travail important est
effectué par la DIFI en lien avec le service pilotage (un
nouveau responsable est en cours de recrutement)
le bilan social avec des indicateurs relatifs aux emplois,
aux personnels qui occupent ces emplois, les évolutions,
est en ligne pour l’année 2014.
les formations avec l’origine des étudiants, les taux de
passage en L2 en fonction des disciplines, les taux de
réussite en licence en 3 ans, 4 ans, en fonction de
baccalauréat, les taux de passage en master, les taux de
réussite, etc
la recherche avec le niveau de publications des unités, le
nombre de master, de doctorants, le nombre d’EC
produisants, etc…
Qu’est-ce que le président pense avoir amélioré pendant son
mandat ? Pour les étudiants ? Pour les personnels ? Pour la
recherche ? Pour la formation ?
Développement d’une dynamique collective de travail grâce à une
sérénité par un dialogue entretenu avec toutes les composantes et
tous les personnels. Ainsi de nombreux projets au bénéfice de la
recherche (S3), de la formation (AMI Formation continue), de la vie
étudiante (Campus en mouvement) mais aussi de la dimension
sociale de l ‘établissement ont été portés.
Renforcement des partenariats institutionnels, avec les collectivités
territoriales
(préparation
du
programme
pluriannuel
d’investissements) ou avec le ministère (emplois Fioraso).
Réorganisation de plusieurs directions ou services de l’Université,
notamment pour améliorer l’efficacité de certains d’entre eux, afin
par exemple d’éviter des pertes financières importantes, notamment
sur les contrats de recherche (entre 1,5 et 2 M€ par an).
La situation financière de l’établissement est saine, elle permet
aujourd’hui de publier tous les emplois, et de dégeler les emplois
gelés lors du passage au RCE en 2011, ce qui permet de répondre
en partie à l’augmentation du nombre des étudiants.
Le lancement de la fondation est un atout supplémentaire pour le
développement de projets qui permettra à notre établissement de
rayonner.
La création du regroupement des établissements d’enseignement
supérieur de Picardie sous la conduite de l’UPJV sous la forme
d’une association « Picardie Universités », et le renforcement des
liens avec des partenaires tels que l’INERIS ou le CETIM offrent de
nouvelles opportunités.
Mise en œuvre d’un schéma directeur du Handicap avec création
d’un
service
et
l’affectation
de
deux
emplois.
Actualisation du schéma Immobilier avec la création à Amiens de
deux campus, l’un au centre-ville, un autre sous la dénomination de
campus Sud.
Pour les étudiants :
Amélioration des conditions de travail grâce aux nouvelles
installations immobilières, Amélioration de la vie étudiante par le
soutien aux projets étudiants (FSDIE, installation de l’Agoraé,
Campus en mouvement en partenariat avec le CROUS),
Renforcement du programme « égalité des chances » avec les
ambassadeurs, les tuteurs et principalement l’alternance (le nombre
d’étudiants en profitant a été multiplié par trois).
La certification en langues avec la maison des langues et les
emplois Fioraso dédiés
Pour les personnels :
Amélioration de l'hygiène et de la sécurité ainsi que le bien-être au
travail avec la mise en place du CHSCT, les décisions prises pour la
majorité à l'unanimité.
Organisation de nombreuses visites sur sites: Beauvais, St Quentin,
Cathédrale, St Charles, Sciences. Mise en place d'un dispositif
permettant une information descendante et montante sur les travaux
en liens avec la sécurité et l’hygiène. Mise en œuvre de très
nombreux travaux pour améliorer l'hygiène et la sécurité (demander
si nécessaire les montants à JMP/DLPI). Réunion tous les deux
mois d'un groupe de suivi des travaux en cours, coordonné par la
5
présidence avec création d'un réseau d'information vers les UFR et
les coordinations.
Amélioration des conditions sociales avec la création d'une prime de
fin d'année qui a été revalorisée chaque année, mise en œuvre du
processus Sauvadet qui sera poursuivi, revalorisation des
personnels contractuels par l’amélioration de la grille d'avancement.
Travail en cours sur les NBI.
Pour la recherche :
Augmentation de la dotation financière des unités de recherche, des
plateformes. Reversement des « Overheads » (i.e. frais généraux
donnés dans le cadre des projets européens de façon forfaitaire)
aux unités de recherche qui ont porté des projets Européens, afin
d’inciter les unités à répondre aux programmes européens.
Soutien au programme des FHU labellisés (90 K€) pour renforcer la
recherche en santé
Redéploiement d’emplois (IgR) en soutien aux unités labellisées par
les grands organismes, affectation de poste de professeur pour
renforcer l’encadrement doctoral de ces unités.
Pour la formation :
Création de la maison des langues, affectation de six emplois
Fioraso (PRAG Anglais) pour renforcer la certification en langues
dans le programme de licence.
Renforcement du dispositif d’orientation et réorientation, soutien à
l’Insertion professionnelle (stage) par affectation d’emplois au BIOIP.
Voir les différentes publications de l’UPJV sur l’Insertion
Professionnelle.
Mise en œuvre d’un schéma directeur du Numérique avec près
d’une cinquantaine d’actions déployée dans un cadre pluriannuel.
Renforcement de l’université Numérique en Région, succès à l’appel
à projets CréaMooc.
Création d’un centre de ressources à l’entreprenariat et à
l’Innovation, en liaison avec Pépite qui déploie ses actions dans le
cadre de « Picardie Université ». Développement important de
l’alternance.
6
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
7
Taille du fichier
145 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler