close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

chabbat parchat tetsavé

IntégréTéléchargement
ž›
Likouteï Si’hot
Perspectives ‘hassidiques sur la Sidra de la Semaine
d’après les causeries du Rabbi de Loubavitch
CHABBAT PARCHAT
TETSAVÉ
11 Adar I 5776 - 20 février 2016
SEFER CHEMOT
Tetsavé
L’huile et l’olive
(Discours du Rabbi, Likouteï Si’hot, tome 11, page 131)
Le verset Tetsavé 27, 20 dit : «de l’huile d’olive pure» et Rachi explique : «pure : sans
dépôts»͘ŝŶƐŝ͕ƐĞůŽŶZĂĐŚŝ͕ů͛ĂĚũĞĐƟĨ͗«pure» s’applique à l’huile, qui doit être propre et
non mêlée à des dépôts.
>Ğ/ďŶnjƌĂ͕ĞŶƌĞǀĂŶĐŚĞ͕ĐŽŶƚĞƐƚĞĐĞƩĞŝŶƚĞƌƉƌĠƚĂƟŽŶĞƚŝůĐŽŶƐŝĚğƌĞƋƵĞĐĞƚĞƌŵĞĚŽŝƚ
ġƚƌĞƌĂƩĂĐŚĠăů͛ŽůŝǀĞĞůůĞͲŵġŵĞ͘>ĞǀĞƌƐĞƚƐŽƵůŝŐŶĞŝĐŝƋƵĞĐĞůůĞͲĐŝĚŽŝƚġƚƌĞƉƵƌĞĞƚďĞůůĞ͕
ƐĂŶƐĚĠĨĂƵƚĞƚƐĂŶƐƚĂĐŚĞ(1).
KŶƉĞƵƚĞdžƉůŝƋƵĞƌůĂĚŝǀĞƌŐĞŶĐĞĞŶƚƌĞZĂĐŚŝĞƚůĞ/ďŶnjƌĂƐĞůŽŶůĂ,ĂůĂ͛ŚĂ͘>ĞZĂŵďĂŵ
dit(2)͕ĞŶĞīĞƚ͕ƋƵĞ͗«celui qui veut acquérir un mérite doit recourber son mauvais penͲ
chant(3)͕ĨĂŝƌĞƉƌĞƵǀĞĚĞůĂƌŐĞƐƐĞ͕ŽīƌŝƌƵŶƐĂĐƌŝĮĐĞƋƵŝƐŽŝƚůĞƉůƵƐďĞĂƵĞƚůĞŵĞŝůůĞƵƌ(4). Et,
il en est de même ĠŐĂůĞŵĞŶƚƉŽƵƌƚŽƵƚĐĞƋƵŝĞƐƚĨĂŝƚƉŽƵƌůĞEŽŵĚĞ͘ŝĞƵ͕YƵŝĞƐƚďŽŶ(5).
C’est ainsi qu’il est dit(6)͚͗ƚŽƵƚĐĞƋƵŝĞƐƚŐƌĂƐĞƐƚƉŽƵƌů͛ƚĞƌŶĞů͛».
/ůLJĂůŝĞƵĚĞƐ͛ŝŶƚĞƌƌŽŐĞƌƐƵƌů͛ŽƌŝŐŝŶĞĚĞĐĞƩĞ>Žŝ͗ƉŽƵƌƋƵŽŝĨĂƵƚͲŝůĐŽŶƐĂĐƌĞƌă͘ŝĞƵ
le meilleur et le plus beau de toute chose(7) ? KŶƉĞƵƚƉĞŶƐĞƌƋƵĞĐĞƩĞĚŝƐƉŽƐŝƟŽŶƐ͛ĂƉͲ
ƉůŝƋƵĞăů͛ŽďũĞƚůƵŝͲŵġŵĞ͕ĐĞƋƵŝǀĞƵƚĚŝƌĞƋƵĞĐĞůƵŝƋƵŝĞƐƚĐŽŶƐĂĐƌĠă͘ŝĞƵĚŽŝƚġƚƌĞďĞĂƵ
et bon.
DĂŝƐ͕ ů͛ŽŶ ƉĞƵƚ ĞŶǀŝƐĂŐĞƌ ĂƵƐƐŝ ƋƵĞ ĐĞ ƉƌŝŶĐŝƉĞ Ɛ͛ĂƉƉůŝƋƵĞ ă ů͛ŚŽŵŵĞ ƐĂŶĐƟĮĂŶƚ ƵŶ
ŽďũĞƚăƐŽŶƌĠĂƚĞƵƌ͘ĞůƵŝͲĐŝĚŽŝƚĨĂŝƌĞƉƌĞƵǀĞĚĞŐĠŶĠƌŽƐŝƚĠ͕ĚŽŶŶĞƌůĞŵĞŝůůĞƵƌĞƚůĞƉůƵƐ
ďĞĂƵĚĞĐĞƋƵ͛ŝůƉŽƐƐğĚĞ͛͘ĞƐƚůĞƐĞŶƐĚĞů͛ĂĸƌŵĂƟŽŶĚƵZĂŵďĂŵ : «celui qui veut acquéͲ
ƌŝƌƵŶŵĠƌŝƚĞĚŽŝƚƌĞĐŽƵƌďĞƌƐŽŶŵĂƵǀĂŝƐƉĞŶĐŚĂŶƚ͕ĨĂŝƌĞƉƌĞƵǀĞĚĞůĂƌŐĞƐƐĞ»(8).
(1) On verra, à ce propos, le Likouteï Si’hot, tome 11, à la page 127.
(2) A la fin de ses Lois des Interdits de l’autel.
(3) Qui l’incite à conserver le bénéfice de ses biens pour sa propre personne.
(4) Y compris dans un cas en lequel un sacrifice moins beau permettrait également de s’acquitter de son
obligation.
(5) Non uniquement pour les sacrifices.
(6) Vaykra 3, 16.
(7) De fait, pourquoi ne pas offrir à D.ieu ce qui est moyen ?
(8) Il semble effectivement que le Rambam opte pour la seconde interprétation.
1
/ůLJĂƵŶĞŝŶĐŝĚĞŶĐĞĐŽŶĐƌğƚĞ͕ƐĞůŽŶƋƵĞů͛ŽŶĂĚŽƉƚĞůĂƉƌĞŵŝğƌĞŝŶƚĞƌƉƌĠƚĂƟŽŶŽƵůĂ
ƐĞĐŽŶĚĞ͛͘ĂƉƌğƐůĂƉƌĞŵŝğƌĞ͕ƋƵŝĚŝƚƋƵĞů͛ŽďũĞƚĐŽŶƐĂĐƌĠă͘ŝĞƵĚŽŝƚġƚƌĞůĞŵĞŝůůĞƵƌ͕
ce principe s’applique uniquement à un objet achevé, que l’on pourrait consacrer au
Temple(9). C’est uniquement dans ce cas qu’il doit être le meilleur.
ŶƌĞǀĂŶĐŚĞ͕Ě͛ĂƉƌğƐůĂƐĞĐŽŶĚĞŝŶƚĞƌƉƌĠƚĂƟŽŶ͕ƋƵŝĚŝƚƋƵĞů͛ŚŽŵŵĞĚŽŝƚŽīƌŝƌăƐŽŶ
ƌĠĂƚĞƵƌůĞŵĞŝůůĞƵƌĚĞĐĞƋƵ͛ŝůƉŽƐƐğĚĞ͕ĐĞƉƌŝŶĐŝƉĞƐ͛ĂƉƉůŝƋƵĞĚ͛ŽƌĞƐĞƚĚĠũăĂƵdžƐƚĂĚĞƐ
ĂŶƚĠƌŝĞƵƌƐĚĞůĂƉƌĠƉĂƌĂƟŽŶ͘ŚĂƋƵĞĨŽŝƐƋƵĞů͛ŚŽŵŵĞĂŐŝƚ͗«ƉŽƵƌůĞEŽŵĚĞ͘ŝĞƵ͕YƵŝ
est bon»͕ŝůĚŽŝƚƐ͛ĂƐƐƵƌĞƌƋƵ͛ŝůůĞĨĂŝƚĚĞůĂŵĞŝůůĞƵƌĞĨĂĕŽŶ͘
dĞůĞƐƚů͛ŽďũĞƚĚĞůĂĚŝƐĐƵƐƐŝŽŶĞŶƚƌĞZĂĐŚŝĞƚůĞ/ďŶnjƌĂ͘ZĂĐŚŝĂĚŽƉƚĞůĂƉƌĞŵŝğƌĞŝŶƚĞƌͲ
ƉƌĠƚĂƟŽŶƐĞůŽŶůĂƋƵĞůůĞƐĞƵůů͛ŽďũĞƚĚĠũăĂĐŚĞǀĠĚŽŝƚġƚƌĞůĞŵĞŝůůĞƵƌ͘/ůĞŶĚĠĚƵŝƚƋƵĞů͛ĂĚͲ
ũĞĐƟĨ : «pure»Ɛ͛ĂƉƉůŝƋƵĞăů͛ŚƵŝůĞ͕Đ͛ĞƐƚͲăͲĚŝƌĞĂƵƉƌŽĚƵŝƚĮŶŝƐĞƌǀĂŶƚăĂůůƵŵĞƌůĞŚĂŶĚĞͲ
ůŝĞƌ͛͘ĞƐƚĐĞƩĞŚƵŝůĞƋƵŝĚŽŝƚġƚƌĞƉƵƌĞĞƚƉƌŽƉƌĞ͕«sans dépôts».
>Ğ /ďŶ njƌĂ͕ ă ů͛ŝŶǀĞƌƐĞ͕ ĂĚŽƉƚĞ ůĂ ƐĞĐŽŶĚĞ ŝŶƚĞƌƉƌĠƚĂƟŽŶ͕ ƋƵŝ ĐŽŶƐŝĚğƌĞ ƋƵĞ ĐŚĂƋƵĞ
ĠƚĂƉĞĚĞůĂƉƌĠƉĂƌĂƟŽŶĚŽŝƚġƚƌĞďĞůůĞĞƚůĂŵĞŝůůĞƵƌĞ͕ŶŽŶƵŶŝƋƵĞŵĞŶƚůĂƚƌĂŶƐŵŝƐƐŝŽŶ
ĮŶĂůĞĂƵdĞŵƉůĞ͘/ůĞŶĚĠĚƵŝƚƋƵĞů͛ĂĚũĞĐƟĨ͗«pure»Ɛ͛ĂƉƉůŝƋƵĞ͕ĚĞůĂŵġŵĞĨĂĕŽŶ͕ăů͛ŽůŝǀĞ͕
ƐĞƌǀĂŶƚăƉƌĠƉĂƌĞƌů͛ŚƵŝůĞ͘KŶŶĞĚŽŝƚƵƟůŝƐĞƌƋƵĞĚĞďĞůůĞƐŽůŝǀĞƐ͕ůĞƐƉůƵƐĐŚŽŝƐŝĞƐ(10).
ĞƩĞ ĚŝƐĐƵƐƐŝŽŶ ƉĞƵƚ ĠŐĂůĞŵĞŶƚ ġƚƌĞ ĞdžƉůŝƋƵĠĞ Ě͛ĂƉƌğƐ ůĂ ͚,ĂƐƐŝĚŽƵƚ͕ ƋƵŝ ĚĠĮŶŝƚ ůĞ
ĐŽŶƚĞŶƵŵŽƌĂůĚĞů͛ŽůŝǀĞĚĞĚĞƵdžĨĂĕŽŶƐ(11) :
Ϳ>͛ŽůŝǀĞĂŵğƌĞ(12)ƌĞƉƌĠƐĞŶƚĞůĂĨŽƌĐĞĚƵŵĂů(13)͕ƋƵŝĚŽŝƚġƚƌĞďƌŝƐĠĞĞƚĠĐƌĂƐĠĞ͕ĂĮŶĚĞ
ŵĞƩƌĞĞŶĠǀŝĚĞŶĐĞů͛ŚƵŝůĞ͕ů͛ƩƌŝďƵƚĚĞ͚,Ž͛ŚŵĂ͕ůĂ^ĂŐĞƐƐĞĚĞ͘ŝĞƵ(14).
Ϳ>͛ŽůŝǀĞĞƐƚů͛ŽƌŝŐŝŶĞĚĞů͛ŚƵŝůĞĞƚĞůůĞĨĂŝƚĚŽŶĐĂůůƵƐŝŽŶăůĂ^ĞĮƌĂĚĞ<ĠƚĞƌ͕ůĂĐŽƵƌŽŶŶĞ
ƋƵŝƐƵƌƉůŽŵďĞů͛ĞŶĐŚĂŠŶĞŵĞŶƚĚĞƐŵŽŶĚĞƐ͕ăů͛ŽƌŝŐŝŶĞĚĞů͛ƩƌŝďƵƚĚĞ͚,Ž͛ŚŵĂ(15).
(9) C’est la condition pour pouvoir l’offrir.
(10) Certes, après que les olives aient été écrasées, on ne voit pas si l’huile provient de bonnes olives ou de
celles qui sont gâtées.
(11) Comme l’expliquent longuement le Sefer Ha Likoutim Tséma’h Tsédek, à l’article : «olive» et le Torat
Mena’hem, tome 21, à partir de la page 33, avec les références qui sont indiquées.
(12) Comme l’indique le commentaire de Rachi sur le verset Noa’h 8, 11.
(13) Ainsi, le traité Horayot 13b dit que : «l’olive fait oublier une étude de soixante-dix ans».
(14) On consultera, sur ce point, en particulier, le Torah Or, aux pages 81c et 110d, le Likouteï Torah, Parchat Beaalote’ha, à la page 36b.
(15) Et, infiniment plus haut que lui.
2
>ĂĐŽŶĐĞƉƟŽŶĚƵ/ďŶnjƌĂĐŽƌƌĞƐƉŽŶĚăůĂƉƌĞŵŝğƌĞĨĂĕŽŶĚĞĚĠĮŶŝƌů͛ŽůŝǀĞ͕ůĂĨŽƌĐĞĚƵ
ŵĂů͕ƐŽŶĂƐƉĞĐƚŶĠŐĂƟĨ͘^ĞůŽŶůƵŝ͕ŝůLJĂĚŽŶĐůŝĞƵĚĞĐŚŽŝƐŝƌůĞƐŵĞŝůůĞƵƌĞƐŽůŝǀĞƐ͕ůŝďĠƌĠĞƐ͕
ĚĂŶƐƚŽƵƚĞůĂŵĞƐƵƌĞĚƵƉŽƐƐŝďůĞ͕ĚĞů͛ĞŵƉƌŝƐĞĚĞƐĨŽƌĐĞƐĚƵŵĂů͕ĂĮŶĚ͛ĞŶƟƌĞƌƵŶĞŚƵŝůĞ
ƋƵŝƐĞƌĂĚŝŐŶĞĚ͛ĂůŝŵĞŶƚĞƌůĞŚĂŶĚĞůŝĞƌ͘
ZĂĐŚŝ͕ĞŶƌĞǀĂŶĐŚĞ͕ĐŽŶƐŝĚğƌĞ͕ĐŽŶĨŽƌŵĠŵĞŶƚăůĂƐĞĐŽŶĚĞĨĂĕŽŶ͕ƋƵĞů͛ŽůŝǀĞĐŽƌƌĞƐͲ
ƉŽŶĚăůĂ^ĞĮƌĂĚĞ<ĠƚĞƌ͕ƵŶƐƚĂĚĞĚŝǀŝŶƉĂƌƟĐƵůŝğƌĞŵĞŶƚŚĂƵƚ͘/ůĞŶĚĠĚƵŝƚƋƵ͛ĂƵĐƵŶĞƐĠͲ
ůĞĐƟŽŶŶ͛ĞƐƚŶĠĐĞƐƐĂŝƌĞƉŽƵƌůĞƐŽůŝǀĞƐĞůůĞƐͲŵġŵĞƐ͕ƋƵĞůĞĐŚŽŝdžĚŽŝƚƉŽƌƚĞƌƵŶŝƋƵĞŵĞŶƚ
ƐƵƌů͛ŚƵŝůĞƟƌĠĞĚĞĐĞƐŽůŝǀĞƐ͕ƋƵŝĐŽƌƌĞƐƉŽŶĚăƵŶƐƚĂĚĞƉůƵƐďĂƐ͘
* * *
sġƚĞŵĞŶƚƐĚĞƉƌŽƉŚĠƟĞ
(Discours du Rabbi, Likouteï Si’hot, tome 31, page 156)
Le verset Tetsavé 28, 4 dit : «sŽŝĐŝůĞƐǀġƚĞŵĞŶƚƐƋƵĞů͛ŽŶĨĞƌĂ͕ůĞƉĞĐƚŽƌĂůĞƚů͛ƉŚŽĚ»,
deux des huit vêtements du Grand Prêtre, qui avaient un rôle important pour obtenir la
ƉƌŽƉŚĠƟĞ͘ŶĞīĞƚ͕ůŽƌƐƋƵĞůĞƐĞŶĨĂŶƚƐĚ͛/ƐƌĂģůǀŽƵůĂŝĞŶƚŝŶƚĞƌƌŽŐĞƌůĞ^ĂŝŶƚďĠŶŝƐŽŝƚͲ/ů͕ůĞ
'ƌĂŶĚWƌġƚƌĞĐŽŶƐƵůƚĂŝƚƐŽŶƉĞĐƚŽƌĂůĞƚĐ͛ĞƐƚ͕ĚĞĐĞƩĞĨĂĕŽŶ͕ƋƵ͛ŝůŽďƚĞŶĂŝƚĚĞƐƌĠƉŽŶƐĞƐ
claires(1).
ĞƌƚĂŝŶƐ'ƌĂŶĚƐWƌġƚƌĞƐŶ͛ĠƚĂŝĞŶƚƉĂƐĂƵŶŝǀĞĂƵĚ͛ŝŶƚĞƌƌŽŐĞƌ͘ŝĞƵƉĂƌů͛ŝŶƚĞƌŵĠĚŝĂŝƌĞ
du pectoral(2). Ils étaient alors considérés comme des Grands Prêtres ăƉĂƌƚĞŶƚŝğƌĞ͕dans
ƚŽƵƐ ůĞƐ ĚŽŵĂŝŶĞƐ͕ ă ů͛ĞdžĐĞƉƟŽŶ ĚĞ ĐĞůƵŝͲůă(3). C’est ainsi que la Guemara dit(4) : «si un
'ƌĂŶĚWƌġƚƌĞŶ͛ĞƐƚƉĂƐŝŶƐƉŝƌĠƉĂƌ͘ŝĞƵ͕ŵġŵĞƐŝůĂWƌĠƐĞŶĐĞĚŝǀŝŶĞƐĞƌĠǀğůĞăůƵŝ͕ŽŶŶĞ
ƉŽƐĞƉĂƐĚĞƋƵĞƐƟŽŶƐƉĂƌƐŽŶŝŶƚĞƌŵĠĚŝĂŝƌĞ».
ŽŵŵĞŶƚůĞ'ƌĂŶĚWƌġƚƌĞŽďƚĞŶĂŝƚͲŝůƵŶĞƌĠƉŽŶƐĞƉĂƌů͛ŝŶƚĞƌŵĠĚŝĂŝƌĞĚƵƉĞĐƚŽƌĂů͍>ĞƐ
^ĂŐĞƐĚ͛/ƐƌĂģůŽŶƚ͕ăĐĞƉƌŽƉŽƐ͕ĚĞƐĂǀŝƐĚŝǀĞƌŐĞŶƚƐ͘ZĂďďŝzŽ͛ŚĂŶĂŶĚŝƚ͗«ůĞƐůĞƩƌĞƐĂƉƉĂͲ
raissent en saillie»͕ĐĞƋƵŝǀĞƵƚĚŝƌĞƋƵĞĐĞƌƚĂŝŶĞƐůĞƩƌĞƐŐƌĂǀĠĞƐƐƵƌůĞƉĞĐƚŽƌĂůĞŶĚĠƉĂƐͲ
ƐĂŝĞŶƚ͛͘ĞƐƚĂŝŶƐŝƋƵĞůĞŐƌĂŶĚWƌġƚƌĞƉŽƵǀĂŝƚůŝƌĞůĂƌĠƉŽŶƐĞ(5).
ZĞŢĐŚ>ĂŬŝƐŚ͕ĞŶƌĞǀĂŶĐŚĞ͕ĂǀĂŝƚƵŶĂƵƚƌĞĂǀŝƐ͛͘ĂƉƌğƐůƵŝ͕«ůĞƐůĞƩƌĞƐ͛ĂƐƐŽĐŝĂŝĞŶƚ», ce
ƋƵŝǀĞƵƚĚŝƌĞƋƵĞůĞŐƌĂŶĚWƌġƚƌĞŽďƐĞƌǀĂŝƚƵŶĞĂƐƐŽĐŝĂƟŽŶĚĞƐůĞƩƌĞƐ;ϲͿ͕ƐƵƌůĞƉĞĐƚŽƌĂů͕
qui composait la réponse.
(1) Par une révélation céleste.
(2) Nos Sages, dont la mémoire est une bénédiction, précisent que c’était le cas, notamment, dans le second
Temple. Les Grands Prêtres avaient alors une stature morale plus réduite.
(3) Pour lequel ils étaient déclarés incompétents.
(4) Dans le traité Yoma 73b.
(5) Selon les mots qui étaient ainsi constitués.
3
zĂǀĂŝƚͲŝůůăƵŶĞĂƉƉĂƌŝƟŽŶƉŚLJƐŝƋƵĞ(7) ou morale(8)͍>ăĞŶĐŽƌĞ͕ůĞƐĂǀŝƐĚŝǀĞƌŐĞŶƚ͘ZĂĐŚŝ
ĐŽŶƐŝĚğƌĞ ƋƵĞ ĐĞƚƚĞ ĂƉƉĂƌŝƚŝŽŶ ĠƚĂŝƚ ĞĨĨĞĐƚŝǀĞŵĞŶƚ ŵĂƚĠƌŝĞůůĞ͕ ƋƵĞ ůĞ Grand Prêtre la
voyait de ses propres yeux.
>ĞZĂŵďĂŵ͕ăů͛ŝŶǀĞƌƐĞ͕ĂĸƌŵĞ(9)ƋƵĞůĂƐĂŝůůŝĞŽƵů͛ĂƐƐŽĐŝĂƟŽŶĚĞƐůĞƩƌĞƐĠƚĂŝĞŶƚƵŶŝͲ
quement : «ƵŶĞǀŝƐŝŽŶƉƌŽƉŚĠƟƋƵĞ». En ce sens, le pectoral était uniquement un instruͲ
ŵĞŶƚ͕ƐƵƐĐŝƚĂŶƚĐŚĞnjůĞ'ƌĂŶĚWƌġƚƌĞƵŶĞƐƉƌŝƚĚĞƉƌŽƉŚĠƟĞ(10).
Le pectoral et l’Ephod étaient portés uniquement par le Grand Prêtre. En revanche,
Ě͛ĂƵƚƌĞƐƉĞƌƐŽŶŶĞƐƉŽƌƚĂŝĞŶƚĠŐĂůĞŵĞŶƚƵŶǀġƚĞŵĞŶƚĂƩĞƐƚĂŶƚĚĞůĞƵƌĂƉƟƚƵĚĞăůĂƉƌŽͲ
ƉŚĠƟĞ͘ŝŶƐŝ͕ůĞZĂŵďĂŵĞŶƐĞŝŐŶĞ(11) :
«dƵ ƚƌŽƵǀĞƐ͕ ĚĂŶƐ ůĞƐ ƉƌŽƉŽƐ ĚĞƐ ƉƌŽƉŚğƚĞƐ͕ ƋƵĞ ůĞƐ ŽŚĂŶŝŵ ƉŽƌƚĂŝĞŶƚ ƵŶ ƉĞĐƚŽƌĂů
ĚĞůŝŶ͘ĞƵdžͲůăŶ͛ĠƚĂŝĞŶƚƉĂƐŶĠĐĞƐƐĂŝƌĞŵĞŶƚĚĞƐ'ƌĂŶĚƐWƌġƚƌĞƐ͘ŶĞīĞƚ͕ůĞƐĮůƐĚĞƐƉƌŽͲ
ƉŚğƚĞƐƉŽƌƚĂŝĞŶƚĠŐĂůĞŵĞŶƚĐĞƉĞĐƚŽƌĂů͕ĐĞƵdžƋƵŝĠƚĂŝĞŶƚĂƉƚĞƐăƌĞĐĞǀŽŝƌů͛ŝŶƐƉŝƌĂƟŽŶĚŝͲ
vine(12). Il était ainsi établi que ces hommes étaient parvenus au niveau de Grand Prêtre,
ƌĞĐĞǀĂŶƚů͛ŝŶƐƉŝƌĂƟŽŶĚŝǀŝŶĞƉĂƌů͛ƉŚŽĚĞƚůĞƉĞĐƚŽƌĂů».
Ŷ Ě͛ĂƵƚƌĞƐ ƚĞƌŵĞƐ͕ ĐĞůƵŝ ƋƵŝ ƉŽƌƚĂŝƚ ůĞ ƉĞĐƚŽƌĂů ĠƚĂŝƚ ŝĚĞŶƟĮĠ ĐŽŵŵĞ ƵŶ ƉƌŽƉŚğƚĞ͕
ĐŽŵŵĞƐĞƌǀŝƚĞƵƌĚĞ͘ŝĞƵĞƚ͕ĚĞĐĞĨĂŝƚ͕ŝůĠƚĂŝƚĐŽŵƉĂƌĂďůĞĂƵ'ƌĂŶĚWƌġƚƌĞƋƵŝ͕ůƵŝͲŵġŵĞ͕
ĂƐƐƵŵĞ^ŽŶƐĞƌǀŝĐĞĚĂŶƐůĞdĞŵƉůĞ͘
DġŵĞƐŝůĞZĂŵďĂŵĂĸƌŵĞƋƵĞ͗«ces hommes étaient parvenus au niveau de Grand
Prêtre»͕ĞŶƌĠĂůŝƚĠ͕ůĞƉƌŽƉŚğƚĞĞƐƚƉůƵƐŚĂƵƚƋƵĞůĞ'ƌĂŶĚWƌġƚƌĞ͘KŶƉĞƵƚůĞǀĠƌŝĮĞƌĞŶ
ƌĂƉƉĞůĂŶƚůĞƐĐŽŶĚŝƟŽŶƐƋƵĞů͛ŽŶĚŽŝƚƌĞŵƉůŝƌ͕ƉŽƵƌġƚƌĞƉƌŽƉŚğƚĞ͕ĚŽŶƚŽŶŶĞƚƌŽƵǀĞƉĂƐ
ů͛ĠƋƵŝǀĂůĞŶƚĐŚĞnjůĞ'ƌĂŶĚWƌġƚƌĞ͘/ůĨĂƵƚĞŶĚĠĚƵŝƌĞůĂŐƌĂŶĚĞǀĂůĞƵƌĚƵƉƌŽƉŚğƚĞ(13).
KŶƉĞƵƚƚƌŽƵǀĞƌƵŶĞĂůůƵƐŝŽŶăĐĞůĂĚĂŶƐůĞĨĂŝƚƋƵĞůĂƉƌŽƉŚĠƟĞĚƵ'ƌĂŶĚWƌġƚƌĞĞƐƚ
ůŝĠĞăůĂƉƌĠƐĞŶĐĞĚ͛ƵŶƉŚŽĚĞƚĚ͛ƵŶƉĞĐƚŽƌĂů͕Đ͛ĞƐƚͲăͲĚŝƌĞĚĞƐǀġƚĞŵĞŶƚƐĞŶĮůĚ͛Žƌ͕ĂůŽƌƐ
ƋƵĞůĞƐƉƌŽƉŚğƚĞƐƉŽƌƚĞŶƚƵŶƉĞĐƚŽƌĂůĞŶůŝŶ͘Kƌ͕ƵŶǀġƚĞŵĞŶƚĞŶůŝŶĞƐƚƉůƵƐŚĂƵƚƋƵ͛ƵŶ
vêtement en or(14).
(6) Sans qu’elles soient nécessairement en saillie.
(7) Perceptible à la vision de l’œil.
(8) Une vue de l’esprit.
(9) Dans ses Lois des instruments du Temple et de ceux qui y effectuaient le service, chapitre 10, au paragraphe 11.
(10) La réponse à la question posée dépendait, au final, de la prophétie du Grand Prêtre, non pas de l’instrument qu’il possédait.
(11) A la même référence, au paragraphe 13.
(12) Même s’ils ne la recevaient pas toujours. Ce sont eux qui sont appelés les fils des prophètes.
(13) Auquel D.ieu peut se révéler à tout moment !
(14) C’est précisément pour cette raison qu’il a une apparence plus simple.
4
ĞŵġŵĞ͕ĐŚĞnjůĞ'ƌĂŶĚWƌġƚƌĞůƵŝͲŵġŵĞ͕ůĞƐǀġƚĞŵĞŶƚƐĚĞůŝŶƋƵ͛ŝůƉŽƌƚĞăzŽŵ<ŝƉͲ
ƉŽƵƌƌĞƉƌĠƐĞŶƚĞŶƚůĂƉůƵƐŚĂƵƚĞĠůĠǀĂƟŽŶĞƚĐ͛ĞƐƚĞŶůĞƐƉŽƌƚĂŶƚƋƵ͛ŝůĞŶƚƌĞĚĂŶƐůĞ^ĂŝŶƚ
des saints(15)͘/ůĞŶƌĠƐƵůƚĞƋƵĞů͛ŝŶƐƉŝƌĂƟŽŶĚŝǀŝŶĞĚĞƐƉƌŽƉŚğƚĞƐ͕ƉŽƌƚĂŶƚůĞƉĞĐƚŽƌĂůĚĞůŝŶ
dépasse le niveau du Grand Prêtre, vêtu d’or.
WƵŝƐƐĞ͘ŝĞƵĨĂŝƌĞƋƵĞƐ͛ĂĐĐŽŵƉůŝƐƐĞƉƌŽĐŚĂŝŶĞŵĞŶƚůĂƉƌŽŵĞƐƐĞƐĞůŽŶůĂƋƵĞůůĞ͗«Je déͲ
ǀĞƌƐĞƌĂŝDŽŶĞƐƉƌŝƚƐƵƌƚŽƵƚĞĐŚĂŝƌ͕ǀŽƐĮůƐĞƚǀŽƐĮůůĞƐƉƌŽƉŚĠƟƐĞƌŽŶƚ»(16). Tout le peuple
Ě͛/ƐƌĂģůƐĞƌĂĂůŽƌƐĐŽŶƐƟƚƵĠĚĞƉƌŽƉŚğƚĞƐ͕ůŽƌƐĚĞůĂĚĠůŝǀƌĂŶĐĞǀĠƌŝƚĂďůĞĞƚĐŽŵƉůğƚĞ͕ƉĂƌ
ŶŽƚƌĞũƵƐƚĞDĂĐŚŝĂ͛Ś͕ƚƌğƐďŝĞŶƚƀƚĞƚĚĞŶŽƐũŽƵƌƐ͘
* * *
(15) Il écarte alors les vêtements en or, pour ne pas prendre le risque de rappeler la faute du veau d’or.
(16) Yoël 3, 1.
5
‫מזל טוב‬
Cette si’ha est offerte par
M. et Mme Mendi Mottal '‫שי‬
à l’occasion de
la naissance de leur fils
Levi Ytshak
'‫שיחי‬
le 29 Chevat 5776
ainsi que pour le mérite
de sa sœur
Haya Moussia
' ‫שת ח י‬
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
4
Taille du fichier
262 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler