close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Briefing European Parliamentary Research Service

IntégréTéléchargement
Briefing
Février 2016
Sécheresse et conflits en Méditerranée
orientale
RÉSUMÉ
Ces quinze dernières années ont démontré que le changement climatique est un
phénomène global aux conséquences locales. En Méditerranée, ses effets sont
statistiquement perceptibles depuis une trentaine d'années, surtout dans la partie
orientale du bassin, causant des sécheresses qui modifient les conditions de
l'agriculture et de l'accès à l'eau.
La guerre en Syrie a montré comment ces modifications pouvaient jouer un rôle de
contexte dans le développement du mécontentement populaire, puis de la guerre
civile. En effet, les sécheresses répétées depuis 2007 ont provoqué un important
exode rural et de graves difficultés d'accès aux services publics. Dans les années qui
viennent, il est probable que ce contexte se renforce et qu'il aggrave les problèmes
d'accès à l'eau et la surpopulation urbaine dans la région.
Face à cela, les politiques européennes agissent globalement contre le changement
climatique, et localement à travers des actions relatives au développement local et au
dialogue migratoire.
Contenu du briefing:
 Le changement climatique en
Méditerranée
 Le cas de la Syrie: climat, conséquences
sociales et guerre civile
 Quelle politique européenne pour l'UE
face à ces défis multiples ?
 Principales références
EPRS | Service de recherche du Parlement européen
Auteur: Philippe Perchoc
Service de recherche pour les députés
PE 577.982
FR
EPRS
Sécheresse et conflits en Méditerranée orientale
Le changement climatique en Méditerranée
Depuis 2014, le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) a
souligné que le réchauffement climatique aura probablement des impacts en
Méditerranée, notamment une baisse des précipitations. C'est en Méditerranée
orientale que ces impacts sont aujourd'hui les plus visibles, avec des conséquences très
sérieuses. Il a ainsi été mis en avant que les mauvaises récoltes de blé en Russie,
Ukraine et Kazakhstan en 2010, couplées à une sécheresse en Chine, n'ont pas permis
d'importer assez de grain en Méditerranée orientale pour compenser les effets de la
sécheresse dans cette région. Ainsi, en Syrie, les prix alimentaires augmentèrent
rapidement, tout comme en Égypte, où le pain fournit le tiers de la ration calorique
quotidienne moyenne. Or cette crise alimentaire s'inscrit dans un contexte plus global
dans lequel l'usage des ressources en eau et l'urbanisation vont engendrer des défis
difficiles à relever.
Figure 1 – Ressources en eaux naturelles renouvelables
Le défi des ressources en eau
Des études prévoient que les besoins par habitant dans les principaux bassins méditerranéens
en irrigation vont augmenter dans la
région, pour trois raisons au moins: la
baisse tendancielle de la pluviométrie, la croissance démographique
et la mutation des habitudes
alimentaires qui engendre de
nouveaux besoins en eau. Or 80% des
ressources en eaux de la région sont
dédiées à l'agriculture, mais deux
tiers de ces ressources sont
concentrées dans la partie nord du
bassin méditerranéen. Selon le Plan Source: Plan Bleu, 2012
Bleu, les surfaces irriguées pourraient
augmenter de 38% au Sud et de 58% à l’Est d’ici 2030 (par rapport à l’année 2000), alors
que la demande en eau agricole resterait stable au Nord, pouvant même régresser
(Italie). L'Égypte sauf la vallée du Nil, la Libye et la Syrie devraient, d'ici 2025, utiliser
100% de leur stock d'eau renouvelable, ce qui est considéré comme critique. Or la
tension entre les capacités de production agricole et l'augmentation de la population
dans un contexte de baisse tendancielle des ressources en eaux risque d'avoir un impact
négatif sur les prix des denrées alimentaires de base, mais aussi sur l'exode rural et le
partage des ressources.
Le défi de la surpopulation
La population urbaine va continuer à croître de façon importante en Méditerranée, en
raison du solde naturel mais aussi d'un exode rural renforcé par la baisse des ressources
en eau. Selon les prévisions des Nations Unies, l'urbanisation côtière continuera à se
développer de façon importante avec déjà 150 millions d'habitants le long des côtes.
Les problèmes de gestion de l'eau potable, de l'accès aux services publics et au
logement, tout comme l'entrée sur le marché du travail seront des défis cruciaux. Le
contexte de la guerre en Syrie a montré les interactions complexes que le changement
climatique pouvait avoir avec les questions sociales.
Service de recherche pour les députés
Page 2 de 4
EPRS
Sécheresse et conflits en Méditerranée orientale
Le cas de la Syrie: climat, conséquences sociales et guerre civile
Certaines analyses ont mis en avant que Figure 2 – Variations pluviométriques dans le bassin
la guerre civile en Syrie avait aussi des méditerranéen entre 1902 et 2010
racines climatiques, un fait nuancé par
d'autres. En effet, les printemps arabes
nés en Tunisie en 2010 se sont
développés en Syrie à la faveur d'une
contestation du pouvoir qui avait des
causes politiques et religieuses, mais
aussi économiques. Le régime d'Assad a
été de plus en plus en peine de faire face
aux conséquences de la sécheresse
depuis 2007. En Syrie et dans le Croissant
fertile, l'humidité du sol est surtout
entretenue par les pluies hivernales entre
novembre et avril. La variabilité de ces
dernières a été forte au cours du
XXe siècle, comme le montre la figure 2.
Néanmoins, la région a connu un déficit
de pluie presque continu depuis les
années 1970, comparées à la période
entière. Ce déficit de pluie, couplé à des
barrages en Turquie sur le Tigre et
l'Euphrate, a asséché les sols du Croissant Précipitations en millimètres pendant la période hivernale entre 1902 et
fertile. Le régime de Bachar al-Assad a 2010, montrant un déclin rapide des précipitations entre 1971 et 2010.
tenté d'opérer tout de même une Les zones en rouge et orange indiquent les régions ayant connu une
particulière décrue des précipitations hivernales dans la période
politique agricole ambitieuse, qui a fini 1971-2010 en comparaison de la période de référence 1902-2010.
par conforter la Syrie comme pays Source: Hoerling et al. 2012.
exportateur de céréales depuis les
années 1990. Pourtant, la sécheresse a profondément entamé les bases de cette
politique expansionniste reposant principalement sur l'exploitation des eaux
souterraines. L'ensemble du secteur s'écroula rapidement, la part de l'agriculture dans
le PIB passa de 25 à 16% avant le début de la guerre. Entre 2008 et 2009, près de
60 000 petits éleveurs propriétaires de moins de 100 bêtes ont perdu la quasi-totalité
de leur cheptel en raison de la hausse des prix du fourrage et de la pénurie d'eau. Cette
crise agricole et les départs vers les villes qui en ont résulté ont engendré une
accélération de l'exode rural. Ce dernier, s'il a toujours été fort depuis un demi-siècle, a
été alimenté par l'arrivée massive de plus d'1,2 million de réfugiés irakiens entre 2003
et 2007. Après 2008, ces réfugiés ont été rejoints par plus d'1,5 million de déplacés
intérieurs pour cause de sécheresse. Si bien qu'en 2010, environ 20% de la population
urbaine syrienne est composée de populations déracinées arrivées dans la dernière
décennie. Ces dernières sont mal intégrées et n'ont pas un accès suffisant à l'eau
potable et aux services sanitaires. Au moment où les printemps arabes se déclenchent,
ces populations forment une partie importante des mécontents du régime en place.
La liste des conflits ayant des raisons climatiques ou liées au partage des eaux est très
longue. Il faut donc se garder d'attribuer à la crise syrienne une cause climatique
principale, même si l'on peut évoquer un contexte climatique ayant eu d'importantes
conséquences sociales.
Service de recherche pour les députés
Page 3 de 4
EPRS
Sécheresse et conflits en Méditerranée orientale
De telles combinaisons de facteurs pourraient se reproduire au Yémen, comme l'a mis
en avant la Banque mondiale, expliquant que le raccourcissement de la période de
production agricole et le manque d'eau dans la région pourrait y aggraver les conflits.
En Irak, à l'été 2015, la chaleur paralysa le réseau électrique de Bagdad, éteignant l'air
conditionné et de nombreux services publics et poussant des milliers de personnes dans
la rue.
Quelle politique pour l'Union européenne face à ces défis multiples?
Le changement climatique dans le bassin méditerranéen forme un contexte structurant.
Les politiques européennes luttent contre le changement climatique global, d'un côté,
et amoindrissent les effets du réchauffement en Méditerranée, de l'autre. Les
migrations massives à travers la Méditerranée sont les effets les plus apparents de la
déstabilisation de la région en raison des conflits, mais aussi des difficultés
économiques depuis la crise de 2008, couplées à la baisse des prix du pétrole et à la
chute du tourisme. Néanmoins, les migrations à l'intérieur de chaque État de la région
forment un défi d'ampleur comparable à celui des migrations Sud-Nord. L'Union
européenne tente de l'intégrer dans son analyse en soulignant dans son programme
stratégique pour la dimension Sud de la Politique européenne de voisinage que le
développement démocratique ne va pas sans dimension économique et sans prise en
compte des effets du changement climatique. En 2015, dans la perspective de la
conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21) de Paris, le
Parlement européen a reconnu à travers sa résolution "Vers un nouvel accord
international sur le climat à Paris" (rapporteur Gilles Pargneaux, S&D, France) "que le
changement climatique peut accroître la concurrence pour certaines ressources, telles
que la nourriture, l'eau et les pâturages, et pourrait devenir le principal facteur des
déplacements de population, tant au sein qu'au-delà des frontières nationales, dans un
avenir relativement proche" et a souligné que le réchauffement climatique pourrait
aggraver la crise migratoire.
Principales références
Peter H. Gleick, 'Water, Drought, Climate Change, and Conflict in Syria', Weather Climate and
Society, vol. 6, 2014.
Colin P. Kelley and al., Climate change in the Fertile Crescent and implications of the recent
Syrian drought, PNAS, vol. 112, n. 12, 2015.
Clause de non-responsabilité et droits d'auteur
Le contenu de ce document est de la seule responsabilité de l'auteur et les avis qui y sont exprimés ne
reflètent pas nécessairement la position officielle du Parlement européen. Il est destiné aux Membres et
au personnel du PE dans le cadre de leur travail parlementaire. Reproduction et traduction autorisées,
sauf à des fins commerciales, moyennant mention de la source et information préalable et envoi d'une
copie au Parlement européen.
© Union européenne, 2016.
Crédits photo: © nito / Fotolia.
eprs@ep.europa.eu
http://www.eprs.ep.parl.union.eu (intranet)
http://www.europarl.europa.eu/thinktank (internet)
http://epthinktank.eu (blog)
Service de recherche pour les députés
Page 4 de 4
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
4
Taille du fichier
1 462 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler