close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

brochure explicative

IntégréTéléchargement
Votation communale du 28 février 2016
relative aux délibérations I-IV (PR 1073)
du Conseil municipal de la Ville de Genève, du 20 mai 2015, autorisant l’ouverture de crédits pour un montant total
brut de 131’421’500 F destinés à la restauration et à l’agrandissement du Musée d’art et d’histoire (dont à déduire un
montant total de 67’500’000 F composé
d’une subvention et d’apports de tiers,
soit un montant net de 63’921’500 F)
SOMMAIRE
pp. 3-13
Objet
Votation communale du 28 février 2016 relative aux délibérations I-IV (PR 1073)
du Conseil municipal de la Ville de Genève, du 20 mai 2015, autorisant l’ouverture de crédits pour un montant total brut de 131’421’500 F destinés à la restauration et à l’agrandissement du Musée d’art et d’histoire (dont à déduire un
montant total de 67’500’000 F composé d’une subvention et d’apports de tiers,
soit un montant net de 63’921’500 F)
pp. 3-5
Délibérations
pp. 6-7
Synthèse brève et neutre
pp. 8-10
pp. 11-13
2
Commentaire des autorités
Commentaire du comité référendaire
p. 14
Prises de position des partis
p. 15
À votre service
p.16
Où et quand voter ?
D É L I B É R AT I O N S
Délibérations I-IV (PR 1073) du Conseil municipal de la Ville de Genève, du
20 mai 2015, autorisant l’ouverture de crédits pour un montant total brut de
131’421’500 F destinés à la restauration et à l’agrandissement du Musée d’art
et d’histoire (dont à déduire un montant total de 67’500’000 F composé d’une
subvention et d’apports de tiers, soit un montant net de 63’921’500 F)
Délibération PR-1073 I
LE CONSEIL MUNICIPAL, vu l’article 30, alinéa 1, lettres e) et m), de la loi sur
l’administration des communes du 13 avril 1984; sur proposition du Conseil administratif, décide: par 49 OUI contre 25 NON et 1 ABSTENTION
Article premier. — Il est ouvert au Conseil administratif un crédit brut de
125’858’500 F, dont à déduire un montant total de 65’175’000 F composé de:
• une subvention de 500’000 F du Fonds énergie des collectivités;
• un apport de 37’675’000 F de la Fondation Gandur pour l’art;
• un apport de 11’000’000 F de la Fondation pour l’agrandissement
du MAH;
• un apport de 2’000’000 F de la Fondation Ernst Göhner;
• un apport de 14’000’000 F d’une fondation privée pour le secteur de
l’horlogerie, destiné à la restauration;
soit un montant net de 60’683’500 F, destiné à la restauration et à l’agrandissement
du Musée d’art et d’histoire situé rue Charles-Galland 2, parcelles N°s 4360, 4362,
4359 et 7232, feuille N° 13 du cadastre de la commune de Genève, section Cité,
propriété de la Ville de Genève, ainsi qu’aux frais induits par le chantier.
Art. 2. — Au besoin, il sera provisoirement pourvu à la dépense prévue à
l’article premier au moyen d’emprunts à court terme, à émettre au nom de la Ville
de Genève, à concurrence de 125’858’500 F.
Art. 3. — Un montant de 1’209’557 F sera prélevé sur le crédit indiqué
à l’article premier et attribué au Fonds d’art contemporain de la Ville de Genève
institué par la délibération du Conseil municipal du 16 décembre 2008.
Art. 4. — La dépense nette prévue à l’article premier, à laquelle il convient
3
d’ajouter les parts du crédit d’études voté le 10 février 1998 de 290’000 F (PR300, N° PFI 042.009.06), le crédit d’étude voté le 26 février 2007 de 3’600’000 F
(PR-482, N° PFI 042.009.08), le crédit d’étude complémentaire voté le 8 mai
2012 de 2’925’000 F (PR-922, N° PFI 042.009.09), soit un total de 67’498’500 F,
sera inscrite à l’actif du bilan de la Ville de Genève, dans le patrimoine administratif, et amortie au moyen de 30 annuités qui figureront au budget de la Ville de
Genève de 2022 à 2051.
Art. 5. — Le Conseil administratif est autorisé à constituer, épurer, radier
ou modifier toute servitude à charge et/ou au profit des parcelles faisant partie du
périmètre concerné, nécessaire à la réalisation projetée.
Délibération PR-1073 II
LE CONSEIL MUNICIPAL, vu l’article 30, alinéa 1, lettre e), de la loi sur l’administration des communes du 13 avril 1984; sur proposition du Conseil administratif,
décide: par 49 OUI contre 26 NON
Article premier. — Il est ouvert au Conseil administratif un crédit brut de
4’312’000 F, dont à déduire un apport de 1’800’000 F de la Fondation Gandur
pour l’art, soit un montant net de 2’512’000 F destiné au développement d’équipements multimédia pour le public du Musée d’art et d’histoire, situé rue CharlesGalland 2, parcelles N°s 4360, 4362, 4359 et 7232, feuille N° 13 du cadastre de
la commune de Genève, section Cité, propriété de la Ville de Genève.
Art. 2. — Au besoin, il sera provisoirement pourvu à la dépense prévue à
l’article premier au moyen d’emprunts à court terme, à émettre au nom de la Ville
de Genève, à concurrence de 4’312’000 F.
Art. 3. — La dépense nette prévue à l’article premier sera inscrite à l’actif
du bilan de la Ville de Genève, dans le patrimoine administratif, et amortie au
moyen de 4 annuités qui figureront au budget de la Ville de Genève de 2022 à
2025.
Délibération PR-1073 III
LE CONSEIL MUNICIPAL, vu l’article 30, alinéa 1, lettre e), de la loi sur l’administration des communes du 13 avril 1984; sur proposition du Conseil administratif,
décide: par 49 OUI contre 25 NON et 1 ABSTENTION
Article premier. — Il est ouvert au Conseil administratif un crédit brut de
600’00 F, dont à déduire un apport de 252’000 F de la Fondation Gandur pour
l’art, soit un montant net de 348’000 F destiné à l’équipement en matériel infor4
matique, de télécommunication et de diffusion du Musée d’art et d’histoire, situé
rue Charles-Galland 2, parcelles N°s 4360, 4362, 4359 et 7232, feuille N° 13 du
cadastre de la commune de Genève, section Cité, propriété de la Ville de Genève.
Art. 2. — Au besoin, il sera provisoirement pourvu à la dépense prévue à
l’article premier au moyen d’emprunts à court terme, à émettre au nom de la Ville
de Genève, à concurrence de 600’000 F.
Art. 3. — La dépense nette prévue à l’article premier sera inscrite à l’actif
du bilan de la Ville de Genève, dans le patrimoine administratif, et amortie au
moyen de 4 annuités qui figureront au budget de la Ville de Genève de 2022 à
2025.
Délibération PR-1073 IV
LE CONSEIL MUNICIPAL, vu l’article 30, alinéa 1, lettre e), de la loi sur l’administration des communes du 13 avril 1984; sur proposition du Conseil administratif,
décide: par 49 OUI contre 25 NON et 1 ABSTENTION
Article premier. — Il est ouvert au Conseil administratif un crédit de
651’000 F, dont à déduire un apport de 273’000 F de la Fondation Gandur pour
l’art, soit un montant net de 378’000 F, destiné à l’équipement en mobilier et
matériel d’exploitation du Musée d’art et d’histoire, situé rue Charles-Galland 2,
parcelles N°s 4360, 4362, 4359 et 7232, feuille N° 13 du cadastre de la commune de Genève, section Cité, propriété de la Ville de Genève.
Art. 2. — Au besoin, il sera provisoirement pourvu à la dépense prévue à
l’article premier au moyen d’emprunts à court terme, à émettre au nom de la Ville
de Genève, à concurrence de 651’000 F.
Art. 3. — La dépense nette prévue à l’article premier sera inscrite à l’actif
du bilan de la Ville de Genève, dans le patrimoine administratif, et amortie au
moyen de 8 annuités qui figureront au budget de la Ville de Genève de 2022 à
2029.
5
SYNTHÈSE BRÈVE
ET NEUTRE
CRÉDIT DE RÉALISATION DESTINÉ À LA «RESTAURATION ET À L’AGRANDISSEMENT DU MUSÉE D’ART ET D’HISTOIRE» (PR-1073)
Texte résumé des enjeux du crédit de réalisation
Le crédit pour la rénovation et l’agrandissement du Musée d’art et d’histoire a
été voté par le Conseil municipal de la Ville de Genève le 20 mai 2015 pour un
montant total brut de 131’421’500 F. Ce montant est constitué de 67’500’000 F
d’apports et de subventions de la part de différents partenaires privés et de
63’921’500 F à la charge de la collectivité publique.
Par le vote de ce crédit, le Conseil municipal a donné son accord au Conseil administratif pour financer les travaux de rénovation et d’agrandissement du musée.
Le bâtiment du musée, construit entre 1903 et 1909 par l’architecte Marc Camoletti, possède une surface d’exposition de 7’000 m2. Il figure parmi les plus
grands musées de Suisse et accueille des collections d’art et d’histoire. Depuis
sa construction, au début du XXe siècle, cet édifice n’a fait l’objet que de travaux
d’entretien courants. La rénovation envisagée vise ainsi à mettre le bâtiment aux
normes légales et à garantir des conditions d’exposition sécurisées, une conservation adéquate des œuvres ainsi que des conditions idéales d’accueil.
Depuis 1998, le Conseil municipal s’est prononcé en faveur de la rénovation et de
l’agrandissement de ce bâtiment à de nombreuses reprises.
En février 1998, le Conseil municipal vote un premier crédit pour l’étude de la modernisation du Musée d’art et d’histoire. En février 2007, il vote un montant pour
l’étude de l’extension et du réaménagement du musée avec un amendement qui
conditionne l’agrandissement à l’obtention par des tiers de financements privés à
hauteur de 40’000’000 F. En mai 2012, le Conseil municipal vote le crédit d’étude
destiné à la poursuite des études, compte tenu des demandes de modification de
projet et de l’évolution du programme.
6
Les travaux doivent permettre la réorganisation des collections et d’en présenter
une plus grande partie. Le projet prévoit une augmentation de plus de 6’500 m2
des surfaces dédiées à l’exposition des collections et à l’accueil du public. Un
accès optimisé pour les personnes à mobilité réduite, un grand hall d’accueil,
une salle de conférences, un forum, un espace pédagogique et près de 800 m2
consacrés aux expositions temporaires seront ajoutés. Les nouveaux espaces sont
disposés pour l’essentiel dans une extension située sous la cour des Casemates.
S’agissant de la rénovation d’un édifice présentant de grandes qualités patrimoniales, il a été concerté avec les instances compétentes. Un groupe de travail a
été constitué avec des représentants de la Commission des monuments, de la
nature et des sites (CMNS) pour suivre le développement du projet.
En janvier 2013, la CMNS a préavisé favorablement le projet. L’autorisation de
construire a été délivrée le 17 juillet 2013.
En cas d’acceptation de ce crédit de réalisation par le corps électoral de la Ville
de Genève, les autorités seront chargées de réaliser ce projet de rénovation et
d’agrandissement, de coordonner le déménagement des œuvres et d’assurer le
suivi des travaux.
En cas de refus de ce crédit par le corps électoral de la Ville de Genève, les autorités devront élaborer un nouveau projet.
7
C O M M E N TA I R E
DES AUTORITÉS
OUI à la renovation du musée d’art et d’histoire
OUI à un nouveau musée
OUI à un apport financier privé de 67,5 millions de francs
Un projet indispensable au maintien et à la conservation d’un bâtiment
public emblématique de notre ville
Le projet de rénovation et d’agrandissement du Musée d’art et d’histoire est nécessaire. Le bâtiment du musée, construit entre 1903 et 1909 par l’architecte
Marc Camoletti, est un monument exemplaire et emblématique pour Genève.
Parmi les grands musées de Suisse, il accueille des collections d’art et d’histoire
issues, pour la plupart d’entre elles, de dons et de legs à la collectivité par des
familles genevoises. Pour exemple, le Musée d’art et d’histoire abrite ainsi une
collection unique au monde d’œuvres de Ferdinand Hodler, peintre suisse de
renommée internationale.
Par respect pour celles et ceux qui lui ont confié la garde et la transmission de
leurs biens à la postérité, la Ville de Genève doit pouvoir exposer publiquement
ces pièces d’une grande valeur scientifique et culturelle. Pour cela, elle doit garantir des conditions d’expositions décentes et sécurisées, tant pour la conservation des œuvres que pour l’accueil du public. Or, l’état actuel du bâtiment ne le
permet plus.
Un édifice dans un état de délabrement indigne de notre ville, indigne des
œuvres majeures qu’il accueille et n’offrant plus de bonnes conditions de
travail pour le personnel
Depuis sa construction, le musée n’a pas fait l’objet de rénovations. L’état général
de dégradation des salles et des installations qui en résulte ne permet plus l’exposition des œuvres dans des conditions de conservation et de sécurité conformes
aux normes actuelles. Notamment les installations techniques vétustes qui ne
permettent plus de maintenir les conditions climatiques minimales nécessaires.
8
Ainsi, le musée a dû fermer ses portes à plusieurs reprises durant l’été dernier,
quand des températures supérieures à 40 degrés ont été mesurées dans les
salles. Certaines œuvres ont même dû être déplacées d’urgence. En 2007 déjà,
une corniche en plâtre avait chuté d’un plafond, provoquant d’importants dégâts
matériels.
Renoncer aujourd’hui à ces travaux indispensables conduirait inévitablement, à
très court terme, à la fermeture pour plusieurs années de l’institution. Les œuvres
seraient ainsi durablement soustraites d’une exposition au public ou alors maintenues dans un état de conservation précaire et dommageable pour leur préservation. Si ce projet est refusé, il faudrait plusieurs années pour en élaborer un
autre, en raison des procédures légales et administratives inhérentes à un projet
d’une telle ampleur.
Des surfaces supplémentaires pour mieux exposer les œuvres et moderniser
l’accueil des publics
Cette nécessaire rénovation constitue une véritable occasion pour le Musée d’art
et d’histoire de repenser l’organisation des collections et de se donner les moyens
de moderniser l’accueil des publics autour d’un projet culturel et revisité. Avec
50% de surfaces d’exposition supplémentaires (plus de 3’700 m2) et le doublement des surfaces dédiées à l’accueil des visiteurs, le Musée d’art et d’histoire
disposera d’un outil lui permettant de répondre de manière idéale à la vocation
plurielle et universelle qui le caractérise depuis son ouverture. Au total plus de
2’000 m2 de surfaces d’exposition seront réalisées au sous-sol du musée, permettant d’accueillir dans de très bonnes conditions de grandes expositions temporaires, mais aussi un nouvel accès pour les personnes à mobilité réduite, un
grand hall d’accueil, une salle de conférence, un forum, un espace pédagogique
et un restaurant offrant une vue panoramique sur Genève.
Ces nouvelles surfaces permettront d’exposer dans de meilleures conditions une
plus grande partie de ces collections léguées à la collectivité publique. Les Genevoises et les Genevois sont légitimement en droit de pouvoir admirer ces biens,
qui n’ont pas pour vocation d’être stockés à l’abri des regards.
Un projet soutenu par des partenaires privés
Le financement de ce projet est couvert, pour plus de la moitié de l’investissement, par l’apport de partenaires privés, qui se sont engagés depuis des années à
le soutenir par un financement de plus 67,5 millions de francs. Si ce projet devait
être refusé, la rénovation toujours indispensable serait pleinement à la charge
de la collectivité, sans bénéficier d’un apport financier externe. L’investissement
9
dépasserait alors largement la part à investir aujourd’hui par la collectivité, et
cela même pour une rénovation qui n’apporterait par ailleurs aucune solution au
manque d’espace actuel.
C’est pourquoi nous vous invitons à voter et à faire voter OUI à ce projet pour ne
pas mettre en péril l’avenir du Musée d’art et d’histoire par un refus qui conduirait
à l’inévitable fermeture du Musée.
OUI à la nécessaire rénovation du Musée d’art et d’histoire,
OUI à une augmentation des surfaces d’exposition,
OUI à un financement couvert pour plus de la moitié par des fonds privés
10
C O M M E N TA I R E
DU COMITÉ
RÉFÉRENDAIRE
Pour l’avenir de notre Musée: NON au projet Nouvel
Que la Ville de Genève ait laissé se délabrer notre Musée d’art et d’histoire (MAH)
et se démanteler l’équipe de scientifiques chargés de la conservation et de la
mise en valeur des collections est alarmant. Qu’elle ait conçu un projet d’agrandissement qui ne respecte ni son architecture, ni les lois qui régissent les monuments et les zones protégées de la ville est indigne. L’imposition d’un partenariat
public-privé inégal, avec des charges très lourdes pour la collectivité publique, est
à elle seule un véritable scandale.
Cinq raisons au moins de dire NON à ce projet scandaleux
1. Son coût démesuré: 140 millions
Le projet de restauration et d’agrandissement du MAH est destructeur, trop cher,
pour une politique culturelle «bling-bling». Appel à un architecte célèbre, mise
en valeur des collections d’un milliardaire et restaurant prestigieux au dernier
étage… c’est ce qu’a décidé la Ville, soutenue par les lobbyistes du MAH+ et
par une Société des amis du musée éblouie par l’or et les paillettes. Le Conseil
municipal a voté un projet quatorze fois plus cher que prévu lors de l’appel d’offre
initial de 1998 – du jamais vu: 140 millions, si on inclut les 7 millions déjà dépensés en études.
2. L’arnaque Nouvel
Le projet Nouvel n’est pas le résultat d’un concours d’architecture. C’est un projet
vieux de dix-sept ans, démodé, rafistolé pour arracher l’accord de la Commission
des monuments, de la nature et des sites. Pour assurer une visibilité accrocheuse
au geste de l’architecte français Jean Nouvel – souvent cité dans la presse pour
ses dépassements de budget (Philharmonie de Paris, gares CEVA de Genève,
etc.) –, la cour de l’édifice est supprimée, son portique disparaît sous un plateau
d’accueil, trois mezzanines viennent envahir et dénaturer son style beaux-arts
11
d’origine: tout cela pour aboutir à un restaurant panoramique enchâssé dans les
toitures surélevées. Ce projet défigure un monument plus que centenaire, classé
sur le plan cantonal et d’importance nationale.
3. La privatisation Gandur
La Ville de Genève a signé une convention de partenariat public-privé (accessible
sur internet) qui la lie pour 99 ans à la Fondation Gandur pour l’Art (FGA). En
échange d’une participation de 40 millions aux travaux d’agrandissement et du
dépôt au musée des collections de ce «partenaire», la collectivité devra assumer
la totalité des coûts liés à la mise à disposition de locaux, à l’organisation d’expositions pour la FGA, au gardiennage, à la conservation, aux assurances pour ses
collections, la FGA demeurant libre de retirer celles-ci du musée à sa guise. Cette
dépense publique représente bien plus que le montant mis initialement sur la
table par un milliardaire qui réalise donc une excellente affaire et qui a par ailleurs
élu domicile fiscal à Malte. En donnant à la Fondation Gandur un droit de décision
sur les choix culturels du MAH, la Ville amorce une privatisation de l’institution.
Cette mainmise d’un privé sur un bien public est inacceptable!
4. Un chèque en blanc irresponsable
Le Conseil administratif de la Ville a engagé la collectivité à supporter seule des
charges très lourdes sans même les avoir chiffrées. Il a refusé de soumettre le
contrat avec la FGA au Conseil municipal, comme le prévoit pourtant la loi sur
l’administration des communes (art, 30 1, let. J). Ce déni de démocratie ouvre la
voie à une aventure financière irresponsable!
5. Une atteinte à un patrimoine précieux
Inauguré en 1910, de style beaux-arts, le MAH est l’un des édifices les plus
imposants de Genève. Il s’inspire du Petit Palais de Paris édifié pour l’Exposition
universelle de 1900. Marc Camoletti a magistralement adapté ce modèle à une
topographie difficile, entre les boulevards bas et le quartier haut des Tranchées,
en l’organisant autour d’une cour intérieure à l’italienne entourée d’arcades.
Un musée rénové et au service de la population est nécessaire
La restauration dans les règles de l’art du MAH est une urgence, qui ne peut
plus être prise en otage par une transformation en musée de prestige. Le grand
absent dans cette affaire est un programme muséal conçu pour l’ensemble de
la population et pour les visiteurs désireux de découvrir Genève, son art et son
histoire: un musée pour tous, vivant, ouvert aux petits comme aux grands, nourri
de recherches scientifiques, porté, à travers tous les moyens possibles, à l’exploration du patrimoine artistique de l’humanité, à la compréhension des valeurs des
12
sociétés, à la découverte du sens de notre histoire. Dans ce but, il est vital que
la collectivité – et non pas une fondation privée – garde la haute main sur cette
institution.
La restauration du MAH et l’excavation de sa cour ne sont pas contestées. Recouverte d’une verrière, la cour pourra être animée toute l’année. L’extension est
possible dans l’ancienne école des beaux-arts voisine (3’400 m2), de même que
dans la butte de l’Observatoire (10’500 m2) avec des gains très supérieurs aux
quelque 1’200 m2 mis dans la cour par le projet Nouvel.
Des solutions porteuses d’avenir existent, moins coûteuses, respectueuses du
monument, sans des charges aussi lourdes pour les générations futures.
Pour ces raisons, le Comité référendaire «MAH: NON au saccage de notre
patrimoine public» vous invite à voter NON au projet Nouvel
13
PRISES DE POSITION
Acceptez-vous les délibérations I-IV (PR 1073) du Conseil municipal de la Ville
de Genève, du 20 mai 2015, autorisant l’ouverture de crédits pour un montant
total brut de 131’421’500 F destinés à la restauration et à l’agrandissement du
Musée d’art et d’histoire (dont à déduire un montant total de 67’500’000 F composé d’une subvention et d’apports de tiers, soit un montant net de 63’921’500 F)
OUI
Les Socialistes
OUI
PLR Ville de Genève
OUI
Parti Démocrate-Chrétien (PDC)
OUI
MCG – Mouvement Citoyens Genevois
NON
Ensemble à Gauche
NON
Les Verts
NONUDC
NON
Comité référendaire «NON au saccage de notre patrimoine public»
OUI
AAA – Architectes et Amis de l’Architecture
OUI
Acteurs culturels pour le Musée
NON
Action patrimoine vivant
OUI
Amis des Musées genevois favorables au projet
OUI
Artisans et apprentis du bâtiment pour la rénovation urgente de Musée (MAH)
OUI
Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève
NON
Contre les magouilles
NON
D.A.L Défense des Aînés des Locataires de l’Emploi et du Social
NON
Entente Responsable – liste citoyenne contre le gaspillage des deniers publics
OUI
Fédération des Entreprises Romandes – Genève
OUI
Fondation pour l’agrandissement du Musée
NON
La culture doit rester un bien public
OUI
La culture, toute la culture
OUI
Le Musée et ses voisins
NON
Les Vert’libéraux – Ville de Genève
NON MAH – MAH mieux
OUI
Oui au Musée
NON
Patrimoine suisse Genève: NON au saccage de la cour du Musée d’art et d’histoire
OUI
Pour un patrimoine vivant et dynamique
NON
Pour un vrai concours d’extension du MAH
NON
SIT – Syndicat interprofessionnel de travailleuses et travailleurs
NONsolidaritéS
14
À VOTRE SERVICE
Votre enveloppe grise doit contenir :
Pour les Suisses résidents :
 1 carte de vote,
 1 enveloppe de vote bleue au format C5,
 1 bulletin de vote avec 13 questions,
 1 brochure explicative pour les sujets fédéraux et cantonaux,
 la présente brochure.
Pour les étrangers résidents :
 1 carte de vote,
 1 enveloppe de vote rose au format C5,
 1 bulletin de vote avec 1 question,
 la présente brochure.
Si votre matériel de vote n’est pas complet ou si vous avez perdu ou détruit votre
carte de vote, il faut appeler le service des votations et élections qui vous renseignera volontiers sur la manière de procéder.
Tél. 022 546 52 00
lundi 1er au vendredi 26 février 2016 (de 9h à 17h)
samedi 27 février 2016 (de 9h à 12h)
dimanche 28 février 2016 (de 10h à 12h)
15
O Ù E T Q U A N D V O T E R ?
1. Vote par correspondance
Les électrices et électeurs qui désirent exercer leur droit de vote par
correspondance peuvent le faire dès réception du matériel de vote.
Les votes par correspondance doivent parvenir au Service des votations
et élections au plus tard le samedi 27 février 2016, à 12h.
Pour garantir l’acheminement postal dans le délai prescrit, il vous
est recommandé d’expédier votre enveloppe de vote au plus tard le
jeudi 25 février 2016.
 Attention à l’heure de levée du courrier.
2. Vote à l’urne
Au local de vote dont l’adresse figure sur votre carte de vote.
Les électrices et électeurs qui se présentent pour voter le dimanche
28 février 2016 de 10h à 12h doivent se munir :
 de leur carte de vote,
 d’une pièce d’identité,
 du matériel de vote.
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
7
Taille du fichier
302 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler