close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

BVA-Orange

IntégréTéléchargement
Les Français
et l’avant-projet de loi
El Khomri
Février 2016
Sondage réalisé par
pour
et
LEVÉE D’EMBARGO : SAMEDI 28 FÉVRIER A 18H
Fiche technique
Recueil
Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français
recrutés par téléphone puis interrogés par Internet les 25
et 26 février 2016.
Echantillon de 1015 personnes, représentatif de la
population française âgée de 18 ans et plus.
Echantillon
2
La représentativité de l’échantillon est assurée par la
méthode des quotas appliqués aux variables suivantes :
sexe, âge, profession du chef de famille et profession de
l’interviewé après stratification par région et catégorie
d’agglomération.
Principaux enseignements (1/2)
L’avant-projet de loi Travail porté par la ministre du Travail Myriam El Khomri a été présenté cette semaine aux organisations syndicales des salariés
et des employeurs, en vue du conseil des ministres du 9 mars. Certaines de ses dispositions ont suscité une vague de critiques en provenance de la
gauche, et notamment une tribune signée par 18 personnalités dont Martine Aubry ainsi qu’une pétition en ligne contre ce projet ayant déjà recueilli
plus de 600 000 signatures. BVA a souhaité interroger les Français pour mesurer leurs opinions à l’égard des grandes orientations de ce projet et
connaître leurs sentiments sur l’attitude du Gouvernement envers les entreprises.
Les Français ne croient pas que l’avant-projet de loi Travail permettra d’améliorer la compétitivité de la France et encore moins
de lutter contre le chômage
Une majorité des Français (54%) pensent que la réforme du code du travail proposée par la ministre du Travail Myriam El Khomri ne
permettra pas d’améliorer la compétitivité de la France, contre 41% qui pensent le contraire (5% ne se prononcent pas). Ils sont encore
plus nombreux (67%) à croire que cette réforme ne permettra pas de lutter contre le chômage tandis qu’ils sont une très large majorité à
penser qu’elle ne permettra pas non plus d’améliorer les conditions de travail des salariés (81%).
S’il n’est pas étonnant de mesurer une forte méfiance sur l’efficacité de la réforme portée par le Gouvernement étant donné le climat
général de défiance à son égard (seuls 12% des Français estiment que la politique du Gouvernement est efficace, dans notre vague du
mois de février de l’observatoire de la politique nationale), ce qui l’est davantage est le manque de confiance pour cette réforme
observé parmi ses plus proches soutiens. En effet, seule la moitié des sympathisants socialistes (52%) pensent que cette réforme
permettra d’améliorer la compétitivité de la France, seul un tiers (34%) de lutter contre le chômage et tout juste 15% d’améliorer les
conditions de travail des salariés. Autre signe du trouble que cause cet avant-projet de loi Travail, c’est auprès des sympathisants de la
droite et du centre que le projet est le mieux accueilli. 56% de ces derniers jugent qu’il permettra d’améliorer la compétitivité de la
France (contre seulement 36% de ceux de la gauche) et 48% de lutter contre le chômage (pour seulement 23% des sympathisants de la
gauche).
Les Français sont plutôt défavorables à une augmentation du temps de travail et à des licenciements facilités pour les entreprises
Plus de 3 Français sur 4 (77%) sont plutôt favorables à l’allégement des charges pour les entreprises et près de 6 sur 10 (59%) sont
également en faveur d’une plus grande flexibilité du contrat de travail. En revanche, les Français sont une petite majorité à être plutôt
défavorables à l’augmentation du temps de travail (53% versus 46%) et que près des deux tiers (63%) sont plutôt opposés à faciliter les
licenciements pour les entreprises.
3
Principaux enseignements (2/2)
Alors que les sympathisants de la droite et du centre sont favorables à l’ensemble de ces 4 pistes de réforme, les sympathisants du Parti
socialiste ne sont majoritairement favorables qu’à l’allégement des charges pour les entreprises (70%) alors qu’ils sont plus divisés sur
l’idée d’un contrat de travail plus flexible (51% plutôt favorables versus 46% plutôt défavorables) et opposés à l’augmentation de la
durée légale du temps de travail (69%) et à la facilitation des licenciements pour les entreprises (81%).
On voit bien ici le problème du Gouvernement dont l’avant-projet de loi s’inspire d’idées soutenues largement par la droite et le centre
alors qu’elles divisent au sein même des sympathisants de la gauche quand elles ne sont pas rejetées.
Les sympathisants de la gauche jugent la politique du Gouvernement trop « Pro-business », les sympathisants de la droite pas assez
Près de 2 ans après l’arrivée à Matignon de Manuel Valls qui avait fameusement déclaré à Londres être à la tête d’un gouvernement
« Pro-business », les Français sont aujourd’hui très divisés sur leur jugement de la politique actuellement menée. 41% jugent qu’elle
n’est pas assez favorable aux entreprises et 40% jugent qu’elle leur est trop favorable tandis que 16% seulement estiment qu’elle est
juste comme il faut.
Cette égalité apparente entre les deux positions cache cependant un état de l’opinion défavorable au Gouvernement : ses soutiens, les
sympathisants de la gauche et plus spécifiquement du Parti socialiste, héritiers d’une tradition de défense des travailleurs, jugent que sa
politique est trop favorable aux entreprises (respectivement 68% et 57%) alors que ses opposants, les sympathisants de la droite,
historiquement plus favorables aux intérêts du patronat, estiment en majorité qu’elle ne leur est pas assez favorable (63%).
Tout comme les parlementaires de gauche, l’opinion accueille très froidement cet avant-projet de loi. Le Gouvernement, en arcboutant sa majorité, suit une ligne qui lui apportera peu de bénéfices : trop « Anti-business » pour ses opposants, trop « Probusiness » pour ses soutiens, il risque de perdre sur les deux tableaux. Cette situation aura mis au grand jour les dissensions au
sein de la gauche, qui animeront vivement les débats des prochaines semaines autour d’une primaire de l’ensemble de la gauche.
Thomas GENTY, Chargé d’études sénior, BVA Opinion
4
Les sympathisants de la gauche jugent la politique du Gouvernement
trop « Pro-business », les sympathisants de la droite pas assez
En ce qui vous concerne, estimez-vous que la politique actuellement menée par le gouvernement est… ?
Ne se prononce pas
3%
Trop favorable aux
entreprises
40%
Pas assez favorable
aux entreprises
41%
Juste comme il faut
16%
Détail par proximité politique
Ensemble des
sympathisants
de la droite
Ensemble des
sympathisants
de la gauche
Sympathisants
des partis à la
gauche du PS
Juste comme il faut
17%
3%
25%
12%
20%
30%
24%
17%
13%
Trop favorable
68%
91%
57%
70%
16%
19%
20%
13%
34%
Pas assez favorable
13%
6%
16%
14%
63%
50%
56%
69%
51%
Ne se prononce pas
2%
-
2%
4%
1%
1%
-
1%
2%
5
Les Français réservés sur l’efficacité de la réforme du code du
travail proposée par le Gouvernement
Selon vous, la réforme du code du travail proposée par la ministre du Travail Myriam El-Khomri peut-elle
permettre…
…d’améliorer la compétitivité de la France
OUI
Ne se prononce pas
NON
41%
5%
54%
50 ans et plus : 52% - CSP + : 47%
Moins de 35 ans : 28% - CSP- : 25%
…de lutter contre le chômage
3%
30%
67%
50 ans et plus : 39% - Cadres : 37%
Actifs : 23% - Moins de 35 ans : 20% - CSP – 16%
…d’améliorer les conditions de travail des salariés
15%
4%
Inactifs : 21% - 50 ans et plus : 19%
Moins de 35 ans : 12% - Actifs : 11%
6
81%
Une réforme qui semble plus efficace aux sympathisants de la
droite qu’aux sympathisants de la gauche
Selon la proximité partisane
Selon vous, la réforme du code du travail proposée par la ministre du Travail Myriam El-Khomri peut-elle
permettre…
% OUI
ENSEMBLE
Sympathisants
Sympathisants
des partis à la
de la gauche
gauche du PS
Sympathisants
de la droite
…d’améliorer la compétitivité
de la France
41%
36%
10%
52%
20%
56%
57%
70%
53%
30%
…de lutter contre le chômage
30%
23%
5%
34%
12%
48%
38%
67%
46%
18%
…d’améliorer les conditions
de travail des salariés
15%
11%
7%
15%
3%
25%
14%
28%
28%
11%
7
Les Français favorables à l’allégement des charges, à davantage de
flexibilité, mais défavorables à l’augmentation de la durée de travail
et à la facilitation des licenciements
Pour chacune des mesures suivantes, indiquez si vous êtes plutôt favorable ou plutôt opposé
Plutôt
favorable
Alléger les charges pour les entreprises
Ne se prononce pas
77%
1%
Plutôt
défavorable
22%
Salarié du privé 82% - CSP + : 82%
CSP- : 74% - Salarié du public : 69%
Rendre plus flexible le contrat de travail
59%
1%
40%
Inactifs : 68% - 50 ans et plus : 65%
Actifs : 54% - CSP- : 52%
Augmenter la durée légale du travail
46%
1%
53%
Inactifs : 56% - 50 ans et plus : 51%
Moins de 50 ans : 41% - CSP - : 35% - Salarié du public : 27%
Faciliter les licenciements pour les entreprises
36%
CSP + : 42% - Inactifs : 41%
Actifs : 32%: - CSP - : 23%
8
1%
63%
Des mesures qui trouvent un intérêt majoritaire auprès des
sympathisants de la droite
Selon la proximité partisane
Pour chacune des mesures suivantes, indiquez si vous êtes plutôt favorable ou plutôt opposé.
% Plutôt
favorable
ENSEMBLE
Sympathisants
Sympathisants
des partis à la
de la gauche
gauche du PS
Sympathisants
de la droite
Alléger les charges pour les
entreprises
77%
60%
45%
70%
48%
89%
80%
93%
92%
83%
Rendre plus flexible le contrat de
travail
59%
41%
19%
51%
40%
81%
75%
87%
83%
67%
Augmenter la durée légale du
travail
46%
22%
7%
30%
18%
76%
58%
78%
82%
49%
Faciliter les licenciements pour les
entreprises
36%
12%
5%
17%
9%
59%
53%
60%
59%
45%
9
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
6
Taille du fichier
642 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler