close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

ben elliot tbh i dunno if i have feelings debut solo show

IntégréTéléchargement
ben elliot
tbh i dunno if i have feelings
debut solo show – 22-30.01.16
hosted n curated by artagōn
on the invitation of very art space
tbh i dunno if i have feelings se veut comme une liaison de notions à la fois absolument universelles (dématérialisation et métaphysique) avec d’autres
ultra-intimes (journal et sentiments quotidiens). Basée sur un ensemble d’oeuvres interconnectées, l’exposition développe des propositions pouvant
agir à la fois seules et en organisation. Le polycarbonate, matière transparente, construit sans cesse avec son environnement un réseau s’établissant
selon l’atmosphère adjacente et d’autres données en apparence externes, qui forment une jonction totale (telles la lumière naturelle et artificielle qui
les placent dans une dématérialisation et recréation muables par la rétroprojection de la transparence). Ici, plusieurs niveau de matière/dématière
oeuvrent les uns avec les autres.
Cet attrait pour le réseau se retrouve alors dans l’intégration, au sein même du processus de création, des stratégies de communication (utilisations de
l’invitation et des réseaux sociaux) ou des relations sociales et transactionnelles inhérente à l’acte d’exposer (le vernissage), à l’image d’une société
spéculative et instantanéisée.
Ben Elliot & Samy Ghiyati
« Au premier regard, c’est une certaine distance qui est instaurée par l’œuvre de Ben Elliot. Une plaque de polycarbonate, un voile de plastique
transparent, un titre évoquant un manque d’émotion… excepté un amour assumé pour son Iphone. De cette esthétique émane l’idée du transhumanisme : l’incarnation des Hommes sur des réseaux comme Internet, leur dématérialisation en des données online. Pourtant, c’est bien le débat
entre matériel et immatériel qui est rejoué dans les œuvres entre transparence et tangibilité de Ben Elliot – entre pulsion de vie et pulsion de mort
écrirait Freud. Or, cette métaphore est fréquemment utilisée afin de décrire les deux faces d’une même pièce : l’économie – et principalement
l’économie capitaliste. Les œuvres de Ben Elliott sont passées au feu et thermoformées… Et Jeremy Rifkin de décrire notre époque comme celle où
nous devrons payer la facture entropique d’une économie profondément enracinée dans les lois de la thermo-dynamique et ce, malgré l’omerta sur les
relations entre spéculation et énergie. »
Charlotte Cosson & Emmanuelle Luciani
Pour toute demande : artagon@artagon.co
veryartspace.com
artagon.co
tbh i dunno if i have feelings is thought as a liaison of both universal notions (dematerialization and metaphysical) and ultra-intimate others (diary and
daily feelings). Based on a set of interconnected works, the exhibition develops proposals that can act both alone and in organization. Polycarbonate,
a transparent material, interacts with its environment and is reacting according to the adjacent atmosphere and other external datas, creating a
complete junction (such as natural and artificial light that put the pieces in a constant recreation mutable by transparency). Here, several layers of
material/dematerial are responding to each other.
This interest in the network is then integrated within the creative process, through the use of communication strategies (invitation and social networks)
as well as social and transactional relationships inherent in the act of exhibiting (opening), such as the idea of a speculative and instant society.
Ben Elliot & Samy Ghiyati
« At first sight, it is a distance that is established with the work of Ben Elliot. A polycarbonate sheet, a transparent plastic sail, a title evoking a lack of
emotion... except an assumed love for his IPhone. From this aesthetic exudes the idea of trans-humanism: the incarnation of human into networks
such as the Internet, and its dematerialization into online data. Yet it is the debate between tangible and intangible that is replayed in the works
between transparency and tangibility - between life drive and death instinct as Freud would write. But this metaphor is frequently used to describe the
two sides of the same coin: the economy - and especially the capitalist economy. Ben Elliot's works are burnt and thermoformed... And Jeremy Rifkin
to describe our time like this when we have to pay the entropic bill of an economy deeply rooted in the laws of thermodynamics and despite the omerta
on the relationship between speculation and energy. »
Charlotte Cosson & Emmanuelle Luciani
For any request: artagon@artagon.co
veryartspace.com
artagon.co
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
4
Taille du fichier
197 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler