close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

199 - Les primaires et l`homme qui porte le triangle rouge au

IntégréTéléchargement
199 - Les primaires et l’homme qui porte le triangle rouge au
revers de sa veste - David Pellicier - 82
Mais quelle mouche nous a piqués pour que nous allions à marche forcée vers le « Graal de
l’innovation politique » que sont les primaires ? Au début, lors du CN des 16 et 17 janvier, nous
avions convenu de nous y intéresser et je pense qu’il fallait le faire. Mais maintenant les choses
s’accélèrent en faveur des Primaires et la consultation des Communistes est en juin. Que se passe –
t-il ?
Je comprends que certains camarades puissent être inquiets de la montée du tripartisme et de la
possible victoire de Marine Le Pen. D’autre part, nous sommes nombreux à être marqués par les
divergences stratégiques entre le KPD (Parti communiste allemand) et le SPD (Parti social
démocrate allemand) qui dans certaines mesures ont permis l’accession du nazisme au début des
années 30. Je comprends aussi l’inquiétude à l’aune d’une nouvelle crise financière (ou de méga
crise) nous poussant à vouloir à tout prix sauver la gauche qui est bien partie pour disparaitre. Et
donc à tout faire pour ne pas partir en ordre pour le moins dispersé.
Cela a été notre ligne de force et de stratégie politique lors des Régionales sur Languedoc
Roussillon Midi Pyrénées, ce qui nous a permis, non sans mal et avec une certaine efficience
politique, de dépasser la barre des 10% (et c’est l’unique exemple en France où une alternative au
PS a pu atteindre un tel score). Nous pouvons donc dans cette région tenter une expérience « à la
portugaise » puisque le groupe Nouveau Monde est incontournable car les sociaux libéraux (PSPRG) n’ont pas la majorité absolue.
Cela a été possible dans cette région par le fait qu’une grande partie des Communistes de Midi
Pyrénées possède une longue expérience de l’innovation politique (Jean-Luc Mélenchon pour les
deux dernières Européennes ou encore Christian PIQUET pour les Régionales de 2008). Cela est
également dû en grande partie au rôle incontournable tenu par deux personnalités politiques –Marie
Pierre Vieu pour le PCF et Gérard Onesta pour EELV- qui ont pu analyser au mieux l’instant
politique et l’opportunité que nous pouvions acquérir dans une situation où la lisibilité politique
nationale était au degré 0.
Pouvons-nous réussir cet exploit et l’amplifier ? Oui, mais il faut tout recommencer car une
Municipale ou une Régionale n’est pas une Présidentielle ! Et qu’on le veuille ou non, tout se jouera
dans cette « mère des batailles » qu’est l’évènement de 2017 et avec cette spécificité - comme
d’ailleurs aux Municipales que les maires communistes connaissent bien car leur score est souvent
bien supérieur à celui du PCF - entre un homme / femme et des citoyens. On peut le déplorer mais
c’est ainsi.
Et pour ne pas rajouter de la confusion à la confusion, il nous faudrait être « gramsciens » et
construire un large rassemblement des plus « hétéroclites » et travailler à des contenus. Bon bref,
c’est une démarche qui me satisfait sur le fond bien sûr, mais qui est complètement inadaptée à la
situation. Pour une fois, nous nous devons d’être le mouvement et la rapidité. Tout le monde est
déjà parti (que ce soit Marine Le Pen ou toute la droite) car chacun a compris que cette élection de
2017 sera « une bombe thermonucléaire » politique.
Ce qui m’attriste le plus dans ces Primaires, au delà de la perte de temps qui fera que nous ne serons
pas prêts pour la Fête de l’’Humanité, c’est que nous allons faire la part belle aux fameux frondeurs
du PS dont le vote est des plus aléatoires et qui sont incapables de quitter le vaisseau amiral social
démocrate. Ce n’est pas faire du gauchisme que de dire cela, c’est tout simplement factuel !
Dans mon département de Tarn-et-Garonne, une lutte sans égale a eu lieu à la clinique du Pont de
Chaume de Montauban qui a duré plus de 50 jours et mobilisée une centaine de salariées. Résultats
des courses : un PS qui joue CONTRE la classe ouvrière et POUR les multinationales …… et pas
de militants socialistes avec nous. Heureusement, cette fois-ci le Préfet ne nous a pas envoyé les
CRS !
Alors entre ces frondeurs avec qui l’on veut construire les Primaires et qui se feront une fois de plus
mousser sur le dos des Communistes - les Écologistes n’ayant pas les moyens financiers de se payer
une Présidentielle - je préfère être avec les NÔTRES, ceux qui ne lâcheront rien dans les pires
moments. Dans quel état sortirons-nous de ces primaires pilotées par des journaux comme
Libération ?
SANS OUBLIER les évènements récents : code du travail, déchéance de nationalité, condamnation
des 8 Good Year et des Air France. A désespérer Billancourt.
Bref, si nous partons dans ces hypothétiques primaires, nous sabordons le travail patiemment tissé
avec « l’Humain d’abord » et le Front de Gauche. Nous serions CONTRE Mélenchon. Mais qui est
Mélenchon, de qui est-il le nom ?
MMélenchon, c’est près de 4 millions de personnes et certainement bien plus dans les quelques
heures qui précédèrent le premier tour, avant que la machine médiatique dont Libération (déjà lui !)
nous fasse le coup de MLP ! Le résultat nous le connaissons et bravo le Front de Gauche. Oui,
bravo le Front de Gauche, bravo le PCF qui a construit avec cette candidature de rassemblement un
merveilleux espoir à gauche. Désolé camarades mais Mélenchon c’est NOUS, comme le Front
Populaire, comme la Résistance
Alors allons-nous effacer cette ADN porté par l’ « Humain d’abord » ? Quelle farce, quel artiste
pourrait effacer la seule œuvre réussie depuis la victoire de Mitterrand en 1981 ? Il est à NOUS,
l’homme qui, au revers de sa veste, porte ce triangle rouge des luttes et du sang des Communistes.
La question pertinente est : serons-nous capables de PARLER aux Français pour changer la donne
ou allons-nous laisser MLP croître encore et casser « le plafond de verre » ? Je ne vois pas dans ce
paysage de l’urgence d’autre solution que de co-construire cette alternative politique avec ce que
représente Jean-Luc Mélenchon : son ego….. et son talent
L’équation à résoudre de cette élection présidentielle 2017 est bien celle-ci: comment allons-nous
réussir à convaincre des millions de Français avec d’autres mots sur les sujets impérieux que sont
l’emploi, le changement climatique, la santé, les retraites, l’éducation, l’Europe… tout en ayant le
concept de lutte de classe chevillé au corps et en refusant de laisser le F-Haine s’approprier les
Services publics ?
Pour conclure, la candidature de notre camarade Mélenchon ne peut en aucun cas être considérée
comme un obstacle, mais une chance pour la gauche. A Jean-Luc aussi de tenir compte que de toute
évidence, il lui faudra jouer collectif – en rassemblant en premier lieu son camp - si il veut dépasser
les instances de la V République. Le temps nous est compté.
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
4
Taille du fichier
80 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler