close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

Auto-entrepreneuriat

IntégréTéléchargement
LUNDI 29 FÉVRIER
2016
NUMERO 4718 - PRIX MAROC: 5 DH - FRANCE: 1 € - DEPOT LEGAL: 100/1991 - DIRECTEUR DE PUBLICATION: ABDELMOUNAIM DILAMI
Système de Management de la Qualité
BUREAU VERITAS MAROC
LE PREMIER QUOTIDIEN ECONOMIQUE DU MAROC
Editorial
Atavisme galopant
O
N se plaint au Maroc de la
baisse du niveau dans l’enseignement des facultés de
droit: dans la gestion quotidienne
des questions juridiques, cette baisse
engendre toutes sortes d’erreurs et
difficultés puis, in fine, toutes sortes
de préjudices.
On a un phénomène comparable
en Europe. C’est la deuxième fois,
en deux ans, que des préjudices
graves sont causés au Royaume du
fait d’incompétences judiciaires?
Ceci n’excuse pas la lamentable négligence des services diplomatiques
marocains.
Avec l’Union européenne,
comme avec ses Etats membres, la
régression de la qualité juridique ne
concerne pas que Rabat (ce qui ne
nous console pas!).
Au Maroc comme ailleurs, chacun comprend que les changements
sociétaux, comme la puissance des
ONG ou l’importance des informations, trouvent des échos dans le
droit. Le ministre Mustapha Ramid
en sait quelque chose: il doit gérer
ces changements pour promouvoir
ses réformes.
Mais l’on ne peut faire fi de la loi
comme l’a fait le tribunal de l’UE en
acceptant la plainte du Polisario, puis
en se servant de la loi bafouée pour
prononcer un arrêt, faisant du Sahara
l’origine de toutes les exportations
agricoles marocaines (sic!). C’est
évidemment se moquer du monde.
Ce n’est pas tout. Une autre dégradation enveloppe le fonctionnement occidental dans son ensemble:
l’atavisme galopant de la domination. Ce complexe de supériorité
permet, entre autres, de bombarder
les pays qui déplaisent, de confisquer
l’argent des migrants… et de donner
moult leçons sur le droit et la justice.
L’Occident a produit des valeurs
morales, politiques et matérielles
qui ont changé le sort de l’humanité, c’est vrai. Mais ce n’est plus
la même espèce de civilisation qui
s’adresse au monde, voulant le régenter sans en avoir la légitimité.o
Nadia SALAH
Auto-entrepreneuriat
Le rush
• 6.000 inscriptions sur un objectif de 300 à 400
en phase pilote!
• Un dossier sur deux porté par les femmes
• Les premiers chiffres, hors réseau bancaire
Voir page 13
Crise Maroc/UE: La position
du Royaume confortée
E
N prononçant l’annulation partielle
de l’accord agricole Maroc-UE, la
justice européenne crée un précédent.
En effet, elle juge une affaire qui est toujours
instruite par le Conseil de sécurité des Nations
unies. Nezha El Ouafi, parlementaire PJD et
membre de l’Assemblée parlementaire du
Conseil de l’Europe (qui n’a rien à voir avec les
■ Titrisation: Ce qui a
changé avec la nouvelle loi
Voir page 18
■ Lydec: 20 milliards de DH
institutions européennes), estime que la Cour
européenne aurait dû se déclarer incompétente. investis d’ici 2027
Cette décision, dit-elle, ne règle pas le conflit Voir pages 6 & 7
du Sahara et n’engage en rien le Royaume.
Cette position est d’ailleurs confortée par les
■ Comment sécuriser
déclarations de nombreuses personnalités diplomatiques marocaines et étrangères. o
l’approvisionnement du sable
Voir pages 8 & 9
Voir Analyse pages 3 & 4
Une mesure de soutien à l’emploi
Prévue par la loi,
contestée à l’Anapec
Voir page 2
Dossier de presse: 19/91 - L’ECONOMISTE 70, Bd Massira Khadra - Casablanca - Tél. : 05.22.95.36.00 (LG) - Fax: Rédaction 05.22.39.35.44 - 05.22.36.59.26 - Commercial 05.22.36.46.32 - www.leconomiste.com - redaction@leconomiste.com
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
4
Taille du fichier
1 593 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler