close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Communiqué

IntégréTéléchargement
SYNDICAT NATIONAL DES
ENTREPRISES DE SÉCURITÉ
COMMUNIQUÉ DE PRESSE - 16 FEVRIER 2016
À L’ISSUE DE SON CONSEIL D’ADMINISTRATION,
LE SNES PREND POSITION CONTRE LE PROJET USP
D’INSTITUT / ÉCOLE NATIONAL (/E) DE LA PRÉVENTION SÉCURITÉ
Notre confrère patronal, l’USP, par les propos de son Président, avance vouloir mettre en place, si l’on se réfère
précisemment à diverses déclarations et publications*, une instance ou structure ayant pour « vocation principale de labelliser les organismes de formation… et d’harmoniser les contenus… ».
Engager une telle initiative, au moment précis où le CNAPS va prendre sous son contrôle la formation en Sécurité
Privée, après de nombreux mois de travaux initiés par une volonté ministérielle affirmée, paraît non seulement
surprenant et inopportun mais tout à fait redondant. C’est aussi et très dangereusement vouloir empiéter, voire
plus, sur les prérogatives légales des instances paritaires de la branche au regard notamment de la formation
professionnelle.
C’est la raison pour laquelle, sur le fond comme sur la forme, le SNES prend clairement et nettement position
contre une telle initiative qui vient jeter la confusion et le trouble dans la profession à un moment où au
contraire, les enjeux n’ont jamais été aussi clairs en faveur d’une prise de responsabilité majeure en termes de
professionnalisation.
Le SNES n’a donc directement ou indirectement jamais apporté et n’apportera jamais la moindre caution à une
telle démarche et s’opposera d’ailleurs par tous les moyens à sa disposition à ce qu’elle puisse, hypothèse purement d’école, bénéficier de financements publics fussent-ils inexistants (projet vide de fonds de modernisation).
S’il ne s’agissait plus précisement, ce qui n’apparait absolument pas dans les propos et écrits divers de l’USP à ce
stade, que d’une simple initiative privée venant prendre sa place dans un marché libre et concurrentiel, certes
déja bien emcombré, celui des écoles de formation, il est évident que le SNES n’aurait strictement rien à redire,
sinon peut être s’étonner qu’il revienne à un syndicat patronal d’en prendre l’initiative, en lieu et place de ses
adhérents, en lui donnant une pseudo caution d’intérêt général.
L’ESSENTIEL POUR LE SNES EST AILLEURS :
POSER LES BASES D’UN NOUVEAU CONTRAT SOCIAL ET PROFESSIONNEL
Mais l’essentiel n’est pas là. Tout au contraire de ce qui semble être l’objectif à peine dissimulé du projet de l’USP
— quasiment se substituer aux instances paritaires de la branche — l’essentiel est, pour le SNES, d’avancer
fermement sur un accord de branche associé à une plate-forme sociale, si possible pluriannuelle, pour poser les
bases d’un nouveau contrat social et professionnel. Voilà ce qui est indispensable et urgent pour permettre au
métier, ici et maintenant, de relever durablement les nouveaux défis qui se présentent à lui.
C’est donc bien ce à quoi s’est plus que jamais attelé le SNES depuis la mesure de dérégulation engagée unilatéralement par l’USP avec sa dénonciation, en octobre dernier, de l’accord des métiers repères.
C’est l’esprit même de l’accord de branche SNES de novembre 2015 qu’a déjà signé une organisation syndicale
de salariés et qui nous l’espérons sera rejointe par quelques-uns de ses confrères.
LE SNES CONSTAMMENT OUVERT AU DIALOGUE INTERPATRONAL PROPOSE
UN PLANNING À L’USP, AU SESA ET AU GPMSE
Mais soucieux d’avancer et de ne freiner en rien des mesures en faveur des salariés et de l’ensemble du métier
et de ses opérateurs qui n’ont que trop tardé, le SNES rappelle que, comme il l’a toujours constamment été par
le passé, il reste ouvert au dialogue interpatronal.
.../...
SYNDICAT NATIONAL DES ENTREPRISES DE SECURITE
47 Rue Aristide Briand 92300 LEVALLOIS-PERRET
Tél : 01.41.34.36.52 - Fax : 01.41.34.36.53
contact@e-snes.org -
www.e-snes.org
SYNDICAT NATIONAL DES
ENTREPRISES DE SÉCURITÉ
Un tel dialogue interpatronal, franc et équilibré, qui n’est pas écrit et dicté par avance, requiert préparation, discussions, concessions. Voilà pourquoi le SNES proposera début mars à tous ses confrères patronaux de la branche : le GPMSE, le SESA et l’USP, un planning précis de réunions de travail afin d’aboutir autant que faire se peut,
à une plate-forme interpatronale commune.
Confiant dans les instances paritaires de branche, partisan d’un dialogue social franc et ouvert, le SNES pense
donc qu’il est parfaitement inutile et tout à fait contre-productif de mettre sur la table, unilatéralement encore,
un projet tel que celui défendu par Claude Tarlet, Président de l’USP.
Jean-Pierre Tripet, Président, a conclu ainsi le Conseil d’Administration du SNES du 16 février qui a validé cette
prise de position et cette stratégie sociale et professionnelle ambitieuse du SNES :
"Alors que les pouvoirs publics nous ont enfin donné les instances et interlocuteurs publics : CNAPS et DCS, dans
lesquels nous avons toute confiance, sachons enfin, sur les plans essentiels du social et du professionnel qui sont de
notre seul ressort, nous focaliser sur les vrais enjeux. Et encore une fois, on le voit bien, ce n’est absolument pas une
question d’unicité stricte du leadership et de la gouvernance de la partie patronale et à tort instrumentalisée par
certains, qui est en cause. Ce dont il est question, c'est bien d’unité partagée de vision et non d’instances. Et c’est ce
pourquoi se bat et continuera de se battre un SNES plus que jamais uni et collectif, loin des egos et initiatives individuelles mais focalisé sur l’intérêt général.»
POUR LE SNES,
LE CONSEIL D’ADMINISTRATION REUNI LE 16 FÉVRIER AU SIÈGE À LEVALLOIS-PERRET
* Sources :
• EN TOUTE SÉCURITÉ, 1er février, p. 7 : USP élabore un Institut National de la Formation avec Michel Ferrero
• 21/12/15 : Projet de refonte des classifications professionnelles de la prévention sécurité : « ... Créer un Institut National de Formation
aux métiers de la sécurité privée sous le contrôle pédagogique de l’Etat. Cet institut doit porter les efforts de la profession et favoriser la montée en compétence du tissu français des entreprises patronales. En lien avec le CNAPS, cet institut doit devenir le point d’entrée dans les différents métiers de la sécurité privée. Il aura pour responsabilité de sélectionner les écoles accréditées et de concevoir et contrôler les formations
en liaison avec les pouvoirs publics. »
• 7/12/2015, site www.usp-securite.org : Il est urgent d’agir - C Tarlet : " ... Je propose que les acteurs les plus importants de la profession
appuient, par leur contribution financière, la création d’un Institut National de Formation aux métiers de la sécurité privée sous le contrôle
pédagogique de l’Etat. Cet institut doit porter les efforts de la profession et favoriser la montée en compétence du tissu français des entreprises patronales. En lien avec le CNAPS, cet institut doit devenir le point d’entrée dans les différents métiers de la sécurité privée. Il aura pour
responsabilité de sélectionner les écoles accréditées et de concevoir et contrôler les formations en liaison avec les pouvoirs publics. »
• Sécurité Privée, magazine de l’USP - Octobre/Décembre n°33, page 42
SYNDICAT NATIONAL DES ENTREPRISES DE SECURITE
47 Rue Aristide Briand 92300 LEVALLOIS-PERRET
Tél : 01.41.34.36.52 - Fax : 01.41.34.36.53
contact@e-snes.org -
www.e-snes.org
Auteur
Документ
Catégorie
Без категории
Affichages
4
Taille du fichier
105 Кб
Étiquettes
1/--Pages
signaler