close

Se connecter

Se connecter avec OpenID

1e00153663138-plainte-cpc-jpcourtois-dr-malarewicz

IntégréTéléchargement
Nicole Guihaumé
9 rue des Périchaux
75015 PARIS
0155769184
nicole.guihaume@hotmail.fr
Monsieur Roger LE LOIRE
Doyen des Juges d'Instruction
Tribunal de Grande Instance
Pôle Financier
5/7 rue des Italiens
75009 PARIS
Paris, le 22 décembre 2015,
LRE
Objet : Plainte avec constitution de partie civile contre Jean-Philippe Courtois et contre le Docteur
Jacques-Antoine Malarewicz pour violation de l'article 433-1 du Code Pénal.
Monsieur le Doyen des Juges d'Instruction,
J'ai l'honneur, par la présente, de porter plainte avec constitution de partie civile contre JeanPhilippe Courtois et contre le Docteur Jacques-Antoine Malarewicz pour corruption active et trafic
d'influence, délit réprimé par le code pénal en ses articles 433-1 et suivants.
Mes deux plaintes contre eux adressées à Monsieur le Procureur de la République ont, en effet,
été classées le 18 novembre dernier (P 15301000408).
Ces plaintes sont provoquées par un harcèlement perpétré tant contre Bill Gates que contre moimême depuis le 12 juin 1990. Il m'a menée à une situation d'isolement total par auto-protection. Je vis de
l'AAH, ne suis pas imposable, et vous demande de ce fait, d'être dispensée du versement de la
consignation dans ces différentes procédures.
Je me permets de vous signaler d'emblée que si je peux, moi, documenter ce harcèlement, et en
apporter des preuves, sa première et principale cible est Bill Gates dont l'audition me semble
impérative, et ce, le plus rapidement possible. Ainsi que je vous l'ai indiqué dans les différents mails
que je me suis permis de vous adresser, il est exposé à menaces de mort. Depuis le 2 décembre dernier,
j'écris à nouveau sur des blogs qui peuvent passer en google actualité, ce que j'ai déjà fait en 2011 et en
2013. Ces deux années, comme depuis le 2 décembre dernier, il a systématiquement fait passer mes
notes en actualité, jusqu'à ce que les blogs me soient fermés, les plateformes ayant cette possible
visibilité -Nouvel Obs, Mediapart- n'appréciant pas d'en perdre le contrôle. Il s'avère, chose choquante
s'il en est, que ce qui paraît sur google n'est aucunement lié à la popularité comme on nous le prétend,
mais qu'il faut payer, et qu'on peut, ainsi, diffamer à volonté un autre, en payant google pour que
paraissent des articles dans ce but, ce qui est régulièrement arrivé à Monsieur Gates. De 2013, il me reste
ce blog : https://blogs.mediapart.fr/micro-softee/blog avec des articles redondants, écrits très rapidement,
dans le seul but de mettre en avant sa candidature au poste de CEO de Microsoft, après que Steve
Ballmer a démissionné le 23 août 2013, deux jours après reprise par Cameroonvoice d'une note dans
Plainte Nicole Guihaumé c/ Jean-Philippe Courtois, Président de Microsoft International et contre le
Docteur Jacques-Antoine Malarewicz 22 décembre 2015 1/19
laquelle je dénonçais le harcèlement: http://cameroonvoice.com/news/news.rcv?id=12156
Ce fut en vain, la presse a fait un barrage massif, allant jusqu'à l'empêcher de rendre sa
candidature publique. Quand il fut annoncé qu'il y avait trois candidats en interne, dont un non nommé
qui ne pouvait être que lui, un blog chinois, WPDang, fut utilisé pour prétendre immédiatement que le 3°
candidat était Kevin Turner : http://www.computerworld.com/article/2475455/it-management/hotmicrosoft-ceo-rumor-makes-the-rounds--you-call-this-journalism-.html
Le harcèlement dénoncé a connu plusieurs périodes :
- De juin 1990 au 28 octobre 1997, je me suis crue responsable des difficultés que je rencontrais, et qui
étaient, en fait, povoquées de l'extérieur,
- du 29 octobre 1997 à février 2003, j'ai cru ce qui m'arrivait provoqué par Michel Lacombe, mon ancien
directeur chez Microsoft, avec qui j'ai eu un échange téléphonique le 28 octobre 1997,
- Le harcèlement continuant après son décès survenu le 21 janvier 2003, et après le contact que j'ai eu,
suite à ce décès avec Bernard Vergnes, j'ai pensé que c'était lui, Bernard Vergnes,
- Le 28 janvier 2005, j'ai su de façon définitive que ça ne pouvait être le cas, et pensé à Bill Gates. Il en
est la première victime, et a mis en place une protection par des personnes qu'il a choisies pour me
guider par signes au moyen de mon ordinateur et de toutes les connexions existant à mon domicile.
Conçu pour l'humilier publiquement, ce harcèlement fut dès l'origine connu, partagé, organisé
autour de codes régulièrement utilisés tant dans la sphère publique que dans la sphère privée. Après
l'avoir subi des années sans rien y comprendre, puisqu'il a été déclenché par le seul fait qu'il m'a
remarquée à une soirée professionnelle le 12 juin 1990, ce qui fut très observé, sans que j'en aie
conscience, j'ai fini par en discerner les grandes lignes, par porter plainte et par exposer la
compréhension que j'avais de ce qui m'arrivait dans des notes de blog. Cinq de mes notes ont été
utilisées pour porter contre moi deux plaintes que je considère abusives, et qui visent à obtenir, en dépit
de l'aspect public des violences endurées, le classement de leur dénonciation en délire paranoïaque. Les
démarches juridiques que j'ai entreprises, à ce jour, n'ont pas abouti. Monsieur Gates, comme les
dirigeants de Microsoft, ont pourtant reçu un nombre de mails important, par lesquels je leur
communiquais, entre autres choses, des plaintes enregistrées au FBI. Microsoft m'a même adressé un
courrier à ce sujet le 5 août 2014, courrier reçu la veille d'une audition PJ durant laquelle l'OPJ a tenté
d'obtenir que j'accuse Bill Gates de me harceler, là où il est la première victime, ce qui était de lecture
directe sur mon blog.
Monsieur Courtois, contre qui, notamment, je dépose cette plainte, est depuis juillet 2005
Président de Microsoft International, responsable de Microsoft en dehors de l'Amérique du Nord. Il est
l'un des plus informés du harcèlement, probablement actif dedans, tandis que deux autres dirigeants,
présents comme lui quand j'étais chez Microsoft en 1989, ont perdu leurs places du seul fait d'en avoir
entendu parler ou de l'avoir énoncé.
Il s'agit de Bernard Vergnes, qui a créé Microsoft France en 1983, Europe en 1989, puis EMEA,
avant d'occuper des fonctions à l'International. J'ai su son départ de l'entreprise en janvier 2005. Je
n'avais plus aucun contact avec lui depuis 1989 quand je lui ai adressé un email en février 2003, choquée
par le décès de Michel Lacombe qui lui a succédé à la tête de Microsoft France, Europe, puis EMEA.
J'avais eu avec lui un long échange téléphonique le 28 octobre 1997, et observé dès le lendemain des
anomalies qui supposaient que je sois identifiée par une personne de pouvoir. Il était le seul auquel je
pouvais penser, ayant eu avec lui un contact très qualitatif. J'ai donc immédiatement associé le
harcèlement à Microsoft, sans rien comprendre à la dualité prononcée des intrusions subies notamment,
mais pas seulement, sur mon ordinateur. Je n'avais pas de cet homme l'image d'un bipolaire. Supportant
très mal ces contacts indirects et ne comprenant pas qu'il ne me contacte pas directement, je tentais par le
biais d'un fichier de faire entendre ma demande que ça cesse. En février 2003, alors que sa femme
Plainte Nicole Guihaumé c/ Jean-Philippe Courtois, Président de Microsoft International et contre le
Docteur Jacques-Antoine Malarewicz 22 décembre 2015 2/19
m'avait écrit le 2 décembre qu'il avait des problèmes de santé, j'observais des changements nets sur mon
ordinateur, et appelais Microsoft où j'apprenais son décès. Je m'en suis sentie coupable du fait de la
violence des mots parfois écrits, et ai contacté Monsieur Vergnes qui m'a rappelée le 26 février 2003. Il
semble que cet appel, peut-être le suivant du 13 mars, ait provoqué son départ de l'entreprise. Il ne m'en
a pas fait part en 2004, mais le 28 janvier 2005, quand je l'ai une nouvelle fois appelé pour lui demander
son aide, il m'a dit ne plus faire partie de l'entreprise depuis deux ans, et ne plus avoir de contact avec
personne, s'est cependant engagé à contacter un dirigeant.
Trois jours plus tard, le 31 janvier 2005, Christophe Aulnette, Directeur Général de Microsoft
France et Vice-Président de Microsoft EMEA était démissionné par email interne de Jean-Philippe
Courtois. Je l'ai vu immédiatement, et en ai déduit que Monsieur Vergnes l'avait appelé et que l'évocation
du harcèlement avait provoqué son licenciement. Il fut immédiatement annoncé qu'il dirigerait Altran au
printemps. Cette société était alors en très mauvaise posture du fait de malversations. J'énonçais souvent
regretter de ne pas y être allée, comme je le pouvais, à la place de Microsoft en 1989, alors qu'elle était
bien cotée. Monsieur Aulnette n'y restera pas deux ans.
J'ai détaillé ces faits dans un courriel que j'ai adressé à Monsieur Courtois le 12 octobre 2013,
immédiatement après que la presse a commencé contre Bill Gates une des campagnes de diffamation
dont elle a le secret. Je rappelais à Monsieur Courtois la connaissance qu'il avait du harcèlement, le fait
que sans Monsieur Gates, il n'aurait pas fait la carrière qu'il a faite, et lui demandais de prendre position
par rapport à son retour à la tête de Microsoft. J'ai mis ce mail en ligne sur un blog nouvel obs que
j'avais, et où il est resté jusqu'à ce que je le ferme en janvier 2015. Je vous le joins.
Ce mail n'a pas eu de suite. Microsoft était alors en pleine recherche de CEO. Alors que Steve
Ballmer avait fait l'objet d'un véritable media planning tout juillet 2013 :
http://business.lesechos.fr/directions-generales/strategie/business-model/0202893552165-microsoftsteve-ballmer-seul-maitre-a-bord-7988.php, tandis que la presse, s'appuyant sur PRISM, dénonçait
Microsoft en l'associant uniquement à Bill Gates :
http://www.lessentiel.lu/fr/hi_tech/actualites/story/25667632
il a démissionné deux jours après que Cameroonvoice a repris, à ma demande, la note de blog évoquée
dans laquelle je décrivais tant le harcèlement que la connexion active sur mon ordinateur et qui me
donne les moyens de le comprendre et de m'en protéger. Depuis 2008, en effet, j'ai compris que le
harcèlement a deux origines, l'une tentant d'annuler la violence de l'autre. Cette note est en ligne à cette
adresse : http://cameroonvoice.com/news/news.rcv?id=12156
Le 31 décembre 2013, en pleine recherche de CEO par Microsoft, j'ai découvert le site IC3 du
FBI et enregistré ma première plainte, espérant ainsi mettre un terme à la violence endurée et aider Bill
Gates à reprendre sa place. En vain. J'ai continué, prenant soin de communiquer les plaintes enregistrées,
notamment aux dirigeants et actionnaires de Microsoft. Le 6 août 2014, alors que j'avais trouvé la veille
dans ma boîte aux lettres une convocation de police judiciaire pour provocation publique à la haine, la
discrimination, la violence, faits commis sur mon blog le 17 avril, j'ai reçu la lettre de Microsoft
évoquée, postée la veille, se référant à une plainte IC3 reçue, m'affirmant en avoir pris attentivement
connaissance, souhaiter que les suites données soient favorables et espérer que j'arriverais à obtenir
satisfaction dans mes démarches. Le lendemain l'entretien de police judiciaire que j'ai subi s'est avéré
moralement violent, l'OPJ, Nicolas Baveye, prétendant que j'aurais dit que Bill Gates me harcelait, ce
qu'il voulait noter dans le Procès-Verbal, à quoi je me suis opposée. À peine sortie, je demandais à
Barack Obama la protection de l'Amérique par l'email que je vous joins.
La plainte à l'origine de cette audition a été classée sans suite pour irresponsabilité liée à troubles
psychiques alors que je n'ai pas été mise en examen, que, donc les faits ne sont pas avérés, que je n'ai pas
eu accès au dossier, ai subi une expertise imposée alors que j'étais témoin assisté, présente dans les
Plainte Nicole Guihaumé c/ Jean-Philippe Courtois, Président de Microsoft International et contre le
Docteur Jacques-Antoine Malarewicz 22 décembre 2015 3/19
locaux de la PJ du fait d'une plainte de la licra -la requête en nullité que j'ai déposée sera examinée le 4
février 2016-. Cette expertise ne m'a pas été notifiée, je n'ai pas pu demander de contre-expertise.
De telles violations de la règle de droit -expertise imposée à un témoin, notification refusée,
classement sans suite pour irresponsabilité sans mise en examen- dans le contexte évoqué, avec la lettre
reçue de Microsoft le 6 août ne peuvent se produire que sur demande, sont l'expression de corruption
active et trafic d'influence. Alors que le harcèlement que je subis est évoqué dans les notes de blog
utilisées pour m'accuser -une dans cette première plainte, quatre dans la deuxième, de la licra-, ni les
OPJ qui m'ont reçue, ni les magistrats qui ont instruit les deux plaintes dirigées contre moi ne s'y sont
arrêtés et ce choix semble aussi révélateur de corruption active et de trafic d'influence, du fait de la
personnalité de Bill Gates. Paraissaient sur mon blog, qui était ouvert quand les deux plaintes ont été
déposées, une lettre ouverte adressée à Madame Taubira le 1° avril 2013, ainsi que de nombreuses
plaintes enregistrées sur le site IC3 du FBI dans lesquelles je dénonçais depuis le 31 décembre 2013 le
harcèlement subi, précisant que Bill Gates en était la victime principale, ainsi que les mails par lesquels
je les envoyais en masse, avec pour destinataires récurrents Bill Gates, Barack Obama, James Comey,
John Brennan. J'ai fait ces démarches après l'échec de celles tentées en France et auprès de la CEDH.
En France, j'ai tenté un référé liberté le 19 avril 2010, m'opposant à la décision de nommer une
place Ben Gourion, du fait des termes de la délibération dans laquelle Claude Goasguen parlait
d'imposer la reconnaissance du sionisme en France. Les informations recueillies et vérifiées par notes de
blog que je testais sur mon ordinateur, avant de les mettre en ligne, indiquaient que le lobby sioniste était
à l'origine du harcèlement, et le pouvoir exorbitant qu'il révélait me semblait devoir être freiné plus que
développé. Ce référé est en ligne ici : http://1drv.ms/1dvzObj. Il n'a pas abouti, mes deux demandes
d'aide juridictionnelle ont été refusées, et ma requête CEDH a été rejetée le 14 février 2012.
Monsieur Courtois, qui était simple ingénieur commercial quand j'étais au support technique en
1989, a fait une carrière qu'il n'aurait jamais faite sans Bill Gates. Il ne peut avoir ignoré la lettre qui m'a
été adressée le 5 août, que j'ai reçue la veille de l'audition évoquée, et pour qu'elle m'ait été postée en
plein été ce jour là précisément, il faut avoir été informé de la convocation, voire être, en quelque façon,
à son origine. Nul ne pouvait l'écrire sans l'aval de Monsieur Courtois, et il est probable, vu le
déroulement de l'entretien, que soit il l'a décidé, soit il a relayé une décision prise aux US. D'une façon
comme de l'autre, il a abusé de son influence. Je validais que Bill Gates me harcelait, ce que je sais faux,
lui se retrouvait en très mauvaise posture. Bien qu'il ait fait carrière grâce à lui, Monsieur Courtois n'a
cessé de lui nuire, de me nuire, dès l'instant où celui-ci m'a remarquée le 12 juin 1990, et de porter tort à
la planète entière s'il s'avère confirmé, comme je le pense, que les attentats du 11 septembre à New York
ont un lien direct avec ce harcèlement, tout comme les crashs d'avion provoqués de l'extérieur par
informatique, en utilisant des failles des produits Microsoft (crashs QZ8501, Dropped, Germanwings...),
quand ce n'est pas par missile sol-air (MH17) et les attaques faussement terroristes (Charlie hebdo,
Copenhague, Tunis), la soit-disant disparition du vol MH370, prévu pour provoquer deux attaques
nucléaires sur Manhattan et Marseille, avec le 777 détenu par GA Telesis, et attendant dans un hangar de
Tel Aviv, attaques bloquées par le message envoyé sur archive4 le 19 mars par Philip Wood, employé
IBM, seul passager américain adulte à bord de ce vol : http://archive.4plebs.org/pol/thread/27834494/.
Une illustration de la détermination à sélectionner ce qui pouvait me nuire dans les textes de blog
utilisés pour porter plainte contre moi, se trouve dans l'absence de prise en compte de l'énonciation que
Monsieur Lacombe a été tué à l'occasion de ses soins. Je l'ai écrit dans "La torture morale pratiquée par
les Juifs". En dépit des observations faites à cet égard qui sont tout de même très graves, ce texte a été
utilisé contre moi sans s'arrêter aux dites remarques. Je notais qu'observant que son décès est advenu à la
date anniversaire du décès de Louis XVI, je m'étais demandé si on avait profité de ses soins pour se
débarrasser de lui. Qu'alors la taille de ma police avait changé, sans que j'y puisse rien. Mon blog était
ouvert quand j'ai exposé ces faits. La licra pouvait vérifier.
Plainte Nicole Guihaumé c/ Jean-Philippe Courtois, Président de Microsoft International et contre le
Docteur Jacques-Antoine Malarewicz 22 décembre 2015 4/19
Concernant le Docteur Malarewicz, contre qui cette plainte est également dirigée, un élément
me semble essentiel, que je n'ai pas vu quand il s'est produit, le 25 mars dernier. J'ai connu ce médecin
en 1996, et l'ai vu en consultation deux fois. Une fois cette année là, et une fois en 1999. Je l'ai consulté
pour sa compétence reconnue de l'approche ericksonienne. Il n'est pas conventionné, ce qui explique que
je ne l'ai vu que pour lui demander des coordonnées de confrères. Il s'est avéré que j'ai demandé de l'aide
à deux personnes auxquelles il m'a adressée, lui, et à une troisième, le Docteur Reymond que je consulte
actuellement, dont j'ai découvert en consultation qu'elle le connaissait, et que j'ai connu des difficultés
avec ces trois professionnels, difficultés qui se manifestaient par l'impression qu'elles évoquaient
indirectement des données me concernant auxquelles je n'avais pas accès. Ce pouvait être
particulièrement net en ce qui concerne l'attribution de ce qui m'arrivait à Bill Gates qui aurait été à
l'origine du harcèlement dont je me plaignais et dont il m'était dit que je comprendrais plus tard.
L'élément qui me semble essentiel est la duplication sur une plainte FBI, à la même seconde
exactement, d'un complément que j'y ai inséré le lendemain du crash de la Germanwings dont je lui
imputais la conception, comme je lui ai imputé la conception des différentes attaques sous fausse
bannière et fausses attaques terroristes commises depuis les attentats de New York, ceux-ci étant inclus.
A partir du moment où l'on accepte que la version qui nous est présentée ne tient pas, une compétence
psychologique des plus importantes est nécessaire pour planifier les différentes étapes censées mener au
résultat visé. Pour les attentats contre les tours jumelles, la tour 7, qui est également tombée, n'a été
heurtée par aucun avion, et est maintenant utilisée par l'association des ingénieurs et des architectes pour
la vérité sur le 911 dans le but d'obtenir une nouvelle enquête. Leur refus régulièrement réitéré
d'envisager qui pourrait être à l'origine de ces attaques, alors que tant de documents désignent Israël, ce
que fait, par exemple, Alan Sabrosky, ancien Directeur des Etudes de l'Ecole de Guerre Américaine,
semble faire partie d'une stratégie, et avoir été pensé à l'avance. La compétence du Dr Malarewicz le
désigne, entre autres choses. Je vais me permettre de recopier textuellement, du fait de l'urgence, ce que
j'ai écrit dans la plainte que je vous ai adressée par erreur avant de déposer plainte auprès de Monsieur le
Procureur, et vous prie de m'excuser pour les redites.
J'ai connu le Docteur Malarewicz en 1996. Habituée à l'écriture quasi-quotidienne de notes, je
pourrais, si besoin, retrouver des informations précises difficiles à rechercher actuellement. Je l'ai
contacté en raison d'un épuisement chronique que les médecins consultés comprenaient comme
dépression réactionnelle à histoire de vie difficile. Rien dans les analyses biologiques ne l'expliquait, et
j'étais constamment fatiguée. Il m'a adressée au Docteur Nicole Bravard avec qui j'ai fait une thérapie
qui a connu deux phases très nettes : avant que je rappelle Michel Lacombe, mon ancien Directeur chez
Microsoft, le 27 octobre 1997, et après. J'ai peu de souvenirs de la première, gommée par l'agacement
connu pendant la seconde, parce que de nombreuses réflexions qu'elle me faisait me semblaient faites en
référence à un savoir qui m'était inaccessible. Elles étaient décalées. Je me souviens notamment du jour
où elle m'a prétendu que je déclenchais des passions, ce qui était à l'opposé et de mon parcours, et de ma
réalité quotidienne. Ça ne correspondait à rien, et quand pareille affirmation était faite, demander plus
d'explication ne servait à rien. J'ai cependant continué à la consulter jusqu'en juillet 1999. Là, un jour où
je devais prendre la route avec les sept chats qui me restaient d'un projet de chatterie qui avait échoué,
elle avait insisté pour maintenir un rendez-vous auquel je me suis rendue pour m'entendre dire, ce qu'elle
aurait du m'annoncer par téléphone, qu'elle n'était pas en état de me recevoir. J'ai perçu ce comportement
comme violent, alors qu'elle me savait fragile. Il aurait pu me mener à conduite imprudente par colère
mal contenue. J'ai immédiatement arrêté de la voir, et demandé au Docteur Malarewicz, lors d'un rendezvous, d'autres coordonnées. Il m'a adressée au Docteur Hubert Picot d'Aligny d'Assignies qui, comme
lui, enseignait l'approche ericksonienne. J'étais alors guérie de la tuberculose qui s'était logée dans ma
lymphe et était responsable de ma fatigue. Elle fut enfin diagnostiquée en mai 1998. Je voulais reprendre
des études de psychologie, et me former à l'approche ericksonienne. J'ai également connu des difficultés
avec ce médecin, la pire s'étant produite lors de ma première tentative de suicide dont je l'ai informé en
juin 2000. Il n'a pas prononcé un mot et m'a laissé partir comme si c'était sans importance. J'ai chargé,
Plainte Nicole Guihaumé c/ Jean-Philippe Courtois, Président de Microsoft International et contre le
Docteur Jacques-Antoine Malarewicz 22 décembre 2015 5/19
comme je l'avais prévu, tous mes cahiers et mes chats dans ma voiture et suis partie, déterminée à me
jeter, vitres ouvertes, dans la Marne. Seuls les miaulements de mes chats, que je n'ai pas entendus deux
fois de cette façon, m'en ont empêchée.
Au mois d'octobre 2014, la société Amen, détenue par OTMT, propriété de Naguib Sawiris, sur la
plateforme de laquelle j'avais ouvert, le 28 août le blog http://911-a-rothschild-coup-usingmicrosoft.com/ pour y déposer les plaintes FBI remplies, blog qu'elle a brutalement fermé le 18
septembre, m'envoyait un avocat, Cyril Fabre. Une rapide recherche sur son nom m'a indiqué qu'il
travaillait avec Raphaël Picot d'Aligny d'Assignies. J'ai immédiatement remarqué le lien que cet avocat
agressif dont le seul propos était d'obtenir que je prenne un avocat avec lequel il pourrait négocier, ce
que je me suis bien gardé de faire, avait avec un proche d'un médecin dont l'attitude m'avait plus
troublée qu'autre chose, ce qui m'a menée à interrompre tout contact en juillet 2001.
J'avais eu, par son intermédiaire, les coordonnées du Docteur Monique-France Reymond que je
voyais quand j'avais besoin de médicaments que lui ne prescrivait pas. Toute l'année 2008, je l'ai
consultée une fois par semaine dans le seul but d'aborder directement le harcèlement subi. Je l'avais
évoqué avec le docteur d'Assignies mais en 2008, ma demande était beaucoup plus précise : je voulais
un regard extérieur professionnel sur la compréhension que j'avais de ce qui m'arrivait. Je voulais
pouvoir communiquer des documents de sorte que les différentes dimensions soient abordées. Les
intrusions étaient telles que j'avais des copies d'écran d'affichage que j'étais incapable de produire, moi.
Je recevais aussi des lettres d'huissier anormales, avais eu à payer des amendes majorées parce
qu'adressées au bon numéro de la bonne rue, mais dans le XI°, là où je vis dans le XV°. La poste, qui
aurait du rectifier, et il suffisait de vérifier la rue, ne l'avait pas fait. Le trésor public non plus. La
correction ne fut faite que sur les lettres recommandées, les seules que j'ai reçues. J'avais, en 2004,
demandé un bilan complet à la Salpêtrière -IRM, batterie de tests, entretien- pour vérifier que je n'avais
pas un problème objectivable qui aurait pu entrainer une mauvaise compréhension. Ce n'était pas le cas,
et les violences étaient telles que ma vie n'était plus que résistance face à elles, et tentatives de
compréhension. Je n'ai pas douté du sérieux du Docteur Reymond. Par contre, je n'ai jamais compris
d'où venait sa certitude que Bill Gates était derrière ce que je vivais, que ça ne pouvait être que lui, que
je comprendrais un jour. L'expérience était douloureuse. Je ne comprenais pas comment elle pouvait être
à ce point certaine, et me garantir dans le même temps que personne ne lui avait parlé, ce que je lui
demandais directement. Cette explication ne m'expliquait rien. Je pouvais l'entendre face à elle, et me
retrouver mal chez moi. Je ne comprenais ni le but, ni la logique, et encore moins comment je pourrais
comprendre plus tard, ce qui supposait interruption directe, et donc confirmation de ce qu'il m'avait
délibérément exposée à souffrance massive, et tentatives de suicide. De quel droit, et dans quel but ? J'en
suis venue un jour à lui opposer une réflexion que le Docteur Malarewicz m'avait faite et qui m'avait
beaucoup blessée. Il m'avait dit en 1999 que je me prenais pour le centre du monde. J'avais trouvé ça
aussi décalé que faire se peut, après des années de retrait social et une difficulté majeure à reprendre pied
dans la vie sociale du fait des agressions subies que je lui avais évoquées. Ce fut la seule fois où j'ai vu
de la colère sur le visage du Docteur Reymond, mais elle était nette, indéniable. Elle m'a suggéré de
retourner voir le Docteur Malarewicz et de revenir lui dire ce qu'il m'aurait répondu. Je n'en avais pas la
plus petite envie, et ne l'ai donc pas fait. Mais cette colère si nette et si inhabituelle chez ce médecin
m'est restée marquée en mémoire. Rien de ce à quoi j'avais accès ne me l'expliquait, et je percevais un
sentiment de trahison. Je lui avais évoqué cette réflexion en opposition à ce qu'elle me disait, qui tournait
toujours autour de Bill Gates.
Quand j'ai ouvert le blog évoqué http://911-a-rothschild-coup-using-microsoft.com/, j'ai
immédiatement trouvé dans l'administration une image que je ne sais toujours pas produire, un .ctrl. Il
s'agissait du logo du FBI et du logo de son site IC3 présentés tous les deux deux fois, avec une
animation. Je vous en joins copie. J'ai vécu cette image qui ne pouvait se trouver là par hasard comme
confirmation. Les trois semaines où ce blog a été ouvert, j'en ai noté l'adresse sur les plaintes remplies et
Plainte Nicole Guihaumé c/ Jean-Philippe Courtois, Président de Microsoft International et contre le
Docteur Jacques-Antoine Malarewicz 22 décembre 2015 6/19
sur les mails par lesquels je les envoyais. Le FBI n'opposait rien. Il y avait tout de même là utilisation de
ses deux logos sur des plaintes communiquées à son Directeur, mises en ligne avec les mails par lesquels
je les communiquais. Il aurait été possible à Amen de fermer immédiatement ce blog. Ce ne fut fait
qu'une fois la période d'essai terminée, ce qui me mettait en situation d'avoir payé une année pour rien.
Je n'ai pas eu de réponse immédiate à mes réclamations, et Me Cyril Fabre m'a contactée dix jours après
fermeture. Il était très insistant dans sa demande de coordonnées de confrère, ce que rien, à mes yeux, ne
justifiait.
J'ai perçu la mort de Christophe de Margerie comme provocation publique annonçant une autre
mort à venir, celle de Bill Gates. Les signes étaient nombreux sur mon ordinateur. J'ai enregistré le 22
octobre 2014 des plaintes contre des membres de la famille Rothschild, et contre Naguib Sawiris que je
soupçonnais de faire partie de ce que je nomme la mafia Rothschild. Je lui ai directement adressé ces
plaintes ainsi qu'à son père, à des membres de la fondation Sawiris. Le 23 octobre, il reprenait la
direction d'OTMT, alors qu'un nouveau CEO avait été nommé le 30 septembre. Une nouvelle fois, j'y
voyais confirmation, mais mon trouble grandissait du fait de l'avocat choisi et de son lien avec un proche
du Docteur d'Assignies à qui le Docteur Malarewicz m'avait adressée. Le 23 novembre 2014, j'ai envoyé
par mail collectif à plus de 800 personnes dont 59 au FBI, 147 au département de la justice américaine,
258 députés européens, les autres venant d'un annuaire sur l'Europe, tandis que mes destinataires
récurrents étaient Bill Gates, Ginni Rometty, Jim McNerney, James Comey, John Brennan et Mireille
Ballestrazzi, ma cinquième plainte contre Naguib Sawiris. J'utilisais une messagerie que j'avais chez
Arsys, qui ne permettait d'insérer qu'une pièce jointe à la fois. Quand j'ai inséré la couverture du livre "Et
la confiance, bordel ?" à la rédaction duquel a participé Jacques-Antoine Malarewicz, dont j'ai également
indiqué l'adresse, mais je me suis trompée, j'ai mis .com au lieu de .fr, cette couverture s'est jointe deux
fois, ce que je ne pouvais pas, moi, produire. Je n'ai reçu aucune plainte pour ce mail qui communiquait
une nouvelle plainte contre Naguib Sawiris. Je vous en joins une copie d'écran.
Décembre 2014 fut très dur. Monsieur Gates dont je vous demande une nouvelle fois l'audition,
comme celles de Madame Rometty, Messieurs Vergnes, Aulnette et McNerney, pourra vous le confirmer.
Tout le mois jusqu'au 24 décembre, il fut tenté d'obtenir qu'il m'accuse de le harceler, le projet étant de le
tuer ensuite et de m'accuser de son suicide que j'aurais provoqué. Les signes sur mon ordinateur et à
l'intérieur de mon appartement étaient incessants, ne se sont interrompus que le 24 décembre
immédiatement après que j'ai rempli les plaintes I1410101823255041 contre Melinda Gates,
I1412190909529152 contre Fred Bonner, juge de Seattle, et I1412141630261711 contre Barack Obama.
Cet envoi a également provoqué la fermeture de mon blog dont l'administration était fermée depuis deux
jours. Je n'ai jamais pu récupérer mes données, Over-Blog ne tenant aucun compte de mes demandes.
Janvier 2015 fut aussi difficile. Le 14, j'ai conclu un mail écrit à Olivier de Margerie, que j'ai
connu au début des années 1980 par cette phrase "Il y aurait un acte à poser pour que tout ça finisse, je
saurais lequel, même crevée comme je suis, je le ferais immédiatement. " J'ai fermé mon ordinateur, et je
suis restée pensive un moment. Puis le nom du Docteur Malarewicz a surgi dans mon esprit. J'ai rouvert
mon ordinateur, et fait mes tests habituels qui se sont avérés confirmés. J'ai rempli ma première plainte
contre lui, I1501141810228982. L'ayant envoyée par mail avec une présentation plus précise que celle
effectuée, j'ai, deux jours après, rempli la I1501162135130952 avec comme motif "Conceived 9/11,
MH370, MH17, Charlie...false flag" là où j'avais indiqué le 14 "Deception, active participation to
harassment".
Il me semble que je me serais trompée, je le saurais depuis longtemps. Il est possible que le
blocage actuel soit occasionné en relation à une mise en scène qui a fait le tour du monde, et que je vis
comme confirmation directe du harcèlement. Le 1° février 2012, François Hollande était couvert de
farine par une femme à laquelle les médias s'empressaient de tendre le micro sans que personne ne pense
à la protéger d'elle-même, ce qui aurait été la première chose à faire, si son action n'avait pas été conçue
Plainte Nicole Guihaumé c/ Jean-Philippe Courtois, Président de Microsoft International et contre le
Docteur Jacques-Antoine Malarewicz 22 décembre 2015 7/19
dans un but précis, préalablement connu des médias. Elle énonçait être harcelée, déposer des plaintes
contre ce harcèlement, et le communiquer dans un blog intitulé "Un micro sous votre oreiller". J'ai
reconnu là la signature des interventions présentées par Milton Erickson, et je me suis sentie
directement visée, ai observé que si effectivement cette histoire suivait un code conçu pour être compris
des dirigeants du monde entier, je n'avais pas grande chance de voir mes plaintes aboutir, la logique étant
que seul un trouble grave justifiait que l'on se plaigne de harcèlement sur un blog. Ma requête CEDH a
été classée 13 jours plus tard, le 14 février 2012, jour de Saint Valentin. La provocation est allée jusque
là.
Ces différents éléments, exposés de façon non professionnelle, mais aussi précise que possible,
sans revenir sur toutes les années concernées, donnent l'impression d'un réseau certain de tout contrôler
et de ne jamais risquer d'être exposé. Ma situation, cependant, par les preuves qu'elle contient semble
déranger, et je me permets de ce fait de solliciter de votre Haute Bienveillance un examen en urgence
des différentes plaintes. Qu'une vice-procureure ait demandé à deux reprises ma garde à vue pour me
faire passer une expertise psychiatrique, alors que je n'étais pas mise en examen, et que je n'ai jamais
manqué une convocation sans exposer le motif de mon refus, que donc, une lettre recommandée
exposant le fondement juridique était la démarche normale, indique la mesure des abus auxquels je suis
exposée. Le 30 juin, c'est allé jusqu'à introduire une clé dans ma serrure à 6h30. La mienne a fort
heureusement bloqué. Je n'ai pas eu d'internet pendant 20 minutes.
Un dernier point permet de mesurer l'emprise exercée. Dimanche 4 octobre, à 23h20, tandis que
je rédigeais ma plainte contre le Docteur Wiltzer, le Docteur Pelissolo, à qui j'ai demandé rendez-vous
dès le 8 juin, et dont j'ai joint les coordonnées à plusieurs envois, m'adressait le mail dont je vous joins
d'écran. Je ne pense pas crédible qu'un chef de service adresse pareille réponse -la seule- un dimanche à
23h20 sans y être contraint, et pareille contrainte, vu le moment, vérifiable, confirme le contrôle exercé
sur mon ordinateur.
Je tiens à vous adresser ce courrier maintenant -je vous l'envoie, ainsi qu'à Monsieur Gates, par
email dès son enregistrement, en deux fois du fait du poids des scans-, mais ne pourrai y joindre toutes
les pièces, la limite des LRE étant 7 Mo. Je le complèterai donc dans les deux jours, et me permets
d'insister une nouvelle fois sur les éléments que je vous ai adressés par mails, et sur la nécessité
d'auditionner Monsieur Gates le plus rapidement possible. Il est très exposé, ainsi que je vous l'ai
communiqué, à vous comme à Madame Taubira, Monsieur Molins, les membres des équipes de
Messieurs Cazeneuve et Le Drian.
Je vous prie de croire, Monsieur le Procureur, en mes sentiments respectueux,
Pièces jointes
1 - mail du 12 octobre 2013 à Jean-Philippe Courtois
2 - lettre de Microsoft reçue le 6 août 2014
3 - mail envoyé à Barack Obama, copié à Bill Gates, Ginni Rometty, CEO d'IBM, Jim McNerney,
CEO de Boeing, James Comey, Directeur du FBI, John Brennan, Directeur de la CIA
Les suivantes vous parviendront dans un second envoi, probablement en RAR, avec ce texte.
Plainte Nicole Guihaumé c/ Jean-Philippe Courtois, Président de Microsoft International et contre le
Docteur Jacques-Antoine Malarewicz 22 décembre 2015 8/19
Plainte Nicole Guihaumé c/ Jean-Philippe Courtois, Président de Microsoft International et contre le
Docteur Jacques-Antoine Malarewicz 22 décembre 2015 9/19
Plainte Nicole Guihaumé c/ Jean-Philippe Courtois, Président de Microsoft International et contre le
Docteur Jacques-Antoine Malarewicz 22 décembre 2015 10/19
Plainte Nicole Guihaumé c/ Jean-Philippe Courtois, Président de Microsoft International et contre le
Docteur Jacques-Antoine Malarewicz 22 décembre 2015 11/19
Plainte Nicole Guihaumé c/ Jean-Philippe Courtois, Président de Microsoft International et contre le
Docteur Jacques-Antoine Malarewicz 22 décembre 2015 12/19
Plainte Nicole Guihaumé c/ Jean-Philippe Courtois, Président de Microsoft International et contre le
Docteur Jacques-Antoine Malarewicz 22 décembre 2015 13/19
Plainte Nicole Guihaumé c/ Jean-Philippe Courtois, Président de Microsoft International et contre le
Docteur Jacques-Antoine Malarewicz 22 décembre 2015 14/19
Plainte Nicole Guihaumé c/ Jean-Philippe Courtois, Président de Microsoft International et contre le
Docteur Jacques-Antoine Malarewicz 22 décembre 2015 15/19
Plainte Nicole Guihaumé c/ Jean-Philippe Courtois, Président de Microsoft International et contre le
Docteur Jacques-Antoine Malarewicz 22 décembre 2015 16/19
Plainte Nicole Guihaumé c/ Jean-Philippe Courtois, Président de Microsoft International et contre le
Docteur Jacques-Antoine Malarewicz 22 décembre 2015 17/19
Plainte Nicole Guihaumé c/ Jean-Philippe Courtois, Président de Microsoft International et contre le
Docteur Jacques-Antoine Malarewicz 22 décembre 2015 18/19
Plainte Nicole Guihaumé c/ Jean-Philippe Courtois, Président de Microsoft International et contre le
Docteur Jacques-Antoine Malarewicz 22 décembre 2015 19/19
Auteur
Document
Catégorie
Uncategorized
Affichages
0
Taille du fichier
4 223 KB
Étiquettes
1/--Pages
signaler