close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

(Microsoft PowerPoint - Introduction \340 l`IHM.ppt)

IntégréTéléchargement
pdf de ces transparents disponibles sur :
INTRODUCTION AUX
INTERFACES
HOMME
- MACHINE
http://dpt-info.u-strasbg.fr/~villard
rubrique Enseignement>Matières>ISTI
2
En bref…
Définition : interface
1.Introduction
2.Eléments de psychologie appliqués aux systèmes interactifs
3.Historique de l'Interaction Homme-Machine
4. Styles de systèmes interactifs
5. Périphériques et interaction
6. Les tâches d’un système interactif
7. Conception d'une IHM
8. Réalisation d'une IHM
9. Evaluation d'une IHM
10. IHM et Réalité Virtuelle
• application informatique qui prend en compte, au
cours de son exécution, des informations
communiquées par le ou les utilisateurs du système, et
qui produit, au cours de son exécution, une
représentation perceptible de son état interne
• entrées fournies par l'utilisateur dépendent des sorties
produites par le système, et inversement
• applications "batch" ≠ systèmes interactifs
↔
Interface
3
↔ Noyau
fonctionnel
4
Perception
• sens principal = vue
présentation de l'information
essentiellement visuelle
• système visuel imparfait
peut facilement être trompé
d'où provient ce trou ?
5
6
1
Perception
• caractéristiques de la vue :
champ
acuité (taille minimale des objets observables)
couleur
• proche de 180°
• trait d'un pixel : épaisseur d'env. 0,3mm soit 10 fois l'acuité visuelle
• complexe
• dépend souvent de la couleur de fond
mouvement
profondeur
• fusion entre percepts successifs
• combinaison de différentes visions (stéréoscopique, active, etc.)
7
8
Couplage action
- perception
Action physique
• la main est la plus utilisée par les systèmes interactifs
(presque unique)
• difficile de séparer la perception de l'action
boucle perception-action
• la main est guidée par la vue
• systèmes périphériques ne sont pas équivalents pour
l'utilisateur :
• ex :
saisie d'un objet met en jeu la vue puis le toucher
trajectoire réajustée en fonction de la perception
visuelle puis tactile
souris pour pointer et cliquer
tablette + stylet pour signer ou dessiner
etc.
9
10
Loi de Fitts
Rôle des mains
t = 0.1 log (2D/L)
• Les deux mains coopèrent
• exemples pour le pointage à la souris :
action
D
L
temps
icône
trait
10 cm
1 cm
0.4 s
10 cm
1 mm
0.8 s
menu
10 cm
5 mm
0.7 s
rôles distincts :
• main non-dominante situe le contexte
• main dominante agit
• actuellement, les systèmes interactifs expoitent
peu l'interaction bimanuelle
• utilisation de raccourcis
11
12
2
Cognition :
mémoire et apprentissage
Cognition :
mémoire et apprentissage
• tenir compte de ces propriétés de la mémoire
dans la conception d'un système interactif
• mémoire sensorielle
associée aux sens
très court laps de temps (env. ¼ sec.)
mémoire à court terme
• limiter le nombre d'items d'un menu à 7
• mémoire à court terme
• ne pas obliger à garder en mémoire l'état du système
stocke un nombre limité de mnèmes (env. 7)
durée limitée à quelques dizaines de secondes
mémoire à long terme
• la répétition permet la mémorisation
• mémoire à long terme
capacité infinie
temps de stockage infini
• utilisateur régulier se sert de raccourcis pour les actions les
plus utilisées
13
14
Cognition :
résolution de problèmes
Cognition :
résolution de problèmes
• Théorie de l'action (de Don Norman)
• processus de la résolution de problèmes
décomposition en sous-problèmes
stratégie pour atteindre le but F depuis un état de
départ D en passant par un but intermédiaire I :
distance
d'exécution
poursuivre
défaire
D
but
Ir
A
réparer
I
déroulement du processus mental
F
intention
évaluation
spec. actions
interprétation
exécution
perception
distance
d'évaluation
système
15
Cognition :
résolution de problèmes
Historique de l'IHM
• 1945 : Vannevar Bush, « As We May Think »
• en réalité :
système imaginaire de navigation, indexation, annotation
• 1963 : Ivan Sutherland, « SketchPad » (outil de dessin)
adaptation constante de l'homme au contexte
La résolution de problèmes est donc un processus incrémental
et non pas une activité planifiée
16
le comportement d'usagers, surtout dans des situations non
standard (mais prévues), est très variable et se conforme
rarement aux procédures
contraintes pour la construction de structures hiérarchiques
écran = oscilloscope ; crayon optique
• 1968 : Douglas Engelbart, « NLS-Augment »
traitement de texte hiérarchique, multimédia, hypertexte
invention de la souris ; des fenêtres .
• 70's : Alto : première station à écran « graphique » + souris
• chaque utilisateur invente ses propres méthodes de
résolution de problème
fenêtres, menus, barres de défilement, sélection directe à la souris
• 1981 : Star ( Macintosh)
17
bureau, icônes, WYSIWYG
18
3
Historique de l'IHM
Mais…
• Années 70-80 : peu de code pour l’interface
Utilisateur expert (programmeur) → unique
Ordinateur lent
Entrées/sorties limitées
• interface standard sous Unix => X-Window System
• l'utilisation de l'informatique
• Années 90 : l’interface atteint parfois 80% du code
des applications
Machines bien plus rapides, affichages graphiques
Grand public → groupes, organisations
Amélioration/diversification des dispositifs
n'a pas augmenté la productivité des "cols blancs"
n'a pas réduit la quantité de papier (au contraire…)
• systèmes interactifs pas encore au point… !
19
20
Catégories de systèmes
interactifs
Catégories :
style conversationnel
• systèmes conversationnels simples
• styles d’interaction : méthodes, techniques,
règles d’interaction des systèmes interactifs
style conversationnel
style par manipulation directe
style par reconnaissance de traces
le plus ancien, inspiré de la conversation
taper du texte au clavier
exécution après validation
21
22
Catégories :
style conversationnel
Catégories :
style conversationnel
• systèmes conversationnels simples
• menus, formulaires
avantages
• possibilité de programmer ses propres commandes
extension du précédent
langage de commande explicite
inconvénients
• les commandes sont stockées dans des listes
• l'utilisateur doit apprendre le langage de commande
• il suffit de choisir la commande
– distances d'exécution et d'évaluation grandes
remplissage de formulaire puis validation exécution
applications : Minitel, applications de gestion
• séquencement strict actions / réponses
– difficile de mener plusieurs tâches simultanément
23
24
4
Catégories :
style conversationnel
Catégories :
style conversationnel
• menus, formulaires
• Navigation (hypertexte)
avantages
• guidage des actions par menus
– l'utilisateur n'a plus besoin d'apprendre le langage
– noms des champs dans les formulaires
• pas d'ordre pour le remplissage, facilité de modification
ensemble de nœuds
système de liens pour les relier
actions :
• forme graphique, boutons OK, etc.
• sélectionner un lien
inconvénients
• revenir en arrière / en avant
• tâches prédéfinies (dans la liste)
• wavigation directe par sélection d’un noeud
• pas plusieurs tâches simultanément
• souvent pas programmables
WWW (Netscape, Mosaic, etc.), Emacs
25
26
Catégories :
manipulation directe
Catégories :
manipulation directe
• avantages
• idée :
objets informatiques ↔ objets physiques
permet de traiter des tâches non prédéfinies
couplé avec le multi-fenêtrage
transfert de données par cliquer-tirer ou couper-coller
• métaphore du bureau, icônes
Actions sur ces icônes grâce à la souris
commandes plus intuitives
• édition de texte, dessins, schémas, partitions, etc.
• plusieurs tâches de façon entrelacée
• 4 principes de la manipulation directe :
affichage permanent des objets d'intérêt
action directe sur les objets d'intérêt
actions incrémentales et réversibles dont l'effet est
immédiatement visible
structuration de l'interface en couches
• inconvénients
programmation (automatisation de tâches) par l'utilisateur
difficile
souvent pas exploité correctement manipulation indirecte
27
28
Catégories :
manipulation directe
Catégories :
reconnaissance de traces
• 2 catégories répandues d'interfaces à
manipulation directe :
édition de documents
• principe
Hourglas.ani
• principe du WYSIWYG
– forme du document à l'écran la plus proche possible de sa
forme imprimée
reconnaître les mouvements du périphérique de
localisation par rapport à un vocabulaire gestuel
prédéfini
• PDA
interaction iconique
• icône = représentation graphique d'un objet ou d'un
concept
– aisément reconnaissable, mémorisable, différentiable
• Sélection, déplacement des icônes, etc.
29
30
5
Autres styles
Périphériques de sortie
• Écrans :
• adaptés à de nouvelles technologies
réalité virtuelle
• utilisation de matériel et système appropriés
réalité augmentée
CRT
LCD
autres (spécifiques)
• Caractéristiques :
• ex : feuille de papier comme interface
– caméra capture le mouvement d'écriture
– projecteur affiche les traits sur la feuille
interaction multimodale
• combinaison de modes d'interactions
(parole/geste par ex.)
persistance
cycle de rafraîchissement
vitesse de balayage horizontale
résolution
31
32
Classification des périphériques
d’entrée
Périphériques d’entrée
• tablette graphique
• souris
• trackball
• joystick
• touchpad
• écran tactile
• absolu (x,y) ≠ relatif (dx,dy)
tablette ≠ souris
• direct ≠ indirect
écran tactile ≠ touchpad
• courbe de réponse
33
34
Gestion des entrées
Gestion des entrées
• 3 modes d'entrée :
• echo
représentation graphique des actions de l'utilisateur
pour la souris : le curseur
• existent aussi :
– ligne élastique
– rectangle élastique
mode principal
35
36
6
Constituants standard d’une
interface graphique par
manipulation directe
Constituants standard d’une
interface graphique par
manipulation directe
• Contrôles (et panneaux de contrôle)
• fenêtres
• menus
• boîtes de dialogues
• contrôles
• souris/curseur
boutons : sélection d’une ou plusieurs options
ascenseurs : déplacements, quantités
listes déroulantes : choix (prédéfinis ou non)
zones de saisie de texte (+ validation)
valeurs par défaut des contrôles
métaphores...
• souris/curseur
37
38
Tâches standard d’une interface
graphique
Tâches standard
• interactions élémentaires :
• gestion
• gestion
• gestion
• gestion
• gestion
des entrées
du focus
d’une fenêtre
de plusieurs fenêtres
des interactions élémentaires
pointage
sélection
• déplacer le curseur sur une zone de l'écran
• appuyer puis relâcher le bouton de la souris
(+shift/ctrl/alt/…)
tracé
• appuyer sur le bouton, déplacer le curseur, relâcher le
bouton
39
40
Tâches standard
Tâches standard
• tâches possibles par manipulation directe :
• possibilité de conflit entre la sélection et le tracé
introduction de l'hystérésis
• l'interaction de tracé n'est reconnue après l'appui sur le bouton
que lorsque le curseur a bougé suffisamment
saisie de valeurs
sélection d'un ou plusieurs objets
déclenchement de commandes
défilement de documents
spécification d'arguments et propriétés
transformations graphiques
Windows Media Player 6.4.lnk
41
42
7
→ tâches de saisie
→ tâches de sélection
• textes
• dans un ensemble variable :
boîte de saisie
• quantités
valeur au clavier
aiguille, curseur, etc.
dans une liste
par saisie d'un nom
par menu
exclusive : boutons radio
binaire : cases à cocher
pointage, clic, double-clic
• tracés
par pointage
• dans un ensemble fixe :
• positions
échantillonnage de positions
43
→ tâches de sélection
44
→ tâches de déclenchement
• améliorations :
• boutons
sélection multiple (lasso, "shift-clic", etc.)
actif / grisé
combinaison de techniques
texte / image
options
• ex : saisie + pointage recherche d'une
page d'aide par mot-clé
pointage gravité (pointage d'objets de
petite taille)
menus séparateurs, rubriques grisées,
OK
• cliquer-tirer (drag-and-drop)
• entrée gestuelle
raccourcis clavier
45
46
→ tâches de spécification
d'arguments et de propriétés
→ tâches de défilement
• barres de défilement
• boîtes de dialogue
avantage : rapide sur de longs documents
modales ou non modales
inconvénient : sens de défilement = sens
inverse des flèches
au moins 2 boutons : OK et Cancel
possibilités de rubriques à onglet
• défilement direct
avantage : intuitif
inconvénient : peut être fastidieux sur de
longs documents
• boîtes d'alerte
non sollicitées par l'utilisateur
le plus souvent modales
• boîtes de propriétés
• défilement automatique
fonction de la position du curseur
47
affichage permanent
pas de validation
48
8
→ tâches de transformation
Conception des IHM
• poignées de manipulation
49
Introduction
Introduction
• Objectif :
permettre à l’utilisateur d’accomplir ses tâches
savoir
savoir concevoir une IHM
savoir réaliser une IHM
• de façon efficace
• avec une bonne productivité
savoir évaluer une IHM
• en toute sécurité
• en prenant plaisir à le faire
• en apprenant rapidement à utiliser le système
51
52
Conception
Conception
• approche technocentriste
centrée sur la machine et ses fonctionnalités
l’utilisateur doit s’adapter à la machine
• Utilisabilité
• approche anthropocentriste
facilité d’apprentissage et d’utilisation
facilité de mémorisation
utilisation sans erreurs
centrée sur l’homme et les utilisations
satisfaction
la machine doit s’adapter à l’activité des utilisateurs
contexte
53
54
9
Conception
Conception
• L’utilisateur
• L’utilisateur ?
le résultat visible d’une bonne conception est un utilisateur
satisfait
le processus de conception résulte d’un collaboration entre
l’utilisateur et le concepteur,
concepteur et peut évoluer en cours de
conception
données physiques / physiologiques
données psychologiques
données socio-culturelles
expérience professionnelle / compétences
l’utilisateur et le concepteur sont en constante
communication durant le processus de conception
55
56
Ergonomie
Ergonomie
• Pour qui conçoit-on le logiciel ?
• les gens sont différents :
difficile d’arranger tout le monde
• essayer de fonctionner pour 95% des gens ?
• se baser sur la moyenne ?
le programmeur ne représente pas
forcément la moyenne
57
58
Ergonomie
Ergonomie
• Pour qui conçoit-on le logiciel ?
novice
moyen
bon
expert
système facile, nombre de tâches limitées,
tutoriaux pour les tâches plus compliquées
langage standard, symboles visuels simples,
guides de référence, structure de tâches basique
langage avancé, contrôles complexes, tips,
interface permettant des tâches avancées
raccourcis pour utilisation efficace, interface
permettant ensemble complet de tâches et
la personnalisation de tâches
la plupart
des services
internet et
systèmes
«kiosque »
la plupart
des applis
courantes
applis sur
mesure
59
• Recommandations ergonomiques :
compatibilité
guidage
homogénéité
souplesse
contrôle explicite
gestion des erreurs
concision
60
10
Ergonomie
Ergonomie
• Compatibilité :
• Compatibilité :
niveau produit :
• les utilisateurs connaissent d’autres produits
connaissances utilisateur
• exploiter cette connaissance
• dans une même compagnie, avoir un style d’interface
utilisateur
apprentissage facilité
capacité du logiciel
univers familier
niveau tâche :
• raisonner en termes de tâche utilisateur et faciliter le passage
d’une tâche à une autre (intérêt du multi-fenêtrage)
61
62
Ergonomie
Ergonomie
• Guidage :
• Guidage :
moyens mis à la disposition de l’utilisateur
pour :
2 types de guidage :
• explicite : messages d’avertissement, aide en ligne, codes
clairs, etc.
• implicite : structuration de l’affichage, différentiation par
typographie des catégories d’information
• connaître l’état du système
• établir des liens de causalité entre actions et état
du système
objectifs :
• faciliter l’apprentissage
• évaluer le système et orienter son action sur
celui-ci
• aider l’utilisateur à se repérer et à choisir ses actions
• prévenir les erreurs
63
64
Ergonomie
Ergonomie
• Homogénéité (ou consistance) :
• Souplesse :
similarité interne d’un produit
• logique d’usage constante dans une application, ou d’une
application à une autre
• personnalisation de l’interface
• stabilité des choix de conception
capacité de l’interface à s’adapter aux différentes
exigences de la tâche, aux diverses habitudes et
connaissances des utilisateurs
– dans le fonctionnement (adaptation du logiciel à diverses populations
d’utilisateurs)
objectifs
– dans l’utilisation (diverses procédures, options et commandes pour
atteindre un même objectif)
• rendre le comportement du système prévisible
• diminuer le temps de recherche d’une information
objectifs
• adaptation à la diversité des utilisateurs
• outil qui s’adapte à l’homme et non l’inverse
• faciliter la prise d’informations
65
66
11
Ergonomie
Ergonomie
• Contrôle explicite :
• Gestion des erreurs :
maîtriser le lancement et le déroulement des
opérations
• perception, identification des erreurs
• sémantique des commandes rendant compte de leurs effets
• conservation de l’intégrité de l’application
• effet des commandes prédictible
moyens pour :
– robustesse
objectifs
objectifs
• favoriser la prévision des réactions de l’interface
• système tolérant
• favoriser l’apprentissage
• éviter les craintes dues aux difficultés de réparer
• diminuer les risques d’erreur
• localiser, comprendre, corriger précisément
67
68
Ergonomie
Ergonomie
• Objets de tous les jours
• Concision :
moyens pour réduire les activités de perception et
mémorisation
les gens ont des habitudes
• par ex : associations symbole – signification
– rouge = danger
– vert = sécurité
objectifs
• optimiser la prise d’informations et de décisions par des
informations précises et brèves
difficiles à changer
• ex : clavier dvorak (années 30) : plus rapide mais peu
utilisé
• minimiser le nombre d’actions ou d’opérations et le
temps de manipulation
culturelles
• symboles pas forcément
compréhensibles par tout le monde
69
70
Ergonomie
Ergonomie
• Mais :
attention aux différents standards (par ex. selon les
pays, les utilisations,…)
• robinet :
• des standards pas si
standard…
saisie adaptée aux USA :
saisie universelle :
– selon les pays, ouvrir sens des aiguilles d’une montre ou
sens inverse
• pavé numérique :
– ordinateur 1 2 3 en bas
– téléphone 1 2 3 en haut
71
72
12
Ergonomie
Ergonomie
• Bon exemple : les ciseaux
• Les gens ont des « modèles mentaux » de la
façon dont les choses marchent
ce que ça permet :
contraintes :
correspondance :
connaissances culturelles et facilité :
• trous pour y insérer quelque chose
dus à : contraintes, causalité, stéréotypes, standards
culturels, etc.
• gros trou peut laisser passer plusieurs doigts, petit trou juste le pouce
• entre les trous et les doigts suggérée et contrainte par l’apparence
• appris dès le plus jeune âge
• mécanisme constant
modèle conceptuel :
• on voit clairement comment les parties opérantes marchent
73
Ergonomie
Ergonomie
• Mauvais exemple : la montre digitale
• Le concepteur doit aider à une compréhension
rapide
ce que ça permet :
• 4 boutons, on ne sait pas à quoi ils peuvent servir
contraintes et correspondance :
fournir un bon modèle conceptuel
en concordance avec ce à quoi les gens s’attendent
• pas de relation visible entre les boutons et leurs possibles résultats
74
transfert de connaissances :
• très peu de relations avec les autres montres
connaissances culturelles :
modèle conceptuel :
• peu de standardisation
mauvais exemple :
• mode d’emploi doit être appris
75
76
Ergonomie
Ergonomie
• ce à quoi les gens s’attendent
parallèle
• Tenir compte
recommandations ergonomiques
facteurs issus des sciences cognitives
facteurs physiologiques (couleurs, vision, …)
facteurs culturels
etc.
• pour la conception et pour la réalisation
parallèle ?
77
78
13
Ergonomie
Guide de style
• Quel modèle de plaque de cuisson vous paraît le plus
ergonomique ?
A
B
• Langage simple et naturel
ne mettre que les informations dont l’utilisateur a
besoin
ne pas surcharger
être simple et précis
organiser
C
79
80
Guide de style
Guide de style
My program gave me
the message Rstrd
Info.
What does it mean?
• Parler le même langage que l’utilisateur
utiliser une terminologie compréhensible par l’utilisateur
fonction de la tâche
ex. : retrait de billets au distributeur :
Retrait maximum de 50$ pour
le moment
Connexion X.25 impossible.
Encombrement réseau.
Procédure de limite locale.
utiliser des mnémoniques, icônes, et abréviations connus
ex. : Ctrl-S,
Hmm… but what
does it mean???
That’s
restricted
information
It means the
program is too busy
to let you log on
But surely you
can tell me!!!
No, no… Rsdrd Info
stands for
“Restricted
Information”
Ok, I’ll take a
coffee
81
82
Guide de style
Guide de style
• Minimiser la quantité d’informations à retenir
• Minimiser la quantité d’informations à retenir
utiliser la reconnaissance plutôt que la mémoire objets
directement visibles
83
fournir un format, un exemple, une valeur par défaut, des
valeurs possibles
84
14
Guide de style
• Etre homogène
dans la présentation
dans la disposition des boutons
dans les effets
• ex. : un label qui a l’apparence
d’un bouton on croit que
c’est un bouton
85
86
Guide de style
• Fournir du « feedback »
informer constamment l’utilisateur sur :
• ce que le système est en train de faire
• comment il interprète les données de l’utilisateur
What’s it
doing?
> Doit
Time for
coffee.
> Doit
This will take
5 minutes...
87
88
Guide de style
Guide de style
• Fournir du « feedback »
• Fournir du « feedback »
être spécifique
dans quel
mode suis-je ?
qu’est-ce que j’ai
sélectionné ?
comment le
système
interprète-t-il
mes actions?
bien
89
mieux
90
15
Guide de style
Guide de style
• Fournir du « feedback »
• Fournir des « sorties » visibles
comment l’utilisateur perçoit-il les délais de réponse ?
• < 0.1s. : perçu comme instantané
• 1 s. : pas le temps de perdre le fil de pensée, mais délai ressenti
l’utilisateur n’aime pas se sentir « coincé »
solutions :
Core
Dump
• bouton « non » ou « annuler »
• 10 s. : limite pour garder l’attention de l’utilisateur sur le dialogue
• undo
• bouton d’interruption (opération longue)
• bouton quitter
• > 10 s. : l’utilisateur souhaitera faire autre chose en attendant
pour les longs délais : curseur sablier ou barre de progression
• bouton restauration des valeurs par défaut
91
92
Guide de style
Guide de style
• Gérer les problèmes de façon positive
• Fournir des raccourcis
• 2 types d’erreurs :
raccourcis clavier et souris
• abréviations
vraies erreurs (choix délibéré de la mauvaise solution)
fautes d’inattention, de frappe, etc.
• fréquentes y compris chez l’utilisateur averti
• complétion
• ont souvent pour origine la même action
• menus contextuels
I can’t
believe I
pressed
Yes...
• règle à suivre :
• touches fonction
• double clic
prévenir les fautes avant qu’elles n’arrivent
les détecter et les corriger
prévenir l’utilisateur
93
94
Guide de style
Guide de style
• Fournir de l’aide
• Gérer les problèmes de façon positive
fournir des messages d’erreurs compréhensibles
sans faire passer l’utilisateur pour un idiot
l’aide ne doit pas être un palliatif pour une
mauvaise conception
beaucoup d’utilisateurs ne lisent pas les manuels
généralement utilisée en cas de
problème/coinçage/panique…
différentes sortes d’aide :
Adobe's ImageReady
AutoCAD Mechanical
• tutoriel, manuel de référence, tips, aide contextuelle,
wizards, etc.
95
96
16
Guide de style
Organisation de l’écran
• Organisation des écrans : agencement général
mettre toutes les informations essentielles pour la prise de
décision
consistance dans la localisation des types d’information
grouper les items (angle visuel de 5°)
répartir de façon équilibrée les zones blanches
organiser verticalement les listes
éviter le tout-majuscule (moins lisible)
bien différencier les zones à remplir des légendes
• l’œil balaie l’écran à partir du coin haut gauche, dans
le sens des aiguilles d’une montre
très visible
peu accessible
très visible
très visible et peu accessible
très visible
très visible
très
accessible
la plus accessible
peu visible
peu accessible
peu accessible
très visible
très
accessible
peu visible
peu visible et peu accessible
peu accessible
97
98
Exemple
Exemple
• d’où une meilleure solution proposée, après
correction :
• solution proposée, à corriger :
titre
titre
commandes
zone
zone
de
de
travail
commandes
zone
quit
zone
de
de
sélection
travail
quit
zone de messages à lecture optionnelle
zone de messages
zone de sélection
99
100
Guide de style
Guide de style
• La couleur :
• La couleur :
attribut de plus en plus important car puissant
mais risque de mauvaise utilisation
étude de la vision humaine pour une bonne
utilisation
utiliser cet attribut pour :
• attirer l’attention
• organiser
• indiquer un état
• relations
tester car différent selon matériel
concevoir en monochrome puis ajouter les couleurs
101
utiliser 8 couleurs différentes maximum (mieux 4 ou moins)
prendre en compte le confort visuel
le rouge paraît plus proche, le bleu plus éloigné
couleurs chaudes : objets apparaissent plus grands
102
17
Introduction
Réalisation des IHM
• Objectif :
permettre à l’utilisateur d’accomplir ses tâches
• de façon efficace
• avec une bonne productivité
• en toute sécurité
• en prenant plaisir à le faire
• en apprenant rapidement à utiliser le système
104
Introduction
Approche
• approche technocentriste
savoir concevoir une IHM
savoir
savoir réaliser une IHM
savoir évaluer une IHM
centrée sur la machine et ses fonctionnalités
l’utilisateur doit s’adapter à la machine
• approche anthropocentriste
centrée sur l’homme et les utilisations
la machine doit s’adapter à l’activité des utilisateurs
105
106
Réalisation
Design graphique
• Utilisation de grilles
• 3 aspects :
le design, l’apparence extérieure
localiser les composants
la structure interne, mode de navigation
les organiser
l’approche de réalisation (génie logiciel)
assurer l’homogénéité
• organisation
Standard
icon set
Message text in
Arial 14, left
adjusted
• polices
• couleurs
• etc.
107
No
Ok
108
18
Standard
icon set
Message text in
Arial 14, left
adjusted
Exemple
?
No
Ok
Do you really want
to delete the file
“myfile.doc” from
the folder “junk”?
No
!
Apply
The file was
destroyed
Cancel
deux niveaux
de hiérarchie
Ok
Cannot move the
file “myfile.doc” to
the folder “junk”
because the disc is
full.
Ok
109
Un mauvais exemple
alignement
séparation par
espace blanc
110
Un autre mauvais exemple
•Mauvais alignement
•Mauvais contraste
on distingue mal les zones d’édition des zones de texte colorées
•Mauvaise répétition
les boutons ne ressemblent pas à des boutons
•Mauvaise structure
111
Design graphique
Encore des mauvais exemples
• abus d’effets 3D
surcharge inutile
112
• éléments de liste
indifférenciables
• importance de l’alignement négatif
113
114
19
Design graphique
Design graphique
• Les onglets : excellent moyen d’éviter la surcharge
• Lisibilité
police, couleur, taille, gras, italique, souligné, etc.
115
116
Design graphique
Design graphique
• Théorie de la Forme :
Application à l'agencement des écrans [Cohen 00]
A. Formatage du texte
1. Le paragraphe
2. Les titres
3. La section
4. L'indentation
B. Liste
1. Liste numérotée
2. Liste à puce
3. Liste de définition
4. Liste complexe
C. Lien hypertexte
1. L’ancre
2. Lien interne à la page
3. Lien externe
4. Lien de messagerie
A. Formatage du texte
1. Le paragraphe
2. Les titres
3. La section
4. L'indentation
A. FORMATAGE DU TEXTE
1. Le paragraphe
2. Les titres
3. La section
4. L'indentation
B. Liste
1. Liste numérotée
2. Liste à puce
3. Liste de définition
4. Liste complexe
B. LISTE
1. Liste numérotée
2. Liste à puce
3. Liste de définition
4. Liste complexe
C. Lien hypertexte
1. L’ancre
2. Lien interne
3. Lien externe
4. Lien de messagerie
C. LIEN HYPERTEXTE
1. L’ancre
2. Lien interne
3. Lien externe
4. Lien de messagerie
Les groupes apparaissent
Les têtes de chapitre ressortent
(lois de proximité et de bonne continuité)
(loi de similitude) 118
117
Mauvais exemple
Design graphique
• Les images (icônes, symboles,…)
• Inutile d’utiliser les majuscules quand ce n’est
pas nécessaire
design des icônes très difficile parfois signification
pas évidente
choisir le bon niveau d’abstraction
• leur adjoindre un texte
119
120
20
Design graphique
Design graphique
• Comment choisir parmi les widgets ?
• Univers familier typique
Fichier
selon les actions
• manipulation directe pour les activités centrales
Manipulation de la fenêtre
• boutons/formulaires/barres d’outils/outils spéciaux pour
les actions fréquentes
Contrôles
typographiques
standard
Toolbars et tooltips
• menus/fenêtres de propriétés pour les actions moins
fréquentes
Affichage What You See Is
What You Get
• fenêtres secondaires pour les activités rares
Menus déroulants
organisés en gros blocs
Menu en cascade
Rubrique ouvrant une boîte
de dialogue
121
122
Design graphique
Design graphique
• Comment choisir parmi les widgets ?
• Comment choisir parmi les widgets ?
d’un bon choix dépend une lecture facile
d’un bon choix dépend une lecture facile
ex. : altimètre
ex. : altimètre
14000
900
000
0
9
15000
1
100
200
beaucoup
d’erreurs avec
ce modèle
2
8
7
ligne de référence
3
6
17000
18000
> 10,000’
4
300
400
500
< 10,000’
5
600
mouvement
indépendant
123
Design graphique
• renforcement
16000
peu d’erreurs
avec ce modèle
124
Design graphique
Le curseur renforce la
sélection de l’outil
courant
Seuls les
outils
disponibles
sont visibles
• Navigation dans les widgets, organisation
éviter les longs chemins d’accès, les trop grandes
hiérarchies
Le bouton
enfoncé
indique l’outil
sélectionné
125
126
21
Design graphique
Réalisation
• Multi-fenêtrage et profondeur de navigation
la profondeur de l’application doit être limitée à 3
niveaux
Création
d’un client
•Type
•Numéro
Saisie des
informations
•Nom
•Prénom
Niveau 1
•Date de naissance…
Saisie des
adresses
Recherche
code postal
•Domicile
•Bureau
Niveau 2
•Commerciales…
Niveau 3
Niveau 4
Saisie des n° de
téléphones
• Une méthode de conception : LUCID
Logical User-Centered Interface Design
(Kreitzberg, 1996)
1.
2.
3.
4.
5.
6.
développement du concept du produit
analyse
conception initiale de l’interface
conception incrémentale ou itérative de l’interface
implantation de l’application
évaluation externe
•Domicile
•Bureau
•Commerciales…
127
128
Réalisation
1.
Réalisation
Développement du concept du produit
2. Analyse
créer un concept de haut niveau du produit
segmenter la population d’utilisateurs
identifier les objectifs commerciaux du produit
identifier les principales activités
identifier les principales fonctions du produit
créer des scénarios décrivant chaque activité
identifier la population d’utilisateurs
identifier les besoins fonctionnels
identifier les contraintes haut niveau
identifier les objets du métier
créer une première maquette
129
130
Réalisation
Réalisation
3. Conception initiale de l’interface
créer un modèle conceptuel en utilisant une
métaphore
créer un modèle de navigation
créer un look and feel
réaliser une maquette des écrans-clés
4. Conception incrémentale
conception
131
prototype
évaluation
132
22
Réalisation
Réalisation
6. Evaluation externe
5. Implantation de l’application
implantation de l’application
diffusion d’une version beta
lien entre l’application et l’interface
mise en place d’un plan d’évaluation
conception de l’interface « étendue » : aide en
ligne, documentation, procédure d’installation,
tutoriels
correction des erreurs minimes
livraison de la première version
planification des versions suivantes :
•
maintenance curative
•
maintenance évolutive
133
134
Réalisation
Réalisation
• Autre façon de voir les choses :
• Conception centrée sur l’utilisateur
facteurs
humains
analyse
Interface Design and Usability Engineering
Articulate:
•who users are
•their key tasks
Goals:
participation
utilisateurs
conception
Task centered
system design
Methods:
études
utilisateurs
prototypage
instrumentation
évaluation
développement
Products:
Outils de développement
systèmes de fenêtrage
boîtes à outils d’interfaces (toolkit)
générateurs d’interfaces
Psychology of
everyday
things
User involvement
Representation &
metaphors
Participatory
interaction
Task scenario
walkthrough
User and
task
descriptions
Throwaway paper
prototypes
Refined
designs
Completed
designs
Graphical
screen design
Interface
guidelines
Usability
testing
Style
guides
Heuristic
evaluation
Field
testing
high fidelity
prototyping
methods
Testable
prototypes
Alpha/beta
systems or
complete
specification136
Librairies graphiques
• Classement :
librairies ou systèmes graphiques
Evaluate
tasks
User-centered
design
low fidelity
prototyping
methods
135
Participatory
design
Brainstorm
designs
niveau
d’abstraction
• permettent de faire des dessins
• pas utilisées telles quelles pour les IHM
• utilisées
indirectement par les outils de plus haut niveau
directement dans certaines parties des IHM
• visualisation graphique
137
138
23
Système de fenêtrage
Système de fenêtrage
• modèle de base :
• fournit un ensemble de fonctions pour :
1 ou plusieurs fenêtres dans l'écran, rectangulaires
créer des fenêtres
modifier des fenêtres
chaque fenêtre peut contenir des sous-fenêtres
détruire des fenêtres
écran = fenêtre racine
dessiner dans des fenêtres
visibilité fonction de la visibilité de la fenêtre parente
récupérer les entrées qui se produisent dans une
fenêtre
• modèle hiérarchique
139
140
Système de fenêtrage
Boîtes à outils
• surcouche au-dessus des librairies graphiques et des
systèmes de fenêtrage
• affichage / réaffichage des fenêtres
parties visibles / non visibles
changements au cours du temps
• bibliothèques de composantes dédiées à la
construction d’interfaces
• prend en charge une grande partie de la gestion des
événements
• restituer dans l’état initial
demandes de réaffichage
• langage de plus haut niveau rapidité, facilité
• événement, fonction de rappel
• interfaces plus « standard »
141
142
Boîtes à outils
Widgets
• notion de widgets (« window objects »)
• organisation en arbre des widgets:
widgets
création
widgets simples (boutons, etc.)
gestion
widgets composés (boîtes de dialogue, menus,…)
racine = widget composé conteneur
nœuds = widgets composés de structuration
feuilles = widgets simples
• jeu de widgets « look and feel » d’une
boîte à outils
143
144
24
Générateurs d'interface
Générateurs d'interface
• Générateurs d’interface
outils de plus haut niveau destinés à réduire les
coûts (temps de prog.)
produire une partie de l'application interactive à
partir d'une description de haut niveau
• Les générateurs d'interfaces sont souvent
eux-mêmes des outils interactifs :
ils permettent de construire interactivement
la description d'une partie d'une application
interactive
145
146
Générateurs d'interface
Générateurs d'interface
• générateurs composés de 3 parties :
un éditeur interactif : permet de construire, par manipulation
directe, la présentation de l'interface et de spécifier au moins une
partie des fonctions de rappel. Cet éditeur dispose en général d'un
mode "test" qui permet de faire fonctionner l'interface construite.
un compilateur : permet de traduire la description de l'interface
produite par l'éditeur en un module qui peut être compilé.
un module d'exécution ou "run-time" : doit être inclus dans
l'application finale. Ce module contient le corps d'un certain nombre
de fonctions génériques qui sont utilisées par le code généré par le
compilateur. Ce module contient également les fonctions qui
permettent de charger une description de l'interface telle qu'elle est
générée par l'éditeur.
• Générateurs : 2 façons de produire une
application interactive :
A : l'application charge la description
de l'interface produite par l'éditeur
B : l’application intègre le code
produit par le compilateur
147
148
Générateurs d'interface
Générateurs d'interface
• Générateurs : 2 façons de produire une
application interactive :
• Générateurs :
• une partie de l’IHM peut être testée immédiatement
• il n'est pas nécessaire de recompiler l'application complète à
chaque modification de l'interface
Avantages
• construction de l’IHM par manipulation directe
A : utile dans la phase de développement
B : permet de produire l'application en phase finale
• application plus efficace puisque le code de l'interface est
compilé.
• autonome puisqu'elle ne dépend pas d'un fichier séparé
contenant la description de l'interface.
• fournit parfois un éditeur de ressources (icones, etc.)
Inconvénients
• focalise sur la partie présentation
• peu ou pas d'assistance pour des fonctions génériques (ex.
copier-coller), la gestion des documents
• limités par la palette de widgets fournis par la boîte à
outils au-dessus de laquelle le générateur est construit
149
150
25
Introduction
Evaluation des IHM
savoir concevoir une IHM
savoir réaliser une IHM
savoir
savoir évaluer une IHM
152
Evaluation
Evaluation
• But évaluer :
• capacité fonctionnelle
• performances
• assistance
• Variables cibles :
l’utilité
utilité
potentielle
l’utilisabilité
• facilité d’apprentissage,
de mémorisation,
d’utilisation
• taux d’erreurs
• satisfaction
utilité
réelle
mesures de performances :
• taux d’erreur
• demandes d’aide
• durée d’exécution d’une tâche
• fonctions inutilisées
• durée de lecture de la doc
• durée d’apprentissage
variables subjectives :
• confort d’usage
• décision d’achat
• suggestions préférences
• esthétique
• facilité d’apprentissage
153
154
Evaluation
Evaluation
• en cours de conception :
• Différents types d’évaluation
tests papier, maquettes
• en cours de réalisation :
expérimentations par prototypage (fonctionnement,
comportement, performances)
prototypes jetables
outils de communication entre informaticiens, ergonomes,
utilisateurs
approches empiriques
– utilisateurs contrôlent a posteriori, analyse de
données comportementales
approches analytiques
• informelles
– expertise, grille d’évaluation, heuristiques
• avant diffusion puis après :
• formelles
tests, enquêtes
– modèles prédictifs, modèles de qualité
155
156
26
Evaluation
Evaluation
• Approches empiriques
• Approches empiriques
diagnostics d’usage
• l’utilisateur pense à voix haute pendant l’utilisation
• analyse d’incidents critiques
• le concepteur prend des notes
• mais insuffisamment précis pour évaluer la qualité
ergonomique d’une interface
méthode « think aloud »
• règles et précautions :
– dire à l’utilisateur que c’est le système qu’on teste, pas lui
– ne pas aider l’utilisateur pendant le test, mais noter les
interrogations
– intervenir seulement en cas d’impasse grave
questionnaires
• satisfaction
• appréciations
• marche aussi pour tester la doc
• mais construction difficile, informations non quantifiées
157
158
Evaluation
Evaluation
• Approches analytiques
• Approches analytiques
modèles informels
évaluation heuristique (J. Nielsen, 1994)
• inspection systématique de l’interface
• utilisation d’experts
• satisfait tous les critères
– l’utilisateur peut être expert
– grand nombre d’experts + de problèmes identifiés
» 1 expert environ 35% des problèmes détectés
» 5 experts environ 75% des problèmes détectés
– basé sur les 9 caractéristiques de base de l’utilisabilité (voir «
guide de style ») (10 si on sépare prévention des erreurs et
qualité des messages d’erreur)
• méthode
• grille d’évaluation
– 3-5 inspecteurs + utilisateurs
– inspectent en isolation (1 à 2h pour interfaces simples)
– comparaison des notes ensuite
– liste de propriétés
– échelle de mesure
159
160
Evaluation
Evaluation
• Approches analytiques
• Approches analytiques
modèles formels
• modèles prédictifs de performances
– analyse des tâches
» principe de rationalité (buts, méthodes, opérateurs,
règles)
» évaluation au niveau des actions physiques de
l’utilisateur (modèle keystroke)
– approche linguistique
» présentation sous forme de grammaire des actions de
l’utilisateur
– complexité cognitive
» calcul du nombre de règles, de productions, de buts,
piles de buts, etc.
161
modèles formels
• modèles de qualité
– approche cognitive
» modèles mentaux
» cohérence interne et externe
– approche perceptive
» complexité perceptive
» qualité d’affichage
162
27
A vous de juger…
A vous de juger…
• Densité de l’information : par où
commencer ?
163
164
Introduction
• but fédérateur : passer des informations entre le
monde virtuel et le monde réel
IHM et Réalité Virtuelle
entrée :
• capture du mouvement
• saisie d'actions
sortie :
• visualisation 3D
• immersion dans un monde virtuel
166
La capture de mouvement
Historique
• principal but :
• La chronophotographie
animer un personnage virtuel avec le mouvement
d’un acteur réel
167
superposition - Stroboscopie
ancêtre du freezing
tambour - Marey et Demeny 1894
168
28
Historique
Historique
• chronophotographie géométrique
169
170
Principes et objectifs
Labellisation
Acquisition
• récupérer le mouvement de quelques points
Nuage de points
représentatifs à l’aide de marqueurs
• recréer un squelette animé à partir de ce nuage de
points
• attacher un modèle 3D au squelette
Construction du
squelette
domaines d’application : sport, biomédical, cinéma,
télévision, jeux vidéo
Animation des acteurs de synthèse
171
Les différentes techniques :
méthode mécanique
172
Les différentes techniques :
méthode électromagnétique
• marqueurs : petits circuits électromagnétiques
émettant des informations
• méthode très peu utilisée car très
contraignante pour l’acteur
• consiste à placer, sur l’acteur même,
des barres représentant les membres
de l’acteur
position dans l’espace
orientation
• on enregistre leurs différentes
inclinaisons et leurs positions afin de
recréer directement le squelette
• avantage : utilisable avec un système
de retour d’effort !!!
173
174
29
Les différentes techniques :
méthode électromagnétique
Exemples
• Avantages
étape de labellisation très simple, car chaque émetteur
transmet son identité
chaque émetteur peut transmettre d’autre informations
(vitesse, accélération, …)
prix de revient « faible »
• Inconvénients
le peu de liberté de l’acteur : batteries
ou câbles d’alimentation
mauvaise précision
175
176
Les différentes techniques :
méthode optique
Exemples
• Les différentes étapes
calibrage des caméras
placement des marqueurs
acquisition des images
tracking et la labellisation
reconstruction 3D
177
Les différentes techniques :
méthode optique
Les différentes techniques :
méthode optique
• Les caméras (au moins 3)
178
longueur d’onde d’utilisation impose les conditions
d’expérimentation
• visible
– permet de travailler dans toutes les conditions
– traitement difficile des images
astuce
• travailler dans le proche infrarouge ou le rouge avec des
caméras opérant dans le visible munies d’un filtre
interférentiel
Amplificateur
• infrarouge
Caméra CCD
opérant dans le
visible
Filtre
Obturateur
électronique
Marqueur
– expérience dans la semi-obscurité, à l’abri total de la
lumière du jour
– problème de coût
– problème de refroidissement des caméras
179
180
30
Les différentes techniques :
méthode optique
Les différentes techniques :
méthode optique
• Les marqueurs
• Les marqueurs
passifs
• ils se contentent de réfléchir la lumière émise par des
flashs synchronisés avec les caméras. Aucune contrainte de
taille, de forme ou de poids!
sphérique
déporté
visibilité
sphérique
hémisphérique
déporté
actifs
• ils émettent la lumière. Ils se composent d’une diode
électroluminescente et de l’électronique qui permet de
l’éclairer. Contraintes de taille et de solidité dues à
l’électronique
hémisphérique
plat
45°
60°
75°
90°
181
Les différentes techniques :
méthode optique
182
Les différentes techniques :
méthode optique
• codage des marqueurs
codage par couleur
• traitement d'image, puis
tracking et labellisation
• suivre et marquer les taches…
• problèmes
• compliqué à réaliser pour
beaucoup de capteurs
codage en niveau de gris
• la variation de l’intensité se confond
avec la variation d’angle
• phase d’initialisation du tracking
• disparition d’un marqueur
codage à l’aide d’un système magnétique
• choix parmi différentes taches
• investissement coûteux et encombrement important
codage séquentiel temporel
• clignotement des diodes suivant une séquence (111011110)
synchronisée avec les caméras
• très efficace
avec des marqueurs non codés
• labellisation à la main
183
Les différentes techniques :
méthode optique
184
Exemples
• la reconstruction 3D
passer d’un ensemble de nuages de points 2D,
trackés, labellisés, à un nuage de points 3D
problème des distorsions d’image
185
186
31
Saisie d'actions
Outils simples
• ex : tablettes graphiques, souris 3D, trackeur
magnétique simple avec boutons
• outils simples ou plus perfectionnés
utilisés en CAO
utilisés en réalité virtuelle ou augmentée, couplés à
des systèmes de visualisation 3D
• on veut des informations plus précises que simplement la
position
187
Gants
retour
d'effort
Interfaces haptiques
pincement
torsion et
pincement
mouvement
et position
188
• Bras articulés
Phantom (Sensable)
Virtuose (Haption)
http://www.sensable.com
http://www.haption.com
• Spidar
189
Outils spécialisés
190
Tracking
• ex : ShapeTape (position et flexion/torsion)
magnétiques
191
192
32
Actions + tracking
Utilisations : interactions 3D
• navigation
flystick
wiimote
angle de vue (tracking de la tête)
position (direction, vitesse, début/fin du mouvement)
• sélection
main virtuelle, retour d’effort, etc.
• manipulation
• contrôle de l’application
systèmes interactifs 3D
193
194
Visualisation 3D
Affichage immersif
•HMD, head mounted display
• Affichage
Immersif
☺ immersif
• HMD, head mounted display
☺ facile à utiliser
• BOOM, arm mounted display
☺ permet le mouvement de l’utilisateur
• Virtual Retinal Display
☺ la gamme débute à bas prix
Semi immersif
souvent mauvaise résolution
• Ecran stéréo
pas de vision périphérique (FOV restreint)
• Workbench
sensation de claustrophobie
• CAVE
peut devenir cher (jusqu'à $100,000)
• Divers
lourd et ne tient pas forcément bien en place
195
ex : http://www.vrealities.com/hmd.html196
Affichage immersif
Affichage immersif
•BOOM, arm mounted display
•Virtual Retinal Display
☺ bonne résolution
☺ très léger
☺ le poids n’est plus vraiment une limite
☺ haute résolution
☺ tracking excellent
☺ totalement immersif (possible)
☺ changement d’utilisateur rapide et facile
☺ peut atteindre une bonne qualité stéréo
☺ bonne qualité stéréo
petit angle de vision (FOV)
excessivement cher !!!
le mouvement de l’utilisateur est limité
fatiguant (comme des jumelles)
pas de vision périphérique
surtout : peut immobiliser une voire deux
mains
197
198
33
Affichage semi- immersif
Affichage semi- immersif
•Ecran stéréo
•Workbench ou Holobench
☺ très économique
☺ haute résolution et FOV
☺ contrôle habituel à la souris ou
☺ seules des lunettes à obturation sont nécessaires
autre
☺ liberté (relative) de mouvement
☺ bonne résolution
☺ possibilité d’utilisation en groupe restreint
sensation d’immersion faible
très cher (plus d’un million de $)
impossibilité de se déplacer
assez encombrant
pas de vision périphérique
système de synchro nécessaire entre les projecteurs
vision stéréo peut poser problèmes
problèmes entre les objets virtuels et réels
199
200
Workbench
Affichage semi- immersif
•Mur immersif
☺ haute résolution et FOV
☺ seules des lunettes à obturation sont nécessaires
☺ liberté (relative) de mouvement
☺ possibilité d’utilisation en groupe restreint
☺ la taille de l’installation permet d’y incorporer de gros objets reéls
(voiture, etc.)
encore plus cher
très encombrant
synchro nécessaire entre les projecteurs
vision stéréo peut poser problèmes
problèmes entre les objets virtuels et réels
201
202
Mur immersif
Affichage semi- immersif
•CAVE
☺ haute résolution et FOV
☺ seules des lunettes à obturation sont nécessaires
☺ liberté (relative) de mouvement
☺ possibilité d’utilisation en groupe restreint
☺ la taille de l’installation permet d’y
incorporer de gros objets reéls
encore plus cher
très encombrant
synchro nécessaire entre les projecteurs
vision stéréo peut poser problèmes
problèmes entre les objets virtuels et réels
203
problèmes de collision avec les écrans
204
34
CAVE
Utilisation conjointe
• Exemples : (videos)
http://lsiit.u-strasbg.fr/sites/img/presentation_igg2_partie2.avi
avec avatar :
http://lsiit.u-strasbg.fr/sites/img/homer_fishing_rod.avi
205
206
Exemples de domaines
d’utilisation RV/RA
Interfaces tangibles
• Objets quotidiens pour interagir : (videos)
http://www.iua.upf.es/mtg/reacTable/musictables/ATR_berry_musictable.mov
http://tangible.media.mit.edu/projects/senseboard/real_hires.ram
http://www.officeoftomorrow.org/fileadmin/videos/neonracer/NeonRacer.pal.mp4
Sentoy : http://info.nicve.salford.ac.uk/victec/evaluation_event.htm
• Divertissement (jeux /
films d’animation)
• Médecine / chirurgie
• Design industriel
• Simulateurs
(aéronautique / sousmarin / etc.)
• Entraînement
• Tests d’ergonomie
• …
IRCAD
207
Applications dans le domaine
médical
simulation de gestes médicaux et chirurgicaux
assistance pour les opérations chirurgicales
• intubation, accouchement, chirurgie ouverte,…
• matériels :
• planification préopératoire, réalité augmentée peropératoire,…
réhabilitation musculaire
• retour d'effort
diagnostic et thérapies comportementales
entraînement de médecins de conflits
208
Applications dans le domaine
médical
• domaines :
PSA
• phobies, schizophrénie, troubles post-traumatiques,…
du plus courant (casque, manette)
au plus perfectionné et spécifique
(virtual surgery table, dispositifs
haptiques ad-hoc)
• mise en situation de stress
209
210
35
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
7
Taille du fichier
5 232 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler