close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Building Our Skilled Trades - Unifor Skilled Trades Council

IntégréTéléchargement
Unifor Skilled Trades at Work
BUILDING OUR
SKILLED TRADES
STRENGTHENING
THE UNION
For additional information about Unifor Skilled Trades
EMAIL: trades@unifor.org
John Breslin, Director of Skilled Trades
Produced by the
Unifor National Skilled Trades Department
vscope343
Feb 2016
Unifor Skilled Trades
Social Commitment
Relief Work Projects
2006 - Present
Hurricane Katrina - Aerial view
on right shows the devastation
of Katrina -rooftops of houses
and tops of trees
Habitat Home Build - Toronto
Assembly of First Nations
(AFN)
HURRICANE KATRINA
RELIEF WORK PROJECT
New Orleans - 9th Ward
2006-2008
ASSEMBLY OF
FIRST NATIONS
(AFN)
Fresh Drinking
Water
PROJECT
YUKON
2008 - Present
Message From Peter Kennedy
Secretary-Treasurer, Unifor
Message From Jerry Dias
President, Unifor
THE SKILLED TRADES SECTION of our union remains a critical part of
Unifor as we face many challenges created by changing times.
OUR WORKPLACES AND INDUSTRIES are going through dramatic
changes. Skilled trades members have had to adapt to numerous
changes in their workplaces with ever increasing technology and
pressure to work faster and leaner. What will the future entail? Will
the continued restructuring of the economy and our sectors cause
greater job loss, including in the trades? Will companies and
governments erode, rather than strengthen, the quality and number of
apprenticeships? Will this be part of a more general focus on the part
of the corporations to erode the strength of the trades?
Looking to the years ahead a major shift is occurring in our skilled
trades membership as a large number of skilled trades members are
retiring, creating skilled trades shortages. These shortages support
the need for apprenticeship opportunities which require governments
to supply the necessary leadership and funding for these programs.
Unifor will continue to address this concern by participating on
government committees/boards and making presentations to both
the federal and provincial governments highlighting the desperate
-##"ũ 3.ũ 1#/+!#ũ 2*(++#"ũ 6.1*#12ũ -"ũ ă++ũ 3'#ũ 2'.13$++2ũ 3'1.4%'ũ
apprenticeships.
By strengthening skilled trades in Unifor we are continuing to build a
vital, active union that can meet the challenges of the future with a
!.-ă"#-3Ĕũ$.!42#"ũ%#-"ēũ
We strive to ensure our skilled trades work provides the best wages,
#-#ă32ũ-"ũ/#-2(.-2ũ(-ũ-"ēũ
12
(23.18ũ 3#!'#2ũ 42ũ 3'3ũ 3'#ũ 3(,#ũ 3.ũ /1#/1#ũ -ũ #Ă#!3(5#ũ 1#2/.-2#ũ (2ũ
while you still have the power to do so - waiting until things are
collapsing around us is too late. The Skilled Trades need to continue
building their involvement and strength in the union. To be
successful, this must include solidarity with production and other
workers. I urge you to get involved in discussing the challenges facing
the trades and thinking about what we must collectively do if we want
to maintain and develop the role of the trades, based on their skills, in
our workplaces and in the economy.
1
There are over 50,000 Skilled Trades
members of Unifor
Unifor Skilled Trades
Structures
FROM THE MAJOR ASSEMBLY PLANTS to the hundreds of parts
suppliers, from aircraft and aerospace plants to tool and die shops,
from underground mines, railway locomotive and car repair shops,
Aircraft Maintenance Hangers, Shipyards, to Healthcare and Retail,
Pulp and Paper Mills, there are recognized Unifor skilled trades.
Unifor Skilled Trades Collective Bargaining and New Technology
Conference
Every three years, delegates to the conference set out skilled trades
policy and goals for negotiations. The conference reviews new
technologies coming into our workplaces and develops strategies to use
these technologies to strengthen the skilled trades and apprenticeship
training.
As electricians and millwrights, shopcraft workers and auto
,#!'-(!2Ĕũ 2ũ ,!'(-(232Ĕũ -"ũ /(/#ă33#12Ĕũ -($.1ũ 2*(++#"ũ 31"#2ũ 1#ũ
strengthening their trade in the workplace and in collective
agreements.
In workplaces as diverse as hospitals and shipyards, mines,
#+#!31.-(!2ũ/+-32ũ-"ũ43.,. (+#ũ"#+#12'(/2Ĕũă2'ũ/1.!#22(-%ũ/+-32ũ
and hotels, Unifor skilled trades workers are helping to build the
union.
Importance in the Economy
SKILLED TRADES are key to our economy. It is the technical mastery
and skills that turns investment in new facilities, sophisticated
#04(/,#-3ũ-"ũ,!'(-#18ũ(-3.ũ#Ă#!3(5#ũ/1."4!3(.-ēũ3ũ(2ũ3'#ũ2*(++2ũ.$ũ
the workforce that explains the high quality and productivity of
Canadian plants and the international acclaim of industries such as
auto and aerospace. This is even more important as industries retool
$.1ũĄ#7( +#ũ,-4$!341(-%ũ2823#,2ēũ
New Trades in the Union
IN THE LAST 25 YEARS, mergers have added new trades groups to
Unifor. With these new members has come a broader understanding
of trade issues in sectors which range from resources to hospitality.
'#2#ũ -#6ũ -($.1ũ ,#, #12ũ '5#ũ /1.5("#"ũ -ũ (,/.13-3ũ /1.ă+#ũ $.1ũ
our Union.
'#3'#1ũ (3ũ (2ũ ă%'3(-%ũ $.1ũ //1#-3(!#2ũ .1ũ 2*(++#"ũ 31"#ũ 2'.13%#2ũ .1ũ
against regressive legislative changes such as dismantling of
apprenticeship programs or lobbying the federal government on
shipbuilding programs, rail policy or trade policy Unifor speaks for
skilled trades workers across Canada.
2
Unifor Skilled Trades Council
Unifor Skilled Trades Council is composed of 16 area sub-councils
across Canada each of which takes turns hosting its quarterly
meetings. Membership dues to the council are one-half an hour’s pay
per year with 60 percent going to support area sub-councils and 40
percent to the Council. The Council plays an important role in
providing a voice for skilled trades and apprentices.
Representation on the NEB
The Chairperson of the Unifor National Skilled Trades Council is a
member of the Unifor National Executive Board, one of the highest
authorities in our union.
Skilled Trades Department
#/13,#-3ũ 23Ăũ /1.5("#2ũ 1#2.41!#2ũ -"ũ 24//.13ũ (-ũ !.++#!3(5#ũ
bargaining, contract enforcement, arbitration, apprenticeship training
programs and participate on government and industry committees.
Active Board members for the Ontario College of Trades and
Canadian Apprenticeship Forum.
The Unifor Journeyperson Card
Holders of the Unifor Journeyperson Card have completed an
apprenticeship up to Unifor standards, or have worked at least eight
years at their trade, as set out under Unifor standards in the Policy.
#/13#ũ3(ă!3(.-ũ.3#ũ
#/13#ũ 13(ă!3(.-ũ 5.3#ũ $.1ũ 2*(++#"ũ 31"#2ũ 62ũ (-(3(++8ũ !'(#5#"ũ (-ũ
ĈĒĎĐũ-"ũ62ũ(-!+4"#"ũ(-ũ3'#ũă123ũ-($.1ũ.-23(343(.-ēũũũ
11
Unifor Skilled Trades
Structures
BUILDING ON OUR PAST GAINS
UNION STRUCTURES FOR THE FUTURE

Formation of CAW in 1985 from the UAW, formation of Unifor
in 2013, from CAW

Unifor Skilled Trades Council

Skilled Trades National Department with National Director and
3Ă

#/13#ũ3(ă!3(.-ũ5.3(-%ũ/1.!#"41#2ũ$.1ũ*(++#"ũ1"#2

Skilled Trades Advisory Board and Comprehensive Skilled
Trades Policy Manual

Skilled Trades Representation in the workplace, at bargaining
and on the National Executive Board since 1994

Skilled Trades Collective Bargaining and New Technology
Conference
Major Trades in Unifor
Percentage of Major Trades In
Unifor
Electrician
Millwright,…
Vehicle Mechanic
Tool & Die
Machinist
Heavy Duty…
Pipefitter
Welder
0
10
(These groups represent about 80% of all skilled trades)
*MR is Machine Repair, IMM is Industrial Mechanic (Millwright)
Unifor Skilled Trades Members by Sector
Red Seal Chefs, Hotel Vancouver
10
20
3
The Trades Building the Union
Critical Issues
Contracting/Work Ownership:
OUR UNION WAS BORN in the 30's. Skilled trades workers, hand in
hand with production workers, played a critical role in the events that
led to the formation of the United Auto Workers Union (UAW) in the
ēēũ -"ũ 2'.13+8ũ 3'#1#$3#1ũ 3'#ũ ă123ũ ũ +.!+ũ 3ũ #+2#8ũ '##+ũ (-ũ
Windsor, Ontario.
It was trades who provided key leadership for the wave of strikes and
sit-downs in 1936 and 1937.
Overall, skilled trades workers were also pivotal in the broader
struggles of the labour movement in Canada. They helped challenge
management on a wide range of issues, including improved wages,
shorter hours, and better working conditions.
But it was only with the creation of a union structure that cut across
occupations and represented all workers in the workplace that
greater progress was made. Solidarity between skilled trades workers
and production workers provided the critical mass as well as the
leadership and militancy that pushed the new industrial unions
forward.
NINE-HOUR DAY MOVEMENT
In 1872, the Toronto Trades Assembly adopted a motion to
press for the nine-hour day. There were similar actions in
Sarnia, Guelph, Hamilton, Ottawa and Montreal. In each
community the activists faced incredibly hostile employers.
This struggle established links across communities in
2.43'#1-ũ-31(.ũ-"ũ.-31#+Ĕũ1#/1#2#-3(-%ũ3'#ũă123ũ23%#ũ
in the establishment of a Canadian labour movement.
4
Contracting out skilled trades work undermines the jobs security of
our skilled trades and limits opportunities for new hires. In return for
our skills and our commitment to quality and productivity we strive to
establish the principles of work ownership. These are:





we own the work inside our workplaces;
.41ũ31"#2ũ #ũ%(5#-ũă123ũ/1(.1(38ũ3.ũ".ũ3'#ũ6.1*ėũ
trades to be fully utilized;
+("ũ.Ăũ2*(++#"ũ31"#2ũ3.ũ #ũ1#!++#"ũ !*ũ3.ũ6.1*ũ/1(.1ũ3.ũ
contracting out work.
meaningful discussions and contracting information to be
provided by the employer to the union and prior to
contracting.
Safeguarding Skills:
Programs such as “multi-skilling” and “designer trades” erode skills
and job content, and in the longer term, pose a threat to our job
security. We will:



defend the depth and breadth of our core trades to Red
Seal Standards;
resist both fragmentation and multi-skilling;
ensure our trades and apprentices to learn and adapt to
new processes and technology.
Work Time:
Unifor continually strives to bargain shorter work times. Reducing
work time:



protects existing jobs and creates new jobs while,
ensuring adequate skilled trades replacements;
promotes a balance between work and family and leisure
time;
creates more work opportunities for young people.
9
Critical Issues
Technological Change:
New technology represents both a challenge and a threat.
Workplaces are becoming technologically more complex and
individual pieces of equipment are becoming technically more
sophisticated. There is a tension between management and
%.5#1-,#-3ũ #Ă.132ũ 3.ũ #1."#ũ 31"#2ũ 2*(++2ũ -"ũ 4-(.-ũ #Ă.132ũ 3.ũ
enhance and deepen trade skills. Our agenda includes negotiating:

more opportunity for training and upgrading;

more control over the design of technology;

#Ă#!3(5#ũ6.1*/+!#ũ3#!'-.+.%8ũ!.,,(33##2ēũ
Training:
Skilled Trades technical training needs to be continuous and
comprehensive, from education to hands on training, from regular
updates and refreshers to major retraining. Our goals include:



training programs adequately funded by employers and
government;
peer trainers and training coordinators to organize, plan,
schedule and deliver programs;
4-(.-ũ (-5.+5#,#-3ũ (-ũ "#ă-(-%ũ -##"2Ĕũ
developing,
producing and evaluating programs.
Operating Systems:
Programs involving company operating systems may include the
#+(,(-3(.-ũ .$ũ 2*(++#"ũ 31"#2ũ !+22(ă!3(.-2ũ -"ũ 2'($3(-%ũ .$ũ
maintenance trades work to production workers. Our judgment on
whether or not to participate in TPM programs or other “operating
systems” is based on criteria such as:

negotiating increased protection for skilled trades jobs
and skills.

%(-(-%ũ1#+ũ(-Ą4#-!#ũ.5#1ũ"(1#!3(.-ũ.$ũ24!'ũ(-(3(3(5#2ũ2ũ
predictive and preventative maintenance;

42(-%ũ.41ũ(-Ą4#-!#ũ3.ũ#7/-"ũ31"#2ũ6.1*ũ(-3.ũ-.-traditional areas.
8
The Union Building the Trades
STRENGTHENING THE IDENTITY of the skilled trades and building
solidarity within the union have gone hand in hand since the
formation of Unifor.
Our union recognized the need for skilled trades to discuss and
resolve issues. A structure unique to Canada, the Unifor Skilled
Trades Council, was enshrined in the constitution.
A National Skilled Trades department was immediately established
with a director appointed by the Unifor National President.
#/13#ũ 2*(++#"ũ 31"#2ũ 13(ă!3(.-ũ .-ũ 31"#2ũ (224#2ũ (-ũ !.++#!3(5#ũ
agreements gives recognition to the particular needs of the skilled
trades. It provides a voice for skilled trades within the union.
The Chairperson of the Unifor Skilled Trades Council is a member of
the National Executive Board of the union giving the trades not only a
voice at the high decision making body of Unifor, but also a role in
building the total union.
The Union further built the trades when in 1995 the CAW established
the Skilled Trades Union Education Program. No other union
nationally or internationally has this type of program.
5
Recognizable Apprenticeships are
under Pressure for Change across Canada
Bargaining Apprenticeships
in the Workplace
Unifor is committed to continue with campaigns in Canada against:
APPRENTICESHIP IS A TRIED and true way to develop the next
generation of skilled workers.

creation of designer trades and/or single skilled
occupations;
Apprenticeship programs provide the opportunity for apprentices to
work with tradespersons who are able to pass along many years of
accumulated trade knowledge.

encouraging short term, competency based completion
of skill sets;

1#,.5+ũ.$ũ//1#-3(!#ũ23-"1"2Ĕũ!#13(ă!3(.-2ũ-"ũ
reduction of government funding.
They are workplace based which grounds theory in the practical
applications of real work situations. They are time based which
provides for an opportunity to turn learning into knowledge and skill.
Our Union’s Agenda on Apprenticeships:
ũ ũ ũ -ũ #Ă#!3(5#ũ //1#-3(!#2'(/ũ
program is a priority for our union. This is especially critical since
many of our current skilled trades members will be eligible to retire
over the next few years. Our union’s strategy includes:

enforcing contractual journeyperson to apprentice ratios;

making sure companies continue to implement ‘Unifor’
apprenticeship programs;

negotiating resources for Joint Apprenticeship Committees;

pressuring the government to continue to fund and support
apprenticeship training;

increasing broad-based opportunities for youth to enter
trades through an apprenticeship program.
Unifor Electrician & Apprentice
WITH future skilled trades shortages predicted on the horizon
Unifor continues to meet with Provincial and Federal Governments
requesting:




6
national coordination of increased apprentice opportunities in
key recognizable trades;
adequate employer and government funding to create
apprenticeships;
create Apprentice Retention Programs to ensure completion
of apprenticeships;
programs which ensure employers meet their obligations to
train the next generation of Skilled Trades.
7
Métiers spécialisés d’Unifor au travail
DÉVELOPPER NOS
MÉTIERS SPÉCIALISÉS
RENFORCER
LE SYNDICAT
Pour obtenir de plus amples renseignements sur les métiers spécialisés d’Unifor
Courriel : trades@unifor.org
John Breslin, directeur, Métiers spécialisés
publié par
Service national des métiers spécialisés d'Unifor
vssepb343
Février 2016
Métiers spécialisés d’Unifor
Engagement social
Projets d’aide humanitaire
2006 à aujourd’hui
Ouragan Katrina – La vue aérienne
à droite montre la dévastation causée par l’ouragan Katrina, des toits
de maison et la cime des arbres.
Habitat Home Build – Toronto
Assemblée des Premières Nations
(APN)
ASSEMBLÉE DES PREMIÈRES NATIONS
(APN)
OURAGAN KATRINA PROJET
D’AIDE HUMANITAIRE
Nouvelle-Orléans
9e district
2006-2008
Projet d’eau potable
YUKON
2008 à aujourd’hui
Message de Peter Kennedy
Secrétaire-trésorier, Unifor
Message de Jerry Dias
Président d’Unifor
LA DIVISION DES MÉTIERS SPÉCIALISÉS de notre syndicat continue d’occuper une place centrale au sein d’Unifor au moment où nous nous heurtons à
de nombreux défis dans cette période de changements.
NOS LIEUX DE TRAVAIL ET NOS INDUSTRIES traversent une période de profonds
changements. Les membres des métiers spécialisés ont dû s’adapter à plusieurs
changements dans leurs lieux de travail, dont une augmentation des technologies et
des pressions accrues pour travailler plus vite et avec moins de ressources. Que
réserve l’avenir? Est-ce que la restructuration de l’économie et de nos secteurs qui
perdure va aboutir à d’autres pertes d’emplois, y compris dans les métiers
spécialisés? Est-ce que les compagnies et les gouvernements vont affaiblir, plutôt
que de renforcer, la qualité des apprentissages ainsi que leur nombre? Est-ce que
cette manªuvre va s’inscrire dans une tendance plus générale de la part des
entreprises d’éroder la force des métiers spécialisés?
En pensant à l’avenir, un changement majeur se dresse devant nous alors
qu’un grand nombre de nos membres des métiers spécialisés prennent leur
retraite, provoquant du même souffle une pénurie de gens de métiers. Cette
pénurie renforce le besoin de créer des occasions d’apprentissage qui nécessitent que les gouvernements assument le leadership nécessaire et fournissent le financement de ces programmes.
Unifor va continuer de s’occuper de ce dossier en participant aux comités
gouvernementaux et à différents conseils, ainsi qu’en faisant des présentations aux gouvernements fédéral et provinciaux en insistant sur l’urgent besoin de remplacer des travailleurs spécialisés et de combler le manque de
main-d’ªuvre par des programmes d’apprentissage.
En renforçant les métiers spécialisés chez Unifor, nous continuons à bâtir un
syndicat essentiel, actif, en mesure de relever les défis de l’avenir avec un programme solide et bien ciblé.
Nous nous efforçons de faire en sorte que le travail de nos gens de métiers
procure les meilleurs salaires, avantages sociaux et pensions au Canada.
12
L’histoire nous enseigne que la préparation d’une réponse efficace doit se faire au
moment où vous avez encore le pouvoir potentiel de le faire, plutôt que d’attendre
que la situation se dégrade totalement. Les métiers spécialisés doivent continuer à
renforcer leur participation et leur pouvoir dans le syndicat. Pour y arriver, cet objectif
doit s’appuyer sur la solidarité avec les travailleuses et travailleurs de la production et
les autres. Je vous invite fortement à vous impliquer dans la discussion entourant les
défis auxquels se heurtent les gens de métiers et à réfléchir à ce que nous devons
collectivement faire si nous voulons maintenir et développer le rôle des métiers
spécialisés, basé sur leurs compétences, dans nos lieux de travail et au sein de
l’économie.
1
Unifor compte plus de 50 000 membres
des métiers spécialisés
Métiers spécialisés d’Unifor
Structures
DES PRINCIPALES USINES D’ASSEMBLAGE aux centaines de fournisseurs de pièces,
des usines aéronautiques et aérospatiales aux ateliers de fabrication d’outils et de
matrices, des mines souterraines, des ateliers de locomotives et de réparation
automobile, des hangars d’aviation, des cours de triage jusqu’aux soins de santé et au
commerce de détail, il y a des gens de métiers reconnus d’Unifor.
Conférence des métiers spécialisés sur la négociation collective et les
nouvelles technologies d’Unifor
Tous les trois ans, les délégués et les déléguées à la conférence établissent la
politique et les objectifs des métiers spécialisés en vue des négociations. La
conférence se penche sur les nouvelles technologies introduites dans nos lieux
de travail et développe des stratégies pour utiliser ces technologies afin de
renforcer les métiers spécialisés et les programmes d’apprentissage.
Comme les électriciens et les mécaniciens de chantier, les travailleurs d’atelier et les
mécaniciens automobiles, comme les machinistes et les tuyauteurs, les gens de
métiers d’Unifor cherchent à renforcer leur métier dans les lieux de travail et les
conventions collectives.
Dans des lieux de travail aussi différents que les hôpitaux et les cours de triage, les
mines, les usines de fabrication de matériel électronique et les concessionnaires
automobiles, les usines de transformation du poisson et les hôtels, les travailleuses et
travailleurs des métiers spécialisés d’Unifor contribuent à bâtir le syndicat.
Importance dans l’économie
LES MÉTIERS SPÉCIALISÉS sont essentiels à notre économie. Leur maîtrise et leurs
compétences techniques transforment les investissements en nouvelles installations,
l’équipement sophistiqué et la machinerie en production effective. Ce sont les
compétences de la main-d’ªuvre qui expliquent la qualité et la productivité élevées
des usines canadiennes, et la reconnaissance internationale des industries, comme
celles de l’automobile et de l’aérospatiale. Ce fait est encore plus important alors que
les industries se modernisent pour instaurer des systèmes de fabrication flexibles.
Nouveaux métiers au syndicat
AU COURS DES 25 DERNIÈRES ANNÉES, de nouveaux groupes de métiers ont été
intégrés à Unifor à la suite de fusions. Grâce à ces nouveaux membres, nous avons
développé une connaissance plus profonde des enjeux des métiers dans des secteurs
qui vont des ressources jusqu’à l’hôtellerie. Ces nouveaux membres d’Unifor ont
contribué de manière considérable à la visibilité de notre syndicat.
Qu’il s’agisse de défendre les apprentis ou de lutter contre la pénurie de gens de
métiers, ou encore contre des modifications régressives apportées à la législation,
comme le démantèlement des programmes d’apprentissage ou le lobbying exercé
auprès du gouvernement fédéral au sujet des programmes de construction navale, la
politique ferroviaire ou la politique commerciale, Unifor parle au nom des
travailleuses et travailleurs des métiers spécialisés partout au Canada.
2
Conseil des métiers spécialisés d'Unifor
Le Conseil des métiers spécialisés d’Unifor est formé de 16 sous-conseils
régionaux partout au Canada, dont chacun organise à tour de rôle ses
assemblées trimestrielles. Les cotisations des membres versées au Conseil
sont d’une demi-heure de salaire par année dont 60 pour cent sont versés
aux sous-conseils régionaux et 40 pour cent au Conseil. Le Conseil joue un
rôle important comme porte-parole des métiers spécialisés et des apprentis.
Représentation au CEN
Le président du Conseil des métiers spécialisés d’Unifor est membre du
Conseil exécutif national d’Unifor, l’une des instances les plus hautes de
notre syndicat.
Service des métiers spécialisés
Le personnel du Service des métiers spécialisés fournit des ressources et un
appui à la négociation collective, à la mise en application des conventions
collectives, à l’arbitrage, aux programmes d’apprentissage, et participe aux
comités gouvernementaux et de l’industrie. Ils sont des membres actifs à
l’Ordre des métiers de l’Ontario et au Forum canadien de l’apprentissage.
Carte de compagnon d’Unifor
Les détenteurs de la carte de compagnon d’Unifor ont complété un
apprentissage à la hauteur des normes d’Unifor ou ils ont travaillé au moins
huit ans dans leur métier, comme il est prévu aux normes de la politique
d’Unifor.
Vote de ratification distinct
Un vote de ratification distinct pour les métiers spécialisés a été obtenu pour
la première fois en 1957 et a été intégré dans les premiers statuts d’Unifor.
11
Structure des métiers
spécialisés d’Unifor
BÂTIR SUR NOS GAINS ACQUIS
STRUCTURES DU SYNDICAT POUR L’AVENIR

Formation des TCA en 1985 à partir des TUA, formation d’Unifor en
2013 à partir des TCA.

Conseil des métiers spécialisés d'Unifor

Service national des métiers spécialisés avec un directeur national et
du personnel

Procédures distinctes du vote de ratification pour les gens de métiers

Conseil consultatif des métiers spécialisés et manuel complet des
politiques des métiers spécialisés


Représentation des métiers spécialisés sur les lieux de travail, lors des
négociations et au Conseil exécutif national depuis 1994
Conférence des métiers spécialisés sur la négociation collective et les
nouvelles technologies
Principaux métiers chez Unifor
Pourcentage des principaux
métiers chez Unifor
Électricien
Mécanicien de…
Véhicules…
Outilleur-ajusteur
Machiniste
Mécanicien…
Tuyauteur
Soudeur
0
10
20
(Ces groupes représentent près de 80 % de tous les métiers spécialisés)
RM est réparateur de machine, MI est mécanicien industriel (de chantier)
Membres des métiers spécialisés par secteur
Les
concessionnaire
s de véhicules
& réparer
11%
Autres
transports
5%
Aérospatiale
6%
Rail
19%
Construction
navale
5%
Autres (dont
l’hôtellerie,
l’électricité, les
pêches, les soins
( de santé
12%
Chefs Sceau rouge, hôtel à Vancouver
10
Pièces
automobiles
9%
Mines et
fonderies
7%
Principales
usines
d’assemblage
automobile
26%
3
Le pouvoir du syndicat renforcé
par les métiers
NOTRE SYNDICAT EST NÉ dans les années 1930. Les travailleurs des
métiers spécialisés, main dans la main avec les travailleurs de la production,
ont joué un rôle déterminant dans les événements qui ont mené à la
formation du syndicat des Travailleurs unis de l’automobile (TUA) aux ÉtatsUnis, et peu après dans la création de la première section locale des TUA
chez Kelsey Wheel à Windsor, en Ontario.
Ces métiers ont dirigé en grande partie la vague de grèves et de grèves
d’occupation en 1936 et 1937.
Les travailleurs des métiers spécialisés ont aussi joué un rôle pivot dans les
grands combats du mouvement syndical au Canada. Ils ont aidé à défier des
employeurs sur un vaste éventail d’enjeux, dont l’amélioration des salaires, la
réduction des heures de travail et de meilleures conditions de travail.
Mais c’est seulement avec la création d’une structure syndicale recoupant
plusieurs métiers et représentant tous les travailleurs dans les milieux de
travail qu’un plus grand progrès a pu être accompli. La solidarité entre les
gens de métiers et les gens de la production a fourni la masse critique ainsi
que le leadership et le militantisme nécessaires qui ont permis de faire
avancer les nouveaux syndicats industriels.
LE MOUVEMENT REVENDIQUANT LA JOURNÉE DE
TRAVAIL DE NEUF HEURES
En 1872, la Toronto Trades Assembly a adopté une motion pour revendiquer la journée de travail de neuf heures. Des actions semblables ont eu
lieu à Sarnia, Guelph, Hamilton, Ottawa et Montréal. Dans chaque communauté, les militants se sont heurtés à des employeurs incroyablement
hostiles. Ce combat a permis d’établir des liens entre les communautés
du sud de l’Ontario et de Montréal, représentant la première étape de la
mise sur pied d’un mouvement syndical canadien. of a Canadian labour
movement.
4
Principaux enjeux
Sous-traitance et droit exclusif au travail:
Le fait de sous-traiter les tâches des métiers spécialisés porte atteinte à la
sécurité d’emploi de nos gens de métiers et limite les opportunités de faire
de nouvelles embauches. En échange de nos compétences et de notre
engagement envers la qualité et la productivité, nous nous efforçons d’établir
les principes du droit exclusif au travail. Les voici :





le travail que nous exécutons dans nos lieux de travail nous appartient;
nos gens de métiers doivent avoir la priorité d’effectuer le travail;
les gens de métiers doivent être pleinement utilisés;
les gens de métiers mis à pied doivent être rappelés au travail avant de soustraiter des tâches.
des discussions constructives et des renseignements sur la sous-traitance
doivent être fournis par l’employeur au syndicat avant de sous-traiter du travail.
Sauvegarder les compétences:
Des programmes comme ceux prônant la « polyvalence des
compétences » ou des « métiers sur mesure » ont comme résultat de
miner les compétences et la nature du travail, constituant une menace à
notre sécurité d’emploi. Nous allons :



défendre la profondeur et l’ampleur des compétences de nos métiers de base
à la hauteur des normes du Sceau rouge;
résister tant à la fragmentation qu’à la polyvalence;
faire en sorte que nos gens de métiers et nos apprentis apprennent les
nouveaux procédés et les nouvelles technologies, et s’y adaptent.
Temps de travail:
Unifor s’efforce continuellement de négocier une réduction des heures de
travail. Réduire les heures de travail:



protège les emplois existants et crée de nouveaux emplois, assurant ainsi une
relève adéquate des métiers spécialisés;
permet de promouvoir un équilibre entre le travail, la famille et le temps de
loisirs;
augmente les opportunités d’emploi pour les jeunes.
9
Principaux enjeux
Changements technologiques :
Les nouvelles technologies représentent à la fois un défi et une menace. Les milieux
de travail sont de plus en plus complexes sur le plan technologique et les pièces
d’équipement individuelles sont devenues techniquement de plus en plus
sophistiquées. Il existe une tension entre, d’un côté, les efforts des employeurs et du
gouvernement de miner les compétences des gens de métiers et, de l’autre côté, les
efforts du syndicat à améliorer et approfondir les compétences des gens de métiers.
Le pouvoir des métiers renforcé
par le syndicat
LE RENFORCEMENT DE L’IDENTITÉ des métiers spécialisés est allé de pair
avec la consolidation de la solidarité au sein du syndicat depuis la formation
d’Unifor.
Notre syndicat reconnaît le besoin qu’ont les gens de métiers de discuter et
de résoudre des problèmes. Une structure unique au Canada, le Conseil des
métiers spécialisés d’Unifor, a été prévue dans les statuts.
Notre programme vise à négocier:



plus d’opportunités de formation et de perfectionnement;
plus de contrôle sur la conception des technologies;
des comités actifs sur les nouvelles technologies en milieu de travail.
Formation:
La formation technique des métiers spécialisés doit être continue et complète, allant
de l’enseignement en classe jusqu’à la formation en milieu de travail, du
perfectionnement et des mises à jour régulières jusqu’à un recyclage profond. Nos
objectifs sont :



de disposer de programmes de formation adéquatement financés par les
employeurs et le gouvernement;
des pairs formatrices et formateurs de même que des coordonnatrices et
coordonnateurs de formation pour organiser, planifier, prévoir et enseigner
les programmes;
la participation du syndicat au recensement des besoins, à
l'élaboration, à la production et à l'évaluation des programmes.
Systèmes opérationnels:
Un Service national des métiers spécialisés a été immédiatement mis sur
pied avec un directeur nommé par le président national d’Unifor.
La ratification distincte des gens de métiers concernant des enjeux qui leur
sont propres dans les conventions collectives est une manière de
reconnaître les besoins particuliers des métiers spécialisés. Cette disposition
procure une voix aux gens de métiers au sein du syndicat.
Le président du Conseil des métiers spécialisés d’Unifor est membre du
Conseil exécutif national du syndicat, ce qui procure aux gens de métier non
seulement une voix au sein de la plus haute instance décisionnelle d’Unifor,
mais aussi un rôle dans le renforcement du pouvoir de l’ensemble du
syndicat.
Le syndicat a contribué aussi à renforcer le pouvoir des gens de métiers
lorsque, en 1995, les TCA ont mis sur pied le Programme d’éducation
syndicale des métiers spécialisés. Aucun autre syndicat national ou
international n’offre ce type de programme.
Les programmes impliquant les systèmes opérationnels de l’employeur peuvent
inclure l’élimination des classifications des métiers spécialisés et le transfert des
tâches d’entretien des gens de métiers à des gens de la production. Notre position
quant à savoir si nous participons ou non aux programmes TPM ou à d’autres
« systèmes opérationnels » se base sur des critères comme :



la négociation d’une plus grande protection des emplois et des compétences
des métiers spécialisés;
l’obtention d’une réelle influence sur l’orientation de telles initiatives comme
la prévision et la prévention de l’entretien;
l’utilisation de notre influence pour étendre le travail des métiers dans des
domaines non traditionnels.
8
5
Négocier des programmes
d’apprentissage au travail
L’APPRENTISSAGE EST UNE VRAIE MANIÈRE, et déjà éprouvée, de former
la prochaine génération de gens de métiers.
Les programmes d’apprentissage offrent l’opportunité aux apprentis de
travailler avec des gens de métiers qui sont capables de transmettre
plusieurs années de connaissances acquises dans leur métier.
Les apprentissages reconnus subissent
des pressions partout au Canada
Unifor s’est engagé à maintenir ses campagnes au Canada contre :

La création de « métiers sur mesure » et/ou de métiers à compétence unique;

la promotion de l’obtention de modules de compétences basés sur une
compétence de courte durée;

l’élimination des normes d’apprentissage, des certifications et la réduction du
financement gouvernemental.
Ils se déroulent en milieu de travail, ce qui permet d’ancrer la théorie dans
des applications concrètes propres à des situations réelles de travail. Ils
s’échelonnent dans le temps, ce qui donne l’occasion de transformer les
apprentissages en connaissances et en compétences.
Le programme de notre syndicat en matière
d’apprentissages
MAINTENIR ET RENFORCER un programme d’apprentissage actif est une
priorité pour notre syndicat. Cet objectif est particulièrement déterminant
puisque plusieurs de nos membres des métiers spécialisés seront
admissibles à la retraite au cours des prochaines années. La stratégie de
notre syndicale comprend:
Un électricien et une apprentie d’Unifor
 appliquer les ratios d’apprentis aux compagnons contractuels;
 s’assurer que les employeurs continuent de mettre en application les
programmes d’apprentissage d’Unifor;
 négocier des ressources pour des comités paritaires d’apprentissage;
 exercer des pressions auprès du gouvernement pour qu’il continue de
financer et de soutenir les programmes d’apprentissage;
 augmenter le nombre d’opportunités pour que les jeunes puissent
accéder aux métiers par des programmes d’apprentissage.
6
DEVANT la pénurie prévue à l’horizon de gens de métiers, Unifor continue de
rencontrer les gouvernements fédéral et provinciaux pour réclamer :

une coordination nationale en vue d’augmenter les opportunités
d’apprentissage dans les principaux métiers reconnus;

un financement adéquat de la part des employeurs et du gouvernement pour
créer des programmes d’apprentissage;

la création de programmes de rétention des apprentis afin de s’assurer qu’ils
terminent leur formation;

des programmes qui font en sorte que les employeurs respectent leurs
obligations à l’égard de la formation de la prochaine génération des gens de
métiers.
7
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
4
Taille du fichier
2 994 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler